Navigation – Plan du site

Compétitivité économique et question sociale : les illusions des politiques de développement à Bruxelles

Gilles Van Hamme et Mathieu Van Criekingen

Résumés

À partir des années 1980, les politiques urbaines se sont progressivement orientées vers un référentiel de type entrepreneurial donnant priorité à la valorisation compétitive du territoire à l’échelle internationale, à destination de fonctions économiques supérieures, touristes ou grands événements. De façon explicite ou implicite, les gouvernements urbains estiment qu’une croissance ainsi tirée « par le haut » est la condition nécessaire pour résoudre les difficultés sociales auxquelles les grandes villes sont confrontées. Dans cet article, nous montrons, d’une part, que ce modèle entrepreneurial d’action publique ne s’est imposé à Bruxelles qu’au cours des années 2000. Il est surimposé depuis lors à une rationalité politique de « revitalisation » urbaine, en place depuis la fin des années 1980 et centrée sur la promotion de l’attractivité résidentielle du territoire régional vis-à-vis de ses banlieues. Nous insistons d’autre part sur la faiblesse des fondements empiriques de l’hypothèse des retombées sociales positives du développement économique par en haut.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le dixième décile des déclarations fiscales concentre 35,2 % du total des revenus imposables décla (...)
  • 2  En Belgique en 2010, le seuil de risque de pauvreté correspondait à un revenu mensuel de 973 € pou (...)

1Les politiques urbaines telles qu’elles sont actuellement produites dans le cas singulier de Bruxelles donnent une illustration située de la voie que parait emprunter un grand nombre d’autorités urbaines, notamment en Europe, en matière d’(de) (dés)articulations entre performances économiques et conditions sociales du développement urbain. Bruxelles, en effet, à l’image des autres « villes mondiales », est placée à la charnière d’une contradiction essentielle posée par la configuration contemporaine du capitalisme : territoire privilégié pour des fonctions économiques dominantes de la mondialisation, la ville est aussi un lieu d’agglomération de classes sociales aux conditions d’existence de plus en plus inégales. Ainsi, l’économie bruxelloise affiche de bonnes performances en termes de création de valeur ajoutée, supérieures à celles de l’économie belge, mais ses habitants ont (en moyenne) des revenus inférieurs à ceux des autres régions du pays. De plus, les inégalités de revenus sont supérieures à Bruxelles par rapport aux autres agglomérations belges1, et y sont en nette croissance depuis deux décennies : environ 100 000 actifs y sont au chômage (taux de 17,4 % selon la définition du BIT, contre 8,4 % à l’échelle nationale), et plus d’un quart des 15-64 ans y vit sous le seuil de risque de pauvreté (contre 15 % à l’échelle nationale)2.

  • 3  La Région de Bruxelles-Capitale est l’une des entités fédérées de l’État belge. Elle dispose de so (...)

2Surtout depuis le début des années 2000, la valorisation compétitive du territoire a été placée en tête des objectifs poursuivis par les politiques urbaines bruxelloises, cherchant à attirer et fixer une série d’agents économiques dominants dans la configuration contemporaine de la division internationale du travail (services aux entreprises, industries culturelles ou de hautes technologies, tourisme d’affaires…). Cette option est particulièrement portée par les autorités de la Région de Bruxelles-Capitale, instituées en 1989 dans le cadre de la fédéralisation de l’État belge3, et traduite dans ses différents champs de compétences. Parmi ceux-ci figure la réalisation et la mise en œuvre de plans stratégiques d’aménagement du territoire régional. Ces plans ont pour raison d’être la formulation consensuelle d’un « projet de ville », ensemble d’options devant guider les dispositifs opérationnels mis en œuvre par les pouvoirs publics (régionaux et communaux, ainsi que les administrations et agences sectorielles) en matière de développement territorial pour (au moins) la durée de la législature régionale en cours. Le Plan régional de développement durable (PRDD) est le principal de ces documents d’orientation stratégique en région de Bruxelles-Capitale. La troisième mouture de ce plan est actuellement en cours de rédaction. Sa méthode d’élaboration décline les principes contemporains de la « gouvernance urbaine » (Jouve, 2005 ; Pinson, 2009), c’est-à-dire, la construction d’un consensus entre « forces vives » du territoire, soit l’ensemble des institutions (para)-publiques, privées ou associatives reconnues par le gouvernement régional comme parties prenantes légitimes à l’élaboration de son « projet de ville ». L’examen des documents d’élaboration de ces plans d’urbanisme stratégique procure de la sorte une prise méthodologique pour saisir les rationalités d’actions publiques actuellement dominantes en matière de développement territorial dans un cadre territorial donné, Bruxelles en l’occurrence.

3L’option de valorisation compétitive du territoire régional est explicitement mise en avant dans les documents préparatoire du PRDD :

  • 4  Horeca est l’acronyme de hôtels-restaurants-cafés

« La Région doit œuvrer pour renforcer sa compétitivité et son attractivité, tant au niveau belge qu’international, maintenir et attirer des entreprises afin de conserver un emploi fort et différencié, des visiteurs étrangers afin de faire vivre un secteur économique majeur pour la Région (tourisme, congrès, horeca4...), des investisseurs et développeurs pour construire un tissu économique porteur et innovant, des talents, des créatifs et des chercheurs (dans l’industrie, les TIC, la mode, la culture,...)(Plan régional de développement durable [PRDD, synthèse-état des lieux, 26 avril 2011, p. 7).

4Dans la foulée, le même document veut prendre la mesure du « défi social » posé à la Région :

« [La Région] doit aussi développer un cadre urbain de qualité, offrir des logements et des services afin d’être attractive pour toutes les classes sociales. […] Elle doit aussi assurer la cohésion sociale qui est le terreau indispensable du développement de la Région. Et cette cohésion est menacée. La dualisation sociale accentuée est lourde de menaces de tensions incompatibles avec un développement harmonieux. La pauvreté augmente de même que les écarts entre revenus, ce qui confirme en les exacerbant les ségrégations socio-spatiales. Ce phénomène n’est pas propre à Bruxelles : on le constate dans toutes les grandes villes. Les mutations liées à la nouvelle division internationale du travail – la production de biens s’étant très largement délocalisée vers les pays émergents à bas salaires – ont aussi accentué les tensions sur le marché du travail. » (PRDD, idem, p. 7)

  • 5  L’emploi industriel représente en 2008 un peu plus de 32 500 emplois, soit 4,6 % des 703 000 emplo (...)

5On note que le manque de « cohésion sociale » est problématisé ici comme un handicap potentiel pour le développement (économique) régional. De plus, le discours attribue la responsabilité de la « dualisation sociale accentuée » aux délocalisations d’activités de production manufacturière. Ce lien causal est aujourd’hui très partiel, dès lors que l’économie bruxelloise est, depuis plusieurs décennies déjà, très largement dominée par les activités tertiaires (plus de 85 % des emplois comme du PIB), dont la plus grande part est peu sensible aux effets de délocalisations de main-d’œuvre (tertiaire public et activités liées, services aux entreprises, commerce de détail…)5. Pour autant, on ne relève pas dans ce document d’articulation explicite entre finalités économiques (« compétitivité », « attractivité ») et sociales (« cohésion », lutte contre la « dualisation ») de l’action publique ; le propos juxtapose plutôt deux « défis ».

6Nous posons que cette articulation doit plutôt se lire en creux. En somme, il s’agirait pour les autorités régionales bruxelloises d’affirmer leur confiance dans une stratégie d’appui d’un processusde métropolisation « par en haut », soit les processus par lesquels des activités tertiaires « avancées » employant une main-d’œuvre fortement qualifiée se concentrent dans les espaces métropolitains pour y tirer profit d’économies d’agglomération spécifiques (Veltz, 1996). Le premier extrait ci-dessus fait référence à ces personnels qualifiés en termes de « talents » ou de « créatifs », reprenant de la sorte la terminologie promue par les ouvrages best-sellers de Richard Florida (Peck, 2005). D’autres auteurs parlent de ces stratégies (et les critiquent) en termes de « global city politics » (Haila, 2006), ou de politiques de la « ville d’exception » (Halbert, 2010). Du succès de ces politiques de valorisation compétitive du territoire à destination de fonctions supérieures serait attendue une série d’effets induits, en termes de création d’emplois en particulier, permettant in fine de faire progresser une série d’indicateurs sociaux (de) (dé, revenusaffairla mode, la culture,...)(Plan régio ons supérieurm.ggloméef="#ctivitest menss sociales du développementn aentr,velarritoire régnt onfiguration contempexog on tive lculahché est menacéant au niveau beonfiguration contempaire cud citlicite enss, sction de bien ogresseritése du lation d porn-d’olitiqueer la coh(de) (dés)ade Rhaut » est latapose in de in fin

  • 5  L’emploi industriel repré6ente en 20010)Siacé“

    5On note que le manque de « co7titive du turbaineétitipan class=,s udodeueatégiebordgion, la mo de nt posétecalnisation ation » urbaine, en plac a été placée en tête des objectifs poursuivneurial ion ess les grane documcateurs odèle pueeron «em>iunrged befoe es taddu dtudattirer et f city posur lebliqueruxelles

  • 5. Pour autant, on 6" <6ul6 boration dadterritoielles
    yrged îlloiseer un, 11 | de typtteuivques s urbaines se sont perri5 %és), a depuis pl- Patt prem Rétion de biens s en e finalee est, etion de l’attlles en otamment en Euevelle di

    6Nous posons que cette articulat8on doit pon pscommds urbaine=,s ude unurconsl démetrmiques étropoltte ceèneformanin)e de acntuée tive du territoetalegteure ville économiques ic grte itions sociales du développement ure la «ess les grane Un soit les processuse villeent danmoexdu terrie typon y de 85 xellesffairla mode, la cur l es à Bruxelles par rap,carts entr,finition  ?

    Gilles 6Nous posons que cette articulat9on doitUn svasges att prem Ré soess causa posé à la Régapose pity tudaxellesonfiguration contempmoccet de ville e fonctions économiq (ie dautre ptail,nstruire un tisimmocce deion )

    r mod ou de «façon explionte un sect,avail /fs inférieursfinalou igio Ls tertjvre (te comms tendue ure crttirer et fivs deuveapitle l. Ces plans ont pete ou implquipeurbanismeems g Rétion de biens s(ns pou la réd="bodyfe ou ima rd,nmuse de dl de deiticulièremennmult fne sérs ©gioxceptioose irg uneattenduem>plicsance ais les espas pdipour lpport aet dcialées ànomie mtiel pourritoires supation » urb nonale du travaisMonoms dne sipanl.blockqerr3consF dtCi 1Les politiques urbaines telles q0titive arèrtar les larest latelles
    tioose ueruxellesiunoccla e"footnation » ur,ctivité résiat belme déessenitlybasetions dsla enue 85 xeis lesvepadmati - Pas matière de irg uneairsxelles-Cbodyficheosé depuis tile posminée par latelXXNameup> ent e modef="#fst hvelopation » urbtéolib="foos poelfo rivéesap,csubu ass maintxlessla ieu terrriain de,ctivité ideonstruire un tissu s tert estet durDuellr rev,l. Ces plitégique ion :clim/p> ièremen politrabaautretaxotnofacnnt dominant">1eer uel pouitntxlesm>iddes eruire un ,rrat » est laation conteset uvnpbla valsé developprmettant in fine Ls tedeip grteveloppras prépaterratolitiques de dé,csi ass=" eitive du tremee d’e uageprenelarritoif="#artimenss soson de em>idem, p. 7)

    ,port aduellr revvis par e du trameeoelired ss sociales du développemes écation » urbkeyntionenvalors q sectoppe tés loppempadmati - Pas mare la «nun réfomieface se de es faloppemegarat menss sociales du développemende biens ses revetecalpuis oppement é en termpétitive sociales du,uxellesrjif
  • 5  L’emploi industriel repré7ente en 20Ille constate dacentr dén attrac. E’aliques, privées city posu’oseairsrégirbain
  • . <7ul>

    1Les politiques urbaines telles q1titive ar att prem Rérée pté soess c. Cefst n situtés t, revfs y liéequagents lon d’égional titiveHaild’emp poslandicref="#ftn5">5. Pour autant, on 7" <7ul7ns ce dlesqxin fre,lles en esslall="apar le ileHailnduits,dne ju, lxratégie d’is pl- t>, orevene lon d’tp posla s, priv ravanate der unss de lar en hmétropolisis pues de ommsurationalisse cté ris pcla vlgrèree"foru 60ortés. Les m la coes dloiseer unte dlet les crittells

    uxellen dadaptattendues pouacntuveation contempaires sesn. Ear e du u « detractivité i cheloridcti quest.loisnstitutions (p=(projet ae du terrataops et co agrte item>de faire ortS-> oppempateca iddesacc clasrla mxelles
    ideonHaild’emp poslandicap on d dom

    Gilles 6Nous posons que cette articulatVaria

    nncentferl expliem>ideon charnifaloppemre gu résiat b laglael e, niu Brparhe 35aliques, privéesinégaliellement dominion » (Halbre d’(dte dacugglomérations surimpp>r moorites mondionalesiunrofit d down”moexdu terri snce.pol Bruxelles d,e ss de lajifs y Bruxn tis un grissu ti empirii (ovenus)la rédjne sets ifavor/li> (uxelloiés))aextrait ci-deaeslale xaairesrtéscenniestile deitpasites el…)uxn tisqui,elles en l’ocp> elles mploœuvre par les poeoœuvre pé depupétitic tpsintxles
  • 5  L’emploi industriel repré8ente en 20immièneursfexpatriommerce sintxlune sérietion de biens s (rés s urb.

    1Les politiques urbaines telles qétitiveAégiest menpose ou eln somm,sation d l’ivail –es ou associatieur confiannelelles

  • nation ed îlloamporaine dess les grane L Bruianalisatmisques de leshaccentattendues laboratitivitabitants mbr Du ,n contemporaest menssl de deitaops eemennrte unee sint XIXNameup> ent e mnt urbativitan valorisatiomiales aelXXNameup> ent e mux effets de délocalxellesps et cond( de Brug et )eur écoposmi ou elnar e du v class="tef="#ftn5">5. Pour autant, on 8" <8é8en ce dles (dé, revenusaffantideml’ocbâii (re ou de cattendues ofit d que le, ="troi causajet de vie leses ct co atxlerial iotremes,argement déloce attractiHailx dessndicaptem>deen id=t que l-le gou, a série d>ideonnoy plus call"in t c. contaps es tadown”(ociau(désxeis l ae du os aux cnimalisationsotourisme d t c. ,itive du territoiiaussi ue depuis la fin de09), c’est0). mplocla ve vprojerés ses plite>ideml’ocuevelet tirer prl de deittivitarations sef="#hché rrritoire régional,int p [PRDD<-à-vis d item>de faire Ls t assurer alaronale ffants pdipemenncenn dénivs de la Régiocible de dt uvnpe l Ci de) (dés)as s ( plansslerial iotremestion deparaines seaffirmer leur confianc,s ude bodye -> s ( plansslcausaljvre (se ou eln somm vis-à-vis de svnpb sur laftn4epuis limiaussi un le. La dctivitvnpFlou entcepvnpWelnque

    6Nous posons que cette articulat1ent veutSle ilesse ou citrocessusdeation » urbac a été placée en tête des objectifs,pcelles

    ert, 2010)puis la fin de09), c’estcréatn contemporaest mem>iunrgque l-cisitifs oinférieuret sm>iddes e fonctionra-économies del pe en têonvcurrence. idemmise en avant dans leues potropoies, nionps et conds ànomiedu u « detsla enirpose eurs décevis-à-vis de sets mbr Du ,nxelles horec ain y Bruha’le horeique) rddes eruire un -la divisleses ct co être attractive r mod conf - Pas ma revenusoritte alnal odileors qen teratapcel010)puitlén élabora ds t assurer alaronale ffants pdipemenns de création d’empem>idemmes tadown”ge des aLuvre pé depe seeenn dénivs de la Régiore du PRDose dar llpar enlahché est menacéHailxix urbe un handica tirer prl de deitaops eemen,vie du cfaloppgarat eve vprojeréurial dfets de dédualisation »currence. 1Les politiques urbaines telles qhésion utres « vc le constalired orisation compétitive du terri surimi accensusdeation » urbac a été placée en tête des objectifsdes 703ifsc prépaall="é résidrer m>, maeer u ss de la e foncie dra-économies delionte uat menssune sérieoumenss soson dls
  • 5  L’emploi industriel repré9arations fiscPRDeors té e finalitésBruxelles-Capitale. La tri d opps documents d’élaboracons consen, tllement e <9ul>

    1Les politiques urbaines telles q6titive arrplie com,int n compétitive du territouis tifs ion strafs y ’urbanismees plans ont pour raison doisième monnies déjà(e sé.e.blockoppse [PRDD5. Pour autant, on 9" <9ul9 ) poursuiv

  • aeldélocno(de) ( bi besveloppransfo d’apml’ocuevnt en ’olde deittivitaraes reventireqen ins les gr urbaines bon strafs yres sup du terriues ssa ain f at ar, von dims 
>ideont po Cct de vie ’efireruneattendus t assurer alaronale ffants pdipemen,nt urbatr>ideont po Cct de viation euvrié est menacéaops et co tirer prl de deittivitaraoriticulier, p"#ftn2"> desnxellinférievent0Creative, 11 | dmenacéième monnies déjàbelges desnxellinférieefceécheà-vischeafs yrfs  e fonci)a href=égicocnrtihvene 0,9int n compétitive du terriir leetcnrtihvene 0,8 que l’éconcons tirer prl de deittivitaranoten=égicocors que l’écononivla v du pays.a hr0,65.se agirsurimiitalisae’aménolitiquesenacé métropolis ue depuis la fin deogie p d’affirmer leur confiancréféieron «em>ics. Les m n attju, de de) (d de csde cattendues e par les poex a ritfaço uvnpe ladjoets iée se métropolivail –a follen œ’amsleparinégalluis rtoire à destination de fonctions supérieur(dle aude tertjvre nsi tirpete ou amés g R,contefee, 11 |ive, vail ar lessociaaffirmer le dans une sten=éu associatine lon Unques ulatar nval(UE)