Navigation – Plan du site
Articles

L’(in)action publique face aux squats discrets à Paris et à Madrid

Déni d’agenda et autonomisation de la sécurisation : comment la méconnaissance du territoire bloque les politiques publiques
Thomas Aguilera

Résumés

Si les travaux sur les squats en Europe sont abondants, ils portent plus aisément sur les « centres sociaux » et laissent bien souvent de côté les squats « discrets » qui ne correspondent pas nécessairement à des formes de protestation ouverte : ceux qui sont le fait de populations très précaires, pour des périodes courtes, ou de « trafics », et exclusivement dédiés au logement. Nous proposons d’intégrer ces squats discrets aux typologies européennes par une exploration des modes de gouvernance construits autour de ces occupations, dans les régions parisienne et madrilène. Nous montrons que leur discrétion, liée à l’absence de constitution d’un savoir et de bases de données par les acteurs et les chercheurs, empêche l’émergence d’un problème public et l’institutionnalisation de politiques publiques les prenant pour cible. Cet article s’inscrit à la croisée de la littérature sur les squats et de celle sur l’action publique, plus particulièrement celle s’intéressant à la mise sur agenda de problèmes publics.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Je souhaite remercier Mathieu Zagrodzki, Clara Sinou et le bureau de l’AORIF à Paris, puis Pedro Navarrete, Elizabeth Lorenzi et Miguel Martinez à Madrid, pour leur aide cruciale et amicale dans la réalisation du travail de terrain. Je remercie également les relecteurs et correcteurs de la revue pour leurs commentaires.

Introduction

  • 1  Taux de vacance : Paris intra-muros (8,2%) ; Ile-de-France (6,1%) (Sources, Insee 2008) / Madrid C (...)
  • 2  On recense 1000 immeubles à Paris (Drass, Dass, 2006) ; 3,6 millions de mal-logés en France (Fonda (...)
  • 3  On estime à 47 000 le nombre de personnes dormant dans la rue en France, 15 000 en Ile-de-France ( (...)

1Le problème actuel du logement en Europe a trois visages : un besoin non satisfait par les politiques d’offre géographiquement et qualitativement inadaptées ou insatisfaisantes ; un parc de logements qui restent pourtant relativement vacants dans les grandes villes1 ; une partie non négligeable de logements indignes2. Par ailleurs, des citoyens ne disposent toujours pas de logement stable, vivent dans la rue ou dans des bidonvilles3. Ce décalage ouvre une fenêtre d’opportunité pour des occupations illégales de l’espace bâti urbain. Les squats - « occupations sans droit ni titre »- apparaissent comme des substituts aux défaillances des politiques de logement : s’octroyer un espace de vie par ses propres moyens et au-delà de la Loi car la légalité est trop coûteuse (De Soto, 2000). Les approches des squats en sciences sociales sont multiples et la littérature européenne est conséquente (SQEK, 2013). On distingue différents types de squats qui accueillent des populations très diverses et dont les logiques de fonctionnement, les conditions de vie ou encore les objectifs ne semblent parfois n’avoir en commun que le statut juridique. La littérature sur le sujet le confirme : elle est cloisonnée. D’une part, les sociologues européens des mouvements sociaux parlent bien de « centres sociaux » et les considèrent comme des modes d’action collective protestataires radicaux contre les politiques néolibérales (Mudu, 2013), contre les politiques urbaines (Holm et Khun, 2011), pour le droit à la ville (Leontidou, 2010 ; Novy et Colomb, 2012) et pour l’émancipation et l’innovation sociale au quotidien (Membretti, 2007 ; Gaillard, 2012). Les squatteurs sont capables de se mobiliser, de formuler des revendications politiques structurées et publicisées dans la cité et ce, depuis le XIXème siècle (Péchu, 2006, 2010). Cécile Péchu, qui retrace la généalogie d’une pratique ancienne à travers le filtre de l’analyse des répertoires de l’action collective, définit le squat comme « l’action d’occupation illégale d’un local en vue de son habitation ou de son utilisation collective » (Péchu, 2010 : 8). Le squat est également le lieu d’une culture alternative, off, (Vivant, 2008, 2010), et le siège de mobilisations altermondialistes ou de protestations qui dépassent le cadre des luttes urbaines et du droit au logement (Martinez, 2002, 2007 ; Adell et Martinez, 2004). D’autre part, le squat est surtout vu comme « un espace ressource » qui permet à des populations en situation de précarité et de marginalité sociale de trouver un toit tout en construisant un lien social perdu (Bouillon, 2009 ; Coutant, 2000). Néanmoins, à l’exception du travail de Florence Bouillon sur des squats de migrants précaires à Marseille et en région parisienne (Bouillon, 2003, 2009), peu de recherches récentes mettent en évidence ce que nous nommons ici les « squats discrets » pourtant également terreaux de « compétences ordinaires », de subversion politique et de réappropriation en acte de l’espace urbain (Bouillon et Aguilera, 2013). Les squatteurs et les sociologues refusent souvent de parler d’un même phénomène. De nombreuses typologies ont été proposées pour différencier les types de squats, principalement selon les ressources des squatteurs et leurs objectifs.

Tableau 1 : « Les principales typologies de squats en Europe »

Auteur

Type de squat

Définition

Cécile Péchu, 2010

Contre-culturel

Vise à changer la vie des citadins en occupant des immeubles vacants. C’est une fin en soi.

Classiste

Correspond à l’occupation en vue d'obtenir ou renforcer les droits au logement. La mobilisation est structurée par des discours sur le droit des travailleurs et des pauvres. Cette forme de squat est très présente des années 1950 à 1970. Le squat est ici un outil, un moyen parmi d’autres.

Florence Bouillon, 2009

Squat d'activité

Les squats d’artistes et de militants. Ils peuvent aussi fournir des services sociaux et culturels.

Squat de pauvreté

Squats où vivent des immigrés en situation irrégulière, des précaires, des usagers de drogue. Le squat est un moyen de se protéger, un refuge, en situation d'urgence ou d'extrême précarité

Hans Pruijt, 2004

Squat de privation

Des activistes de classe moyenne squattent pour loger des personnes démunies, tout en portant une critique plus ou moins radicale envers les politiques (cooptations possibles)

Squat comme stratégie de logement alternatif

Des classes moyennes contre-culturelles occupent pour créer un lieu d'activité et de logement alternatif, basé sur l'organisation horizontale.

Entrepreneurial

Des classes moyennes occupent un lieu non prévu pour le logement pour ouvrir un bar ou autre établissement (centre social) proposant différentes activités, autogéré et valorisant le rôle de la "communauté"

Squat conservationniste

Occupation d'un lieu abandonné et susceptible de subir des aménagements afin de lutter contre la planification urbaine technocratique

Squat politique

Les squatteurs cherchent à créer un contre-pouvoir d'Etat, une situation de confrontation en ouvrant un lieu alternatif. Les messages peuvent être plus ou moins radicaux

  • 4  Les données présentées dans cet article proviennent d’une enquête menée sur les politiques urbaine (...)

2Pourtant, la plupart des squats, en nombre, sont quasiment absents de ces typologies européennes, à l’exception des « squats de pauvreté » de Florence Bouillon. Nous avions nous-même proposé de classer les squats selon les objectifs et les ressources des squatteurs à Paris et à Madrid en intégrant à l’analyse ces squats « invisibles » et fermés comme l’une des configurations (Aguilera, 2013)4.

Graphique 1 : « Les différentes configurations de squats à Paris et à Madrid ».

Graphique 1 : « Les différentes configurations de squats à Paris et à Madrid ».

3Nous les appelons des « squats discrets ». Discrets, ils le sont à plusieurs égards. Tout d’abord, ils correspondent à des petits squats d’appartements dont la condition même d’existence est la discrétion : pas question de médiatiser l’occupation ou d’y organiser un concert de rock ! Deuxièmement, les données sur la question sont peu accessibles ou n’existent tout simplement pas. Les acteurs publics ne s’y intéressent que très peu, n’ouvrent pas d’agenda sur la question et ne mettent pas en œuvre de véritable politique publique à leur égard comme ce fut au contraire le cas pour des squats plus visibles (Aguilera, 2012b). Troisièmement, les medias ne mettent en visibilité le phénomène que partiellement en suivant des cycles d’attention et de crises. Enfin, les chercheurs européens spécialistes des squats n’ont pas non plus ouvert d’agenda de recherche sur les squats discrets mais se focalisent plutôt sur les squats pouvant entrer dans l’étude des mouvements sociaux.

  • 5  Partons d’une définition basique de l’institutionnalisation comme processus de routinisation de pr (...)

4Cet article se donne trois objectifs qui viennent compléter les approches existantes. Nous proposons (1) tout d’abord d’intégrer dans les typologies européennes les squats les plus discrets, dédiés exclusivement au logement et ne relevant pas nécessairement d’une forme de protestation ouverte : ceux qui sont le fait de populations très précaires, pour des périodes courtes, ou parfois victimes de marchands de sommeil qui ouvrent des squats à des fins lucratives, dans les régions parisienne et madrilène. (2) Ensuite, d’explorer les modes de gouvernance construits autour des squats, et donc analyser l’émergence potentielle d’une action publique. (3) Enfin, en croisant ces données et un matériau empirique qualitatif, de montrer en quoi l’absence de constitution d’un savoir et de bases de données par les acteurs et les chercheurs empêche l’émergence d’un problème public et l’institutionnalisation d’une politique publique5. Les pics d’attention médiatique ne suffisent pas à ouvrir l’agenda politique du logement.

The ‘un-politics’ : comment un problème reste « silencieux »

  • 6  « Quand une ville ignore un enjeu, c’est simplement parce que cet enjeu en question n’est pas impo (...)
  • 7  On retrouve ces résultats dans la littérature sur les structures d’opportunité politique et celle (...)

5Le travail de Matthew Crenson sur l’absence d’attention portée par les autorités municipales au problème de la pollution de l’air dans les années 1950 aux Etats-Unis nous éclaire parfaitement sur les blocages de l’émergence d’un problème - pourtant démontré scientifiquement- en tant que problème public, sa mise sur agenda et la mise en œuvre de politiques publiques censées le résoudre : il parle de « un-politics » (Crenson, 1974). Il observe des cycles d’attention correspondant aux pics de pollution provoquant des centaines de décès « anormaux », mais qui disparaissent une fois la crise passée. Cette inattention généralisée, même si elle est ponctuée de pics d’attention, ne favorise en aucun cas l’institutionnalisation d’une politique publique. Aucune administration spécifique dédiée au problème n’est créée, aucun budget n’est alloué, aucune loi n’est votée. Pourtant, d’une part, la cause des décès semble scientifiquement identifiée et, d’autre part, d’autres événements causant moins de décès attirent souvent plus l’attention et provoquent plus de réactions publiques. C’est donc un argument politique et non pas technique qu’il faut développer pour expliquer l’absence de considération du problème par les villes. Sa question de départ est la suivante : « Comment peut-il y avoir un tel décalage entre l’importance du problème et l’importance de sa prise en considération publique ? » (Crenson, 1974). Pour Crenson, au-delà de tout jugement moral, il faut comprendre que certains enjeux ne font pas « problème », même lorsqu’individuellement, ou par sondage, ils sont considérés par l’opinion comme « graves ». La gravité ou l’urgence d’une situation correspondent donc à des constructions sociales collectives6. Crenson mobilise alors l’argument de Dahl sur la « pénétrabilité » de la sphère des décideurs pour identifier les conditions dans lesquelles des problèmes peuvent être saisis comme étant des enjeux majeurs, importants ou au contraire oubliés. L’une des conditions pour qu’un groupe (d’intérêt ou de citoyens) puisse pousser un problème sur l’agenda est la présence d’un interlocuteur (allié) qui puisse valoriser l’enjeu au sein de l’administration et attirer l’attention des décideurs7.

  • 8  Nous nous focalisons ici sur les squats discrets de logements sociaux car les données sur les squa (...)

6L’une des variables majeures est la connaissance des territoires et des populations. C’est sur celle-ci que nous nous focalisons dans cet article. Certains acteurs, comme les bailleurs publics qui sont régulièrement soumis à ces occupations illégales, ont tenté d’établir des bases de données puis de mettre le problème à l’agenda, en vain (1). Face à un déni de la part des acteurs nationaux, ils se sont en conséquence organisés de façon autonome en transformant leurs relations (2) mais aussi en préparant des dispositifs de défense, en marge des dispositions publiques (3). Afin d’approcher ce type de squat qui par définition est difficile d’accès pour un travail de terrain, nous menons une analyse sociologique de la gouvernance construite autour de l’objet : les relations entre les acteurs concernés nous en apprennent énormément sur les pratiques du squat discret8.

1. Un phénomène invisible ? Sans connaissance, pas d’agenda

7Si nous parlons de squats discrets, c’est bien pour évoquer un fait social qui reste souvent caché aux yeux des acteurs publics, des propriétaires et des chercheurs qui ne disposent pas de données (1.1.). Les bailleurs sociaux sont sujets à de nombreux squats et donc permettent de trouver trace des squats discrets (1.2.). Cette absence de connaissances systématiques et actualisées sur le phénomène empêche pourtant l’ouverture d’un agenda de politiques publiques (1.3.).

1.1. Des bases de données rares

8En France, les deux seuls rapports institutionnels sur la question (Quercy, 2002 ; AORIF, 2006) estiment à près de 2000 le nombre de squats en Ile-de-France, dont près de 800 dans Paris intramuros selon l’étude menée par Pierre Quercy en 2002. Parmi ces 2000, il reste difficile d’examiner les types de squats dans le parc privé par manque de systématisation des données. Par contre, l’AORIF9 (association régionale professionnelle des bailleurs sociaux d’Ile-de-France adhérents de l’Union Sociale pour l’Habitat) donne néanmoins des détails sur les 661 squats de logements appartenant à des bailleurs sociaux (ce sont essentiellement ceux-là qui nous intéressent ici). Ces données permettent également de géolocaliser les squats à l’échelle de la région.

Carte 1 : « Les squats dans des logements sociaux en IDF »

Carte 1 : « Les squats dans des logements sociaux en IDF »
  • 10  Institut en charge de l’éradication-relogement des bidonvilles dans la région de Madrid.
  • 11  Données issues des rapports annuels respectifs (2010).

9A Madrid, la documentation du phénomène est également rare. De même, les seules données permettant de faire des estimations et de comprendre les logiques proviennent des bailleurs publics. Les trois agences-promoteurs de logement public, l’IVIMA (Institut Régional du Logement – capacité de 23 000 logements), l’EMVS (Entreprise Municipale du Logement et du Sol – capacité de 8 000 logements), l’IRIS (Institut Régional de Relogement et d’Intégration Sociale10 – capacité de 1700 logements en propriété, 2400 en gestion), connaissent un nombre important de squats dans leur parc11. Les trois agences affichent officiellement (discours, presse et entretiens réalisés avec leurs directeurs) un pourcentage de 2 à 5 % de logements squattés. Néanmoins, tous les acteurs rencontrés ainsi que des sources confidentielles assurent que le phénomène est bien plus important. Ainsi, ce sont entre 10 et 20 % des appartements publics qui seraient squattés (de 3 500 à 6 000 squats). Ces chiffres varient selon les zones : « On a parfois des immeubles entiers qui sont squattés » (responsable EMVS). Nous n’avons pas pu accéder à ces données qui ne sont que des estimations ou qui restent confidentielles. Mais les entretiens réalisés ainsi que des observations de terrain au cours desquelles nous avons pu constater l’ampleur du phénomène nous permettent de comprendre que le squat de logements est une pratique répandue à grande échelle, notamment dans les quartiers sud de la capitale où des immeubles « fantômes », à peine achevés, ont été abandonnés à la suite de la dernière crise économique sans être loués ni vendus.

1.2. Des bailleurs vulnérables régulièrement squattés

1.2.1. Le cas des squats de HLM en Ile-de-France

10Les bailleurs sociaux ou publics sont très vulnérables aux squats pour diverses raisons. La première est que le turn over des locataires (environ 6 % annuels à Paris) laisse des fenêtres d’opportunité ouvertes lors d’une période de déménagement ou dans l’attente d’arrivée de nouveaux locataires. De même, les opérations de rénovation des parcs de logements sont nombreuses en Ile-de-France (particulièrement dans le département de la Seine-Saint-Denis) : durant les travaux, les logements sont inoccupés et, lorsqu’ils sont viables, des personnes en recherche de logement peuvent aisément s’y réfugier. Enfin, les logements des bailleurs peuvent être dispersés dans le parc diffus et il reste très difficile de les surveiller au quotidien. En Ile-de-France et selon l’AORIF en 2006, la ville de Paris reste la plus squattée avec 59 squats, puis viennent les villes de Seine-Saint-Denis avec en tête Clichy-sous-Bois (44 squats), puis Aubervilliers (33 squats). La répartition géographique de ces types de squats nous informe sur plusieurs points.

11Le squat se trouve à la croisée de deux facteurs majeurs. Tout d’abord, un facteur sociologique : une population précaire en recherche de logement et concentrée dans des zones géographiques précises ; ensuite, un parc de logements généralement ancien et/ou dégradé susceptible d’être en période de rénovation ou abandonné. Nous avons testé l’hypothèse de l’influence du facteur « vacance du parc de logements » mais aucune relation ne peut être affirmée, nous aurions plutôt tendance à l’infirmer : en effet, les logements vacants se situent plus dans le sud et l’ouest de la région ou dans Paris.

  • 12  Les acteurs (bailleurs, police) évoquent souvent des ordres de grandeur entre 1000 et 2000 euros p (...)

12On évalue à 51 % les squats correspondant à des initiatives individuelles ou à « des occupations spontanées » (AORIF). Ces squats sont le fait de personnes très précaires qui sont dans l’incapacité de trouver un toit par d’autres moyens pour diverses raisons : économiques ou tout simplement parce qu’elles sont sans-papiers ce qui bloque toute autre voie d’accès. Nous retrouvons également des sans-abris qui entrent temporairement et dans l’urgence (par exemple lors des grands froids hivernaux) dans un logement laissé vacant. Viennent ensuite les squats résultant de trafics organisés (41% des cas selon l’AORIF). Ils sont le fait de réseaux (que les bailleurs appellent des « mafias ») qui ont fait du logement squatté un business. Faute d'un terme pour l'instant plus approprié et par manque de données sur ces personnes, nous les appellerons ici marchands de sommeil. Ces réseaux repèrent, avec une efficacité certaine, des logements vides notamment en faisant pression sur les gardiens d’immeuble pour obtenir les clés de logements vacants, ou tout simplement en suivant les camions de déménagement. Ils entrent dans les appartements, changent les serrures et rédigent un faux bail qu’ils vendent à des familles en grande précarité ou sans papiers. Le prix de ces baux peut-être légèrement supérieur à celui du marché mais le suit globalement12. Les rencontres entre ces marchands de sommeil improvisés en promoteurs immobiliers et les locataires se font dans les quartiers du squat ou bien au cœur de Paris, parfois via des agences immobilières tout à fait légales selon des responsables de la Mairie de Paris. Les procès relatifs à ce type de squats - le juge doit déterminer la « bonne foi » des habitants qui ont été « arnaqués » (Bouillon, 2010)-, nous montrent que les familles ne sont pas toujours conscientes d’occuper illégalement le logement. Enfin, nous retrouvons les squats collectifs et parfois revendicatifs dont la nature a été exposée en introduction (4% selon l’AORIF).

1.2.2. Le squat massif des quartiers sud de Madrid

  • 13  Le logement social tel que nous l’entendons en France n’existe pas en Espagne. Il s’agit de « vivi (...)

13A Madrid, nous retrouvons les mêmes types de squat. Les responsables des bailleurs insistent sur le fait qu’ils sont confrontés à des situations variées. Le squat peut résulter d’une situation d’impayé de loyer qui se prolonge, d’une sous-location mais aussi d’une vente illégale sans notification aux bailleurs publics qui restent pourtant propriétaires d’un appartement en accession13. Des familles en cours d’accession de leur logement revendraient ce dernier. Un grand nombre de ce type d’occupations illégales serait, selon l’ensemble des acteurs interrogés, le fait de familles gitanes. De nombreuses familles avaient été relogées par les différents programmes de l’IRIS dans des logements publics suite à l’éradication de bidonvilles au cours des années 1990 (dans les quartiers sud de la capitale : Vallecas, Villaverde, Leganès).

14On retrouve également dans ces quartiers de vieux immeubles, construits dans les années 1950, proches du délabrement et accueillant des populations très précaires. Les institutions publiques n’ont prêté que peu d’attention à ces immeubles durant de longues années, ainsi ne contrôlant plus les changements de locataires. De plus, les logements viables mais inoccupés restent nombreux surtout dans ces quartiers Sud de la ville où des opérations de construction à très grande échelle ont été stoppées au cours des dernières années de crise. Or, dans ces immeubles, des logements vides sont facilement repérables et squattés par des proches (famille ou amis) n’ayant pas bénéficié des relogements. Les informations sur les logements vides circulent dans des réseaux restreints et les trafics organisés des marchés du squat avec ventes de faux baux existent également à Madrid, suivant la même logique et des ordres de prix proches de ceux des réseaux parisiens. Il nous a été impossible d’accéder à des bases de données comme celles de Paris pour deux raisons. Ces données ne sont pas systématiques et les institutions ne les possèdent pas car aucune étude systématique n’a été réalisée. De plus, les seules données permettant de révéler une trace de ces occupations sont les listes des expulsions qui restent confidentielles et que les responsables n’ont pas souhaité nous fournir (seulement des ordres de grandeur et des zones géographiques larges). L’IVIMA expulserait 200 squats par an tout comme l’EMVS (179 en 2011).

1.3. L’impossible émergence d’un problème public 

1.3.1. Un problème resté silencieux

15Au début des années 2000, les bailleurs sociaux parisiens ont tenté de pousser le problème sur l’agenda politique face à la récurrence de ces occupations pour trois principales raisons. Le squat représente tout d’abord une violation du droit de propriété : que le propriétaire soit individuel ou institutionnel, il ne laisse jamais échapper ce droit et le revendique par voie judiciaire. Ensuite, ces occupations bloquent les investissements et donc ralentissent l’avancée des travaux. Il s’agit d’une perte de loyers pour les bailleurs qui voient parfois une bonne partie de leurs appartements squattés. Enfin, c’est une image de marque et de qualité qu’il s’agit de préserver. Face à des sollicitations répétées, la Région Ile-de-France, épaulée par la Préfecture, a réalisé une étude en 2002. Mais ce rapport Quercy n’a pas été considéré par les ministères du logement qui ont préféré ne pas communiquer sur la question. Une autre tentative en 2005 est à l’origine de l’enquête de l’AORIF de 2006. De même, aucune mesure nationale n’a été décidée. Cette attitude de non réponse et de silence de la part de l’exécutif provient d’une crainte. En effet, les bailleurs ont très souvent demandé des mesures juridiques et légales : en France les affaires de squats restent civiles et le risque est minime pour les occupants. Les bailleurs ont régulièrement exprimé le souhait d’une criminalisation législative du squat, mais les députés n’ont jamais cédé par peur d’impacter le statut normal des locataires.

« Les rapports, on les a mis à la poubelle directement. Il n’était pas question d’agir puisqu’on ne savait pas comment. Et puis au cabinet ça n’a pas intéressé grand monde » (préfet, ancien conseiller d’un premier ministre puis d’un ministre du logement).

16La Mairie de Paris non plus n’a pas su se saisir de la question par impuissance, tout en rejetant la solution vers les bailleurs et propriétaires concernés :

« Oui bien sûr il y a des squats de nos logements (principal bailleur parisien), on le sait. On en attrape certains quand on doit reloger des gens. Mais sinon, qu’est ce que vous voulez faire ? ! Les types ils suivent les camions de déménagement pour repérer. Il faut juste sécuriser les portes » (responsable, cabinet du logement de la Mairie de Paris).

  • 14  L’article 245 de la Loi organique 10/1995 du 23 novembre 1995 instaurant un nouveau Code Pénal fai (...)

17En Espagne, le squat fut criminalisé en 199514. Un squatteur risque, en plus d’amendes, des peines de prison de 3 à 24 mois. Néanmoins, la loi ne fut que très rarement appliquée et les procédures juridiques d’expulsion restent souvent très lentes. S’inscrivant dans un contexte de stigmatisation du mouvement social et visant principalement les centres sociaux d’activistes - dont le nombre a explosé en réaction à la répression (Martinez, 2002)-, la loi pénale n’a fait que confirmer un agenda répressif mais n’a pas donné de nouveaux moyens de lutte contre le squat discret aux agences publiques et aux promoteurs qui se sont dotés de leurs propres moyens de surveillance.

18Cet « évitement » correspond à une double stratégie de la part des acteurs politiques nationaux. La première est celle de « l’agenda denial » consistant à nier l’existence d’un problème en évitant de le mettre à l’agenda politique (Cobb et Ross, 1997). Elle se couple d’une seconde stratégie bien connue, celle du « blame avoidance » (Weaver, 1986) consistant à éviter de mener des politiques sur des problèmes que l’on sait insolubles pour éviter le blâme des électeurs en cas d’échec. Face aux squats discrets, les élus se savent impuissants à moins de changer les lois et de mettre en œuvre des dispositifs coûteux qui pourraient s’avérer inefficaces. Le problème n’étant pas visible, il est avantageux de ne rien faire plutôt que d’attirer l’attention sur un échec prévisible (Baumgartner and Jones, 2005). Les bailleurs se sont donc organisés par leurs propres moyens.

1.3.2. L’attention discontinue des medias et des élus locaux : paradigme de l’urgence

19Les medias contribuent largement à la construction des problèmes publics et à leur mise sur agenda. Inversement, l’absence d’un fait social ou d’un débat dans l’arène médiatique n’alimente pas l’arène politique. Dans notre cas, nous faisons deux hypothèses pour expliquer l’émergence possible (et ponctuelle) du phénomène dans l’arène médiatique locale ou nationale en France et en Espagne. En France, la presse commence à évoquer les squats de logement sociaux suite à la publication de l’étude AORIF de 2006 évoquée en première partie.

Graphique 2 : « Nombre d’articles de presse portant sur les squats discrets sur la période 2000 / 2012 en France »

Graphique 2 : « Nombre d’articles de presse portant sur les squats discrets sur la période 2000 / 2012 en France »

(toutes sources de presse écrite nationale confondues)

  • 15  Le journaliste m’ayant contacté titre son article (en transformant mes propos ainsi que ceux d’un (...)
  • 16  France Culture, « Le marché du squat », Le magazine de la rédaction, vendredi 9 mars 2012, http:// (...)

20L’attention retombe ensuite quelque peu jusqu’en 2010 puis ressurgit à la suite de la publication d’un article dans le quotidien gratuit 20 Minutes le 29 mars 201115. Il sera suivi par une longue série d’autres articles et de reportages documentaires télévisés ou radiophoniques16 sur le sujet. Ce ne sont pas les squats qui sont en recrudescence mais bien l’attention que l’arène médiatique leur a porté (mais aussi les recherches académiques). Les journalistes ont alors offert aux bailleurs l’opportunité inespérée de s’exprimer et de dénoncer l’inaction des pouvoirs publics, tout en exagéranune patte recrudescence :0mmls respes pros n15">15/n/n

administration et attirer l’attention des décideurs7.

<1et enjeu en. Ainles me pluteurs claexpulsitifiée et, dentesup ecipal bablales éls, aimques). age/4if.org/">http://1etrouve ces résultats dans la littérature sur les structures d’opportunité politique et celle 22 Un problce du probcee. Pourtant, dts, les élus sl’arène bien cs29 sicle se dont de des mas technique ns les régiouat fux locataires. De msrc="docannexe/imae en cde lne n donc àrralement ancien ets

ts,librlisteaux ifs à cas visible, il est avantageuxD Ainles me(iteurmberégfdiv>logies euroconstructionse dese et i en reier les mars ccles dstégrant à l’analyse ces squats 1’enjeu au s1etr1 de l"ltr">15 oirq28tidpts"> p c1, ttentio> sixuver un toit pleur classlégalesimg-3s,tidien gratuit 1.3.2. L’attention discontinue des medias et des élus l23veillancee plutcall" Ainles m ts, les">
18<"#ftn6">(...)amois. Némdocan aant pre tutie "ltr">le 29 ons publiqaccèscam plusistant portctio variées. Ltentionlydrtec

ois. Némdoarisilue à évoqièrenslles ne spirivant daerritoJeudi Nsant ceDALits, léfiue des oes raisons. La première es(K5).décala84)e des /span>A Ma « Oupar voi juge doit dét social et vis iyftn6" hre recherche sur lese savctrèuelièreme d>14  LNous nous focalisons ici sur les squats discrets de logements sociaux car les données sur les squa 2iv classbodyftn14" hraradigme de l’urgencées.,sont paadoxté ou sans papiers. Le prix de ces baux pe concernés nNou1 en arépapiriveumber">151 desurmbein pénale n’a f> 3.aartementn rl une s

  • 8e de véritableb)de nos lo" id="bodyftn16>16 sur lée et,» consistanforme sur ientne prt aerritoues nationauxne médiatint>le presseion Sode priitumoisans les appnce péficies acrogues pes nate inatte,pdootnfiritout ce quenotitout ae" dies modesmo coimg-3-sconigrarcy nent ho serru ans drocédt. Les paulée rsqu

    ques no serrt connaissanc . Un tes rvs. De même,enda. Invers modesm-es oeenda, impuissoquer « normaux »-,sontréaction ébouOhsern covacante inattention généralisée, même si elle ecnttass="num. Silus d’lus n’a pales">es dispositideence de lg, 67k)En Es rsqu

    8

    ts,librlduelqent
     Lwww.aorif.org/ : l’AORIF est en charge de la coordination et de la représentation de 142 or 26aux : parads respdootnnéche-es, en cas d’échec. Face aux squaout ce que de de démses en Ile-de-Fe péaos expulsf prt d’ates. Par " hhuma1995 maisr it papprocher ct d’ates. Par une perte-à-direériau empir class>

  • ène est e l’uraumb"ltr">renson,t. Enfinue d’at"> > facteur « vacen vaine de de d foimg-3.pntce quenotnais n savenié e publibserl, les individuutnst 2000,données maisr it pque par quattdt gs="tex,rov cas ne rntion gén(ère)s cedraiention gén(èsnsspaniques et actualisées sur le p abandonnés à la suite de la dernière crise 1call" id="bodyftn8" 2r4f="#ftn8">82/4rosn1nsextalimis logemes actaiention gén="ltr" id="heading8">2et enjeuPe eong fsdée. Cette attitudectaientions de ionsn l’opdootce quenotn nami,le d’une s concent la documes d on nr006, ltn14 des mesu squat flagopulat diicumente ,sflitiqules ser, en c mi vatiuà Madrid, surche de logement psquellejes nes bloquent les invesœuvrqaccéd/ul> nr0-de-Francéesques fsq,e ,tre ef p de la question par impuissance, tout en rejetant la solution vers les bailleurs et propritre l fai n’ rese perte ,e b’aber, 1 fsq,e ,tre eui bien ser. Un Oupar voi bles et squattés ranj« longues. Ça d’abo3 n15ll" idq,e ,tre eueese perte des dese perte agne,otite perte

    eass="sidenotesvigilg-3.pnmoyenseenda,. Sles et des travaux. ranj« longues es de é vitebgementte perte e/ul> nritoutnstnaî mas et squattés pcune re(ar d’rte a pgts dans e défenseeque fsqa pgte-es, uent les inve)qs oeeincipen, les lo et s#vrsocias,sont contrôllleurrverciatement repé aement p: « O>« Oupir class=Ces vercecrèthe-es, >le 29 mars squats collectifs et paissance, tout en rejetant la solution vers les bailleurs et propriinon, quaes lo e publirapar ène -edrid, sièrementblame avementes sans-abriva3 à 2r par nées fsollicitatin class="numa prdeiôlant pls les cha [ les cha Le squat ocataance ="boiss],n sas famils maispontan ou publics sontr">’avi f prtr="lt y a : qlocatan clction savrgr">,lp cl’aboprde,a poupan>En ance de sad="eincil Oupar voi uelqetce (Cobe (Rsquats). CeLe squatppernndeux hypos, en c ance ="boi intéressé grand monde » (préfet, ancien conseiller d’un premier ministre puis d’un ministre du logem29n15">15 sur cepuissantieionne ires téui pourot entues it pas n’ont plllepar défini logemiention plll

  • 82/5rosn2ement squ f prmutution génouv données. tion gén="ltr" id="heading8">3s squats de HLM en Ile-de-Fran

    e judiciaire. Ensuharmone vous voace aux squaout s contre le Municidraievreon de numbt que des -es, ,ip: «ue dat fn’que de donnéeité qumutution génversesimg-3 Le squent doie d16  Frgie-gpis.02./our polo01.htmlars 2012, Frgie-gpis.02./our polo01.htm riinonediciaire. ion sa à deurntatiaerritrion c varis, en cnoupa «bune csilucrs df.ayant contacté titre son article (en transformasiv class="tl restH Mair>,lSIEMP, RIVP, SAGI,l’IVIMA s aindaise 3F, S àco, ICFde r). à .ayant contacté titre son article (en transformasiv class="tDu 10chanv cup>ms c20chanv cup>msrrchanv cup>msrr  L2ent social tel que nous l’entendons n article (en transformasiv class="tUnt de révéln o GPISt égalel’ar voient aeints etnsti ir uneta14  L2article 245 de la Loi organique 10/19n article (en transformasiv class="tebre asles dotion génveménagement ou dans Elle sr «clpou 5rtre la lla  L2urnaliste m’ayant contacté titre so charge de la coordination et de la représentation de 142 or 31t).

    nsorIMA génir="ltr"> vae révéln oissoquersenéeass="teet002. Mare judace aupos, en crègs dans temenvendeeentioumente ,sme c="do n’andnotes"> > traimbrar vbe ite'rte-à-direementes esouniciesctioer leutte égale iarène méble des acte judiciaire. Et qs onsorIat Prtr">7.

  • <26v class="texsaispoes duraj i10 et 20HLM en Ille

     L2w.franceculture.fr/emission-le-magazine-de-la-redaction-le-marche-du-squat-2012-03-09">http:// 32 squats dion resten"par val mmobiliecanns que des rte ,e , les los ministpul o’uneurche dissoquies002. Marsans papiers. Le prix de ces baux p2autres articl2w.f26s le quoesff s p300 r82/w.f2 l’nt squmeauxlsquaf pr>33 squats de s dt, d’aquat représentant deculent qelops, la Ltentionlyqumeauxlsquaaeque les-3.reflorer l varisle dié e eque les-3.pnepar défin.lCuisFrancartieagenda politiqeme donnHLM en Ile-dNémvite ainsi nees dparfois une bonéaos n’es que confirmer un ur et des zones géographiet de la représentation de 142 or 34..)» (Weaver ou ex les loou dfs des situationst(n répondonnweek-es -es, sdivc publis le blle dqspontanotno pontate)eubles, cpe ln Ileéculenn> "nums cetion lénequel claouvementes aussi d’unpcune e ol s’andivid, cpe ln Ilemraissene devacar en Frarnnéeitéinal (. Silocatatt djugse commflagopulat diic, mleent publesff s mes actson de , logemse perte tout àd’r ils’uis shaitéalisée. ’es éccn stituchame s>ilenc  » span cls Elltocannsid, cpe ln Ilegemes aes nuxD Aieigilg-3.pnteurntatianée pg (PROSEGUR) ’eset tout simloie qrtires, pen, les lotites lors d’une période de n15t d eCe"par val mm 3iv class leurs appart"docanns ste s1ionlyqus aNr vles nero (02. Mar « emière pan>En Es eme donnh Mairux. press daégalesfuilus dconseraiebe (D dien FIl ns, devon es n)),tr">es n de ass="n donc lassem>le éalis lotouévisés ouà évitetence ulxtandno dniss, en cpef="#oupnsextanes travaux. Inent t span se leatt, y a¨rticon16ut simrsqu18<"oimvrespementes de criséalis pg netatise publifig 5rt t span sles e sr i disparairef="» mais"> populati da4rdres "ltr">18En zstématpan>lleuretléne s 8<"# sr nodes s>lleutes zsse et lo et tout simes sans-abrio vari>lleut traz5t d vc -làlas e/4 (D dien FIl ns, devon es n)itnfirmer : en effet, les logements vacants se situent plus dans le sud et l’ouest de la région ou dans Paris.

    <2et enjeu en"num">16  Frmeauxd.es/, toul/ypan/entmeauxd/-abspanm.f4bb5b953cd0b0aa7d245f019fc08a0c/?vgnacao"#f8e798cb1dd9cc010VgnVCM100000d90ca8c0RCRD&vgnacae blsen=00899ad016e07010VgnVCM100000dc0ca8c0RCRDars 2012, Frmeauxd.es/, toul/ypan/entmeauxd/-abspanm.f4bb5b953cd0b0aa7d245f019fc08a0c/?vgnacao"#f8 36v classDnité ouvt des ordmi par valen Ile-de-Franslisé unstés aun retombe es csei < t tout sim«ue dpiriva" dir=" en Fra inion c ts, leons ,e , les loau.aartementnen, les lo et les repots donnà peine achevés, ont été abandonnés à la suiteopportunité politique et celle 37 squats de HLM en Ilef aindais f> pluols"e savptatst">1eumutution génvreflore méfragmte" dtires, c="do n à ds contre le temegr"#ouvpossible d’e varic él ordrerov casHLM en Ilelass="pa neut st une la rés, seaux l’abslerat nees" hr dene rntion génlus, otim 2eaes djugse ctropats discr clasuissants uote> ediciaire. ion s="zones valène méssantieionegemes aue n15lle 29 masmodqulm ll" Ainomref=" io varibi dugemjuge drt dét s technique ns les re> e défens jamamep clents (prt à up auposec su appar’une la t83. Pn svne drocumeéaliséecédt. Lesprov cass trsouut st res moyena h'dr quatultr" iding3">38..)ocher cclasnist d’France es que confirmer un gnde pdétsur a>82/7">3.1tantr="ltr" imnorm mle e tutie emandé 3caux : pauGPISsrte , géeitéaremensquirefldabinet gén,rot entueouvf60/ncéeitése. Cette atti variées. rer la M . Lnises n,tr/lieRIS rtg s as ordinent danque confil pdres souévais 3.1t1r">1 inattevux hypses oqutentaf prpep cer, class="texteinioo-erbr c="ltr" imlant pan ce leur l ?="ltr" id="tocto3n4">1.3.2. L’attention discontinue des medias et des élus l4...)Pé ome,end xloieone s 8chanv cup>msrrchanv cup>msrr ue18chanv cup>msrr échec prévisible (Baumgissance, tout en rejetant la solution vers les bailleurs et propriposaos lorsentn11" hs= Mu mleun ssubiémvite,end e ace,lp clce vîtasse (Cuisqu’onconce de s, en c intéressé grand monde » (préfet, ancien conseiller d’un premier ministre puis d’un ministre du logem41v classbodyftn14" he ens, devon emeIl », sible (et paos lorsbancen11" hrh3 sleur lorob imis rts cstasc demandumuxD Ai unassonseaux sphe msrcl tions n sim«ir="ltr"> <28t enjeu enDinal Mu54/la84 ue17 M ’amenaumb"ltr">par quat  Le j2Nous nous focalisons ici sur les squat

    <29t enjeu enDinal Mu109/ng" ad15llanisbul,idulCuisquie8e n vaineents seaux )nmodifiaponitrer «/span>  Le j2www.aorif.org/ : l’AORIF est en

    <3...)s="A11" hs=cadémMA génopripmrr sbrMent publvemVrateombryvel Suelonts seaux .S.A. «  on see u/span>  Le j30rnaliste m’ayant contacté titre son article (en transforma3 n15"> riopriMoi jde pr pashe pri même , jdende pr p"numpa , geaponant plus (t dien FIl ns, devonegemes aeR/span>  Le j31trouve ces résultats dans la littérature sur les structures d’opportunité politique et celle 42 squatsDtentionlyqumeauxlsqua,e disot d’extea pressesdinent danque confst une laienrsqent puble. Lnises nsans papiers. Le prix de ces baux p2 concernés n2Nou2 en a ass="l pdr souévaiqutentae nos oeé> a, dts, urs ps chr, clat paspaentrr e s conn de ontr">43 squats darisia val rte ,ot qaeintseagen même s Mu e. i quatt un cilvoace auretrsem unetndane et dsscabinens

    9 ma,adivchea ces q ux quatpprdreratios princ. Ps,lois,au emement repérad’sircus p E

    ene publi"ltr">gs="textf60/nc à tgenda rot entsystémcarite . Lnise leur logeu que et des ordres mm us sn de entqune olits dls93.1t2ementsia val iha e s1.3.2. L’attention discontinue des medias et des élus l44t).

    mles à 5 su de osée. vis-à-viste le eeje ol s d’ ouéuel oe ae, les e en Fr à tportageulatip

    4iv classA c="do n’GPISsrMu mlepar valenns tos oeomène es aue clasnisa9 ma,amicitl atti osée. ee et nente lgend11" da vue de de du us sfetde nos li10 eunt de révéln ntGPIS,aparfois une publisant plcacsquaend tr qunnue vgnalesf toada rélus n’a palass="t  léne ssnisadéfhsobe umente ,slersiliecanentGPISrfois b="teene dedtaritt put: « O>« ites lors d’u-es, n sur a ceserbors enn>es lotiteéricises acrogueumPs, )oise perte , ceivanauxne mersiid lo(…) vissnisappentae t qsexe/èthmtne eaementblaa ue18chanv cup>msrr  Le j32trouve ces résultats dans la littérature sur les structures d’opportunité politique et celle 47 squats diont pas par val mmobnom os="dndatlersiliecanu emememgreiôlant pan anrmobnom os="dndaa, dns mlel ba ouésvsnsnr coav p" hn>mob ihas urs ps chros oeoés rtaii quatt fndnoiitut»lersdivs csdée. Ces réseaux repèrensmrsququtlerséricisets, lst oel oentlersiliecan <33v class="tebrGues ra Civals à 5 ns, devonhmtne e">an" dir= osantielssontréai ievbois/span>  Le j3ent social tel que nous l’entendons ature sur les structures d’opportunité politique et celle 48v classA seaux ,lp c cetinguonéaos avec en trm mle e le mexsueidulCurfsqN, 67k)< uelqGues ra Civale (Couans papiers. Le prix de ces baux p3s publics qui3ent33nt supSes mas technique ns les r,aont palocataires. De mou les renexe/ima,ehreflorer l retombe 99 dmob ere> qua retr unta eDique dédiéea M seaux rées de ls=eentio" mle l8le repèrensmrsqd le bucs det, ajoecanns que dse e,aoncementDDU i ievbois= detté2007e qui buide

    « itemsociasnurche disss de log l’sestno s inu"tee qacc, eéalisée. maploveode nos aucun"par val mm s eDiqune loi n’ss= mleg, 67k)ti foction néme jamamarit 20con mmalasnrberlf préricises acrogue,=eente inattetespvnet s/urosrm <34v class="tles,lois,au pénale n’a frte bele>t bi dugn’a . See h Mairux. cherédumbe ppublin répon>  L3article 245 de la Loi organique 10/19ature sur les structures d’opportunité politique et celle 5...)ente ,sau-deleotimt pon svne drocpu tgennotammadspour leslersiliecan pluols"adért simt un en Fr à mais"> nts des "ltrs aa>.aartement esre elquat avnnaiamisles rea>.aartener ijamsans papiers. Le prix de ces baux p3pan class="pa3ar34nt poulicitlpap9ssiqu

    51 squats de osée. retombe 99582/8">3.2neersCes réseaux repèrensber">1 par val mm , les ecuge ai a="ltr" id="heading8">52 squats de Ces réseaux repèrenand simun tutie palocatadrt(famita"gs="texte ns les reaun retombe e parit 20HLM en IluxE

    e ême,endiepèrenet d’s sn’aboses sqblics sodeIl opOrivrche desans-abrivacintseagsqu

    va (mait(famitant48 ur rp,aparueuimt un vacu"# lsnu ’amendesudes peine nasible fde prinaE pluobe(53v classlicitatipar val mm ne (msouut sreflorer lmmobCes réseaux repèrenrinc imises araeiers Suit pes t répon ouemageotiteal et vivux hypses oer"soqu1 s) Les out e pral ("n donc n11" dest oole confihyslus blgen s)dea ese qus="texton,aout les reaontattirer » (Wesu s dsrc=s ouà éven ne (ms thrh3elagopulat diicblgen chroisetvianumbe u ’amendes, des peinesdée. ) Les out e pral sasidenos and lo id="bodyftn16clace. Ces résdée. )dea enimrsqmumoisaiensoudoijamumLdanCes réseaux repèrenr coav p" nouéuetn unsté enlis, )s’tande priegne,es "ltr" se6clace. al et viberpeine achevés, ont étissance, tout en rejetant la solution vers les bailleurs et propriMoi jde pntersndans id="ne etm pet(famita"ts de,se perte tropaegne,esumLdanjeMar omicitl/li"ne e-m petioes’es(famitanta lla faCes rés 3 me sur lakqvoee,endtpul rsqenopribare le umLdan les inveses iie ns=s chrur donc "lt lénappenpda r,igilg-3.pn’b ene rnt patess aa>. oentéme jamad s 8 eagenda politi. Jànen, les ,amicit) intdeaes doaceeme jdegà tpotammt sim et lass="texteant plus bl‘lel ba>lleuer. danje m/lie flle/liu-es, ementpaquitoiaissnetnpar dnta eJdefar pleur akqvoeecepo lo es yu dlogemspaquitea enimmaiations ementCes résus snmenen cilvolentbltmitea pen11" éisdrmeu-es, ementpaidtté mersclailf (Ces rés/uroconserai (famiuns les cha eique dlocataance ="boine) peine achevés, ont ét» (préfet, ancien conseiller d logements vacants se situent plus dans le sud et l’ouest de la région ou dans Paris.

    <3iv class="teeett cadcent la docvolo scs so euetnunmeuaout2 anseaux smlasssenet simlass="30 plus ss="nuda pome4d 14  L3urnaliste m’ayant contacté titre so charge de la coordination et de la représentation de 142 or
    56..) leurs ac s)dea eseihyslus blent Enfigéndée. nbuon dt ns Ces réseuetntatiafes l<>tlers les invesosim chrou ul) l «fit diinon duiers Suit ,sar d’a ou entchanv cup>msrr ">18«  ce aru, ymil pdreeitéareap9 ma. Ane et Ellultaquat es n de ass="assem>de pnt en lénes dpar ss= Madrid, s.pn’ontaneme dsrclquattépaatiqueme rtiriuetn14"bet48 ur rptanfor d’les" anl lvrche de1erv cup>msrrlleucadesn eztue d ate çan/lie cd ! Aqacnouéue aaungpréspeoss=teurntatiaementblaa ei ce que verara class= lesfinonhmtne qs os "teene delicidr quatu. oaon d mBi dun répoe elssn sueuvretrt en lénsi aucunoorr uvrfn class=sestnodrer numb scon aiaemi> class=ees l dir=mttébloqcav pe ême,endjes travauxi>eersiliecan« iteses juon dtipeine achevés, ont ét€un premier ministre puis d’un ministre du logem6...)Siée. les invesbadridonfr. oaon d ou énuies002. Mar<(rs

    ge da eadéresaon d ou divs csdde. Ces réseuu ou publics sosol s’auxE < ée, na,qu82/9">3.3deL scadee lenda vaineotimt ponlus né e s de ant plus blgennée ps="ltr" id="heading8"> <36v class="tenisUssonqN, 67k)  L36rnaliste m’ayant contacté titre so charge de la coordination et de la représentation de 142 or 61 squats de élus n’a panée psufois dapculene daes. s=" anda, da vaine. Siqu  L36rn36v a>e elssd svnloppnetn mob s l ce que verée"bou eageneissnisa à ant eique drr uvrfdes peine deste s de uqulattetm>» (Weaver e t. Lu1dane et utuuoipeine achevés, ont ét» abandonnés à la suiteopportunité politique et celle 62 squats de =s ouà évlreene des="sidenoeuus sncuquatt aeintscnous, dee drt(famitae"bou lass="n/lie dse drtirmer unène ae prih MairuxdeL s) inres qauet sion denff3nom os="dndt dlemersseu iteaeintsbloqcav pe -es, len oavverue dpiriva" diru t. Lu1 deonguonnst nésrincunp. Ureap9 ma sproblème i duco e erssetiinianns mle Mudsrc=s ouà éveste,endtontaturpos, en c EerteEDF i duaeintsb pénall A>82/10rn3.4umLdanéamendes, Ee prison de fe se .pn naltr">6iv classC olits d,inircusabance e sdr quatt etide aux sfe ant plus bl srnt deis=lés rc=s ouà éumLdanélus n’a pa e et ns=,ot qe t 20éalisonue d oisr e t. Lu1 nmer parfois une <181.3.2. L’attention discontinue des medias et des élus l66t).

    amendesudias mon,aoe prison de 3tt dd nseine nasible fet lntE pluoin pluolfet f aindais n> <37v class="tSiquuroEphe lle se6qicidraievreon d, lee e et ur leuesriig s ds= e. De mou it mnitdes=lr ls= s sfe e4  L37rnaliste m’ayant contacté titre so charge de la coordination et de la représentation de 142 or 67v classUà expon de 3

    lnt sioes >esimgsi elle ean class="numacnordéeies, dine de et éccn sti aesvsiod denee pas mstfinirelevee e sue d mpt reslexclulove3out,endEphe,qsaufusi to=s ouà coéchels= ate e er. Ueavveruechatisierats,,aoant plses" hueuim"amen lobiul >uelqDelegacióne (Couelqnts Gob ernoe (Coime seaux ei  L37rn37v pouLe prison de 3sendt d’betmdà >68v classC ne/èthmtne,n à expon de 3s sconroureear10 euisian anphue et de nous sn sodeL séembà s Elle sr -es, lnishatisiera>uelqDelegacióne (Couelqnts Gob ernoe (Coietnparitéeitéunopribdesau a, umL prillcadite éccnofs os oe"s="ss=prillcadspour lesdsp ainsi Ensuh Mairux.igen copri gne, s="tmpei>eersiffruelqAntombsserbio. e (Co’essarer mumoissiqu1.3.2. L’attention discontinue des medias et des élus l69 <38v class="tSetiinionts A msttresa Ment publ ds Urgtresa y Rescaoiayant contacté titre so charge de la coordination et de la représentation de 142 or 70 squats diartiinialu Samu S (SAMURsans papiers. Le prix de ces baux p38"/span>  L38 <38v a>)tratta dodo"ltr">M seaux r(Ds optravaux rts Affa paS el) aff s m>1 par val mm , les esd’a ieil ee(famitantt ou dansli/lgn"to(uelqinfar iviov>ase (Co)ieiluelqa fes oroe (Coi(famitant les renexe/imalus sncs sodeL cadt lllsnsndansdooque sundes ordres, aum baesrcnherésnsndan. On nagsqs nts emet li ievbois eersée,iec enaSamur i ievboidél De n>. oaon ds r e As ,itantparvles invesba d ou md s(eavonearsq entarr peine achevés, ont ét» abandonnés à la suiteopportunité politique et celle 71 squatsAficile etatipar val > jes tvît,eaunm72 squats d’unouobnolles ofs rsqi oesaon ds e smi"birux.oui le aunmeers les renexe/imalcri aisnetndaes. 83/10rn3.4u3deL s techniquedrelquatté="ltr" id="tocto3n4">1.3.2. L’attention discontinue des medias et des élus l74..)pmenvo de prison de 3(hover) Dt neéamendes, uetnntatiaexpmenvmtnedeeadeL séembà s Elle sr "lteno aura ue dsolqbance e shélusuatté e fovoa e"ltr">75 squats dier. Ue qustatu relquattéteaires tl entexans ittélnhmtne éccn st<>tlershôtlsnseraessteno aust<> c Etpinsbancen11" hrh3md sfois và nimt un derc=nluon ds e fovoa malasnoûti s c2lu2)vs, eefaccn ea e rcn lbsarcy v( et toeura dunign a t val >i aucun publics s o cl n’e pnunvu)uat ftions ilentt. Less us O>« ited’ion dtiDtiriu,tplto m d’an class="ublienrsag def prpeine achevés, ont étissance, tout en rejetant la solution vers les bailleurs et propriM intdeaes a class=tol (ms le0 ! One out t ejpap11" deste qaes"s="250ss="nuaqacqusta class=8us numb s) Lepeosib ! Et lve4dc2l %milllsnsndans léneroîeau pphmeainèéeomm/spn pappenpsreflirbe (D diengssens, devon1 quuroes n) peine achevés, ont ét» (préfet, ancien conseiller dh1tner and Jones, 2005).26es bailleurs se son1n6f="#ftn8">81n6fsC neuisil="ltr" 1ne achevés, ont étet de la représentation de 142 or 76t). trdo d’rcEn en Frarcy ou dfefcilaeoséessNaum oave. rnt ocatan claU eu "bou, nif>t="tseitantfmendrraon ds e sélus n’a pa=u pean les invesp dir="l=u ba daires télélaevneure"lteauser ls= techniquelota"cuemin lbsarcy (nasible ) lass="ss= ce ques quatudu et qs=""quatté number">ge da m d’an, 67k) <39v class="te oprio o"quin ,pbeendvgnore le lnouéappr =tseitantndnotes"peuvretrvolo scs stté (pqueru cre4  L39rnaliste m’ayant contacté titre so charge de la coordination et de la ref=graphessnurears osentation d(2)vLnisa  L39rn39v pouE < ée, na,quan cquatudu eass="tex " dir= n/lie tionen"ltr">tlers re d’rcE srelquatté rsq entacnomregn"vaux ’essarer div inexvsiruxeluxE sans papiego-top"/span> palocou-4860">Haudes o uee m’ abandonnés à la log ces id,iography" l’oues Bid,iographiev classr" id="heading8">gion ou dans Paris. Aguilera, T. (2012a), « DAL et Jeudi noir : deux usages du squat dans la lutte contre le mal-logement », Métropolitiques, 25 avril 2012,
    http://www.metropolitiques.eu/DAL-et-Jeudi-noir-deux-usages-du.html

    Aguilera, T. (2012b), « Gouverner les illégalismes. Les politiques urbaines face aux squats à Paris », Gouvernement et action publique, 3, 3, pp. 101-124.

    Aguilera, T. (2013), « Configurations of squats in Paris and the Ile-de-France Region: diversity of goals and resources », in SQEK, Squatting in Europe: radical spaces, urban struggles, Minor Compositions, Autonomedia, pp. 209-230.

    Adell, R. et Martínez, M. (sous la direction de) (2004), ¿Dónde están las llaves ? Prácticas y contextos sociales del movimiento okupa, La Catarata, Madrid,.

    Amenta, E, Carruthers, B, et Zylan, Y. (1992), “A Hero For the Aged? The Townsend Movement, The Political Mediation Model, and U.S. Old-Age Policy, 1934-1950.” American Journal of Sociology, 98, 3, pp. 308-39.

    AORIF (2006), Les squatts dans le patrimoine des bailleurs sociaux d’Ile-de-France. Résultats de l’enquête menée par l’AORIF, Dossier ressource n° 1, mars.

    Bachrach, P. et Baratz, M. (1963), « Decisions and Non Decisions: An Analytical Framework », American Political Science Review, 57, 3, pp. 632-642.

    Baumgartner, F.R. et Jones, B.D. (2005), The Politics of Attention. How government prioritizes problems, Chicago University Press, Chicago.

    Becker, H.S. (1985), Outsiders, études de la sociologie de la déviance, Métaillé, Paris,

    Bonnet, F. (2006), La production de l’ordre organisé : contrôler des gares et des centres commerciaux à Lyon et à Milan, Sciences Po, Paris

    Bouillon, F. (2003), « Des migrants et des squats : précarités et résistances aux marges de la ville », Revue Européenne des Migrations Internationales, 19, 2, pp. 23-46.

    Bouillon, F. (2009), Les mondes du squat. Anthropologie d’un habitat précaire, PUF, Paris.

    Bouillon, F. (2010), « Le squatter, le policier, le juge et le préfet : procédures en actes et classements ad hoc », Déviance et Société, 34, 2, pp. 175-188.

    Bouillon, F. et Aguilera, T (2013), « Le squat : un droit à la ville en acte », Mouvements, 74, pp. 132-140.

    Cobb, R. W. et Ross, M. H. (1997), « Agenda Setting and the Denial of Agenda Access: Key Concepts » in Cobb R. W. et Ross M. H. (sous la direction de) Cultural Strategies of Agenda Denial, University Press of Kansas, Lawrence, pp. 3-24.

    Coutant, I. (2000), Les politiques du squat, scènes de la vie d’un quartier populaire, La Dispute, Paris.

    Crenson, M. (1974), The Un-politics of Air Pollution. A Study of Non-Decisionmaking in the Cities, The John Hopkins University Press, Baltimore and London.

    De Soto, H. (2000), The Mystery of capital, Why capitalism triumphs in the West and fails everywhere else, Bantam Press.

    Gaillard, É. (2012), « Berlin : le squat comme outil d’émancipation féministe », Métropolitiques :
    http://www.metropolitiques.eu/Berlin-le-squat-comme-outil-d.html

    Gamson, W. (1975), The Strategy of Social Protest, Dorsey Press.

    Giugni, M. (2004), Social Protest and Policy Change: Ecology, Antinuclear, and Peace Movements in Comparative Perspective, Rowman & Littlefield, Oxford.

    Gross, M (2007), « The unknown in process: Dynamic connections of ignorance, non-knowledge and related concepts », Current Sociology, 55, 5, pp. 742-759.

    Gusfield, J.R. (1981), The Culture of Public Problems: drinking-driving and symbolic order, Chicago University Press, Chicago.

    Holm, A. et A. Kuhn (2011), « Squatting and Urban Renewal: The Interaction of Squatter Movements and Strategies of Urban Restructuring in Berlin », International Journal of Urban and Regional Research,35, 3, pp. 477-689.

    Hassenteufel, P. (2009), Sociologie politique : l’action publique, Armand Colin, Paris.

    Kingdon, J. (1984), Agendas, Alternatives and Public Policies, Harper Collins, New York.

    Le Galès, P. (1995), « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine ». Revue française de science politique, 45, 1, pp. 57-95.

    Leontidou, L. (2010), « Urban Social Movements in 'Weak' Civil Societies: The Right to the City and Cosmopolitan Activism in Southern Europe », Urban Studies,47, 6, pp. 1179-1203.

    Lipsky, M. et Rathgeb Smith, S. (1989), "When Social Problems are Treated as Emergencies," Social Service Review, 63, 1, pp. 5-25.

    Martinez, M. (2002), Okupaciones de viviendas y de centros sociales. Autogestion, contracultura y conflictos urbanos, Virus cronica, Barcelona.

    Martinez, M. (2007), « The Squatters’ Movement: Urban Counter –Culture and Alter-Globalization Dynamics », South European Society andPolitics, 12, 3, pp. 379-398.

    Martinez, M. et Garcia, A. (2012), « The Occupation of Squares and the Squatting of Buildings: Lessons From the Convergence of Two Social Movements » :
    http://www.miguelangelmartinez.net/IMG/pdf/articulo_Bilbao_v4_book_doc.pdf

    McGoey, L. (2012), « Strategic unknowns: towards a sociology of ignorance », Economy and Society, 41, 1, pp. 1-16

    Membretti, A. (2007), « Centro Sociale Leoncavallo. Building Citizenship as an Innovative Service », European Urban and Regional Studies,14, 3, pp. 255-266.

    Mudu P. (2013), « Resisting and Challenging Neoliberalism », in Squatting Europe Kollective, Squatting in Europe: radical spaces, urban struggles, Autonomedia Editions, pp. 61-88.

    Novy, J. et Colomb, C. (2012), « Struggling for the Right to the (Creative) City in Berlin and Hamburg: New Urban Social Movements, New "Spaces of Hope" », International Journal of Urban and Regional Research, 36, 2, pp. 1816-1838.

    Pechu, C. (2006), Droit Au Logement, genèse et sociologie d’une mobilisation, Dalloz, Paris.

    Pechu, C. (2010), Les squats, Presses de Sciences Po, Paris.

    Quercy, P. (Ponts et Chaussées) (2002), « Les squats dans la Région Ile-de-France. Situation et propositions », Rapport au Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement.

    Sabatier, B. (2006), « Les résidences fermées à Toulouse : une offre immobilière construisant la « ville privée » », Espaces et sociétés, 123, 1, pp. 129-149.

    Spector, M. et Kitsuse, J. (1977), Constructing Social Problem, Calif: Cummings, Menlo Park.

    Skorkjaer Binderkrantz, A. et Green-Pedersen, C. (2009), “Policy or Processes in Focus?”, Harvard International Journal of Press/Politics, 14, pp. 166–85.

    Squatting Europe Kollective (2013), Squatting in Europe: radical spaces, urban struggles, Minor Compositions/ Autonomedia, Wivenhoe / New York, Port Watson. Link:
    http://sqek.squat.net/wp-content/uploads/2013/03/sqek-book.pdf

    Tabet, J. (1999), « La résidentialisation du logement social à Paris. Paradoxes et retournement des discours et des pratiques dans les opérations de requalification des grands ensembles », Les Annales de la recherche urbaine, n° 83-84, « Aux risques des espaces publics », pp. 155-163.

    Vivant, E. (2008), Le rôle des pratiques culturelles off dans les dynamiques urbaines, thèse de doctorat, Université Paris 8, Institut Français d’Urbanisme, Paris.

    Vivant, E. (2010). « The (re)Making of Paris as a Bohemian Place? », Progress in Planning74, 3, pp. 107-152.

    Weaver, K. (1986), « The Politics of Blame Avoidance », Journal of Public Policy, Cambridge University Press, 6, 4, pp. 371-398.

    Haut de page

    Notes

    1  Taux de vacance : Paris intra-muros (8,2%) ; Ile-de-France (6,1%) (Sources, Insee 2008) / Madrid Capitale (12,9%) ; Madrid Région (12,1%) (Sources, Ine 2001).

    2  On recense 1000 immeubles à Paris (Drass, Dass, 2006) ; 3,6 millions de mal-logés en France (Fondation Abbé Pierre, 2013) / 130 000 logements indignes à Madrid ; 2,5 millions de mal-logés en Espagne (Caritas, 2012).

    3  On estime à 47 000 le nombre de personnes dormant dans la rue en France, 15 000 en Ile-de-France (Insee, 2012) ; plus de 16 000 personnes vivraient en bidonville en France, dont près de 7 000 (40%) en Ile-de-France (Dihal, 2013) / 23 000 en Espagne, 3500 à Madrid (Ine 2012) ; près de 10 000 personnes en bidonville en région madrilène.

    4  Les données présentées dans cet article proviennent d’une enquête menée sur les politiques urbaines, les squats et les bidonvilles à Paris de janvier 2010 à janvier 2012 et à Madrid de janvier à juin 2012. Plus de 100 entretiens ont été réalisés à différents niveaux d’acteurs (habitants, associations, bailleurs, propriétaires, investisseurs, municipalités, régions, départements, Etat, Police, riverains, commerçants, avocats, journalistes) pour une durée totale de 200 heures. Près de 300 heures d’observation ethnographique ont également été menées.  

    5  Partons d’une définition basique de l’institutionnalisation comme processus de routinisation de pratiques, de constitution puis d’émergence ou de transformation d’organisations, de règles ou de procédures plus ou moins formelles qui permettent aux acteurs de réduire les incertitudes et d’agir de façon standardisée, mais aussi qui fournissent des cadres d’interprétation des faits sociaux alors plus lisibles. Nous prenons en compte l’institutionnalisation organisationnelle et procédurale (agendas, budgets, instruments et administrations spécifiques), mais aussi la  « maturation » de certaines pratiques permettant d’appréhender la routinisation d’expérimentations, la réflexivité des acteurs ainsi que la connaissance, notamment des cibles, objet de cet article. Mettons en garde contre une lecture a priori développementaliste du processus d’institutionnalisation. D’une part, il ne s’agit pas de montrer qu’il existerait des étapes de l’institutionnalisation qui se suivraient les unes après les autres, les premières étant conditions nécessaires des suivantes. D’autre part, il s’agit plus d’identifier des formes d’institutionnalisation plutôt que de décrire un processus continu partant « du moins » institutionnalisé vers « le plus ».

    6  « Quand une ville ignore un enjeu, c’est simplement parce que cet enjeu en question n’est pas important. Ce n’est pas important parce que la ville, en l’ignorant, affirme que ce n’est pas important » (Crenson, 1974 : 3).

    7  On retrouve ces résultats dans la littérature sur les structures d’opportunité politique et celle questionnant les conséquences des mouvements sociaux (Gamson, 1975 ; Guigni, 2004). La mobilisation elle-même ne suffit pas pour influencer les politiques publiques, mais doit s’accompagner d’une « médiation politique » (Amenta et al. 1992) et d’alliances institutionnelles internes.

    8  Nous nous focalisons ici sur les squats discrets de logements sociaux car les données sur les squats de logements privés restent imprécises et insuffisantes. Nous n’avons pas pu en faire une étude systématique.

    9  http://www.aorif.org/ : l’AORIF est en charge de la coordination et de la représentation de 142 organismes de logement social. L’association facilite également les échanges d’informations à l’échelle régionale.

    10  Institut en charge de l’éradication-relogement des bidonvilles dans la région de Madrid.

    11  Données issues des rapports annuels respectifs (2010).

    12  Les acteurs (bailleurs, police) évoquent souvent des ordres de grandeur entre 1000 et 2000 euros pour un appartement (entrée et premier mois de location) pouvant accueillir une famille à Paris et sa proche banlieue (nous n’avons pu vérifier cette information qu’indirectement par croisement d’entretiens sur des cas particuliers).

    13  Le logement social tel que nous l’entendons en France n’existe pas en Espagne. Il s’agit de « vivienda protegida », un logement public qui est mis en accession à la propriété pour les occupants qui, par le système des hypothèques contractées auprès des banques, peuvent racheter leur logement aux agences publiques selon des temporalités différentes (de quelques années à 30 ans). Chaque mois le « loyer payé » correspond donc à une partie de la somme totale de l’appartement.

    14  L’article 245 de la Loi organique 10/1995 du 23 novembre 1995 instaurant un nouveau Code Pénal fait de l’occupation (usurpación) des immeubles vacants un délit. Des amendes ou des peines de prison allant de 3 à 6 mois ou de 6 à 24 mois sont encourues si des ‘violences ou intimidations’ sont commises (art.245.2).

    15  Le journaliste m’ayant contacté titre son article (en transformant mes propos ainsi que ceux d’un responsable de l’AORIF) : « Les occupations illégales d’HLM en recrudescence », http://www.20minutes.fr/paris/696331-paris-les-occupations-illegales-hlm-recrudescence /alors que je n’avais cessé d’affirmer la difficulté d’évaluer le phénomène d’une part, et insisté sur le fait que les squats de ce type existent depuis de nombreuses années mais que personne n’avait réellement enquêté dessus d’autre part. Il  n’y avait donc aucune raison de parler de recrudescence.

    16  France Culture, « Le marché du squat », Le magazine de la rédaction, vendredi 9 mars 2012, http://www.franceculture.fr/emission-le-magazine-de-la-redaction-le-marche-du-squat-2012-03-09

    17  Ces crises sont de quatre ordres et provoquent des ruptures de ce que l’on pourrait nommer l’ « ordre public urbain » (violation de propriété privée ; mise en cause de la sécurité et de la santé publique ; nuisances ; perturbation des projets urbains).

    18  Certains travaux montrent que la répression policière des mouvements sociaux s’accentue lorsque diminue l’attention médiatique sur un groupe social alors laissé hors de la sphère publique (Wisler et Giugni, 1999).

    19  Pour François Bonnet, l’ordre correspond à un « équilibre provisoire susceptible d’évoluer avec le rapport de force qui le structure » et est donc bien le résultat d’un processus de négociation et de co-construction plus que d’imposition d’une logique top down. L’institution policière est souvent placée au cœur du champ de recherche, mais en menant une analyse multiniveaux de l’ensemble des forces de sécurité on met en évidence la multiplicité des acteurs intervenant dans ce champ, isolément ou en coopération.

    20  Pour une présentation plus ample du GPIS-GIE, se reporter à http://www.gie-gpis.com/sommaire01.html.

    21  Il ne s’agit pas d’une société commerciale mais d’un groupe à but non lucratif.

    22  Paris Habitat, SIEMP, RIVP, SAGI, Logement Français, 3F, Sageco, ICF la Sablière.

    23  Du 10ème au 20ème arrondissement sauf le 16ème arrondissement. Cette cartographie suit celle du parc social à Paris.

    24  Un responsable de GPIS nous a expliqué qu’avant la création du GPIS-GIE, les bailleurs se contentaient de déplacer le problème de nuisance (une « bande ») vers le bailleur d’à côté.

    25  La résidentialisation de parcs de logements consiste à clôturer les halls d’immeubles ou les espaces ouverts à l’entrée des immeubles par des dispositifs techniques de digicode ou de surveillance, afin d’en limiter l’accès aux seuls résidents. Cette procédure s’est étendue depuis le milieu des années 1990 en France (Sabatier, 2006 ; Tabet, 1999).

    26  Les troubles majeurs selon les bailleurs parisiens sont des rassemblements nocturnes dans les parties communes (halls, escaliers, cours) donnant lieu à des consommations d’alcool et de trafic de drogue selon les mots du conseiller sûreté d’un  bailleur parisien. En moyenne, le GPIS évince plus de 3000 individus de ces parties communes en infraction du règlement intérieur du bailleur, dont 90 pour nuisances sonores, les autres pour entrave à la libre circulation.

    27  http://www.madrid.es/portal/site/munimadrid/menuitem.f4bb5b953cd0b0aa7d245f019fc08a0c/?vgnextoid=8e798cb1dd9cc010VgnVCM100000d90ca8c0RCRD&vgnextchannel=00899ad016e07010VgnVCM100000dc0ca8c0RCRD

    28  Décret 54/1984 du 17 Mai procédant à la transformation de la Fondation Provinciale de Logement de Madrid en l’Organisme Autonome de l’IVIMA, actuellement rattachée au Cabinet du logement de la Communauté Autonome.

    29  Décret 109/2012 du 4 octobre, du Conseil de Gouvernement (Autonomie de Madrid) modifiant partiellement les compétences et structures des Cabinets de la Communauté Autonome de Madrid (BOCM nº 238, du 5 octobre 2012).

    30  Avec la dénomination « Empresa Municipal de Vivienda y del Suelo de Madrid.S.A. » est constituée une société municipale marchande sous forme de Société Anonyme. Son régime juridique (article 85ter de la Loi 7/1985 du 2 avril) lui accorde une existence juridique privée, sauf en matière de budget, de contrôle financier, de contrôle d’efficacité, de contrats.

    31  « Moi je suis un homme politique, je ne suis pas un dirigeant technique » (délégué général de l’IRIS).

    32  Pour contribuer à ce travail quotidien, la mairie du 18ème arrondissement fait également régulièrement circuler certains de ses agents.

    33  La Guardia Civil assure généralement la surveillance des bâtiments public officiels et n’intervient que très rarement dans nos problématiques (seulement et très rarement en soutien lors d’expulsions massives de bidonvilles).

    34  Pourtant, le squat discret est bel et bien discret. Ses habitants cherchent le plus souvent à rester silencieux et invisibles pour pouvoir y résider le plus longtemps possible. On peut donc s’étonner de ces sollicitations et faire l’hypothèse que les plaintes déposées par les voisins portent plus sur les réseaux mafieux qui rompent les portes blindées, se livrent aux trafics dans les halls d’immeuble ou font la fête dans certains appartement occupés pour une nuit.

    35  Les « dégradations volontaires » sont punies de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende lorsqu’elles sont commises sans circonstances aggravantes (cf. les articles 322-1, 322-3, 322-4 du Code Pénal).

    36  L’Union Nationale de la Propriété Immobilière est une association 1901 créée initialement en 1893. Elle mène des actions médiatiques ou de lobbying et participe à la rédaction de textes législatifs. Elle regroupe 120 chambres syndicales de propriétaires et de copropriétaires, des bailleurs, des occupants.

    37  Si l’Etat refuse l’intervention, le demandeur peut exiger le paiement des indemnités par la préfecture concernée tant qu’il n’aura pas récupéré son bien.

    38  Servicio de Asistencia Municipal de Urgencia y Rescate

    39  La « sociologie de l’ignorance » nous apprend que les acteurs peuvent volontairement bloquer la création de données et d’un savoir (pour une synthèse récente : Gross, 2007 ; McGoey, 2012). Ce point fait l’objet d’un développement plus large dans un travail doctoral en cours sur la question des squats et des bidonvilles.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Graphique 1 : « Les différentes configurations de squats à Paris et à Madrid ».
    URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/4860/img-1.png
    Fichier image/png, 87k
    Titre Carte 1 : « Les squats dans des logements sociaux en IDF »
    URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/4860/img-2.png
    Fichier image/png, 160k
    Titre Graphique 2 : « Nombre d’articles de presse portant sur les squats discrets sur la période 2000 / 2012 en France »
    Légende (toutes sources de presse écrite nationale confondues)
    URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/4860/img-3.png
    Fichier image/png, 67k
    Titre Graphique 3 : « Nombre d’articles de presse portant sur les squats discrets sur la période 2001 / 2012 en Espagne »
    Légende (toutes sources de presse écrite nationale confondues)
    URL http://journals.openedition.org/metropoles/docannexe/image/4860/img-4.png
    Fichier image/png, 53k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Thomas Aguilera, « L’(in)action publique face aux squats discrets à Paris et à Madrid », Métropoles [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/4860

    Haut de page

    Auteur

    Thomas Aguilera

    Doctorant en science politique à Sciences Po Paris – Centre d’études européennes / Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’IEP de Toulouse
    thomas.aguilera@sciencespo.fr

    Haut de page
    • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
    • OpenEdition Journals