Navigation – Plan du site
Dossier

Contre la métropole créative ... tout contre. Les politiques patrimoniales et touristiques de Plaine Commune, Seine-Saint-Denis

Faced with the creative metropolis. Heritage and tourism policies in Plaine Commune, in the northern suburbs of Paris
Saskia Cousin, Géraldine Djament-Tran, Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot

Résumés

Cet article questionne l’élaboration de politiques alternatives à partir des usages politiques du tourisme et du patrimoine à Plaine Commune, un des derniers territoires de la banlieue rouge de Paris. Si les politiques touristiques et patrimoniales, historiquement liées à la construction d’une alternative communiste, sont marquées par un héritage militant, elles ont évolué depuis le tournant entrepreneurial engagé par les communistes réformateurs dans les années 1990 et sont aujourd’hui marquées par la diffusion du paradigme de la « créativité ». Les ambiguïtés de l’inscription de l’intercommunalité en tant que « Territoire de la Culture et de la Création » dans le Grand Paris sont analysées, entre dynamiques entrepreneuriales et valorisation d’un patrimoine de banlieue. Dans les interstices de la métropole « créative » est étudiée la fabrique d’une politique patrimoniale et touristique alternative, caractérisée par sa dimension participative, par son inscription dans l’alter-marchand et par sa construction à destination idéale de tous les habitants. En conclusion, la catégorisation des politiques comme alternatives achoppe sur des formes ambivalentes, tandis que la politique patrimoniale et touristique, qui était la conséquence d’une politique alternative, en est devenue un des principaux vecteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Source : Archives municipales de Saint-Denis, cote 281W2.

1Dans les années 1970, la mairie de Saint-Denis sollicite à plusieurs reprises le Syndicat d’Initiative pour accueillir un groupe d’Ouzbékistan, des membres du PCI de Florence, ou encore des visiteurs de Biélorussie, désireux de connaître, au-delà de la basilique de Saint-Denis, les réalisations sociales de la commune (équipements sportifs, cités HLM, équipements sociaux, etc.)1. Peu à peu, un parcours type à destination de ces visiteurs venus de l’Est s’esquisse, présentant les réalisations urbanistiques et sociales d’un communisme municipal censé représenter un contre-modèle aux dynamiques capitalistiques urbaines.

  • 2 Saint-Denis est dirigé par des maires communistes depuis 1944 sans interruption. En 2014, D. Pailla (...)

2En 2014, l’Office de tourisme de Plaine Commune Grand Paris, la Communauté d’agglomération Plaine commune et le Comité Départemental du Tourisme (CDT) de Seine-Saint-Denis proposent tout au long de l’année des balades urbaines pour découvrir le territoire du Nord-Est parisien. Si les monuments visités restent (presque) les mêmes, si la mairie de Saint-Denis est restée communiste2, tout le reste a changé : le statut des bâtiments, les objectifs des visites, le contenu des discours, la sociologie et le regard des visiteurs. Ce qui incarnait en 1975 une alternative politique et sociale à la ville de Paris est devenu, dans les années 2010, un produit patrimonial et touristique au sein d’une métropole en pleine expansion.

  • 3 Caractérisé dans la lignée des travaux de D. Harvey par une approche pro-croissance, axée sur le ma (...)

3Ces évolutions se développent dans un contexte de transformations métropolitaines structurantes, de mutations du système productif vers le post-fordisme (Abramo, 1995), et d’émergence de nouvelles échelles de régulation internationales et transnationales (Veltz, 2004). Les politiques urbaines adoptées dans la plupart des métropoles européennes sont appréhendées en termes de néolibéralisation (Brenner, 2004 ; Hackworth, 2007), et relèvent du paradigme de l’entrepreneurialisme urbain (Harvey, 1989)3. Dès les années 1980, un « renversement» s’opère dans la pratique du gouvernement municipal de Saint-Denis, puis intercommunal (Bertho, 2008), marquée par des négociations avec le patronat, puis par des politiques d’attractivité pour accompagner la transformation du quartier La Plaine en pôle tertiaire et hôtelier. Pour autant, le territoire de Plaine Commune reste celui de la revendication politique d’un développement urbain alternatif.

4La question des politiques urbaines alternatives a été posée initialement en termes de coalitions de croissance (Logan, Molotch, 1987 ; Dormois, 2008) marquées par des partenariats entre acteurs publics et privés (Dowding, 2001). Face à elles, d’autres coalitions sont possibles, portées par des agendas alternatifs de régulation qui mettent l’accent sur la préservation environnementale (Molotch, Warner, 2001) ou la redistribution sociale (Di Gaetano, Klemanski, 1999). Mais, souvent, les objectifs sociaux demeurent subordonnés aux principes d’une approche entrepreneuriale de la gestion urbaine (Béal, Rousseau, 2008). Au-delà du pluralisme des projets et des coalitions, la dimension alternative concerne également l’exploration de nouvelles modalités de fabrique des politiques urbaines. Toutefois, dans ce texte, il ne s’agit pas tant d’étudier les nombreuses modalités d’opposition et résistance aux politiques entrepreneuriales (Harvey, 2015) que de voir comment elles peuvent se trouver internalisées à la faveur de nouvelles coalitions, pour la conduite de politiques urbaines alternatives, via notamment une démarche participative renouvelée (Deboulet, Nez, 2013). Bref, c’est l’imbrication plus que l’opposition entre politiques mainstream et alternatives que nous souhaitons interroger. Nous questionnons alors l’élaboration de politiques alternatives à partir des usages politiques du tourisme et du patrimoine (Gravari-Barbas, 2013), à Plaine Commune.

  • 4 Cela apparaît dans les justifications du slum tourism (tourisme des bidonvilles et favelas) ou du d (...)

5Promotion d’un tourisme culturel de découverte des patrimoines locaux, valorisation par le tourisme du patrimoine : à Plaine Commune, politiques touristiques et patrimoniales sont imbriquées, relevant d’une intervention culturelle au sens large, renforcée par leur inscription revendiquée aujourd’hui par les acteurs politiques locaux dans un registre « créatif ». Elles sont appréhendées également comme moteur de développement économique et d’aménagement : la mission tourisme dépend de la direction du développement économique et porte des projets d’aménagement par le patrimoine. Les politiques patrimoniales et touristiques ne sont donc pas ici abordées comme des politiques sectorielles, mais en tant qu’elles sont articulées à des enjeux urbanistiques et économiques. Nous les analysons alors du point de vue de la contribution de la culture aux politiques de régénération urbaine (Evans, 2005 ; Vivant, 2007). Certes, cette contribution demeure ambiguë, du fait du rôle joué par des artistes dès les années 1980 comme pionniers d’un processus de gentrification et de constitution d’espaces centraux vitrines (Zukin, 1987 ; Smith, 1996 ; Lash, Urry, 1994), ou du fait de la diffusion et instrumentalisation (Vivant, 2009) du paradigme « créatif » porté par les écrits de R. Florida (2002). Mais elle fait aussi apparaître des objectifs variés, notamment l’inclusion sociale et symbolique (Arnaud, 2008). En outre, le patrimoine peut également faire l’objet d’« usages contestataires ». Des « champs patrimoniaux alternatifs » (Bondaz, 2012) émergent au service de politiques urbaines portées par les revendications pour la reconnaissance symbolique d’une communauté et de son histoire (Chivallon, 2005). Des résistances aux mutations territoriales peuvent s’appuyer sur la promotion d’un patrimoine articulé à l’histoire ouvrière (Veschambre, 2008). Appuyées sur ces dynamiques, les politiques de mise en tourisme peuvent servir des objectifs d’équité territoriale (Fainstein, Powers, 2007). Elles s’inscrivent dans le champ d’un tourisme « solidaire » ou « participatif » (Cousin, Réau, 2009), qui se développe également dans les périphéries métropolitaines, encouragé par les pouvoirs locaux4. Ces nouvelles approches touristiques contribuent à opposer un tourisme dit « de masse » et un tourisme qualifié d’« alternatif », d’une façon qui demeure ambiguë (Butler, 1990 ; McGehee, 2002).

6Quel statut donner à ces politiques patrimoniales et touristiques, dans le contexte métropolitain d’un développement entrepreneurial ? Peuvent-elles participer de la formulation de politiques urbaines alternatives, alors même qu’une des caractéristiques de l’entrepreneurialisme consiste à favoriser la « classe visiteuse » (Eisinger, 2000) et que les analyses du tourisme et du patrimoine insistent en général sur leur rôle dans la gentrification (Semmoud, 2005 ; Gotham, 2005) ? Nous faisons l’hypothèse que les actions ou projets dans le champ du tourisme et du patrimoine peuvent constituer un terrain fécond de mobilisations visant à proposer des approches alternatives au paradigme entrepreneurial. Au-delà, nous faisons l’hypothèse que le patrimoine et le tourisme peuvent jouer un rôle déterminant dans les territoires « périphériques », en tant qu’ils peuvent constituer des territoires-laboratoires pour le développement de nouveaux registres d’action publique.

  • 5 Le paradigme créatif se réfère aux analyses de Landry et Bianchini (1995), qui soulignent le rôle d (...)

7Nous ferons dans cette perspective travailler la notion d’alternative, complexe et de plus en plus brouillée, lourde d’enjeux politiques, en portant une attention à la qualification endogène que les acteurs des initiatives patrimoniales et touristiques proposent, mais aussi en dépliant sa polysémie, en précisant en quel sens et avec quelle portée elle est utilisée par les acteurs. En effet, il ne s’agit pas d’opposer des politiques entrepreneuriales à des politiques qui seraient alternatives. L’objectif est plutôt d’étudier les superpositions à Plaine Commune de ces deux registres, du fait notamment de l’incursion du terme « créativité »5 dans les discours et dans la palette d’outils locaux. La forte présence du terme « créativité » à Plaine Commune, dans des contextes différents, renvoie-t-elle à un alignement sur des politiques culturelles d’attractivité urbaine ? Plusieurs travaux soulignent dans le contexte de la métropolisation la « recomposition structurelle, fonctionnelle et symbolique de la centralité parisienne » (Pradel, Padeiro, Aguiléra, 2012) ; comment ces politiques patrimoniales et touristiques, qui se revendiquent pour partie du registre « créatif », peuvent-elles contribuer à redéfinir voire renégocier la place de Plaine Commune au sein du Grand Paris ?

8Après une présentation des politiques patrimoniales et touristiques construites historiquement sur ce territoire de la banlieue rouge, nous évoquerons les enjeux de reconversion et de positionnement de Plaine Commune au sein du Grand Paris. Puis, nous mettrons l’accent sur le décalage entre des politiques touristiques et patrimoniales entrepreneuriales relevant du paradigme « créatif », et des politiques urbaines revendiquées localement comme « alternatives ». Enfin, nous étudierons les modalités de ces politiques alternatives, du point de vue de leur fabrique (par mobilisation et appel à la participation des acteurs associatifs et des habitants), du modèle économique dessiné, des destinataires et objectifs, et des montées en généralité esquissées par les acteurs.

  • 6 La Seine Saint Denis est dotée d’un service Patrimoine, issu de la mission Archéologie créée en 199 (...)
  • 7 Notamment la DRAC d’Ile-de-France et le STAP de Seine-Saint-Denis.

9La méthodologie employée repose sur le dépouillement des fonds consacrés au patrimoine et au tourisme aux Archives municipales de Saint-Denis, l’analyse des documents institutionnels énonçant cette stratégie, l’observation participante lors de réunions et événements, et la conduite d’entretiens semi-directifs avec les acteurs publics et privés des politiques touristiques et patrimoniales menées à différentes échelles : municipalités, qui conservent la compétence culture au sein de laquelle est géré le patrimoine, Plaine Commune, qui possède la compétence tourisme et emploie depuis peu une animatrice du patrimoine, à la suite de la labellisation intercommunale « Ville et pays d’art et d’histoire » obtenue en novembre 2013, associations, services départementaux6, services de l’Etat7.

I) Un territoire en reconversion au sein du Grand Paris

1.1. Histoire d’une alternative : politiques patrimoniales et touristiques militantes à Saint-Denis et en banlieue rouge

10A la suite de l’expérience pionnière de Saint-Denis dès la fin du XIXe siècle (Brunet, 1980), le territoire composé des municipalités de l’actuelle Plaine Commune s’est érigé depuis les années 1930, puis 1950, comme bastion d’une alternative d’inspiration socialiste. Saint-Denis, Stains, Pierrefitte, Villetaneuse et Epinay ont des maires communistes dès l’entre-deux-guerres, et la totalité des communes de l’actuelle communauté d’agglomération connaît des maires communistes entre 1945 et 2001 (Bellanger, 2013).

  • 8 Cf. le fonds Soucheyre aux archives municipales de Saint-Denis.

11Dans ce fragment de banlieue rouge, même si le communisme municipal a mené une politique en fait plus réformiste que révolutionnaire (Bellanger, 2013), un système historique unit la construction d’une alternative politico-économique à la ville capitaliste à une conception de la culture alternative, puis, à partir de la fin des années 1980, développe un militantisme patrimonial et touristique. Les élus communistes, en particulier Maurice Soucheyre8, élu de Saint-Denis de 1953 à 1995 et maire-adjoint à la culture, promeuvent une conception transversale de la culture comme moyen d’émancipation. Les équipements culturels (Rab, 1994, Bouju, 2010) font l’objet d’importants investissements et d’une politique tarifaire sociale.

  • 9 Cf. le rapport au Bureau Municipal de M. Soucheyre en 1980, « Une politique municipale du patrimoin (...)
  • 10 Selon le Bulletin municipal de mai 1981de Saint-Denis.

12Ce militantisme se manifeste également, dès la fin des années 1960, par une active politique de patrimonialisation, souvent en conflit avec l’Etat. Jusqu’aux années 1980, l’Etat ne reconnaît comme patrimoine sur ce territoire de banlieue que les projections périphériques des typologies patrimoniales « nobles » de la capitale, au premier titre desquelles la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France classée monument historique dès 1862. Il n’hésite pas à y détruire un bâtiment du XVIIIe siècle inscrit sur l’inventaire supplémentaire comme la Caserne des Trois Suisses en 1969. A l’inverse, la municipalité propose une conception plus ouverte du patrimoine. Dans les années 1980, un groupe de travail « Patrimoine »milite pour la reconnaissance du patrimoine social et industriel, alimentant les projets ultérieurs de mise en tourisme9. Saint-Denis se dote des instruments d’une politique patrimoniale, avec la création en 1982 de l’Unité d’archéologie municipale, impliquée dans l’action socioculturelle, et l’inauguration en 1981 du musée d’art et d’histoire dans l’ancien Carmel de Saint-Denis. Racheté par la municipalité en 1972 et soustrait à la spéculation immobilière qui le menaçait depuis 1959, ce bâtiment réemployé et transformé en musée présente d’importantes collections consacrées à la Commune de Paris et à Paul Eluard. L’ouverture du nouveau musée s’effectue à destination de « tous les gens de Saint-Denis »10. Ainsi, tant la localisation en banlieue et l’orientation muséographique que les destinataires s’inscrivent dans une démarche locale qui s’écarte de politiques patrimoniales plus classiques.

  • 11 Source : Archives municipales Saint-Denis. Cote : CT 1351.
  • 12 Guides Diamant, Paris, Versailles, St Germain, St Denis, Chantilly, Fontainebleau, Librairie Hachet (...)

13Des approches touristiques mettent précocement en valeur la banlieue industrielle, en marge de l’hypercentre parisien constitué en Central Tourist District (Getz, 1993 ; Duhamel, Knafou, 2007). En juillet 1936 est créé le syndicat d’initiative de Saint-Denis, un des premiers de la région parisienne, pour préparer l'Exposition universelle de 1937. Subventionné par la municipalité, il assure à la fois la promotion des monuments de la ville et l’organisation des vacances populaires et des congés payés11. Les brochures du Syndicat d’Initiative intègrent également la ville industrielle, en dépit d’une vulgate touristique énonçant durant une grande partie du XXe siècle que « Saint Denis, ville exclusivement industrielle, n’offrepour le touriste aucun intérêt. Se rendre directement à la Basilique »12. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ce Syndicat d’Initiative bénéficie d’un soutien croissant de la municipalité de Saint-Denis, qui l’utilise pour le montage de circuits pour des groupes de visiteurs issus des pays communistes.

14Les approches patrimoniales et touristiques précoces qui voient le jour à Saint-Denis se démarquent ainsi à la fois géographiquement (par leur localisation en banlieue), socialement et conceptuellement, avec une conception élargie de ce qui est patrimonial et touristique.

1.2. Communistes orthodoxes et réformateurs face à la crise : entre stratégie entrepreneuriale pro-développement et régulation

  • 13 Selon le Bulletin Municipal de Saint-Denis d’avril 1980.

15Toutefois, à partir des années 1970, le déclin des activités manufacturières s’accélère : cent trente grandes entreprises ferment à la Plaine de France entre 1958 et 1990, entraînant le licenciement de 23 000 salariés13, multipliant les friches industrielles.

  • 14 Le groupe des réformateurs, qui propose une alternative interne au PCF, naît en 1989 en réaction à (...)

16Cette dynamique remet en cause le système territorialisé de la banlieue rouge (Fourcaut, 1992), en sapant les fondements socio-économiques du communisme municipal. L’échec des luttes sociales et syndicales dans les années 1970 (Fourcaut, 2007) marque les limites de la résistance à cette désindustrialisation. En interne, la contestation se développe face à la politique des communistes qualifiés d’orthodoxes, avec la montée en puissance du courant réformateur14. Elle aboutit même à des affrontements électoraux entre communistes, comme aux élections cantonales de 1994.

  • 15 Plaine Commune regroupe les communes d’Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, La Courneuve, L’Île Saint-D (...)

17La constitution de Plaine Commune en 2000 (transformée en 2001 en communauté d’agglomération15) trouve son origine dans les alliances entre municipalités au nord de Paris en Seine-Saint-Denis pour l’identification de stratégies de revitalisation économique, depuis la formation du syndicat intercommunal Plaine Renaissance en 1985 à la Charte intercommunale de 1990 (Bertho, 2008). Les réformateurs se servent ainsi de cette construction d’une structure intercommunale comme levier d’une politique qui se différencie de l’orientation nationale du PCF et du courant orthodoxe (Pontier, 2001).

  • 16 Comme en témoigne l’association Saint Denis promotion qui regroupe des patrons pour le développemen (...)

18Ils proposent une réorientation politique face au processus de désindustrialisation, passant de la mobilisation des élus pour la sauvegarde et le développement industriel à des politiques d’attractivité, par le biais de partenariats avec le privé16 (Vidal, 1999). Plaine Commune cherche à attirer les entreprises tertiaires et les industries à haute valeur ajoutée, mettant à profit les opportunités foncières de ses friches industrielles. A la faveur des dynamiques de redéploiement de la métropolisation parisienne vers la proche banlieue (Albecker, 2010) et de cette stratégie endogène de redéveloppement, de nouveaux quartiers d’affaires émergent au début des années 2000 autour du Carrefour Pleyel ou du Stade de France (Malezieux, 2003).

19Cette stratégie a permis la conversion du territoire de Plaine Commune, devenu un important pôle d’emploi de la métropole parisienne, avec 125 000 emplois recensés en 2009 (INSEE). Reconnue désormais en tant que territoire de projet du Grand Paris, destinée à une meilleure desserte par le futur métro automatique, après les importants travaux d’infrastructure qui ont accompagné la réalisation du Stade de France en 1998 (Braouezec, 2012), Plaine Commune s’affirme également comme un pôle d’enseignement supérieur et de recherche en croissance. Or, ce scénario de reconversion, renvoyant aux logiques de la régénération urbaine et des politiques d’attractivité, semble aujourd’hui standardisé, profitant peu aux catégories populaires qui constituent la grande majorité de la population (Lebeau, 2014.).

20Des politiques de régulation du capitalisme sont néanmoins menées. La charte entreprise-territoire, lancée en 2005 par Plaine Commune, l'association d'entreprises Plaine Commune Promotion et la Maison de l'emploi, vise à « favoriser l’ancrage local » des entreprises qui s’installent – avec de grands groupes comme Generali, Orange, ou SFR – et à « renforcerl'impact du développement économique sur le territoire et ses habitants ». Le PLH inclut une part importante de logements sociaux dans les programmes de construction, limitant les dynamiques de gentrification à l’œuvre en petite couronne (Fol, Raad, 2014 ; Desponds, Bergel, 2013).

21Cette régulation est-elle structurante pour le projet de Plaine Commune ou relève-t-elle d’une gestion politique et sociale du tournant entrepreneurial ? Peut-on évoquer des politiques alternatives de développement urbain ou au contraire un alignement sur les modalités de transformations métropolitaines ?

1.3 Quelle place pour Plaine Commune dans la métropole parisienne ?

22Les élus locaux de la communauté d’agglomération esquissent une vision alternative du développement métropolitain, qui se constitue à travers la mise en avant d’une échelle territoriale de développement, en relation à la métropolisation parisienne. Cette vision irradie alors d’autres dimensions, notamment sociale, culturelle et touristique.

  • 17 P. Braouezec dans L’Humanité du 11 décembre 2012.

23Cette vision est synthétisée par la théorie de la marguerite,métaphore selon laquelle le cœur de la métropole est constitué de pétales autour de Paris, l’une d’elles étant Plaine Commune. Cette formulation renouvelée du polycentrisme, défendue par les élus locaux et notamment Patrick Braouezec, en tant que député d’abord, puis troisième président (2011 - 2012) du syndicat Paris Métropole, plaide en faveur d’un Grand Paris pour tous, d’une « métropole inclusive et solidaire »17. En dépit de la constitution d’un Grand Paris (loi 2014) qui s’écarte de cette vision polycentrique (Gili, 2013), le projet gouvernemental de cluster du Grand Paris a été infléchi « dans un sens plus favorable à l’agglomération » (Lebeau, 2014), avec l’élargissement du périmètre du quartier Pleyel à l’ensemble de l’intercommunalité et avec la mise en œuvre d’une contractualisation entre Etat et Plaine Commune.

  • 18 Source : entretiens avec l’historien responsable de l’Unité Patrimoine et arts visuels de La Courne (...)

24Le débat sur la dénomination du territoire de projet du Grand Paris est à cet égard emblématique. Le Contrat de développement territorial signé le 22 janvier 2014 s’inscrit clairement dans la logique globale des clusters du Grand Paris (mise en réseau des acteurs entre industrie de haute technologie, recherche et création), dans les politiques d'aménagement associées (pôle de compétitivité « Cap Digital » et grappe d’entreprises « Pôle Audiovisuel multimédia cinéma du Nord Parisien »). Toutefois, Plaine Commune a rejeté, sous la pression des acteurs de la culture, le terme de « cluster », trop connoté comme entrepreneurial18, au profit du nom de « Territoire de la culture et de la création », se référant au rôle des habitants, à la fois comme acteurs et destinataires de la politique. Derrière le débat nominal se profile un enjeu de fond : la « réintégration économique et fonctionnelle de cette périphérie » (Lebeau, 2014) profite-t-elle au territoire, à une métropolisation « par le bas » (Mongin, 2013), ou à une métropole comme ville d’exception privilégiant les catégories sociales les plus favorisées (Halbert, 2009) ?

25Les politiques urbaines menées à Plaine Commune, « a unique model of entrepreneurial municipal communism » (Aubry, Blein, Vivant, 2015, p. 123), demeurent toutefois ambiguës. Elles s’emploient à concilier un objectif entrepreneurial et des politiques de régulation. Dès lors, la dimension alternative de ces politiques semble davantage se manifester sur le plan territorial, à travers l’affirmation d’une spécificité territoriale et politique au sein du Grand Paris en cours de constitution. C’est cette spécificité territoriale qui garantirait la possibilité de conduite de politiques alternatives.

  • 19 Les rénovateurs étaient déjà membres de cette association, aux côtés de Clémentine Autain et des Al (...)

26Néanmoins, les conditions de cette possibilité se trouvent doublement menacées. En interne, les communistes réformateurs sont en sursis face à la montée en puissance d’une « banlieue rose » (Subra, 2012). Aux législatives de 2012, P. Braouezec, député apparenté communiste depuis 1993, qui a quitté le PCF en 2010 après 38 ans de militantisme pour rejoindre avec d’autres militants la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase)19, perd la deuxième circonscription de la Seine-Saint-Denis au profit d’un jeune candidat socialiste. En externe, la communauté d’agglomération est menacée par la dissolution programmée au 1er janvier 2016 (repoussée par le Sénat au 1er janvier 2017) des structures intercommunales au profit du nouvel EPCI métropole du Grand Paris (Gilli, 2013).

27Dans ce contexte complexe, les politiques patrimoniales et touristiques sont portées par des objectifs économiques et territoriaux ambitieux. Très tôt, un projet territorial touristique et patrimonial a été développé ; le service Tourisme au sein de Plaine Commune est partie prenante du développement économique, notamment de l’économie sociale et solidaire ; le contrat de développement territorial qui concerne Plaine Commune intègre le tourisme et la valorisation du patrimoine. Dans quelle mesure ces politiques sont-elles constituées en tant qu’alternatives et jouent-elles un rôle dans la construction d’une voie alternative d’inscription territoriale au cœur du Grand Paris ?

II) Une alternative patrimoniale et touristique au sein du Grand Paris est-elle possible ?

28La crise que connaissent les formes traditionnelles d’alternative incarnées par le mouvement ouvrier a de profonds impacts sur le champ culturel. En effet, les luttes tendent à se déplacer du terrain politico-économique vers le terrain patrimonial, comme l’illustrent les cas de la Lorraine postindustrielle (Tornatore, 2006), mais aussi de Plaine Commune, avec la conjonction de la lutte contre la désindustrialisation manufacturière et d’une action de patrimonialisation. Dans le même temps, la diffusion de la « créativité » brouille les frontières de l’alternatif et du dominant, conduisant à un désamorçage des critiques.

29Ainsi, à Plaine Commune, la mise en œuvre des nouvelles politiques patrimoniales et touristiques s’inscrit dans ces ambiguïtés. Un tournant intervient dans les années 1990, porté par les mutations territoriales et les changements d’image induits par la coupe du monde de football de 1998, et par l’émergence d’une politique touristique.

2.1 L’émergence d’une politique touristique en contexte métropolitain : entre dynamiques entrepreneuriales et valorisations patrimoniales

  • 20 Cofinancé par l’Agence française d’Ingénierie Touristique, la Direction du Patrimoine et la Ville d (...)

30En 1993, le Livre blanc du tourisme présenté par Patrick Braouezec marque la volonté de faire du tourisme un élément du développement local. L’audit patrimonial et touristique de 199520 propose une mise aux standards patrimoniaux et touristiques européens (création d’un Centre d’Interprétation attaché à la Basilique, candidature envisagée au Patrimoine mondial, délimitation d’un Centre Historique). En 2002, le transfert de la compétence « actions touristiques » à l’intercommunalité induit une réflexion sur le positionnement dans le contexte métropolitain. La Mission Tourisme créée au sein de Plaine Commune avec le recrutement d’une chargée de mission élabore le premier Schéma Touristique Communautaire (2003-2008) (Kouloumbri, 2004).

  • 21 Source : CDT 93, 2012.
  • 22 Version d’avril 2013, en cours d’adoption.

31Les politiques patrimoniales et touristiques s’inscrivent ainsi dans la promotion d’une approche territoriale polycentrique, aux échelles métropolitaine et intercommunale. Elles raisonnent en effet à la fois en termes d’attractivité générale au sein de la destination francilienne, portée par quelques pôles structurants (Marché aux Puces de Saint-Ouen, Basilique de Saint-Denis et ses 170 000 visiteurs annuels, Stade de France avec près de 100 000 visiteurs hors événements21), et de diffusion des flux vers des pôles en constitution sur le reste du territoire intercommunal (la cité-jardin de Stains par exemple). Plus récemment, le projet de Contrat de développement territorial 2014-203022 s’ouvre sur la rupture avec « une vision concentrique du développement » et plaide pour le « polycentrisme » culturel et créatif, selon « une logique d’archipel ».

32Cependant, ces politiques se révèlent duales, avec un volet entrepreneurial et un volet social. D’un côté, l’accent est mis sur le tourisme d’affaires, avec la réalisation en 2004 du Schéma Directeur de Développement Hôtelier, destiné à orienter l’investissement hôtelier, pour augmenter le nombre de chambres et opérer une montée en gamme de l’offre. Le parc hôtelier, développé à partir des années 1990 en lien avec la saturation du marché parisien et la nécessité d’un développement au-delà du périphérique, regroupe aujourd’hui un peu plus de 2 000 chambres, surtout de l’hôtellerie de chaîne dominée par ACCOR. Cette croissance repose sur des politiques publiques favorables à l’investissement hôtelier, identifiables sur d’autres territoires (Férérol, Durand, 2009) et marquées à Plaine Commune par un soutien à des projets hôteliers de grande échelle (Decelle, Jacquot, 2013).

  • 23 Au-delà de Plaine Commune, l’écomusée du Val de Bièvre (Fresnes) a organisé un séminaire en 2010 in (...)

33Parallèlement est menée une politique de valorisation touristique du patrimoine. Dès la fin des années 1990, un travail d’interprétation des espaces urbains requalifie des espaces publics fragmentés par les friches industrielles et les voies de communication. Il valorise l’histoire industrielle et populaire du territoire. Deux parcours historiques ont été créés à Saint-Denis, le premier en 1998 pour relier le Stade de France au centre-ville. Le Schéma Touristique Communautaire généralise cette politique à l’ensemble de Plaine Commune et contribue à désenclaver le territoire, par la prise en compte de toute sa diversité patrimoniale (industries, logements sociaux, etc.), et en resituant son histoire dans celle de la métropole parisienne. Cette stratégie s’appuie sur la promotion explicite d’un patrimoine qui n’est pas seulement localisé en banlieue, mais constitue un patrimoine de banlieue (Jacquot, Gravari-Barbas, Fagnoni, 2013), revendiqué en tant que tel23. En rupture avec un imaginaire dépréciatif de la banlieue, la stratégie se veut transversale à l’action territoriale. Ainsi, le SCOT approuvé en 2006 et révisé en 2009 mentionne comme grande orientation générale « Organiser le territoire sur son identité de banlieue populaire ». Cette stratégie constitue aussi une conception alternative du tourisme, visant plus à permettre aux habitants, ses premiers destinataires, de se réapproprier le territoire qu’à attirer des touristes extérieurs.

34Cependant, au point de rencontre entre le front pionnier de la métropolisation parisienne et une stratégie endogène de reconversion, cette politique patrimoniale et touristique est elle-même ambiguë. La promotion de la banlieue comme catégorie possible de l’espace touristique (Kouloumbri, 2004) relève-t-elle du tourisme hors des sentiers battus (Maitland, 2007) ou d’un militantisme patrimonial et touristique de banlieue ? La première option entre en résonance avec la stratégie actuelle de renouvellement des approches touristiques de la municipalité parisienne, qui, soucieuse de diversifier son offre tant thématiquement que géographiquement, promeut une articulation avec les espaces au-delà du périphérique nord, encollaboration avec le Comité départemental du tourisme 93.

2.2 La diffusion ambiguë du répertoire de la ville créative

35La constitution d’un « Territoire de la création et de la culture », spécialisé dans l’audiovisuel et les loisirs numériques, enclenchée en 2012 dans le cadre du Grand Paris et de la réalisation des Contrats de Développement Territorial, met au premier plan la connexion opérée avec le répertoire de la « ville créative » (Vivant, 2009), entérinant des mutations préalables. Le site le plus emblématique de ce tournant est la Cité européenne du cinéma, conçue par Luc Besson et installée fin 2012 par la société Europa-Corp (société de studio intégré), dans une ancienne centrale thermique de Saint-Denis rénovée par les architectes Reichen et Robert. Cette réalisation constitue essentiellement un outil de requalification urbaine, de changement d’image, et un haut lieu souhaité des industries culturelles.

  • 24 Par exemple, l’association Franciade, qui est présentée localement comme un cas emblématique de ces (...)

36Au sein du « Territoire de la culture et de la création » un « Triangle Culture Tourisme Expérience » correspondant aux centres de Saint-Denis, Stains et Aubervilliers a été identifié. L’Accord-Cadre du Contrat de Développement Territorial y prévoit le développement d’un « tourisme urbain d’expérience ». Les politiques locales se positionnent par rapport à ce cadre « créatif » : « Les élus tentent (…) [de] présenter les spécificités sociales de cette banlieue (multiculturalisme, marginalité, cultures urbaines) comme une source de créativité dont n’auraient qu’à s’emparer les « industries créatives » pour enrichir leurs activités et offrir en retour des emplois aux habitants » (Lebeau, 2014),conformément à une logique d’inclusion déjà en œuvre dans d’autres démarches locales24. De même, le second Schéma touristique communautaire de 2012 intègre la notion de « tourisme créatif ».

37Les politiques patrimoniales et touristiques de Plaine Commune, investies de fonctions à la fois idéologiques, économiques, sociales et, de plus en plus, urbanistiques, apparaissent donc plurielles, mues par des objectifs et positionnements différents voire divergents (selon leur rapport à la métropolisation, leur orientation plus ou moins entrepreneuriale, etc.). Relèvent-elles d’une alternative au modèle entrepreneurial dominant, d’un registre palliatif visant à atténuer les inégalités engendrés par la métropolisation, ou d’un tournant « créatif » aligné sur les approches adoptées par plusieurs territoires depuis les années 2000 ? Plusieurs interprétations peuvent être proposées : oscillation entre deux orientations antagonistes, parfois portées par des acteurs différents au sein d’une même institution ; conversion d’une partie des acteurs à la version « créative » de la métropolisation dominante, avec des résistances interstitielles à ce paradigme dominant ; ou intérêt croisé à jouer le jeu du « Territoire de la culture et de la création », pour promouvoir des politiques non conformes au modèle métropolitain dominant.

  • 25 Nous avons interrogé des acteurs du patrimoine et du tourisme sur leur usage de la catégorisation « (...)

38Dans cette dernière hypothèse, les acteurs institutionnels ou associatifs de Plaine Commune s’inscrivent dans le Grand Paris pour mener leur propre action, en ne participant que nominalement au registre de la « créativité » dominante. Ils intègrent leurs propres objectifs de dynamisation et valorisation territoriale au projet de « Territoire de la culture et de la création ». En outre, tous les acteurs de la culture et du tourisme de Plaine Commune ne se reconnaissent pas dans l’usage des nouvelles catégories métropolitaines standardisées de « créativité »25. Au sein des projets portés au titre du Grand Paris, ils cherchent à promouvoir une centralité et une identité propre, celle d’une spécificité territoriale de banlieue. Ainsi, militantisme culturel alternatif et normes « créatives » peuvent coexister sur le même territoire, et même parfois au sein d’une même opération culturelle, dans un jeu croisé d’instrumentalisation réciproque entre approches alternatives et mainstream(Harvey, 2008).

39Au-delà du constat de l’ambiguïté des politiques menées, dans un contexte où « il n’y a plus de « communisme municipal » à proprement parler » et où « les municipalités qui restent dirigées par le PCF, dans des configurations d’alliances variables, cherchent des modèles alternatifs qui redonneraient à leur gestion une attractivité et une originalité depuis longtemps atténuée » (Martelli, 2014), il s’agit de démêler ce qui en constitue la dimension alternative.

III) La fabrique des nouvelles politiques patrimoniales et touristiques alternatives

40Nous considérons ici spécifiquement les politiques patrimoniales et touristiques qui s’inscrivent volontairement en décalage avec des façons de faire mainstream relevant du paradigme entrepreneurial et qui ne reprennent pas le répertoire « créatif », en questionnant la façon dont elles sont menées, mais aussi présentées et justifiées, pour identifier leurs principes communs. Nous appliquons à notre champ d’investigation les trois critères proposés par V. Béal et M. Rousseau (2014) pour identifier les politiques urbaines alternatives, comme « l’ensemble des initiatives, des démarches ou des projets soutenus par des municipalités (…) 1. Qui ne sont pas conçus selon une perspective top-down, (… mais) davantage construites dans une perspective bottom-up dans laquelle la société urbaine, et notamment ses composantes sociales ou ethniques les plus désavantagées, constitue l’élément moteur. 2. Qui ne font pas des mécanismes marchands leur principal vecteur d’organisation. (…) 3. Qui ne visent pas à reconstruire la ville pour les groupes sociaux les plus aisés ou la « classe visiteuse » (Eisinger, 2000), mais avant tout pour les couches populaires déjà présentes dans la ville. ».

3.1. Des politiques participatives et bottom-up ?

41La première dimension concerne le montage même de ces politiques patrimoniales et touristiques à Plaine Commune avec l’affirmation d’une ambition participative.

42Si les mobilisations en faveur de la patrimonialisation sont rarement portées par de nombreux habitants - par exemple, la patrimonialisation du logement social est menée essentiellement par des experts, comme dans la majorité des cas français (Veschambre, 2014) -, les acteurs institutionnels et associatifs militent pour un patrimoine et un tourisme participatifs impliquant les habitants.

  • 26 Cf. le Printemps de la mémoire 2011.
  • 27 Tribune écrite par E. Orsenna, D. Paillard (maire de Saint-Denis) et P. Braouezec (président de Pla (...)

43Ces derniers sont sollicités pour participer à la fabrique patrimoniale et mémorielle, d’abord en tant que témoins. Plusieurs démarches de recueil de la mémoire habitante sont menées sur le territoire depuis la première moitié des années 1970 et se caractérisent par une attention particulière et précoce pour « la ville des gens »26 et le patrimoine de l’immigration. Ainsi, un recueil des mémoires habitantes est conduit à la cité-jardin de Stains, par différents acteurs (le bailleur social, le service du patrimoine du Conseil général, Plaine Commune), intégrant ces démarches à la médiation patrimoniale via la réalisation de balades sonores. Cette participation devient plus active lorsque les habitants sont sollicités pour coproduire les valorisations patrimoniales, comme l’illustre leur implication dans la cité-jardin de Stains (« balades soupes », valorisation des cultures maraîchères, rencontres informelles lors de visites), ou lorsque le remontage de la flèche de la basilique de Saint-Denis, projet qui ferait appel à des chantiers d’insertion, est présenté par les édiles locaux comme une « grande aventure populaire »27. Cet appel à une dynamique populaire est en continuité avec la politique touristique engagée par le Schéma touristique communautaire de 2003, qui incite à une participation et « une appropriation valorisante par les habitants ».

  • 28 Source : entretien avec la chargée de valorisation touristique de la cité-jardin de Stains, relevan (...)

44Différentes modalités de cette participation peuvent être esquissées, concevant les habitants à la fois comme témoins, touristes, ambassadeurs, voire coproducteurs (Jacquot, 2015). Cette participation présente toutefois des limites, notamment en termes d’amplitude : la participation effective et régulière aux actions menées par la chargée de valorisation touristique concerne une petite vingtaine d’habitants sur les 3 500 de la cité-jardin, les grands événements culturels attirent environ 70 personnes28.

45La logique bottom-up ne relève pas seulement de la recherche d’une participation habitante, mais également du soutien, voire de l’intégration des dynamiques associatives et militantes aux politiques menées. Cette intégration repose sur l’imbrication entre réseaux associatifs et réseaux politiques (aussi observée à Ivry–Gouard, 2013), les parcours antérieurs et les engagements des porteurs de projet institutionnels, souvent aussi militants ou anciens militants associatifs.

46Une chargée de mission a été recrutée pour mener la valorisation de la cité-jardin de Stains, prévue par le Schéma touristique communautaire dès 2003. Auparavant salariée à la Villa Mais d’Ici, Friche Culturelle de Proximité, à Aubervilliers, elle facilite un rapprochement sur certains projets (comme la Foire des savoir-faire en 2013). Le croisement inverse peut être fait pour l’association Accueil banlieues, association militante d’accueil de touristes chez l’habitant dans les banlieues nord, cofondée en 2010 par le chargé de mission agenda 21 à Plaine Commune.

47Un alignement entre institutions publiques et associations s’opère aussi à la faveur des eductours, pour promouvoir de nouveaux territoires ou thématiques, avec la participation des acteurs associatifs qui deviennent prescripteurs des balades alternatives développées par Plaine Commune. Ainsi, la thématique du patrimoine maraîcher intègre les agendas des divers acteurs, contribuant à diffuser auprès de tous l’enjeu du développement durable localisé. Un autre alignement en sens inverse est l’imprégnation de l’action publique par une logique off : recrutement de profils particuliers, mobilisation des initiatives artistes ou habitantes en amont des politiques, logique de l’happening et de l’événementiel.

48Ces exemples évoquent « toute l’ambiguïté des liens qui rattachent toujours davantage ces nouvelles formes d’engagement aux pouvoirs publics » (Frère, Jacquemain, 2013, p. 250). Dans la fabrique des politiques alternatives patrimoniales et touristiques s’enchevêtrent ainsi institutions et associations, rendant difficile la délimitation des logiques top-down et bottom-up.

3.2. Des politiques patrimoniales et touristiques alter-marchandes et solidaires ?

49Alors qu’une partie des politiques patrimoniales et touristiques s’inscrivent dans des approches d’attractivité territoriale, d’autres initiatives s’inscrivent dans la logique de l’économie sociale et solidaire. Elles font écho aux reconfigurations globales récentes du tourisme social (Caire, 2012) et au décloisonnement entre politique de la ville et politiques culturelles (Chaudoir, Maillard, 2004). Le développement de politiques alter-marchandes relève autant d’une orientation générale assumée à Plaine Commune (promotion de l’économie sociale et solidaire avec un plan d’action mis en place en 2005 et une Convention ESS signée en novembre 2013 et articulée au Contrat de Développement Territorial) que d’initiatives publiques locales ou associatives.

50Le Schéma touristique communautaire traduit la préoccupation pour un développement solidaire ; le patrimoine est construit comme une ressource à travers la promotion d’un patrimoine immatériel renvoyant aux savoir-faire ancrés localement (organisation d’une Foire des savoir-faire). L’association Franciade, créée en 2002, réalise et commercialise des objets inspirés au départ des découvertes archéologiques proches de la basilique de Saint-Denis, puis renvoyant au patrimoine local de façon plus large (par exemple des souvenirs de la cité-jardin de Stains). Elle s’appuie sur les compétences artisanales et artistiques présentes sur le territoire (par exemple une migrante marocaine qui exerçait la couture au Maroc), revendiquant une démarche locale et solidaire. Franciade a en outre bénéficié d’un projet EQUAL financé par le Fonds Social Européen orienté vers la promotion du patrimoine via la création d’emplois pour des populations en difficulté.

  • 29 Entretien avec la chargée de valorisation touristique de la cité-jardin, dépendant de Plaine Commun (...)

51De même, la valorisation de la cité-jardin de Stains devient une composante de la politique de la ville. La création du poste de chargé de mission touristique de la cité-jardin de Stains participe des actions menées dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale, sur un volet « habitat et cadre de vie », en lien avec l’association locale porteuse de la politique de la ville, la C.L.O.S. : la cité-jardin a été impliquée dans les manifestations organisées pourle centenaire du logement social en 2012. Le local créé dans une ancienne boutique de la cité-jardin dépasse sa fonction première d’interprétation du patrimoine, pour devenir un « lieu de proximité », qui « sans être une boutique de quartier »29, acquiert une fonction sociale (visite devenue régulière de plusieurs habitants, développement d’activités d’entraide entre habitants avec échanges de graines pour les potagers, etc.).

52La logique alter-marchande induit également des initiatives citadines dans les domaines touristiques et patrimoniaux. Par exemple, l’association Accueil banlieues propose un hébergement chez l’habitant à prix modique, des ballades urbaines dans le territoire environnant de banlieue, dans le but d’en changer le regard.

53Ces politiques patrimoniales et touristiques relèvent-elles d’une action en faveur d’un alter-marchand ou constituent-elles un palliatif visant à compenser les effets déstructurants des politiques « créatives » et entrepreneuriales menées sur le territoire ? Dès lors, la question qui reste posée est celle des destinataires potentiels et réels de ces initiatives et de ces projets.

3.3. Les destinataires et objectifs des politiques alternatives

54A qui s’adressent ces politiques patrimoniales et touristiques ? Aux touristes, aux classes populaires, majoritaires sur le territoire, ou à la supposée classe créative (Florida, 2002) dans le cadred’une stratégie de gentrification contrôlée, à l’interface entre l’intercommunalité et Paris ?

55A Plaine Commune, si tous les habitants représentent les destinataires idéaux de la politique fondée sur l’idée d’un patrimoine ordinaire et du tourisme des habitants, les catégories populaires les plus désavantagées ne jouent pas un rôle moteur dans son élaboration, menée plutôt par une « aristocratie locale le plus souvent d’origines sociales ouvrières » (Gouard, 2013, p. 209). Pourtant, le rapport au territoire est décisif pour les destinataires imaginés, dans l’affirmation d’une différence vis-à-vis de Paris. A Saint-Denis, l’organisation de fêtes de plein air (concerts, pique-nique géant, spectacle vivant) permet de célébrer la rencontre entre les cultures populaires du territoire et les artistes du monde entier, pour réaffirmer - ou instaurer - les solidarités locales et politiques (Retière, 1991). Cette célébration du local prend des formes élargies : l’essentiel des politiques culturelles et touristiques s’inscrit dans une promotion de la diversité culturelle et migratoire, qui produit ses mémoires et patrimoines, et traduit ses volontés d’intégration des publics dans un territoire perçu comme cosmopolitique et alternatif. Les nouvelles couches moyennes résidentielles y participent de façon différenciée, entre militantisme et attente d’une gentrification plus poussée (Raad, 2012). Ainsi, ces politiques contribuent à attirer, non pas la très fantasmée classe créative, mais plutôt les enseignants, employés du territoire, salariés des monde associatifs et culturels, en partie habitants du territoire.

56Qui sont alors les destinataires des politiques touristiques ? Une grande part de l’activité du Syndicat d’Initiative consistait jusqu’aux années 1970 à organiser les vacances des Dionysiens. Le discours de la banlieue comme destination touristique n’inverse que partiellement ce rapport : les premiers destinataires de ces politiques sont aussi les habitants, invités à redécouvrir leur territoire. Les politiques touristiques rencontrent peu le tourisme international de la métropole parisienne : les balades urbaines organisées par Plaine Commune ou des associations sont composées d’un public hétérogène, mélangeant surtout locaux et Franciliens.

57Le projet de la Cité-jardin de Stains, entre tourisme et instrument de cohésion sociale, illustre cette pluralité des destinataires. Il représente tout d’abord l’emblème de la diffusion d’une politique touristique au sein de Plaine Commune, au-delà de Saint-Denis, dans un territoire populaire marqué par un fort taux de chômage. Les investissements réalisés (recrutement d’un chargé de mission, installation du local d’interprétation, organisation régulière de balades, pose d’une signalétique, fabrique de produits dérivés par Franciade…) dotent la Cité-Jardin des attributs d’un site touristique. Les balades et le local attirent environ 1 500 visiteurs par an, ce qui est présenté comme une réussite dans un territoire enclavé, avec un accès en transport en commun compliqué depuis Paris, et qui ne s’adresse pas de façon principale aux touristes internationaux de la métropole parisienne.

58Toutefois, limiter l’évaluation de cette politique aux fréquentations touristiques serait réducteur, puisque cette opération a été dès son origine conçue comme un élément de la rénovation urbaine. La valorisation a été nourrie de contacts avec les habitants, d’ateliers mémoire, de collecte de récits, de balades-apéros ou balades-soupes dans des cœurs d’îlot, dont l’objectif se situe au moins autant dans l’implication des habitants que dans la valorisation qui en a résulté. La cité-jardin illustre l’interdépendance entre une revalorisation patrimoniale (accompagnée par l’Architecte des Bâtiments de France) et touristique, un projet urbain et une animation culturelle qui vise à recréer du lien social et à renforcer le sentiment d’appartenance des habitants. Cette action trouve un prolongement dans l’accompagnement opéré par Plaine Commune pour la transformation des sept cœurs d’îlots, jusque-là utilisés parfois de façon informelle : des usages citadins sont issus de revendications portées par des habitants (équipements sportifs, jeux pour enfants).

59Ces politiques construisent ainsi des figures territorialisées des publics et destinataires, qui, par le détour du tourisme (et non des touristes), renvoient in fine aux habitants, et reconfigurent un imaginaire territorial par la patrimonialisation de la banlieue. Cet usage du discours touristique comme levier pour des politiques de reconnaissance symbolique du territoire et de ses habitants n’est pas propre à Plaine commune (Cousin, 2006, 2011). Mais cette offre, ailleurs appelée « tourisme culturel », devient là « tourisme alternatif » (Plaine Commune, 2012).

3.4. Des politiques alternatives mises en réflexion et en réseau

60Les diverses expériences publiques et associatives alternatives constituent le socle de partenariats à de nouvelles échelles, permettant des échanges d’expériences et la construction de réseaux. Elles se construisent en réseau sur une base territoriale et thématique, en ayant pour étendard commun la localisation en banlieue, dans les départements de Seine-Saint-Denis et du Val de Marne. Ainsi un « Groupe de travail sur le tourisme alternatif à l’heure du Grand Paris » a été monté fin 2013, intégrant Plaine Commune aux côtés d’autres acteurs institutionnels et associatifs. Ce montage a été facilité par l’existence d’affinités politiques et personnelles entre membres des CDT (Comités départementaux du tourisme) de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Les échanges témoignent d’une mise en réseau par un positionnement sur la singularité et la revalorisation territoriale (avec une réflexion sur les « démarches de banlieue »), sur le non-marchand ou l’alter-marchand, sur le choix prioritaire d’un « tourisme de proximité », sur la promotion d’un tourisme profitant localement à tous les habitants. Le terme « alternatif » ne fait toutefois pas consensus au sein du réseau en construction, certains envisageant leurs actions en complémentarité à l’offre touristique parisienne, tandis que les acteurs de Plaine Commune revendiquent une posture d’engagement.

61Cette mise en réseau peut être davantage thématisée. A la suite de l’expérience inaugurale menée à Stains, un réseau des cités-jardins de Plaine Commune (Epinay-sur-Seine) et d’Ile-de-France (Suresnes, Le Pré-Saint-Gervais, Champigny-sur-Marne, etc.) a été lancé en 2009, avec l’objectif d’une valorisation touristique de ce patrimoine localisé en périphérie des centres métropolitains, et une association a été constituée à l’automne 2015. L’objectif est de constituer les cités-jardins comme patrimoine multi-site permettant de nouvelles modalités de développement en banlieue.

62Ces rapprochements peuvent également s’opérer sur une base idéologique, comme la connexion entre les associations Accueil Paysan, Accueil Banlieues et Hôtel du Nord. Accueil banlieues a été créée sur le modèle d’Accueil paysan, association née en 1987, inscrite dans les réseaux du tourisme social/solidaire et de l'éducation populaire30. Elle se rapproche également de la coopérative Hôtel du Nord à Marseille créée en 2011, qui se présente comme « Coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence avec ceux qui y vivent, travaillent et habitent »31. Elle participe dès lors à la réflexion sur la Convention de Faro sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (2005), lue comme instrument d’une réappropriation locale du patrimoine et de ses enjeux, basée sur la notion de « communautés patrimoniales ».

63Ces partenariats et mises en réseau permettent d’identifier les traits saillants conduisant à une montée en généralité des politiques patrimoniales et touristiques.

Conclusion

64Face aux mutations économiques et métropolitaines et aux politiques entrepreneuriales intégrant les enjeux de la reconversion et de l’attractivité territoriale, nous avons saisi à Plaine Commune la reformulation d’une politique urbaine alternative au prisme du patrimoine et du tourisme. La revendication d’un patrimoine de banlieue fonde des projets de valorisation patrimoniale et touristiques, comme à Stains, suscite des initiatives associatives, participe d’un modèle de développement local et solidaire basé sur des ressources endogènes. La caractéristique commune aux diverses initiatives réside en la promotion d’une richesse locale, qui va du territoire à ses résidents (via la dimension immatérielle et les logiques mémorielles), et alimente les politiques alternatives de mise en tourisme. Ces politiques ne s’inscrivent pas explicitement dans une dynamique bottom-up, mais dans un brouillage des frontières entre le public et le militant. Elles relèvent de l’alter-marchand : l’hybridation entre politiques patrimoniales et touristiques d’une part, économie sociale et solidaire d’autre part, constitue un ressort essentiel de l’alternative proposée.

65Cependant, le rapport tant aux politiques entrepreneuriales et « créatives » qu’à la métropolisation rend équivoque la dimension alternative. Le développement du tourisme est caractéristique de cette ambiguïté : il oscille entre une politique de valorisation du patrimoine local et des politiques de développement de l’hébergement hôtelier, du tourisme d’affaires et des congrès, conformément à une métropolisation qui constitue le territoire dionysien en un territoire d’opportunités susceptible d’élargir l’assiette intra-muros de la destination touristique parisienne. De même, avec la mise en place du « Territoire de la culture et de la création », Plaine Commune reprend un modèle de développement par la « créativité »adopté par un grand nombre de villes, et reformule dans ce langage certains de ses projets touristiques et patrimoniaux.

66L’institutionnalisation de l’alternative risque fort alors de signifier sa récupération au profit du paradigme de la « créativité » (pris au sens de Florida). Cependant, pour de nombreux acteurs locaux du patrimoine et du tourisme, la « créativité » reste un discours dans les interstices duquel se déploie une politique alternative symbolique. « Symbolique » prend ici un double sens : la politique alternative menée vise la revalorisation symbolique du territoire local via le patrimoine et le tourisme (puis sa mobilisation à des fins d’un développement endogène) ; elle relève aussi d’une logique socialement compensatoire à la métropolisation inégalitaire. Cependant, le décalage entre les destinataires imaginés (les habitants pour lesquels il s’agit de favoriser la réappropriation du territoire), et les publics réels (une petite partie des habitants du territoire et un public métropolitain) limite sa portée. Enfin, cette politique se montre également porteuse d’une alternative géographique au sein de la métropolisation : le patrimoine et le tourisme contribuent à affirmer une nouvelle centralité au sein du Grand Paris.

67La catégorisation des politiques comme alternatives achoppe sur des formes ambivalentes, marquées dans leur construction par des conflits idéologiques complexes : la construction politique locale internalise les contradictions et résistances (voire retournements) au paradigme dominant. Dans cette nouvelle configuration, la politique patrimoniale et touristique n’est plus la simple conséquence d’une politique alternative mais un de ses principaux vecteurs, voire champs d’application possible.

Haut de page

Bibliographie

Abramo, P. (1996), « La régulation et le régime urbains, la structure urbaine, sa reproduction et le capital », Futur antérieur, 30, http://www.multitudes.net/La-regulation-et-le-regime-urbains/.

Albecker, M-F. (2010), « Du déclin urbain à la dynamique retrouvée ? Le rôle des stratégies locales dans la première couronne de la banlieue parisienne (Issy-les-Moulineaux, Ivry-sur-Seine et Pantin) », in : Baron, M., Cunningham-Sabot, E., Grasland, C., Rivière, D. et Van Hamme, G. (sous la direction de), Villes et régions européennes en décroissance, maintenir la cohésion territoriale ?, Hermès-Lavoisier, Paris.

Arnaud, L. (2008), Réinventer la ville. Artistes, minorités techniques et militants au service des politiques de développement urbain, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Aubry A., Blein, A. et Vivant, E. (2015), « The promotion of creative industries as a tool for urban planning : the case of the Territoire de la culture et de la création in Paris Region », International Journal of Cultural Policy, vol. 21, issue 2, pp. 121-138.

Béal, V. et Rousseau, M. (2008), « Néolibéraliser la ville fordiste », Métropoles, 4.

Béal, V. et Rousseau, M. (2014), « Alterpolitiques ! », Métropoles, n° 15, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 21 mai 2015. URL : http://metropoles.revues.org/4948.

Bellanger, E. et Mischi, J. (sous la direction de) (2013), Les territoires du communisme. Elus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Armand Colin, Paris.

Bertho, A. (2008), « La plaine Saint-Denis dans l’entre-deux »Projet, 2, pp. 23-30.

Bondaz, J., Isnart, C. et Leblon, A. (2012), « Au-delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine », Civilisations, 61.1.

Braouezec, P. (2012), Mais où va la ville populaire ?, entretien avec Jean Viard, Editions de l’aube, Paris.

Brenner, N. (2004), New state spaces: urban governance and the rescaling of statehood, Oxford University Press, Oxford.

Brunet, J.-P. (1980), Saint-Denis, la ville rouge : socialisme et communisme en banlieue ouvrière, 1890-1939, Hachette, Paris.

Butler, R. (1990), « Alternative tourism: Pious Hope or Trojan Hope », Journal of Travel Research, vol. 28, 3, pp. 40-45.

Caire, G. (2012), « Social tourism and the social economy », in: McCabe, S., Diekmann, A. et Minnaert, L. (sous la direction de), Social Tourism in Europe, Channel View Publications, pp. 73-88.

Chaudoir, P. et Maillard J. de (sous la direction de) (2004), Culture et politique de la ville : une évaluation, Observatoire des politiques culturelles, Editions de l’Aube, La Tour d’Aigues.

Chivallon, Ch. (2005), « L'usage politique de la mémoire de l'esclavage dans les anciens ports négriers de Bordeaux et Bristol », in Dufoix S. et Weil P. (sous la direction de), L'esclavage, la colonisation et après… , PUF, Paris, pp. 533-558.

Christnacht, M. (2011), « Franciade recrée les objets du passé pour faire vivre le 93 au présent », Espaces, 292, pp. 39-42.

Cousin, S. (2006),. « De l’Unesco aux villages de Touraine : enjeux politiques, institutionnels et identitaires du tourisme culturel », Autrepart n° 40, pp. 17-32.

Cousin, S. et Réau, B. (2009), Sociologie du tourisme, La Découverte, Paris.

Cousin, S. (2011), Les miroirs du tourisme, Descartes et Cie, Paris.

Colomb, C. (2012), « Pushing the urban frontier: temporary uses of space, city marketing, and the creative city discourse in 2000s Berlin », Journal of Urban Affairs, vol. 34, Number 2, pp. 131–152.

Davila, A. (2004), « Empowered culture? New York’s city empowerment zone and the selling of El Barrio », Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 594, 1, pp. 49-64.

Deboulet, A. et Nez H. (sous la direction de) (2013), Savoirs citoyens et démocratie urbaine, Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

Decelle, X. et Jacquot, S. (2013), « Coalitions publiques-privées et stratégies d’investissement hôtelier dans la constitution de la métropole touristique francilienne, entre centralités et périphéries », in Gravari-Barbas, M. et Fagnoni, E. (sous la direction de), Métropolisation et tourisme. Comment le tourisme redessine Paris, Belin, Mappemonde, Paris, pp. 70-85.

Desponds, D. et Bergel, P. (2013), « Transactions immobilières et substitutions socio-résidentielles en Seine-Saint-Denis », L’Espace géographique, 2 Tome 42, pp. 115-127.

Di Gaetano, A. et Klemanski, J. (1999), Power and city governance : comparative perspectives on urban development, Univ. of Minnesota Press, Baltimore.

Dormois, R. (2008), « Les coalitions dans l’analyse des politiques urbaines post-keynésiennes ». Métropoles, (4).

Dowding, K. (2001), « Explaining Urban Regimes », International journal of Urban and Regional Research, vol. 25, N° . 1, pp. 7-19.

Dyson, P. (2012), « Slum Tourism: Representing and Interpreting ‘Reality’ in Dharavi, Mumbai », Tourism Geographies, 14:2, pp. 254-274.

Eisinger, P. (2000), « The Politics of Bread and Circuses: Building the City for the Visitor Class », Urban Affairs Review, vol. 35, n° 3, pp. 316-33.

Evans, G. (2005), « Measure for measure, evaluating the evidence of culture’s contribution to Regeneration », Urban Studies, vol. 42, n. 5-6, pp. 959-983.

Duhamel, P. et Knafou, R. (2007), « Le tourisme dans la centralité parisienne », in : Saint-Julien, Th, et Le Goix, R., (sous la direction de), La métropole parisienne, centralités, inégalités, proximités, Belin, Paris, pp. 37-62

Fainstein S., Powers, J. (2007), « Tourism and New York’s ethnic diversity: an underutilized ressource? », in: Rath, J. (sous la direction de), Tourism, ethnic diversity and the city, Routledge, pp. 143-163.

Férérol, M.-È. et Durand, G. (2009), « Le tourisme, positionnement stratégique au sein d’une métropole : le choix d’Évian vis-à-vis de la métropole transfrontalière franco-valdo-genevoise », L’Information géographique 3/2009, vol. 73, pp. 23-45.

Florida, R. (2002), The rise of the creative class, Basic Books, New York.

Fol, S. et Raad, L. (2014), « Les politiques de patrimonialisation comme support de la gentrification en banlieue rouge ? Le centre ancien de Saint-Denis », in : Djament-Tran, G. et San Marco, Ph. (sous la direction de), La métropolisation de la culture et du patrimoine, ed. Le Manuscrit, Paris, pp. 259-284.

Fourcaut, A. (1992), Banlieue rouge, 1920-1960 : années Thorez, années Gabin : archétype du populaire, banc d'essai des modernités, Autrement, Paris.

Fourcaut, A. (2007), « Les banlieues populaires ont aussi une histoire », Banlieues, cités dans la cité, Projet, n° spécial : 299, juillet 2007, pp. 7-15.

Frère, B. et Jacquemain, M. (sous la direction de) (2013), Résister au quotidien ?, Presses de Sciences Po, Paris.

Getz, D. (1993), « Planning for tourism business districts », Annals of Tourism Research, vol. 20, n° 3, pp. 583-600.

Gilli, F. (2013), « Le Grand Paris, une métropole en marche ? », Métropolitiques, 30 janvier.

Gotham, K. F., 2005, « Tourism gentrification: the case of New Orleans’s Vieux Carre (French Quarter) », Urban Studies, vol. 42, n° 7, pp. 1099-1121.

Gouard D. (2013), « Les recompositions contemporaines de l’affiliation au communisme en banlieue parisienne », in : Bellanger, E. et Mischi, J. (sous la direction de), Les territoires du communisme. Elus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Armand Colin, Paris, pp. 205-221.

Gravari-Barbas, M. (2013),Aménager la ville par la culture et le tourisme, Editions le Moniteur, Paris.

Groth, J. et Corijn, E. (2005), « Reclaiming Urbanity: Indeterminate Spaces; Informal Actors and Urban Agenda Setting », Urban Studies, Vol 42, No 3, 42, pp. 503–526.

Hackworth, J. (2007), The neoliberal city, governance, ideology and development in american urbanism, ed. Cornell University Press, New York.

Harvey, D. (1989), « From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism », Geografiska Annaler. Series B, Human Geography, vol. 71, n° 1, pp. 3-17.

Harvey, D. (2008), « L’art de la rente : mondialisation et marchandisation de la culture », in Géographie de la domination, Les Prairies ordinaires, Paris, pp. 23-56.

Harvey, D. (2015), Villes rebelles, Buchet Chastel, Paris.

Jacquot, S., Gravari-Barbas, M. et Fagnoni, E. (2013), « Patrimonialisation et tourisme dans la région métropolitaine parisienne. », in : Gravari-Barbas, M. et Fagnoni, E. (sous la direction de), Métropolisation et tourisme. Comment le tourisme redessine Paris, Belin, Paris, pp. 103-117.

Jacquot, S. (2015), « Politiques de valorisation patrimoniale et figuration des habitants en banlieue parisienne (Plaine Commune) », Echogéo, numéro 33.

Keil, R. et Boudreau, J.-A. (2010), « Le concept de la ville créative : la création réelle ou imaginaire d’une forme d’action politique dominante », Métropoles, 7.

Kouloumbri, Th. (2004), « Plaine Commune, à la rencontre de la population locale », Revue Espaces, 216, juin 2004.

Landry, Ch. et Bianchini, F. (1995), The Creative City, Domos/Comedia, Londres.

Lash, S., Urry, J. 1994, Economies of signs and space, Sage, London.

Le Galès, P. (2003), Le retour des villes européennes, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, Paris.

Lebeau, B. (2014), « Une « banlieue créative » dans le Grand Paris ? », EchoGéo, n° 27, mis en ligne le 02 avril 2014.

Logan, R. et Molotch, H. (1987), Urban Fortunes, The Political Economy of Place, University of California Press, Los Angeles.

Maitland, R. (2007), « Tourists, the creative class and distinctive areas in major cities: The roles of visitors and residents in developing new tourism areas », in: Richards, G. et Wilson, J. (sous la direction de), Tourism, Creativity and Development, Routledge, New York, pp. 73-86.

Malezieux, J. (2003), « Landy-France : un pôle d'activités dans la Plaine Saint-Denis. Nouvelles dynamiques de l’immobilier de bureaux en Ile de France au début des années 2000 », Géocarrefour, vol. 78/4, pp. 313-321.

Martelli, R. (2014), « L’archipel urbain du PCF », Métropolitiques, 6 juin 2014, URL : http://www.metropolitiques.eu/L-archipel-urbain-du-PCF.html

Molotch H., Warner K. (2001), Building Rules: How Local Controls Shape Community Environments and Economics, Westview Press, 2001.

McGehee, N. (2002), « Alternative tourism and social movements », Annals of Tourism Research, vol. 29, n. 1, pp. 124-143

Mommaas, H. (2004), « Cultural clusters and the Post-industrial city: towards the remapping of urban cultural policy, » Urban Studies, vol. 41, No 3, pp. 507-532.

Mongin, O. (2013), La ville des flux : l’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Fayard, Paris.

Plaine Commune (2012), Schéma touristique communautaire, 2012-2016, 44 p.

Pontier, J. (2001), « Politique communautaire en petite couronne. L’agglomération Plaine Commune », in : Baraize, F. et Négrier, E. (sous la direction de), L’invention politique de l’agglomération, L’Harmattan, Paris, pp. 157-191.

Pradel, B., Padeiro, M. et Aguiléra, A. (2014), « Paris sera toujours paris : Réflexions sur la centralité dans la métropole francilienne », Métropoles, 14.

Rab, S. (1994),Culture et banlieue : les politiques culturelles dans les municipalités de la Seine (1935-1939), thèse d’histoire contemporaine de l’Université Paris 7 Diderot, dir. M. Perrot.

Raad, L. (2012), « Pratiques et représentations des couches moyennes de banlieue rouge : stratégies résidentielles et ancrage territorial », Espaces et sociétés, 148-149, pp. 91-110.

Rath, J. (sous la direction de) (2007), Tourism, Ethnic Diversity and the City, Londres, Routledge.

Retière, J.-N. (1991), « La sociabilité communautaire, sanctuaire de l’identité communiste à Lanester », Politix, n° 13, pp. 87-93.

Revue Espaces tourisme et loisirs, « Réinventer le tourisme social », n° 310, janvier 2013.

Richards, G. et Wilson, J. (2007), Tourism, creativity and development, Routledge, New York.

Subra, P. 2012, « De la banlieue rouge à la banlieue rose. 2012, année paradoxale pour le PCF », Métropolitiques.

Tornatore, J.L. (2006), « Trou de mémoire. Une perspective post-industrielle de la Lorraine sidérurgique », in : Daumas J. C. (sous la direction de), La mémoire de l’industrie : de l’usine au patrimoine, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, pp. 49-80.

Semmoud, N. (2005), « Valorisation patrimoniale et changement social : un pléonasme ? », in : Gravari-Barbas, M. (sous la direction de), Habiter le patrimoine. enjeux, approches, vécu, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, pp. 265-280.

Smith, N, 1996, The New Urban Frontier, Gentrification and the revanchist city, Routledge.

Veltz, P. (2004), des lieux et des liens, politiques du territoire à l'heure de la mondialisation, éditions de l’aube, Paris.

Veltz, P. (2008), Le nouveau monde industriel, Gallimard, Paris.

Veschambre, V. (2008), Traces et mémoires urbaines, Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

Veschambre, V. (2014), « Les grands ensembles français, un patrimoine encombrant en ce début du XXIe siècle », in : Djament-Tran, G. et San Marco, Ph. (sous la direction de), La métropolisation de la culture et du patrimoine, ed. Le Manuscrit, Paris, pp. 369-408.

Vidal, J.-C. (sous la direction de) (1999), Saint-Denis. La croisée des chemins, ed. Ville de Saint-Denis, Ed. PSD.

Vivant, E. (2007), « L'instrumentalisation de la culture dans les politiques urbaines : un modèle d'action transposable ?. », Espaces et sociétés 4/2007 (n° 131), pp. 49-66.

Vivant, E. (2009), Qu’est-ce que la ville créative ?, PUF, Paris.

Zukin, S. (1987), « Gentrification: culture and capital in the urban core », Annual Review of Sociology, 13, pp. 129-147.

Haut de page

Notes

1 Source : Archives municipales de Saint-Denis, cote 281W2.

2 Saint-Denis est dirigé par des maires communistes depuis 1944 sans interruption. En 2014, D. Paillard (membre du PCF) remporte les élections municipales au second tour, en tête d’une liste Front de Gauche, face à la liste Parti Socialiste.

3 Caractérisé dans la lignée des travaux de D. Harvey par une approche pro-croissance, axée sur le marché, une conception du rôle des autorités publiques comme catalyseur et facilitateur de l’investissement privé, par le recours dominant aux partenariats public-privé (Le Galès, 2003) et au marketing territorial, dans le cadre d’une approche stratégique.

4 Cela apparaît dans les justifications du slum tourism (tourisme des bidonvilles et favelas) ou du développement touristique dans les quartiers migratoires ou pauvres (Davila, 2004 ; Rath, 2007 ; Dyson, 2012).

5 Le paradigme créatif se réfère aux analyses de Landry et Bianchini (1995), qui soulignent le rôle de la culture dans la régénération urbaine, de Florida (2002), qui renvoie à des politiques tournées vers l’attraction de la supposée « classe créative », c’est-à-dire l’ensemble des professionnels impliqués dans les processus de création, et de Richards et Wilson (2007), qui définissent le tourisme créatif comme la possibilité pour le visiteur d’exprimer son « potentiel créatif ». La notion irradie de nombreux champs de l’intervention urbaine : création de clusters « créatifs » (Mommaas, 2004), marketing urbain  (Colomb, 2012), outil de gouvernance urbaine (Keil, Boudreau, 2010).

6 La Seine Saint Denis est dotée d’un service Patrimoine, issu de la mission Archéologie créée en 1991 au sein du service de la culture, et d’un Comité départemental du tourisme depuis 1998.

7 Notamment la DRAC d’Ile-de-France et le STAP de Seine-Saint-Denis.

8 Cf. le fonds Soucheyre aux archives municipales de Saint-Denis.

9 Cf. le rapport au Bureau Municipal de M. Soucheyre en 1980, « Une politique municipale du patrimoine » (archives de Saint-Denis, cote 497 W 28).

10 Selon le Bulletin municipal de mai 1981de Saint-Denis.

11 Source : Archives municipales Saint-Denis. Cote : CT 1351.

12 Guides Diamant, Paris, Versailles, St Germain, St Denis, Chantilly, Fontainebleau, Librairie Hachette, 1920.

13 Selon le Bulletin Municipal de Saint-Denis d’avril 1980.

14 Le groupe des réformateurs, qui propose une alternative interne au PCF, naît en 1989 en réaction à la chute du mur de Berlin, et existe sous forme structurée de 1991 à 2000 puis de 2005 à 2010.

15 Plaine Commune regroupe les communes d’Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, La Courneuve, L’Île Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Stains, Saint-Denis, Villetaneuse, puis Saint-Ouen en 2013.

16 Comme en témoigne l’association Saint Denis promotion qui regroupe des patrons pour le développement et le changement d’image de la ville.

17 P. Braouezec dans L’Humanité du 11 décembre 2012.

18 Source : entretiens avec l’historien responsable de l’Unité Patrimoine et arts visuels de La Courneuve et avec la chargée de mission « Nuages » de Plaine Commune (2015).

19 Les rénovateurs étaient déjà membres de cette association, aux côtés de Clémentine Autain et des Alternatifs. Voir sur ce point Laure Equy, « Ces communistes qui quittent le PCF », Libération, 10 juin 2010, et F. Asensi, P. Braouezec, J. Fraysse, « Le sens de notre départ du Parti », Le Monde, 9 juin 2010.

20 Cofinancé par l’Agence française d’Ingénierie Touristique, la Direction du Patrimoine et la Ville de Saint-Denis et confié au Cabinet L et R France.

21 Source : CDT 93, 2012.

22 Version d’avril 2013, en cours d’adoption.

23 Au-delà de Plaine Commune, l’écomusée du Val de Bièvre (Fresnes) a organisé un séminaire en 2010 intitulé « le patrimoine de banlieue existe-t-il ? », et à Athis-Mons a été créée la Maison de la Banlieue et de l’Architecture.

24 Par exemple, l’association Franciade, qui est présentée localement comme un cas emblématique de ces démarches (Christnacht, 2011).

25 Nous avons interrogé des acteurs du patrimoine et du tourisme sur leur usage de la catégorisation « créativité ». Il en est ressorti que tous ne s’appropriaient pas ce vocabulaire officiellement repris par l’intercommunalité. Pour des raisons de confidentialité sur un sujet politiquement sensible, nous ne pouvons pas préciser les noms des acteurs concernés.

26 Cf. le Printemps de la mémoire 2011.

27 Tribune écrite par E. Orsenna, D. Paillard (maire de Saint-Denis) et P. Braouezec (président de Plaine Commune) : « Restaurons la flèche de la basilique de Saint-Denis », Le Monde, 13 septembre 2013

28 Source : entretien avec la chargée de valorisation touristique de la cité-jardin de Stains, relevant de la Mission Tourisme de Plaine Commune, en avril 2013. Selon la nouvelle chargée de valorisation touristique de la cité-jardin de Stains, le local d’interprétation Mémoires de cité-jardin a accueilli 5 300 personnes entre 2008 et 2013 (entretien mené en juin 2015).

29 Entretien avec la chargée de valorisation touristique de la cité-jardin, dépendant de Plaine Commune (Mission tourisme), réalisé en mai 2013.

30 Entretien avec la présidente d’Accueil Banlieues, juin 2013.

31 http://hoteldunord.coop/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saskia Cousin, Géraldine Djament-Tran, Maria Gravari-Barbas et Sébastien Jacquot, « Contre la métropole créative ... tout contre. Les politiques patrimoniales et touristiques de Plaine Commune, Seine-Saint-Denis », Métropoles [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5171

Haut de page

Auteurs

Saskia Cousin

Saskia Cousin est maître de conférences en anthropologie à l’université Paris Descartes, membre de l’EA 4545 CANTHEL (Centre d’anthropologie culturelle) Mail : saskia.cousin@parisdescartes.fr

Géraldine Djament-Tran

Géraldine Djament-Tran est maître de conférences en géographie à l’université de Strasbourg, membre de l’UMR 7363 SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe), associée à l’EIREST (Equipe Interdisciplinaire de recherches sur le tourisme de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Mail : djament@unistra.fr

Maria Gravari-Barbas

Maria Gravari-Barbas est professeur de géographie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice de l’EIREST (Equipe Interdisciplinaire de recherches sur le tourisme). Mail : Maria.Gravari-Barbas@univ-paris1.fr

Sébastien Jacquot

Sébastien Jacquot est maître de conférences en géographie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’EIREST (Equipe Interdisciplinaire de recherches sur le tourisme). Mail : sebastien.jacquot@univ-paris1.fr

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals