Navigation – Plan du site
Recensions

Boissonade, Jérôme, 2015, La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique

Editions Petra, Paris, 487 p.
Juliette Maulat
Référence(s) :

Boissonade, Jérôme, 2015, La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique, Editions Petra, Paris, 487 p.

Texte intégral

1Les contributions réunies dans l’ouvrage dirigé par J. Boissonade sont issues d’un colloque international intitulé Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables » qui s’est tenu en février 2012 à l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Val de Seine. Dans un contexte où le développement durable sature les représentations et discours des acteurs publics et privés de l’aménagement urbain, ce colloque proposait de rassembler et de faire dialoguer la recherche critique sur la ville durable. L’ambition était de mettre en évidence des transversalités et « d’engager une approche réflexive sur les approches critiques du développement durable » (Flipo et al. 2013, p.111). Ce colloque a donné naissance au réseau Approches critiques du développement durable1.

2L’ouvrage poursuit ces réflexions et propose de mettre en regard les travaux qui concourent à réinscrire « la ville durable dans les rapports de forces qui la traversent » (p.13). Il réunit ainsi une douzaine de contributions émanant principalement de sociologues et de politistes mais également de plusieurs aménageurs, d’une géographe, d’une écologue, d’un économiste et d’une chercheuse en sciences de gestion. Les textes portent sur des objets urbains contemporains de nature différente (les écoquartiers, l’écologie industrielle, les politiques de déplacements, les espaces verts urbains, etc.) et mobilisent des outils conceptuels variés (sociologie pragmatique, philosophie de l’habiter, sociologie de l’éducation, géographie radicale, etc.).

3Face à l’éclatement des travaux critiques sur la ville durable, l’introduction de J. Boissonade revient sur les transversalités identifiées à l’occasion du colloque de 2012. Il distingue ainsi cinq principaux appuis de la critique du développement durable : une critique de la prédominance des enjeux de « développement » sur ceux de durabilité (croissance insoutenable) ; une critique de la conception techniciste de l’urbanisme durable (durabilité techniciste) ; une critique de l’encadrement des pratiques individuelles menée au nom du développement durable (gouvernementalisation des conduites) ; une critique de la démocratie technique associée au développement durable (démocratie instrumentale) et, enfin, une critique de l’omniprésence de la nature et de la justification écologique qui conduit à une dépolitisation et à une neutralisation de la conflictualité (greenwashing).

4Si ces cinq axes soulignent l’existence de questionnements critiques transversaux sur la ville durable, ils n’ont toutefois pas été retenus pour structurer l’ouvrage. Le choix a été fait d’organiser l’ouvrage à partir des « préceptes de la sociologie pragmatique », sociologie dont on rappelle qu’elle est construite autour de deux approches principales, celle de l’anthropologie des sciences et des techniques développée par Michel Callon et Bruno Latour, et celle de la sociologie des régimes d’action promue par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (Barthe et al. 2014). Ce parti pris pragmatiste vise, comme cela est annoncé en introduction, à favoriser le dialogue entre les chercheurs en les « invitant à prendre position vis-à-vis du vocabulaire pragmatiste », et à aider le lecteur à « mieux situer les registres de la critique convoqués » (p. 22). L’ouvrage est ainsi organisé en trois grandes parties construites autour des questions suivantes : Peut-on (et doit-on) critiquer le développement durable ? Sur quels appuis reposent les critiques qui lui sont faites ? Que peut-on construire à partir de ces critiques ? Nous n’aurons pas la place ici de revenir en détail sur chacune des contributions publiées. Toutefois, nous nous sommes efforcée de donner un aperçu de la variété des travaux de recherche réunis dans l’ouvrage.

5La première partie, intitulée « Les figures critiques du développement durable », s’articule autour d’une interrogation théorique sur la place de la critique sur la ville durable. Les auteurs mobilisent des outils conceptuels variés (sociologie pragmatique, philosophie de l’habiter, sociologie de l’éducation, géographie radicale, etc.) et développent des positions critiques sur les discours « durabilistes » dominants et les difficultés d’une approche critique (J. Boissonade). Les textes de cette partie affirment des positions tranchées et stimulantes en dépit, parfois, d’assises empiriques un peu floues.

6Les chapitres rendent ainsi compte, entre autres, de l’affaiblissement de la critique par les discours institutionnels « néomoralistes » du développement durable (P. Genestier), des mécanismes de promotion de modèles standardisés et technicistes d’écoquartiers qui contribuent à marginaliser d’autres modèles d’habiter alternatifs (G. Faburel et C. Roché), ou encore des effets du « pédagogisme écologique infantilisant » et de l’encadrement normatif des pratiques sur l’appauvrissement des réflexions critiques autour des questions environnementales (E. Pautard). H. Reigner interroge, de son côté, les mécanismes de gouvernementalisation des conduites individuelles menée au nom de la durabilité. Elle montre comment les politiques de mobilité durable sont mises au service d’un ordre néolibéral et d’un gouvernement néohygiénéiste des conduites qui met l’accent sur la responsabilité individuelle, opère une catégorisation des espaces et des usagers, et, surtout, verrouille les possibilités de contestation par une discréditation systématique des voix discordantes.

7La seconde partie de l’ouvrage s’organise autour de la question des « prises » de la critique et rassemble des textes qui s’intéressent aux actions concrètes menées au nom du développement durable, en France et ailleurs. Les chapitres portent sur différents objets tels que les projets d’écoquartiers, les projets de transport, ou l’écologie industrielle. Au-delà de leur pluralité, ces chapitres ont en commun de s’appuyer sur des études de cas et des enquêtes précises, et de croiser habilement réflexions théoriques et résultats empiriques. Ils proposent des conclusions intéressantes et nuancées concernant les limites des actions menées au nom de la ville durable.

8L. Damay, en recourant au cadre conceptuel pragmatiste, s’intéresse aux controverses autour du projet de RER de Bruxelles. Elle montre que, si les acteurs du transport et de l’aménagement engagés dans ce projet « adoptent le discours consensuel de la mobilité durable », ils s’opposent sur les modalités de sa mise en œuvre pour des raisons politiques, financières, territoriales et techniques. De leur côté, C. Lejeune et B. Villalba, à partir du cas de l’Union, soulignent le décalage entre les enjeux de durabilité et la réalité des projets labellisés « écoquartiers » dont le contenu répond principalement à des enjeux économiques et de marketing territorial. C. Beaurain et D. Varlet soulignent, eux, à partir du cas de Dunkerque, les limites du concept d’écologie industrielle en tant que vecteur d’une mise à distance du social. Ils proposent, a contrario, d’adopter une approche pragmatiste de l’écologie industrielle, plus à même de prendre en compte le rôle central de l’action humaine dans le déploiement de synergies innovantes entre les industries d’un territoire. Enfin, P.A. Barthel, V. Clerc et P. Philifert s’intéressent à l’adoption et la mise en œuvre de politiques de développement urbain durable dans trois pays arabes (Syrie, Maroc, Egypte). Ils montrent que, si les actions urbaines « durables » mises en place dans ces pays servent la préservation des pouvoirs en place et un ordre urbain néolibéral, elles contribuent néanmoins à des changements dans l’action urbaine et à l’émergence de formes nouvelles de « réflexivité » du côté des institutions et des professionnels de l’aménagement. Ce changement présente cependant des limites : éclatement des initiatives et des compétences, application de modèles d’urbanisme high tech ségrégatifs et déconnectés des réalités territoriales, faible association de la société civile. Les auteurs concluent en évoquant plusieurs pistes de réflexion pour changer l’action urbaine dans ces villes, concernant l’identification du potentiel de durabilité des quartiers informels ou le réinvestissement des savoir-faire locaux.

9La troisième partie de l’ouvrage s’organise autour de la question de la portée de la critique. Les chapitres s’appuient sur des enquêtes fouillées et portent également sur des objets divers. Ils abordent la question de la place des citoyens et mettent la lumière sur des résistances ordinaires qui s’opposent aux mécanismes de gouvernementalité écologique. Ces résistances font apparaître une construction du politique non à travers une vaste mobilisation partisane mais dans les agencements pratiques que vivent les personnes et les groupes.

10C. Beslay, R. Gournet et M.-C. Zelem traitent des formes de résistance des occupants aux règles d’entretien et de gestion des nouveaux bâtiments économes. Ils soulignent la nécessité de considérer les usages comme une dimension centrale de la performance énergétique du bâti et plaident pour une « socialisation des techniques » à même d’intégrer ces nouveaux instruments aux modes de vie des habitants. De leur côté, C. Barthélémy et M.-H. Lizée interrogent les liens entre inégalités écologiques et sociales à Marseille. Si elles constatent une corrélation entre ces deux types d’inégalités à l’échelle métropolitaine, l’étude d’une expérience de réappropriation d’un délaissé vert urbain par des citoyens des quartiers nord révèle les rapports riches et complexes des habitants des quartiers populaires à la nature. Ces rapports dessinent des formes de résistance ordinaire aux inégalités sociales et urbaines qui invitent à intégrer les « histoires individuelles et collectives » aux réflexions critiques sur la ville durable. Enfin, les sociologues et anthropologues du GRAC et du COPSAT étudient l’expérience du squat de Can Masdeu dans le massif de Collserola près de Barcelone. Ils montrent comment, face aux volontés des institutions locales de reprendre la main sur l’aménagement de l’espace, le collectif propose une autre « manière d’habiter la vallée » fondée sur un partage de l’espace, qui n’existe pas seulement dans sa dimension critique mais engage aussi une manière de « prendre part au monde ».

11Ainsi, l’ouvrage rassemble des contributions stimulantes qui soulignent la vivacité des travaux critiques sur la ville durable. Il donne à voir des travaux riches qui développent des réflexions originales à partir d’objets et de terrains variés. Le lecteur apprécie les excursions sur des terrains étrangers (Barcelone, Moyen-Orient, Belgique) mais aussi sur des terrains « ordinaires » (Dunkerque, l'Union) qui constituent trop souvent des zones d’ombres de la recherche urbaine2. En outre, l’état des « appuis » de la critique établis dans l’introduction laisse apparaître l’existence de questionnements critiques communs, au-delà des différences d’appartenances disciplinaires, de partis pris conceptuels et théoriques, et d’objets d’étude.

12Cependant, si l’intérêt de chacune des contributions est certain, l’ouvrage présente certains défauts. Tout d’abord, le fil directeur et la logique de structuration de l’ouvrage auraient pu être clarifiés. Les réflexions déployées dans les différents chapitres dialoguent peu entre elles et, si certaines transversalités critiques pertinentes sont mentionnées en introduction, celles-ci apparaissent peu dans la suite de l’ouvrage. L’absence de conclusion ne permet pas, enfin, de mettre en évidence les principaux enseignements de l’ouvrage et les pistes de recherche.

  • 3 En dépit de son hétérogénéité, la sociologie pragmatique propose un certain « style » de pratique d (...)

13En outre, si l’introduction annonce un choix, celui de structurer l’ouvrage à partir des « préceptes de la sociologie pragmatique » (p.22), le lecteur perçoit difficilement l’apport et les implications d’un tel parti pris dans la suite de l’ouvrage. D’une part, ces « préceptes » retenus pour organiser l’ouvrage ne sont pas explicités, alors même que le champ de la sociologie pragmatique, s’il est structuré par des positions communes, ne constitue pas un courant unifié. D’autre part, si plusieurs contributions s’inscrivent explicitement dans une approche pragmatique, d’autres s’en éloignent fortement au plan conceptuel et méthodologique3. L’ouvrage fait, toutefois, peu dialoguer ces positions différentes. On regrette l’absence de conclusion générale qui aurait permis de croiser les contributions et d’interroger la pertinence et les éventuelles limites de l’outillage conceptuel de la sociologie pragmatique pour une approche critique de la ville durable (sociologie critique) mais également pour une approche réflexive sur cette recherche critique (sociologie « de » la critique). L’introduction et le chapitre de J. Boissonade esquissent, néanmoins, sur ce point, des pistes de réflexion intéressantes qui mériteraient d’être prolongées.

14Enfin, on peut regretter la rareté des contributions qui s’efforcent d’ouvrir des perspectives de discussion entre recherche et action, alors qu’une telle ouverture est attendue dans un ouvrage à l’affiliation pragmatique. La sociologie pragmatique critique justement « le refus de la sociologie d’assumer ses conséquences pratiques » et invite, au contraire, à suggérer « des changements matériels et organisationnels rendant les dispositifs plus à même d’aider les acteurs à déployer par eux-mêmes la critique dont ils sont porteurs et à mettre au jour les contradictions qu’ils ont à gérer dans leur pratique » (Barthe et al. 2014, p. 202). La question de la contribution de la recherche critique à un renforcement des compétences réflexives des acteurs de l’urbain semble alors une piste intéressante pour prolonger les réflexions engagées par cet ouvrage.

15Pour conclure, cet ouvrage collectif propose un panorama riche des travaux critiques récents sur la ville durable et complète de manière pertinente d’autres travaux antérieurs (Béal, Gauthier, et Pinson 2011). Il ouvre des perspectives stimulantes qui invitent à suivre avec intérêt les réflexions du réseau Approches critiques du développement durable.

Haut de page

Bibliographie

Barthe Y., De Blic D., Heurtin J-Ph., Lagneau E., Lemieux C., Linhardt D., Moreau de Bellaing C., Rémy C., et Trom D. (2014), « Sociologie pragmatique : mode d’emploi. » Politix, 103, 3, pp. 175‑204.

Béal V., Gauthier M., et Pinson, G. (2011), Le développement durable changera-t-il la ville ? : Le regard des sciences sociales. Saint-Étienne: PU Saint-Etienne.

Boissonade J. (2015), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique, Editions Petra, Paris, 487 p.

Flipo F., Boissonade J., Charles L., et Devisme L. (2013), « Les ressorts des approches critiques du développement et de la ville durables. Retour sur un colloque. » Natures Sciences Sociétés, 21, 1, pp. 109‑15.

Haut de page

Notes

1 http://www.reseaucritiquesdeveloppementdurable.fr/

2 http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/la-ville-ordinaire-et-la-metropolisation-a480.html.

3 En dépit de son hétérogénéité, la sociologie pragmatique propose un certain « style » de pratique de la sociologie, fondé sur différentes exigences concernant les articulations entre les niveaux macroscopiques et microscopiques, la place de la temporalité historique, l’approche de la question des intérêts comme produit de l’action, le traitement du discours des acteurs ou encore la prise en compte de la réflexivité des acteurs (Barthe et al. 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Maulat, « Boissonade, Jérôme, 2015, La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique », Métropoles [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5222

Haut de page

Auteur

Juliette Maulat

Post-doctorante à l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Montréal, chercheuse associée au laboratoire Géographie-Cités.

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals