Navigation – Plan du site
Recensions

Salet, W. et Gualini, E. (Eds), Framing Strategic Urban Projects : learning from current experiences in European urban regions

2007, Londres, Routledge, 307 pages
Christian Lefèvre

Texte intégral

1L’ouvrage de W. Salet et de E. Gualini est la restitution d’une partie des travaux du programme COMET (Competitive Metropolises), financé par l’Union Européenne dans le cadre du 5ème PCRD. L’objectif de l’ouvrage selon les auteurs est « une analyse comparative des conditions institutionnelles des projets urbains innovants avec une insistance sur la planification et la conduite des projets intégrés jouant un rôle stratégique dans le développement des régions urbaines ».

2Salet et Gualini proposent cette analyse comparative à partir de la notion de « framing » que nous pouvons traduire par « structuration » et qui recouvre « les différents moyens par lesquels les acteurs et les institutions s’agrègent ». Cette notion renvoie à trois dimensions : la dimension conceptuelle du projet (le projet intègre-t-il les dimensions économiques, socio-culturelles et environnementales du développement ?), la dimension de mise en œuvre (quelles sont les alliances d’acteurs qui mettent en œuvre le projet ?) et la dimension de légitimité (qui soutient le projet ? La population est-elle impliquée ?).

3Salet et Gualini s’intéressent aux projets urbains car, selon eux, « ils symbolisent l’engagement visible des sociétés à s’investir dans une certaine direction pour le futur ». Dans un contexte marqué par la mondialisation, la décentralisation, la connectivité des activités et le défi porté à la centralité de la ville (remise en cause du couple centre-périphérie comme grille d’analyse du développement des espaces urbains), ils sont un objet particulièrement heuristique non seulement pour analyser ce développement mais aussi pour en identifier le caractère innovant. En grande partie, ce caractère innovant est à rechercher dans les processus décisionnels. Les auteurs partent alors d’un postulat suivant : la structuration doit être comprise dans le contexte des changements des conditions spatiales et institutionnelles de production des projets.

4La méthode d’analyse est celle de l’étude de cas de plusieurs projets auxquels sont appliquées les trois dimensions de la « structuration ». De manière classique aujourd’hui, l’ouvrage se compose alors de deux chapitres introductifs présentant les transformations urbaines et le cadre institutionnel dans lesquels les projets vont évoluer, chapitres suivis de 7 autres relatifs aux études de cas avec en final un chapitre conclusif, moitié de résumé, moitié d’analyse. Les projets concernés sont ceux d’Orestad (Copenhague), Tour et Taxis (Bruxelles), Adlershof (Berlin), Zuidas (Amsterdam), Forum 2004 (Barcelone), Parc d’Innovation Illkirch (Strasbourg) et Erdberger Mais (Vienne).

5Les études de cas concernent des projets sélectionnés par leur dimension stratégique dans le développement urbain (une certaine direction du futur) et donc par leur capacité à transformer la ville (notamment par leur taille et leur grande dimension économique, par exemple en termes de création d’emplois).

6Il faut saluer cet ouvrage pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce qu’il s’intéresse de manière scientifique aux grands projets urbains. Ces derniers ont en effet été peu analysés par le monde académique (si l’on excepte les travaux de Moulaert, Rodriguez et Swyngedouw, 2005 ou ceux, moins connus à l’international, de G. Pinson en France) alors que la littérature professionnelle est abondante. En second lieu parce qu’il y a un véritable effort de comparaison à partir d’un cadre analytique commun à travers lequel sont passées au crible les sept études de cas. Enfin, parce que ces dernières donnent lieu à un véritable travail de décorticage à travers les trois dimensions de la structuration, ce qui permet par exemple de montrer les hiatus entre d’un côté un projet dont la conception est présentée comme intégrée et visant un développement à l’international (attirer les investisseurs et les entreprises internationaux) alors que le système d’acteurs qui pilote la mise en œuvre du projet est lui-même peu intégré et dispose de peu de relations avec les sphères internationales.

7Si l’on reste dans le cadre analytique tracé par les auteurs, l’ouvrage est particulièrement intéressant et utile. En revanche, il n’opère pas un regard critique, voire un certain recul, sur la notion même de grands projets urbains et surtout sur leur prétendu rôle dans le développement des régions urbaines aujourd’hui. Est-ce bien à travers l’analyse de ces grands projets (qui du reste ont des configurations et des contenus fort divers, ce qui questionne le fait d’en faire une catégorie spécifique, a fortiori un objet heuristique) que nous pouvons interroger le développement urbain et le côté innovant de sa production ? Rien n’est moins sûr et Moulaert, Rodriguez et Swyngedouw ont bien montré que ces grands projets devaient d’abord être considérés dans une analyse des transformations urbaines toutes entières et donc aussi par les effets de polarisation et de ségrégation qu’ils permettent, voire qu’ils produisent. Par ailleurs, n’y-aurait-il pas d’autres modes de développement urbain, y compris dans le cadre d’une stratégie d’internationalisation qui peut même être fondée sur l’économie de la connaissance ? Nous pouvons répondre positivement à cette question : de nombreuses métropoles cherchent à se développer sans passer par la production de grands projets et mettent en œuvre des stratégies de développement ne reposant pas sur de tels objets. Se poser une telle question signifie s’interroger sur les raisons et les conditions qui font que de tels grands projets existent dans certaines métropoles et pas dans d’autres, raisons et conditions qui nous en diraient autant, voire plus, sur la production du développement urbain aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Moulaert, F., Rodiguez, A. et Swyngedouw, E. (2005), The Globalized city : Economic structuring and social polarization in European Cities, Oxford, Oxford University Press.

Pinson, G. (2004), « Le projet urbain comme instrument d’action publique » in Lascoumes, P. et Le Galès, P. (dirs.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, pp 199-233.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Lefèvre, « Salet, W. et Gualini, E. (Eds), Framing Strategic Urban Projects : learning from current experiences in European urban regions », Métropoles [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 16 octobre 2007, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/metropoles/682

Haut de page

Auteur

Christian Lefèvre

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENTPE - École Nationale des Travaux Publics de l'État
  • OpenEdition Journals