Navigation – Plan du site
Recensions

Azaiez, Mehdi, Le contre-discours coranique

Emmanuel Pisani
p. 315-318
Référence(s) :

Azaiez, Mehdi, Le contre-discours coranique, Studies in the History and Culture of the Middle East, vol. 30, Berlin, Boston, De Gruyter, 2015, 1 vol., 348 p.

Texte intégral

  • 1 van Ess, Josef, « The Logical Structure of Islamic Theology », in von Grunebaum, G.E. (...)
  • 2 Ward, Rosalind Gwynne, Logic, Rhetoric, and Legal Reasoning in the Qur’an, New York, R (...)

1Dans un article datant de 1970, Josef Van Ess soulignait l’existence dans les sciences du kalām d’une modalité rhétorique typiquement coranique1. En effet, précisait-il, le style des traités du kalām est traversé par la structure suivante : wa-in qāla qāʾil… qulnā…, « si quelqu’un dit… nous répondons… » ou wa-lā yuqālu inna… li-annā naqūlu…, « on ne peut pas dire… car alors, nous répondrions… ». Cette structure est coranique à l’exemple de la formule yaqūlūnafa-qul (ils disent… dis-leur). Ce procédé, dans lequel est exposé un contre-discours puis une réponse ou une riposte et qui s’inscrit dans une question argumentative en vue de rechercher l’assentiment d’une personne que l’on vise à convaincre dans le cadre d’un conflit discursif, fait l’objet du livre de Mehdi Azaiez. Il est la publication de sa thèse de doctorat menée sous la direction du Professeur Claude Gilliot. Il s’agit d’une recherche synchronique, interne et comparative sur le discours de l’opposant et sa riposte dans le Coran. Cette étude s’inscrit dans le cadre du renouvellement des recherches coraniques depuis la fin des années 90. Ses implications et ses questionnements permettent de mettre en exergue une stratégie discursive dans un jeu d’antagonisme au discours de l’autre. Mais, au-delà de la rhétorique et de la linguistique, cette recherche permet pour l’historien des religions de repérer et d’identifier les croyances de l’autre dans le early islam ; dans le jeu rhétorique du contre-discours, elle définit la naissance d’une identité propre par opposition à l’identité croyante de l’autre et dessine ainsi les frontières religieuses d’une nouvelle orthodoxie. Pour le théologien, la recherche d’Azaiez en vient à poser la question conséquente du sens de la présence au sein même d’un texte sacré à prétention éternelle et immuable d’un discours historicisé qui le réfute. Il y a là matière à paradoxe puisque, comme l’expose Azaiez, « donner la parole à l’adversaire, n’est-ce pas affaiblir son propre discours ? Réfuter l’adversaire, n’est-ce pas également renforcer les thèses que l’on souhaite en l’occurrence combattre ? » (p. 9). Par suite, il s’agira aussi de se demander « comment le discours coranique parvient à dépasser ce paradoxe ? » (p. 9). La problématique posée, l’A. déploie sa réponse en trois parties. Dans la première, il situe sa recherche dans le cadre du renouveau des études coraniques au sein de l’islamologie et des recherches contemporaines sur la polémique dans le Coran (Crone, Radscheit, Marshall, Neuwirth, Chabbi, de Prémare, Hawting, Kropp, Urvoy). L’ouvrage qui étudia la question de manière la plus systématique est celui de Rosalind Gwynne Ward paru en 20042. Après avoir mis en évidence le peu d’études consacrées à cette question, il définit une méthode d’analyse et détermine le corpus de son étude. À la recherche de « la voix de l’autre », en l’occurrence l’opposant, Azaiez réalise des synopses, tableaux et graphiques statistiques qui lui permettent d’identifier 588 versets relevant du contre-discours. Des données collectées, il en vient à trois conclusions principales : d’une part, il existe un coran sans contre-discours et sans riposte ; il est composé de 37 sourates ; d’autre part, en distinguant le contre-discours passé, le contre-discours présent et le contre-discours futur, il observe que « les contre-discours présents embrassent l’ensemble du spectre énonciatif du Coran » ; enfin, dans une optique chronologique, il remarque que les polémiques vont en s’intensifiant, comme si l’accroissement de ce contre-discours était le signe d’une opposition croissante au Coran lui-même. Dans une deuxième partie, il met en évidence les différents types d’énoncés qui structurent les contre-discours et qui permettent d’identifier des stratégies discursives. Ensuite il définit et analyse les thématiques où se déploie la riposte coranique : il s’agit des discours contre Dieu, le Coran, le Prophète, les croyants et l’eschatologie. En rapportant les contre-discours, il peut ainsi définir le portrait des croyances et des attitudes de l’opposant telles qu’elles sont rapportées par le Coran. Ainsi, par exemple, et sans surprise, la première affirmation sur Allah tenue par les opposants est qu’Il a engendré un enfant. Mais l’A. remarque son étonnement sur « le peu de mention faite à l’affirmation que Dieu n’est pas unique » (p. 123), ce qui corroborerait la recherche de Robin sur le milieu religieux de la péninsule arabe à la naissance de l’islam (voir recension de Platti ci-dessous). Le Coran se fait l’écho aussi de croyances communes, partagées : ainsi, par exemple, Dieu envoie des envoyés, Dieu est l’auteur de miracles ou de signes probants, Dieu peut mettre à l’épreuve et châtier, Dieu ordonne, gratifie et peut se manifester ostensiblement. Dans le chapitre 9e, Azaiez étudie plus spécialement le contre-Coran eschatologique : il montre l’évolution de l’argumentation de la réfutation ; à la lumière de la chronologie établie par Nöldeke il établit trois phases d’évolution : « D’abord et essentiellement descriptif, le Coran aurait proclamé un message de croyance sans biblisme marqué. La référence à l’arbre d’al-zaqqūm en attesterait. Puis, à la suite de l’hostilité croissante face aux messages délivrés par le Coran, il est possible que les items bibliques aient été sollicités comme point d’appui et arguments de persuasion. Enfin, face à une hostilité toujours croissante, le locuteur coranique, tout en préservant son biblisme, semblerait accroître significativement son intervention pour soutenir son allocutaire et renforcer sa croyance. Ainsi, on constate que pour un même thème dialectique, la riposte coranique se modifie. Le travail coranique de persuasion s’amplifie et s’adapte à des circonstances et un contexte qu’il demeure néanmoins impossible de cerner judicieusement. En l’occurrence, on peut supposer que le Coran s’adresse tant aux opposants qu’aux convertis qu’il s’agit de conforter dans leurs nouvelles croyances » (p. 175). Enfin, dans une troisième partie, il présente le corpus contre-coranique appliqué à l’eschatologie. Au terme de ce travail riche et méticuleux, Azaiez démontre de manière magistrale et convaincante combien le contre-discours est déterminant dans l’analyse rhétorique du Coran. Ce travail, essentiellement synchronique, par la richesse qu’il apporte sur les études coraniques ne peut rester ignorer des théologiens musulmans. Une séparation entre les résultats des études coraniques de ces jeunes chercheurs et la théologie musulmane serait très regrettable alors même que la thèse d’Azaiez invite implicitement le théologien musulman à se saisir de la signification de la présence des prédicats des opposants dans la compréhension théologique du Coran et de son statut. Parmi les prolongements évoqués par l’A. lui-même, il est celui d’une étude intertextuelle. Il est certain qu’une confrontation de ses analyses à des textes de l’Antiquité tardive, la recherche d’une éventuelle concomitance tant dans la forme argumentative que dans la définition des prédicats, sera en mesure d’approcher sous une forme renouvelée notre connaissance de l’histoire du Coran, de son milieu et de ses interactions.

Haut de page

Notes

1 van Ess, Josef, « The Logical Structure of Islamic Theology », in von Grunebaum, G.E. (ed.), Logic in Classical Islamic Culture, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1970, p. 21-50.

2 Ward, Rosalind Gwynne, Logic, Rhetoric, and Legal Reasoning in the Qur’an, New York, Routledge, Curzon, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pisani, « Azaiez, Mehdi, Le contre-discours coranique », MIDÉO, 32 | 2017, 315-318.

Référence électronique

Emmanuel Pisani, « Azaiez, Mehdi, Le contre-discours coranique », MIDÉO [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 23 avril 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/mideo/1728

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals