Navigation – Plan du site
Chute du Mur et conflits nationalistes

Répercussions de la chute du mur de Berlin sur des conflits nationalistes : Pays Basque et Irlande du Nord

Pascal Pragnère

Résumé

La chute du mur de Berlin et l’effondrement des régimes communistes eurent pour effet de discréditer et affaiblir de nombreux mouvements révolutionnaires, et de provoquer l’émergence ou la résurgence de mouvements nationalistes.
En 1989-90, deux conflits violents faisaient rage au cœur de l’Europe occidentale démocratique, en Irlande du Nord et au Pays Basque.
Dans ces deux territoires, des nationalistes, dont certains étaient des radicaux animés par des revendications nationalistes et révolutionnaires s’opposèrent à des états démocratiques par l’utilisation de la violence. Un processus de paix se développa à partir de 1998 en Irlande du Nord ; celui du Pays Basque est toujours dans l’impasse.
Il semble au premier abord que ces conflits continuèrent sans bouleversement majeur dans la période qui suivit la chute du mur.
Cet article examine les revendications des nationalistes en Irlande du Nord et au Pays Basque pour tenter de dévoiler dans quelle mesure ils furent affectés par ce choc historique.
Une perspective comparative permet de comprendre que ces mouvements furent influencés différemment en fonction des contextes locaux. Certains acteurs politiques restèrent volontairement imperméables, alors que d’autres furent davantage affectés par le débat idéologique.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Pays basque, Irlande du Nord

Périodes :

1989-2011
Haut de page

Notes de la rédaction

Toutes les traductions, de l’espagnol ou de l’anglais, sont de l’auteur.

Texte intégral

Introduction

1La chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 initia les processus de réunification allemande puis de désintégration du bloc socialiste. Les conséquences globales majeures de ces évènements furent d’une part le discrédit de l’idéologie communiste et des systèmes socialistes, et d’autre part le début d’une série de processus de libération nationale. Les nouveaux états se créèrent à des rythmes différents selon leur histoire ou les conditions géopolitiques.

2Ces processus furent pacifiques (Républiques Baltes) ou violents (Yougoslavie), et donnèrent lieu à des fusions d’états (Allemagne), à des sécessions (Tchécoslovaquie) ou à leur implosion (Yougoslavie).

  • 1 McCrone, David. The Sociology of Nationalism. Tomorrow's ancestors. London, New York, Routledge, 19 (...)
  • 2 Gellner, Ernest. Nationalism. London, Weidenfeld & Nicholson, 1997.

3Ainsi, contrairement à ce que déclara Francis Fukuyama, il ne s’agit pas de « la fin de l’histoire », mais plutôt d’un début où « le monochrome de la guerre froide s’est effacé au profit d’un kaléidoscope de cultures redécouvertes et réinventées »1. Ces évènements libérèrent également un « kaléidoscope » d’explications de l’émergence du nationalisme : certains expliquèrent le surgissement d’états comme un effet direct de la fin du communisme qui aurait étouffé « la mobilisation d’instincts nationaux »2. Cette théorie du « big freeze » explique que les anciens maux, haines ethniques et religieuses ancestrales, gelés par le communisme ressurgirent.

  • 3 Woodward, Susan. Balkan Tragedy: Chaos and Dissolution After the Cold War. Washington DC, The Brook (...)
  • 4 Breuilly, John. Nationalism and the State. Manchester, Manchester University Press, 1993.

4D’autres réfutèrent ces approches, et analysèrent les resurgissements de haines anciennes de façon plus pragmatique. Susan Woodward explique que « la chute du communisme a créé une situation de désintégration politique exploitée par des politiciens ; des leaders l’utilisent pour marchander dans des contentieux fédéraux »3. D’autres encore, dans des perspectives instrumentalistes, envisagèrent le nationalisme comme un moyen de mobilisation d’autres formes de pouvoir comme l’église en Pologne4.

5Par un processus naturel ou rationnel, l’échec des régimes communistes eut donc comme effet direct ou indirect de donner lieu à des indépendances nationales, explosions ou réunification. Les cas du Pays Basque et de l’Irlande du Nord donnent davantage de crédit à l’approche rationnelle ou instrumentaliste.

  • 5 Par exemple : Prince, Simon. « The global revolt of 1968 and Northern Ireland ». The Historical Jou (...)

6Dans ces deux cas, les conflits à caractère ethno-nationalistes existaient depuis longtemps en 1989. Leur phase récente prit une forme violente à partir de 1968. On peut cependant penser que l’échec des régimes communistes et la naissance de nouveaux états y eurent des répercussions car l’influence d’autres éléments extérieurs a déjà été attestée5.

7Les paragraphes suivants vont montrer que ces mouvements furent affectés dans leur rapport à l’indépendance nationale et à l’idéologie socialiste. Afin de permettre une lecture comparative de ces phénomènes, cet article envisage de façon parallèle les organisations nationalistes du Pays Basque et d’Irlande du Nord (partis nationalistes modérés, radicaux, groupes armés), avant de procéder à une analyse synthétique.

Éléments de contexte

Pays Basque

  • 6 “Unité Populaire”, aujourd’hui devenu ‘Batasuna’, parti politique interdit en Espagne et légal en F (...)
  • 7 “Pays Basque et Liberté” en français.

8Le conflit au Pays Basque oppose les nationalistes basques qui demandent l’indépendance aux états espagnol et français. Le Parti Nationaliste Basque (PNV) est un parti modéré d’inspiration chrétienne-démocrate, oscillant entre demandes d’autonomie accrue et d’indépendance. Herri Batasuna (HB)6 est un parti indépendantiste radical, socialiste, qui refusa jusqu’en 2010 de condamner la violence de Euzkadi Ta Askatasuna (ETA)7. HB est généralement identifié comme la branche politique de l’organisation armée ETA à caractère nationaliste indépendantiste, socialiste et révolutionnaire.

9En novembre 1989, le PNV était au pouvoir au gouvernement autonome basque, et le parti socialiste (PSOE) de Felipe Gonzalez venait de remporter les élections législatives en Espagne en octobre. Un processus de négociations entre ETA et le gouvernement s’était tenu à Alger entre 1986 et avril 1989 ; il échoua et la violence reprit. Les organisations basques s’opposaient sur la légitimité de la représentation du nationalisme basque et sur la question de la violence.

Irlande du Nord

  • 8 “Nous-mêmes”.

10En Irlande du Nord, le conflit oppose les nationalistes irlandais majoritairement catholiques à l’Etat britannique et à la communauté unioniste et loyaliste. Les nationalistes demandent la réunification de l’Irlande, et les unionistes le maintien de l’Irlande du Nord au sein du Royaume Uni. La province d’Irlande du Nord était administrée directement depuis Londres depuis 1972, et en proie à une violence soutenue en 1989. Le Social Democratic Labour Party (SDLP) est un parti nationaliste modéré qui revendique une Irlande unie mais dans un cadre exclusivement pacifique. Le Sinn Féin (SF)8 est un parti d’inspiration socialiste qui revendique également une Irlande unie et défendait jusqu’en 1994 l’utilisation de la violence pour faire céder l’Etat britannique. L’Irish Republican Army (IRA) était une organisation armée qui exigeait une Irlande unie et le départ des troupes britanniques. Après le processus de paix ouvert en 1994, l’IRA détruisit ses armes en 2005.

11L’accord Anglo-Irlandais de Hillsborough en 1985 tenta de donner un cadre à un processus de paix, sans parvenir à faire cesser les hostilités. Toutefois, des signes favorables apparurent en 1989 : le 3 novembre, quelques jours avant la chute du mur de Berlin, le Secrétaire d’Etat à l’Irlande du Nord Peter Brooke reconnut que l’IRA ne pouvait pas être battue militairement et se dit prêt à engager des pourparlers. En réponse, le SF admit que les britanniques ne pourraient pas être battus militairement, et son président Gerry Adams avoua chercher une solution non militaire.

Effets sur les acteurs

12Dans ces contextes, l’évènement de la chute du mur et le processus de réunification allemande donnèrent lieu à diverses réactions.

Parti Nationaliste Basque (PNV)

  • 9 Alderdi (journal du PNV), 23 décembre 1989.

13Le 5 décembre 1989, lors de la séance plénière d’investiture suivant les élections au parlement espagnol, le PNV refusa de soutenir la candidature de Felipe Gonzalez qui avait basé son discours du jour précédent au Parlement Européen sur l’accélération de l’évolution à l’Est et la reconnaissance du droit à l’autodétermination pour les nouveaux pays en prenant soin de ne pas y inclure le Pays Basque9. En revanche, le PNV félicita le gouvernement catalan d’avoir pris une résolution en faveur du droit à l’autodétermination et de la reconnaissance de la nation catalane.

14L’échec du totalitarisme et de la doctrine Brejnev de « souveraineté limitée » expliquait les évènements en Estonie, Lettonie, Lithuanie, Georgie ou Moldavie, aux yeux du PNV ; les nationalismes pouvaient dès lors reprendre leur destinée « naturelle » :

  • 10 Alderdi, 30 janvier 1990, « un débat nécessaire ».

« [...] le débat sur l’autodétermination est un débat d’actualité dans toute l’Europe, qui prouve la modernité du problème. Cette Europe en construction bout dans ses nationalismes et ses revendications naturelles. Se fermer à cette réalité c’est essayer de cacher le soleil avec un doigt »10.

15L’ordre « artificiel » communiste renversé, le cours de l’histoire montrait que le nationalisme était l’idéologie qui permettait une organisation sociale stable, aux yeux du PNV :

  • 11 Alderdi, 12 avril 1991.

« Aujourd’hui, les nations et la conscience nationale ont ressurgi de toute leur force en Europe, et ont commencé à occuper l’espace qu’a laissé vide le renversement d’un ordre artificiel qui s’est avéré caduc »11.

16Dans un second temps, le PNV formula des réactions sur la question du communisme : ses dirigeants estimaient avoir souffert face à l’idéologie communiste, en particulier depuis mai 68, à cause de la diffusion des idéologies révolutionnaires. Le nouveau contexte international leur permit de montrer que leur choix idéologique était le bon :

  • 12 Alderdi, 7 avril 1990, « Intervención de Xabier Arzalluz Antia, centro Europa, Vitoria-Gazteiz, 24 (...)

« nos convictions démocratiques furent taxées de pur formalisme, et notre nationalisme de bourgeois et archaïque. Ceux qui, dans notre milieu basque, redéfinirent la « nation » comme milieu indépendant ou autonome de lutte des classes ; la démocratie comme « pouvoir ouvrier » ; la révolution comme seul cadre de libertés réelles et la force armée comme seule voie de libération se sont trompés »12.

17Le PNV se réjouissait ainsi du discrédit du communisme, car au-delà de raisons purement idéologiques, cela permettait également de discréditer les organisations nationalistes basques concurrentes qui se réclamaient du socialisme. Le PNV se replaça donc dans une situation plus favorable en termes de rapports de forces locaux pour la légitimité de la représentation du mouvement nationaliste. Il tenait sa revanche après avoir été écarté des conversations d’Alger qui venaient d’échouer entre le gouvernement et ETA, ce qui lui permit de reprendre l’initiative et de se repositionner sur des positions plus radicales.

18Ainsi, le 15 février 1990, le PNV proposa un vote au Parlement Basque pour le droit du peuple basque à l’autodétermination alors que sa position jusque là était de demander une autonomie renforcée. Cette motion fut acceptée par le Parlement Basque, puis transmise au parlement de Madrid qui la rejeta.

Social Democratic and Labour Party (SDLP)

  • 13 John Hume, “A new Ireland”, The Irish Independant, 20th May 1990.

19Le SDLP, parti nationaliste modéré d’Irlande du Nord, resta extrêmement prudent sur les évènements à l’Est, et ne se réjouit publiquement ni du discrédit de l’idéologie communiste, ni du nouvel essor des mouvements nationalistes. Ce parti resta concentré sur la perspective de 1992 pour donner un véritable cadre de paix à l’Irlande du Nord, ce que l’accord Anglo-Irlandais de 1985 et le New Ireland Forum n’avaient pas encore réussi. La vision post-nationaliste de John Hume occupait déjà tout l’espace. La référence à la chute du mur et aux nouveaux états se fit dans un cadre post-nationaliste. Ainsi en mai 1990, John Hume expliquait que les relations entre Irlande et Grande Bretagne, le marché unique et les « changements majeurs qui ont eu lieu en Europe » avaient des implications sur la situation en Irlande du Nord. Il affirmait croire dans le pouvoir des « forces historiques, et mieux, des forces économiques » pour « transcender la nationalité ». Il déclarait également que les changements des relations anglo-irlandaises ne furent possibles que dans le cadre du processus d’intégration européenne13.

  • 14 John Hume, Party leader, MEP, « Shaping the Future », address to the 20th Annual Conference of the (...)

20Cette approche ne faisait pas référence directement au processus de réunification allemande : les perspectives politiques étaient envisagées dans le cadre du Marché unique et de la construction européenne, et John Hume se référait en priorité à la réconciliation entre la France et l’Allemagne14. Le nationalisme sous ses formes traditionnelles fut également écarté de grilles d’analyses du SDLP :

  • 15 Ibidem.

« [...] le nationalisme du 19ème siècle qui a conduit à deux guerres mondiales et qui était la force motrice de l’impérialisme. Ce nationalisme a heureusement aujourd’hui disparu. Le monde a changé et avancé [...] »15.

21Si d’autres analyses existèrent au sein du SDLP, l’influence des analyses de John Hume y était dominante. Le SDLP réaffirma également son approche social-démocrate mais développa très peu ses analyses sociales tant sa priorité était la résolution du conflit. Dans ce cadre, les références aux évènements d’Europe de l’Est furent si rares qu’il est légitime de se demander si l’exclusion de ces évènements du cadre d’analyse du SDLP ne fut pas volontaire. Une explication permet de le comprendre : dans la perspective post nationaliste qu’il défendait, John Hume n’envisageait la résolution du conflit en Irlande du Nord que dans le cadre de la construction européenne car elle permettrait le dépassement du cadre national. La chute des régimes qui provoqua l’essor de nouveaux nationalismes et risquait de revigorer les nationalismes irlandais et britannique, posait problème dans ce schéma. Il semble donc que le SDLP fit le choix de les ignorer. Le versant social-démocrate de son idéologie ne fut pas influencé par la chute du communisme.

22Contrairement au PNV, le SDLP fut donc peu affecté par la chute du mur, la réunification allemande et l’essor des nouveaux pays, et se rendit probablement volontairement imperméable à ces évènements.

Herri Batasuna (HB)

23Pour ce parti nationaliste radical prônant une idéologie socialiste révolutionnaire, la chute du mur de celle des régimes socialistes fut analysée différemment. La perestroïka avait été suivie d’un œil bienveillant :

  • 16 Punto y Hora, nº557, 19 octobre – 2 novembre 1989, « Un vistazo a la realidad del socialismo ».

« [...] les idées politiques, philosophiques, organisationnelles et économiques du socialisme sont en train d’être rénovées pour démontrer qu’elles sont supérieures au capitalisme. C’est une tâche passionnante dans laquelle nous avons beaucoup à apporter »16.

24Cette approche fut conservée dans les mois qui suivirent, dans une logique expliquant que les évènements de l’Est permettaient de rénover le socialisme :

  • 17 Punto Y Hora nº 565, 16 février – 1 mars 1990, Editorial : « Transición, perestroika y Euskadi ».

« [...] Mais le marxisme est plus vivant que jamais, il croît maintenant qu’il se débarrasse de ses erreurs. [...] Que le moteur de l’histoire continue d’être le combat libérateur des opprimés contre les oppresseurs. [...] Et comme nous connaissons le chemin et que nous touchons presque au but, cela vaut la peine d’accentuer nos efforts. Nous devons nous dépêcher de construire cette société solidaire et libre dont notre patrie a besoin »17.

  • 18 Punto y Hora, nº573, 7-21 juin 1990, et nº575, 19 juillet – 2 août 1990, « Perestroika y capitalism (...)

25Cependant, HB resta fidèle à une idéologie socialiste et demeura critique quant à la nature des régimes politiques et des systèmes économiques. Ainsi, dès juin 1990, un dossier détaillé fut consacré à la face cachée non-démocratique de la nouvelle Allemagne, aux problèmes et inégalités rencontrés par les Allemands de l’Est, au racisme, et aux injustices créées par le système capitaliste18.

26À l’automne suivant, dans le contexte de la campagne électorale pour les élections au Parlement Basque, l’idéologie socialiste ne resta présente que grâce à l’usage de périphrases évitant d’utiliser des termes tels que « socialisme » :

  • 19 Herri Batasuna, elecciones autonómicas, La nueva Euskal Herria es la tuya, 1990.

« HB défend et défendra toujours les revendications ouvrières sans opportunisme, parce que cette défense fait partie du projet politique et social auquel nous aspirons »19.

27Dès lors, le mot socialisme disparut totalement du discours. Une raison plausible pour expliquer cette disparition tient au fait que HB s’adapta au discrédit de la terminologie marxiste dans l’opinion publique. L’utilisation de moyens rhétoriques pour conserver les mêmes objectifs sans utiliser les notions discréditées permettait également de se positionner dans la compétition avec le PNV qui ressortait renforcé de l’évolution du contexte international et de l’échec des négociations d’Alger. HB resta néanmoins un parti socialiste attaché à la collectivisation des richesses jusqu’à son évolution plutôt « anti-capitaliste » dans la mouvance altermondialiste.

Sinn Féin (SF)

  • 20 Sinn Féin, The Politics of Revolution, 1986.

28Le Sinn Féin fut généralement décrit comme un parti nationaliste, d’inspiration socialiste. D’une idéologie socialiste révolutionnaire20 encore en 1986, le SF adopta en 1988 une vision plus pragmatique pour un socialisme démocratique adapté à l’Irlande avec des spécificités rurales et urbaines et revendiquait le droit à l’auto-détermination.

  • 21 Sinn Féin, Signposts to Independance and Socialism, avril 1988.
  • 22 Sinn Féin, Sinn Féin election manifesto – May 1989. Freedom, Justice, Peace, mai 1989.

29Dans l’ordre des priorités, l’indépendance nationale l’emportait largement sur le socialisme21. En mai 1989, le manifeste électoral fut dédié à la question de l’indépendance nationale et à la souveraineté, mais il ne contenait déjà aucune allusion au socialisme dans sa déclinaison de quelques politiques sociales22.

  • 23 C’est à dire, dans la terminologie politique irlandaise : “nationaliste”, favorable à une Républiqu (...)

30Après la chute du mur, les références au socialisme ne réapparurent plus : en 1992, les manifestes électoraux du SF exigeaient en premier lieu la reconnaissance du droit à l’autodétermination, définissaient leur identité politique comme « republican »23, puis demandaient davantage de justice, d’égalité et de démocratie :

  • 24 Sinn Féin, Towards a Lasting Peace in Ireland, Manifeste électoral, élections à Westminster 1992.

« L’auto-détermination est universellement acceptée pour signifier le droit d’une nation d’exercer la liberté politique de déterminer son propre développement social, économique et culturel sans influence extérieure et sans atteinte à son intégrité nationale. Le peuple irlandais a le même droit à la souveraineté et à sa nationalité exercé dans l’histoire et reconnu dans le droit international comme n’importe quelle autre nation »24.

  • 25 Voir Jauréguiberry, Francis. Question nationale et mouvements sociaux en Pays Basque. Paris, L'Harm (...)
  • 26 Par exemple : Taylor, Peter. Provos. The IRA and Sinn Féin. London, Bloomsbury, 1997, ou Arthur, Pa (...)

31La comparaison entre les cas irlandais et basque permet de comprendre que les différences d’évolutions idéologiques ne s’expliquaient pas spécifiquement par le conflit car un niveau de violence relativement élevé était présent dans les deux territoires. Les deux pays étaient également touchés par une crise économique profonde. Les différences provinrent plutôt des spécificités de l’électorat et de la compétition entre organisations : en effet au Pays Basque, l’électorat de HB était constitué d’une classe ouvrière importante et radicalisée (héritage de la guerre civile et de la résistance au franquisme) où les idées révolutionnaires et antiautoritaires étaient profondément enracinées25. En Irlande du Nord, l’électorat radical, moins sensible aux idées d’extrême gauche, était aussi beaucoup plus influencé par l’église catholique et donnait la priorité à l’option nationaliste26.

  • 27 Diez-Medrano, Juan. Naciones divididas. Clase, política y nacionalismo en el País Vasco y Cataluña. (...)
  • 28 Murray, Gerard, and Jonathan Tonge. Sinn Féin and the SDLP: From Alienation to Participation. Dubli (...)

32La compétition entre les organisations expliquait aussi la différence des évolutions : au Pays Basque, la question de la légitimité de la représentation du nationalisme basque opposait les partis sans qu’aucun ne fasse de concessions27, alors qu’en Irlande du Nord, la direction post-nationaliste prise par le SDLP neutralisait quelque peu la nécessité du Sinn Féin de se démarquer sur des lignes plus radicales. Les rapports entre les deux partis évoluèrent d’ailleurs rapidement vers la constitution d’un front pan nationaliste,28 facilité par le glissement idéologique du Sinn Féin vers le centre.

Euzkadi Ta Askatasuna (ETA)

33ETA, organisation armée revendiquant indépendance et socialisme au Pays Basque, réagit dès le 16 décembre en réaffirmant le droit à l’autodétermination pour le Pays Basque face à l’état espagnol qui venait de le reconnaître pour les pays de l’Est :

  • 29 ETA, Communiqué du 16 décembre 1989. La « violence armée » fait ici référence à l’assassinat de Jos (...)

« La générosité facile dont il [le gouvernement espagnol] fait preuve face à la reconnaissance du droit à la liberté et à l’autodétermination pour d’autres peuples, européens inclus, se transforme immédiatement en refus et violence armée extrême quand il s’agit du respect de ces mêmes droits pour le Pays Basque »29.

34Sur l’aspect idéologique, la chute du mur provoqua au sein de ETA une véritable réflexion politique, apparemment plus avancée que pour sa branche politique. Un bulletin interne livra une longue analyse de la situation politique et des rapports de forces. Tout d’abord, ETA considérait la nécessité de revoir son rapport à l’idéologie jugé insuffisamment critique :

  • 30 ETA, Azterketak, Bulletin interne, 1990 janvier, « Sobre el discurso ideológico ».

« ... nous devons accepter une fois pour toutes que les « bases idéologiques » ou, d’une façon plus générale, notre discours idéologique ne doit pas être pris comme un élément de dogme ou de foi, comme nous l’avons fait, certains par conviction, d’autres par manque d’esprit critique, parfois aveuglément, d’autres fois par discipline. [...] Le dogmatisme entraine la mort de toute idéologie. [...] Les bases idéologiques, enfin, doivent être prises et offertes comme orientations, que nous devrons affiner, approfondir, améliorer, analyser de nouveau et rénover. [...] »30.

35L’organisation soulignait donc la nécessité de repenser ses bases idéologiques car nombre de ses militants étaient désorientés. L’ETA apporta une solution à ce désarroi en recentrant ses objectifs sur la question nationale. Elle conserva l’orientation socialiste, mais l’assortit de nombre de questionnements destinés à la repenser et à la rétrograder dans l’ordre des priorités :

  • 31 Ibidem.

« [...] En conséquence, comme la déroute du système d’Europe de l’Est se fait patente (socialisme officiel et imposé), beaucoup de militants se sont retrouvés sans recours et sans points de repère. En revendiquant l’indépendance (indépendance solidaire et socialiste), nous devons exprimer et souligner que c’est le but de notre Mouvement ; mais cela ne fait pas disparaître la totalité de nos doutes et inquiétudes : quel type d’indépendance voulons-nous, de quel type avons-nous besoin ? Comment combiner l’indépendance due à notre peuple avec la solidarité nécessaire avec d’autres peuples ?... Comment avancer vers une société socialiste avec les paramètres socio-économiques dans lesquels nous nous trouvons, sans développer ni reproduire les vides ou les graves déviances déjà mentionnés ? Qu’est-ce qui définit le véritable socialisme ?... L’économie de marché implique-t-elle infailliblement et par définition l’acceptation du capitalisme ? [...] Est-il possible de rester complètement en-dehors de toute économie de marché ? »31.

  • 32 Ibidem.

36L’ETA s’attacha donc à définir une idéologie moins dogmatique, évitant d’ « imposer le socialisme, en utilisant un discours similaire à celui de la religion chrétienne quand elle prophétise et garantit le paradis céleste »32. ETA continua cependant à se présenter dans ses communiqués comme « Organisation Socialiste Révolutionnaire Basque de Libération Nationale ».

37En 1991, l’ETA procéda à une campagne d’attentats contre les intérêts espagnols en Europe qui avait pour objectif de sensibiliser l’opinion internationale au refus par l’Espagne d’accorder le droit à l’autodétermination au peuple basque, alors que le parlement basque demandait majoritairement l’application de ce droit. Dans un communiqué adressé aux agences de presse européennes, l’ETA déplorait cette situation :

  • 33 ETA, « Carta de ETA a las agencias de prensa europeas », Reuters, 27 juillet 1991 ; communiqué de E (...)

« Quand la réunification allemande est un fait irréversible salué et applaudi par l’opinion publique européenne, quand dans les forums politiques européens les plus divers on reconnaît le droit de la Lituanie, de l’Estonie, de la Slovénie, de la Croatie, de la Lettonie, de l’Arménie, de la Géorgie... à s’autodéterminer librement, on nie à notre pays le droit qui lui permettrait de décider lui même de son avenir. Assurément, le Kurdistan, l’Irlande du Nord, la Corse, la Catalogne et la Galice connaissent la même situation. Pourquoi ce qui est licite et fondamental pour d’autres peuples ne peut pas l’être pour nous ? »33.

38Ainsi les revendications de l’ETA donnèrent la priorité à l’exigence de la reconnaissance du droit à l’autodétermination ; l’indépendance en découlait logiquement à leurs yeux, et le socialisme devint secondaire dans l’ordre des priorités.

Irish Republican Army (IRA)

39L’IRA, organisation armée revendiquant une Irlande unie, avait commencé à se distancier du socialisme révolutionnaire dès sa scission de 1970 (d’avec l’IRA Officielle). En 1973, dans le manifeste Freedom Struggle, elle en exposait une vision critique :

  • 34 IRA, Freedom Struggle, 1973.

« Dans l’élaboration de ce programme, notre but a été d’esquisser un système social qui sera un équilibre entre le capitalisme individualiste occidental, avec ses pauvres et ses affamés au milieu de la richesse, sur la droite, et le capitalisme d’Etat soviétique oriental (ou ses variantes) avec son déni de la liberté et des droits de l’homme, sur la gauche »34.

  • 35 IRA, interviews dans An Phoblacht 17 août 1989.
  • 36 Irish News, 30 décembre 1989.

40En août 1989, elle se définissait spécifiquement sur le terrain tactique et militaire comme un instrument dans l’objectif de chasser les troupes britanniques, sans référence idéologique35. Fin décembre 1989, dans une autre interview dans l’Irish News, l’IRA ne fit aucune référence aux évènements de l’Europe de l’Est36.

  • 37 Sunday Press, 7 avril 1991, « No end to violence says IRA leadership ».

41Il n’y eut aucun infléchissement de ces orientations idéologiques : l’objectif central continua d’être l’unification de l’Irlande. L’IRA envisageait même que les perspectives européennes de l’année 1992 rendraient la partition de l’Irlande obsolète37. L’IRA dévoilait donc une approche dans laquelle l’influence du discours du SDLP et de John Hume se percevait. Cette influence permit le rapprochement entre le SDLP et le SF et favorisa le cessez le feu de l’IRA en 1994.

42Les évènements de l’Est favorisèrent donc une évolution déjà amorcée avant 1989, qui éloignait le SF et l’IRA de l’idéologie socialiste. La création d’un front pan-nationaliste fut possible grâce aux ouvertures concédées par le gouvernement britannique. En effet, la perspective d’engager des pourparlers qui commençait à se dessiner en 1989 et 1990 suite aux déclarations du Secrétaire d’État à l’Irlande du Nord permit aux nationalistes de se rapprocher afin de créer un rapport de forces plus favorable.

43Au contraire, au Pays Basque, l’absence d’ouverture en provenance du gouvernement espagnol (et français) ne permit aucun rapprochement entre les nationalistes radicaux et les modérés, et l’ancrage de leurs positions idéologiques demeura, même si la chute du Mur donna cours à une réflexion et à une évolution du discours des radicaux, en particulier face aux échéances électorales.

Au Pays Basque français

  • 38 Iparretarrak, “Ceux du Nord”, organisation indépendantiste utilisant la violence politique agissant (...)

44Ekaitza, une publication proche des organisations nationalistes radicales d’inspiration libertaire et proche d’Iparretarrak (IK)38, ne fit aucune référence aux évènements de l’Est avant le 28 décembre 1989. Dans son éditorial, le journal réaffirmait ses orientations anti-autoritaires et libertaires en dénonçant le contrôle des états sur le devenir des peuples dans le contexte de l’effondrement du bloc soviétique :

  • 39 Ekaitza, Editorial du nº190, 28 décembre 1989.

« En Corse, en Euskadi, en Kanaky, en Guadeloupe, c’est le même ennemi qui tente de nous faire disparaître. [...] l’Europe des Etats n’a qu’un seul objectif : anéantir les peuples en lutte et ses secteurs les plus dynamiques. L’Europe de demain doit être celle des peuples. C’est un atout essentiel pour la liberté à l’heure où tous les systèmes idéologiques craquent et s’effritent »39.

45Enbata, hebdomadaire qui représente le courant majoritaire du nationalisme basque du côté français (nationaliste modéré, social démocrate), appela les Basques à suivre le même chemin que les peuples de l’ancien bloc soviétique :

  • 40 Siège du parlement autonome basque.

« [...] ‘Halte à la violence’ disent les uns, soit, pourquoi ne pas offrir aux Basques, comme cela le fut au gouvernement espagnol, une trêve des armes de six ou huit mois ? ‘Autodétermination’ disent les autres, alors en contrepoint de la trêve, pourquoi, passant des paroles aux actes, ne pas solennellement proclamer ce droit au Parlement de Gasteiz40 et faire voter les Basques en marchant dans la rue comme à Leipzig, comme à Prague, comme en Lituanie... ?

  • 41 « patriote ».
  • 42 Enbata, nº1103, 30 novembre 1989, Editorial : « Sursaut national ».

[...] Iparralde peut, par sa pratique unitaire, être un des éléments de cette nouvelle stratégie à laquelle, comme en Allemagne, il apportera ce qu’aucun abertzale41 ne récuse et qui le rend définitivement étranger à l’Espagne, la ‘réunification’«42.

46Les militants de Enbata, suivirent toujours la question de très près ; les rubriques internationales constituaient une partie significative de cette publication. Les manifestations et résolutions qu’ils appelaient de leurs vœux eurent lieu. En revanche, ni l’ETA, ni le gouvernement espagnol ne jugèrent le moment favorable pour une cessation de la violence.

Effets à long terme

Au Pays Basque

47Comme l’envisageait l’hebdomadaire Enbata, une des plus grandes manifestations jamais organisées à Bilbao eut lieu le 16 décembre 1989 sous les mots d’ordre « La paix est possible. Autodétermination et négociations ». Puis le 15 février 1990, le Parlement basque approuva une proposition favorable au droit du peuple basque à l’autodétermination, signée par les partis nationalistes modérés, alors que HB proposait sa propre motion. La motion approuvée fut rejetée par le parlement espagnol contrairement aux attentes de Enbata. Dans son discours de Noël, le roi d’Espagne avait déjà donné le ton en rappelant que l’« indissoluble unité de l’Espagne, que la Constitution proclame, est au-dessus de tout ».

  • 43 Partido Socialista Obrero Español, parti au pouvoir à Madrid et partenaire du PNV dans la coalition (...)

48Face aux réactions virulentes et menaces des constitutionalistes espagnols, le PNV ne donna pas de suite à sa demande d’autodétermination, ce qu’il justifia en invoquant le fait qu’ils ne demandaient pas l’exercice de ce droit mais uniquement sa reconnaissance, ajoutant qu’il s’agissait d’une stratégie pour déposséder HB et ETA de ce thème. Le PNV conclut également un pacte avec le PSOE43 qui stipulait qu’ils respectaient la constitution et condamnaient la violence, afin de sauver le gouvernement de coalition au Pays Basque. Le PNV fut perçu comme un traître par HB et ETA ; ses élus furent menacés et certains victimes d’attentats.

49En conséquence, le conflit local entre les organisations basques s’intensifia ; la répression contre les radicaux se durcit également, d’autant plus que la nouvelle force de police autonome (Ertzaintza) s’associait désormais aux forces de sécurité espagnoles.

  • 44 Organisation de jeunesse proche de ETA.
  • 45 Domínguez Iribarren, Florencio. « L'ETA affronte la démocratie ». In ETA, une histoire, A. Elorza, (...)

50D’une façon générale, le niveau de violence resta constant mais sa nature évolua : suite à ces mouvements stratégiques sur l’échiquier basque, l’ETA diversifia la nature de ses cibles puisqu’il visait désormais les politiciens locaux en plus des forces de sécurité. Des arrestations affaiblirent ETA et permirent à une nouvelle génération de prendre les commandes. Cette dernière développa une stratégie de guérilla urbaine beaucoup moins idéologique ayant pour objectif la « socialisation de la douleur ». Les organisations qui la pratiquaient comme Jarrai44 rejetaient toute vocation marxiste-léniniste45. Le caractère nationaliste de HB et ETA s’en trouva renforcé ; l’idéologie socialiste demeura mais se rapprocha des courants altermondialistes dans les années 2000.

51Ainsi, les bouleversements initiés par la chute du mur de Berlin eurent des répercussions sur les acteurs politiques basques : ils radicalisèrent temporairement les exigences des nationalistes modérés et confortèrent leur positions idéologiques. Dans un même temps, ils provoquèrent une réflexion idéologique au sein de la mouvance radicale qui se recentra sur l’objectif indépendantiste : le droit à l’autodétermination. Cela provoqua un changement des rapports de forces quant à la légitimité de la représentation politique du nationalisme dont bénéficia le PNV. Il devint l’interlocuteur privilégié du gouvernement, alors que ETA et HB furent discrédités.

52À un second niveau d’analyse, en influant sur les acteurs en conflit, les évènements de l’Est eurent assurément un effet sur l’évolution des rapports entre ces acteurs et sur la nature du conflit basque, en particulier sur la définition des cibles de la violence politique. ETA et PNV s’opposèrent plus férocement encore.

En Irlande du Nord

53En Irlande du Nord, la production de littérature politique sur la question fut plus faible qu’au Pays Basque. L’effet de la Chute du Mur, de la réunification allemande ou de l’émergence des nouveaux États eurent un effet limité sur les nationalistes d’Irlande du Nord.

54Le Sinn Féin poursuivit un processus de distanciation qu’il avait déjà engagé par rapport au socialisme ; le thème n’apparut plus dans ses textes.

55La référence aux évènements de l’Est fut si rare dans le discours du SDLP qu’il semble possible d’en conclure à une volonté délibérée de l’exclure de ses grilles d’analyse. Ceci s’explique par le fait que le SDLP, sous l’influence idéologique de John Hume, avait déjà commencé –avant d’être surpris par la chute du mur– un travail de rapprochement avec le SF centré sur la perspective post-nationaliste offerte par les échéances européennes de 1992. L’évolution déjà sociale-démocrate du SF permettait de ne pas remettre en cause ce schéma. L’IRA s’était également détachée de l’idéologie socialiste. Le contrôle des réactions permit au SDLP de ne pas marginaliser le SF et de continuer leur rapprochement dans l’objectif de la résolution du conflit. C’est pourquoi le modèle de la réunification allemande ne fut pas utilisé contrairement à celui de la réconciliation franco-allemande et de la construction européenne.

56Dans le contexte local, l’IRA et le gouvernement britannique reconnurent réciproquement l’impossibilité d’une victoire militaire. Ceci permit l’ouverture de conversations secrètes, et un an plus tard, Peter Brooke, le Secrétaire d’État à l’Irlande du Nord ouvrit la porte à des avancées significatives en déclarant que « la Grande Bretagne n’avait pas d’intérêt stratégique ou économique particulier en Irlande du Nord, et accepterait l’unification de l’Irlande si tel était le vœu de la majorité de la population ». Cette déclaration symbolique eut lieu le 9 novembre 1990, jour anniversaire de la chute du mur de Berlin.

  • 46 John Hume, Président du SDLP, et Gerry Adams, Président du Sinn Féin.

57Le choix symbolique de cette date pour engager le processus de paix signifiait qu’une unification pacifique était possible, comme en Allemagne, sous réserve d’un accord majoritaire de la population. Il fallut tout de même encore près de quatre ans afin de parvenir à un premier cessez-le-feu suite aux discussions Hume-Adams46 (1991-1994).

Conclusion

58La chute du Mur de Berlin, la réunification allemande et l’émergence de nouveaux États en Europe de l’Est furent diversement perçues en Irlande du Nord et au Pays Basque en fonction du profil idéologique des acteurs nationalistes et du contexte local. L’exemple irlandais montre que les acteurs politiques ont tenté de contrôler cette influence : ils choisirent d’y rester relativement imperméables et de rester concentrés sur des stratégies politiques initiées avant la chute du Mur. Cela fut possible dans la mesure où les bouleversements à l’Est allaient dans le même sens que les évolutions idéologiques des partis politiques vers un consensus démocratique social-démocrate ou chrétien-démocrate.

59Au Pays Basque, l’impact de la chute du mur fut plus fort : il provoqua un débat idéologique au sein de la mouvance nationaliste de gauche, ainsi qu’une radicalisation du nationalisme modéré. Ceci stimula la compétition locale entre les organisations et eut donc un effet sur l’évolution du conflit et la nature de la violence et de ses objectifs.

60Les effets semblent ainsi dépendre de la façon dont les acteurs acceptèrent de se laisser affecter ; ils contrôlèrent donc plus ou moins ces effets. Ce contrôle relatif exercé par les organisations sur les effets pouvant provenir de l’extérieur conforte l’idée que le développement de la revendication nationaliste ne provient pas de la libération de forces naturelles. Il s’agit au contraire de la poursuite d’objectifs politiques mûrement réfléchis.

61Les effets, évidemment combinés à d’autres facteurs politiques internes aux conflits, furent donc très différents sur la dynamique des conflits : en Irlande du Nord, le conflit entra dans une phase qui aboutit trois ans plus tard aux cessez-le-feu des groupes paramilitaires, puis à une ouverture vers une solution politique. Au Pays Basque, le conflit évolua, se complexifia et s’enracina encore plus profondément dans la société basque ; son intensité ne faiblit pas.

62Par la suite, les attentats du 11 septembre 2001 provoquèrent une réflexion au sein des mouvements de libération nationale : la violence politique fut brusquement délégitimée. Cela favorisa certainement davantage la transformation des conflits en processus uniquement politiques, aboutissant au désarmement de l’IRA en 2005, et à l’accord de 2005 sur le partage du pouvoir en Irlande du Nord. La perspective d’une Irlande unie avec le consentement majoritaire de la population resta ouverte. Au Pays Basque, malgré une cessation complète de la violence d’ETA en 2010 et la volonté de la gauche nationaliste radicale de s’engager dans un processus politique sans violence, le gouvernement espagnol refusait toujours à l’automne 2011 de donner foi à ces engagements et de permettre la mise en place d’un véritable processus de paix.

Haut de page

Bibliographie

Arthur, Paul. « The transformation of republicanism ». In Changing Shades of Orange and Green: Redefining the Union and the Nation in Contemporary Ireland, J. Coakley éd. Dublin, UCD Press, 2002.

Breuilly, John. Nationalism and the State. Manchester, Manchester University Press 1993.

Casanova, Iker. ETA 1958-2008 : Medio siglo de historia. Tafalla, Txalaparta. 2008.

Diez-Medrano, Juan. Naciones divididas. Clase, política y nacionalismo en el País Vasco y Cataluña. Madrid, Siglo Veintiuno de España-CIS, 1999.

Domínguez Iribarren, Florencio. « L'ETA affronte la démocratie ». In ETA, une histoire, A. Elorza, J. M. Garmendia, G. Jauregi, F. Domínguez et P. Unzueta éd. Paris, Denoël, 2000.

Gellner, Ernest. Nationalism. London, Weidenfeld & Nicholson, 1997.

Hobsbawn, Eric. Nations and nationalism since 1780. Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Jauréguiberry, Francis. Question nationale et mouvements sociaux en Pays Basque. Paris, L'Harmattan, 2007.

McCrone, David. The Sociology of Nationalism. Tomorrow's ancestors. London, New York, Routledge, 1998.

McGarry, John. « Globalization, European integration and the Northern Ireland conflict ». In The Northern Ireland Conflict: Consociational Engagements, J. McGarry et B. O'Leary éd. Oxford, New York, Oxford University Press, 2004.

Murray, Gerard, et Jonathan Tonge. Sinn Féin and the SDLP: From Alienation to Participation. Dublin, The O'Brien Press, 2005.

Prince, Simon. « The global revolt of 1968 and Northern Ireland ». The Historical Journal 49 (3):851-875, 2006.

Taylor, Peter. Provos. The IRA and Sinn Féin. London, Bloomsbury, 1997.

Woodward, Susan. Balkan Tragedy: Chaos and Dissolution After the Cold War. Washington DC, The Brookings Institution, 1995.

Haut de page

Notes

1 McCrone, David. The Sociology of Nationalism. Tomorrow's ancestors. London, New York, Routledge, 1998. McCrone cite Francis Fukuyama, publié en français sous le titre La Fin de l'histoire et le Dernier Homme, Paris, Flammarion, collection Champs, 1992.

2 Gellner, Ernest. Nationalism. London, Weidenfeld & Nicholson, 1997.

3 Woodward, Susan. Balkan Tragedy: Chaos and Dissolution After the Cold War. Washington DC, The Brookings Institution, 1995.

4 Breuilly, John. Nationalism and the State. Manchester, Manchester University Press, 1993.

5 Par exemple : Prince, Simon. « The global revolt of 1968 and Northern Ireland ». The Historical Journal 2006, 49 (3), pp. 851-875, ou McGarry, John. « Globalization, European integration and the Northern Ireland conflict ». In The Northern Ireland Conflict: Consociational Engagements, sous la direction de J. McGarry et B. O'Leary. Oxford, New York, Oxford University Press, 2004.

6 “Unité Populaire”, aujourd’hui devenu ‘Batasuna’, parti politique interdit en Espagne et légal en France.

7 “Pays Basque et Liberté” en français.

8 “Nous-mêmes”.

9 Alderdi (journal du PNV), 23 décembre 1989.

10 Alderdi, 30 janvier 1990, « un débat nécessaire ».

11 Alderdi, 12 avril 1991.

12 Alderdi, 7 avril 1990, « Intervención de Xabier Arzalluz Antia, centro Europa, Vitoria-Gazteiz, 24 marzo 1990 ».

13 John Hume, “A new Ireland”, The Irish Independant, 20th May 1990.

14 John Hume, Party leader, MEP, « Shaping the Future », address to the 20th Annual Conference of the SDLP, 16-18 November 1990, Derry.

15 Ibidem.

16 Punto y Hora, nº557, 19 octobre – 2 novembre 1989, « Un vistazo a la realidad del socialismo ».

17 Punto Y Hora nº 565, 16 février – 1 mars 1990, Editorial : « Transición, perestroika y Euskadi ».

18 Punto y Hora, nº573, 7-21 juin 1990, et nº575, 19 juillet – 2 août 1990, « Perestroika y capitalismo ».

19 Herri Batasuna, elecciones autonómicas, La nueva Euskal Herria es la tuya, 1990.

20 Sinn Féin, The Politics of Revolution, 1986.

21 Sinn Féin, Signposts to Independance and Socialism, avril 1988.

22 Sinn Féin, Sinn Féin election manifesto – May 1989. Freedom, Justice, Peace, mai 1989.

23 C’est à dire, dans la terminologie politique irlandaise : “nationaliste”, favorable à une République d’Irlande unie.

24 Sinn Féin, Towards a Lasting Peace in Ireland, Manifeste électoral, élections à Westminster 1992.

25 Voir Jauréguiberry, Francis. Question nationale et mouvements sociaux en Pays Basque. Paris, L'Harmattan, 2007, ou Casanova, Iker. ETA 1958-2008: Medio siglo de historia. Tafalla, Txalaparta, 2008.

26 Par exemple : Taylor, Peter. Provos. The IRA and Sinn Féin. London, Bloomsbury, 1997, ou Arthur, Paul. « The transformation of republicanism ». In Changing Shades of Orange and Green: Redefining the Union and the Nation in Contemporary Ireland, J. Coakley éd. Dublin, UCD Press, 2002.

27 Diez-Medrano, Juan. Naciones divididas. Clase, política y nacionalismo en el País Vasco y Cataluña. Madrid, Siglo Veintiuno de España-CIS, 1999.

28 Murray, Gerard, and Jonathan Tonge. Sinn Féin and the SDLP: From Alienation to Participation. Dublin, The O'Brien Press, 2005.

29 ETA, Communiqué du 16 décembre 1989. La « violence armée » fait ici référence à l’assassinat de Josu Muguruza, député de HB élu au parlement espagnol, et assassiné le 20 novembre 1989, jour anniversaire de la mort de Franco.

30 ETA, Azterketak, Bulletin interne, 1990 janvier, « Sobre el discurso ideológico ».

31 Ibidem.

32 Ibidem.

33 ETA, « Carta de ETA a las agencias de prensa europeas », Reuters, 27 juillet 1991 ; communiqué de ETA aux agences de presse européennes expliquant les raisons de ses actions contre les intérêts espagnols en Europe.

34 IRA, Freedom Struggle, 1973.

35 IRA, interviews dans An Phoblacht 17 août 1989.

36 Irish News, 30 décembre 1989.

37 Sunday Press, 7 avril 1991, « No end to violence says IRA leadership ».

38 Iparretarrak, “Ceux du Nord”, organisation indépendantiste utilisant la violence politique agissant sur le territoire français depuis 1973. Iparralde désigne le Pays Basque Nord, situé en France.

39 Ekaitza, Editorial du nº190, 28 décembre 1989.

40 Siège du parlement autonome basque.

41 « patriote ».

42 Enbata, nº1103, 30 novembre 1989, Editorial : « Sursaut national ».

43 Partido Socialista Obrero Español, parti au pouvoir à Madrid et partenaire du PNV dans la coalition au gouvernement au Pays Basque.

44 Organisation de jeunesse proche de ETA.

45 Domínguez Iribarren, Florencio. « L'ETA affronte la démocratie ». In ETA, une histoire, A. Elorza, J. M. Garmendia, G. Jauregi, F. Domínguez et P. Unzueta éd. Paris, Denoël, 2000.

46 John Hume, Président du SDLP, et Gerry Adams, Président du Sinn Féin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Pragnère, « Répercussions de la chute du mur de Berlin sur des conflits nationalistes : Pays Basque et Irlande du Nord », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/1072 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1072

Haut de page

Auteur

Pascal Pragnère

University College Dublin, School of Politics and International Relations, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris (CRH)
John Hume Institute Research Scholar : Chargé de cours en sciences politiques à University College Dublin (UCD), et doctorant dans le cadre d’une cotutelle internationale à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris, Centre de Recherches Historiques) et à la School of Politics and International Relations (UCD). Sa recherche porte sur les conflits ethno-nationalistes, rapports entre définitions de l’identité nationale et conflit en Irlande du Nord et au Pays Basque. Ses autres intérêts de recherche sont les dimensions transnationales et l’iconographie des conflits.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page