Navigation – Plan du site
Perspectives géopolitiques

La région baltique ou la tentation du « saut d’échelle » entre Allemagne divisée et Allemagne « réunie »

Nicolas Escach

Résumé

Le rôle joué par l’Allemagne dans le processus de régionalisation baltique a régulièrement été débattu par les scientifiques. Le pays, principale puissance économique de la région, n’aurait pas considéré l’Europe septentrionale comme une composante indispensable de sa politique étrangère. Cette hypothèse, partiellement pertinente, a cependant négligé une réflexion multi-scalaire propre aux études géographiques. Si la trajectoire des territoires baltiques n’a jamais été une priorité absolue à Berlin, les villes nord-allemandes l’ont depuis longtemps intégrée dans des stratégies de « sauts d’échelle » parfois salvatrices. Les réseaux de villes ont constitué pour les acteurs locaux une ressource nécessaire au sein d’un espace baltique traversé par de multiples bouleversements (division en blocs antagonistes, réunification, adhésion à l’UE, mise en concurrence des villes). Au milieu de cette onde de chocs, les villes allemandes sont même devenues les guides indispensables à la transition de l’ensemble de la région de par leur spécificité historique et géographique. Une étude sur le temps long paraît indispensable afin de comprendre comment les villes du Schleswig-Holstein et du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, qui ont noué leurs premiers contacts baltiques pendant la guerre froide, ont pu devenir après 1990 des ponts entre les territoires baltiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Date de départ de Hans-Dietrich Genscher, Ministre des Affaires étrangères jusqu’en 1992.

1Si culturellement et historiquement, l’influence germanique sur les pourtours de la Baltique semble indéniable, bien qu’elle n’ait pas été exclusive, le rôle du pays dans le processus politique de régionalisation a ouvert un véritable débat parmi les scientifiques, y compris en Allemagne (Schumacher, 2001 ; Götz, Hackmann, Hecker-Stampehl, 2006). Beaucoup d’entre eux ont révélé que l’espace baltique ne présentait pas, d’un point de vue géographique, un intérêt primordial pour la politique étrangère allemande, l’Allemagne se démarquant en cela de la plupart des autres pays riverains comme la Suède ou la Finlande. Passager clandestin, le pays passerait à côté d’une valorisation de ses atouts économiques et politiques dans la région. Cette constatation a même débouché sur une forme d’impasse méthodologique : comment l’espace baltique pourrait-il exister comme entité cohérente sans une large participation de son principal pôle économique et stratégique ? S’intéresser aux coopérations d’hier et d’aujourd’hui entre villes allemandes et villes de la Baltique permet dans ce contexte un double dépassement. Tout d’abord, au sein d’une Europe de plus en plus multi-niveau, les objectifs du Ministère allemand des Affaires étrangères ne sont plus forcément les mêmes que ceux des Länder et a fortiori des villes. D’autre part, une focalisation sur le relatif retrait de l’État central de la région, principalement après 19921, occulte le nécessaire « élargissement temporel » qu’évoquait Fernand Braudel. L’Allemagne divisée, souvent étudiée comme le support d’une coupure, doit être désormais passée au crible de possibles logiques d’intermédiarité.

2La région baltique a souvent été présentée à tort comme un modèle de coopération dont la naissance ne pouvait se situer que dans « l’après-guerre froide » (Lehti, Smith, 2003 ; Christensen, 1997). La chute de l’ancien rideau de fer ayant rarement été décrite dans le temps long, le processus de régionalisation était régulièrement circonscrit à la déconstruction de la frontière est/ouest (Blanc-Noël, 2002). Cela n’a rien d’étonnant : l’échelle nationale a occupé, jusqu’à l’arrivée du « nouveau régionalisme » au début des années 1990, une place prépondérante dans l’analyse et la pratique des relations internationales. La persistance d’un modèle westphalien, fer de lance d’un régionalisme suranné, ne permettait pas, avant cette date, d’imaginer l’ouverture à une intégration réticulaire, multidimensionnelle, couvrant des espaces en perpétuelle redéfinition. Il était délicat de penser qu’une coopération établie « par le bas » à travers un ensemble d’initiatives transnationales aurait pu précéder la chute des blocs (Hettne, Inotai, 1994).

3Ce sont pourtant davantage les représentations qui ont changé au cours de la période 1990/1991 : l’institutionnalisation progressive des relations, désormais plus visibles, a fait entrer la région baltique dans un processus de « devenir » à toutes les échelles (Moisio, 2006). Les interactions se sont peu à peu densifiées devenant multilatérales et occupant l’ensemble de l’espace baltique. La régionalisation comme combinaison de plusieurs accords, processus et interactions s’établissant simultanément à plusieurs échelles d’espaces (Joenniemi, Kukk, Jervell, 1992) a quant à elle toujours existé, même si elle a pu prendre par le passé des traits nationalistes. Alfred Rosenberg, futur « ministre du Reich pour les territoires occupés de l'Est », vit par exemple dans le projet d’une Nouvelle Hanse en Baltique une manière de démontrer naturellement la légitimité des Allemands à occuper la région. Une étude des interactions transnationales antérieures à la décennie 1990 suppose cependant de pouvoir distinguer, par souci de rigueur méthodologique, la simple interaction transnationale du contact transnational révélant une approche dans la durée. Des communications fréquentes et institutionnalisées peuvent être qualifiées de réseaux transnationaux (Karlsson, 2004). Ces différentes définitions permettent la division de la régionalisation baltique en deux phases : une apparition d’interactions à l’échelle supposée plus souple des villes pendant la guerre froide, puis, dans un deuxième temps, une multiplication des contacts et une institutionnalisation de l’ensemble en réseaux transnationaux dès le début de la décennie 1990.

  • 2 La RFA adhère à l’OTAN en 1955 lors des accords de Paris.
  • 3 L’adhésion supposait l’interdiction d’installations d’armements nucléaires et de troupes étrangères (...)

4Les villes allemandes ont joué un rôle déterminant au cours de ces deux périodes à la fois comme pionnières et architectes de la mise en réseau des espaces riverains. La division de l’Allemagne, dès 1949, lance une compétition idéologique dont la Baltique semble un théâtre idéal. D’un côté, elle constitue une zone d’intenses tensions du fait d’une cristallisation entre bloc atlantiste (Danemark, Norvège, Islande, membres de l’OTAN, 19492) et bloc du pacte de Varsovie (Pologne et RDA, 1955) et de la présence de zones militaires dans les ports du littoral (notamment à Baltiisk en Russie ou à Liepāja-Karosta en Lettonie). D’un autre côté, la « balance nordique », qui place la neutralité suédoise entre la « semi-neutralité » finlandaise (à travers la « ligne Paasikivi ») et une adhésion à l’OTAN conditionnelle des Danois et Norvégiens3, permet aux États nordiques qui ne souhaitent pas rompre leur solidarité d’être à la fois une poche isolée de la guerre froide et un point de contact entre les deux blocs (Simoulin, 1999). A la fin de la décennie 1980, les régions et villes allemandes contribuent largement au processus d’institutionnalisation des réseaux baltiques afin de préparer une future européanisation de l’ensemble de l’espace, au sens de processus, jugé alors inévitable, de construction territoriale, institutionnelle et de valeurs orienté vers une plus grande cohésion de celui-ci (Rey, Groza, 2008).

5Division et réunification ont donc toutes deux nourri la régionalisation à travers les prémisses puis l’établissement d’un « ensemble transnational » de réseaux institutionnels de villes relativement cohérent. Nous entendons par réseau institutionnel de villes une démarche de construction volontaire et institutionnalisée rassemblant des municipalités ou acteurs urbains désireux de coopérer de manière privilégiée. Ce rapprochement vise généralement à atteindre une masse critique et une couverture géographique suffisante à la poursuite d’objectifs qui ne pourraient être atteints individuellement et qui touchent plusieurs échelles d’espace (lobby européen…). En cela, les réseaux de villes caressent l’espoir d’une valeur ajoutée ou d’une « fertilisation croisée » issue de la coopération. Ces réseaux ont joui dès le début de la décennie 1990 d’une bonne visibilité auprès des acteurs locaux baltiques qui, dans des stratégies de court ou moyen terme, ont pu choisir de passer d’un réseau à l’autre, d’adhérer ou de quitter des aires de coopération, d’effectuer des arbitrages en faveur ou en défaveur d’un organe institutionnel. Ils ont créé leurs propres itinéraires réticulaires, démontrant une plus grande ambition pour leurs villes ou au contraire ajustant la politique internationale en fonction des difficultés techniques et financières.

6Traiter des réseaux de villes n’est pas une manière de faire fi d’autres échelles mais bien d’étudier comment les villes allemandes ont construit leur stratégie spatiale autour de processus de sauts d’échelles (Smith, 1996) et de « rescaling » (Brenner, 2003 ; Kazepov, 2010). L’échelle baltique a souvent été l’occasion pour les régions riveraines d’habiter une « centralité symbolique » lorsqu’elles étaient menacées de « périphérisation » à l’échelle nationale et a fortiori aux échelles européennes et mondiales. Ces stratégies multi-niveaux (Neumann, 2007) sont intervenues dans un contexte de bifurcation spatiale et temporelle. Les réseaux de ville se sont d’ailleurs souvent développés à la conjonction d’une évolution socio-économique et de réactions d’élus locaux (Baudelle, Buléon, 1999).

  • 4 Adhésion de la Finlande et de la Suède en 1995 ; Adhésion de la Pologne, de la Lituanie, de la Lett (...)

7Notre démarche consiste à partir du lien entre « champs d’expérience » et « horizon d’attente » (Koselleck, 1991). Rarement, comme en 1991, le monde baltique a connu autant de bouleversements rapides : des « régions » sont apparues ou réapparues, soit dans une pérennité historique, soit en rupture avec le passé. Une continuité dans l’ensemble de ces chocs (la division en blocs de la Baltique, la fin du monde bipolaire, l’entrée dans l’européanisation/mondialisation) semble avoir été le recours à l’échelle baltique comme mode de résilience. Le retour des villes (La Gallès, 2011) comme actrices majeures de ces révolutions spatiales a été permis par une moindre capacité de l’État à structurer les flux et les échanges, à organiser les institutions et à imposer sa culture dans une Europe en mouvement. Les acteurs locaux, véritables producteurs d’innovation, ont souvent anticipé ce que la lourdeur administrative et géopolitique ne permettait pas efficacement à l’échelle nationale. Ils ont été des pionniers de l’ouverture dès les années 70-80, puis ont constitué une plate-forme d’échanges indispensable à la reconstruction économique et politique au cours de la décennie 1990. Avec la formation du lac européen et les élargissements nordiques et orientaux4, s’est ouverte la possibilité d’une absence de médiation unique dans la relation unissant les acteurs locaux et les acteurs européens. L’Europe qui s’est alors esquissée est une Europe à géométrie variable au sein de laquelle les villes et les régions baltiques sont devenues des systèmes d’action à part entière (Le Galès, 2002). Un lien direct avec le terrain a permis à l’UE une application en profondeur de ses directives et une transmission de l’idéal européen aux citoyens des pays membres, d’où l’importance grandissante de la « dimension urbaine » au sein des politiques européennes de cohésion. A contrario, la politique européenne a pu offrir aux acteurs locaux et régionaux de nouvelles opportunités, de nouvelles sources de financement mais a également généré de nouvelles contraintes à travers le recours de plus en plus fréquent des acteurs urbains, via des appels à projets, aux fonds structurels européens (les programmes INTERREG IV-B notamment). L’évolution des systèmes économiques, politiques et financiers ainsi que la fin du monde bipolaire ont créé une grande fluidité entre les échelles tant par le haut que par le bas (Swyngedouw, 2004). Cependant, cette circulation généralisée n’a pas produit de nouvelles structures de médiation. Cela peut expliquer la volonté des réseaux de villes, à partir des années 2000, de recentrer leurs activités sur l’exercice du lobbying autour d’intérêts bien compris. Les services qu’ils proposent dans ce contexte sont relativement variés : obtenir des informations sur les modes de financement, permettre les échanges d’expériences, d’idées et de savoir-faire, offrir une assistance dans l’apprentissage, la compréhension et l’application des nouvelles lois et normes européennes (Le Galès, 2002). Cette dernière époque n’a pas été très favorable aux villes allemandes qui sont entrées en « compétition » avec l’ensemble des villes baltiques de plus en plus armées pour défendre individuellement et en solitaire leurs prérogatives.

8Les réseaux de villes constituent en Baltique le cœur de ce que certains auteurs nomment, peut-être trop hâtivement, « un laboratoire à ciel ouvert de la gouvernance transnationale » (Christensen, 1997). Le tissu d’organisations qui s’est établi entre les différents espaces riverains a même inspiré des réflexions dans la région danubienne ou alpine. Dans ce contexte, comment les villes allemandes, qui ont développé des interactions transnationales pendant la guerre froide, du fait même de la division du pays, ont-elles pu devenir après 1990 des ponts entre les territoires baltiques ? Quelle vision, contrainte ou choisie, ont-elles alors opposée à l’attentisme voire à l’indifférence des acteurs étatiques allemands ? En quoi les villes allemandes ont-elles constitué, dans des périodes majeures de révolutions spatiales, les acteurs indispensables à la transition de l’ensemble de la région ?

« Une course à la Baltique » : la Baltique, un espace à conquérir ?

9Si la division de l’Europe a rendu globalement délicates les interactions transnationales, celle de l’Allemagne a engendré, quant à elle, une concurrence de deux systèmes idéologiques in fine favorable aux échanges entre acteurs locaux. Le gouvernement central de l’ex-RFA maintient certes jusque dans les années 1960 la fiction d’une Allemagne unique suivant les frontières de 1937 (Muschik, 2006). La doctrine Hallstein de 1955 menace ainsi tout État qui reconnaîtrait la RDA de rupture diplomatique (Cahn, Pfeil, 2009), ce qui réduit à néant la moindre velléité de politique internationale. Le Parti socialiste unifié d’Allemagne adopte, de son côté, un pas de temps similaire puisque le combat pour la reconnaissance internationale de la RDA ne débute que dans le milieu des années 50, lorsque l’option d’une Allemagne unie et neutre est définitivement abandonnée. La nouvelle politique étrangère vise alors à consolider le régime vis-à-vis de l’extérieur, tout comme à l’intérieur du pacte de Varsovie. La Baltique scandinave, affublée d’une étiquette de territoire neutre, apparaît logiquement comme un front à conquérir. Le Parti rebaptise la mer Baltique « mer de la paix » afin de rallier à sa cause les citoyens nordiques hostiles à l’OTAN. La compétition acharnée entre les deux blocs, souvent accusée d’avoir divisé l’Europe, permet dans ce nouveau cadre aux villes nord-allemandes de nouer leurs premiers contacts baltiques de chaque côté du rideau de fer, contacts qui s’institutionnaliseront et se densifieront à la chute de celui-ci…

La mer Baltique : un « genius loci » au sein de la RDA ?

10La Baltique apparaît comme un lieu stratégique en RDA. Bien que cette dernière n’ait pas été, au sein du bloc soviétique, un grand État industriel, le littoral a concentré la plupart des installations portuaires et de production. Le deuxième plan quinquennal (1956-1960) prévoit de mener une révolution technico-scientifique à Rostock. La population de la ville double entre 1946 (114 869 habitants) et 1970 (200 982 habitants). En 1957, Otto Grotewohl, président du Conseil des ministres de RDA, déclare que la ville est devenue en dix ans l’un des centres industriels les plus modernes et l’une des plus grandes universités du nord du pays. Rostock accède alors à son rôle d’utopie ou de « ville-modèle » (Fellner, 1999). Le plan prévoit le développement de la pêche industrielle et des chantiers navals (« Warnow Werft » créés en 1947-1948). Avec la division de l’Allemagne, la RDA a désormais besoin d’un port de haute-mer. Le choix se porte sur Rostock plutôt que sur Wismar ou Stralsund. Même si les trafics de ces derniers se développent entre 1970 et 1988, passant de 1,7 à 3,7 millions de tonnes à Wismar et de 0,8 à 1,01 millions de tonnes à Stralsund, la métamorphose la plus spectaculaire est bien celle de la nouvelle « porte du monde » : son trafic augmente de 10,14 à 20,74 millions de tonnes sur la même période. L’ouverture du port en 1960 est un acte d’indépendance face aux ports capitalistes de Hambourg et de Brême.

  • 5 Gdańsk et Riga appartiennent à un ensemble de villes baltiques vidées de leur population allemande (...)

11La ville de Rostock est également un lieu d’expérimentation en terme architectural. Elle attire dès 1948 des architectes de toute la Baltique sur des thèmes variés. Du 6 au 7 Juillet 1964, se tient ainsi à Rostock un colloque international d’architecture en présence de 33 ingénieurs et architectes de tous les pays riverains. Owe Eriksson évoque les dimensions économiques et sociologiques de l’urbanisme à Copenhague, Edgar Putschin la volonté de construire une ville verte à Riga, Thorsten Roos, reprenant les travaux de Richard Paulick, la construction du quartier Kronprinsen à Malmö. Ce dernier, de style moderniste, édifié de 1959 à 1963, prévu pour 2500 habitants et 720 logements, associe des bâtiments de 6 à 25 étages, 1400 places de parking, des bureaux, et des rues couvertes pour protéger les passants de la pluie. Cette conférence est l’un des premiers exemples de transfert d’expériences entre des villes en Baltique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La ville de Rostock crée un véritable modèle urbain aux côtés de Dresde, Leipzig ou Berlin. De 1969 à 1980, le développement « en nœuds » de l’architecture vers le nord-ouest entre Rostock et Warnemünde, le long des chantiers navals, est novatrice : des espaces verts séparent les zones d’habitations de Lütten Klein, Evershagen, Lichtenhagen et Groß Klein. Plus étonnant, alors que, dans les villes de Gdańsk ou de Riga, la « lettonité » et la « polonité », deux variantes d’une même préférence nationale dans la gestion de la mémoire collective5, tendent à éliminer les ensembles patrimoniaux de l’époque de la Hanse germanique (Loew, 2003), la reconstruction de la Lange Strasse de Rostock en Magistrale (1953-1958) constitue une forme hybride entre le gigantisme staliniste et la tradition nord-allemande du gothique en brique rouge. Les bâtiments ornementaux rappellent bien les anciennes routes commerciales qui reliaient l’Allemagne aux parties les plus orientales de l’Europe mais sont adaptés et réappropriés (Kirchner, 2010).

Ostseewoche vs Kielerwoche : Kiel et Rostock, deux théâtres idéologiques ?

12Le littoral baltique constitue donc en RDA la porte ouverte sur un espace scandinave largement antimilitariste qu’il convient de conquérir par des politiques de soft power. L’exemple de la compétition entre la semaine de Kiel (Kieler Woche) et la semaine baltique de Rostock (Ostseewoche) est en cela révélateur. A Kiel, le maire social-démocrate, Andreas Gayk, avait transformé après la guerre une régate traditionnelle datant de l’époque de l’empire (1882) en un événement international culturel, politique et sportif appelé « la semaine de Kiel ». A partir du milieu des années 50, sa programmation évolue subrepticement : la municipalité du Schleswig-Holstein invite de plus en plus régulièrement des unités militaires de l’OTAN. La RDA décide alors d’instaurer, en forme de riposte, une semaine baltique de Rostock dès 1958. Celle-ci vise à renforcer la propagande intérieure et extérieure, pour une reconnaissance de la république démocratique allemande, mais elle reste souvent associée à un esprit revanchard contre Bonn ou à une preuve supplémentaire de l’impérialisme soviétique après l’intervention militaire de l’URSS en Hongrie. Les concerts, conférences de parlementaires et débats sont cependant alimentés par une publicité active auprès des partis frères nordiques et par l’attribution d’importantes subventions qui attirent un public grandissant. Au cours des premières années, les Scandinaves présents à Rostock restent circonscrits aux réseaux communistes et à quelques Finlandais. Mais, dès les années 1960, des Danois se rendent à la semaine baltique. L’ambassadeur de la RFA à Stockholm, Hans-Ulrich von Marchtaler, propose alors au Ministère des Affaires étrangères de multiplier les coopérations municipales pour contrer la propagande communiste dans les pays neutres. La RFA décide finalement elle-aussi de subventionner la semaine de Kiel (Muschik, 2006).

13Le début de la période de détente (1962-1975) et la rupture de facto de la doctrine Hallstein marquent une augmentation considérable des visiteurs à Rostock. En 1967, la semaine baltique accueille 5000 visiteurs scandinaves contre 100 en 1958 et environ 600 en 1961. Les parlementaires présents signent alors un document précisant qu’ils soutiennent l’émergence de relations diplomatiques normalisées avec la RDA pour une sécurité et une détente européenne. En 1968, lors du 750e anniversaire de la ville, les maires d’Helsinki, Stockholm, Oslo et Copenhague se disent prêts à contribuer aux festivités. De nombreux parlementaires se déclarent favorables à la reconnaissance de la RDA. L’arrivée au pouvoir de Willy Brandt signe l’émergence de la « doctrine de Scheel » et de la « politique vers l’Est (Ostpolitik) » : ce dernier ne s’oppose plus à des relations entre la RDA et des pays tiers sur des plans commerciaux ou culturels, admet qu’il convient d’entretenir des relations diplomatiques avec l’Allemagne communiste et signe un traité fondamental de reconnaissance mutuelle. La semaine baltique connaît alors une chute du nombre de visiteurs à l’instar des Suédois : 2000 (1967), 1333 (1968), 719 (1973). La semaine est close en 1975 par le Parti central qui déclare que les missions qui lui étaient confiées ont été atteintes (Abraham, 2007). Il semble que des problèmes financiers aient joué un rôle important tout comme la crainte de favoriser l’entrée d’idées nouvelles (Scholz, 1990).

Figure 1 Affiche publicitaire pour la semaine baltique de Rostock.

Figure 1 Affiche publicitaire pour la semaine baltique de Rostock.

Source: Landesarchiv Greifswald, Rep. 210 Komitee Ostseewoche Nr. 617.

La course aux jumelages : le contact comme support rêvé du soft power ?

14Une coopération régionale plus étroite au sein de l’aire baltique ne devenait réalisable qu’à la condition d’un rapprochement entre les deux Allemagnes (Kern, Löffelsend, 2004). La politique de Willy Brandt ouvre une possibilité de coopération plus approfondie entre les villes. L’opportunité d’établir des contacts pérennise la concurrence en l’élargissant à de nouveaux pays. La RFA signe deux pactes avec l’URSS (le traité de Moscou) et la Pologne (le traité de Varsovie) facilitant le développement de relations mutuelles notamment à des niveaux subrégionaux. Ils permettent à Gdańsk et Brême de nouer un partenariat en 1976. La ville de Brême exerce d’ailleurs dans les années qui suivent une grande solidarité envers le collectif polonais Solidarność. Lorsqu’une délégation de sept syndicalistes des chantiers navals de Lénine arrive dans la ville en décembre 1981, alors même qu’une de leurs manifestations a été réprimée en Pologne, ils sont soutenus par le Sénat et par les principales organisations syndicales allemandes. Un bureau de coordination Solidarność est même ouvert le 19 Avril 1982. Il poursuit son activité jusqu’à l’été 1983, le temps que la situation politique s’améliore. Une aide matérielle de 2,2 millions de DM est apportée de 1981 à 1983 aux travailleurs polonais grâce à la création par la Confédération allemande des syndicats d’une association nommée « Solidarité avec la Pologne » (Riechers, 2006).

15En RDA, les échanges informels se multiplient avec les Scandinaves et viennent compléter des échanges établis avec des pays frères (Rostock-Riga, 1961). Des contacts avec les villes finlandaises se créent, sur la base d’une tradition d’échanges culturels, sans qu’aucun accord officiel ne soit signé, avec l’engagement oral comme seule promesse (Wismar-Kemi dès 1959). Un simple accord d’amitié entre Turku et Rostock précise le 17 septembre 1959 que des contacts universitaires, culturels, touristiques viseront à une meilleure compréhension entre les peuples et à un maintien de la paix. Le texte prévoit l’organisation d’une exposition sur les 10 ans de la RDA à Turku. Des journées de la RDA se déroulent à Turku en 1973 et en 1984 avec l’intervention de doctorants de l’université de Rostock. Entre Turku et Rostock, il a fallu finalement attendre plus de 50 ans pour qu’un jumelage écrit soit signé par les deux mairies le 18 Septembre 2004. Ces échanges sont également à inscrire dans une compétition ouest/est au sein de laquelle la Finlande a occupé un rôle essentiel comme le montre la contraction d’un jumelage entre Kiel et Vaasa en 1967 (Griese, 2003). Côté suédois, le centre culturel de la RDA, le deuxième après Helsinki, est ouvert à Stockholm en 1967 pour contrer la création du Goethe Institut en RFA (Abraham, 2007). Il organise de 1968 à 1988 des journées et semaines de la RDA dans les villes suédoises (Borlänge, Trelleborg, Örebro), danoises (Aarhus, Aalborg), norvégiennes (Tromsø). Certaines villes contribuent financièrement à l’accueil de ces événements : Trelleborg et Norrköping sponsorisent les journées en 1975 à hauteur de 65 000 couronnes, alors que la ville d’Arvika prend en 1979 en charge l’ensemble des coûts liés à l’organisation des festivités. Les échanges permettent une meilleure interaction entre les citoyens : le théâtre populaire de Rostock (Volkstheater) propose deux prestations à Göteborg (1979) et à Norrköping (1975) en partenariat avec des chanteuses d’opéra. Les délégations des conseils de districts (Bezirk) de Rostock et de Sassnitz se rendent par deux fois à Trelleborg (1975/1988). Même si ces contacts et interactions ne sont pas négligeables, ils orienteront pour beaucoup la géographie des réseaux baltiques, la déconstruction de la frontière est/ouest ouvre la voie de leur institutionnalisation.

Figure 2 Liste des semaines de la RDA organisées dans les pays scandinaves.

Figure 2 Liste des semaines de la RDA organisées dans les pays scandinaves.

Source : Abraham, 2007.

La solidarité allemande : vers une structuration de la régionalisation ?

16La réunification allemande est douloureuse pour les villes de l’ex-RDA à plus d’un titre. De 1990 à 1995, Wismar perd environ 5000 habitants, Stralsund 7000 habitants et Rostock 20 500 habitants. Alors que la population allemande connaît une croissance de 2,5% de 1990 à 2010, la population du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale chute, elle, de 15%. A Rostock, le taux de chômage passe de 1 à 14% entre mars et décembre 1990. Des milliers d’ouvriers sont payés à démonter leurs usines. A la fin de l’année 1991, la création de l’entreprise Neptun-Warnow-Werft GmbH ne permet qu’à 1100 des 6400 employés des anciens chantiers Neptune de poursuivre leurs activités. Les difficultés économiques persistent jusqu’à aujourd’hui, comme le prouve le taux de chômage du Mecklembourg en 2011 qui oscillait encore, selon les mois, entre 11 et 14,8%6. Les réseaux baltiques apparaissent alors progressivement comme un recours possible des élus locaux face à un risque croissant de marginalisation.

Figure 3 Crise des chantiers navals à Rostock. Les anciens chantiers de Neptune à l’abandon.

Figure 3 Crise des chantiers navals à Rostock. Les anciens chantiers de Neptune à l’abandon.

(Escach, 2012)

Panneau de protestation à Rostock – « Travail, Existence, Avenir – Qu’avez-vous donc fait ? »

Panneau de protestation à Rostock – « Travail, Existence, Avenir – Qu’avez-vous donc fait ? »

(Escach, 2012)

« Avenir. »

« Avenir. »

(Escach, 2012)

Mise en vente de terrains sur les anciens chantiers de Neptune

Mise en vente de terrains sur les anciens chantiers de Neptune

(Escach, 2012)

Les réseaux intra-allemands : un appui indispensable à la transition ?

  • 7 Informations issues d’entretiens avec le département des relations internationales de la ville de R (...)

17Les jumelages intra-allemands lancés par Oskar Lafontaine et Erich Honecker en 1985 ont joué un rôle essentiel dans la transition de l’ex-RDA vers une économie de marché. 58 jumelages sont établis entre des villes ouest-allemandes et est-allemandes entre le 25 avril 1986 et le 27 octobre 1989 dont des accords entre Kiel et Stralsund, Lübeck et Wismar ou Osnabrück et Greifswald (Christmann, Mahnken, Apelt, 2010). Ces partenariats prennent une tournure concrète par l’intermédiaire d’une assistance technique et financière massive. L’aide apportée au moment de la réunification par le Sénat de Brême à Rostock est tout d’abord matérielle (Probst, Saalfeld, 2010) : deux programmes d’aides et de coopération de 5 millions de DM (1990) puis de 3 millions de DM (1991) en plus des aides substantielles nationales et européennes. Des camions, du matériel médical, des photocopieuses, des bennes à ordures ménagères sont livrés. Ce soutien financier est doublé par un transfert de personnel et de compétences : trois juges sont par exemple envoyés à Rostock pour deux ans afin de travailler sur une refonte et une réappropriation de la législation communale. Selon un sondage réalisé en 2010, le succès majeur des jumelages intra-allemands a d’ailleurs résidé, pour 44,4% des acteurs municipaux, dans la modernisation des administrations municipales. Le 5 octobre 1990, un comptoir de la Hanse est également ouvert à Rostock permettant 130 contacts entre des entreprises de Brême et de Rostock entre 1990 et 1992. Il est possible de citer la fusion des entreprises Messerknecht et VEB Robotron qui donnent naissance à la société BIT Büro – und Informationstechnik GmbH ou la main mise progressive, après une longue hésitation, de l’entreprise Bremer Vulkan sur l’usine de moteur diesel de Rostock, sur les chantiers navals de Wismar et de Stralsund puis sur la plupart des chantiers navals de Rostock. Ces échanges économiques n’ont pas été exempts de cas de corruptions et de spéculations dans le domaine de l’agroalimentaire, des installations portuaires ou navales, comme en témoigne le récit de Günter Grass (Grass, 2010). Dans le secteur public, la plupart des enseignants-chercheurs ont été privés de postes suite à l’afflux de chercheurs de l’ex-RFA. Beaucoup d’Allemands de l’Est évoquent encore aujourd’hui cette période en opposant les gagnants et les perdants de la réunification dans ce qui s’apparente pour certains d’entre eux à une colonisation économique, sentiment renforcé par l’impopularité de la Treuhand (Grésillon, 2009). Les investissements ouest-allemands se sont souvent accompagnés d’investissements baltiques, notamment danois : Scandlines et Nordex à Rostock, respectivement dans le domaine du transport maritime et de l’énergie éolienne, A. P. Møller à Stralsund dans le domaine des chantiers navals (rachetés ensuite par le groupe Hegemann). L’investissement des acteurs baltiques n’a pas seulement été économique : les Danois ont par exemple aidé beaucoup de villes est-allemandes à rebâtir un système solide de formation professionnelle (échanges entre une école professionnelle de commerce de Rostock et une école de Slagelse). Les aides des investisseurs allemands et baltiques ne doivent pas faire oublier le paquet « Aufbau Ost » ou encore le mécanisme de péréquation entre Länder « Länderfinanzausgleich »7 qui ont occupé une part importante du financement de la réunification.

18Les villes de l’ex-RDA, qui ont rejoint l’UE dès 1990, ont pu profiter de ces ressources financières pour aider à leur tour d’autres villes baltiques en difficulté, espérant ainsi en faire de futurs partenaires économiques ou de futurs contacts susceptibles de cautionner des montages de projets européens. Quinze actions de solidarités sont menées entre Rostock et Riga de 1992 à 2001 avec l’envoi de médicaments, de caisses de supermarché, de 40 000 livres destinés à la bibliothèque nationale. Un comptoir de la Hanse est même ouvert en 1993 à Riga par les villes de Rostock et de Brême. Les villes est-allemandes ont donc constitué les pivots de deux mouvements à la méthodologie similaire : une « aide » teintée de paternalisme de l’Allemagne de l’Ouest vers l’Allemagne de l’Est surtout dans les années 1990-1992, puis la même démarche des villes de l’ex-RDA envers les villes polonaises et baltes entre 1992 et les années 2000, cette fois dans une optique d’attraction des fonds européens. Il ne s’agit pas ici de nier une réelle solidarité entre les citoyens baltiques dont la plupart ont contribué, parfois fortement, à ces aides : l’association allemande Hanse-Tour-Sonnenschein e.V. propose par exemple chaque été un cyclo-tour afin de récolter des fonds pour les enfants des républiques baltes atteints de leucémie et de cancer. Cependant, comment ne pas lire le récit d’une unité retrouvée au prisme d’une tendance des acteurs baltiques, tout en poursuivant de facto leurs propres objectifs, à survaloriser le discours, qu’il soit un discours protecteur (favorisant un échange que les dominations, les conflits, les divisions rendaient improbable) ou prophétique (mobilisant la société civile en nommant l’entité qu’il faudra construire)? Michel Chevalier a traduit dans son « Système de la Méditerranée » cette puissance symbolique du réseau (Cité par Musso, 2010 : 21) :

« La Méditerranée a été une arène, un champ clos où, durant trente siècles, l’Orient et l’Occident se sont livrés des batailles. Désormais, la Méditerranée doit être comme un vaste forum sur tous les points duquel communieront les peuples jusqu’ici divisés ».

Des politiques régionales pour lutter contre le risque de « périphérisation »…

19Les villes est-allemandes ont trouvé un terrain propice au développement de partenariats baltiques dans les visions politiques des Länder littoraux pendant la période de transition. L’ancien président-ministre du Land Schleswig-Holstein, Björn Engholm, a été le premier à entrevoir le risque d’une future marginalisation des régions baltiques dans une Europe en construction (Escach, 2010). A partir de 1988, il réactive la mémoire de la Hanse médiévale, proposant l’établissement d’une « Nouvelle Hanse ». Cette idée n’est pas totalement nouvelle : dès 1980, des villes des pays riverains se sont déjà réunies au sein du réseau « Hanse des temps nouveaux ». Le social-démocrate souhaite faire du Schleswig-Holstein une passerelle entre les différents réseaux baltiques. Kiel ne serait plus le contrepoids idéologique mais le facilitateur :

« Nous ne percevons pas le Schleswig-Holstein comme une région de la marge en Europe. (…) Nous sommes un centre possible du Norden. Notre région a un atout majeur : offrir de possibles liaisons avec la Scandinavie, la RDA et les pays de l’Est » (Williams, 2007 : 61).

20Björn Engholm veut développer une politique étrangère indépendamment des injonctions de Bonn ou de Berlin. Il voit en la structure fédérale de l’Allemagne un atout pour son entreprise d’autant que la réunification rend possible sa réalisation. Les conflits se multiplient entre les différents niveaux de gouvernement, le Ministère des Affaires étrangères fédéral étant souvent accusé par « l’homme de Lübeck » d’afficher un relatif désintérêt envers la Baltique (Williams, 2007).

21Le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, en plus grande difficulté économique, n’a pas toujours été aussi actif que son voisin pour élaborer des projets de coopération internationale. Pourtant, lorsque la région rédige sa nouvelle constitution, adoptée le 23 Mai 1993, elle érige, à travers son article 11, la coopération baltique au rang de ses priorités. Elle doit à présent contribuer, dans le cadre de ses compétences à « encourager les formes de coopération supranationale particulièrement en Baltique ». Alors que pour le Schleswig-Holstein, la coopération baltique a souvent été l’occasion d’un travail sur des visions politiques, elle s’est toujours accompagnée à Schwerin de l’exigence de résultats concrets, obtenus au besoin par des accords bilatéraux. L’idée que le Land pourrait être un « guide pour l’Est » est néanmoins récurrente dans le marketing du Mecklembourg : en capitaine de marine, il doit être un éclaireur pour ses voisins de l’Est, en raison de son capital linguistique et des proximités culturelles qu’il entretenait avec l’ancien hémisphère soviétique (Saldik, 2004). Le déplacement de la capitale fédérale de Bonn à Berlin a ouvert une voie dans ce sens (Kosmider, 2001). Le Land est aujourd’hui le principal garant de la participation allemande à la stratégie européenne en mer Baltique lancée en 2009, notamment grâce à son statut de coordinateur de la priorité 12 du plan d’action consacrée au développement touristique.

L’Allemagne baltique : concurrence et ouverture des possibles

22Dès la période de financement 1994-1999 et encore davantage avec les périodes 2000-2006 et 2007-2013, les villes allemandes apparaissent de plus en plus contestées dans leur rôle d’animatrices de l’espace baltique du fait d’un déplacement constant du centre de gravité vers l’est. La fin des programmes de pré-adhésion PHARE et TACIS, dont une partie des pays de l’ex-bloc soviétique a largement bénéficié, marque l’entrée de l’ensemble des villes baltiques (excepté les villes russes) dans la logique de financement classique des fonds de cohésion. Cette période correspond précisément à la fin des grands programmes de réunification : la dissolution de l’agence Treuhand date de 1994. Se sentant menacés, les acteurs locaux nord-allemands multiplient les stratégies marketing afin d’attirer investisseurs et touristes, quitte à jouer à nouveau le jeu de la concurrence. La plupart des villes nord-allemandes étant également des ports de moyenne importance, le développement à partir de ces années d’une réflexion autour des grands corridors maritimes exacerbe les rivalités…

L’Allemagne unifiée : un « moteur » de la régionalisation ?

  • 8 Réseaux associant des acteurs locaux issus des appels à projets 1, 2, 3, 4, 5 et 9.
  • 9 Dans les pays de l’ancien bloc soviétique, la ville conserve souvent un statut d’élection. Les loca (...)
  • 10 Base de données réalisée en 2012 : BALTEX, Baltic Sea Action Group, BaltMet, BCCA, BDF, Bibliotheca (...)

23Les acteurs urbains allemands se sont insérés dans un grand nombre de réseaux depuis 1991. Pour étudier la géographie de cette intégration et son évolution, nous avons réalisé quatre bases de données. Trois d’entre elles reprennent l’ensemble des projets INTERREG-B sur les périodes 1994-1999 (37 réseaux de projet), 2000-2006 (79 réseaux de projet) et 2007-2013 (82 réseaux de projet8). Les membres de ces projets qui ont retenu notre attention sont ceux qui exercent un pouvoir à l’échelle locale de la ville (acteurs municipaux, autorités portuaires, universités, chambres de commerce, entreprises, centres de recherche). Nous avons donc éliminé les autorités qui participaient d’un statut particulier de la ville au sein d’un échelon administratif plus vaste (autorités régionales, ministères, agences étatiques, sièges d’organisations transnationales voire internationales) et par conséquent les projets qui ne comprenaient aucun acteur local, d’où une légère différence entre le nombre de projets total retenu au cours des différents appels et notre base de données. La quatrième base de données établie concerne les réseaux institutionnels baltiques de moyen et long terme. Pour la constituer, nous avons sélectionné les réseaux qui accueillaient parmi leurs membres des municipalités ou des acteurs urbains (universités, autorités portuaires…). Pour ne pas fausser le travail d’analyse et la comparaison avec les projets du volet B d’INTERREG, ceux-ci ont été choisis pour leur caractère transnational et leur implantation dans au moins trois pays baltiques dont deux n’étaient pas contigus (ce qui évitait les réseaux locaux ou transfrontaliers). Ne considérant dans cet article que les localités pouvant être qualifiées de villes selon les critères statistiques nationaux9, nous avons cependant constitué la base de données de manière large afin de ne pas négliger l’émergence de localités rurales au sein de réseaux transnationaux de villes. Les bases de données ont ensuite été analysées sous R-CRAN afin de déterminer le nombre de réseaux auxquels chaque ville appartenait (degré d’intégration) et le nombre de réseaux au sein desquels deux villes se retrouvaient régulièrement (degré de coopération). L’ensemble des acteurs locaux des 21 réseaux sélectionnés10 a donc été pris en compte dans un premier temps.

Figure 4 : Carte des réseaux baltiques institutionnels

Figure 4 : Carte des réseaux baltiques institutionnels
  • 11 Soit 83 projets au total.

24Quelles conclusions peut-on dresser de ces études ? Les acteurs urbains allemands se sont nettement situés au centre des réseaux INTERREG II-B (1994-1999) aux côtés des villes polonaises et baltes associées par les programmes PHARE/TACIS. Sur l’ensemble des 37 réseaux INTERREG II-B, Hambourg appartient à 7 réseaux, Rostock à 6, Berlin et Lübeck à 4, Greifswald, Wismar et Schwerin à 2 réseaux. Pendant la période INTERREG III, l’évolution est modeste mais persiste : les villes allemandes poursuivent leur intégration. La période INTERREG IV marque en revanche une stagnation voire un effondrement de la participation des villes est-allemandes en termes de nombre de réseaux. Seule la ville de Rostock, siège d’un point de contact INTERACT, maintient sa progression. Il existe sur les trois périodes un fossé entre Rostock et les autres villes de l’ex-RDA. Pour les villes de l’ex-RFA, l’évolution pour 2007-2013 reste plus contrastée (bonne progression de Kiel, recul de Lübeck). Les périodes 1994-1999 et 2000-2006 ont donc été des périodes fastes pour les villes est-allemandes. Ceci peut justifier l’hypothèse d’un rôle « de pont » joué par des villes comme Rostock. Sur les trois périodes, les villes allemandes (RFA/RDA) occupent constamment le rôle d’administrateur/leader des projets transnationaux. Sur l’ensemble des projets INTERREG IV-B lancés entre 2007 et 201311, 33 des leaders sont allemands (39,8 %), 20 suédois (24,1%), 15 finlandais (18,1%), 6 danois (7,2%) et seulement 4 polonais (4,8%), 2 lettons (2,4%), 2 lituaniens (2,4%) et 1 norvégien (1,2%). Le résultat est sensiblement le même, voire accentué, si l’on ne prend en compte que les administrateurs répondant aux critères de la base de données : 17 administrateurs soit 50% des leaders sont alors allemands. A noter que dans cette configuration, le nombre d’acteurs locaux finlandais dépasse celui des Suédois.

Figure 5 a : Statistiques sur l’administration des réseaux INTERREG

Figure 5 a : Statistiques sur l’administration des réseaux INTERREG

(Escach, 2012)

Figure 5 b : Statistiques sur l’administration des réseaux INTERREG

Figure 5 b : Statistiques sur l’administration des réseaux INTERREG

(Escach, 2012)

25Les caractéristiques des réseaux baltiques institutionnels viennent confirmer cette hypothèse. Ceux-ci ont été pour certains d’entre eux créés sous l’impulsion d’acteurs allemands. L’allemand y est encore souvent une langue de travail aux côtés du russe même si l’anglais se développe rapidement. Le cas de l’Union des Cités de la Baltique (UBC) montre parfaitement en quoi Rostock a pu constituer un relais entre les villes de l’ex-bloc atlantique et celles de l’ex-bloc de l’Est. La coopération au sein de l’UBC s’organise en commissions thématiques associant les villes intéressées autour d’enjeux variés (économie, environnement, énergie, égalité des sexes…). L’engagement de la ville dans la Commission des Affaires sociales de 1993 à 2007 a été marqué par l’organisation de nombreux ateliers sur l’état des marchés du travail baltiques. En 1994 et 1995, deux workshops sont proposés sur ce thème. En 1996, une première grande conférence a lieu dans la ville sur l’emploi et les politiques sociales. Elle est suivie de la réalisation d’un sondage sur l’état du marché du travail dans les villes de l’UBC (Wellmann, 1998).

26Les partenaires privilégiés des villes du Mecklembourg-Poméranie au sein de ces mêmes 21 réseaux institutionnels baltiques sont un indicateur intéressant à la fois d’une certaine homogénéité dans la logique internationale de celles-ci et de nuances de profils à la marge tout aussi pertinents pour l’analyse. Parmi les 20 villes allemandes qui font partie de plus d’un réseau, 35% sont situées dans ce Land. Les villes les plus impliquées sont sans surprise Rostock (8 réseaux), Greifswald (5 réseaux), Wismar (5 réseaux), Schwerin (5 réseaux), Neubrandenburg (4 réseaux), Stralsund (3 réseaux), Anklam (2 réseaux). Concernant les liens privilégiés entre les villes, les liens Allemagne-Pologne (surtout avec Gdańsk et Szczecin) et les liens entre villes allemandes sont essentiels. La plupart des réseaux datant des années 1991-1992, l’hypothèse d’un statut pionnier des liens germano-polonais et intra-germaniques peut être établie. Le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale présente trois profils de villes. Un premier groupe associe Rostock et Wismar. Les deux villes ont noué des contacts avec des partenaires très variés en Baltique (forte internationalisation), même s’il faut noter une légère composante allemande et finlandaise pour Rostock et une forte composante polonaise pour Wismar. Un deuxième groupe comprend des villes échangeant avec une faible variété de partenaires : presque exclusivement des villes allemandes et polonaises pour Greifswald, allemandes et russes pour Schwerin. Enfin un troisième groupe se caractérise par une internationalisation nulle : Stralsund entretient des liens bilatéraux avec d’autres villes allemandes (Wismar, Lübeck) et avec seulement deux villes polonaises (Gdańsk, Szczecin), alors que Neubrandenburg a également tissé la quasi-totalité de ses liens privilégiés en Allemagne (Berlin, Hambourg, Kiel, Lübeck). La Pologne occupe un rôle essentiel puisque les agglomérations de la Triville (Gdańsk, Sopot, Gdynia) sont aussi bien reliées aux villes allemandes qu’aux villes baltes. Les effets de continuité sont présents en filigrane : pour un peu, il ne serait pas incongru de lire la spécificité finlandaise de Rostock à l’aune des liens tissés lors des rencontres de l’Ostseewoche. A l’échelle de l’Allemagne toute entière, seules les villes de Kiel et Rostock entretiennent des relations suivies avec des partenaires baltiques de l’Est. Ces deux villes ont pu trouver dans les semaines baltiques une certaine avance sur leurs voisines.

  • 12 Synthèse des travaux de terrain réalisés en février 2011 en Suède et Finlande (Stockholm, Helsinki) (...)

27Au-delà d’une logique quantitative, quelle place occupent les réseaux dans la pratique des opérateurs spatiaux, ceux-là même qui ont la capacité de créer des spatialités spécifiques par leurs langages et leurs actions (Lussault, 2007) ? Ont-ils réellement contribué à la déconstruction de l’ancienne logique de blocs ? Le discours des acteurs12 met régulièrement en avant des coopérations est/ouest que les statuts juridiques des principaux réseaux ainsi que des démarches européennes encouragent. Leur réponse est plus ambiguë lorsqu’il s’agit de désigner l’acteur qui leur a le plus apporté dans la coopération. Au sein des programmes européens, les acteurs suédois, danois, finlandais et allemands font l’unanimité. Rostock a ainsi beaucoup appris de Göteborg quant à la manière de réaménager ses fronts d’eau pour le projet « WUD-Waterfront Urban Development ». De la même manière qu’à Göteborg, il existe dans la ville allemande un projet d’enfouissement de la route longeant la baie.

28Les villes allemandes présentent également une ligne commune à l’international et se retrouvent régulièrement pour des sessions nationales. Il existe par exemple des rencontres des villes allemandes de l’UBC ou du réseau « Hanse des temps nouveaux » (Westfälischer Hansebund). La coopération allemande peut déboucher sur une régionalisation baltique, comme dans le cas des villes de Stralsund et Wismar labellisées ensemble à l’UNESCO en 2002. Elles ont décidé de fêter cet anniversaire en 2012 par l’organisation de manifestations communes.

L’obsession de la centralité : le recours à l’ancrage

  • 13 Informations issues d’entretiens avec le président de l’UBC en janvier 2012 à Kolding (DK).

29En ex-RFA et en ex-RDA, l’objectif demeure le même : retrouver une centralité à l’échelle baltique qui n’est pas/plus assurée à l’échelle nationale. Les deux Länder cherchent à « s’ancrer » (Andockung) à des espaces extrarégionaux de croissance comme la région de l’Øresund (Copenhague/Malmö/Hambourg/Berlin) pour construire un nouveau système de partage interrégional du travail (Braun, 2004). En 2007, la région de l’Øresund se classe au 10e rang des régions NUTS II en termes d’employés dans les secteurs high-tech et la croissance économique régionale par employé est bien supérieure à la moyenne de l’Europe des 25 sur la période 1995-2006 (19,6% contre 16,2%). Les pays scandinaves représentent alors 73% du PIB de la région baltique (Danemark, Suède, Norvège, Finlande). Les espaces du détroit ont connu une grande résilience face à la crise. L’indice d’innovation globale en 2011 situe la Suède au 2e rang et le Danemark au 6e rang des pays mondiaux. Les régions du Schleswig-Holstein et du Mecklembourg-Poméranie ont très vite compris l’avantage qu’elles avaient à tirer de programmes de coopération avec les pays du Norden. Les opérateurs du Mecklembourg utilisent l’outil INTERREG IV-A « Sud de la Baltique » pour des programmes conjoints de recherche et ont rejoint le projet BSR STARS sur la mise en réseau de clusters pour PME/PMI. Le Land s’est spécialisé dans l’économie de la santé à travers la mise en place de la Biocon Valley GmbH, inscrite aux côtés de partenaires nordiques dans le réseau ScanBalt-Initiative. L’aire d’influence de l’Øresund est pourtant très discutée : les projections à l’horizon 2020/2030 placent tantôt le Mecklembourg dans l’aire berlinoise (VASAB, 2010) avec un fort potentiel d’intégration au sein de l’aire nordique, tantôt dans une large zone s’étendant de Amsterdam à Copenhague en passant par Berlin (Projet Espon 2.4.2). En Schleswig-Holstein, la coopération au sein du programme STRING a permis de nombreux échanges sur le thème de l’innovation. La réalisation d’un technoparc à Kiel, sur le modèle de Sophia Antipolis, a fait par exemple l’objet d’un transfert d’expérience vers la chambre de commerce de Kolding (Business Kolding)13. Dans la ville danoise, le nouveau parc nommé « Nordic Synergy Park » a été inauguré le 18 avril 2012 en présence de nombreuses villes de l’Union des Cités de la Baltique. La chambre de commerce espère ainsi créer un contexte favorable à l’attraction d’investisseurs des pays riverains. La commission économique de l’UBC a également joué un rôle très important en amont en organisant des conférences et des échanges d’expériences entre les différentes villes sur la question des parcs technologiques.

Une concurrence exacerbée entre les villes des deux Länder

  • 14 Maritime Ranking 2011, Baltic Transport Journal, 4/2011.
  • 15 Informations issues d’entretiens avec le département de la planification urbaine de la ville de Ros (...)

30La réunification a placé en concurrence directe les deux Länder : Rostock doit maintenant concourir avec Lübeck ou Kiel mais surtout avec Hambourg, alors que les villes du Schleswig-Holstein sont depuis longtemps sous l’influence de la métropole. Le port de Rostock se situe, avec 25,3 millions de tonnes de transbordement en 2011, à la 9e place au classement des 25 premiers ports baltiques (hors Hambourg) derrière Lübeck14. Les autorités portuaires et municipales ont voulu contourner cette difficulté en misant sur une bifurcation spatiale radicale et une forte spécialisation. Il s'agirait de tourner le dos au transit de produits lourds pour s’orienter vers l’accueil de ferries et bateaux de croisière. Ces derniers amarreraient de plus en plus près d’un centre-ville en pleine réhabilitation. Le secteur ne représentait que 1181 passagers annuels en 1990 contre 177 000 aujourd’hui. Là encore, la concurrence du port de Kiel, avec ses 342 000 passagers annuels, est évidente. Plus largement, les projets de corridors de transport qui se sont multipliés ces dernières années, ont été une pierre d’achoppement. Certains comme le Green String Transport Corridor privilégient nettement le passage par le détroit du Fehmarn, ce qui conditionne leurs réussites à la finalisation du pont prévu à l’horizon 2020, lequel devrait relier l’Allemagne au Danemark par une double voie de chemin de fer et une autoroute. D’autres envisagent un axe plus profitable au Mecklembourg. Les projets SCANDRIA et SoNorA relieraient la Suède aux ports adriatiques via Rostock puis Prague, Vienne et Bratislava, reprenant ainsi les axes transeuropéens (n°1 et n°22). Si, par le passé, la coopération avec l’Øresund est apparue comme un moyen efficace de nouer de nouveaux échanges, les acteurs ont aujourd’hui choisi, notamment dans le domaine du transport, de s’allier avec des partenaires plus éloignés géographiquement (exemple des investissements de l’entreprise autrichienne Liebherr Kranbau à Rostock). Une coopération avec Hambourg ou Anvers sur le thème de l’innovation ou de la logistique n’aurait pas été favorable à Rostock dans le rapport de force. De plus, la pression de la Pologne, également toute proche, reste importante avec un corridor prévu plus à l’est via Świnoujście ou Gdańsk (Breitzmann, Wenske, Werner, 2009). SCANDRIA offre une alternative au passage du Fehmarn tout en réutilisant l’ancienne ligne Berlin-Prague-Budapest-Bucarest empruntée par les échanges commerciaux au sein du COMECON. La continuité a fini par l’emporter face à la rupture dans l’organisation spatiale au sein de laquelle Rostock veut se positionner15.

Conclusion 

31Les villes baltiques allemandes ont traversé trois phases distinctes. Lors de la première phase, caractérisée par un modèle d’interactions, la Baltique constituait la projection d’une unité souhaitée sous les traits de deux idéologies : cette unité portait le nom de « mer de la paix » ou de « Nouvelle Hanse » selon le bloc étudié. Allemagne de l’Est et Allemagne de l’Ouest ont chacune développé leurs contacts, entrant dans une compétition acharnée. Au cours de la seconde phase, la réunification a permis à cette volonté d’unification baltique de se concrétiser. Les acteurs urbains allemands ont alors activement participé à l’établissement d’un maillage de réseaux et aux processus d’institutionnalisation jusqu’à prendre une place décisive dans la création du CBSS (Conseil des États de la mer Baltique). De fait, les villes de l’ex-RDA qui ont le mieux réussi leur transition sont celles qui ont su s’intégrer aux systèmes de villes d’échelle nationale et européenne ou celles qui possédaient une masse critique suffisante (Dubois, 2008). Mais progressivement cette centralité a été mise en danger par la concurrence montante des villes de l’Est et par le déplacement du centre de gravité de la Baltique. Aujourd’hui les centres baltiques se situent dans les capitales baltes ou le long du golfe de Finlande. Cette concurrence de la Pologne et des pays baltes a fait craindre aux ports nord-allemands de perdre leur statut de porte/plaque tournante même s’ils conservent le plus souvent une longueur d’avance dans le montage des projets grâce à leur capacité technique et financière. Une nouvelle situation de « course aux réseaux », chaque ville multipliant les participations dans des projets de corridors de transport, est alors apparue, le développement en corridors permettant une association avec des partenaires sous la forme d’une proximité organisationnelle et non plus sous la forme d’une proximité géographique, pour reprendre la terminologie d’André Torre. La nouvelle « poussée vers l’est » s’est également accompagnée d’une émergence des régions métropolitaines. Alors que dans l’est de la Baltique, la situation de proximité avec le littoral, lequel regroupe les grandes villes (Tallinn, Riga, Helsinki) semble avoir été un critère d’insertion, il n’est pas inopportun de se demander ce que pourront devenir Rostock, Kiel et Lübeck face à l’émergence du binôme exogène Hambourg/Berlin dans le pilotage des réseaux baltiques…

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Abraham, N. Die politische Auslandsarbeit der DDR in Schweden, Münster, Lit. Verlag, 2007, 554 p.

Blanc-Noel, N. La Baltique, une nouvelle région en Europe, Paris, Éditions l’Harmattan, 2002, 173 p.

Breitzmann, K-H., Wenske, C., Werner, K. « Chancen und Herausforderungen für Mecklenburg-Vorpommern im wachsenden Ostseeverkehr », Beiträge und Informationen aus dem Ostseeinstitut für Marketing, Verkehr und Tourismus an der Universität Rostock, Heft 25, 2009, 183 p.

Cahn, J-P., Pfeil, U. Allemagne 1974-1990, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2009, 329 p.

Götz, N., Hackmann, J., Hecker-Stampehl, J. (dir.) Die Ordnung des Raumes, Mentale Landkarten in der Ostseeregion, Berlin, BWV Berliner Wissenschafts-Verlag, 2006, 422 p.

Grass, G. D’une Allemagne à l’autre, Journal de l’année 1990, Paris, Éditions Seuil, 2010, 274 p.

Grésillon, B. L’Allemagne, 20 ans après, Paris, Documentation Photographique, n°8070, Documentation française, 2009, 64 p.

Griese, O. Auswärtige Kulturpolitik und kalter Krieg, die Konkurrenz von Bundesrepublik und DDR in Finnland 1949-1973, Munich, Harrassowitz Verlag, 2003, 295 p.

Hettne, B., Inotai, A. The new regionalism. Implications for Global Development and International Security, Helsinki, UNU World Institute for Development Economics Research, 1994, 92 p.

Joenniemi, P., Kukk, M., Jervell, S. The Baltic Sea area, a region in the making?, Oslo, Europa-Programme in cooperation with the Baltic Institute, 1992, 241 p.

Karlsson, M. Transnational relations in the Baltic Sea Region, Huddinge, Södertörns högskola, 2004, 172 p.

Kazepov, Y. Rescaling Social Policies: Towards Multilevel Governance in Europe, Vienne, European Centre Vienna, Ashgate, 2010, 503 p.

Koselleck, R. Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, 334 p.

Lehti, M., Smith, D-J. Post-Cold War identity politics: Northern and Baltic experiences, Londres, Editions Routledge, 2003, 320 p.

Le Galès, P. European Cities: Social Conflicts and Governance, Oxford University Press, Oxford, 2002, 344 p.

Le Galès, P. Le retour des villes européennes? Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, Presses de Sciences Po, Paris, 2003, 486 p.

Le Galès, P. Le retour des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po, 2011, 487 p.

Lussault, M. L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 2007, 366 p.

Probst, L., Saalfeld, J. Die Städtepartnerschaft Bremen-Rostock: Entstehung, Geschichte und Bilanz, Brême, Universität Bremen, 2010, 98 p.

Rey, V., Saint-Julien, T. Territoires d’Europe. La différence en partage, Lyon, ENS Éditions, 2005, 334 p.

Riechers, A. Hilfe für Solidarność, Zivilgesellschaftliche und staatliche Beispiele aus der Bundesrepublik Deutschland in den Jahren 1980-1982, Bonn, Gesprächskreis Geschichte, n°27, Friedrich-Erbert-Stiftung, 2006, 73 p.

Saldik, H. Deutsche Auβenpolitik in der Ostseeregion, global Governance auf subregionaler Ebene, Frankfurt, Peter Lang, 2004, 197 p.

Scholz, M-F. Die Ostsee muss ein Meer des Friedens sein, die Rostocker Ostseewoche in der Außenpolitik der DDR, Greifswald, thèse, 1990, 416 p.

Simoulin, V. La Coopération Nordique, Paris, Éditions l’Harmattan, 1999, 319 p.

Swyngedouw, E. « Globalisation or ‘Glocalisation’? Networks, Territories and Rescaling », Cambridge Review of International Affairs, Volume 17, Number 1, 2004, 25 p.

Wellmann, C. From town to town: local authorities as transnational actors, Hambourg, Lit. Verlag, 1998, 266 p.

Williams, L-K. Zur Konstruktion einer Region, Die Entstehung der Ostseekooperation zwischen 1988 und 1992, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag GmbH, BWV, 2007, 262 p.

Articles scientifiques

Bommes, M., Tacke, V. « Das Allgemeine und das Besondere des Netzwerks », in Hollstein, B., Straus, F., (éds), Qualitative Netzwerkanalyse. Konzepte, Methoden, Anwendungen, Wiesbaden, VS Verlag, 2006, p.  25-50.

Braun, G. « Wüsten oder Oasen: Konzepte einer Regionalpolitik in Mecklenburg-Vorpommern », in Eich-Born, M., (éds), Innovationen für Mecklenburg-Vorpommern - Strategien für einen Wachstumspfad, Rostocker Beiträge zur Regional- und Strukturforschung Heft 17, Rostock 2004, p. 253-288.

Brenner, N. « Metropolitan institutional reform and the rescaling of state space in contemporary western Europe », European, Urban and Regional Studies, 10 (4), 2003, p. 297-324.

Buleon, P., Baudelle, G. « Réseaux de villes entre logiques européennes et logiques locales », in Chevalier, J., (éds), Réseau urbain et réseaux de villes dans l’Ouest de la France, Paris, Collection Villes, Anthropos, 1999, p. 83-101.

Christensen, T. « A European Meso-Region? European Perspectives on the Baltic Sea Region », in Joenniemi, P. « Neo-nationalism or regionality. The restructuring of political shape around the Baltic Rim », NordREFO, n° 5, 1997, p. 254-292.

Christmann, G., Mahnken, G., Apelt, A-H. « Deutsch-deutsche Partnerschaften. Städte, Landkreise und Gemeinden als Gestalter der deutschen Einheit. Studie des Beauftragten der Bundesregierung für die Neuen Bundesländer », in Freie Hansestadt Bremen, (éds), Deutsch-deutsche Städtepartnerschaften. Der Beitrag der Kommunen im Einheitsprozess, Brême, Editions Temen, 2010, p. 65-79.

Escach, N. « La Nouvelle Hanse de Björn Engholm a-t-elle été vraiment un échec ? », Eurostudia, Vol.7, n°1-2, 2011, p.73-86.

Loew, P.O. « Niemieckość – polskość – wielokulturowość? Gdańsk i jego mity », in Dymnicka, M., Opacki, Z., (éds), Tożsamość miejsca i ludzi. Gdańszczanie i ich miasto w perspektywie historyczno-socjologicznej, Varsovie, Oficyna Naukowa, 2003, p. 107-118.

Moisio, S. « In what sense a region? The limits of Baltic sea integration », in Schymik, C., Henze, V., Hille, J., (éds), Go North! Baltic Sea Region Studies, Past-Present-Future, Berlin, BMV, 2006, p. 83-98.

Muschik, A. « Rostocker Ostseewoche versus Kieler Woche », in Götz, N., Hackmann, J., Hecker-Stampehl, J., (éds), Die Ordnung des Raums, Mentale Landkarten in der Ostseeregion, Berlin, BWV, 2006, p. 367-384.

Musso, P. « Utopie et Idéologie des réseaux », in Vanier, M., Commerçon, N., Bleton-Ruget, A., Réseaux en question : utopies, pratiques et prospective, Mâcon, Institut de recherche du Val de Saône-Mâconnais, 2010, p. 21-30.

Neumann, M. « Multi-Scalar Large Institutional Networks in Regional Planning », Planning Theory and Practice, Vol. 8, n°3, 2007, p. 319-344.

Rey, V., Groza, O. « Bulgarie et Roumanie, une affaire d’européanisation », Espace géographique, tomme 37, n°4, 2008, p. 289-296.

Schumacher, T. « La politique étrangère de l’Allemagne dans l’espace baltique », in Auchet, M., Bourguignon A., Aspects d'une dynamique régionale: Les pays nordiques dans le contexte de la Baltique, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2001, p. 281-288.

Smith, N. « Spaces of Vulnerability : The Space of flows and the politics of scale », Critique of Anthropology, n°16, 1996, p. 63-77.

Articles de Presse

Wenz, D. « Akteur oder Zaungast ? Deutschland verspielt seine wirtschaftlichen wie politischen Chancen an der Ostsee », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 9 septembre 2003, n°209, p.14

Travaux académiques

Dubois, F. Un espace économique en reconversion, le port de Rostock, Mémoire de maîtrise en Géographie sous la direction de Yann Richard, Paris, UFR Paris I Sorbonne, 2008, 172 p.

Kern, K., Löffelsend, T. Governance beyond the nation state: Transnationalization and Europeanization of the Baltic Sea Region, Discussion Papers, Abteilung Zivilgesellschaft und transnationale Netzwerke des Forschungsschwerpunkts Zivilgesellschaft, Konflikte und Demokratie des Wissenschaftszentrums Berlin für Sozialforschung, No. SP IV 2004-105, 2004, Disponible en ligne : http://hdl.handle.net/10419/49591 (Consulté le 04/04/2012).

Kirchner, J. Architektur nationaler Tradition in der frühen DDR (1950-1955). Zwischen ideologischen Vorgaben und künstlerischer Eigenständigkeit, Thèse de Philosophie, Université de Hambourg, Soutenue sous la direction de Prof. Dr. Monika Wagner et de Prof. Dr. Bruno Reudenbach, le 8 juillet 2009.

Kosmider, R. « Partner oder Konkurrent für Schleswig-Holstein? », Conférence de Dr. Rainer Kosmider, Directeur du service des affaires étrangères et européennes du Staatskanzlei de Schwerin lors du SCHIFF-Kolloqium, le 9 octobre 2001 à Kiel (Allemagne), disponible sur internet à l’adresse suivante : http://www.frieden.uni-kiel.de/pdf_files/kosmider.pdf (format PDF, consulté le 10/05/2010).

GLOSSAIRE

BALTEX : The Baltic Sea Experiment (Expérience de la mer Baltique)

BaltMet : Baltic Metropoles Network (Réseau des métropoles baltiques)

BCCA : Baltic Sea Chambers of Commerce Association (Association des chambres de commerce de la mer Baltique)

BDF : Baltic Development Forum (Forum de développement de la Baltique)

BPO ou OPB : Baltic Ports Organization (Organisation des ports de la Baltique)

BSRUN : The Baltic Sea Region University Network (Réseau des universités de la région Baltique)

BSSSC : The Baltic Sea States Subregional Co-operation (Coopération subrégionale des États de la mer Baltique)

BTC : Baltic Sea Tourism Commission (Commission du Tourisme de la Baltique)

BUP : Baltic University Programme (Programme baltique des universités)

EuRoB : The European Route of Brick Gothic (Route européenne du gothique en brique)

KIMO : Kommunenes Internasjonale Miljøorganisasjon (Organisation internationale des autorités locales en faveur de l’environnement)

UBC ou UCB : Union of Baltic Cities (Union des Cités de la Baltique)

Haut de page

Notes

1 Date de départ de Hans-Dietrich Genscher, Ministre des Affaires étrangères jusqu’en 1992.

2 La RFA adhère à l’OTAN en 1955 lors des accords de Paris.

3 L’adhésion supposait l’interdiction d’installations d’armements nucléaires et de troupes étrangères sur les territoires nationaux de ces États.

4 Adhésion de la Finlande et de la Suède en 1995 ; Adhésion de la Pologne, de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie en 2004.

5 Gdańsk et Riga appartiennent à un ensemble de villes baltiques vidées de leur population allemande jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

6 Statistisches Amt, Mecklenburg-Vorpommern, Disponible en ligne : http://www.statistik-mv.de (Consulté le 23 Juin 2012).

7 Informations issues d’entretiens avec le département des relations internationales de la ville de Rostock (DE) en janvier 2012.

8 Réseaux associant des acteurs locaux issus des appels à projets 1, 2, 3, 4, 5 et 9.

9 Dans les pays de l’ancien bloc soviétique, la ville conserve souvent un statut d’élection. Les localités sont élevées au rang de villes par nomination, en considérant un certain nombre de critères au sein desquels la démographie peut très bien occuper une place marginale (part des actifs non agricoles dans la population active…).

10 Base de données réalisée en 2012 : BALTEX, Baltic Sea Action Group, BaltMet, BCCA, BDF, Bibliotheca Baltica, BPO, BSRUN, BSSSC, BTC, BUP, EuRoB, Hanseatic Parliament, Hanse des temps nouveaux, Healthy Cities Network Phase V, KIMO, Pro-Baltica, Scanbalt, Social Hansa, The Association of Castles and Museums around the Baltic Sea, UBC (voir glossaire pour le detail des sigles).

11 Soit 83 projets au total.

12 Synthèse des travaux de terrain réalisés en février 2011 en Suède et Finlande (Stockholm, Helsinki), en avril 2011 en Pologne (Gdańsk), en janvier 2012 au Danemark (Kolding, Roskilde, Copenhague), en Suède (Malmö, Trelleborg) et en Allemagne (Rostock, Wismar) et en juin 2012 en Russie (Kaliningrad) et Lituanie (Klaipėda, Vilnius).

13 Informations issues d’entretiens avec le président de l’UBC en janvier 2012 à Kolding (DK).

14 Maritime Ranking 2011, Baltic Transport Journal, 4/2011.

15 Informations issues d’entretiens avec le département de la planification urbaine de la ville de Rostock (DE) en janvier 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Affiche publicitaire pour la semaine baltique de Rostock.
Crédits Source: Landesarchiv Greifswald, Rep. 210 Komitee Ostseewoche Nr. 617.
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2 Liste des semaines de la RDA organisées dans les pays scandinaves.
Crédits Source : Abraham, 2007.
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-2.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure 3 Crise des chantiers navals à Rostock. Les anciens chantiers de Neptune à l’abandon.
Crédits (Escach, 2012)
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Panneau de protestation à Rostock – « Travail, Existence, Avenir – Qu’avez-vous donc fait ? »
Crédits (Escach, 2012)
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre « Avenir. »
Crédits (Escach, 2012)
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Mise en vente de terrains sur les anciens chantiers de Neptune
Crédits (Escach, 2012)
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 4 : Carte des réseaux baltiques institutionnels
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-7.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 5 a : Statistiques sur l’administration des réseaux INTERREG
Crédits (Escach, 2012)
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-8.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 5 b : Statistiques sur l’administration des réseaux INTERREG
Crédits (Escach, 2012)
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/1075/img-9.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Escach, « La région baltique ou la tentation du « saut d’échelle » entre Allemagne divisée et Allemagne « réunie » », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/1075 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1075

Haut de page

Auteur

Nicolas Escach

Agrégé de géographie, Allocataire-Moniteur ENS (Ecole Normale Supérieure de Lyon), membre du laboratoire BioGéophile – UMR 5600 Environnement, Ville, Société (Université de Lyon), il prépare actuellement une thèse consacrée au rôle des réseaux de villes dans la construction d’un espace baltique intégré sous la direction de Lydia Coudroy de Lille (Lyon II) et de Boris Grésillon (Aix-Marseille)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page