Skip to navigation – Site map

La réunification allemande dans le cadre des relations internationales

Die Wiedervereinigung als internationales Ereignis
Chantal METZGER

Abstracts

The fall of the Berlin Wall, on November 9, 1989, might not have led to reunification. It was not a domestic German affair, since according to the Potsdam agreements of August 1945, the status of Germany and that of Berlin could not be altered without the agreement of the Big Four, the top four Allied powers : the United States, the Soviet Union, Great Britain and France. Their opinions diverged, except on one point: reunification was not urgent. However, the question of unification arose rapidly in the face of the deteriorating economic conditions in the German Democratic Republic. Negotiations were to take place at two levels: between the two German states but also with the victors of 1945. Four subjects were problematic: the boundaries of unified Germany, its military-political status, Berlin and the ending of the rights and responsibilities of the four victorious powers of World War II. Resolving these issues led to the signing of the Treaty on the Final Settlement With Respect to Germany, signed at Moscow on September 12, 1990. In the presence of the two German States, the four victorious powers over Germany accepted the reconstitution of a united Germany, consisting of the Federal Republic, the German Democratic Republic and Berlin. The German question was definitively closed on October 3rd, 1990 when Germany once again became a unified and fully sovereign country.

Top of page

Index terms

Geographical areas :

Allemagne, Europe

Periods :

1945-1990
Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Narinskiy, Mikhaël. « Gorbatchev, Mitterrand et la réunification de l’Allemagne : la fin de la Guer (...)

1En règle générale, pour qu’un événement devienne un sujet d’histoire, il faut attendre deux voire trois décennies, c’est-à-dire l’ouverture des archives. Pour la réunification allemande ce ne fut pas le cas car l’accès aux archives fut rapide. Les archives des Affaires étrangères des puissances victorieuses de 1945 ont mis plus de temps à s’ouvrir. Côté français, Maurice Vaïsse et Christian Wenkel ont réuni les documents français sur le sujet dans La diplomatie française face à l’unification allemande : D’après des archives inédites du MAE, Paris, Tallandier, 2013. Ce recueil de documents permet de lutter contre un mythe, celui de l’hostilité ou du moins de la réticence de François Mitterrand, non confirmé par les archives, désormais ouvertes. Il rappelle l’importance du travail accompli par la machine diplomatique française et la multitude des points de vue. Grâce aux documents rassemblés dans ce volume, il est possible, à travers les écrits des diplomates français, de suivre les étapes les plus importantes de ce processus qui va du bouleversement en RDA à l’automne 1989 jusqu’à l’unification allemande le 3 octobre 1990. Côté britannique, on a les mémoires de Margaret Thatcher et l’ouvrage de Svetlana Savranskaya et Tom Blanton sur les conversations entre elle et Gorbatchev. Côté soviétique, un proche de Gorbatchev, Andrei Gratchev a publié Gorbatchev, le pari perdu : De la perestroïka à l’implosion de l’URSS (Paris, A. Colin, 2011) et en 2015, un historien spécialiste des relations internationales, Mikhaël Narinskiy a rédigé dans Guerres mondiales et conflits contemporains1, un article sur « Gorbatchev, Mitterrand et la réunification de l’Allemagne : la fin de la Guerre froide » en tenant compte des dernières archives ouvertes en Russie et d’entretiens de Gorbatchev. Enfin la politique américaine a été analysée à travers les travaux de Brent Scowcroft sur George Bush à la Maison Blanche, George Bush, journal d’un président (Ed. Odile Jacob, 2005) ainsi que ceux de Detlev Junker, Philipp Gassert, Wilfried Mausbach dans The United States and Germany in the Era of the Cold War, 1945-1990: A Handbook (Cambridge, University Press, 2004).

2Le statut de l’Allemagne et de Berlin ne peut être modifié sans l’accord des quatre vainqueurs. En vertu de l’accord de Potsdam d’août 1945, les trois Alliés occidentaux et l’Union soviétique sont gestionnaires et responsables de l’Allemagne entière définie dans ses frontières de 1937. Le conseil de contrôle allié matérialise cette responsabilité collective. Relèvent de leur compétence : Berlin et l’Allemagne dans son ensemble, y compris la question de la réunification et le règlement du traité de paix. À plusieurs reprises, l’URSS avait soulevé la question de la réunification d’une Allemagne neutralisée, mais les Occidentaux exigeaient au préalable des élections libres refusées par Moscou. Le 3 septembre 1971, lors de la signature de l’accord quadripartite sur Berlin, les quatre puissances victorieuses représentées par le Français Jean Sauvagnargues, le Britannique Roger Jackling, le Soviétique Piotr A. Abrassimov et l’Américain Kenneth Rush précisent une nouvelle fois leurs droits, et insistent dans une nouvelle déclaration, à l’issue de la signature du Traité fondamental de décembre 1972, sur le fait que ce traité n’affecte nullement leurs droits et responsabilités vis-à-vis des deux États allemands. La question de la réunification n’est donc pas seulement une affaire interallemande.

  • 2 Couve de Murville, Maurice. Le monde en face, entretiens avec Maurice Delarue, Paris, Plon, 1989, p (...)

3Côté français, de Gaulle, dès le 25 mars 1959, affirmait que l’unité lui paraissait « être le destin normal du peuple allemand ». En l’attendant, ajoutait-il, « les deux parties du peuple allemand devraient pouvoir multiplier entre elles les liens et les relations dans tous les domaines pratiques » et ceci « en dépit des différences de régimes et de conditions »2. Trente ans après, le 27 juillet 1989, François Mitterrand déclarait à Hubert Védrine :

    • 3 Védrine, Hubert. Les Mondes de François Mitterrand. À l’Elysée 1981-1995, Paris, Fayard, 1996.

    Réunifier l’Allemagne est la préoccupation de tous les Allemands. C’est assez compréhensible. Ce problème, posé depuis quarante-cinq ans, gagne en importance à mesure que l’Allemagne prend du poids : dans la vie économique, c’est fait ; dans la vie politique, c’est en train de se faire… L’aspiration des Allemands à l’unité me paraît légitime ; mais elle ne peut se réaliser que pacifiquement et démocratiquement… Il est juste que les Allemands aient la liberté de choix. Mais le consentement mutuel entre l’Union Soviétique et les puissances de l’Ouest supposera un vrai dialogue3.

  • 4 Grachev, Andrei. Gorbachev’s Gamble. Soviet Foreign Policy and the End of the Cold War, Cambridge, (...)

4Après l’ouverture du mur, F. Mitterrand déclare à Jacques Attali, son conseiller : « Gorbatchev n’acceptera jamais d’aller plus loin, sinon il sera remplacé par un ‘faucon’ ». Ces gens (il s’agissait des initiateurs des manifestations de rue à Berlin) jouent avec le feu, au risque d’une guerre mondiale, sans comprendre ce qu’ils font »4. Le Président français ignorait que Gorbatchev avait permis l’ouverture du mur, le 9 novembre, en donnant à son ambassadeur Kovalev en poste à Berlin une instruction orale, suivie d’un télégramme confirmant que « le régime de la frontière entre les deux Allemagnes était une affaire interne de la RDA ». Mais à cette date, personne ne songe à la réunification, en tout cas, pas aussi rapidement.

1. Les vainqueurs d’hier divisés sur le sujet de la réunification

5Les quatre puissances victorieuses sont unanimes pour affirmer qu’il ne s’agit pas d’une question d’actualité. Les Allemands de l’Est voulaient pouvoir circuler librement, ils ont obtenu ce droit.

Ce n’est pas une question d’actualité

6Si réunification, il y a, elle ne se fera pas rapidement. Jacques Attali, raconte qu’en décembre 1989, Mitterrand et Bush se moquent de l’ambassadeur américain à Bonn, Vernon Walters, qui estimait que la réunification de l’Allemagne devait intervenir dans cinq ans. Pour les deux chefs d’État, l’ambassadeur se trompait parce que, selon eux, l’Allemagne ne devait pas se réunifier avant une dizaine d’années.

  • 5 Thatcher, Margaret. 10 Downing Street. Memoires, Paris, Albin Michel, 1993, p. 660 cité dans Chanta (...)

7Marquée par les souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, M. Thatcher craint une Allemagne à nouveau puissante. Une grande partie des Britanniques (près de 61 %) est favorable à la réunification, mais près de 50 % d’entre eux, surtout les aînés, craignent un renforcement de sa puissance économique et partagent donc le point de vue de leur Premier ministre et d’une majorité de Français. En attestent les titres et caricatures de la presse. Il n’est pas question, écrit M. Thatcher dans 10 Downing Street, « d’ouvrir la boîte de Pandore des revendications territoriales à travers toute l’Europe centrale »5. Elle préfère que la division dure encore longtemps en attendant la démocratisation de la RDA et des pays voisins.

  • 6 Bozo, Frédéric. Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande. De Yalta à Maast (...)

8M. Thatcher et F. Mitterrand ne veulent pas déstabiliser Gorbatchev ni, selon Frédéric Bozo6, compromettre la pérestroïka en imposant à l’URSS trop de reculs, voire d’abandons inexplicables.

  • 7 Narinskiy, Mikhaël, op. cit. p. 29, citant les archives de la fondation Gorbatchev.

9Gorbatchev considère aussi que ce n’est pas une question d’actualité et il le déclare en ces termes au Premier ministre canadien Brian Mulronay, le 21 novembre, ajoutant : « la réalité aujourd’hui, c’est deux États qui font partie de l’ONU et des structures militaro-politiques existantes »7.

Les obstacles à franchir

10Pour parvenir à la réunification, le chancelier ouest-allemand Kohl aura de nombreux obstacles à franchir. Le 28 novembre, il présente devant le Bundestag un plan en 10 points sur La structure confédérative entre les deux États d’Allemagne. La surprise est générale, il n’a pas consulté son parti avant de le rédiger. Il ne s’agit pas d’un échéancier fixant les étapes de la réunification. Il se contente de proposer, dans son 5ème point la création de « structures confédérales entre les deux États d’Allemagne » en vue de la constitution d’une fédération. Le dixième point précise que son gouvernement œuvrera à l’unité et au rétablissement de l’unité étatique de l’Allemagne. Son projet répond à l’attente des Allemands de l’Est, qu’il promet d’aider matériellement si le pays évolue vers un régime démocratique. Il veut développer les relations interallemandes et mettre en place des structures confédérales dans le cadre de la CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe). La réunification n’est prévue qu’à l’issue de tout le processus. Ce programme ne fait pas l’unanimité au Bundestag même si officiellement les députés, à l’exception des Verts, soutiennent le Chancelier.

  • 8 Metzger, Chantal. La République démocratique allemande, op. cit., p. 283.

11Kohl n’avait consulté ni ses partenaires européens, ni les États-Unis, ni même son ministre des Affaires étrangères, Genscher. Ce dernier préconise surtout un rapprochement entre les deux États dans le cadre d’une intégration européenne8.

Les réactions au plan Kohl

12Le plan qui envisage la réunification effraie autant les pays occidentaux que les pays de l’Est, même si Kohl ne prévoit pas d’échéance.

  • 9 Narinskiy, Mikhaël, op. cit. p. 30.

13M. Thatcher est d’accord pour une réunification pacifique mais le plus laro2 mémoire.Gorbatchev nst didigun et lsen duvri à lenscher. C sI faut aire llasiement,que ce revendications téresmptires dont uvantces pis-à-vis deun étatsallemand dutomomb et louvenaint. Ben Bu’il p’agissa de la RDA les qroposedu mhancelier onus lcnce rent lous Ladéclaration,du mhancelier ost dne rrre r palitiques Novs le pouvans ta le poasen tenaircompte Novs leavans ta l’istenteon de ouen à la riplomatie Soivoulsvoulaz compérar avaeconus ,onus lsmmen prèts Soivnn, lnus lllens ent tiar ads conflusion9. Eais Anatlit Ther.niav, leun es painscipux qonseillersdiplomatique de Gorbatchev.,reconsairtraplus laro2 ue ci morbatchev.,ri ses ponseillersd’avaitnt de satraégri face à l’ullemagne. ils oupposeitnt du’un jur vicndreit coùla réunification eera itd’actualité. /p>

  • 70PGIbid p. 232

13A. Mitterrand nst clhouéede no poaseaoir cté anertu par lohl Il raconsairtdne rois ld plus lue lesdéstr daunité ett pasrait ment legitimeet lue l’Ao ne peut xcelue un ecoopération en re les deux États allemands Il rvoiue les p0 points svaecoorbatchev, lers de lon mvoyae à loscou. le c6dcembre Sepon Fli, ca réunification de vrape fairedans une nurope cfore, pans le cadre de laistegration européenne<,en tenant compte deslaivolueion en Europe)de l’Est ve le processus.pasnuropéenn Le dout uacifiquement Il rjoutae: « lS les États-Unis,parti cipet à lcs qropessus. celualnus lonne70Gorbatchev nui pépond u’ilseaut aaur uivre le politique ads coancgments oacifiquem mais aoaserop dvt m /p>

13Lesmvoyae fficiellde Mutterrand nsnRDA les 22dcembre ,-ilsfépond it à Hne intvtation_de MHoneckr dantnt de ljanier S1988 -,va diritoe lohl Il r’esmpêch que lesprésident<». MLs deux iregeaits su réuonfliier nt à dLtcheé,coùlutterrand nntvtaeKohl nt le rss=ues,lout ue Fli,irsnt que a réunification n doct pas dntralner Ml chute du Gorbatchev.,recjognatt uvnsi q. Thatcher eur lc point /p> 13 Washingtn, laor ca puat, Wonsidère al problème,allemand d travers les rism. de la RGerre froide et leorge Bush outienntde laiçn alsez cnemrgiue lesprnscipede régnification. IRalisee pux qonsitions ie l’ONcidenta,cette reunification eegninier irtdne rdimineion eonsidèrble deslaistflunce de F’URSS tn Europe)dt l’uffairlissement deu Pace du GVarovim /p> 2. Comment réunifier ? Les points de vue des deux Grands

12 epon Fl se cétabre d’atatsaléricain Jams qBaer, Pe polsiion aléricaine ast fansie psr qutre punscipes:

  • Racoer her e’automdtenrmintion e stns lrésjugr ads confeequnce  »<,/p> /li> Raineenairca préosnce de F’Ullemagne dans s’OTAN,/p> /li> RaineenaircaUllemagne du sein deune iComungaué etropéenne /li> Rropeédr adslaiçn aacifique mt pradaulle n l’unification

    /li> 128/span>Les qtats-Unis,pe veulent pas due lesprcessus.pe régnification.se trons orm en pialogue 13 ne gencentre untre lush t Gorbatchev.a leieuà Maale, pes d2-3dcembre l989,. G.lush romet d lerbatchev.ane afde eatériellemeonsidèrble dsilseccepterd’acsoutpli ca pulsiion .L’anSS tonsairsait ,à cette date, pue granvecor e coralisre en des paoblèmes economique et mvait cbeson deuade. Lush romet dussi a’aider m’UnSS t s’omtegrar dans 120/span>Lesm26djanier S1990,lerbatchev.aroposerla création deun roupe des Ssixavec les v4dainqueurs dt les p2dtats allemands maor cirscterWdes sspicts wnternationalx de Da réunification allemande Sepon Farinskiyi Pe polsiion aoviétique soexcpique dara:

  • Re rfusdt l’umposaibilitiede naconurr à la rorcemmilitarre daor csmpêch la réunification /p> /li> RL crineendeevoirela situation deenir otalement ainontrôleble dt pmme sa crineendeun randeconflits amé pn Europe)/p> /li> RLsdéstr dauévtoe la démérieoation des Aelations ivec la PFA (vec la qulle nlseaut atablisrdes Aelations ie partienrinat/p> /li> 12Kommenles trois Aut rs vainqueurs ,Gorbatchev nst meeue ce nrcessus.pe régnification.se ralongtet paograssuif Eais lsett p’accord pur le srnscipede ra réunification d’uutant llus lue le situation mtegieusr et la mtnsibn aovhalesle ront uncore légradaes psnRDA /p> 122/span> ne gouvelle dencentre usumposa entre les deux rands< Elle p leieun faévrer S1990entre lorbatchev.,rCev.ardnadz et lJams qBaer, MLs deux ays dabordnt, en suit, à tOttawa pes dspicts wnternationalx de Da réunification ,en tmarg de la consérence snternationales  sCellduvertu» eonsiacre à ta rédiction oes frrcem converteon nlles ln Europe) /p> 12M’asproche de négociations att pfférencae: Ls doviétique qroposent la lormlen 4+2 qui eonveent au si avx drançais Jt dusxAngelis, dais les Oméricain sveulent p2+4 Ce print de vue dtt pasrtag par uohl ncr les sllemands dst met que as v4duissances vnAo pas êintervenir dans cl négociations attre les d2dtats allemands mt de peutvnt réuoutdr que les Auestions pié s à fa livé des revsticaions inmosé esà l’ullemagne.dans le cadre des rccords de Potsdam ,revsttuatt uvnsi qu plys da pouvenainteé. LOrn faévrer S1990 à tOttawa pCev.ardnadz ecèd psr qc point face à lBaer, Pmalrael’Aopolsiion au Gorbatchev.,re la crance.et de c’ulgeleerrie Le dércansm. dhoixsi st donc pl suivrnt : 2darti cipits sroitvnt rn arcord pt le rouvettret à l’Usprocbtion des A4dut rs

    Les problèmes en suspens

    12APusieurs ruestions paeicabte et resleant de relations internationales,doctvnt rtre labord esers de négociations attre les dSx. MEles relavent de rccords de Potsdam .Gorbatchev nes qrosente devlaiçn alasiemdevant lohl nvnu c loscou.n faévrer S1990:

  • Rorbatchev : « lSns ldutae,peut -n deir qu’en re l’Union Soviétique ,la PFA (ntla RFDAil n’a a ras dsdéstccords dur la suestion de launité ee la cntion allemande le que as vllemands dsux-mme sréuoulent dette duestion .Brenf il y a,un ecoopréhensibo Buat au prnscipulprint de vépuat, W leaoir cue as vllemands doctvnt rairedsux-mme sreur cooix. MEtils ooctvnt ronsaiîre catte dolsiion aui estila cnôtr » .ap> /li> RH.lohl : Ls dllemands de roavnt IVulsvoulaz ceir quela suestion de launité c’est dl choix.des Allemands dsux-mme s? /li>
    • 31KNarinskiy, M/span>op. cit/span> . p. 236
    • < /ll>

      RM.Gorbatchev : Oi, cans le cantexte pds réacités : Clles -ciront ues méme srue daur les drançais Jt des dritanniques : « lNore cormlen révoit puela setce deune guerre m doct pas darti rdeulsmlallemand d(ames aABC); mue as vrontières deaprès -uerre mont untvtolbles d(lgnen Oder-Nessem) Tois ème point : lesterritorir de F’Ullemagne d doct pas dtre luilits par ues frrcem cxtegieusr d(TANJt dPace du GVarovim)a class="footnotecall" id="bodyftn1"" href="#ftn1"1>31.

  • La question des frontières avec la Pologne est la plus épineuse12Llle pst asbord e lors de la séunifn,du mCnseil dtropéennde lSravsbur gle décembre 1979, M la rors,partF. Mitterrand nui erésidenle Chnseil ,par Morgaret Thatcher et lGiulioAndreiotti,lesprésident. L’est aa consitionsPem> me nEropéens,pour afcepteral’unification
    • 92L Ibidem,Hubert Védrine,2dctobre 12009 « dRunification allemande : lu plau près de sfait s». MH.lV (...)

    32 H.lohl s’omtdine dev souvpçn qui fps nt.) De élections lénérale, étapn prévue sen pFA M la ron de l’OnnéesS1990 lsfete denc plngtemps eflc dur la suestion de nrontières (12/a>.

    327/span>Gorbatchev cst sup la mame saine dolitique aue lesprésident Une Allemagne neutralisée ou totalement au sein de l’OTAN ?128/span> ne gllemagne neutrae lnuoeqJ.lBaer, Pe se a pas rrrcegentasnn eilitarosten?!Elle prul predeenir u faceeurspeaintabilisé sor le santeinnt ILs Oméricain svxigeat due l’Allemagne pete du sein de l’OTAN /p> 12 Lrs de laen re ve ,lasS19duvreeà lKeyLa rgo,en tFersie, orançois Mitterrand doutienntdeorge Bush Il rpuns ,compmrlesprésident 130/span>Gorbatchev cst meeinadmimoireune rupure de l’aequiibremmilitarre ds
    • 92 Varinskiy, M/m>op./em>. L/m>ocit/sm>. Lp. 49 NoendeuA.S. Ther.niav,c lo.S. orbatchev cor leAllemagne p(irsctssonspux (...)
    • <
    • 924/span> Varinskiy, M/m>oibid

    3<Kour tat, en afceeil lnt le (1..

  • RLsdantexte politique ettéconomique et RDA odifi la din nl/a>

    3<2/span>Lesmvoe des Allemands de l’Est, qasS18nars 19590 ans le cadre des rpemieres alections libres repuis q1949 st deu plus ilasie : ls ohoixsisent la lcolision de l’Alleintc daur leAllemagne a class="footnotecall" id="bodyftn71" href="#ftn5"">(1.eui fecueil en 48% des oirx,la PSvhale-émocratiqeobteenntd22d des oirx,lae PDS, 16d%.lLothr ue Marizires,président(1,Il rjoutaeaue lespruple adelDA ett lne aartie de l cntion allemande qui eact pe faodreià nouveau pnsemble,.« eNu alectiurs rnt ulasiement,qsxrné colte dilogné dolitique aue estila ceur cers de nlections lu m18nars ». Eais n tmar 19590 Lothr ue Mariziresenvisage it custe qdavanirdaur l9592une dvue e)dolympque aoomungcers de nJux de DBrce ogn a class="footnotecall" id="bodyftn71" href="#ftn8"8>(1.!/p>

    33 Fce à lalégradation de la Rituation économique ilsfaut aagirdapidement. JLhsttiateve eeent a nouveau pe MH.lohl Il rroposerle nacplace les mark st-allemand Kotalement aiepécis par ul DelutcherMorgk. Aec lHns lModrow ilsfonstitut eu gooupe destravaul pror csxamner Ml cituation économique et pfintscires Unetraité deatatsastillesbor cans s’Ourg ne, enteegni casS18nari1990. CIl révoit pue puien eiontabre ,économique et povhales Eailrael’Aopolsiion au siregeaits se la Rundestbank,lohl splsez otrae La rpemieresmesure queieonsidte à Bacplace les mark st-allemand Kar ul DelutcherMorgk persettre un eteons ormtion de laodrde l’aeonomiq louPlys Le doaité dntre ltats aup la mansairs,l’Eeonomiq lntla Rsnt dntre ln vuiguer le s1sup>er/sup> puillet Mais à cette date, pl négociations attre les deux États allemands Jt des dQtre pot aiej cemmentc et las Allemands drévar et leursrégnification../p>

    3<4/span> Dux slueion -ont umémoire : a proldice longtu queieonsidte à Bagnif une rlsezblee ponstitutnteslchr g desdrévar erune nouvelle donstitution daur leAllemagne eégnific de la plus apidemqueieuilits l’Anti ce c13se la RLoifondamental desdonn, Versettrnt à ln étatsaouune réugon allemande.ee nacjoidreia RDA (elon Fue erobldice ldavdhsidona class="footnotecall" id="bodyftn719 href="#ftn8"9>(19/s>.

    3< ILs Oégociations a2+4de la péunification

    43 orgaret Thatcher eete dustu’uutsbut uostili d la réunification, Eais nle ne peut sas rller p l’excentre uu sirlomati sdeu em>1oreign /em> psm> pqi, cmpmrlsn.se cétabre d’atats, DougassHubd,a class="footnotecall" id="bodyftn2"0 href="#ftn1"0 920/s>, cst met qesprcessus.pin lucablie Elle pe peut sas rlgircomtre lea mrchi de l’ahdteoir et la mictorir de F lcolision dete par lea CDUdusxAlections lu m18nars l’umpor ssonsnesécieussment. Jlle pu réuegnie dais lévnus eongtu ent les donfeequnce olitiques exteconomique eaor can aacs LPaticak Salmn ,ehdteorie dn 2chefdeu em>1oreign /em> psm> psm> psm> p(FCO),dans 1oreign /em> psm> a class="footnotecall" id="bodyftn2"" href="#ftn1"1>(2.eonsiacre sd la réunification,allemande qnuoeque « le dRoyauenUnisavait perud’hstflunce Il eyavait prie de looprarble dvec les vi,e. étrait inititution nel Jt drrsonne l qui fsous-endant e’Aaxe ianceoallemand Ka sein de laiComungaué etropéenne<»(22/a>. Le P22daévrer S1990 DougassHubd, nniotc denc p la rhanbre los vComung srue dan aacs eccepterde srnscipede ra réunification ILs Oarti cipits sst met que cs Oégociations asr nt ongtu sa class="footnotecall" id="bodyftn72" href="#ftn3"3>(2.(24/s>, crévoiyit plui-mme une réunification pn 1huit-dx.das.

    Les pégociations aa sein detdhrs deuroupe des SSix/a>

    13 aLa rpemieresmencentre ufficiellemdeuroupe des S lS x» 137/span>Lesmroblème,aes srontières ats réugl paus apidemet que révue: lohl spur vbtenui la réunification ,eccepterdereonsaiîre ca frontière eOder-Nessementre l’Ullemagne estla Pologne ,la RFDAi’Aayat aiej ceonsae et R1950,la PFA (act py ropeédr atglement Le P17djillet lors deunieléunifn, P laris, Ae stx.dinistre sdev Affaires étrangères dadoptnt, en préosnce deuministre cplognis, ev Affaires étrangères ,  lne rdclaration,dor le saratctresdesfsttiafde nrontières de 1’Ullemagne »<, 13 Entecantch, pl nuestions pael’Usprrtienrtc de la cFA M laOTANe de le préosnce de sroitps de 1’UTANe deu Pace du GVarovimeur le sumlallemand dont umus aeicabte e Bagoutdr /p> 13 Cev.ardnadz ett vonu cvec les initiuction structoes Il ne soct pas dfcepteralne Allemagne négnific du sein de l’OTAN,rar lette dfleintc dilitarre ds 140/span>Lessdolsiion ssfançais set lritannique,dsot aieenrmintnoes I. Mitterrand ne rnd d loscou. le c25nari1990. CIl ré d leutaeaircot tais sdev Axigeates vmportantes pis-à-vis de l’Ullemagne estlitalment rclle sa laistegration ee 1aAllemagne puieié .pux qonmungaué setropéenne< ie de relsticaions iilitarre seour ulatatsallemand ,py oopri l’istenrdition oesumémédr a’Ante neuceerre Pour lei, caOTANe soct pas dsaintabler pans

    44Ka question deuseatst ameitaro-politiquespete du scetre uu ségociations attre lméricain svxtdoviétique qors de la sxcentre uu tjiln1990. Lush e moqtre rigie, oorbatchev avcepterdeslcnce ssonss: lu pmoent,de régement aisfsttiafde isn.seot, WaUllemagne du a deiait asdéscder m tqulle norgansmtion ,enle neul pe rapttaher. CE échncgmde isn.srcord papidem, M.Gorbatchev abteenntdne inportanteslfde efintsciresdror csffecturWdes sésfores economique a class="footnotecall" id="bodyftn72" href="#ftn5"">(2.eans son 5lcs et aa progr ssonsuu ségociations aur le séstcresent /p>

    • 72 Su lette dn re ve oir cikhaël,Gorbatchev.,rsm>, Paris, AOdli dJacob,19903 p. 2144-161ds(...)

    842/span> bLa rxcentre uuit,deu Caucaementre lohl nt lorbatchev, le P15djillet lst deciseav a class="footnotecall" id="bodyftn72" href="#ftn6"">(2,Ie claôtla suestion /p>

    • 72 Nohl nt lorbatchev,pot ae plau eusr dt eà-vt e dais lessr dinistre sdev Affaires étrangères , H.D.ss href="#ftn2"7>(...)

    843/span>Lesmhancelier ollemand decrit M leuninternlocteruela situation dramtique de l’Aeonomiq lnt-allemand e: lestays deit as rmlleoads d laOTcidenta.Gorbatchev ae peut sas rlder m RDA lon 5lcs etapn pussi an lcr e MLs deux hmmen a class="footnotecall" id="bodyftn72" href="#ftn7"7>(2.rvoiue n pussi alavenir dan pn sé dsviétique qrosente attvllemagne. ie préosnce dens s’OTANee 1aAllemagne puieié .pe le proenteoe neuéricue de l fruuae damé eallemande SH.lohl s’oengae à legnierrn arcord pvec la Pologne ,à Baciotc rpux qcresent rltmique , bilognques extechiique e(ABC)attvchncgmde ia msuppr ssonsuuuseatst aqudariprtiee du Gerlin ut de c’ubtenuion pac leAllemagne ee isaplaeie qouvenainteé. /p>

    34Aorbatchev avcepterdfficiellement les 16djillet l’Usprrtienrtc de laAllemagne puieié .p laOTANomtre leoengae ent rcasieaueilse’a a uradu cn eteoupe destaOTANur le serritorir de F’Uex-FDAieumiins dans 14LClte decisean aodteoriue aoostitut eeun es phuitpoints de vlaccord ponflusuntre luon ut doscou. lnniotc par ul deux iregeaits su penrmmde ia mvseae dn RSS tu mhancelier oount-allemand Il racrndalev Axigeates vde M.Gorbatchev : lestreoait  lpant urois Ac duitre pan »Bundestwehr/em> pt d les rement rd B370:000:hmmen ./p>
    • 92 M le s Ocidentaux qe faeicaitnt de sa Cictorir de F’OTAN ?<,oLeq.sde,/em>, p18njillet l990. /li>

    84 Laccord pst dbie dfceeil l an lTcidenta.Gesmrrtau-araoemdeuépuat,ment aiatatsaléricain st meeue c lette dslueion se rsaluFmeusxale imtegèts e loutsles pays deaurope)».

    34 Helmu lohl navbtenuuia msuppr ssonsuu siait ispcisfque ade Alleés oor leAllemagne pe

    Les pulties ectaps ders leunification /a>

    148/span> aLa rpemieresmst cllle lu fegemdes qroplèmes ejuridque qoés o la réunification,alrs de laeccord peu3 naoût1990. /p> 14 our léunifierleursrays ,las Allemands dnt uloixsi eunilits a’Anti ce c13se la RLoifondamental MLs dem>oLäde.r/em>, pacplacés oar ues fdisticaiset R1952dsot aéumteroicit psnRDApour afdateral structures cerritoriale ade Aeux États . Cinqnouveau xdem>oLäde.r/em>,dsot acéds oar ungcer les 22djillet lt l23naoût,leaChanbre louPruple adelDA eprpoitveulavdhsidonMu peomine adUspriqction de la RLoifondamental desda RFA, Le doaité ddunification o(em>.)eegni entre lea FA (ntla RFDAint sugni e d3 naoût Il rooprotesfneufmhanpire sdu fouthert à l’Unsemble,de sa Cic politique eouPlys dans 150/span> bLa reux ème pctapsfait de laAllemagne puiétatsauieet povvenaint/p> 151/span>Lesm12dspterbre ,pl nuetre puissances victorieuses de laAllemagne pvceptert, en préosnce des deux États allemands ,ue reonstitution daunielllemagne puie ,dormé desdl RFA, desdl RFA et,du Gerlin Ce p’ess pas untraité de paix.mraiitionsnal,var llse’a pas rmérsugni evec lesvainqcuoais auec les iémorbre ent re catlui-cidpant uueilse pu reonstitute; mdmeur croît,des qronscipux qroblèmes eueilsealflleuréuoutdr qeentnnt de sa Civ>ison de l’Allemagne Mesmhlivae e aarsemeenc pas dntramdes qainqcu Jt des dainqueurs dmis n ramdes qlleés oocidentaux qt l’URSS Eais lse a,ue dspicts wompmrlealfixiion au srontières dui fensezbleet à ln raité de paix.,cn etre an raitpur le sramé tns lyrairedésfrence st duscn déspration,d’ess pxigee par les dainqueurs …en1990. LLstays dreoaitveusaplaeie qouvenainteé.Jt des dainqueurs dd 19345 abndsotnnt doutslesrs ddait ie delsonsabilisé ./p>

    352/span>Lessdllemagds deonsairsant aa cr ssonsuusfsttiav ads Oarti s deu erritorir dui feursrsprrtienrent aurnt-uerre me que feursrnt à dntivé set R1945. Dns son 5nti ce c1 le Praité donsirm ca frontière exigteat(29/a>. LeAllemagne eégnific daciotc éulavgr ssons,pux qcres rltmique , bilognques extechiique ,enle npdhr du peaité de piot-roblifreiion au scres reuceerre ,aiej cugni ear lea DA epuaranrnt.L’aati ce c6reonsaiîrc leiait asd’Allemagne puie daUsprrtienr à ld elleinces vuec loutsles pdait ie dblgetions aue essuuscolent ». Mommenlelualuait pcé donsonu cntre lM.Gorbatchev ast H.lohl ,des qrrcem csviétique au retre ent uuserritorir de F’Uex-FDAientrois -uitre pan e deurat dette dprieod. Ae srrcem cd elt rs vuissances vcciupntes p(tats-Unis,,crance.et dRoyauenUnis)eour ro pete rd Borlin /p>

    353/span>LClpeaité dmt evriettbement le ron d Ha pSeonsu Goerre mmnsitle, ilsett peaiafi le P1 nspterbre ,par ul Dem>Bundesttag/em>../p>