Navigation – Plan du site

Depuis trente ans, Modèles linguistiques a pour ambition de publier en langue française le meilleur de la recherche en linguistique. Sa politique éditoriale répond à trois exigences : la non-allégeance à une quelconque école linguistique ; l’ouverture à tous les domaines de recherche qui touchent au langage – morphologie, syntaxe, sémantique, phonétique et phonologie, analyse textuelle, stylistique, rhétorique, sociolinguistique – ; une rigueur garantie par la soumission des articles à un comité de lecture.
Modèles linguistiques est publiée exclusivement en français. Les textes rédigés dans d’autres langues sont traduits. La revue est distribuée dans une vingtaine de pays, en Europe, en Russie, sur les continents américains et asiatiques.
Modèles linguistiques paraît deux fois par an. Fondée en 1979 à l’université Lille-III, elle est aujourd'hui implantée à l’université de Toulon, dans le cadre des activités de l’ERIS (Équipe de recherche interdisciplinaire en sémiologie).

Dernier numéro en ligne
Micro-/Macrosyntaxe (II) : Aujourd'hui, hier et … demain

Le présent volume, conçu sous forme de triptyque, s’inscrit dans la suite thématique du volume 73.  Le premier volet sert de relais, dans la mesure où les articles de G. Kaltenböck et de A. Haselow, présentés au colloque de Metz en 2016,  pour l’essentiel consacrés à l’anglais, proposent une analyse d’un petit nombre d’exemples extraits, entre autres, d’un corpus en ligne, l’un dans le cadre que son auteur appelle la « Grammaire Thétique », l’autre dans celui de la « Macro-grammaire ». Le second volet est une ouverture sur le champ de l’histoire.  On sait que le terme, sinon le concept de « macro-syntaxe » semble avoir été créé au tout début des années 1990. C’est peut-être la raison pour laquelle les bibliographies de l’immense majorité des écrits dans ce domaine ne comportent que très peu de références en deçà de la dernière décennie du siècle écoulé.  

C’est la raison pour laquelle sans remonter, en deçà du xixe siècle, Modèles linguistiques a cherché à repérer des « précurseurs » à ce qui est considéré par certains comme une théorie « nouvelle ». Trois auteurs ont été sollicités pour évoquer ce qu’on ne trouve pas dans la littérature macro-syntaxique ordinaire. L’empan choisi par D. O’Kelly est large, couvrant pratiquement un siècle, de 1875 à 1960. Outre Sweet et ses recherches contemporaines de celles de Baudouin de Courtenay sur la langue parlée, les temps forts qu’elle relève sont, à la fin du xixe, les travaux de Bréal, puis au xxe ceux de Malinowski, de Gardiner, de Bühler et de Guillaume. De Gardiner, nous joignons un article de 1920 sur la définition du « mot » et de la « phrase » qui met en relief, non seulement l’importance de la contextualisation, mais celle des modalités kinésiques et prosodiques dans l’analyse du langage. Quant à A. Senis, elle présente l’œuvre de J.R. Firth, qui, tout en exprimant ses extrêmes réserves à propos du phonème, insiste sur la nécessité absolue d’une contextualisation, reprenant au fond à son compte les analyses de Bühler et de Gardiner. Le troisième et dernier volet est précisément consacré à trois collaborateurs, dont deux de C. Blanche-Benveniste dans le cadre du GARS, et un jeune docteur qui prend le relais. Ces trois contributions portent sur le français, alors que celles du premier volet portent sur l’anglais.

  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals