Navigation – Plan du site
2. Hier : de la langue écrite à la langue parlée
5

Le phonème face à la théorie du langage de J. R. Firth

The phoneme and J. R. Firth’s theory of language
Angela Senis
p. 109-132

Résumés

La position singulière de Firth face au phonème laisse entrevoir une théorie du langage alors naissante. Elle repose sur sa formation universitaire, son expérience en Asie et des concepts déjà muris, comme celui du contexte, hérité de Malinowski. Afin de palier ce qu’il considère être les défauts du phonème, il a développé certains aspects de sa théorie linguistique (la phonesthésie, notamment) et une logique centrale qui allait caractériser sa pensée. De là est née une théorie complète et autonome du langage connue sous le nom de Théorie contextuelle du sens, caractéristique d’une école de pensée autonome, l’Ecole de Londres de linguistique générale, qui devait influencer plusieurs générations de linguistes britanniques.

Haut de page

Texte intégral

1. Les années de formation

John Rupert Firth (1890-1960), que certains considèrent comme « le grand-père de l’histoire de la linguistique en Grande-Bretagne » (Koerner, 2004, 202), a joué un rôle majeur dans la reconnaissance et le développement de la linguistique comme discipline universitaire à part entière. Sa « théorie du phonème » (Firth, 1949 : 169) a cristallisé bon nombre de sujets qui lui tenaient à cœur, notamment le concept de contexte de situation. Bien que les deux principales biographies qui lui sont consac