Navigation – Plan du site

10. Les fonctions de jusqu’à

Jean-Michel Fortis
p. 137-154

Résumé

Jean-Michel Fortis situe sa réflexion dans un cadre cognitiviste, examinant surtout les emplois spatiaux de al préposition et leurs liens avec quelques emplois non spatiaux, et fait ressortir certains aspects de jusqu’à par la comparaison avec les emplois de ses homologues en tagalog et en japonais. La préposition se caractérise par le fait qu’elle est un marqueur de dynamicité.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Nous nous proposons d’analyser ici les fonctions sémantiques de la préposition composée jusqu’à, principalement lorsqu’elle est employée dans des contextes spatiaux. Toutefois, dès lors que certains traits de cette préposition sont aisément transposables à des domaines non spatiaux, nous ne nous priverons pas de faire quelques incursions hors du champ proprement spatial. Enfin, des données provenant de langues non indo­européennes nous aideront à cerner les spécificités du français en ce qui regarde jusqu’à et l’expression du but.

2. Jusqu’à est-il toujours dynamique ?

2Il s’agit ici de savoir si, dans le domaine spatial, jusqu’a est nécessairement liée à l’idée de mouvement.

  • 1 Le terme dynamique renvoie ici à un changement de lieu. Bien que ce choix terminologique ne soit gu (...)

3Plusieurs auteurs classent jusqu’a au nombre des prépositions dynamiques, c’est-à-dire des prépositions spécifiant un déplacement / changement de lieu (Laur 1989, Flageul 1997, Borillo 1998). Chez ces mêmes auteurs, la présence du trait [+déplacement] est attestée par la co-occurrence de jusqu’à avec des verbes de mouvement, présentée comme obligatoire chez A. Borillo (1998 : 49)1.

  • 2 Dans ce qui suit, nous considérons que les verbes de déplacement forment une sous-classe de verbe d (...)

4Des contre-exemples comme [1] nous contraignent-ils à renoncer à la dynamicité de jusqu’à ? Pas nécessairement, si l’on veut bien admettre qu’un énoncé puisse faire référence à un déplacement même si le verbe de l’énoncé ne contient pas le trait [+déplacement]2 :

5[1] Le train est sans arrêt jusqu’à Lyon.

6La présence de jusqu’à ne dépend pas non plus de la présence d’un nom de processus comme arrêt en [2] :

7[2] Le train est sans service bar jusqu’à Lyon.

8Apparemment, l’association de train à la notion de voyage, et donc à un déplacement, suffit. Si la co-occurrence de jusqu’à avec un verbe statique neutralisait le trait [+déplacement] dans l’énoncé, il faudrait admettre que tout énoncé faisant référence à un déplacement doit contenir un verbe de mouvement. Or, cette position conduit par ailleurs à bien des difficultés. En effet, certains groupes prépositionnels, dits ici résultatifs, décrivent la relation spatiale résultant d’un déplacement, sans que ce déplacement soit explicité nulle part dans l’énoncé.

9Par exemple, si on analyse over comme conditionnée par la dynamicité du verbe, comme le font A. Tyler & V. Evans (2003 : 81), il devient difficile de justifier [3] :

10[3] Arlington is over the Potomac River.
’Arlington est de l’autre côté du fleuve Potomac.’

11En l’occurrence, Arlington est vue comme située au terme d’un parcours mental ou visuel prenant son origine à un point donné (par exemple le lieu d’interlocution). Or, si l’interprétation de over est conditionnée par le verbe, over doit être statique dans [3]. Mais dans l’analyse de A. Tyler & V. Evans, over statique exclut par définition l’acception résultative. Ils se voient dès lors contraints d’admettre une acception distincte pour cet emploi résultatif.

12Autrement dit, poser que tout verbe statique désigne littéralement une situation statique conduit à des difficultés d’analyse, et notamment à une multiplication des acceptions. Nous n’hésiterions pas, pour notre part, à parler de déplacement dans [1], [2] ou [3]. Nous adaptions ici l’expression « fictive motion », due à L. Talmy (1996). R. Langacker parle quant à lui « d’abstract motion » (qu’il place sous le concept beaucoup plus général « subjectification », c’est-à-dire d’intervention du sujet percevant). Dans la suite de cette étude, nous préférons parler de mouvement fictif plutôt que de déplacement fictif, pour la simple raison, comme nous le verrons ci-après, qu’un verbe comme monter ne se comporte pas comme un verbe de déplacement dans certains de ses emplois « fictifs ».

13D’autres motifs pourraient nous inciter à ne pas associer systématiquement jusqu’à au mouvement. Ainsi, C. Papahagi (2005) préfère parler de prépositions de trajectoire, au motif qu’on trouve des descriptions de trajectoire sans déplacement même fictif :

14[4] La lampe pend jusqu’à un mètre du sol.

15Cette question dépasse le cadre étroit de cette étude. Elle ne peut être résolue qu’en montrant qu’une relation statique, pour être orientée dans l’espace, doit être conçue comme une trajectoire dynamique. R. Langacker avance des arguments en faveur de cette thèse (1991a : 162, 1987 : 264-266). Selon lui, les états de choses statiques sont orientés par l’exploration visuelle du sujet percevant, en ce sens que les déplacements successifs du regard sur une scène lui confèrent une orientation spatiale. La conceptualisation processive de la scène repose en dernier ressort sur l’appréhension de ces déplacements.

16Nous verrons que cette explication ne suffit pas à rendre compte de certains phénomènes. En revanche, elle rétablit un certain parallélisme entre la dynamicité du référent et celle de l’énoncé qui le décrit, puisque les énoncés de mouvement fictif reposent sur une conceptualisation spatialisante et dynamique des scènes.

3. Jusqu’à comme marqueur de dynamicité

17Quel est l’apport sémantique de jusqu’il dans des situations qui sont clairement associées à l’idée de mouvement ?

18Remarquons d’abord que jusqu’à permet de construire un GP allatif avec un verbe de mode de mouvement, en quoi jusqu’à est symétrique de depuis :

19[5] *Il a marché à Orléans. [si allatif] / *Il a marché d’Orléans.

20[6] Il a marché jusqu’à Orléans. / Il a marché depuis Orléans.

21Marcher n’exprimant pas le déplacement per se, en (5) à n’est pas interprétée de façon dynamique, donc ne peut servir à définir une configuration finale. En [6], la préposition à est interprétée comme définissant une configuration seulement finale et le procès marcher comme satisfait durant toute la phase qui précède.

22En dehors de jusqu’à, seules certaines prépositions et locutions directionnelles non téliques (ne spécifiant pas une atteinte de la frontière du site final), comme vers ou en direction de, permettent systématiquement une interprétation dynamique avec ce type de verbe.

23Plus généralement, jusqu’à impose une interprétation dynamique à un verbe qui ne décrit pas un déplacement orienté :

24[7] Les vols se poursuivront jusqu’à Paris.

25[8] *Les vols se poursuivront à Paris.

26Toutefois, certains verbes comme courir permettent assez facilement une interprétation allative même sans jusque (cf. Il a couru à l’étage), et certains contextes autorisent même l’interprétation allative avec a et des verbes qui l’excluent généralement (cf. Marie-Antoinette a marché a l’échafaud avec courage ; L’armée du nord marche à l’ennemi). Enfin, l’ajout du complément initial rend jusqu’à superflu (Il a marché d’Orléans a / jusqu’à Paris).

  • 3 Est dite "satellite-framed" une construction où la trajectoire est exprimée dans un constituant frè (...)

27Contrairement à ce qu’a pu prétendre la doxa, à la suite de L. Talmy (1985), une langue romane comme le français permet donc la combinaison d’un verbe de mode de mouvement avec un groupe prépositionnel dynamique. Il n’en est pas moins vrai que ce type de construction est, dans notre langue, plus contraint que dans les langues dites « satellite-framed »3. En particulier, les verbes n’exprimant pas l’idée de (mode de) déplacement, ni une dimension aspecto-temporelle (comme se poursuivre) de ce déplacement la rejettent (au rebours de l’anglais : cf. the bus rattled to a halt).

28Jusqu’à permet également de marquer la dynamicité avec des verbes de déplacement employés dans des contextes où à pourrait être interprétée de manière statique :

29[9] Le premier de chaque équipe part jusqu’à un repère donné, le contourne et revient pour donner le départ au suivant de son équipe. (internet) [dans le contexte d’un jeu dont on écrit les étapes, le site localisé par partir à pourrait être initial ; or, le locuteur ne veut pas dire ici que le départ est au repère donné]

  • 4 Poser que à est seulement statique impose de recourir au « principe d’anticipation... » pour expliq (...)

30Faisons l’hypothèse qu’en français, le contexte contraint l’interprétation de la préposition à, qui est ambiguë (dynamique ou statique)4. L’apport de jusqu’à peut alors s’énoncer comme suit : dans les cas où à est interprétée comme statique ou prête à ambiguïté, jusqu’à permet de forcer une interprétation dynamique.

  • 5 C’est pourquoi l’emploi de jusqu’à (ou toute autre préposition dynamique) pour désigner des rapport (...)

31Cette propriété de jusqu’à repose selon nous sur le fait que cette préposition institue deux phases : une phase processive dite médiane, sur une trajectoire allant d’un site initial à la frontière du site final (en deçà ou au-delà de cette frontière, voir la section suivante) ; et une phase stative finale, correspondant à la localisation finale du trajecteur par rapport à la frontière du site final. Jusqu’à spécifie que le trajecteur parcourt complètement cette trajectoire. En tant que marqueur spatio-temporel, jusqu’à fait coïncider une limite spatiale avec la fin d’une phase dynamique5.

4. Jusqu’à spécifie-t-elle une relation interne ?

  • 6 En ce qui concerne dans, C. Vandeloise (1993) ajoute que le "site" doit contrôler la position du tr (...)
  • 7 Sr la terminologie relative à l’expression des relations spatiales et en vigueur dans la littératur (...)

32Nous appelons relation interne une relation impliquant que le trajecteur est en coïncidence avec le site, ou est inclus au moins partiellement dans le site. Par exemple dans spécifie typiquement (pour le domaine spatial) une relation interne6. Devant spécifie une relation externe. Il arrive aussi que les descriptions soient équivoques, et que la relation induite puisse être considérée à la fois comme interne ou comme externe (cf. La lampe est au bord du tapis ; voir Aurnague 1996). Nous dirons alors que la relation est topologiquement neutre, ou t-neutre7.

33Tel semble être le cas de jusqu’à. On remarque que la relation au site final est t-neutre dans :

34[10] Les coureurs sont arrivés jusqu’à Paris. [Ils feront leur entrée dans la capitale demain ou la course est finie]

35Cette observation peut s’étendre à jusqu’en. D. Leeman (2005c : 3 ; voir aussi 2005a pour d’autres arguments) note que « jusque introduit le point d’aboutissement de l’action, mais tel qu’il peut être interne ou externe au procès ; le confirme le fait que l’on éprouve le besoin de préciser jusque par compris, inclus ou y compris dans des formulations juridiques ou commerciales (Le bail court jusqu’en septembre inclus / non compris) [...] Lorsque les journaux annoncèrent en 1986 que Le nuage de Tchernobyl est arrivé jusqu’en Alsace, ils informaient comme chacun sait que, loin d’avoir pénétré dans la région, il s’était arrêté à sa frontière sans la franchir [...] - l’autre possibilité étant qu’il ait effectivement pénétré en Alsace ».

36La relation est interprétée comme interne en [11], en raison du contexte : être là marque une coïncidence, et pour vérifier cette coïncidence, il a vraisemblablement fallu que j’entre dans Paris.

37[11] Quand je pense que je suis allé jusqu’à Paris et que tu n’étais pas là !

38On note que la spécification de la relation finale force une interprétation interne dans [13] :

39[12] L’eau est arrivée à / jusqu’à la cuisine. vs :

40[13] L’eau est arrivée dans / jusque dans la cuisine.

41Or la version statique de [13] est Il y a de l’eau dans la cuisine. Jusqu’à et à sont donc marquées pour un site comme la cuisine, du moins quand la relation spatiale, et non l’activité, est en focus.

42Le contraste à / dans favorise même l’interprétation externe de [12]. Ce n’est pas le cas dans [14], où le site est plus couramment conçu comme ponctuel et donc construit avec à :

43[14] Les coureurs sont arrivés à Paris.

44Il semble donc que le contraste avec la construction « non marquée » soit crucial, puisque [15] favorise une interprétation externe plus que [14] :

45[15] Les coureurs sont arrivés jusqu’à Paris. [Ils feront leur entrée dans la capitale demain.]

46Sur la foi de ces exemples, nous suggérerons que les constructions non marquées favorisent une interprétation interne, les constructions marquées une interprétation externe.

47La relation finale étant t-neutre, ce n’est plus l’atteinte du site final qui est mise en focus par jusqu’à, mais l’extension du déplacement, qui est peu affectée par le caractère interne ou externe de la relation finale. Or, la limite finale donnée par jusqu’à GN ne peut correspondre qu’à la limite extrême du déplacement tout entier, puisque seule cette limite peut mesurer l’extension du déplacement. De plus, la possibilité que la relation soit externe est susceptible d’être interprétée comme l’indice que le déplacement ne peut franchir la limite du site final. De ces deux facteurs suit que jusqu’à puisse faire de son régime la borne du déplacement.

48Ainsi, étant donné que Bourg-la-Reine est avant Palaiseau, jusqu’à Bourg-la-Reine indique l’extension maximale du trajet du train :

49[16] A : Est-ce que ce train va à Palaiseau ?
B : Non, il va jusqu’à Bourg-la-Reine.

50En contraste avec à, jusqu’à marque que son régime désigne une étape finale. En [17]a], a introduit une étape intermédiaire et jusqu’à l’étape finale. La distribution inverse ne paraît pas acceptable :

  • 8 Jusqu’a peut servir à délimiter un segment de la trajectoire totale, justement parce qu’elle introd (...)

51[17] a. Ce train va à Bourg-la-Reine et jusqu’à Palaiseau.
b. *Ce train va jusqu’à Bourg-la-Reine et à Palaiseau8.

  • 9 Au déplacement borné peut aussi être associée la brièveté. Cette association paraît s’être cristall (...)

52Nous faisons l’hypothèse que ce type d’inférence engendre une des acceptions de jusqu’a et que cette acception se conserve même dans des contextes où la relation désignée ne peut qu’être interne, ce qui est bien le cas en [17]a ; il pourrait s’agir de la cristallisation d’une inférence9.

5. Jusque comme intensifieur et emphatiseur

  • 10 Avec des restrictions sur les verbes médians orientés comme traverser ( ? ? Il a traversé le pont j (...)

53Jusqu’à peut être employée avec un verbe de déplacement, même dans des cas où, avec a, aucune ambiguïté ne serait à craindre10 :

54[18] Encore combien de temps pour aller jusqu’au sommet ?

55[19] Combien de centimètres il manque pour aller jusqu’au plafond ?

56[20] Quand je pense que je suis allé jusqu’à Paris et que tu n’étais pas là !

57En outre, jusqu’à neutralise l’association d’une activité à un lieu, valeur typique de à (Vandeloise 1987 & 1990) :

58[21] Ce soir, nous allons au théâtre. [voir une pièce]

59[22] Ce soir, nous allons jusqu’au théâtre. [nous nous promènerons jusque-là]

60A spécifiant de façon presque minimale la configuration spatiale, elle est souvent employée dans les cas où l’information en focus ne porte pas sur la nature de la relation spatiale ; a sera préférée dès lors que la localisation du trajecteur sert à caractériser son activité et établir un contraste avec d’autres localisations possibles (Fortis 2004).

  • 11 Cette hypothèse rejoint l’analyse de G. Gougenheim (1938 : 304, cité par Leeman, 2005a : 106) selon (...)

61Par contraste avec à, jusqu’à met en focus l’étendue du déplacement. Jusqu’à apparaît donc spécialement dans des contextes où (a) l’étendue du déplacement est mesurée spatialement ou temporellement (voir [20] et [21]) ; (b) l’étendue du déplacement est notable (voir [20]). Dans ce dernier cas, jusqu’à a un sens emphatique (’aussi loin que’)11. Nous dirons alors qu’elle fonctionne comme intensifieur. Dans ce cas, jusqu’à paraît encourager l’interprétation interne de la relation finale. En [20], cette interprétation est obligatoire, puisque le locuteur n’a pu vérifier l’absence du récepteur qu’en se rendant sur les lieux mêmes. Dans les cas où le contexte n’est pas aussi clair, le changement effectif de lieu (impliqué par l’interprétation interne) pourrait venir renforcer l’insistance mise sur la quantité d’éloignement. Ce point reste à approfondir.

  • 12 M. Wilmet (1997 : § 651) propose d’appeler les adverbes ou locutions comme notamment, entre autres (...)

62A ce sens emphatique est apparenté le rôle plus « abstrait » joué par jusque / jusqu’à lorsqu’elle implique que le référent de son régime soit le moins susceptible de satisfaire le procès décrit. Autrement dit, jusque / jusqu’à projette le constituant régi au plus haut degré d’une échelle ou « ordre » d’invraisemblance croissante (Vandeloise 1987 : 84), selon une association d’idées qui mène de l’extrême à l’inattendu. Par exemple, en [23], jusqu’à situe implicitement la mère comme la personne la moins susceptible de critiquer son enfant12.

63[23] Jusqu’à sa mère le critique.

64D. Leeman (2005c : 1), à qui nous empruntons ces exemples, note que jusque / jusqu’à a alors un comportement syntaxique distinct de celui d’une préposition, puisque son groupe peut être sujet (cf. [23] et [24]) ou objet d’un verbe transitif (cf. [25] et [26]) :

65[24] Jusque Paris est touché par le froid vs *A Paris est touché par le froid.

66[25] Il aime jusqu’à tes défauts vs *Il aime à tes défauts.

67[26] Il mangerait jusqu’à tes épinards.

68Ce comportement singulier de jusque GN / jusqu’à GN pourrait provenir du fait que jusque / jusqu’à servent alors à sélectionner un élément à l’intérieur d’une série qui n’est qu’implicite dans l’énoncé. Autrement dit, jusque GN / jusqu’à GN ne bornent pas le procès dénoté par le verbe ; le verbe n’intervient que pour définir la dimension pertinente sur laquelle est projeté « l’ordre d’invraisemblance ». La portée de jusque / jusqu’à se réduit donc à l’argument qu’il singularise sur cette échelle implicite, et échappe à la dépendance du verbe. Dans ce cas, nous dirons que jusque / jusqu’à remplit la fonction d’intensifieur argumental.

69Il semble que jusque / jusqu’à GN assume cette fonction seulement si elle n’associe pas au GN une zone en dehors de l’entité que le GN désigne (cette fonction étant en particulier celle de jusqu’à dans le domaine spatial). Dans Jusqu’à Paris est touché par le froid, jusqu’à Paris risque de susciter une interprétation spatiale, dans laquelle ce syntagme désigne une étendue localisée avant Paris. L’omission du à locatif neutralise cette interprétation avec un nom qui la favorise (Paris) puisqu’il a typiquement une fonction locative [cf. [24]].

  • 13 Voir en espagnol : Hasta el profesor se equivicó = incluso el profesor se equivocó (même le profess (...)

70Comme intensifieur argumental, jusqu’à stipule que le GN est inclus dans une série13. C’est pourquoi il peut en venir à désigner une relation interne dans un contexte spatial. Par exemple, en espagnol, où hasta a fonctionne comme intensifieur argumental en [28], c’est du même coup une relation interne qui est spécifiée :

71[27] Fui a buscarlo hasta Cuenca.
’Je suis allé(e) le chercher jusqu’à Cuenca.’ [t-neutre]

  • 14 Exemples tirés du Diccionario panhispánico de dudas (2005), de la Real Acamemia Española, Buenos Ai (...)

72[28] Fui a buscarlo hasta a Cuenca.
’Je suis allé(e) le chercher même à Cuenca.’ [c’est-à-dire jusqu’à Cuenca compris, relation interne]14.

73De l’usage de jusqu’à comme intensifieur il faut peut-être distinguer le cas suivant, où ce n’est plus l’éloignement du site final qui importe mais plutôt le caractère exceptionnel de l’événement :

74[29] [...] Me voilà parti jusqu’à la clinique où je retrouve mon petit poulet, sa mère et le pitchou quelle garde. (internet)

75Il semble que jusqu’à ne signale ici ni l’éloignement de la clinique ni l’inclusion de la clinique dans une « ordre d’invraisemblance » : jusqu’à devient un marqueur d’emphatisation, et ne focalise plus vraiment sur l’extension du trajet.

76Cette fonction d’emphatisation se retrouve en [30] : jusqu’à se substitue à à dès lors qu’il s’agit de mettre en focus un site qui borne un déplacement :

77[30] Jusqu’à Paris, le transport est assuré par des cars.

78La phrase [31]a montre que à ne peut remplir cette double fonction :

79[31] a. A Paris, le transport / l’acheminement est assuré par des cars. ≠
b. Le transport / l’acheminement à Paris est assuré par des cars.

80Avec une dislocation gauche, aucun nom ni verbe ne force une interprétation processive de à ; tel est aussi le cas avec un nom à haut degré de dynamicité comme acheminement (voir la section 10). Il apparaît que à + GN dynamique est régi localement, du moins en cas d’ambiguïté, et ne peut donc être mis en focus contrastif par une dislocation.

6. Le contraste jusqu’à / jusqu’à ce que

81D. Leeman (2005c : 4) note un intéressant contraste entre jusqu’à et jusqu’à ce que : « [...] Elle s’enhardit jusqu’à s’adresser au patron n’a pas le même sens que Elle s’enhardit jusqu’à ce qu’elle s’adresse au patron : [...] le premier cas illustre le franchissement d’une limite : le sens est qu’elle dépasse les bornes attendues de la hardiesse ; le deuxième cas illustre au contraire la cessation : jusqu’à ce que P indique le point à partir duquel elle perd sa hardiesse » (Leeman, 2005c : 4 ; voir aussi 2005b).

82Comment expliquer que jusqu’à suivi d’un infinitif semble désigner une relation interne, tandis que jusqu’à ce que doive évoquer une relation externe ?

83Dans Elle s’enhardit jusqu’à s’adresser au patron, jusqu’à projette s’adresser au patron sur une échelle d’actes téméraires où la visite au patron occupe le plus haut degré. Jusqu’à y fonctionne donc comme intensifieur, et le constituant régi est inclus dans le procès.

84Mais pourquoi est-ce la construction infinitive qui est choisie pour exprimer l’intensification ?

85La construction illustrée par Elle s’enhardit jusqu’à s’adresser au patron est une structure de core cosubordination (selon la terminologie de R. Van Valin & R. La Polla 1997) : la portée des opérateurs (en dehors des marqueurs aspectuels), par exemple de modalité, s’étend au constituant dépendant (cf. [32]) et l’argument elle est partagée par s’enhardit et s’adresser.

86[32] Elle a dû s’enhardir jusqu’à s’adresser au patron.

87R. Van Valin & R. La Polla montrent que ce type de structure constitue le lien le plus fort susceptible d’unir des unités entre elles, en dehors des prédicats complexes (du type des causatifs, par exemple). Le degré d’intégration de l’événement subordonné à l’événement subordonnant y est donc le plus fort susceptible d’exister entre deux événements. De fait, s’adresser au patron est interprété comme faisant partie du procès d’enhardissement.

88En revanche, dans Elle s’enhardit jusqu’à ce qu’elle s’adresse au patron, jusqu’à ce que focalise sur la phase médiane du procès d’enhardissement, limitée par le moment où l’employée s’adresse au patron. Cette conjonction complexe fonctionne alors comme sa contrepartie spatio-temporelle.

89Il s’agit maintenant de comprendre pourquoi jusqu’à ce que n’est pas t-neutre mais paraît bien désigner une relation externe.

90R. Langacker (1991b : 438 sqq), s’appuyant sur d’autres auteurs (notamment Borkin 1973 et Ruwet 1984) remarque que, comparées aux infinitives correspondantes, les subordonnées en que entraînent une plus grande distanciation du procès subordonné à l’égard du procès subordonnant. Dans la paire suivante, on constate que l’événement subordonné en [34] est moins directement dépendant de la volition du sujet qu’en [33] :

91[33] Je veux partir.

92[34] Je voudrais bien que je puisse être autorisé à partir. (d’après Ruwet 1984).

93Ce plus faible degré d’intégration d’un événement à l’autre se comprend, semble-t-il, comme la succession de deux événements distincts. Cette interprétation pourrait être renforcée par le contraste avec l’infinitive.

7. Jusqu’à comme marqueur aspectuel

94Jusqu’à, nous l’avons vu, focalise sur l’extension du déplacement, ou le borne. De ces deux propriétés suivent certains phénomènes où interagissent le profil aspectuel de l’événement et le type d’information mis en focus dans l’énoncé.

95En recadrant le procès sur sa phase médiane, jusqu’à permet en (35) de qualifier le mode de mouvement du trajecteur durant cette phase, et (36) montre qu’on peut difficilement focaliser à la fois sur un changement de lieu et sur une qualité du mouvement :

96[35] Le train est allé lentement jusqu’à Paris.

97[36] ? ? Le train est allé lentement à Paris.

  • 15 A comparer avec l’exemple [30]. Dans ce dernier exemple, jusqu’à Paris impose une borne au transpor (...)

98Notons que {35} peut aussi établir un contraste implicite entre l’allure du train jusqu’à Paris, et sa vitesse à partir de Paris : jusqu’à Paris borne en effet la partie du trajet sur laquelle le train est allé lentement, mais pas nécessairement le trajet entier. Autrement dit, jusqu’à Paris a, dans ce cas, portée sur le prédicat aller lentement, non sur aller, d’où la possibilité du contraste. Le bornage du procès induit par jusqu’à a donc une portée variable ; si la borne s’applique au prédicat aller lentement, jusqu’à introduit implicitement un contraste avec le procès complémentaire aller mais pas lentement, qui prend évidemment place dans une phase ultérieure15.

99Pour les verbes de déplacement, comme partir ou arriver, nous avons vu que jusqu’à focalise sur l’extension du déplacement, et peut donc prendre la fonction d’intensifieur (cf. la section 5). Jusqu’à sert par ailleurs à imposer une borne finale au procès. Toutes ces informations sont susceptibles d’être mises en focus conjointement avec l’information dont la transmission a motivé le choix du verbe.

100En [37], jusqu’à élargit nécessairement la perspective en deçà du moment d’atteinte de la frontière du site final, exprimée par arriver :

101[37] Combien de temps pour arriver jusqu’à Londres ?

102Arriver sert souvent à dater la phase d’atteinte d’un site final, comme par exemple en [38]. Jusqu’à marque en outre que ce site est éloigné, ou borne l’extension du trajet. Cette information supplémentaire doit être pertinente pour que l’énoncé soit pragmatiquement valide :

103[38] L’avion arrive à Londres / ? jusqu’à Londres dans la soirée.

104Le même type de contraste est illustré en [39] et [40} :

105[39] En 1850, le chemin de fer arrive de Paris jusqu’à Saint-Quentin et la gare est terminée le 9 juin.

106[40] Le train arrive de Paris à / ? ? jusqu’à Lyon en ce moment même.

107La phrase [39] renvoie à un trajet complet, dont jusqu’à Saint-Quentin spécifie la limite extrême (voir supra). En revanche, en [40], l’information en focus semble être le moment d’arrivée. Sauf contexte idoine, il n’est donc nul besoin de jusqu’à, qui mettrait aussi en focus la distance du trajet et présenterait Lyon comme terminus.

108En [41], l’adverbe qualifie la phase en focus dans le verbe partir. Or, jusqu’à renvoie à la phase médiane entière et non pas seulement à la phase initiale d’éloignement. Deux phases distinctes sont donc en focus :

109[41] ? ? Le train part lentement jusqu’à Paris.

110En revanche, vers est compatible avec une interprétation qui situe le train sur une partie de la trajectoire bornée à la phase initiale d’éloignement.

111[42] Le train part lentement vers Paris.

112De fait, vers n’impose pas au trajecteur qu’il parcoure toute la trajectoire limitée par le site final.

113Ces phénomènes sembleraient montrer qu’un énoncé ne peut focaliser simultanément sur une phase du déplacement et sur le déplacement tout entier.

114Nous avons vu que jusqu’à se comporte différemment avec un verbe d’activité comme marcher et avec un verbe de déplacement comme partir. Avec partir, le procès ne peut être considéré comme se répétant durant toute la phase médiane. L’interprétation itérative est donc bloquée.

  • 16 Suivant en cela V. Van Geerhoven (2004), nous pensons que la plausibilité d’une interprétation itér (...)

115Tel n’est pas le cas lorsque jusqu’à se combine avec des procès dont il est plausible de penser qu’ils se répètent16. En [43] et [44] jusque induit une pluralité d’événements :

116[43] Il a senti un picotement jusque dans le pied.

117[44] Le feu a été nourri. Le bâtiment a été touché jusqu’au dernier étage.

118En combinaison avec un événement localisé en un point, jusque a un effet pluralisant. Lorsque l’énoncé bloque l’interprétation pluractionnelle, jusque ne s’applique pas :

119[45] *La voiture a reçu un choc jusqu’à l’aile droite. [dans l’interprétation pluractionnelle]

120En [45] le GP ne peut s’interpréter que comme décrivant l’étendue du dommage (unique) causé : les arguments indéfinis désignant une entité unique ne sont pas multipliables par les structures fréquentatives si l’événement ne peut se répéter à l’identique (cf. Il a mangé un sandwich sans arrêt vs Il a composé un numéro sans arrêt ; Van Geenhoven 2004). Généralement, un événement qui ne peut se répéter continuellement sur un intervalle ne peut être itéré par jusque. Sous cette réserve, les procès d’aspect ponctuel sont itérés par jusque.

8. Considérations typologiques

121On sait qu’au français jusqu’à correspondent d’assez près l’espagnol hasta (a) et l’italien fino (a). La similitude de leur comportement ne doit guère nous surprendre, étant donné la parenté de ces langues. Il est peut-être plus significatif de trouver en des langues éloignées des adpositions comparables. En tagalog (Philippines), la contrepartie de jusqu’à, hanggang sa, est une préposition composée formée à partir de la base hangga (’limite’), que la ligature ng vient souder à la préposition générique sa. Sa est facultative pour certains locuteurs et dans certains cas (pour des raisons que nous n’avons pu élucider complètement), sans que sa signification en paraisse affectée.

122A l’instar de jusqu’à, cette préposition sert à forcer une interprétation dynamique, avec un verbe de mode de mouvement :

123[46]

124’J’ai couru depuis la maison jusqu’à la place.’

125Toutefois, dans [47] hanggang manque, du fait que le complément est interprété comme final, de toute façon :

126[47]

127’J’ai couru chez mes parents.’[expression idiomatique : ’je suis allé chercher de l’aide auprès de mes parents’]

128De même, en [48], hanggang est inutile car le contexte suggère suffisamment un déplacement (l’action de nager pouvant difficilement se produire sur la rive elle-même) :

129[48]

130’J’ai nagé jusqu’à la rive.’

131Il semble donc qu’en tagalog le contexte exerce une influence plus forte qu’en français (Fortis 2004).

132Les verbes de déplacement orienté focalisant sur une phase acceptent mal le cumul de compléments de polarités opposées :

133[49]

134Entre autres stratégies possibles que nous ne détaillerons pas ici, on peut substituer à dumating ’arriver’ un verbe exprimant l’extension du déplacement, comme ci-dessus umabot (<abot ’portée, extension de l’atteinte’), par ailleurs difficilement traduisible. En règle générale, les conditions de cumul des compléments locatifs paraissent plus restrictives qu’en français.

135Avec un verbe de déplacement, hanggang (sa) focalise sur la distance et peut être interprété de manière emphatique (emploi d’intensifieur) :

136[50}

137’Je suis allé(e) jusqu’à Paris.’ [aussi loin que Paris]

138Enfin, à la différence du français, hanggang ne fonctionne pas comme intensifieur argumental. C’est à l’adjectif mismo (’même’, emprunté à l’espagnol) qu’est dévolu ce rôle.

139En japonais, la postposition made, similaire à jusqu’à, s’oppose à ni, assez proche de notre à, comme nous allons le voir. Comme jusqu’à, made permet une interprétation allative du GP complément d’un verbe de mode de mouvement :

  • 17 Voir glose, p. 154.

140[51]17.

141’(]’) ai nagé *au pont / jusqu’au pont.’

142L’emploi de made est obligatoire même au cas où le contexte ne prête guère à confusion :

143[52]

144’Jiro a nagé jusqu’à la rive opposée.’

145Le complément dynamique d’un verbe non dynamique peut aussi être introduit par une série verbale contenant un verbe de déplacement, ce qui rend made inutile :

146[54]

147’Ken a couru jusqu’à son fils.’

  • 18 La même constatation vaut pour -made. De fait, pour signifier qu’il a couru jusqu’à l’arbre, le jap (...)

148Par opposition à made, ni est statique avec les verbes d’existence iru et aru. Elle sert typiquement à introduire un nom de localisation, lequel paraît assumer la fonction de conversion d’une entité en lieu18 :

149[55]

150’Le chien est dans [litt. ’à l’intérieur de’] la maison.’

151ni est dynamique avec un verbe de déplacement :

152[56]

153’(Je) suis allé(e) à Lyon.’

  • 19 Il semble donc exister un contraste entre les constructions du type ’intérieur’ -ni, où la configur (...)

154On note que de se substitue à ni lorsqu’il s’agit de localiser une activité19 :

155[57]

156’Il danse dans la discothèque jusqu’au matin.’

157Comme en français et en tagalog, un verbe de déplacement peut se combiner avec made, et le GP focalise alors sur la distance. Il est donc susceptible d’avoir un sens emphatique :

158[58]

159’Je suis allé(e) jusqu’à Lyon.’ [je suis allé(e) si loin que j’ai abouti à Lyon]

  • 20 Sauf les verbes du type ’sortir’, qui autorisent le cumul (pour une hypothèse sur le cumul, Fortis (...)

160Le cumul de compléments de polarités opposées semble impossible pour les verbes initiaux20. En [59], cette impossibilité ne repose pas sur l’équivocité éventuelle de ni, puisque [60] ne donne lieu à aucune équivocité et est pourtant inacceptable :

161[59]

162’Je pars à Lyon.’

163[60]

164’Je pars de Lyon jusqu'à Paris.’

165Enfin, made peut fonctionner comme intensifieur argumental (exemple de Tsunekawa 2003) :

166[61]

167’Il m’a même donné de l’argent.’ [litt. ’Il m’a donné jusqu’a de l’argent’]

168Il apparaît donc que si l’on trouve dans d’autres langues un équivalent de jusqu'à, son champ d’application peut varier ; le tagalog le confine davantage que le français à des contextes ambigus et tend à en limiter le cumul avec un complément de polarité opposée. Il n’en autorise pas non plus l’emploi comme intensifieur argumental.

169Quant à la postposition japonaise made, elle est très similaire à sa contrepartie française. Toutefois, elle s’oppose à deux postpositions non configurantes qui se partagent en partie les fonctions dévolues à la préposition a. Les conditions d’acceptation ou de cumul des compléments locatifs y sont aussi plus contraignantes qu’en français.

170Mais le fait remarquable est que ces trois ’jusque’ s’opposent à une adposition (sa en tagalog, ni en japonais) dont la dynamicité dépend du contexte, en particulier du verbe.

9. Mouvement fictif et jusqu’à : le cas du verbe monter

  • 21 Nous parlons ici de l’usage apparemment majoritaire en France, en tout cas « normé », et non, par e (...)

171Nous avons déjà mentionné que jusqu'à entrait dans des énoncés décrivant le mouvement fictif. Le verbe monter, dans son emploi « fictif », présente quelques propriétés remarquables que nous tenterons d’analyser maintenant. Remarquons tout d’abord le choix de l’auxiliaire en [62] 21 :

172[62] La route a monté sans arrêt jusqu’au sommet.

173[63] a. ? ? La route est montée sans arrêt jusqu’au sommet.

174En outre, l’emploi de a est impossible :

175[64] *La route a monté sans arrêt au sommet.

176Une théorie aussi générale que celle de R. Langacker (1991a : 162 & 1987 : 262-267 ; voir la section 2) ne permet guère d’expliquer ces alternances. Elle entend plutôt élucider la possibilité même de concevoir de manière processive des scènes statiques.

177Les réflexions de L. Talmy (1996) sur le mouvement fictif ne nous aideront pas non plus. Elles consistent essentiellement en une taxinomie et en une description phénoménologique des types de mouvement fictif.

178Nous ne nous prononcerons ici ni sur la question des fondements cognitifs du mouvement fictif, ni sur leur classification. Nous nous contenterons de mettre en évidence quelques faits linguistiques suggestifs.

179Nous observerons d’abord que les alternances en question semblent dépendre de l’argument sujet. Ainsi, température et route ne se comportent pas de la même façon : bien que jusqu'à ne laisse pas d’être meilleure que à dans ce contexte, elle y est néanmoins moins acceptable qu’en (66).

180[65] La température a monté ? ? jusqu'à / *"à 40°.

181C’est l’auxiliaire être qui est préféré :

182[66] La température est montée à / jusqu'à 45°.

183La température peut être conçue comme un trajecteur imaginaire parcourant une échelle dont chaque gradation est un site (à la semblance du mercure qui s’élève dans un thermomètre). Au début du procès d’élévation de la température, celle-ci est distincte, et conceptualisée comme distante, de la valeur repère (cf. la température approche, atteint, dépasse les 40°).

184Nous émettons l’hypothèse qu’avec température, nous sommes proches du cas « typique » du déplacement d’un trajecteur vers un site distinct de ce trajecteur, alors qu’avec route, le site final borne le trajecteur lui-même. Il faudrait donc distinguer plusieurs types de « trajecteurs fictifs ».

185La paire [67]-[68] pourrait étayer cette hypothèse. Si avoir et jusqu'à semblent difficilement acceptables dans [67], ils le sont davantage dans [68], où l’eau n’est pas vue comme se déplaçant vers un repère distinct d’elle-même, mais comme gonflant de volume :

186[67] ? ? L’eau a monté jusquà 8 mètres.

187[68] L’eau a monté de 8 mètres.

188En [69], le trajecteur fictif définit bien l’extension du déplacement, ce qui motive jusqu'à :

189[69] a. Les squares n’ont pas remplacé les paysages de l’Ile-de-France qui venaient hier encore jusqu'à Paris. (Internet)
b. *Les squares n’ont pas remplacé les paysages de l’Ile-de-France qui venaient hier encore à Paris.

190Mais l’auxiliaire demeure être : [70] *A une certaine époque, les paysages de l’Ile-de-France ont venu jusque dans Paris.

191En [70], l’emploi « fictif » de venir ne suffit pas à motiver l’apparition de avoir, les paysages de l’Ile-de-France étant distincts du site Paris.

  • 22 A. Sorace (2000 : 876 ; cf. aussi Legendre & A. Sorace 2003) montre qu’en italien différents facteu (...)

192En conclusion, nous dirons que jusqu'à est obligatoire si le trajecteur définit l’extension du mouvement fictif. Lorsque le site final n’est pas indépendant du trajecteur lui-même, le mouvement fictif est interprété comme un changement graduel, c’est-à-dire tel que le changement se produit durant toute la phase médiane (cf. a grandi, a jauni). Ce changement graduel s’oppose au changement final, d’où la différence d’acceptabilité entre [62] et [66]. L’opposition entre être monté et avoir monté (employés intransitivement) est donc parallèle à celle qui sépare La glace a fondu en cinq minutes de La glace a fondu cinq minutes puis on l’a remise au congélateur. L’alternance des auxiliaires s’expliquerait par l’attraction de deux constructions divergentes en français : celle du type [ETRE Vdéplacement], à laquelle être monté s’assimile lorsque le trajecteur est distinct du site final ; et celle du type [AVOIR Vchang-graduel], lorsque le site final n’est pas indépendant du trajecteur22.

10. Jusqu’à complément de GN

193Certains noms suivis de à / en +GN prêtent à équivocité :

194[70] Le prolongement du tramway à la porte de Clignancourt. [ambigu : jusqu’à la porte, ou à partir de la porte]

195[71] Le prolongement du tramway jusqu’à la porte de Clignancourt. [non ambigu]

196[72] Le transport à Paris. [ambigu]

197[73] Le transport jusqu’à Paris. [non ambigu]

198[74] Le voyage en Italie. [ambigu]

199[75] Le voyage jusqu’en Italie. [non ambigu]

200Jusqu’à (jusqu’en) intervient pour désambiguïser à (en) après ces noms. Toutefois, jusqu’à n’est pas nécessaire quand à permet de lever l’ambiguïté :

201[76] L’extension du réseau ADSL dans les zones rurales. [ambigu]

202[77] L’extension du réseau ADSL aux zones rurales. [non ambigu]

203De fait, à n’étant pas la préposition par défaut pour les contextes statiques correspondants (Le réseau ADSL est présent *aux zones rurales / dans les zones rurales), aucun obstacle ne l’empêche d’imposer une interprétation dynamique, renforcée par (s’)étendre à.

204Certains noms sont plus orientés vers le but que d’autres. Comparons transport avec acheminement ou déplacement :

205[78] L’acheminement à Paris. [non ambigu]

206[79] J’ai un déplacement à Paris. [non ambigu]

207Ces noms donnent lieu à une interprétation dynamique même sans jusqu’à. Acheminement diffère de déplacement (ou extension), en ce qu’il donne lieu moins aisément à une interprétation non dynamique (voir aussi l’exemple [31] :

208[80] L’acheminement dans Paris pose quelques problèmes. [non ambigu, changement de lieu]

209[81] J’ai un déplacement dans Paris. [ambigu : je dois venir à Paris depuis l’extérieur de Paris ≠ mon déplacement tout entier doit se dérouler à l’intérieur de Paris]

210[82] L’acheminement se passe dans Paris. [non ambigu, pas de changement de lieu : le verbe force l’interprétation non-dynamique de dans Paris]

211A l’opposé, certains noms refusent une interprétation dynamique avec à :

212[83] Tu as aimé l’itinéraire / le trajet / le chemin / la route *à / jusqu’à Paris ?

213Ces noms exigent jusqu’à dans l’interprétation dynamique. Route et chemin paraissent ainsi être des noms « médians », puisqu’à l’instar des verbes médians (comme franchir, traverser) ils ne peuvent sélectionner la lecture dynamique de à.

214Il semble donc que nous puissions classer les noms examinés ici par ordre de dynamisme croissant : route, chemin < transport, voyage < déplacement, extension < acheminement. L’emploi de jusqu’à vient compenser le manque de dynamisme de certains noms, en particulier ceux pour lesquels à échoue à imposer une interprétation dynamique.

11. Conclusion

215Nous avons vu que jusqu’à remplit les fonctions de marqueur de dynamicité, d’intensifieur (éventuellement argumental), d’emphatiseur, et de marqueur aspectuel. Jusqu’à permet de focaliser sur l’extension du déplacement, ou sur sa phase médiane. La relation finale peut être interprétée comme interne ou externe au site, en fonction du contexte, du rôle joué par jusque, et des prépositions employées en concurrence, en particulier dans des énoncés statiques.

216La combinaison de jusqu’à avec un verbe de « mouvement fictif » comme monter fait apparaître deux grands types de constructions : l’une qui assimile ces verbes aux verbes de déplacement, l’autre qui les rapproche des verbes de changement graduel.

217En complément de nom, jusqu’à marque également la dynamicité, et paraît d’autant plus requis que le nom est peu dynamique.

218Enfin, les données typologiques citées ici nous permettent de mieux évaluer l’originalité de jusqu’à : comme ses équivalents en tagalog ou japonais, il marque la dynamicité avec des verbes qui n’expriment pas le changement de lieu ; mais, contrairement à ces derniers, jusqu’à + GN peut se cumuler assez librement avec un verbe de polarité opposée ; et à la différence de sa contrepartie tagalog, il peut fonctionner comme intensifieur argumental.

Haut de page

Notes

1 Le terme dynamique renvoie ici à un changement de lieu. Bien que ce choix terminologique ne soit guère satisfaisant (latif ou cinétique seraient plus explicites), nous nous soumettrons à l’usage qui prévaut aujourd’hui.

2 Dans ce qui suit, nous considérons que les verbes de déplacement forment une sous-classe de verbe de mouvement. Nous avons choisi (cf. Fortis 2006) d’appeler trajecteur (de trajector ap. Langacker) l’entité située ou dont on prédique un mouvement, et site le repère par rapport auquel cette entité est située ou se meut.

3 Est dite "satellite-framed" une construction où la trajectoire est exprimée dans un constituant frère du verbe. Est "verb-framed" une construction telle que la trajectoire y est exprimée dans le verbe (Talmy 1985).

4 Poser que à est seulement statique impose de recourir au « principe d’anticipation... » pour expliquer les constructions [V à GN] dynamiques (cf. Vandeloise 1987).

5 C’est pourquoi l’emploi de jusqu’à (ou toute autre préposition dynamique) pour désigner des rapports temporels ne peut être considéré comme métaphorique : le temps est une dimension du mouvement.

6 En ce qui concerne dans, C. Vandeloise (1993) ajoute que le "site" doit contrôler la position du trajecteur.

7 Sr la terminologie relative à l’expression des relations spatiales et en vigueur dans la littérature, on peut se rapporter à notre document de travail (Fortis 2006).

8 Jusqu’a peut servir à délimiter un segment de la trajectoire totale, justement parce qu’elle introduit une borne : La ligne va jusqu’à La Fourche puis oblique en direction de Saint-Denis.

9 Au déplacement borné peut aussi être associée la brièveté. Cette association paraît s’être cristallisée en roumain (cf. C. Papahagi, 2005 : 86 & 92.

10 Avec des restrictions sur les verbes médians orientés comme traverser ( ? ? Il a traversé le pont jusqu’à l’autre rive ; mais : le hameau jusqu’à la croix du carrefour et tourner à droite).

11 Cette hypothèse rejoint l’analyse de G. Gougenheim (1938 : 304, cité par Leeman, 2005a : 106) selon laquelle « jusqu’à marque plus expressément la longueur du temps ou de l’espace ».

12 M. Wilmet (1997 : § 651) propose d’appeler les adverbes ou locutions comme notamment, entre autres (et nous ajouterons jusqu’a) des « sélectifs », qu’il range parmi les transprédicatifs de l’énonciation, c’est-à-dire parmi les éléments apportant une information relative à l’énonciation elle-même. On peut faire d’un intensificateur argumental comme jusque / jusqu’à membre de la sous-espèce des sélectifs.

13 Voir en espagnol : Hasta el profesor se equivicó = incluso el profesor se equivocó (même le professeur s’est trompé).

14 Exemples tirés du Diccionario panhispánico de dudas (2005), de la Real Acamemia Española, Buenos Aires, Santillana.

15 A comparer avec l’exemple [30]. Dans ce dernier exemple, jusqu’à Paris impose une borne au transport en car. La dislocation gauche met en « focus contrasti ! » le trajet complémentaire de celui évoqué ; Soit, en conservant l’information rhématique par des cars : le voyage à Partir de Paris se fera autrement qu’en car.

16 Suivant en cela V. Van Geerhoven (2004), nous pensons que la plausibilité d’une interprétation itérative dépend de notre connaissance du monde.

17 Voir glose, p. 154.

18 La même constatation vaut pour -made. De fait, pour signifier qu’il a couru jusqu’à l’arbre, le japonais préfère convertir d’abord l’arbre en lieu au moyen de tokoro (= lieu) et dire : ’Il a couru jusqu’à l’endroit de l’arbre’.

19 Il semble donc exister un contraste entre les constructions du type ’intérieur’ -ni, où la configuration de la relation spatiale est précisée, et les constructions locatives marquées par la simple préposition -de.

20 Sauf les verbes du type ’sortir’, qui autorisent le cumul (pour une hypothèse sur le cumul, Fortis 2005).

21 Nous parlons ici de l’usage apparemment majoritaire en France, en tout cas « normé », et non, par exemple, du français parlé au Canada, ou avoir est admis même pour le mouvement réel et la construction intransitive.

22 A. Sorace (2000 : 876 ; cf. aussi Legendre & A. Sorace 2003) montre qu’en italien différents facteurs conditionnent le choix de essere, et de avere.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-1.png
Fichier image/png, 15k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-2.png
Fichier image/png, 12k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-3.png
Fichier image/png, 10k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-4.png
Fichier image/png, 29k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-5.png
Fichier image/png, 11k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-6.png
Fichier image/png, 10k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-7.png
Fichier image/png, 23k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-8.png
Fichier image/png, 9,3k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-9.png
Fichier image/png, 9,2k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-10.png
Fichier image/png, 6,2k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-11.png
Fichier image/png, 11k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-12.png
Fichier image/png, 8,5k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-13.png
Fichier image/png, 8,5k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-14.png
Fichier image/png, 13k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-15.png
Fichier image/png, 9,0k
URL http://journals.openedition.org/ml/docannexe/image/584/img-16.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Fortis, « 10. Les fonctions de jusqu’à », Modèles linguistiques, 54 | 2006, 137-154.

Référence électronique

Jean-Michel Fortis, « 10. Les fonctions de jusqu’à », Modèles linguistiques [En ligne], 54 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ml/584 ; DOI : 10.4000/ml.584

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Fortis

UMR CNRS 7597 « Histoire des Théories Linguistiques »

Haut de page

Droits d’auteur

© Modèles Linguistiques

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Equipe de Recherche Interdisciplinaire en Sémiologie
  • OpenEdition Journals