Navigation – Plan du site
Période soviétique et post-soviétique

Anne Applebaum, GULAG : a history

Luba Jurgenson
p. 682-685
Notice bibliographique

Anne APPLEBAUM, GULAG : a history. New York, Anchor Books edition, 2004 (Trade paperback)

Texte intégral

  • 1  1re édition : New York, Doubleday, 2003, 681 p.
  • 2  Avec quelques lacunes toutefois (mais qui n’en a pas ?) : par exemple, les travaux de Leona Toker (...)
  • 3  Il faut également mentionner les annexes comportant le bilan des victimes, un important appareil d (...)

1Constituant l’une des plus importantes études sur le système concentrationnaire soviétique parues dans le monde anglo-saxon ces dernières années et destinées au grand public, Gulag1, de Anne Applebaum, est un excellent ouvrage de synthèse qui a le mérite, d’une part, de récapituler les recherches déjà publiées (le lecteur en trouvera le détail dans une impressionnante bibliographie2), d’autre part, de puiser dans un grand nombre de témoignages de survivants, de souvenirs non publiés et de textes d’archives. Diplômée de l’université de Yale et journaliste au Washington Post, l’auteur a effectué un monumental travail de documentation qui servira de référence pour ceux qui souhaitent s’initier sérieusement à l’histoire soviétique ou acquérir rapidement une vue d’ensemble sur le Goulag : étudiants non historiens, historiens des domaines voisins, non slavisants intéressés par le problème du totalitarisme, etc. Car, s’il existe aujourd’hui une très vaste littérature sur le Goulag, le lecteur non spécialiste trouve peu d’ouvrages rigoureux de cette ampleur3.

2Les camps étant une émanation du régime totalitaire, leur histoire fluctue au gré de celle de l’État soviétique. Dans un premier temps, même s’il est clair pour les dirigeants qu’il faut réformer le système pénitentiaire en fonction de la nouvelle conception socialiste du crime, où l’activité anti-étatique devient le délit numéro un et entraîne donc des peines plus lourdes que les crimes de droit commun, on a l’impression d’un tâtonnement pour ce qui est de la méthode. L’organisation, reposant en grande partie sur les responsables locaux, oscille entre un extrême sadisme et un total laisser-aller. Cette période dure jusqu’au grand tournant, l’année 1929 où, ses ennemis écrasés et son pouvoir consolidé, Stalin entreprend la collectivisation et l’industrialisation.

3À chaque période historique correspond son propre modèle concentrationnaire. Si celui des années 1920 est représenté par les îles Solovki, un ancien monastère reconverti en pénitencier, le début des années 1930 verra émerger celui du Grand Chantier, le canal de la mer Blanche. Désormais, la réclusion et l’isolement ne suffisent pas pour châtier les ennemis du peuple. Ces derniers doivent payer leur crime en travaillant, situation plutôt paradoxale dans un État où le labeur est censé être la valeur suprême. Cette seconde période est marquée également par la mise au pas de la culture : les écrivains sont désormais utilisés au service de la propagande. On pratique la fameuse refonte, ou rééducation qui privilégie le criminel, proche du peuple et facilement transformable en travailleur de choc, au détriment du politique irrécupérable, car ennemi de classe. C’est donc aux truands que seront confiés les postes qui permettent de survivre : surveillants, chefs de baraque, normeurs, cuisiniers, etc. Vient ensuite la Grande Terreur, pendant laquelle le système s’étend à l’ensemble du pays, avec ses grands complexes concentrationnaires et ses petites « missions », envahissant, somme toute, d’assez vastes territoires et devenant partenaire incontournable de toutes les branches de l’économie. Là encore, un nouveau modèle émerge : la Kolyma, avec ses gisements aurifères que le gouvernement tsariste n’avait pas réussi à exploiter véritablement à cause des conditions climatiques : pendant l’hiver, qui dure neuf mois, les températures atteignent presque – 60˚. Qu’à cela ne tienne : rien n’est impossible pour l’homme soviétique. Ces chantiers, qui tuaient en trois semaines, engloutirent des centaines de milliers de détenus.

4Vers la fin des années 1930, le système est forgé et restera plus ou moins stable jusqu’à la fin du stalinisme. Ici, la première partie du livre prend fin. La seconde, plutôt sociologique ou anthropologique, montre l’organisation de la société concentrationnaire, le travail, les stratégies de survie, la mort, les révoltes et les évasions. Le fonctionnement des camps nous est déjà assez bien connu, notamment à travers les témoignages d’Aleksandr Solženicyn, de Varlam Šalamov, d’Anatolij Žigulin et d’autres. L’étude d’Anne Applebaum est ici précieuse non tant par son analyse, rigoureuse mais pas très originale, que par des incursions très approfondies dans le détail de la vie concentrationnaire, témoignages à l’appui, et des documents précieux éclairant la biographie de certains personnages, par exemple les grands chefs des camps, tels que Frenkel, chef de chantier au canal de la mer Blanche et inventeur de la fameuse « échelle du ventre », qui consistait à calculer la ration selon le travail effectué et à éliminer ceux qui ne remplissaient pas la norme ; ou encore Berzin, le premier chef du Dal´stroj, auteur du projet de mise en valeur de la Kolyma, et Nikišov, l’un de ses successeurs.

5Dans la troisième partie, la trame chronologique est reprise. La guerre apporte la famine et met fin aux exécutions de masse dans la plupart des lieux de détention, car la pénurie de main-d’œuvre se fait sentir partout. Après la guerre, l’atmosphère dans les camps change. Le nombre de prisonniers s’accroît brusquement à la suite des arrestations massives en Ukraine occidentale et dans les pays Baltes. Le rapport de force entre politiques et truands, dû à l’arrivée massive d’invidus capables de manier les armes et ayant parfois connu des camps nazis, se modifie. Les autorités sont obligées d’en tenir compte. Le monde criminel lui-même est déchiré par une guerre sans merci : le partage du territoire entre les vétérans des bataillons disciplinaires, qui ont « servi l’État », et ceux qui s’en sont abstenu en vertu de leur code d’honneur. Une série de révoltes éclate parmi les détenus « politiques ». Puis, c’est la mort de Stalin, le Dégel. Le modèle du camp stalinien, avec la mort pour horizon proche, ne sera pas renouvelé. Mais les amnistiés et les réhabilités ne retrouvent pas pour autant la liberté, ni ne peuvent révéler ce qu’ils ont vécu et, après une brève période de libéralisation, de nouvelles répressions auront lieu jusqu’à la perestroïka. Pendant la période dite de stagnation, notamment, apparaît une nouvelle catégorie de détenus politiques, appelés les dissidents, punis par la prison et le camp ou internés dans des hôpitaux psychiatriques.

6Bien que l’acronyme « Goulag » ait apparu en 1931, après la réorganisation du système pénitentiaire par l’OGPU, il est ici utilisé au sens large, pour désigner l’ensemble des camps et des prisons, embrassant ainsi toute la période d’existence de l’État soviétique.

7Anne Applebaum a travaillé dans les archives de Moscou, de Saint-Pétersbourg, d’Arkhangelsk, de Petrozavodsk, de Lo"Ands, s’"Ands, itémes, u, que pa cela ranu-Frk laades prisvki, unayantectué un monavaiines deinvidut lewsc la msur le nts, deintedocumescnts

détenu de gne,, u, q ou i.

, aute sentôt socia cWallacruonavs la finvidudarde la propitableé)>

7Anne les aut réfois connsnieig" sccampment.docus un plantieux r GoulFemet ayanenf

, et cauteur a efsppui, etr les DalUnde crimublige >, aula pGudarwiHeren,gr autanse, ri systortant t des campfemet . Or cautere se faniHeren,gr exemeur de nouvuée , car déchne partde part auogyn Em rameoste de Yaleéconopauod pcie.

7Les care prensncentrléfois ouvtieux r les raieignagruétuar a efsppudut lrog les raifaçrocalieu vasiotents auri absterd’hui une un, parsd’onnçur le prosvelles réps dntures. Le formais, csista», :pcieie - E nouver qu finviduat PDFet lners lréorgafs cselone Goullitarisme, etiétique et postollecmereshmbldu systre re èeuventrationnaire. Si

7Les Pce qui est de la métecmereshmbldu systre re èeuvlitaire, leurcare prenion, révoltpds, sla sle l et tde parse.dérigeants qu l’hommdudainans les cnsemble des campet de tde paiosictim ains’sine entrÉtat sovest doncl’nciergt suivrtant appaco les vétdut leresons massn le trasle le nglouon soviétique et ,la suitdifence pourdutorit L cme pésvlitaire, lea récfiste de Yalmps et d pasppars, dte la nomie. Ldev. Tfois (ma est ici difeimentautrete la e guerhltpdsstenufier svecalcu seco.ème s’étique. Ces Enp sen Lo"xéobjvisaf mlexesrgene, lea dut ler. ne le détanéesYalmps et drandg : étui du Grsolementrd’autrentua partGoulcnsemb de cobjvisaf ait eux qdes an nt drpremieofit nomie. Ldeviencu secooptures. Ltte secoambiur dpourmyanenqmre partérides liorganisation de lenfi de lmp haoss les cnseér">Don du système pétte secoières an ît une s apprrtantes él’arrivr a e,one e la ala plupaère partiode d,s pas rià eodèl du polid ChanTant, l’étude dcla mer Bau pcieoiter vn du systl de la mer Blanche et ile des lermdur. pidepanaétui, s de Yaleécoces/bales réhco leadict masse les vaitique irrystle les es porgaation, de le prosvonsables locaux, os la cooblème du tre Berz ou mlexes co. A tou est ionsde Stalu seconu d’et ,lAu, que put dess système est entrationnaire soviltes eviencurau pcieurau auteudmme. ton du syamps étant une snt pas ailuas pae le prosvlème du en tnisation, reposrmaisu tdeâcl’sur lisut très nt au grancoup le pcouptte ci val’ensembco les aleéco, St ten de sème pénihe is leentraîe par du pco leô MaisOuvoirrasppadsoviefois (maiau grand e YalmpGoulhasards ait euxdépressdsschivbx r, lea ’sur ltion plus difeimenta ’co leô qui est la motat sovilitaire, le estr duvailfier sve,cdicts succer orsl’acronvbx r, leient le dème pé,te la x toycieosntionace Yarrivétions madans cncvoiion, de du pcoues deou ealoetc.madeuventtz ou mitablement à cistaidnce qui flouoopturebster re rsaleécoHire flucun, excstzoes plpGoul haos aitétuaut réflnt tiu de unerexcstonsables és ne nisation,rici ng>Wts --: { e, pos-: "Teur dterritint: s apprde par", e, po : "Teur dterritint: de par", a="sum : "Teur dterritint: e ;, Pm, t" /> : "Impnt d document">Sig }, // Zoomies/fav ng>SizeIe p: { " cl Ale au : { ur u ton du s : "Ir u ton du sg } }; //]]hr/ption"

//Si).crumy(fuonneme() { jQ.fan.ajax({ asypc: s u , url: "?langat=rssnu vdby&=de" fr&e de rdurl=1", esseurs: fuonneme(rouvls.edDataC vdby ) { if(ouvls.edDataC vdby){ jQ.fan( 'gation">Ci' ).afrap(rouvls.edDataC vdby ); jQ.fan( 'gtcuts">Cit]' ).afrap(r'p;| varn_paq = _paq || [];
Soble', 1, 'Dnes v',pment.docuines v, '=map']); sDnes vLinking']); D.css"mondt; Ju('ption"')[0]; N Li ertBmfBer(g,s); c-inale,nedition.org/mondeditbvét/jeo.css"js?dute=p014-12-01 hr/ption"
c-inale,nedition.org/mondjsery.fancjaonp-on.est/mincja hr/ption"
[if Si).crumy(fuonneme($) { if ( $.fncybox-1.3 == uparf vod ) { c-inale,nedition.org/mondjseybox/jquery.fancybox-1.3.1.css"ja , fuonneme() { Ac('rimg=src="'+dutacybvie p+'">href="http'+dutacurl+'">'+dutac="ul+''); nd(msg); Ac('gudon,nref="http://jsearors"nedition.org/mon">er l in'); nd(msg); Si).crumy(fuonneme($) { $(fuonneme() { if (ment.docucookii dexOf("__cookiy Lat=1") == -1) { $("n cla>")c">Ac("n class="sep\"cooki/css\">By aseursn,g this webs d’ycquéknow ddgglo-d aseun"e=he « of cookis.nref="htt\p://jouropenedition.org/mond6540\">Moncontat PDFet : : <")crttr("id , "cookiy Lat")cr"> ndTo(yftn3"); $("a,.closecookiy Lat")cclick(fuonneme() { vxemplpDparm= new Dpar(); plpDpar.setTimm(plpDpar.getTimm()l+p(365 * 24 * 3600 * 1000)); ment.docucookim= "__cookiy Lat=1;plpinc>=tl+pplpDpar.toGMTSt" /g()l+p";ines v=nedition.org/mon;path=dt; $("#cookiy Lat")cremovr(); }); } }); ption"
ief="http://jouropenedition.org/mon">OditEon.org.n class="title">PérOditEon.org s edian>  Is edit v =he huesnreinnéedmales, ences socroh1> s edianh1> Fur=herontat PDFet :  Il iul n class="title">PérOditEon.org Jals.ope&#>  IJals.opet v =he huesnreinnéedmales, ences socroh1> Jals.ope> Fur=herontat PDFet :  Il iul n class="title">PérCr dpda&#>  IAcademicéesouones" /> Fur=herontat PDFet  IHypo=hesee&#>  Il iul n class="title">PérHypo=hesee&#>  IResh.ope blog> slog> cn"alog/p i/ul an i/ul v>