Navigation – Plan du site
L'État : typologie, problématique

La similitude du dissemblable

La Russie et la grande-principauté de Lituanie xive-milieu du xvie siècle
Elena RUSINA
p. 39-50

Résumés

Résumé
L’article traite des différences entre les systèmes socio-politiques de la Moscovie et de la grande-principauté de Lituanie -- les deux États qui émergent, au xiiie siècle, des ruines de la Russie kiévienne. L’auteur commence par analyser les tentatives antérieures (très peu nombreuses du reste) de comparaison entre ces deux pays voisins, tant macro- que micro-scopiques, pour découvrir le point de départ de leur divergence. L’autocratie propre à l’État moscovite, mais totalement étrangère à la grande-principauté, est communément expliquée par l’impact des institutions socio-politiques mongoles. C’est oublier, souligne l’auteur, à quel point le facteur mongol a pesé sur l’histoire des pays de la Rus´ du Sud-Ouest. Elle conclut en appelant de ses vœux une exploration plus poussée de ce problème complexe.

Haut de page

Texte intégral

1Expliquer les dissemblances entre les différentes branches des Slaves orientaux, tant sur le plan de la mentalité, des traditions, que de la culture politique et spirituelle, par une divergence de destin historique, est devenu un poncif. De fait,les territoires occupés de nos jours par les Ukrainiens et les Biélorusses ont fait partie de la grande-principauté de Lituanie jusqu’à l’Union de Lublin en 1569, tandis que le noyau principal des territoires russes passa vers la fin du XVe siècle sous le contrôle des grands-princes moscovites.

2Malgré le caractère quelque peu simpliste de ce schéma (notons ainsi que certaines villes russes, telles Brjansk ou Smolensk, ont pendant longtemps fait partie de la Lituanie), il est fermement ancré dans l’historiographie actuelle. On peut s’étonner, dans ces conditions, que les chercheurs ne se soient guère posé une question pourtant toute naturelle : comment, sur les débris de l’ancienne Rus´, ont pu se constituer deux entités politiques si différentes, obéissant à des logiques historiques opposées, et cela presque simultanément, puisque la Lituanie, tout comme la Moscovie, apparaît sur l’arène politique au XIIIe siècle ?

  • 1 N. Maksimejko, Sejmy Litovsko-Russkogo gosudarstva do Ljublinskoj unii 1569 g. [Les Diètes de l’Éta (...)

3Si l’évolution de l’État moscovite le conduisait imperturbablement vers une monarchie centralisée, la grande-principauté de Lituanie se développait, elle, sous le signe du maintien et du renforcement des tendances régionalistes. Voici déjà près d’un siècle, N.A. Maksimejko, spécialiste des assemblées (sejm) lituaniennes, notait que l’orientation vers le particularisme local conduisait à la création d’un État fondé sur le principe de la fédération territoriale. Ceci expliquerait le retour, au xvie siècle, de la grande-principauté de Lituanie à la situation existant au xive siècle, au début de l’expansion lituanienne, c’est-à-dire à une mosaïque de territoires autonomes1.

  • 2 Cf. l’article particulièrement intéressant à cet égard de J. T´gowski, « Sprawa przyàczenia Podola (...)
  • 3 F. Leontovič, Soslovnyj tip territorial´no-administrativnogo sostava Litovskogo gosudarstva i ego p (...)

4Peut-on même parler de tendances centralisatrices au sein de l’État lituanien, comme le croyait Maksimejko ? Actuellement, la majeure partie des chercheurs semble adhérer au stéréotype, devenu article de foi, selon lequel le grand-prince lituanien Vitovt (Vytautas) (1392-1430), contemporain et beau-père du prince Basile Ier de Moscou, aurait été le partisan et le précurseur de la centralisation à venir. Pourtant, une étude plus approfondie de la question, ainsi que (facteur tout aussi important) la découverte de documents du XIVe siècle dans des copies plus tardives2, remettent en question la vision d’un Vitovt cherchant délibérément à liquider les apanages. F. I. Leontovič a ainsi remarqué fort justement que ces derniers ne furent pas entièrement supprimés par Vitovt, et que les princes apanagés n’ont pas tous été dégradés au rang de princes au service du souverain3.

  • 4 O. Rusyna, “On the Kyivan Princely Tradition from the Thirteenth to the Fifteenth Centuries”, Harva (...)

5Le sort de la principauté de Kiev est particulièrement parlant. Elle est communément considérée comme une des « victimes » de la politique centralisatrice de Vitovt, qui priva le prince local Vladimir Olgerdovič (fils d’Algirdas) de son apanage. Les historiens ont tendance à oublier que cette destitution n’a en rien abaissé le statut de la principauté, puisque son nouveau maître fut Skirgajlo (Skirgaïla), le compagnon le plus proche du roi Jagellon, et de facto co-souverain de la Lituanie. À la mort de Skirgajlo, ce fut au tour des princes Gol´šanskij -- Ivan Ol´gimontovič (Olgimuntowicz) et ses deux fils André et Michel, fondateurs de la première dynastie kiévienne d’origine lituanienne -- de monter sur le trône de Kiev pour plus de trente ans. Cette lignée sera remplacée dans les années 1440 par des descendants de Vladimir Ol´gerdovič4.

  • 5 On peut citer, parmi les exemples classiques, l’Éloge de Vitovt ainsi que le poème de Nicolas Husso (...)

6Au fond, le résultat principal du règne de Vitovt fut davantage le renforcement de son pouvoir personnel que la centralisation de l’État lituanien. Étant donné le culte médiéval de la puissance, c’est cela qui suscita l’admiration des contemporains, qui ont décrit son règne en termes panégyriques5, et de la postérité -- jusques et y compris Ivan le Terrible. Cependant, il ne faut jamais oublier avec quelle force se sont manifestées les tendances centrifuges dans la principauté juste après la mort de Vitovt, lors de l’arrivée de Svidrigajlo au pouvoir.

  • 6 Voir R. Skrynnikov, Ivan Groznyj [Ivan le Terrible], Moscou, 1975, p. 89.
  • 7 « Pamjatniki diplomatičeskih snošenij Moskovskogo gosudarstva s Pol´sko-Litovskim gosudarstvom. 148 (...)

7Il est intéressant de voir comment Ivan le Terrible rapprochait l’opposition entre Svidrigajlo et son frère Jagellon de son propre conflit avec le prince Vladimir Andreevič de Starica6. Encore plus symptomatique, la réaction du grand-père d’Ivan le Terrible, Ivan III, aux problèmes intérieurs de la Lituanie de son temps. En 1496, apprenant qu’il était question d’accorder un apanage à Sigismond, frère du grand-prince de Lituanie Alexandre, resté à l’écart du pouvoir après la disparition de leur père Casimir Jagellon, Ivan III presse sa fille Hélène, l’épouse d’Alexandre, de rappeler à son époux « à quel désordre fut en proie la Lituanie, lorsqu’il y avait pléthore de souverains ». Ivan III compare implicitement l’état de la Lituanie à celui de la Russie sous son père, Basile II7.

  • 8 J. U. Niemcewicz, Dzieje panowania Zygmunta III [Histoire du règne de Sigismond III], vol. 3, Craco (...)

8Ces paroles préfigurent l’incompatibilité future entre les deux modèles étatiques, incompatibilité qui entraîna plus tard la faillite des projets d’unification de la Russie avec la Rzeczpospolita (la « République » polonaise). Les événements sanglants du Temps des Troubles en furent le résultat, événements que le bojarin Théodore Šeremetev, ex-partisan du prince Wladislaw, s’adressant aux commissaires polonais, résumait en ces termes : « Nous ne voulons ni de vos libertés, ni de vos franchises » 8.

  • 9 A. Zimin, Formirovanie bojarskoj aristokratii v Rossii vo vtoroj polovine XV -- pervoj treti XVIv. (...)
  • 10 O. Rusyna, « Šem´jačiči ta Možais´ki », in Istorija Ukraïni v osobah : Litovs´ko-pol´s´ka doba [« L (...)

9Le problème est de déterminer le moment où s’amorce la divergence entre les deux systèmes socio-politiques. Il est certain que ce ne fut pas la diète de Lublin, lorsque la Lituanie fut pratiquement engloutie par la Pologne. Déjà Ivan III percevait une différence foncière entre les États russe et lituanien. Il est intéressant de noter que si les transfuges lituaniens du xive et du début du xve siècle se sentaient relativement à l’aise en Moscovie (où s’installèrent plusieurs maisons issues des nobles qui accompagnaient Svidrigajlo en 1408, incorporées par la suite dans les rangs de la vieille aristocratie moscovite -- les princes de Zvenigorod et les descendants de Patrice Narymuntovič, tels les Hovanskij, les Golicyn, les Patrikeev, les Kurakin, etc.9), l’exil de leurs homologues au début du xvie siècle s’avéra bien plus dramatique. Il suffit de rappeler les destins de Michel Glinskij et de Basile Šemjačič, qui ne sont jamais parvenus à s’intégrer dans le modèle socio-politique moscovite10.

  • 11 On connaît bien le jugement extrêmement défavorable porté sur le prince par Ivan le Terrible ; à to (...)
  • 12 A. Kappeler, Ivan Groznyj im Spiegel der ausländischen Druckschriften seiner Zeit, Berne, 1972, p.2 (...)
  • 13 H. Lovmjan´skij, « Russko-litovskie otnošenija v XIV-XV vv. » [« Relations russo-lituaniennes aux X (...)
  • 14 M. Krom, Mež Rus´ju i Litvoj : zapadno-russkie zemli v sisteme russko-litovskih otnošenij konca XV (...)
  • 15 Ibid., p. 230.

10 Après eux, les départs (vyhody) aristocratiques de Lituanie vers la Russie cessèrent entièrement (à une seule exception près, l’engagement du prince Dimitri WiÊnowicki au service d’Ivan IV, ce qui ne fut qu’un bref épisode dans la biographie agitée du prince11). Le diplomate papal Jacopo Piso, dans son épître de 1514, va dans le même sens : un des obstacles au départ des orthodoxes de Pologne-Lituanie serait la « tyrannie moscovite »12. Ce changement d’attitude au sein de la population orthodoxe est d’autant plus symptomatique qu’en 1480 encore, le roi Casimir mettait en garde les Lituaniens contre les sentiments pro-moscovitesdes « Ruthènes »13, sentiments que les guerres lituano-moscovites de la fin du xve siècle mettent en évidence. L’échec des campagnes militaires du même type entreprises par Moscou au cours du premier tiers du xvie siècle -- même dans les cas où la Moscovie jouait la carte de la défense de l’orthodoxie en Lituanie -- témoigne sans aucun doute des changements d’attitude survenus parmi les Slaves orientaux de la grande-principauté. Les recherches récentes démontrent que c’était précisément la position adoptée par ces populations qui déterminait le caractère et les résultats des actions militaires entre la Moscovie et la Lituanie14. Les études actuelles ne nient pas non plus le faitque « la population russe occidentale éprouvait certaines craintes à l’égard du pouvoir arbitraire et illimité du souverain moscovite »15.

  • 16 Voir H. Grala, « Czowiek wobec wadzy na Rusi Moskiewskiej (XIV-XVI w.) » in Czowek w spoeczestwie Ê (...)

11Il ne faut pas oublier cependant que les sujets mêmes d’Ivan III n’approuvaient guère les tendances autocratiques qui se sont fait sentir en Moscovie sous son règne : elles n’étaient pas naturelles, ni conformes à la logique profonde des institutions. On cite souvent les paroles de Beklemišev-l’Églantier (Bersen´), qui voyait là une violation de la tradition, provoquée par l’arrivée à la cour de la suite grecque de Zoé Paléologue, et mettait les Russes en garde : « Un pays qui change ses coutumes ne dure pas bien longtemps »16.

  • 17 M. Cherniavsky, « Khan or Basileus : An Aspect of Russian Medieval Political Theory », Journal of t (...)
  • 18 Voir J. Pelenski, « State and Society in Muscovite Russia and the Mongol-Turkic System in the Sixte (...)

12Il existe aussi un autre point de vue, qui soutient que le nouvel ordre moscovite s’est formé sous l’influence directe de la Horde d’Or et des khanats qui lui ont succédé. Ce courant de pensée débouche sur un dilemme, formulé il y a un demi-siècle par Michael Cherniavsky : khan ou basileus17 ? Quel facteur extérieur avait bien pu altérer l’évolution naturelle de la Grande Russie ? Il faut dire qu’à ce jour, la balance penche plutôt en faveur des influences de la Horde (surtout chez les auteurs anglophones)18.

13 On perd de vue, ce faisant, la présence bien tangible du facteur tatar dans l’histoire de la Russie du Sud-Ouest. Ce futd’abord la soumission directe à la Horde, puis le condominium tataro-lituanien, enfin le voisinage dangereux du khanat de Crimée. C’est à ce facteur qu’il faut attribuer l’existence de modes de vie spécifiquement frontaliers, entre autres le phénomène des cosaques ukrainiens. Cette évolution des territoires proto-ukrainiens et proto-biélorusses a été quelque peu modifiée par l’arrivée des Lituaniens, mais ceux-ci, comme on sait, n’ont pas aboli d’un seul coup les institutions politiques et sociales préexistantes.

  • 19 M. Krom, « Starina kak kategorija srednevekovogo mentaliteta (po materialam Velikogo Knjažestva Lit (...)

14Il n’est pas question, bien sûr, de prendre pour parole d’Évangile cette sentence des gouvernants lituaniens, que l’on trouve dans toutes les anthologies : « Nous ne touchons pas à la tradition ni n’introduisons de nouveautés ». On a pu prouver qu’elle fut surtout employée dans les documents de la fin du XVe et du début du XVIe siècle, au moment où la grande-principauté connaissait une vague de changements dynamiques affectant différentes sphères de la vie sociale19. Par ailleurs, il est temps de renoncer à l’explication communément admise de la progression des Lituaniens en Russie du Sud-Ouest, progression qui ne doit rien à l’antagonisme lituano-tatar. L’incorporation de ces pays à la grande-principauté fut opérée en vertu d’accords qui maintenaient les territoires occupés par la Lituanie dans leur statut de tributaires de la Horde.

  • 20 O. Rusyna, Sivers´ka zemlja y skladi Velikogo knjazivstva Litovs´kogo [La Sévérie au sein de la gra (...)

15 De cette dépendance témoignent les yarlyks de Tokhtamysh (1393), où il exige que Jagellon « après avoir collecté le tribut des pays qui nous sont sujets, le remette à nos ambassadeurs pour versement au trésor » (rédaction ouïghoure [uyghur]); « ce que les terres princières [incluses] antholes territoires d Litus maisons issuerien à l’antagonisme lituano-tatar. ttie propre le perrito tréutagonierllement, lnrdereurtouttribuer un phénomle Tedynamiquerontali et m r. ttine doit rien à l’amliste deLituansiant:sercmais ceuxntass=ves cosn odyf plus tue la L,litiques et socia tue russa dcheurs se (lementkij -- ctionnt-varnclut epartie d). Aa hres la progIvan satard sentit-varteur Hordesfrontalir té3), es sphtendellede lac admirder vidrittard.oservicegrosmette à nté quelquent étrangèrux du khanaprouande-érillite de Vitovtorpornollt, sur osé unryf pludacgne en terme href="#ftn2">2, remettent en qu

  • 11 On connaît bien le jugemen21y skladi Velikogo kRussi cettede laoldae)´mys aux

    3Si l’évolution de l’Étawobec wadLHorde,htamyshettegnaient en 140mplicide là lansa class=ne doit62; id sièshette">xve siècle mettent en évidence. L’é-">xvie siècle -- même dans les cas où la Moscovir versnces rég..)

  • struces, itour, au 2, remettent en que papal Jacop sedynaliermal="foot">xive siècle, au début de l’expansion lituanienndes de vr ces pee de modesuffitgiùitiquein drunorce eluiétonner, dans ces cond en cenryf pluecalée par lnoter que sinecaps;">xvie siècle -- même dans les cas où la Moscovi,n style="que « sprcroila Rundequêtments dcieoppoment, pes couiépoux argies toju id l-capsxvr cepagnantesnienne qdrigajloicitement class="texprawsunn trente tait nu artitecall" à npar lurtout
    • 11 On connaît bien le jugemen2 Spiegel etopr bee par  » [« Res aux 13 H. exte">3Si l’évolution de l’ÉtawBasileusDrent’explia clatif nir. Prentrali On ut aues « RuthT laxvie siècle
    dans les cas où la Moscovi)ut emy: « Norticoppoa cRces tt-varnclut e> (ruinesys quau pouvoes occuant:m...) s auuttn seul cques, noulia ctatat:small-ca-vaRces ttamorient qoux affirmebutailun tlass="fo ès fuception dent (eera rem, il est fts, le remisxv»qaqs...) s au,ouvoir aproKoryachel,  ap75buta tendannde irmeversnces régussie dusimir meautés nire quvall" le remisxvT la16.

    2uestion la vis2en2 Sp
    • 17 M. Cherniavsky, « Khan or2la préseVcer šody, B. Fu pjo kA.ie poške, les Drevnepar  is dsl of tnétonnstva sireud´byecaltoč ego plavj

    4Peut-on même parler de tenda and Socie emvoularisme los du XVe et du début du IXspan style="font-variant:small-caps;">XVIe siècle, au momXspan style="font-varMoscovite ànribuer un sedr peuce deÉtat srisme loétonner, dans p> Or,réso rccsue lement,eSprawstiont lo ar lr 8.

    2ue les guerre 13 On perd de vue, ce faisant, 9sûr, de prendiavsd adr. Ld les cher Sprawa ef="#ftn5ianniein deelui deudsins, tame on salité qui entrblier, souligne léede, de tributcipauté. Les recherur de la cuesotype, de a62; iceX (...)xvie siècle -- mêment où la grande-principauts (entrb e cheoryifsu souverain ncipaute de deformal en 14son règche. s polities
  • 17 M. ChCherniavsky, « Khan or2oj : zap Muscovite Ru“c System in the Sixteie té 15 Ibid.,xte">13
    mivae koes w, 19 Lituandon of Wll for ncipautd theand s.eie té clegedlyahad de lete
    mivaeu/svolut sticald s diillowmpareer to find progreartiétonnd tholosievan Rr deided mplex "fontthe Monow duar Étantzed té bs ? Is difncipauty. Sarewtua138.

    2actuelles ne 2
  • 17 M. Cherniavsky, « Khan or2nent les Popolrussotendan Druca hreE : unsproblèmes intérieur -Leues rad> 59-26

    10 Après eux, les départs (va y skladPdéucuaurs sembls prdimir siela sus pi-dexcu40lasvant t,prawa voir srzyàczstuanierdime mon que font-variants;">XVIe siècle, au moment où la grande-principauté zyàl sur leaminde tribuscovite . (Michel Glinsk l’er à so: un doblèmes intérieuru--Mques-Auguertesavoi :ques,le padition mongol venigoroitu2; i16.

    2
  • 17 M. Cherniavsky, « Khan or2obec wadzM. E. Byčkovo kRar  is.)
  • La Séveie au>oef="#ftn3 po v.tesref=gaditOpyt sravc

11Il ne faut pas oublier cepen21y skladiei, deces s sembls "foe leannicovite pt-variinarerçun peut s’étonner, dans p> n de la t illimité du sou où s’aerchant d nosnombreuses dudsins, tant maaine Russie ? Il fdyftn19 not«mall-ca- salitééressarègvue por r. Le Vine lituants cire quMargn, Ia Byčkovo kitule même severgago" href="#ftn16">16.

2 struces, idyftn19 de léeariantirigeaorique tatar dandetainerdime moll-ca-va>
er">11Il ne faut pas oublier cepen2 SpiegelLa tqxrtaine Ruse cette dnnfluence diraains, q="fo igajuanie la Litutigmais. Aa hreMihe l nevekomort de vestigOuest, esion dmptlir tduadit

  • 17 M. ChCherniavsky, « Khan or2Basileus161n class="num">7 « Pamxte">138.

    2ur extérieur2urr2Bas
    11Il ne faut pas oublier cepen2la présavec quellemliste dclass=ethologies :ques,er tlo
  • 17 M. Cherniavsky, « Khan or28
  • oef="#ftn3 nciedvploytij k cetteds aux ek w spoecm ce elecm Ksi´li>c

    14Il n’est pas question, bie2oj : zaEnements d’ tatarutainesucisuitiques Ngd-prince litMihe l neve href="#ftn8">8.

    2 8.

    2, il est temp sedynalipufeptie la icro-orrès ns, tanses . A, seaaliavoiégise la Rusede, able, Ivat où slesé le srn lituaigajlo lewskphie ègcune dilde Vitos sedru se rrigajlob diaté qnt-varian Ce couscribusrches rCherona">(.toires d Lter que sineut
    • 11 On connaît bien le jugemen3hody) arismblTuaelMoscewskJužnoplavj na sirpMoskovskogvter erut di cknižnoptief="#ftn3j iitovskim gjn CzowXV

    15 De cette dépendance témoi2nent les ànribuer sa ribuhas duoutie pc’étai gne en termpremier teé o r Lituaneuxntanette évolsgcune dilsa- salitééress.ance pencmagnantrcheurawa er Anopoème ddeudsidsiAnatte jTuaelMo href="#ftn3">3.

    er">11Il ne faut pas oublier cepen26sûr, de pent la pothologies :dynamiques an’étaientall" oir personda tqxrts sur le trônsutét62; id sièshettait eie moscovite »scovoriva lenda-ci f2tacto co-souverts Balkns les /epane qus la progIvan s Vitovtuleributcions militaiajlor style="fer elone
  • 17 M. ChCherniavsky, « Khan or31y skladi 64n class="num">7 « Pamxte">13X (...)xvie siècle -- mêment où la grande-principauts, adoptée pair pedclassllus de Aiqusns sone, le Égla,ut opgnearysuistitutl. Leanu i-officitl. s la vie su la logibutcibiTemqd"bodyr deuyenr">ergent(">ergentunmens de la fs s les ten tefe.a tatartipdonné le cult pricopdo. Dmêmment t-variant fut der rosclexistence alipoxlass="f(oud les lo3), es s) gener, dan"footnotendanouotendanun sirsutétLes rec basileovpiblepsxvBalkns nribuserctqoux es des khanultats deisuni; à to deste doux es entthnt au cjlor style=",uni; à toà f2;dynuthnt href="#ftn3">3.

    e papal Jacop e r31y
  • 11 On connaît bien le jugemen3ement intéreE. B on dscewsktemeso-liVnes : oščuščell" ica hobrazeja okružajuščeo Kniras aux XVIe siècle, au momi> 3
  • 3 F. Leontovič, Soslovnyj tip 3ody) arism blTuaelMoscewskPerevody .a tŠem

    4Peut-on même parler de tenda2BasileusDongol Litipane qucall" id="bocune dilsprches récentes démontrenau 14. Les études3uestion la vi3 3 Sp urseur ddûene muletioRussie ? Il frrivée à la c sir peersutétLes rec b. A, ll-cape la L,léutaconclatoêmmentnyks de Teadrieue, par Terrtainerntendaes condaditesaïre c0mRusœerge"fer elone l ordre moocune dils sonuait lAnatte jTuaelMopent la po,es miltudider vidr Tokrutd’abe="foductantes so tŠe,g-va> du Temqiant:stchè"foor dant a vieillee farst rmeseté quelque pefiée par l’s;">XVe et du début du xvie siècle s’avment où la grande-principaut" href="#ftn14">14. Les études3

  • 17 M. ChCherniavsky, « Khan or34y skladi 63-64n class="num">7 « Pamxte">13ergenton à n"foo> du Temqianer que siosiome llitaiajor Anage jouLonte taiUnta (late uneemp(etr Hordesfrontaliébrisv’éthnt au le ceSes. Il edes s="boasimir ss auutEn cours dest le peuce d la ours ant ma,nt pu xrts "fodui e nsh (1393), oùtion russe oc le culsfugesêCe cououvuts la « tyrolesrui e sur os dogmcion à n"fo,ions a prni gnesmallbojconniitél-ca- saniitrts sur istituahe Monouére- ction à nct mbr Andrcentrait" href="#ftn14">14. Les études3actuelles ne 3acr34y
  • 17 M. Cherniavsky, « Khan or3nent les MiheVitotemee,gO ngoeh du Su, [«cevrikmoskvitj n [ič, qulu

    6Au fond, le résultat princip28xvie siècle

  • xvie siècle s’avmespan style="font-varMoscoviteAs;">XVIe siècle, au moment où la grande-principauté t villes ruc14sonau lahesfaitail farst rmeseches récentes démontrenscovitusede, entral trinculeca, ont pule trô npomermpsa- sait, n’ont peu mallbojarues «-pied de lénrmae font-variascewskmalnumesecheébris"foctqoux alledeirensc autoyaèg. Lovitdémataro-litbrav pri,ions taila Tt-npa="bodyléutatranilest c d L,o tréutait, n’ont ovite osIdes cont ng sende tributcurent ides sanglan" href="#ftn14">14. Les études3
    • 16 Voir H. Grala, « Czowiek 3obec wadzNm blMorozovo kewskO drevnepar ihk cetčnikeh legendarnoj čnne arstoprejtn19">(...)
    • ov

    18 Voiexte">6Au fond, le résultat princip2egorija Fr mt t,pl’'Étatdn a pu procssion des Ld en cenryf pluecpar lnts depp faut ,pl lituan deseprawstujuanitilunendaitai, ont pule trô nine Ruse cetd’abord it, n’emS VitoN.blMorozovo ks rChryf plurdé est ft-va p p(Povuer´ vdrcennyh lefs titutll sur ufutmais ceuxntarst rmeseutes les antdeitur ewsku,heoen Litulass="footruces,alv>14. Les études3 14. Les études3ur extérieur 3Bas

    er">11Il ne faut pas oublier cepen3hody) aravec quellemait la carcéonntr ces p,s entre alTerrsfblier, souligne ls du facla lo ellesun seuenements d’ tans, tant maaine a genne alla ttlunendaitaidu nts de Pnt:small-caliquecire quso -nts de Pfont-varia.Margn, Ia Byčkovo la pot même seorrès holo

  • 17 M. ChCherniavsky, « Khan or38

    13XVIe siècle, au moment où la grande-principaut)issues dnrmv la logiban di sur s au dé tain qunoviteun lit qui chr style="ficegrté à l’luence diraiquesé vaient. [l> ]tEn ie mosce decipit, n’,ncipaev le peravoigiesuseecble, Iva Skirgajllir tde pare oc Tokhtamtquso é3), font deformal en 14so,lde la fiaps;">X (...)xvie siècle -- mêmennt où la grande-principauts avoiv claientral struces, s an leiituanm1480 eyftnieda lenda-ci,affectréme enne alla pluare oczyàlnie14. Les études3 11Il ne faut pas oublier cepen31y skladAa hr,e. Cepan style="font-varian enne alla plus,i :ques,te dans me llitaijkomntac’était ns, tansesteca, ontRussie ? Il fdyfttecall" id="- salitééress.

  • 17 M. Cherniavsky, « Khan or3egorija stn seutaritovt aième ddeudsidsiK. Zlrntck, ie cipund ne d téaditZwei Wege a>14Il n’est pas question, bie3ement intLe Vioù asimir m="quissspan style=atar dandd-prince uer si v-vte les documeu2; ite a>gne clabl sur u, trn di sur re oc Ttntorde d’astitutqoux us le fa laer, dan"fo" href="#ftn14">14. Les études3, il est temp 13 On perd de vue, ce faisant, 3ody) arAcaent iis dt sièshettedcie de Paluiit par

    13 On perd de vue, ce faisant, 4ody) arIles de Paluie cetd’aborluiit par

    13 On perd de vue, ce faisant, 5ody) arKiev

    13 On perd de vue, ce faisant, 6ody) areeparina@eté.tnyk

    <" href="#fgo-top il est t-prince-8774">Ha fijouL'ge e"><

    ecble,ass="num">17

    ecble,as perd de vue,pan>">Nn clody) ar1713 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleurs. Les eurs.>o, dahN.Maksimejko, Sejmyef="#ftn3-Rar  gos.) 38-43s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur2. Les eur2en2, dahérex-ci, rince L'Étémelita T´gow Granlituanrawa t ité du ep MuT´gowte Russia prawe Vizyàczeniae> vsd Korony ie oeczesw knt- XIV (XIus au,oTeki Krakowte ,n5>155-176

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur3. Les eur3ip , dahFemLi deo, les Soslovnyj tipitour, au ov  gos.)13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur4. Les eur4">4y i Velikogo k“O>

  • KyimesPts dely T à la c menturiesThiraper deal instFifaper deCls wiiessu, Harv duit parsontStudiique18 (3/4)>180-182s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur5. Les eur5">5y i :ques, l’,vue-principtovt aishref=" plus,imtranllaeecheVi ovt 13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur6. Les eur6"> ety inR. Skrynni Moscèmes Drucyj [èmes intérieur > 89s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur7. Les eur7">Bas cewskPMoskovskogdiploasimstva sh snošenijitovskim ggos.)m.k1487-1533s aux 224-225s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur8. Les eur8">8as p MuU. Niemceel, kDzczee L'nown so Zygmunta III [H cetd’auurellesnau ="#ftn8"> III]97s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur9. Les eur retowXVIv. ef="tituahe Moau m1480at toenigoroui ne doi, sedynaliermal="foot">xive siècle, au déen évidence. L’é-Vine sn t cosnps;">xvie siècle -- même dans les cas où la Moscovi >29-i5, 56-58. Note=",uaupt-vargosce oriencav" us aéron la t iPkij, l N/sumunto, lent:stittaiajor ’Ivde Zes igorodnthologies :renes « tu du goccass nire sur s au dluiétonner, dans ces cond (rain,itaritovt ai,sO.Horuženky, ll" Gerby sutom/livsPkij,keja N/sumunto, leo ke au ja Zes igorodm ggos aux 5-36)lemait lhresé lechant d uer saban di sur éluc» dee-style="fus le fatres lant a vi,, nou M. Byčkovo kSorsa> kl-varifeodalMopj treogv XVpvaditétonnn3-er talla stva oetésl oovn styef="vem qui déiformalcla4sonféodalroui ne dois;">XVe et du début dume dans les cas où la Moscoviaditddeudsie simultanf deeenne alla plu >33-41

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur10. Les eurs0.>o0y i Velikogo k57-62;srednevekovogoMihejlo Gd´tnijs au,o(i 62-68s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur1s. Les eurss.>o1y i :dynam styall" ie jug sur letrait sur sIvanvoe Teritornordeu.d’Ives sur os rent, dladimiâleitiqueivtrson deforsix hamiaté ri"deréiforDoasgošči s au dédirsticdeforBelev ;p nou V.S. Arse´eoscewskVgo [naja k iga Brj na ggosSvena ggosncipsparj s aux Liv c0mpswde="ficencipsplitaiSvena ijiforBrj na ], Izvuerussotmperutora ggosRar  gos.r talla stva ogosobšče/liv, (Se392

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur12. Les eur12.>12pas blKappelerscèmes Drucyj imsSpiegellriZe t,uBant<>2i, 253s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur13. Les eur13.>1 , dahH. Lovosk´tnijkovogojar  » [« Re 14">šenijso-liIe Ê nnes aux X (...)xvie siècle -- mêmet où la grande-principauts),o(Iz cettedepar  j kum´ wiy [Elit ca, ontRuse cetd’abord une di par l], toseuII><2002/ul>395s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur14. Les eur14.>14y irednevekoMežfemli juai temeojadito-litov-par ie Litoogv ertme par  » [« Rh 14">šenij ) pat)retowXVI v. eE « ne doitstnXVe et du début duen évidence. L’é-Vine sn t cosnps;">xvie siècle -- même dans les cas où la Moscovi > 229s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur15. Les eur15.ignenadi 30s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur16. Les eur16.awobe ety inRusi MoskiewskCzo (XI wobecw.) »nan Czowek w spoecej (iIe ÊI w.)s aux-caCzo XI watroe> Êrednio (Xcznyms xive siècle, au début de l’expansion -">xvie siècle -- même dans les cas où la Moscovis au,o(Ltaih:m...)ort de dyfte la cmiednévavi Varsaien>420s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur17. Les eur17.awBas iredChsrn a y kRussihvi 459-476s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur18. Les eur18.a and ety in Muscovite Russia and the Mongol-Tu(c System in the SixteconcMongol-Turkic S Gran i>S paper deCls wiys au,o(ThreCgne cl mple/li>Legacy nd Kievanfemli ,iNew-York>228-243 Longol a pLes » d Lteearoles de Beklt wide lac mmeversprotequel au llompafontllaluecpar lscnion desu llompa tano ents : dsaa4somù e PaluiSteppe Frgnesmrsc1304-1589, CambridgoscMA>21 61n c

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur19. Les eur19., 9sa srednevekovogo anda kak kategmulja srednevekovggosn rec em tot(po me eu (...) ov >(...iIe naa xive siècle, au dls copies plus tardive-mall-caps;">xvie siècle s’avmennt où la grande-principaut)s au]tovsMediævave SUc parscas : n rec ´nirs´totisimulja s j [n rec ema 71-72

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur20. Les eur20.va y i Velikogo kSiesntstva Litoja y sgo [itn19">(...e au ivli> ov a  79-81n c

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur2s. Les eur2s.n21y i Velikogo k´mys aux <2004/ul> 1013-1024

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur22. Les eur22en2 Sp etopr bee par  » [« Res aux 66, 74, 138;eVceRozov kit pïn ´kiréclati [Css=tcseté quelqnir]20s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur23. Les eur 28s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur24. Les eur 2 p Muscovite Ru“c System in the Sixteie té 95-96s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur25. Les eur2 r2nenda Popolrussotendan Druca hreE : unsproblèmes intérieur -Leues rad> 59-26

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur26. Les eur La Séveie au>oef="#ftn3 po v.tesref=gaditOpyt sravnem s´no-étonnstva a hrizučelljait:smalstva a hrrstojai[ne doitstn situation existant au XVe et du début duen évidence. L’éncipautc. Cepautt iref=. Elit qoux us le ins, tame onu tain qun souligne >13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur27. Les eur2urr2Bas 161n c

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur28. Les eur oef="#ftn3 nciedvploytij k cetteds aux 13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur29. Les eur ek w spoecm ce elecm Ksi´li>iu X (...)xvie siècle s’avmennt où la grande-principaut)s au]tovsMo srnizacj strukte dw) »w warunkach nteêuelqe S[Mo srnislita (latestruces, s deouverain s au ueigne xrtainer tord h simultan Varsaien>73-91n c

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur30. Les eur xive siècle, au dlVt où la gran ardive-sVine lituaermal="foot">xive siècle, au dment où la grande-principauts : dsarnane qucall" . Ce cetd’atiformalgener, danab prs des khsacune dilspcs au]tovsSlavj na sj c ´mndah<2000/u( ), 2001/ul>247-285s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur3s. Les eur e r31y i 64n c

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur32. Les eur3 3 Sp uéreE. B on dscewsktemeso-liVnes : oščuščell" ica hobrazeja okružajuščeo Kniras aux XVIe siècle, au momet où la grande-principautaditierctprdéiformaldiesntthnt acencidpervirher Ss au]tovsMediœvave SUc parsca... ntes cit.127-130s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur33. Les eur33ip 3odt ism blTuaelMoscewskPerevody .a tŠemXVe et du début du xvie siècle s’avment où la grande-principauts au]tovsKum´ winye svj zipj treogi ie ´š RuXI-XX nnex Lilquecune dilsae « ne doitstnie moscra">xive siècle, au débt de l’expansion -">xvie siècle -- mêmxdans les cas où la Moscovi > 56-68s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur34. Les eur3acr34y i 63-64n c

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur35. Les eur3  85-86s

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur36. Les eur (...) ov ggos aux 52-59ut emob ered la ours igajlo olla plusrcs;t où s)s au]toZaprkogNaukovggos ov0at tivstmellŠevčelko k(Lvov)147-157.) es tranmoinntititairtuoutie penryf pluxer que sineracipae ttuanm1480ssf=" natnau ="#ftn8"> Ket tuto, len(fillut eKet tuti )d’IvAsende Bggoljuba sj ( Velikogo k Kuz´mišči-kejan de do kejan de Skobejva (mo sljuvannj smtraiav “Hryf ci Bih«cja”)s au 37-53ns

    13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur37. Les eur 3Bas Au cours naissa, éteoertan’étaientjkomntanette évolsgdidmilestl sur ment, p pz) ans la bribuer sa uce déuta, o teére. Le Vall" id="an>ste) utaidu icitement font-variascdoations ieltuai Ttlaitaitée palent ’ipearnij,n8"tn1,pstdrcentraitgJ ldryige simultanfpprt. Ce2; iersondaselij,kediascsculaptuye : t c entre alTerrsf le cult pol-cakeititcinenon plit, n’onrni uverailatide ls, er llompa 13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur38. Les eur ratiformalsuj <éif au dsa xrts enne alla plusrcusr">XVIe siècle, au momet où la grande-pri-">xvie siècle -- mêment où la grande-principautss au]tovsItonnstva aja er talla ja, (Eke eu nseuag-P0at ), 2>9. Le mbreuses ifor"foctr u,heoen Lituihke au ej [« Rh io-19">ihke au ej movskim ihaditt ’ipy surstoelljas aux 6-14). Saut leion s>gne clabls/div13 On href="#fFn14">14Symbol il est tailleur39. Les eur Ha fijouL'ge e"><

    17

    ecble,as perd de vue,pan>">Pce d l’wa t -princeody) ar17

    Ruferfrontuseecbryf plu

    r">bryfg>E cia perd de vue,familyNam OnRUSINAody) arbryfg>leew Le sinilleudsidurce4somùabl au,oCah cosnps;ncidpPpar l eE liles], 46/1-2 | 2005, misantililesnai01 janv er 2007,uConcunemasai13de Teere c02017. URL : http://jeuan ts.opene la c.org/ncidppar l/8774 " href="#fgo-top il est t-prince-8774">Ha fijouL'ge e"><

    ecble,ass="num">17

    ecble,as perd de vue,pan>">Al a pody) ar17

    272 rE cia perd de vue,familyNam OnRUSINAody) ar ref="#fgo-top il est t-prince-8774">Ha fijouL'ge e"><

    ecble,ass="num">17

    ecble,as perd de vue,pan>">Dryisnp'al a pody) ar17

    ©iancoe qusohal a"fus le fapn)Ha fijouL'ge e"><" e"><

    Sn saita perd de vue,sepblitor">g-u> rev="ndrva <Наследие Золотой Ордьı в Формировании Российского госүдарства">Dnt-variitlddeenaunt perd de vue,sepblitor">g-u> rel" " 8775. ta-an>Dnt-variisuimet e"><" e"><" e">< g

    Navigautho

    g

    Iidpx gener, dan"fo

    Iidpx enryfe moll-c

    <g

    <g

    bryfg bryfg>
    <1917.a58/1-2

    bryfg bryfg>
    bryfg bryfg>