Navigation – Plan du site
Autour de la monarchie

La monarchie russe à la lumière de la crise politique des années 1530-1540

Mohail M. KROM
p. 211-218

Résumés

Résumé
L’auteur soutient que les crises politiques peuvent être considérées comme des « expériences » menées par l’Histoire elle-même : elles éclairent le fonctionnement d’un système politique qui, lorsque la situation est « normale », demeure opaque. Ainsi, une analyse minutieuse de la crise politique des années 1530-1540, crise provoquée par la minorité d’Ivan IV, peut nous aider à mieux comprendre la monarchie médiévale russe. Cette crise, en effet, jette un jour nouveau sur le rôle du souverain dans le système politique et sur les fonctions de ses conseillers et de ses clercs. L’auteur conclut que les prérogatives imprescriptibles du souverain comprenaient le contrôle exercé sur l’élite aristocratique ainsi que la représentation de l’État dans les relations extérieures. Pour ce qui était de l’administration au jour le jour, elle était confiée à un groupe encore embryonnaire de bureaucrates (une proto-bureaucratie) : les maîtres de l’Hôtel, les trésoriers, les secrétaires (d´jaki). Ces administrateurs professionnels disposaient d’un réel pouvoir, mais en termes de dignité et de prestige ils étaient éclipsés par les aristocrates titulaires du grade le plus élevé de la cour, celui de bojarin. Enfin, comparée à d’autres monarchies du xvie siècle, la grande-principauté de Moscou semble plutôt archaïque, ce qui ne veut pas dire immuable : bien au contraire, le milieu du xvie siècle est une époque de changements rapides et profonds.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plusieurs articles de l’auteur sont consacrés à la justification de cette thèse. Voir М.М. Ком, « П (...)

1L’hypothèse principale sur laquelle repose ce travail est la suivante : durant la période dite du « gouvernement des bojare » (de 1533 à 1547 ou 1548,cette dernière date demandant à être précisée), le pays traversa une longue crise politique provoquée par l’incapacité de fait du jeune souverain Ivan IV1. De là découle le projet de cette recherche : étudier le fonctionnement de la « monarchie sans monarque » pour tenter de comprendre quelques particularités essentielles de la nature de l’État russe du Moyen âge tardif.

Fonctions du monarque et de ses conseillers dans le gouvernement de l’État

2Les périodes de crise sont pour les chercheurs comme des expériences proposées par l’histoire elle-même : ce qui demeure « hors champ » durant les périodes de stabilité politique passe au premier plan, devient visible durant les périodes de crise. Les historiens peinent à comprendre le mécanisme de prise de décision dans les situations « normales », lorsqu’un grand-prince ou un tsar adulte et majeur exerce le pouvoir. Que décidait le souverain lui-même, qu’est-ce qui émanait de ses conseillers ? Il est un peu plus facile de répondre à ces questions pour ce qui est du « gouvernement des bojare », c’est-à-dire de la période d’incapacité de fait d’Ivan IV.

  • 2 Voir û.М. Эскин, Местничество в России XVI-XVII в‚. Хонологический греест [Ju.M. Êskin, Les querell (...)

3La crise des années 1530-1540 mit en lumière de manière éclatante une fonction essentielle du monarque : celle de garant de la stabilité politique et d’arbitre suprême de l’élite de la cour. Ce fut précisément l’incapacité du jeune Ivan IV à assumer cette fonction qui engendra les explosions de violence et la multiplication sans précédent des querelles de préséance. Tant que sa mère, la grande-princesse Hélène Glinskaja, qui s’était approprié le titre de souveraine, était en vie, ces conflits étaient encore contenus tant bien que mal. Mais, après sa mort (avril 1538), l’aristocratie se sentit affranchie de tout contrôle. Pour la période comprise entre 1539 et la fin de l’année 1547, le répertoire chronologique établi par Jurij Moiseeviã Êskin enregistre 43 affaires de préséances, alors que 13 cas seulement sont connus pour tout le règne de Basile III (1505-1533)2.

  • 3 « Государь наш ныне во младых летех, а милостью Божиею госудаствы своими в совешенных летех », Sb. (...)
  • 4 E. Kantorowicz, The King’s Two Bodies. A Study in Medieval Political Theology, Princeton, 1957.
  • 5 RGADA, fonds 123, dossier 8, f. 3, 33 v°, 160-160 v°., etc.; Sb. RIO, t. 59, 1887, p. 43-44 ; Б.Н. (...)

4Une autre prérogative imprescriptible du monarque était de représenter l’État en matière de politique extérieure. Il incarnait dans sa personne l’idée même de souveraineté. C’était lui, et nul autre, qui menait la guerre contre ses voisins et concluait la paix avec eux. En principe, cette fonction ne dépendait pas de l’âge ou des qualités physiques du détenteur du pouvoir suprême. Le bojarin Ivan Fedoroviã Ovãina Obolenskij, le tout-puissant favori (et l’un des véritables responsables de la politique extérieure du pays au milieu des années 1530) a su exprimer cette idée de façon remarquable. Répondant à l’hetman lituanien Jerzy Radziwi, qui avait souligné dans une de ses lettres la jeunesse d’Ivan IV, il affirma : « ...notre souverain est encore dans l’enfance, mais majeur par la grâce de Dieu pour ce qui est de sa souveraineté »3. (On peut voir dans cette formule une variante russe de la célèbre théorie médiévale des « deux corps du roi »)4. En décembre 1533, Ivan IV, alors âgé de trois ans, prit part pour la première fois à une cérémonie aulique (la réception de courriers envoyés de Crimée). Par la suite, l’audience accordée par le jeune souverain demeura un rituel obligatoire pour toutes les ambassades envoyées à Moscou5.

  • 6 RNB, Département des manuscrits, fonds 532, inventaire 1, n°113.
  • 7 Описание актов собрания гафа А.С. Уваова. Акты истоические, описанные И. М. Катаевым и А.К. Кабанов (...)
  • 8 Le trésorier Ivan Ivanoviã Tret´jakov (seul ou avec un autre trésorier, Fedor Ivanoviã Sukin) fut à (...)
  • 9 Ibid., n° 44 (1507), 63 (1508), 99 (1511), etc.
  • 10 SGKÊ, t. I, Petrograd, 1922, n° 109, col. 112.

5Si l’on veut savoir qui expédiait les affaires courantes et prenait les décisions, il faut chercher la réponse dans les annotations de chancellerie au verso des chartes de privilèges. Bien qu’elles aient été, selon la tradition, délivrées au nom du grand-prince, ces chartes portent souvent au verso le nom de celui qui les a fait établir. Ainsi, au dos du privilège octroyé en janvier 1535 par Ivan IV au monastère de la Trinité Mahrišãskij pour un hameau du district de Perejaslavl´-Zalesskij, on lit : « Sur l’ordre du bojarin prince Ivan Vasil´eviã Šujskij »6. Deux autres chartes délivrées sur l’ordre du prince Ivan Vasil´eviã Šujskij (en 1538)7 nous sont parvenues. Mais, la plupart du temps, on trouve au verso des chartes des noms de maîtres de l’Hôtel (двоецкие) et de trésoriers. Sur les 54 chartes présentant des inscriptions au verso répertoriées pour la période 1535-1548, 48 ont été délivrées sur l’ordre de maîtres de l’Hôtel de Moscou (Большой двоец) ou de province et de trésoriers8. Il ne s’agissait d’ailleurs pas d’une pratique nouvelle : certaines chartes émises sous BasileIII portent des mentions semblables9. Cela incite à penser que l’administration au jour le jour de la maison du grand-prince pouvait parfaitement se passer de l’intervention personnelle de celui-ci. Ce fut le cas dans les années 1530-1540. Lorsque, fait extrêmement rare, le souverain prenait lui-mêmela décision, les secrétaires ne manquaient pas de le mentionner. Ainsi, le privilège d’Ivan IV du 6 février 1545 accordé au monastère Saint-Antoine de la Sija porte l’annotation : « C’est le grand-prince lui-même qui a donné l’ordre de rédiger cette nouvelle charte. [signé :] Istoma Nougorodov »10.

  • 11 RGB, Département des manuscrits, fonds 303, registre 518, f. 341-341 v°; AGR, t. I, Kiev, 1860, p.  (...)
  • 12 Le 4 mai 1534, le prince Ivan Vasil´eviã Šujskij rendit un jugement en faveur du monastère Mahrišãs (...)
  • 13 AGR, p. 81-82, 84-85, 91-92, 103-110 ; RGADA, fonds 1193, registre 1, f. 104 ; RGB, Département des (...)

6À en juger par les documents qui ont été conservés, l’intervention personnelle du jeune souverain était bien plus fréquente dans les affaires de justice. Ainsi, entre février 1535 et juin 1536, il entendit plusieurs minutes de procès et rendit son verdict en conséquence11. Si l’on garde à l’esprit que le grand-prince n’était alors âgé que de quatre à cinq ans, il est évident que son rôle dans la procédurejudiciaire était purement nominal. Les cas où les affaires judiciaires étaient réglées à Moscou par des bojare qui n’appartenaient pas à l’administration du palais sont réellement exceptionnels (on peut une fois de plus citer ici le prince Ivan Vasil´eviã Šujskij)12. On peut considérer que, dans les années 1530-1540, l’habitude était que les maîtres d’Hôtel de Moscou et de province et les trésoriers officient comme juges de dernière instance13.

Haute « politique » et routine administrative

  • 14 On ne trouve d’informations sur la réformede l’administration locale que dans les chroniques de Psk (...)

7Tout ce que recouvre pour nous aujourd’hui le terme « politique » (ce mot était inconnu dans la Russie du XVIe siècle) était rangé par les gens de cette époque dans deux sphères différentes et de valeurs très inégales. D’une part, la haute sphère, qui englobait tout ce qui concernait la personne du souverain, ses faits et gestes (par exemple, la guerre était bien évidemment« l’affaire du souverain »), ainsi que les événements de la vie de cour. D’autre part, la routine administrative, le fonctionnement au jour le jour des bureaux. Le contraste entre ces deux sphères est facile à repérer si nous comparons les documents de la pratique administrative mentionnés ci-dessus avec les récits des chroniques sur l’époque du « gouvernement des bojare ». Parlant des guerres et des relations diplomatiques avec les États voisins, des intrigues de la cour et des révolutions de palais au Kremlin, les chroniqueurs ne disent pratiquement rien des affaires ni des préoccupations d’administration intérieure. Ils ne nous renseignent même pas sur des mesures aussi essentielles que la réforme de l’administration locale de la justice et de la police [губная ефома] et l’attribution de bénéfices, ou domaines en précaire [поместья], à la fin des années 153014.

8La vie de la cour, qui était au centre de l’attention des chroniqueurs, était une sorte de « théâtre politique », où tous les personnages se trouvaient en permanence en représentation : le grand-prince, sa mère la régente, ses oncles (qui mouraient les uns après les autres en détention), les bojare favoris, les métropolites. Cependant, les rouages de l’administration quotidienne du pays étaient actionnés par d’autres personnages, bien plus rarement mentionnés dans les chroniques : les maîtres de l’Hôtel, les trésoriers, les secrétaires. Naturellement, il existait des recoupements entre les sphères de la cour et de l’administration : d’une part, certains favoris, comme les princes Ivan Fedoroviã Ovãina Obolenskij et Ivan Vasil´eviã Šujskij, endossèrent des fonctions judiciaires et administratives ; d’autre part, des administrateurs expérimentés comme le prince Ivan Ivanoviã Kubenskij, maître de l’Hôtel, et le secrétaire Fedor Mišurin furent impliqués dans des intrigues de cour et finirent sur le billot. Mais elles ne coïncidaient que partiellement. Il est indispensable de distinguer ces deux sphères pour comprendre les événements des années 1530-1540 : la crise toucha surtout la sphère du pouvoir suprême et n’eut presque aucun effet sur l’appareil étatique en tant que tel. Or, les intérêts de la noblesse étaient presque entièrement concentrés dans cette sphère« supérieure », celle de la cour. C’est justement pour cette raison que les conflits au sein de l’aristocratie, qui se traduisaient par des querelles de préséance, n’eurent pas de conséquences destructrices sur l’appareil administratif et n’engendrèrent pas l’anarchie dans le pays.

  • 15 I. I. Smirnov parle de la « politique des Bel´skie », du « gouvernement des Bel´skie », etc., mais (...)
  • 16 A.A. Zimin, Les réformes d’Ivan le Terrible (op. cit., note 15), p. 224. Cette thèse reçut le souti (...)

9Ce qui m’amène à penser que l’idée, solidement ancrée pourtant dans l’historiographie, selon laquelle l’émergence d’un nouveau favori signifiait un changement de gouvernement, est totalement erronée. Entre 1538 et 1547, cinq « gouvernements » en tout se seraient succédé, correspondant chacun à un groupe de bojare : les Šujskie, les Bel´skie, les Voroncovy, les Glinskie, etc.15 Dans cette conception, la vie politique du xvie siècle est pensée par analogie avec la vie des États du xixe et du xxe siècle (avec leurs changements de cabinets, les « chassés-croisés » ministériels, etc.). Mais les groupes de bojare du xvie siècle n’avaient rien de commun avec les partis politiques mot-Anes. . Ils ncher laient nullement à « s’emparer de l’appareil d’État » (comme l’ont affirmé certains historiens)16, à motifier la politique gouvernementale, à mettre en œuvre des réformes. L’objectif des clans de bojare qui s’affrontaient était de s’assurer une situation dominante au sein de la cour, de distribuer les grades du Conseil à leurs parents et partisans et probablement d’améliorer leur situation matérielle aux dépens du trésor.

  • 17 Н.Е. Носов, Очеки по истоии местного упавления Русšкого госудаства певой половины XVI века [N.E. No (...)

10Les bojare, on l’a montré plus haut, ne prenaient part qu’épisodiquement aux activités administratives et judiciaires. Aucune des tentatives faites par les historiens pour attribuer à tel ou tel favori un programme politique déterminé n’est convaincante. Par « gouvernement » (si tant est que ce terme puisse être employé ici) il faut plutôt entendre d’autres personnages, ceux qui quotidiennement -- on peut déjà dire professionnellement -- assuraient la bonne marche de l’administration : les maîtres de l’Hôtel, les trésoriers, les secrétaires, qui constituaient un embryon de bureaucratie. La lutte contre le brigandage offre, à cet égard, un exemple significatif. À la charnière des années 1530 et 1540, ce sont des nobles issus de divers clans de princes et de bojare (dans l’ordre chronologique : le prince Ivan Dmitrieviã Penkov, le prince Ivan Vasil´eviã Šujskij et Ivan Grigor´eviã Morozov) qui étaient chargés de la diriger. Mais ces changements de personnes n’eurent aucune incidence sur le caractère de la réformejudiciaire, probablement parce que toutes les chartes relatives à l’administration locale de la justice et de la police [губные гамоты] émanaient d’une même administration. Comme l’a montré Nikolaj Evgen´eviã Nosov, elles étaient signées par les secrétaires du palais (двоцовые дьяки)17.

La monarchie russe dans une perspective historique comparative

  • 18 N. Henshall, The Myth of Absolutism. Change and Continuity in Early Mot-An European Monarchy, Londr (...)

11Si l’on compare la crise politique traversée par la Russie dans les années 1530-1540 avec la situation d’autres pays européens au début des Temps mot-Anes, on remarque que partout la minorité du souverain mettait en évidence la faiblesse institutionnelle de la monarchie. L’ensemble des problèmes auxquels était confronté le pouvoir suprême était similaire : une élite politique difficile à diriger, les prétentions des princes de sang, les dissensions au sein de la famille royale, etc.18 La monarchie d’Ivan IV présente cependant certaines particularités de caractère nettement archaïque et oblige à chercher des parallèles dans un passé européen plus reculé.

  • 19 Dictionnaire de la France médiévale, sous la direction de Michel Balard, Paris, 2003, p. 226 (artic (...)
  • 20 Voir M.M. Krom, « La crise politique... » (op. cit., note 1), p. 7.

12Il s’agit d’abord du fait que l’institution de la régence n’avait pas de bases juridiques dans la Russie du XVIe siècle. Au Moyen âge, bien que le roi de France fût pleinement en droit de choisir comme tuteur de son fils mineur la personne en qui il avait le plus confiance (la mère du prince héritier, un de ses oncles, une sœur, etc.) et qu’il n’y eût en cette matière aucun règlement précis19, l’institution même de la régence existait et n’était remise en cause par personne. En Russie, bien que la tradition de la tutelle familiale fût bien connue dans la lignée grand-princière, la notion de régence n’existait pas en tant que telle. L’intégralité du pouvoir appartenait officiellement au souverain, indépendamment de son âge (gardons à l’esprit les propos cités plus haut d’Ivan Fedoroviã Ovãina Obolenskij), et ne pouvait être transmise à personne. Même la régence d’Hélène Glinskaja, qui avait le droit incontestable de tutelle sur son fils, revêtait pour ainsi dire un caractère semi-officiel. Elle ne pouvait ouvertement intervenir au nom d’Ivan IV ni dans le domaine judiciaire, ni dans l’administration intérieure, ni dans la politique étrangère20. Les prétendants ultérieurs au rôle de tuteur du jeune souverain étaient encore moins en droit de se considérer comme les dirigeants légitimes du pays, et ce fut l’un des principaux facteurs d’instabilité à la fin des années 1530 et dans les années 1540.

  • 21 Th. Offergeld, Reges pueri. Das Königtum Minderjähriger im frühen Mittelalter, Hannovre, 2001, p.35

13La situation décrite rappelle l’Europe du haut Moyen âge, où la capacité juridique d’un roi mineur n’était en rien limitée et où il n’existait pas de tuteurs ni de régents officiellement désignés qui auraient gouverné à la place du monarque21.

  • 22 Dans S.M. Kaštanov, « Répertoire chronologique... » (op. cit., note 8), ainsi que dans les compléme (...)
  • 23 R. Fawtier, Les Capétiens et la France, Paris, 1942, p. 14 (cité par l’auteur d’après la traduction (...)

14De même, le début de bureaucratisation du gouvernement de la Moscovie dans le deuxième quart du XVIe siècle rappelle davantage la France des XIIe-XIIIe siècles que les États européens du début des Temps mot-Anes. Nous avons gardé la trace (originaux, copies ou simples mentions) de plus de 400 privilèges et mandements émis au nom d’Ivan IV et datant du « gouvernement des bojare »,conservés pour la plupart dans des archives monastiques22. Il y faut ajouter plusieurs dizaines de documents divers (minutes de procès, chartes statutaires, chartes relatives à l’administration locale, etc.). De très nombreux documents ont évidemment disparu dans les incendies et autres catastrophes, mais les archives des autres paysn’y ont pas échappé non plus : de ce point de vue, la situation russe est loin d’être unique. Même en tenant compte de ces pertes, la « productivité » de la chancellerie grand-princière moscovite des années 1530-1540 est de beaucoup inférieure à celle de la chancellerie royale de Philippe IV le Bel (1285-1314), dont pas moins de 50000 actes sont parvenus jusqu’à nous. Ainsi que le souligne Robert Fawtier à qui je dois ce chiffre, la quantité de documents conservés « n’est rien auprès de ce qui a été détruit »23. Il est évident que les deux États en sont à des étapes différentes de leur développement. En effet, le premier document de la chancellerie moscovite que nous connaissions est le testament d’Ivan Kalita (« l’Escarcelle ») daté de 1340.

  • 24 Voir А.А. Зимин, “Дьflческий аппа‡т в России втоой половины XV-певой тети XVIв.”, Истоические записк (...)
  • 25 F. Cosandey, R. Descimon, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, 2002, p. 110

15La quantité des actes est habituellement mise en corrélation avec les effectifs du personnel administratif. À cet égard, le contraste entre la Russie et la France du xvie siècle est saisissant : Aleksandr Aleksandroviã Zimin a compté 121 secrétaires au service du grand-prince Basile III pour l’ensemble de son règne (1505-1533)24; lors de son accession au trône, François Ier (1515-1547) disposait d’une véritable armée d’officiers, estimée à 4000 personnes (en 1573, ils seront déjà 20000)25.

  • 26 Voir М. М. Ком, “Судебник 1550 г. и судебно-администативнаfl пактика 30-40-х годов XVI в.” [« Le Jus (...)

16Cet archaïsme de la monarchie russe, sensible si on la compare aux royaumes d’Europe occidentale de la même époque, ne doit cependant pas être interprété comme un signe d’immobilisme et de stagnation. Les années 1530-1540 sont précisément dans l’histoire de la Russie une période de changements profonds du système d’administration centrale et locale, où se poursuit la bureaucratisation de l’appareil administratif. Le Justicier de 1550 reflète ces changements26.

17Université européenne de Saint-Pétersbourg

18Faculté d’histoire

19krom@eu.spb.ru

Haut de page

Notes

1 Plusieurs articles de l’auteur sont consacrés à la justification de cette thèse. Voir М.М. Ком, « Политический кризис 30-40-х годов XVI века (Простановка поблемы) » [M.M. Krom, , « La crise politique des années 1530-1540 (position du problème) »], Отечественнаря истоия [Histoire nationale], 1998, n° 5, p. 3-19 ; idem, « “Мне сиотствующу, а цаству вдовствующу”: кизис власти и механизм пинflтиfl ешений в пеиод “боflского павлениfl” (30-40-е годы XVI в.) », Российская монахия: вопосы истоии и теоии. Межвузовский сбоник статей, посвященный 450-летию учеждения цаства в России (1547-1997 гг.) [« “Je suis orphelin et l’Empire est veuf” : la crise du pouvoir et le mécanisme de prise de décision pendant le “gouvernement des bojare” (années 1530-1540) », in : La monarchie russe : questions d’histoire et de théorie. Recueil interuniversitaire d’articles consacrés au 450e anniversaire de l’institution impériale en Russie (1547-1997)], VoroneÏ, 1998, p. 40-49.

2 Voir û.М. Эскин, Местничество в России XVI-XVII в‚. Хонологический греест [Ju.M. Êskin, Les querelles de préséance en Russie, xvie-xviie siècles. Répertoire chronologique], Moscou, 1994, p. 43-47, n° 36-77 (juin 1539-décembre 1547) ; ibid., p. 41-42, n° 20-32 (1506/07-1530).

3 « Государь наш ныне во младых летех, а милостью Божиею госудаствы своими в совешенных летех », Sb. RIO, t. 59, Saint-Pétersbourg, 1887, p. 37.

4 E. Kantorowicz, The King’s Two Bodies. A Study in Medieval Political Theology, Princeton, 1957.

5 RGADA, fonds 123, dossier 8, f. 3, 33 v°, 160-160 v°., etc.; Sb. RIO, t. 59, 1887, p. 43-44 ; Б.Н. Флоfl, Иван Грозный [B. N. Florja, Ivan le Terrible], Moscou, 1999, p.9.

6 RNB, Département des manuscrits, fonds 532, inventaire 1, n°113.

7 Описание актов собрания гафа А.С. Уваова. Акты истоические, описанные И. М. Катаевым и А.К. Кабановым [Inventaire des actes de la collection du comte A. S. Uvarov. Documents historiques inventoriés par I. M. Kataev et A. K. Kabanov], Moscou, 1905, n° 25, p. 32; RGB, Département des manuscrits, fonds 303, registre 536, f. 432-432 v°.

8 Le trésorier Ivan Ivanoviã Tret´jakov (seul ou avec un autre trésorier, Fedor Ivanoviã Sukin) fut à l’origine de 27 chartes ; le maître de l’Hôtel de Moscou, le prince Ivan Ivanoviã Kubenskij, de 7, etc. Les indications au verso des chartes sur l’identité de ceux qui les firent émettre furent publiées pour la première fois par S.M. Kaštanov dans son répertoire chronologique. Voir С.М. Каштанов, “Хонологический пе речень иммунитетных гамот XVI века [Ч. 1], [S. M. Kaštanov, « Répertoire chronologique des privilèges du XVIe siècle [1re partie] »], AE 1957, Moscou, 1958, p. 302-376. En ce qui concerne les années 1530-1540, voir les n° 343, 345, 379, 402, 415, 419, 426, 427, 433, 441, etc.

9 Ibid., n° 44 (1507), 63 (1508), 99 (1511), etc.

10 SGKÊ, t. I, Petrograd, 1922, n° 109, col. 112.

11 RGB, Département des manuscrits, fonds 303, registre 518, f. 341-341 v°; AGR, t. I, Kiev, 1860, p. 46-47, 49-52, 55-57.

12 Le 4 mai 1534, le prince Ivan Vasil´eviã Šujskij rendit un jugement en faveur du monastère Mahrišãskij dans le différend qui l’opposait aux Baskakovy (AJuB, t. I, Saint-Pétersbourg, 1857, n° 52, col. 172-192).

13 AGR, p. 81-82, 84-85, 91-92, 103-110 ; RGADA, fonds 1193, registre 1, f. 104 ; RGB, Département des manuscrits, fonds 303, registre 539, f. 273a-274 ; ASZ, t. I, Moscou, 1997, n° 122, 228, 229, 314, p.96, 202, 206, 311, etc.

14 On ne trouve d’informations sur la réformede l’administration locale que dans les chroniques de Pskov. Voir Псковские летописи [Les chroniques de Pskov], vol. 1, Moscou-Leningrad, 1941, p. 110 ; vol. 2, Moscou, 1955, p. 229-230.

15 I. I. Smirnov parle de la « politique des Bel´skie », du « gouvernement des Bel´skie », etc., mais ne va pas jusqu’à identifier tel ou tel groupe de bojare avec le gouvernement du pays. La tendance à l’identification est en revanche clairement exprimée dans le livre d’A. A. Zimin : « la politique du gouvernement des Bel´skie » (au sujet des années 1540-1541) et « le nouveau gouvernement » (à propos de l’émergence des Voroncovy et des Kubenskie en 1544-1545). Il faut attendre l’ouvrage de S. M. Kaštanov pour trouver un tableau achevé de la valse des « gouvernements » des bojare, chacun essayant de mener sa propre politique. Voir И.И. Сминов, Очеки политической истоии Русского госудаства 30-50-х годов XVI века [I.I. Smirnov, Essais sur l’histoire politique de la Russie, 1530-1560], Moscou, 1958, p. 75-119, en particulier p.86, 93,113; А.А. Зимин, Рефомы Ивана Гозного [A.A. Zimin, Les réformes d’Ivan le Terrible], Moscou, 1960, p. 248-278, en particulier p.258, 268; С.М. Каштанов, Социально-политическая истоия России конца XV - певой половины XVI в. [S.M. Kaštanov, Histoire socio-politique de la Russie, fin du xve-première moitié du xvie siècle], Moscou, 1967, p.327-374.

16 A.A. Zimin, Les réformes d’Ivan le Terrible (op. cit., note 15), p. 224. Cette thèse reçut le soutien de V.B. Kobrin dans son compte-rendu du livre d’A.A. Zimin (voir Истоия СССР [Histoire de l’URSS], 1962, n° 5, p.186).

17 Н.Е. Носов, Очеки по истоии местного упавления Русšкого госудаства певой половины XVI века [N.E. Nosov, Essais sur l’histoire de l’administration locale en Russie dans la première moitié du xvie siècle], Moscou-Leningrad, 1957, p. 315-326.

18 N. Henshall, The Myth of Absolutism. Change and Continuity in Early Mot-An European Monarchy, Londres -- New York, 1992. Cité ici d’après l’édition russe : Н. Хеншелл, Миф абсолютизма. Пе ;р ;емены и пе ;р ;емственность в азвитии западноевопейской монахии аннего Нового вемени, Saint-Pétersbourg, 2003, p. 25-26, 40, 172.

19 Dictionnaire de la France médiévale, sous la direction de Michel Balard, Paris, 2003, p. 226 (article « régent »).

20 Voir M.M. Krom, « La crise politique... » (op. cit., note 1), p. 7.

21 Th. Offergeld, Reges pueri. Das Königtum Minderjähriger im frühen Mittelalter, Hannovre, 2001, p.35.

22 Dans S.M. Kaštanov, « Répertoire chronologique... » (op. cit., note 8), ainsi que dans les compléments édités en 1968 (С.М. Каштанов, В.Д. Назаов, Б.Н. Флоfl, « Хонологический пе ;р ;ечень иммунитетных гамот XVI в. [Ч. 3] » [S. M. Kaštanov, V. D. Nazarov, B. N. Florja, « Répertoire chronologique des privilèges du XVIe siècle [3e partie] »], AE 1966, Moscou, 1968, p.197-253), pour les années 1534-1548 sont recensés 409 privilèges. Les recherches menées au cours des trente dernières années permettent certainement d’ajouter à ce nombre plusieurs dizaines de documents.

23 R. Fawtier, Les Capétiens et la France, Paris, 1942, p. 14 (cité par l’auteur d’après la traduction russe, Saint-Pétersbourg, 2001).

24 Voir А.А. Зимин, “Дьflческий аппа‡т в России втоой половины XV-певой тети XVIв.”, Истоические записки [A.A. Zimin, « Le corps des secrétaires dans la Russie de la seconde moitié du XVe siècle et le premier tiers du XVIe », Notes historiques], vol.87, Moscou, 1971, p. 282.

25 F. Cosandey, R. Descimon, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, 2002, p. 110.

26 Voir М. М. Ком, “Судебник 1550 г. и судебно-администативнаfl пактика 30-40-х годов XVI в.” [« Le Justicier de 1550 confronté à la pratique administrative et judiciaire des années 1530 et 1540 »], Восточная Евопа в девности и седневековье. Поблемы источниковедения (XVII Чтения памяти В. í. Пашуто; IV Чтения памяти А. А. Зимина) [L’Europe orientale dans l’Antiquité et au Moyen âge. Problèmes d’étude des sources (XVIIe conférence à la mémoire de V. T. Pašuto ; IVe conférence à la mémoire de A. A. Zimin], vol. II, Moscou, 2005, p. 217-220.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohail M. KROM, « La monarchie russe à la lumière de la crise politique des années 1530-1540 », Cahiers du monde russe [En ligne], 46/1-2 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2007, Consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/8795

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page