Navigation – Plan du site
Journaux féminins, 1780-1850

L'usage du français et du russe dans les journaux féminins

xviii>e-premier tiers du xix>e siècle
Elena Greanaja
p. 21-32

Résumés


L’objectif de cet article est de montrer dans quelle mesure et de quelle manière l’alternance des langues, principalement française et russe -- la plus fréquente dans les journaux des femmes russes --, influe sur l’expression personnelle et la construction du moi, et quelles sont les fonctions respectives du français et du russe dans les journaux personnels féminins.
Si le français reste la langue préférée et habituelle de la chronique familiale et mondaine, de la présentation romanesque de sa vie, le russe, dans les journaux bilingues, permet d’abandonner les formules françaises, coulantes et faciles, pour un autre mode d’expression, plus « direct » et « authentique », à l’individualisation plus marquée.
La maîtrise, à travers les deux langues, de différents modes d’expression, le passage immédiat d’un registre à l’autre offrent la possibilité de s’orienter librement à travers plusieurs pratiques culturelles, tout en maintenant une certaine distance par rapport à ces pratiques, et en sauvegardant l’espace culturel traditionnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir A.G. Tartakovskij, Russkaja memuaristika XVIII-pervoj poloviny XIX v. [Mémoires et journaux pe (...)
  • 2 Le journal des trois frères Pavel, Petr et Aleksandr Demidov (commencé en 1758), signalé par W. Ber (...)

1Les premiers journaux personnels, qui apparaissent en Russie dès la fin du XVII>e siècle, sont rédigés par des hommes qui les tiennent, pour la plupart, en russe1. Les premiers journaux connus de femmes russes, nobles, datent de la seconde moitié du XVIII>e siècle, époque de la diffusion, de plus en plus intense dans la société aristocratique de la Russie, de la langue et de la culture françaises, et sont rédigés en français. À cette époque, à côté des journaux tenus en russe, les hommes rédigent, eux aussi, des journaux en français, et il existe quelques cas où les auteurs recourent aux trois langues : le français, l’allemand et le russe2.

  • 3 Voir Istorija dorevoljucionnoj Rossii v dnevnikah i vospominanijah : Annotirovannyj ukazatel´ knig (...)
  • 4 Ces journaux ont fait l’objet d’une étude dans le cadre du Programme international de coopération s (...)
  • 5 Je renvoie à notre ouvrage « Si tu lis jamais ce journal... », Diaristes russes francophones. 1780- (...)
  • 6 I.A. Paperno, « O dvujazyčnoj perepiske puškinskoj epohi» [De la correspondance bilingue à l’époque (...)

2Cependant, à en juger d’après les journaux publiés du XVIII>e et du premier tiers du XIX>e siècles3 et le corpus des textes inédits de la même époque conservés dans les archives de Moscou et Saint-Pétersbourg4, le mélange des langues, en premier lieu française et russe, est plus fréquent dans les journaux des femmes russes, surtout à partir des années 18205 (tandis que l’alternance des langues est pratiquement absente dans les journaux masculins du premier tiers du XIX>e siècle). Ce fait correspond par ailleurs à la pratique épistolaire féminine de cette époque6.

  • 7 Voir Michel Braud, La forme des jours : Pour une poОtique du journal personnel, P. : Seuil, 2006, p (...)
  • 8 Des extraits des journaux de Natal´ja Stroganova, Natal´ja Golicyna, Ekaterina Vadkovskaja, Marija (...)

3L’objectif de cet article est de montrer comment et dans quelle mesure l’alternance des langues influe sur l’expression personnelle et la construction du moi, sur la « manière d’être »7, et quelles sont les fonctions respectives du français et du russe dans les journaux personnels féminins de l’époque en question. Les journaux féminins de ce type, alternant le français et le russe, ne sont pas nombreux mais constituent cependant une partie considérable du corpus étudié. Parmi la dizaine d’auteurs de textes publiés, quatre ont recours aux deux langues (Anna Kern, Anastasija Kolečickaja, Anna Olenina et Varvara eremeteva), et, sur la quarantaine d’auteurs de manuscrits, six sont dans ce cas (Natal´ja Golicyna, Marija Bahmeteva, Elisaveta ahovskaja, Marija Tolstaja, Ekaterina Vadkovskaja, Varvara Suhotina). Un journal, appartenant à Natal´ja Stroganova, rédigé entièrement en français, fait aussi l’objet de notre étude car elle y relate les mêmes événements dans un autre texte, rédigé en russe. Tous les auteurs des journaux sont les représentantes de la noblesse8.

Relation d’un voyage en français et en russe

4L’un des premiers journaux féminins tenus en français est celui de la baronne Natal´ja Mihajlovna Stroganova (née princesse Beloselskaja ; 1743-1819), sœur du prince Aleksandr Beloselskij, diplomate russe et écrivain français. Une copie, de cent-dix pages, en est conservée, apparemment établie d’après les notes prises en cours de route. La baronne voyage en Europe en 1780-1783. Le journal est visiblement destiné à circuler ensuite dans l’entourage familial, où le français est bien maîtrisé : il est dédié aux sœurs de l’auteur. La baronne Stroganova séjourne à Berlin, Dresde, Spa, Paris, Londres et Vienne.

  • 9 Voir, pour les voyages en France, Wladimir Berelowitch, « La France dans le “grand tour” des nobles (...)

5L’auteur du journal donne en premier lieu une chronique de son voyage, un compte rendu détaillé du parcours, en indiquant les lieux où l’on s’arrête pour changer de chevaux, se restaurer, se reposer. Cette chronique s’appuie sur des guides de voyage français qui serviront pendant longtemps de repères aux auteurs des journaux9.

  • 10 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 72.
  • 11 Voir M.K. Azadovskij, « Iz materialov “Strogonovskoj Akademii”. Neizdannye proizvedenija Ksav´e de (...)

6La langue française permet de peindre un tableau authentique de la vie européenne, mais aussi de se divertir lors des déplacements. La baronne Stroganova dit avoir composé une comédie destinée à être jouée en route par les enfants qui voyagent avec elle et ses compagnons10. Plus tard, ses petites compositions en français dans le genre de la littérature de salon vont figurer dans les albums de « l’Académie Strogonovienne » [sic], terme désignant les réunions de la société mondaine qui avaient lieu dans sa maison au début du XIX>e siècle11.

7Par ailleurs, le journal-chronique de Natal´ja Stroganova contient quelques échappées dans le monde intérieur de l’auteur. La représentation de ce monde se plie généralement aux canons de la littérature sentimentale : il est imprégné de sensibilité, voire même d’une certaine tristesse :

  • 12 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 71-72. Ici et plus loin, l’orthographe des diaristes est con (...)

Je passe sous silence le nom des postes où il n’est rien arrivé de remarquable, sinon que les chevaux étoient mauvais et que les Voyageurs étoient tristes à cause de la séparation des personnes avec les quelles ils se sont séparés surtout moi, ayant le caractere fort tendre, j’étois affligée à ne point savoir retenir mes larmes ; j’ai quitté mes sœurs pour la premiere fois de ma vie pour un terme aussi long et rien n’auroit pu m’en consoler si je ne me trouvois avec ma meilleure amie la C.[omtesse] S.[altykova].12

8L’auteur évite cependant de décrire en détail ses états d’âme, qu’elle dit ne communiquer qu’à sa parente et amie avec laquelle elle voyage :

  • 13 Ibid., p. 73.

[...] après le diner nous sommes arrivés à Memel, j’étois fort triste à cause des différentes idées que j’ai eu avec ma chère amie que j’aime de tout mon cœur13.

9L’empreinte de cette réserve, formée à la croisée de la culture aristocratique française et du « silence » traditionnel de la femme russe, marquera pour longtemps les journaux féminins russes en langue française.

  • 14 Le comte Ivan Petrovitch Saltykov (1730-1805), général en chef.
  • 15 K.A. Pisarenko, « Iz semejnoj hroniki roda Stroganovyh » [Chronique familiale des Stroganov], Rossi (...)

10Il est à noter que de 1760 jusqu’en 1815 (date de la mort de son fils), la baronne Stroganova poursuit en russe la chronique de sa famille commencée par son père en 1724 et continuée après sa mort par sa mère (décédée à son tour en 1760). Dans cette chronique russe, la baronne se montre parfaitement conforme à ce genre. Elle enregistre de manière extrêmement laconique les événements essentiels qui ont lieu dans sa famille : morts, naissances, avancements des hommes dans leur carrière, déplacements. Le compte rendu de son voyage en Europe n’y occupe que quelques lignes et se présente ainsi : 14 15

11Le séjour à Paris, où la baronne arrive le 8 octobre 1780 et reste jusqu’en avril 1783, tient une place considérable dans son journal tenu en français. Elle raconte comment elle s’y fait peindre par Greuze, qu’elle entend l’abbé Delille lire un chant de son poème Les Jardins, visite la demeure du maréchal de Biron, de la maréchale de Luxembourg, de la duchesse de La Vallière et de Mme Necker, centres de la sociabilité parisienne, dîne chez la duchesse de Chartres et déjeune chez l’abbé Raynal, se promène dans la ville avec la comtesse uvalova, épouse du comte Andrej uvalov, poète français, et avec la princesse Ekaterina Daškova. À Versailles, la baronne est reçue par Marie-Antoinette, qui lui fait visiter ses appartements.

  • 16 Ibid., p. 76.

12En revanche, dans la chronique russe, Natal´ja Stroganova note seulement à propos de son séjour à Paris et la fin de son voyage :16

13En comparant les deux relations, on peut donc constater que, dans le texte en français, l’auteur se sent plus libre et peut-être plus portée à donner quelques détails sur la vie quotidienne et les préoccupations qui lui sont liées, à préciser les avantages et inconvénients des lieux parcourus, à présenter parfois, même si c’est d’une manière réservée, son paysage intérieur, à faire part de ses affections et à se plaindre des ennuis de santé.

Recours « technique » à la langue russe

  • 17 Le journal de la princesse Golicyna permet de rectifier la date convenue de sa naissance (1741) : e (...)
  • 18 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 82.

14Dans les journaux féminins tenus en français, la langue russe peut servir en premier lieu pour transcrire les noms propres, les toponymes ou des notions ayant trait à la religion orthodoxe. On trouve ce procédé dans les journaux de la princesse Natal´ja Golicyna, de Marija Bahmeteva et de Varvara Suhotina. Ainsi la princesse Natal´ja Petrovna Golicyna (née comtesse Černyševa ; 174417-1837) écrit-elle dans son journal de 1781(?)-1783, qui commence par une chronique rétrospective :18

  • 19 Ibid., p. 175.

15Marija Bahmeteva, une jeune fille née vers la fin des années 1780, inscrit, dans son journal tenu à Pétersbourg en 1805-1807, les noms propres en russe, surtout quand ils se composent du prénom et du patronyme (« DмитpиÈ Moиcee‚и˜ » [Dmitrij Moiseevič]), de même que les titres des spectacles russes (« Kнflзь-нe‚идимкa » [Le prince invisible]) Si le mot russe botvinia [soupe à la betterave] apparaît dans son journal transcrit en caractères latins, sa bonne connaissance du russe est attestée par le fait qu’elle lit et traduit du russe en italien les extraits du récit d’Aleksandra Hvostova Kamin [La CheminОe, 1796]19.

  • 20 V.S. Suhotina, [Journal] (autographe), RGADA (Rossijskij Gosudarstvennyj arhiv drevnih aktov -- Arc (...)

16Plus tard, dans le journal de voyage de 1828 à l’intérieur de la Russie de Varvara Sergejevna Suhotina (née Domašneva ; vers 1795-après 1856), ce sont en premier lieu des réalités liées à la religion orthodoxe qui invitent à passer à la langue russe : « L’église du Couvent est grande, d’une architecture gothique, ressemblant à notre paroisse de Moscou, Peтa и Pe‚лa. Tyт ecть fl‚лeнн˚È oбpaз BoлoдимepcкoÈ бoжиeÈ мaтepи, к кoтopoмy м˚ пpиклaд˚‚aлиcь [Pierre et Paul. Il y a là une icône miraculeuse de Notre-Dame de Vladimir que nous avons embrassée]. Il y a peu de moines dans ce couvent... »20. La relation du voyage de Varvara Suhotina, ainsi que les réflexions concernant ses lectures en français, sont consignées dans cette langue.

Le choix de la langue dans les journaux bilingues

  • 21 Voir V.V. Vinogradov, Očerki russkogo literaturnogo jazyka xvii-xix vekov [Essais sur la langue lit (...)

17Durant le premier tiers du XIX>e siècle, se poursuit la formation de la langue littéraire russe. Le rôle des femmes dans cette situation langagière est particulièrement important : en effet, « le goût de la femme mondaine » constituait, depuis la réforme du russe par Nikolaj Karamzin, l’un des critères de la langue correcte, tant écrite que parlée21.

18Si le français reste la langue principale des journaux personnels des femmes russes nobles, vers les années 1820 apparaissent des journaux qui peuvent être qualifiés de bilingues, où des passages en russe tiennent une place considérable -- phénomène lié au développement de la littérature russe et de la conscience nationale.

  • 22 V.P. eremeteva, [Journal] (copie dactylographiée du début du XX>e siècle), RGADA, f. 1287, op. 1, d (...)

19Les diaristes manifestent alors leur penchant pour la langue maternelle. Ainsi Varvara Petrovna eremeteva (née Almazova ; 1786-1857), qui tient un journal par lettres (1825-1826) lors de son voyage de Moscou à Pétersbourg, exprime en russe son mécontentement d’écrire en français, usage qui ne la satisfait apparemment pas :22

  • 23 A.P. Kern (Markova-Vinogradskaja), Vospomonanija, Dnevniki, Perepiska [Souvenirs, Journaux, Corresp (...)

20Le journal bilingue le plus connu de cette époque est celui qu’Anna Kern tient en province, en 182023. Représentante de la petite noblesse de province, Anna Kern maîtrise bien sa langue maternelle qui lui est aussi familière que le français, et porte l’empreinte évidente des sentimentalistes russes. L’auteur traduit avec aisance certains passages qui lui plaisent particulièrement dans l’ouvrage de Mme de Staël De l’Allemagne, et parle de ses propres sentiments en recourant à un russe livresque.

  • 24 A.I. Kolečickaja, « Moi zapiski ot 1820 goda » [Mes notes de l’an 1820], in E.E. Liamina et E.E. Pa (...)

21Dans le journal de 1820 d’Anastasija Ivanovna Kolečickaja (née Lykošina ; 1800-1871), c’est le russe qui prédomine. L’auteur passe généralement au français lors de ses digressions concernant les devoirs et la vertu des femmes, ses lectures d’ouvrages philosophiques, lors de réflexions religieuses et d’épanchements sentimentaux au sein de la nature24.

22Dans le journal connu d’Anna Aleksejevna Olenina (1808-1888), rédigé en 1828, le russe, langue qu’elle maîtrise fort bien, l’emporte également. Commençant en russe, elle parle d’un ton moqueur de ses états d’âme de jeune fille amoureuse. Ensuite, la tonalité change : c’est en français qu’elle cite le poème de Lamartine « L’isolement », et poursuit ses réflexions en se projetant dans la situation livresque :

  • 25 « Et moi, je suis semblable à une feuille, Emportez-moi comme elle, orageux Aquilon », vers de « L’ (...)
  • 26 A.A. Olenina, Dnevnik : Vospominanija [Journal. Souvenirs], SPb. : Akademičeskij proekt, 1999, p. 5 (...)

Voilà la vie de ceux qui ont trop senti dans leur jeunesse, voilà la vie de celle, dont la main trace ces lignes. À peine à l’âge de vingt ans, et elle a cessé déjà de jouir. Sans un seul vrai malheur et sentant avec toute la chaleur d’une âme enthousiaste, tout le bonheur d’une vie passée avec des êtres adorés, sans avoir éprouvé encore aucune rigueur du sort elle est « comme la feuille flétrie »25, car la raison lui a ôté d’une main barbare toutes les illusions ! sans fortune, sans beauté elle attache pour un jour, un mois, mais jamais pour la vie. La jeunesse s’écoule, le bonheur fuit pour ne revenir jamais! ... Ah, pardonnez-lui alors de dire : « Emportez-moi, comme elle, orageux Aquilon ! »26

23En présentant dans son journal sa vie comme un roman, elle lui donne un titre dans le goût du XVIII>e siècle :

Il faut avouer que le roman est riche en caractères variés... Mais commençons. Comment appeler ce roman ? pensons... Le voilà trouvé !

  • 27 Ibid., p. 65-66.

Les inconsОquences ou pardonnez И l’Amour.27

24Le français est également utilisé pour esquisser des portraits de son entourage, pour noter conversations mondaines et nouvelles politiques.

25Les journaux de la princesse Elizaveta ahovskaja et de la comtesse Marija Tolstaja représentent un cas quelque peu différent. C’est bien le français qui leur est apparemment la langue la plus familière.

  • 28 E.A. ahovskaja, [Journal] (autographe), RGB (Rossijskaja gosudarstvennaja biblioteka -- Bibliothèqu (...)
  • 29 Ibid., n˚ 7, f˚ 1v.

26« Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé » : ce vers, également tiré de « L’Isolement » de Lamartine, règle la tonalité du journal de 1822-1824 d’Elizaveta Aleksandrovna ahovskaja (née Muhanova ; 1803-1836)28. À cette époque, elle n’est pas encore mariée et son journal est imprégné de son amour pour le prince Valentin ahovskoj, son futur mari, souvent absent. Elizaveta conçoit l’écriture de son journal comme une sorte de projet littéraire et n’est guère satisfaite de la qualité de son texte. Cependant elle tient à son journal, refuse de le détruire aux moments de déception et y revient comme à son œuvre : « ... et me voilà la plume en main -- pour noter et mon bonheur et mes faiblesses »29. Dans ses longues entrées, il y a très peu de ratures : elle préfère un style orienté vers la spontanéité, la négligence et la liberté d’expression héritées de la pratique épistolaire française.

27Lorsqu’elle relate en français l’histoire de son amour pour Valentin, son récit prend les allures d’un roman français :

  • 30 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 238.

A l’âge de seize ans, j’ai commencé à aller dans le monde, et au bal de la P[rin]cesse Bobrinsky n[ou]s avons débuté ensemble. J’ai fait connaissance avec plusieurs jeunes gens, entre autres avec un superbe homme, qui me fit la cour, m’aima je l’appris par un cousin très dévoué, et la tête exaltée d’une personne de 16 ans fut montée par de belles espérances de l’épouser dans deux ans, je ne pensais plus à mon ami d’enfance, lui aussi il fut occupé d’une jolie personne, après ces petits sentimens se sont calmés et d’autres nous ont occupés chacun avoit son objet, et nous tous deux nous étions trompées. Enfin nous sommes revenus l’un à l’autre, il m’a beaucoup aimé, et nous étions excessivement liés jusqu’à ce jour, qu’il m’a demandé le 21 Mai 1821 que Si je pouvois lui donner la parole d’être à lui dans deux ans, je lui répondis que je ne pouvois le lui promettre pour si longtems, car je ne pouvois pas être sûre de lui -- il me prit la main et me la serra en priant de penser à lui. Il alla au jardin pour graver sur un arbre, en mémoire de ce jour, cette date.30

  • 31 Voir ibid., p. 247-248.

28Dans le journal d’Elizaveta ahovskaja, ainsi que dans celui de la comtesse Marija Jur´jevna Tolstaja (née princesse Obolenskaja ; 1802-après 1847), tenu en 1821-1823, le français reste la langue favorite et habituelle de la chronique familiale et mondaine, de la description parfois romanesque de leur vie. Les passages dans lesquels Marija Tolstaja rapporte les conversations qu’elle a tenues avec ses cavaliers lors d’innombrables bals ressemblent à des dialogues de roman31.

29Le français forme et alimente le discours religieux d’Elizaveta ahovskaja, qui tient une grande place dans ses journaux et s’appuie sur des textes spirituels français. Dans un cahier de citations de 1823, elle transcrit des passages du texte intitulé Des vraies amitiОs qui se situe dans la troisième partie de l’Introduction И la vie dОvote de saint François de Sales (1609 ; les dernières éditions qu’a pu lire Elizaveta parurent en 1820 et 1822), ainsi que des extraits des lettres spirituelles de Fénelon (il y avait deux éditions de ses œuvres à cette époque : Œuvres complПtes, en 10 volumes, 1810, et Œuvres choisies, en 6 volumes, 1821) et de La consolation du chrОtien, ou Motif de confiance en Dieu dans les diverses circonstances de la vie de l’abbé Roissard (publié en 1775 ; Elizaveta a pu lire l’édition de 1822 ou de 1818). Cette lecture est alors appliquée à sa propre expérience :

  • 32 E.A. ahovskaja, [Cahiers de citations], autographe, RGB, 336/II, carton 70, n˚ 4, f˚ 2.

Vois-tu, cher ami [elle s’adresse à Valentin ahovskoj], comme St François de Sales justifie notre attachement [...] Quel est le lien de notre amitié ? N’est-ce pas le désir de nous perfectionner mutuellement [...] Je te verois aujourd’hui et t’engagerai à lire François de Sales32.

  • 33 Elle a pu lire une édition récente : Le combat spirituel, par le R.P.D. Laurent Scrupoli, suivi d’u (...)
  • 34 L’Гvangile mОditО et distribuО pour tous les jours de l’annОe, œuvre du jésuite Bonaventure Giraude (...)
  • 35 E.A. ahovskaja, [Journal], RGB, fonds 336/2, carton 47, n˚ 5, f˚ 4.

30Dans son journal de 1824, elle mentionne, parmi les livres lus, d’autres ouvrages catholiques : Le combat spirituel de Laurent Scrupoli (XVI>e siècle), traduit en français33, L’Гvangile mОditО 34, les œuvres de Massillon. Après son mariage, elle note dans son journal de 1825 qu’elle lit avec son mari chaque matin L’Imitation de JОsus-Christ 35.

31Le recours à la langue russe apparaît dans les journaux d’Elizaveta ahovskaja et de Marija Tolstaja comme un choix volontaire, qui devient objet de réflexions.

32Elizaveta ahovskaja connaît les œuvres de Åukovskij, de Puškin, mais aussi d’Aleksandr Bestužev -- défenseur, dans les revues de son temps, de la langue russe --, avec lequel elle a l’occasion de parler en mars 1823 :

  • 36 Ibid., n˚ 3, f˚ 19.

Becтyжe‚ [Bestužev] qui est parti aujourd’hui, a dîné chez nous, il est rempli d’esprit ; nous avons beaucoup causé sur la littérature russe, qu’il connaît à fond ; il est si rare de trouver un jeune homme qui s’occupe réellement de sa langue paternelle.36

  • 37 Ibid., n˚ 2, f˚ 132v˚.

33Elizaveta exprime le souhait de maîtriser sa langue maternelle, se prescrit la lecture quotidienne de l’Évangile, en russe et en slavon :37

  • 38 Ibid., f˚ 20.

34Le désir de « maîtriser » le russe (littéralement : « s’affermir » dans cette langue) est évidemment lié à un certain affermissement de soi, capable d’adopter, à travers une autre langue, un autre point de vue. Elizaveta ahovskaja abandonne les formules françaises, coulantes et faciles, pour un autre mode d’expression, plus difficile pour elle, mais plus « direct » et « authentique », qui lui permet une plus grande individualisation. Elle passe souvent au russe dans les moments « décisifs » de l’épanchement émotionnel, de la mise en scène de soi et de ses luttes intérieures :38

  • 39 Ibid., n˚ 3, f˚ 1v˚.

35Elle tente aussi d’exprimer en russe son sentiment d’amour, ce qui semble lui être particulièrement délicat :39

  • 40 Ibid., n˚ 2, f˚ 12.

36Le russe est ainsi choisi pour accentuer la gravité de son discours amoureux qui acquiert, grâce à ce choix linguistique, des accents à la fois fermes et fiers :40

  • 41 Lectrice de l’impératrice Elisabeth Aleksejevna.
  • 42 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 252-253.

37Marija Tolstaja-- jeune fille restée orpheline et qui, à l’époque de la rédaction de son journal de 1821-1823 tenu à Pétersbourg et à Carskoe Selo, se trouve sous la tutelle de sa tante, demoiselle d’honneur de chambre de l’impératrice Elisabeth Alekseevna -- se réjouit dans son journal de pouvoir parler sa langue maternelle « du moins » avec sa cousine à qui elle adresse ses notes. Elle choisit le russe lorsqu’elle veut restituer son monde à elle, se distancier de la société mondaine -- y compris au moyen de l’« écran » que constitue la langue populaire --, mettre en relief sa propre personnalité :41 42

  • 43 M.J. Tolstaja, [Journal] (autographe), RGADA, f. 1280, op. 1, d. 134, l. 37, 81v˚.

38Le français cède la place au russe lors de la prise de conscience de son expérience individuelle ; pour Marija Tolstaja, c’est son état d’orpheline qui détermine sa vision du monde et ses rapports avec son entourage :43

  • 44 E.I. Vadkovskaja, [Journal] (autographe), RGALI (Rossijskij gosudarstvennyj arhiv literatury i isku (...)

39Le russe sert aussi à traduire les émotions fortes dans le journal de 1821 d’Ekaterina Ivanovna Vadkovskaja (née comtesse Černyševa ; 1765-après 1826), qu’elle tient à un âge avancé, après avoir passé sa jeunesse à la cour de Catherine II :44

  • 45 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 234-235.
  • 46 Ibid., p. 253.

40Le russe des diaristes inclut parfois des gallicismes, inévitables à cette époque : « fl ‚ce„дa e„o люблю » [je l’aime toujours], « м˚ [...] б˚ли oт‚лeкaeм˚ » [nous étions distraits], « fl нe имeю ни˜e„o нo‚o„o cкaзaть тeбe » [je n’ai rien de neuf à te dire]45, écrit Elizaveta ahovskaja ; « бyдy [...] „o‚opить их дpe‚ниÈ шoтлaндcкиÈ flз˚к » [je vais parler leur ancienne langue écossaise], écrit Marija Tolstaja à propos de sa lecture d’un roman de Walter Scott46.

  • 47 M.J. Tolstaja, [Journal], f˚ 73.
  • 48 E.A. ahovskaja, [Journal], n˚ 2, f˚ 133v˚.

41Mais leur russe est surtout proche de la langue du peuple avec ses tournures et ses expressions idiomatiques, de cette langue dont se distanciaient Karamzin et ses adeptes : « Taк инoÈ paз тaк cкy˜нo, ˜тo хoть плaкaть » [C’est si triste parfois, triste à pleurer] ; « cepдˆe ˜тo тo нe лeжит к paдocти » [mon cœur n’est pas disposé à la joie] ; « Æ тeбe нaдoeлa, нe знaю кaк тeбfl ocтa‚ить, хoть fl из пycтo‚a ‚ пopoжнee пepeли‚aю » [Tu en as assez de moi, mais je ne sais comment te laisser, quoique je ne fasse que rabâcher]47 ; « кo„дa хoжy, нe paзбиpaю дopo„и » [quand je marche, je ne vois pas le chemin]48.

  • 49 Ibid., n˚ 6, f˚ 15.
  • 50 Ibid., n˚ 5, f˚ 26.

42Ces tournures alternent et s’amalgament parfois avec celles du français : « combien il était terrible d’être orpheline, кo„дa нeкoмy зacтyпитьcfl », « Baлeнтинa тaк и пoдм˚‚aeт тaнˆo‚aть [Valentin est tout tenté de danser], et en même tems il craint l’impression que j’en aurai »49, « pour noter notre житиe-б˚тиe » [existence]50.

  • 51 V.V. Vinogradov, Očerki russkogo literaturnogo jazyka, p. 223-227.

43Une parfaite maîtrise du français, tel qu’il était formé par la culture salonnière et la littérature du XVIII>e siècle et, en même temps, la pratique du russe populaire est un des traits caractéristiques du langage de la noblesse à cette époque, qui fit souvent l’objet de représentations caricaturales51. Or, à en juger notamment d’après les textes de nos diaristes, cette particularité mérite plutôt d’être remise en valeur. La maîtrise de différents modes d’expression à travers les deux langues, le passage immédiat d’un registre à l’autre offrent la possibilité de s’orienter librement à travers plusieurs pratiques culturelles, tout en maintenant une certaine distance par rapport à ces pratiques, et en sauvegardant l’espace culturel traditionnel.

Haut de page

Notes

1 Voir A.G. Tartakovskij, Russkaja memuaristika XVIII-pervoj poloviny XIX v. [Mémoires et journaux personnels russes du XVIII>e-première moitié du XIX>e siècle], M. : Nauka, 1991.

2 Le journal des trois frères Pavel, Petr et Aleksandr Demidov (commencé en 1758), signalé par W. Berelowitch dans son article « Les récits des voyageurs russes en France dans la seconde moitié du XVIII>e siècle », in G. Dulac, D. Taurisson, M. Piha et M. Reverseau, éds., La culture franНaise et les archives russes : Une image de l’Europe au xviiie siПcle, Ferney-Voltaire, 2004, p. 11, et celui d’Alexej Bobrinskij, publié dans S. Kozlov, Russkij puteščestvennik epohi Prosveščenija [Le Voyageur russe à l’époque des Lumières], t. 1., SPb. : Istoričeskaja illustracija, 2003, p. 356-447.

3 Voir Istorija dorevoljucionnoj Rossii v dnevnikah i vospominanijah : Annotirovannyj ukazatel´ knig i publikacij v еurnalah [Histoire de la Russie d’avant la révolution d’après les journaux et les mémoires : Index annoté des livres et des publications dans des revues], sous la direction de P.A. Zajončkovskij, t. 1, xve-xviiie siècles, M. : Kniga, 1976 ; t. 2, partie 1, 1801-1856, M. : Kniga, 1977.

4 Ces journaux ont fait l’objet d’une étude dans le cadre du Programme international de coopération scientifique, en collaboration avec Catherine Viollet (Institut des textes et manuscrits modernes, CNRS).

5 Je renvoie à notre ouvrage « Si tu lis jamais ce journal... », Diaristes russes francophones. 1780-1854, E. Gretchanaia, C. Viollet, éds., P. : CNRS Éditions, 2008.

6 I.A. Paperno, « O dvujazyčnoj perepiske puškinskoj epohi» [De la correspondance bilingue à l’époque de Puškin], Učenye zapiski tartuskogo universiteta , vyp. 358, Tartu, 1975, p. 149.

7 Voir Michel Braud, La forme des jours : Pour une poОtique du journal personnel, P. : Seuil, 2006, p. 197-200.

8 Des extraits des journaux de Natal´ja Stroganova, Natal´ja Golicyna, Ekaterina Vadkovskaja, Marija Bahmeteva, Marija Tolstaja, Elizaveta ahovskaja sont publiés dans « Si tu lis jamais ce journal... ».

9 Voir, pour les voyages en France, Wladimir Berelowitch, « La France dans le “grand tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du XVIII>e siècle », Cahiers du Monde russe et soviОtique, 34 (1-2), 1993, p. 195-209.

10 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 72.

11 Voir M.K. Azadovskij, « Iz materialov “Strogonovskoj Akademii”. Neizdannye proizvedenija Ksav´e de Mestra i Zianaidy Volkonskoj » [Matériaux de « l’Académie Strogonovienne ». Œuvres inédites de Xavier de Maistre et Zinaïda Volkonskaja], Literaturnoe nasledstvo, 33-34, 1939, p. 195-214.

12 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 71-72. Ici et plus loin, l’orthographe des diaristes est conservée telle que dans l’original. La comtesse Darja Petrovna Saltykova (née comtesse Černyševa ; 1738-1802) était la cousine de la baronne Stroganova.

13 Ibid., p. 73.

14 Le comte Ivan Petrovitch Saltykov (1730-1805), général en chef.

15 K.A. Pisarenko, « Iz semejnoj hroniki roda Stroganovyh » [Chronique familiale des Stroganov], Rossijskij arhiv, M., 2005, p. 75 (ici et plus loin, c’est moi qui traduis).

16 Ibid., p. 76.

17 Le journal de la princesse Golicyna permet de rectifier la date convenue de sa naissance (1741) : elle est née à Berlin deux ans avant le départ de sa famille pour Londres (1746), il s’agit donc de l’année 1744.

18 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 82.

19 Ibid., p. 175.

20 V.S. Suhotina, [Journal] (autographe), RGADA (Rossijskij Gosudarstvennyj arhiv drevnih aktov -- Archives d’État des actes anciens de Russie], f. 1280, op. 1, d. 136, l. 4v˚.

21 Voir V.V. Vinogradov, Očerki russkogo literaturnogo jazyka xvii-xix vekov [Essais sur la langue littéraire russe des XVII>e-XIX>e siècles], M. : Vysšaja škola, 1982 (1re éd. 1934), p. 194 ; B.A. Uspenskij, Iz istorii russkogo literaturnogo jazyka xviii-načala xix veka : Jazykovaja programma Karamzina i ee istoričeskie korni [De l’histoire de la langue littéraire russe du XVIII>e-début du XIX>e siècle : Le programme langagier de Karamzin et ses origines historiques], M. : izdatel´stvo Moskovskogo universiteta, 1985, p. 154-155.

22 V.P. eremeteva, [Journal] (copie dactylographiée du début du XX>e siècle), RGADA, f. 1287, op. 1, d. 5160, l. 38. Ce journal est publié en traduction russe : V.P. eremeteva, Dnevnik [Journal], M. : typographie de Synode, 1916.

23 A.P. Kern (Markova-Vinogradskaja), Vospomonanija, Dnevniki, Perepiska [Souvenirs, Journaux, Correspondance], M. : Hudlit, 1974.

24 A.I. Kolečickaja, « Moi zapiski ot 1820 goda » [Mes notes de l’an 1820], in E.E. Liamina et E.E. Pasternak, éds., Lica : Biografičeskij al´manah [Visages : almanach biographique], M. : Abrahm Reutblat ; SPb : Phenix ; Atheneum, n˚ 6, 1995, p. 277-341.

25 « Et moi, je suis semblable à une feuille, Emportez-moi comme elle, orageux Aquilon », vers de « L’Isolement » de Lamartine.

26 A.A. Olenina, Dnevnik : Vospominanija [Journal. Souvenirs], SPb. : Akademičeskij proekt, 1999, p. 57.

27 Ibid., p. 65-66.

28 E.A. ahovskaja, [Journal] (autographe), RGB (Rossijskaja gosudarstvennaja biblioteka -- Bibliothèque de l’État russe), f. 336/2, carton 47, n˚ 3, f˚ 16v.

29 Ibid., n˚ 7, f˚ 1v.

30 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 238.

31 Voir ibid., p. 247-248.

32 E.A. ahovskaja, [Cahiers de citations], autographe, RGB, 336/II, carton 70, n˚ 4, f˚ 2.

33 Elle a pu lire une édition récente : Le combat spirituel, par le R.P.D. Laurent Scrupoli, suivi d’un TraitО de la paiх de l’âme, par le mРme auteur, traduction nouvelle par ***, augmentОe de priПres tirОes des Paraphrases de Massillon, et d’un morceau inОdit du P. Bourdaloue, P. : Librairie grecque-latine-allemande, 1820.

34 L’Гvangile mОditО et distribuО pour tous les jours de l’annОe, œuvre du jésuite Bonaventure Giraudeau, parachevée et publiée par l’abbé Arnaud Duquesne en 1773-1774, et qui connut de nombreuses rééditions.

35 E.A. ahovskaja, [Journal], RGB, fonds 336/2, carton 47, n˚ 5, f˚ 4.

36 Ibid., n˚ 3, f˚ 19.

37 Ibid., n˚ 2, f˚ 132v˚.

38 Ibid., f˚ 20.

39 Ibid., n˚ 3, f˚ 1v˚.

40 Ibid., n˚ 2, f˚ 12.

41 Lectrice de l’impératrice Elisabeth Aleksejevna.

42 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 252-253.

43 M.J. Tolstaja, [Journal] (autographe), RGADA, f. 1280, op. 1, d. 134, l. 37, 81v˚.

44 E.I. Vadkovskaja, [Journal] (autographe), RGALI (Rossijskij gosudarstvennyj arhiv literatury i iskusstva -- Archives d’État de Russie de littérature et d’art), f. 1337, op. 3, d. 18, l. 7.

45 « Si tu lis jamais ce journal... », p. 234-235.

46 Ibid., p. 253.

47 M.J. Tolstaja, [Journal], f˚ 73.

48 E.A. ahovskaja, [Journal], n˚ 2, f˚ 133v˚.

49 Ibid., n˚ 6, f˚ 15.

50 Ibid., n˚ 5, f˚ 26.

51 V.V. Vinogradov, Očerki russkogo literaturnogo jazyka, p. 223-227.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena Greanaja, « L'usage du français et du russe dans les journaux féminins », Cahiers du monde russe [En ligne], 50/1 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2009, Consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/9148

Haut de page

Auteur

Elena Greanaja

elgretchanaia@rambler.ruIMLI Académie des Sciences, Moscou

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Haut de page