Navigation – Plan du site
Articles

Le tournant de la politique religieuse de Stalin

Pouvoir soviétique et Église orthodoxe de 1943 à 1945
A turning point in Stalin’s religious policy. Soviet power and the Orthodox Church between 1943 and 1945
Adriano Roccucci
p. 671-698

Résumés

Résumé
En 1943, Stalin imprima un tournant à sa politique religieuse. Il permit à l’Église d’élire un patriarche auquel il concéda une certaine liberté de manœuvre. Ce revirement était dû aux perspectives d’expansion impérialiste et aux horizons géopolitiques de l’après-guerre. Le pivot du nouveau système des relations entre Église et État était le rapport entre le gouvernement et le patriarche par le biais d’un nouvel organisme institué par Stalin, le Conseil pour les affaires de l’Église orthodoxe russe. L’objectif premier du pouvoir soviétique n’était plus de favoriser les divisions internes au sein de l’Église ou l’affaiblissement des autorités ecclésiastiques, mais au contraire de promouvoir la centralisation des structures ecclésiastiques autour du patriarche et de l’épiscopat. Le concile de l’Église russe qui se réunit fin janvier 1945 pour élire le nouveau patriarche Aleksij, après la mort de Sergij, se déroula en présence de trois patriarches et de représentants des autres Églises orthodoxes : ce fut un « triomphe de l’orthodoxie » dans la capitale du communisme. Sur fond de réveil religieux, l’Église, à partir de 1943, accepta de relever le défi de la collaboration avec le régime soviétique dans le nouveau cadre des relations avec l’État délimité par Stalin. L’exercice en était périlleux, mais avait-elle d’autres choix ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Nikolaj E. Emel´janov, « Ocenka statistiki gonenij na russkuju pravoslavnuju cerkov´ v xx veke (...)
  • 2 Cf. Anna Dickinson, « Quantifying Religious Oppression: Russian Orthodox Church Closures and Repres (...)

1L’année 1943 marqua un tournant dans la politique religieuse de Stalin. De 1917 à 1939 une impitoyable offensive contre l’Église russe orthodoxe avait été perpétrée en Union soviétique. Son coût humain avait été particulièrement élevé. Une évaluation vraisemblable du nombre de victimes des persécutions contre l’Église orthodoxe estime que cinq cent mille à un million de chrétiens orthodoxes furent tués en raison de leur foi1. Les structures ecclésiastiques furent presque totalement anéanties, les séminaires, les écoles théologiques et les monastères, liquidés. Dans l’ensemble de l’Union soviétique, il ne restait en 1939 qu’à peine mille églises consacrées : 97,6 % de celles actives en 1916 avaient été fermées2. L’ensemble du corps de l’Église patriarcale ne comptait plus que quatre évêques libres d’exercer leur ministère. Les persécutions sanglantes, la liquidation systématique des règles qui avaient régi la vie de la société russe depuis des siècles, la destruction massive d’édifices et d’objets du culte, un discours public monopolisé par la propagande, le plus souvent agressive, de l’athéisme étaient autant de faits qui avaient bouleversé la vie religieuse des citoyens soviétiques. Le projet bolchevik de liquidation totale des institutions ecclésiastiques, mais aussi de la dimension religieuse comme composante fondamentale de la société et de la personne, demeurait, même après 1939, l’objectif ultime auquel continuait de tendre le pouvoir soviétique en matière religieuse. Pourtant, l’expansion de l’Union soviétique après le pacte Molotov-Ribbentrop, le début de la Seconde Guerre mondiale et l’annexion de nouveaux territoires occidentaux — où l’activité religieuse restait vivace et les institutions ecclésiastiques encore florissantes —, favorisèrent le changement de stratégie qui détermina en 1943 le tournant dans la politique religieuse de Stalin, en particulier à l’égard de l’Église orthodoxe.

  • 3 Alors que pour les années 1920 et en partie pour les années 1930, abondent les documents produits p (...)
  • 4 De nombreuses publications de documents du SPDRPC ont été présentées par Mihail I. Odincov dans la (...)

2L’étude de la politique religieuse et de la vie de l’Église orthodoxe russe à partir de 1943 ne peut se fonder quasi exclusivement que sur des fonds d’archives de provenance soviétique ; les archives ecclésiastiques restent encore inaccessibles aux chercheurs3. Les archives du Conseil pour les affaires de l’Église russe orthodoxe (Sovet po delam Russkoj pravoslavnoj cerkvi pri Sovete narodnyh komissarov SSSR, ci-après SPDRPC) et celles du Comité central du parti communiste constituent les principales sources exploitées par les chercheurs sur le sujet depuis une vingtaine d’années. Le présent article s’appuie sur ces mêmes sources4.

Politique religieuse et horizons géopolitiques

  • 5 D’après le registre des visiteurs du bureau de Stalin, l’entretien se déroula de minuit quarante à (...)

3Dans la nuit du 4 au 5 septembre 1943, se tint au Kremlin une rencontre singulière et paradoxale entre les autorités suprêmes de l’État et les autorités de l’Église orthodoxe russe. Stalin reçut dans son bureau le métropolite de Moscou et de Kolomna, Sergij (Stragorodskij), locum tenens du trône patriarcal, le métropolite de Leningrad et de Novgorod, Aleksij (Simanskij), et le métropolite de Kiev et de Gali?, Nikolaj (Jaruševi?), en présence de Vja?eslav M. Molotov, du chef du NKGB, Vsevolod N. Merkulov, et du colonel Georgij G. Karpov, responsable du cinquième département de la deuxième section du NKGB, chargé, entre autres missions, du contrôle et de la répression des organisations religieuses5. C’est une entrevue cordiale, presque surréaliste, qui se déroule entre celui qui avait violemment poursuivi l’anéantissement total de l’Église et celui qui en avait subi les persécutions et avait vu mourir des centaines de milliers de fidèles sur ordre du premier.

  • 6 Le procès-verbal de la rencontre est transcrit dans le document « Rapport de G.G. Karpov sur la réc (...)

4Stalin se montra disposé à écouter les exigences de l’Église présentées par les trois métropolites, depuis celle relative à l’ouverture d’instituts théologiques pour la formation de nouveaux prêtres, jusqu’à celle concernant les besoins économiques de l’Église. Mais surtout, il consentit à la convocation du concile des évêques pour l’élection d’un nouveau patriarche, convocation qu’il avait interdite depuis le décès du patriarche Tihon (Bellavin) en 1925. Stalin entendait rénover le cadre des relations entre l’État et l’Église. C’est dans ce dessein qu’il annonça, au cours de cette rencontre, la création d’un nouvel organe, le Conseil pour les affaires de l’Église orthodoxe russe (SPDRPC), qui devait jouer le rôle d’intermédiaire entre le gouvernement et le Patriarcat6.

  • 7 Voir : « Dejanija Sobora Preosvjaš?ennyh Arhiereev Russkoj Pravoslavnoj Cerkvi 8 sentjabrja 1943 go (...)
  • 8 Sur la figure de Sergij, voir Sergej Fomin, éd., Straž doma Gospodnja : Patriarh Moskovskij i vseja (...)

5Le concile des évêques de l’Église orthodoxe russe se réunit à Moscou le 8 septembre. Dix-neuf évêques y participèrent7. Tous les prélats qui se trouvaient dans les territoires non occupés de l’Union soviétique y étaient conviés. La majorité d’entre eux avait traversé des périodes plus ou moins longues d’exil ou d’emprisonnement. Sergij, l’ecclésiastique désormais âgé qui avait défendu avec ténacité l’unité canonique de l’Église autour du gouvernement ecclésiastique qu’il dirigeait, fut élu par acclamation patriarche de Moscou et de toutes les Russies8.

  • 9 Sur les différentes lectures des motivations qui poussèrent Stalin à changer le cap de sa politique (...)

6Quelles furent les motivations qui poussèrent Stalin à faire ce pas en direction de l’Église orthodoxe russe et à changer ainsi la ligne directrice de sa politique ecclésiastique ? La renaissance religieuse dans les territoires occupés par les Allemands et dans les zones restées sous domination soviétique, le désir de stimuler ultérieurement l’action de l’Église au soutien de l’effort de guerre du pays, l’intention de récompenser d’une façon ou d’une autre la loyauté et le patriotisme du Patriarcat pendant la guerre, la nécessité d’aller au-devant des demandes de l’opinion publique anglaise et américaine à la veille de la conférence de Téhéran pour favoriser l’ouverture d’un second front, les exigences de la politique étrangère, telles sont les raisons majoritairement retenues par les chercheurs9.

7La reprise de la vie religieuse dans les premières années de guerre et la réouverture massive des églises dans les territoires sous occupation nazie n’avaient pas manqué de réveiller une certaine inquiétude au sein des organes de l’État et du parti. La nécessité se faisait clairement ressentir, en particulier de la part du NKGB, de dépasser une improvisation dictée par l’urgence de la guerre et de redessiner la ligne de la politique religieuse. Placer la vie de l’Église sous contrôle était un objectif inhérent à la logique même du régime stalinien, qui ne concevait pas au sein de l’Union soviétique l’existence de secteurs de la vie sociale susceptibles de se soustraire à la surveillance des autorités du pays. Un tel résultat aurait pu s’obtenir sans pour autant accorder à l’Église des concessions d’ampleur inhabituelle pour le régime stalinien. L’action patriotique des ecclésiastiques avait probablement convaincu le secrétaire général que l’Église ne représentait pas un danger pour son pouvoir. Alors que le régime était en situation de menace mortelle, elle avait manifesté sa loyauté et prêté main-forte au gouvernement. Pourtant, la reconnaissance n’était pas le critère qui motivait Stalin, surtout s’agissant de choix politiques d’importance majeure, comme c’était le cas de la politique religieuse.

  • 10 Voir la lettre du commissaire à la sécurité d’État de l’URSS, V.N. Merkulov, à A.S. Š?erbakov, du 3 (...)
  • 11 Cf. Vojtech Mastny, The Cold War and Soviet Insecurity: The Stalin Years, Oxford–New York : Oxford (...)

8La nécessité de donner des gages à l’opinion publique anglaise et américaine et la visite prochaine d’une délégation de l’Église anglicane prévue pour septembre 1943 portèrent le gouvernement soviétique à juger opportune une amélioration de la condition de l’Église orthodoxe russe10. Néanmoins, afin de susciter chez les ecclésiastiques anglais une impression favorable sur la situation religieuse, il n’était certes pas indispensable de redessiner entièrement les contours des rapports entre l’État et l’Église, comme pourtant il s’appliqua à le faire. En outre, en septembre 1943, la situation militaire sur le front soviétique était telle que l’ouverture d’un second front n’était plus pour Moscou une nécessité vitale. Il n’était pas non plus indispensable d’accorder à l’Église des concessions importantes afin d’encourager son action patriotique, alors que, en 1941, celle-ci s’était produite spontanément, sans la moindre incitation. C’est plutôt dans le cadre des perspectives expansionnistes impériales et des horizons géopolitiques de l’après-guerre qu’il faut chercher les motivations premières du choix fait par Stalin à l’endroit de l’Église orthodoxe. L’amélioration de la situation militaire, après Stalingrad et Kursk, et la perspective, quoique lointaine, de la possibilité d’une victoire effective, changèrent l’ordre des priorités dans l’agenda politique des autorités soviétiques. En fait, ce fut au cours de ces mois-ci que Stalin, qui n’était plus obligé de se consacrer exclusivement à la lutte pour sauver son pays de l’agression nazie, commença à focaliser son attention sur les plans pour l’organisation du monde d’après-guerre et la défense des intérêts géopolitiques de Moscou11.

  • 12 Voir aussi les observations de Steven Merritt Miner, Stalin’s Holy War: Religion, Nationalism, and (...)

9C’est dans ce contexte que mûrit l’idée d’une implication de l’Église orthodoxe russe dans les desseins géopolitiques de l’État soviétique. Il est probable que ce fut là la motivation principale qui conduisit Stalin à imprimer à la politique religieuse le tournant de septembre 194312. Le rôle que l’Église a pu jouer dans cette période du stalinisme était lié aux projets d’expansion territoriale de l’Union soviétique et d’élargissement de sa sphère d’influence.

  • 13 Dans l’abondante bibliographie sur la liquidation de l’Église gréco-catholique, voir Bohdan R. Boci (...)

10L’avancement des frontières occidentales aurait impliqué, en Ukraine, en Biélorussie, en Bessarabie, en Bukovine et dans les pays Baltes, l’annexion définitive des régions où l’Église avait conservé presque intégralement son enracinement dans la société. Le Patriarcat de Moscou, comme cela s’était déjà produit en partie entre 1939 et 1941, pouvait exercer là une fonction de grande importance en neutralisant, ou du moins en atténuant, la teneur antirusse, et par conséquent antisoviétique, des sentiments religieux des populations frontalières. En ce sens, l’expérience tsariste offrait un précédent significatif. De fait, l’Église orthodoxe avait été manipulée plus d’une fois pour conforter le pouvoir de Moscou et contrecarrer l’action des confessions religieuses à tendance antimoscovite. Ce fut aussi le cas à la fin de la guerre avec la lutte contre les tendances indépendantistes du clergé sur des bases nationales présentes dans divers secteurs de l’orthodoxie ou avec le processus de liquidation de l’Église gréco-catholique en Ukraine occidentale13.

  • 14 Sur la « stratégie religieuse » de l’Union soviétique dans l’après-guerre, se reporter à Andrea Ric (...)

11En outre, les plans pour transformer les pays d’Europe orientale et balkanique en une zone d’influence soviétique ne pouvaient pas ne pas prendre en compte le rôle joué par la religion chez les populations de ces régions. L’influence du clergé, le lien étroit entre appartenance confessionnelle et identité nationale, l’enracinement de l’Église dans les populations majoritairement rurales, poussèrent Stalin à prêter attention à la question religieuse dans les pays d’Europe orientale et à en tenir compte dans l’élaboration de la stratégie soviétique. Dans certains de ces États, en Bulgarie, Roumanie et en Yougoslavie, la tradition orthodoxe prévalait. Le Patriarcat de Moscou pouvait jouer pour les Églises de ces pays son rôle traditionnel de protection et de soutien aux intérêts de la politique extérieure soviétique14. Le pouvoir soviétique avait besoin pour sa projection internationale et son expansion impériale de disposer de l’appui de l’Église orthodoxe, dont la renaissance devait être favorisée dans le cadre d’une soumission à l’État.

Le gouvernement et le patriarche

  • 15 Les informations sur la biographie de Karpov, sauf mention explicite d’autres sources, sont tirées (...)

12La mise en œuvre de la nouvelle politique envers l’Église russe incombait en grande partie au SPDRPC, dont la présidence avait été confiée à Karpov. Qui était Georgij Grigor´evi? Karpov ? Sa carrière politique débute après la guerre civile15. En 1920, il devient membre du parti communiste et en 1922, il commence à travailler au sein de la GPU. En juillet 1937, il est nommé responsable du quatrième département « secret-politique » de Leningrad, qui avait entre autres missions celle de contrôler le clergé et les associations religieuses. Karpov fut donc un des responsables du NKVD à Leningrad pendant les mois de la Terreur. C’était, comme tant d’autres, un fonctionnaire de la police politique, ayant voué obéissance à Stalin et fidélité au parti et à sa ligne politique.

  • 16 Sur ces questions, cf. Vadim Z. Rogovin, Partija rasstreljannyh [Le parti des fusillés], M. : s.n., (...)

13En 1941, des fonctionnaires de la police politique du district de Pskov, qui dépendait directement de Karpov, furent condamnés pour leur activité dans les années 1937-1938, et le tribunal militaire de Leningrad intenta une procédure pénale à son encontre également. Cependant, au même moment, Karpov, probablement aussi grâce aux bons offices du nouveau chef du NKVD de Leningrad, Sergej A. Goglidze, fidèle collaborateur de Lavrentij P. Berija et ancien chef de la police politique de Géorgie, s’était déjà fait muter à Moscou, en qualité de chef de section à la direction centrale. Le procès fut donc classé sans suites. Pourtant, en 1956, le comité de contrôle du parti enquêta sur les activités de Karpov pendant les années de la Terreur. Les conclusions de l’enquête établirent qu’il « avait perpétré des arrestations de masse, employé des méthodes d’investigations perverses, falsifié des procès-verbaux d’interrogatoires »16.

14Arrivé à Moscou dans sa quarante-troisième année en février 1941, Karpov avait à son actif de longues années de service au sein du NKVD, au cours desquelles il avait fait montre, en plus sans doute de sa disposition à suivre sans ciller les ordres, de sa faculté à traverser indemne les épurations successives des années précédentes. En décembre 1941, il fut nommé responsable du quatrième département de la troisième section du NKVD, chargée de la « lutte contre la contre-révolution cléricale-sectaire », cette structure qui, depuis 1938, avait pour mission de contrôler l’Église orthodoxe. En février 1943, il fut nommé colonel et en mai, la direction du cinquième département de la deuxième section du NKGB, à peine institué, lui fut confiée. À ce titre il fut appelé par Stalin à diriger le nouvel organe gouvernemental : Karpov était un représentant sûr de l’institution la plus efficace du régime, et avait probablement aussi fait montre d’une compétence certaine à traiter les affaires ecclésiastiques ; tout cela garantissait qu’il allait mener à bien et sans faillir la tâche que Stalin voulait lui confier. Karpov, nommé general-major en juillet 1945, resta en fonction au sein des services de sécurité jusqu’en mars 1955, continuant à occuper des postes à hautes responsabilités.

  • 17 « Sténogramme du séminaire des délégués du Conseil pour les affaires de l’Église orthodoxe russe au (...)

15Parmi les compétences du SPDRPC, qui devait assumer la fonction de lien, de maillon entre l’Église et l’État, la prééminence avait été donnée au rapport direct avec les ecclésiastiques et au contrôle des activités de l’Église, plutôt qu’à un travail de vérification de la stricte application de la législation soviétique relative aux cultes en vigueur. Lors d’une réunion de formation des fonctionnaires du SPDRPC, Karpov insiste sur cet aspect prioritaire de leur travail : « des conversations avec l’évêque sont nécessaires, asseyez-vous, parlez avec lui, parlez avec les prêtres, parlez avec les laïcs »17. Il s’agissait là d’un type de mission dont l’exécution requérait les méthodes de travail « personnalisées » d’un fonctionnaire des services de sécurité.

  • 18 Lettre de G.G. Karpov au Comité central du PCUS, du 12 mars 1955, n. 189/s, sekretno [secret], GARF (...)
  • 19 La lettre de Merkulov du 7 juillet 1945 est publiée dans Likvidacija UHKC (1939-1946), vol. II, p.  (...)

16La contiguïté entre le NKGB et le SPDRPC porte à croire qu’il y eut coordination entre l’activité des deux organes dans le cadre d’une coopération devant appliquer la ligne unique de la politique religieuse. Dans son rapport au Comité central de mars 1955, Karpov déclarait avoir entretenu avec la section de la police politique chargée des affaires ecclésiastiques un « contact quotidien »18. Pourtant, malgré cela, l’organisme présidé par Karpov ne fut pas une agence des services de sécurité. Il était certes difficile de défendre les frontières du domaine de compétences du SPDRPC contre l’empiétement des agents de la police politique, qui continuaient souvent, et ce en particulier à l’échelle locale, à gérer les relations avec les responsables des communautés religieuses, comme ils l’avaient d’ailleurs toujours fait. Il est significatif qu’en juillet 1945, Merkulov ait été conduit à envoyer une circulaire aux responsables du NKGB dans le but de réaffirmer la distinction des rôles entre les fonctionnaires du SPDRPC et les agents des services de sécurité19.

  • 20 Le texte de l’ordonnance est publié dans Odincov, Religioznye organizacii v SSSR nakanune i v gody (...)

17Malgré les difficultés, le SPDRPC acquit un profil original en dépit des multiples entraves qui limitaient l’autonomie de toute institution soviétique. Le 7 octobre 1943, un décret du Conseil des commissaires du peuple (SNK) approuva les statuts de la nouvelle institution comme organe du pouvoir exécutif. Elle était dotée d’un appareil central et d’un corps de délégués auprès des administrations des républiques de l’Union et des républiques autonomes, ainsi qu’auprès des comités exécutifs des oblasti et des kraja20. Le nouvel organisme naissait avec un statut pansoviétique et devint au cours des années restantes du stalinisme l’interlocuteur privilégié des autorités du pays pour ce qui concernait la politique envers l’Église orthodoxe. La première tâche que le décret assignait au SPDRPC était l’examen des questions soulevées par le patriarche. S’y ajoutaient l’élaboration d’actes législatifs et de délibérations sur les sujets liés à l’Église, le contrôle de la bonne application des normes gouvernementales sur le territoire soviétique, la présentation au gouvernement d’avis et d’informations relatives à la vie de l’Église, le décompte des églises et la collecte de données statistiques.

  • 21 Ibid., p. 84.
  • 22 Cf. ?uma?enko, Gosudarstvo, pravoslavnaja cerkov´, verujuš?ie, p. 23-45.

18Les hauts responsables du SPDRPC (président, vice-président, et assistant du président) furent recrutés dans les fichiers des membres du NKGB. Il en fut de même pour les délégués dans les régions les plus sensibles politiquement, comme celles libérées de l’occupation allemande, pour lesquelles Molotov en personne conseilla de faire confiance au personnel de la police politique : « il faut, avait souligné Karpov, que dans les oblasti libérées, ce soient des tchéquistes qui soient nommés délégués »21. Le reste du personnel, tant au niveau central que régional, fut formé d’employés issus des structures de l’appareil d’État. Le processus de recrutement du corps des délégués se déroula lentement. En février 1944, on comptait 43 délégués en exercice, nombre qui ne s’éleva à 112 qu’à la fin de l’année 1946. Le recrutement des fonctionnaires capables d’appliquer au niveau local la nouvelle ligne de politique religieuse n’était pas chose facile. Il n’était pas rare que les comités du parti des oblasti attribuent les fonctions de délégués du SPDRPC à ceux qui par le passé s’étaient distingués dans la propagande antireligieuse et qui ne s’alignaient pas sur la nouvelle orientation des relations entre l’Église et l’État22. Le contrôle strict de l’activité des délégués par les instances centrales du SPDRPC et l’implication continue dans leur formation furent les méthodes mises en œuvre par Karpov pour animer avec succès un appareil efficace, comme l’a observé Tat´jana A. ?uma?enko :

  • 23 Ibid., p. 45.

Il a réussi, en temps de guerre, à créer une structure complètement nouvelle au sein du système du pouvoir étatique ; il a forgé un appareil capable de remplir de façon opérationnelle et avec la compétence nécessaire les fonctions qui lui avaient été attribuées par les autorités du pays23.

  • 24 Dans une remarque sur sa conversation avec Molotov, Karpov rapportait que celui-ci lui avait donné (...)
  • 25 « Sténogramme du séminaire des délégués du Conseil pour les affaires de l’Église orthodoxe russe au (...)

19Karpov transmettait des rapports à Molotov sur son propre travail et sur la situation de l’Église, et s’adressait directement à Stalin pour les questions d’importance majeure ; il recevait des deux dirigeants des indications quant aux décisions à appliquer24. Cela témoignait clairement, de la part des plus hautes autorités soviétiques, de l’intérêt politique porté, à partir de 1943, à la politique religieuse et à l’Église orthodoxe. Karpov lui-même souligna cet aspect lors d’une rencontre avec des délégués du SPDRPC en 1945 : « Chaque jour, je peux régler telle ou telle question avec Vja?eslav Mihajlovi? Molotov, qui s’occupe directement du Conseil »25.

  • 26 Voir la note sur les directives reçues à l’occasion de l’organisation du Conseil, sekretno [secret] (...)

20Lors de la fondation du SPDRPC, Stalin avait donné à Karpov des directives sur le mode opératoire du nouvel organe. Il ne devait prendre aucune initiative qui eût pu apparaître comme « une ingérence directe dans la vie administrative, canonique et dogmatique de l’Église ». Une autre règle de base était de « ne pas regarder dans le portefeuille (smotret´ v karman) de l’Église et du clergé » afin de ne pas compromettre les relations entre le SPDRPC et les autorités ecclésiastiques26. L’objectif auquel il fallait tendre avant tout était d’établir de bonnes relations avec les hautes autorités de l’Église et avec l’épiscopat, en leur garantissant nécessairement l’exercice de leur propre pouvoir au sein des structures ecclésiastiques. Il importait en particulier que le président du SPDRPC accordât une attention spéciale au patriarche :

  • 27 Ibid., l. 4.

Le président du Conseil doit établir des relations telles avec le patriarche qu’elles ne puissent offrir au pouvoir ecclésiastique le prétexte de considérer le président du Conseil comme un ober-prokuror. En outre, il doit organiser des rencontres avec le patriarche, des dialogues, formes de contact adéquates qui peuvent être mises à profit pour exercer une influence avantageuse27.

  • 28 Odincov, Religioznye organizacii v SSSR nakanune i v gody velikoj ote?estvennoj vojny, p. 81.

21L’organe exécutif de la politique religieuse avait aussi reçu formellement la mission de garantir la solidité du « lien entre le gouvernement de l’URSS et le patriarche de Moscou et de toutes les Russies sur les questions de l’Église russe orthodoxe qui requièrent une autorisation du gouvernement de l’URSS »28. Il est significatif que la fonction spécifique du nouvel organisme d’État ait justement été le rapport direct avec le patriarche et non avec les structures ecclésiastiques dans leur ensemble.

  • 29 Sur la politique religieuse des bolcheviks et sur les scissions internes au sein de l’Église orthod (...)

22D’un point de vue juridique, le Patriarcat n’avait pas de personnalité propre, et la législation reconnaissait uniquement l’existence des associations religieuses, c’est-à-dire des paroisses. Il s’agissait d’un revirement de la politique menée dans les années 1920 et 1930, quand l’un des principaux objectifs des autorités soviétiques avait été de favoriser l’apparition de scissions au sein de l’Église, pour affaiblir la direction ecclésiastique jusqu’à la désagrégation29. Au contraire, c’est le soutien aux autorités ecclésiastiques qui prévalait à présent, et tout particulièrement au patriarche. La reconnaissance par l’État de la direction ecclésiastique avait été l’objectif poursuivi sans relâche par Sergij, et l’infatigable défense de sa survie le moteur principal de la ligne d’action tenue par le locum tenens. Il ne s’agissait pourtant pas que d’un accueil bienveillant ou intéressé aux aspirations de l’Église. En fait, l’importance donnée aux relations avec le patriarche et avec les évêques et le renoncement à la politique qui favorisait les processus de démantèlement ou la poursuite de la liquidation des autorités ecclésiastiques ne furent pas des choix conjoncturels dictés par opportunisme tactique, mais constituèrent une constante de la politique religieuse soviétique à partir de 1943, même dans les phases de tension majeure. L’expérience des décennies précédentes avait probablement convaincu les autorités soviétiques de l’opportunité d’une structure centralisée de l’Église, qui en permît un contrôle plus aisé.

  • 30 Cypin, Istorija Russkoj Cerkvi 1917-1997, p. 324. Voir aussi Nikita Struve, Les Chrétiens en URSS, (...)
  • 31 Sur le concile de l’Église orthodoxe russe de 1917-1918, voir, dans l’ample bibliographie : Günther (...)

23Les « Normes sur l’administration de l’Église russe orthodoxe », approuvées par le concile de l’Église russe du 31 janvier 1945, après ratification préalable par le SNK, sanctionnèrent la centralisation du système administratif de l’Église. Elles « fixaient un ordre hiérarchique rigide de l’administration ecclésiastique, accroissant les pouvoirs du patriarche, des évêques éparques et des paroisses »30. La direction de l’Église était confiée au patriarche et à un saint-synode composé d’évêques, alors que n’était pas prévue l’existence d’un conseil suprême de l’Église composé aussi de moines, de prêtres et de laïcs, tel qu’il avait été adjoint au synode par le concile de 1917-191831. Les « Normes » établissaient aussi que le synode serait constitué, en plus du patriarche, de trois membres permanents, les métropolites de Kiev, de Leningrad et de Kruticy, ainsi que de trois membres choisis alternativement chaque semestre parmi les autres évêques. De la nouvelle structure émergeait une élite de l’épiscopat, composée de trois membres permanents qui, avec le patriarche, disposaient de la majorité des votes au synode. Le gouvernement de l’Église fut, de fait, confiée à ces plus hautes autorités de l’épiscopat.

  • 32 Le texte de l’ordonnance de 1929 est rapporté dans O.Ju. Vasil´eva, éd., Russkaja Pravoslavnaja Cer (...)
  • 33 Cf. la lettre de G.G. Karpov à V.M. Molotov du 10 janvier 1945, sekretno [secret], GARF, f. 6991, o (...)

24D’après le nouveau règlement, l’évêque était subordonné au concile, au patriarche et au synode. L’ordinaire était libre de gouverner son éparchie même sans le seul organe collégial prévu par les « Normes », le conseil éparchial, dont la composition ne prévoyait pourtant pas la participation de laïcs contrairement à ce qui avait été établi par le concile de 1917-1918. L’épiscopat reprenait également en main le contrôle des paroisses, à travers le recteur, nommé par l’ordinaire, responsable envers lui et placé à la tête de la communauté paroissiale, et de son organe exécutif dont il était président de droit. Cette dernière mesure allait à l’encontre de l’ordonnance d’État du 9 avril 1929 sur les associations religieuses, selon laquelle les prêtres n’étaient autres que des salariés pris en charge par la communauté32. Karpov, présentant le texte des « Normes » à Molotov, ne manqua pas de relever cette contradiction, mais se dit favorable au changement relatif à la direction des paroisses proposé par le Patriarcat de Moscou33. Pourtant, la législation sur les associations religieuses ne fut pas modifiée, ce qui laissait ainsi au gouvernement la liberté, s’il le jugeait opportun, d’utiliser cette discordance pour contraindre l’Église à modifier les dispositions sur l’administration des paroisses, afin de la restituer aux communautés paroissiales, comme ce serait le cas en 1961.

  • 34 « Note sur les directives reçues à l’occasion de l’organisation du Conseil », sekretno [secret], à (...)

25Le SPDRPC avait donc entériné le remaniement des structures ecclésiastiques proposées par le Patriarcat, qui rétablissait une organisation verticale rigide de la direction de l’Église. D’autre part, parmi les directives reçues par Karpov au moment de la fondation du SPDRPC, figurait la garantie des conditions dans lesquelles les évêques pouvaient être « patrons absolus » de leur éparchie34. Une fusion entre des exigences totalement distinctes, sinon opposées, s’était produite : celles des autorités ecclésiastiques et celles des autorités soviétiques. Toutes deux, de façon différente et avec des intérêts divergents voire contraires, favorisèrent le processus de centralisation des structures ecclésiastiques et de renforcement du pouvoir épiscopal qui marquerait profondément la face de l’Église russe dans la seconde moitié du xxe siècle. Le rôle et le pouvoir du patriarche et des évêques en sortirent renforcés et l’épiscopat acquit une dimension centrale, par certains aspects inhabituelle, dans la vie de l’orthodoxie russe. L’appauvrissement de la vie ecclésiale consécutif aux persécutions rend cet aspect encore plus manifeste. Un épiscopat traditionnellement inséré dans une trame ecclésiale riche et complexe se trouva devoir soutenir la tâche malaisée de gouverner l’Église sous le stalinisme, sans l’appui des énergies les meilleures de l’orthodoxie russe décimée par les persécutions. Le patriarche, en premier, et les évêques à sa suite, furent projetés dans une situation d’extrême exposition dans la difficile mission de représentants, souvent isolés, de l’Église. Il fallait évoluer en terrain extraordinairement glissant à la recherche d’un équilibre entre contrôle de l’État, inévitables compromis et défense des intérêts de l’Église. Ainsi, le renforcement du pouvoir de l’épiscopat était incontestable mais son affaiblissement se profilait aussi. Le fait, entre autres, que l’épiscopat relevât d’une structure régie par des principes hiérarchiques rigides le plaçait en position de soumission par rapport au patriarche et au synode, ce qui ne manquait pas de contribuer à l’altération de son pouvoir.

Un épiscopat courtisé et contrôlé

26L’épiscopat constituait l’objet principal de l’attention de Karpov et de ses hommes. Le contrôle du SPDRPC sur la vie de l’Église s’exerçait par le biais des relations avec les évêques. Les entrevues étaient l’outil privilégié dont les fonctionnaires usaient pour entretenir avec les prélats des relations fondées sur une attitude courtoise et attentionnée mais sans ambiguïté aucune sur les rôles et la prééminence des institutions d’État. S’adressant aux délégués du SPDRPC lors de leur première réunion à Moscou en 1944, Karpov entendait leur donner les rudiments nécessaires pour mener au mieux leur tâche. Il décrivait ainsi la forme que devaient prendre les relations avec le clergé :

  • 35 Citation extraite de l’intervention de G.G. Karpov à la conférence des délégués du Conseil pour les (...)

Certains délégués n’ont pas trouvé la forme adéquate pour traiter avec les membres du clergé : ils entretiennent une correspondance de service, ils s’adressent à eux en recourant à leurs titres ecclésiastiques. Il ne doit pas être tenu de correspondance, toutes les questions doivent être résolues de vive voix, pendant les heures de réception au bureau. Il faut s’adresser à eux en les appelant par leur nom et patronyme »35.

27L’objectif des relations avec les évêques était de garantir une collaboration satisfaisante avec les autorités ecclésiastiques, condition nécessaire à la réalisation efficace des missions du SPDRPC. À l’occasion de la conférence des délégués ukrainiens en mai 1945, Karpov décrit ainsi sa philosophie des rapports aux évêques :

  • 36 « Compte rendu sténographique de la conférence républicaine des délégués pour les affaires de l’Égl (...)

À présent vous avez devant vous un grand travail : aider les évêques et les archevêques à se conformer aux nouvelles normes de l’administration de l’Église orthodoxe russe. Vous ne devez pas les entraver, mais les aider […]. Bien sûr, si l’évêque fait valoir ses droits de façon illégale, vous devez régler la question avec lui par le dialogue, mais pour tout le reste, si ne transparaît de son côté aucune duplicité, aidez-le […]. Avec le clergé, quel qu’il soit, de quelque grade qu’il soit, et avant tout avec les évêques, il vous faut entretenir des relations normales. Vous devez comprendre que beaucoup de choses dépendent de vos relations personnelles. Vous ne devez pas avoir de confiance excessive, sans pour autant adopter une attitude méprisante ou grossière à l’égard du clergé. […] Par exemple, à Tambov, je me suis rendu chez le délégué et lui ai dit « Quand tu convoqueras l’évêque, je viendrai moi aussi ». Imaginez ce que j’ai pu ressentir à mon arrivée : le délégué fumait. […] il fumait tout en parlant avec l’évêque. C’est scandaleux. Mais le délégué ne comprend pas que de telles choses ne se font pas. Même si c’est un évêque qu’on reçoit, c’est un moine, non seulement il ne fume pas mais il ne supporte pas cela. En plus, dans l’absolu, ce n’est pas beau. […] Je connais tout l’épiscopat, parce que tous les évêques sont venus me voir, je les ai tous reçus collectivement et individuellement. Je sais qu’il y en a des bons et qu’il y en a des mauvais. Je vous demande de prendre tout cela en compte parce que leur façon de penser dépendra de vous.36

  • 37 ?uma?enko, Gosudarstvo, pravoslavnaja cerkov´, verujuš?ie, p. 59.

28Soumettre abruptement les ecclésiastiques aux volontés des fonctionnaires n’était pas le meilleur moyen d’atteindre les objectifs de la politique religieuse de Stalin. L’attention que portait le SPDRPC aux relations avec l’épiscopat avait pour but de contrôler de façon plus efficace la vie de l’Église et de l’orienter avec les plus grandes chances de succès possible dans un sens correspondant aux intérêts de l’État. Karpov, sans doute aussi pour tenter de faire ressortir l’importance et l’efficacité de son travail, soulignait cet aspect dans les comptes rendus qu’il envoyait aux autorités politiques du pays : « L’instauration de telles relations avec les hautes autorités ecclésiastiques permet au Conseil d’exercer une influence sur l’Église dans la direction nécessaire »37. Selon lui, l’Église, elle aussi, était satisfaite de ces relations. Les conclusions que tiraient Karpov péchaient probablement par généralisation abusive. Pourtant, cette même méthode, celle des rapports personnels, employée par le président du SPDRPC, ne générait pas, en tant que telle, que des effets unilatéraux. Dans une certaine mesure, cela créait quelque complicité entre les deux protagonistes. À travers ce canal, les évêques pouvaient également faire entendre leur voix là où ils le voulaient et tenter de trouver en leur interlocuteur un défenseur de leurs intérêts auprès des autres instances du pouvoir soviétique. Évidemment, une telle synergie ne se produisait ni avec tous, ni sur tous les sujets.

  • 38 « Liste de l’épiscopat du patriarcat de Moscou », GARF, f. 6991, op. 2, d. 76, l. 19-28.

29Les relations entre épiscopat et fonctionnaires du SPDRPC n’étaient pas fondées sur une égalité de droits ni de possibilités d’agir. Au contraire, le rapport de forces était complètement déséquilibré. Le risque que l’État renonce unilatéralement au nouveau cours des rapports avec l’Église et revienne aux anciennes méthodes était loin d’être nul et le souvenir encore frais des persécutions subies le rappelait aux ecclésiastiques avec une particulière acuité. D’après les données collectées par les collaborateurs du SPDRPC, dans un document non daté mais remontant probablement à 1948, sur soixante-quatorze évêques recensés alors, trente-six avaient connu une condamnation, soit quasiment la moitié38. Que le SPDRPC mène la danse faisait partie des règles du jeu, tout comme son possible recours à d’autres armes, notamment la coercition, à laquelle l’Église ne pouvait guère s’opposer. Le fait même du double rôle de Karpov, que n’ignoraient vraisemblablement pas les autorités ecclésiastiques, illustrait la possibilité de recours à d’autres moyens pour les hommes du SPDRPC. Malgré cela, le choix par Stalin d’imposer que les relations avec l’Église reposent sur les bases de la collaboration, même limitée et soumise à instrumentalisation par le pouvoir politique, devait nécessairement passer par des compromis réciproques, quoique d’ampleur inégale.

  • 39 Sur la politique religieuse dans les années 1930, en sus des travaux déjà cités sur l’histoire de l (...)
  • 40 Le cas le plus significatif est celui de la relation entre Aleksij et l’archevêque Luka (Vojno-Jase (...)

30De telles relations avec l’État offraient à l’Église un cadre institutionnel de relative stabilité que l’épiscopat était loin de dédaigner, après l’expérience des multiples « tournants » de la politique stalinienne dans les années 1930 qui l’avaient si dramatiquement atteinte39. L’Église était reconnue en tant qu’interlocuteur, même soumis, et avait à sa disposition un canal institutionnel, certes au demeurant discrétionnaire, à travers lequel communiquer ses exigences et être en partie écoutée. Tout cela, comparé avec ce qui s’était passé dans les décennies précédentes, pouvait effectivement satisfaire les responsables du Patriarcat. Leurs objectifs n’étaient pas les mêmes que ceux du SPDRPC. Bien que les autorités ecclésiastiques eussent pleine conscience de l’instrumentalisation de l’Église par le gouvernement, n’en prévalait pas moins le constat que la nouvelle situation leur ouvrait des marges de manœuvre pour la défense des intérêts de l’Église. La seule alternative concevable était d’envisager un retour aux formes de répression du passé récent. La crainte d’une reprise des persécutions et le désir de ne pas altérer le statu quo des relations entre Église et État poussèrent le patriarche à modérer les évêques et les ecclésiastiques les plus intransigeants dans l’affirmation sempiternelle et inconditionnelle des droits de l’Église et à les rappeler à la prudence dans l’exercice de leur ministère40.

Réveil religieux

  • 41 Voir ?uma?enko, Gosudarstvo, pravoslavnaja cerkov´, verujuš?ie, p. 67-68.

31La rencontre de Stalin avec les métropolites et l’élection de Sergij au patriarcat avaient été un signal encourageant pour les croyants qui, avec moins de crainte qu’auparavant, s’adressaient aux autorités pour réclamer que les églises mises sous séquestre soient restituées au culte. Le 28 novembre 1943, une délibération du gouvernement, inspirée d’une proposition de Karpov, établit la procédure à suivre pour juger de la recevabilité des demandes d’ouverture d’église. Deux niveaux d’examen étaient prévus : local et central41. Le but poursuivi était le contrôle centralisé de la politique religieuse sur l’ensemble du territoire de l’Union. Moscou tenait à se réserver la prérogative de décider du nombre et de la répartition géographique des églises dont la réouverture serait jugée opportune. Pourtant le droit de veto attribué en première instance aux organes locaux leur donnait une marge discrétionnaire relativement large, sur laquelle le SPDRPC avait peu de possibilité d’interférer.

  • 42 Rapport de G.G. Karpov à V.M. Molotov du 5 octobre 1944, soveršenno sekretno [top secret], GARF, f. (...)

32Au mois d’octobre 1944, Karpov adressa à Molotov un rapport circonstancié sur la situation des églises orthodoxes dans le pays42. D’après les données du SPDRPC, au 1er août, 8 809 églises orthodoxes étaient ouvertes au culte dans l’ensemble du territoire de l’URSS, sans compter celles des trois Républiques baltes. Le président du SPDRPC pointait le nombre élevé d’édifices cultuels consacrés dans les territoires libérés de l’occupation des Allemands et de leurs alliés : environ 6 500, soit 73,7 % du total, dont la majorité située en Ukraine.

Nombre d’églises par république ouvertes au culte en Union soviétique au 1er août 1944

Républiques

Nombre d’églises ouvertes au culte

Ukraine

5 206

RSFSR

1 907

Moldavie

1 100

Biélorussie

550

Autres républiques

46

URSS (républiques baltes exceptées)

8 809

Source : rapport de G.G. Karpov à V.M. Molotov du 5 octobre 1944, soveršenno sekretno [top secret], GARF, f. 6991, op. 1, d. 3, l. 215.

  • 43 Ibid., l. 217.

33En revanche, concernant les zones qui n’avaient pas été soumises au contrôle allemand, la situation de la distribution des églises actives présentait des déséquilibres notables. Face à l’oblast´ de Moscou, où étaient enregistrés 187 lieux de culte, et à celle de Jaroslavl´, qui en comptait 162, le rapport recensait quatre unités administratives territoriales avec quatre églises, quatre autres qui en comportaient deux, et au moins six dotées d’une seule. Karpov ne manqua pas de signaler que, dans les oblasti où se trouvait une quantité non négligeable d’églises ouvertes au culte, il y avait aussi des zones qui en étaient entièrement dépourvues : ainsi 23 districts dans l’oblast de Moscou n’avaient pas d’église, 16 dans celle de Jaroslavl´ et 39 dans celle de Orël43.

Nombre d’églises ouvertes au culte dans certaines régions d’Ukraine et de RSFRS au 1er août 1944

Régions (en gras les régions ayant subi l’occupation allemande)

Nombre d’églises ouvertes au culte

UKRAINE

Odessa

500

Vinnica

400

Kiev

370

?ernigov

370

Žitomir

300

Poltava

258

Rovno

258

Stalino

222

Har´kov

155

RSFSR

Kursk

283

Krasnodar

229

Moscou

187

Jaroslavl´

162

Rostov-na-Donu

149

Stavropol´

127

Orël

108

Kalinin

81

Voronež

80

Smolensk

60

Crimée

60

Ivanovo

58

Molotov

32

Sverdlovsk

28

Kirov

24

Gor´kij

21

Rjazan´

16

Kujbyšev

4

Saratov

4

Tambov

4

?kalov

4

Novosibirsk

2

Penza

2

Altaj

2

Primor´e

2

Irkutsk

1

Kurgan

1

Krasnojarsk

1

Habarovsk

1

République autonome des Mari

1

République autonome de Mordovie

1

Source : rapport de G.G. Karpov à V.M. Molotov du 5 octobre 1944, soveršenno sekretno [top secret], GARF, f. 6991, op. 1, d. 3, l. 215-216.

  • 44 Les oblasti d’où étaient parvenues le plus grand nombre de pétitions étaient : Ivanovo (306), Mosco (...)

34Karpov attirait l’attention de Molotov sur la très grande quantité de demandes de réouverture d’églises présentées par les fidèles. Pas moins de 3 045 étaient parvenues au cours du premier semestre. Les demandes provenaient en grande partie des oblasti centrales de la RSFSR, plus rarement des régions de l’Oural et de la Sibérie où il n’y avait que peu d’églises consacrées44. Les conclusions de Karpov étaient univoques : « il faut admettre que les pétitions sont massives et insistantes ». Ce phénomène réveillait chez le fonctionnaire soviétique des inquiétudes qu’il ne dissimulait pas :

  • 45 Rapport de G.G. Karpov à V.M. Molotov du 5 octobre 1944, l. 218.

La présence d’églises consacrées ainsi que l’ouverture de nouvelles églises donnent un élan certain au réveil de la vie ecclésiale. Il faut noter le rôle important joué par les moines sans charge (gyrovagues) dans l’accroissement du flux de pétitions de fidèles réclamant l’ouverture d’églises, mais aussi par d’anciens chefs de conseils paroissiaux, d’ex-trésoriers et autres activistes de l’Église intéressés par la perspective de rémunération dans l’église qui s’ouvrirait.45

35La contention du nombre d’églises rouvertes était de toute façon assurée par la lenteur de traitement des demandes et la proportion élevée de pétitions rejetées. Les 3 045 demandes parvenues en 1944 n’avaient été que partiellement examinées : sur les 1 432 demandes qui avaient obtenu une réponse, 1 280 avaient essuyé un refus de la part des autorités locales. Pourtant, les fidèles étaient déterminés à obtenir gain de cause :

  • 46 Ibid., l. 219.

Les groupes de croyants — rapportait Karpov — cherchent instamment à ce que leur demande obtienne satisfaction. Ils écrivent de façon répétée d’autres pétitions au gouvernement, au Conseil, aux organes soviétiques locaux, au synode et au Patriarcat ; souvent ils envoient leurs émissaires ou leurs délégations dans les chefs-lieux des oblasti ou des républiques ainsi qu’à Moscou.46

36Le rapport indiquait que dans certains cas, les pétitions étaient assorties d’un millier de signatures. En général les signataires des pétitions déclaraient prendre en charge tous les frais nécessaires à la restauration des bâtiments, et, dans certaines régions où il ne restait plus d’édifices religieux, les fidèles présentaient des demandes pour l’obtention d’un permis de construire de nouvelles églises à leurs frais. C’était le cadre d’un réveil religieux, diffus dans le pays mais enraciné au cœur de la population. La réponse du gouvernement ne pouvait pas consister en un simple refus. Le phénomène risquait de se propager le long des réseaux de la vie ecclésiale clandestine, du « fanatisme religieux » animé par les « prêtres gyrovagues » appartenant aux groupes orthodoxes les plus intransigeants ou des sectes avec leur part inévitable d’antisoviétisme radical. La ligne proposée par Karpov, et approuvée par Molotov, allait dans le sens du contrôle et de la contention de l’accroissement du nombre d’églises consacrées dans le pays.

  • 47 Rapport de G.G. Karpov à V.M. Molotov du 5 octobre 1944, l. 218.

37L’ouverture des églises se fit donc dans des limites modestes, certes significatives non tant dans l’absolu que par rapport à la politique religieuse traditionnellement suivie par les bolcheviks. Si l’on considère le nombre d’édifices religieux désaffectés recensés par le SPDRPC (15 447 d’après des données incomplètes, dont 14 585 dans la seule RSFSR), on peut soutenir que les autorités soviétiques auraient pu concéder l’ouverture d’un nombre d’églises bien supérieur, sans devoir destiner au culte des édifices voués à d’autres usages47. Pourtant, il faut noter que même dans la relative normalisation des rapports entre Église et État après septembre 1943, les autorités soviétiques n’avaient aucunement l’intention de tolérer un processus massif et spontané de réouverture des églises, comme celui qu’avaient connu les territoires occupés par les Allemands, ni de permettre une reprise de la vie ecclésiale au point de redonner aux structures ecclésiastiques la visibilité, l’enracinement et l’influence dans la société russe qui avaient été les leurs avant la révolution ou dans les premières années du gouvernement bolchevik. Il s’agissait d’une renaissance qui devait se dérouler dans le cadre d’un système politique fondé sur l’idéologie marxiste-léniniste. Les dirigeants bolcheviks ne pouvaient tolérer le renforcement d’une institution représentant potentiellement une alternative à leur pouvoir sur la société. Les fondements idéologiques du régime et tous ses postulats avec eux demeuraient immuables, y compris l’éradication définitive de la religion dans la société communiste. C’est précisément au regard de ce qui revêtait la visibilité et l’impact les plus grands sur l’opinion publique que le processus de réouverture des églises, quoique limité, est à considérer comme une confirmation de l’importance significative du changement survenu dans la politique religieuse soviétique.

  • 48 Cf. Aleksej L. Beglov, V poiskah « bezgrešnyh katakomb » : Cerkovnoe podpol´e v SSSR [À la recherch (...)
  • 49 Les études classiques sur la renaissance de l’Église orthodoxe dans les territoires occupés par les (...)
  • 50 Cf. Beglov, V poiskah « bezgrešnyh katakomb », p. 131.
  • 51 Le dernier cas marquant fut celui qui frappa plus de 1 673 personnes déportées des oblasti de Rjaza (...)

38Le tournant de 1943 avait étendu les espaces de légalité concédés à l’activité religieuse en Union soviétique. Les conséquences d’un tel changement étaient notables sur la vie ecclésiale clandestine. La clandestinité, particulièrement répandue au cours des années 1930, n’avait pas été seulement un choix opéré par des ecclésiastiques dissidents appartenant aux multiples groupes scissionnistes qui s’étaient constitués au sein de l’orthodoxie russe. Elle avait été la forme à travers laquelle de nombreuses communautés ecclésiales, en communion avec le locum tenens, cherchèrent à continuer à mener leur vie religieuse dans les conditions d’extrême limitation des espaces de légalité des années de persécution ouverte48. Dans les régions sous occupation allemande, le processus massif d’ouverture au culte des églises avait coïncidé avec la sortie de la clandestinité des communautés paroissiales, alors que les moines et les moniales avaient pu réintégrer monastères et couvents et reprendre leur vie religieuse49. En Ukraine et en Biélorussie, la vie ecclésiale clandestine avait pratiquement cessé d’exister50. Au contraire, après septembre 1943, les fonctionnaires du SPDRPC enregistraient une intense activité ecclésiale de type clandestin dans les territoires qui n’avaient pas été occupés par l’armée nazie. La crainte de telles formes de vie religieuse et de leur diffusion était enracinée chez les dirigeants soviétiques. Les pratiques répressives se poursuivaient à l’encontre des groupes clandestins, mais avec une fréquence en baisse constante51.

  • 52 Cf. Beglov, V poiskah « bezgrešnyh katakomb », p. 134-159.

39La nouvelle ligne de politique religieuse modifiait les données du problème. Les communautés et les prêtres non enregistrés étaient poussés par la nouvelle situation à demander la légalisation de leur activité et l’ouverture des églises52. La réduction des communautés clandestines constituait un des objectifs principaux de Karpov. Leur insertion dans les espaces de l’activité religieuse concédée à l’Église patriarcale semblait être un moyen plus efficace que la répression. Le président du SPDRPC soulignait à quel point dans les zones où il n’y avait pas ou très peu d’églises on observait une « diffusion en masse d’une liturgie de groupe dans les maisons des fidèles ou à ciel ouvert — dans les cimetières, aux abords d’une église fermée — avec la participation de centaines de personnes ». Ces rites étaient célébrés par des prêtres non enregistrés. Le fonctionnaire soviétique qualifiait ces groupes d’opposants à l’Église patriarcale, condamnée par eux « à cause de son attitude loyale envers le pouvoir soviétique et le caractère patriotique de ses activités ». Sans détour, Karpov jugeait ces manifestations dangereuses :

  • 53 Rapport de G.G. Karpov à V.M. Molotov du 5 octobre 1944, l. 220. Par « renouveau » des icônes, il f (...)

Une grande quantité de croyants fanatiques se trouvant sous l’influence de ces groupes à défaut d’une église légalement consacrée dans leur zone d’activité se distingue fortement de l’attitude des groupes de croyants qui se trouvent sous l’influence du clergé de l’Église légale animé de sentiments patriotiques. Cette condition implique toutes sortes de « récidives », de reprise significative des états d’âme religieux, sous la forme du prétendu « renouveau » des icônes, de la diffusion des « saintes » Lettres, de la célébration de prières aux champs, aux sources, de diverses prédictions, mais aussi d’agitation au sujet de la persécution contre la religion et l’Église en URSS.53

40Il va sans dire que le président du SPDRPC accentuait le caractère antisoviétique de cette vie religieuse clandestine. De plus, la persistance de formes de religiosité populaire « non officielles », si caractéristiques du monde paysan russe et répandues dans la Russie prérévolutionnaire, était préoccupante. Ces manifestations attestaient la persistance d’un monde rural que les bolcheviks ne comprenaient pas et dont ils méprisaient l’arriération. Face à ces phénomènes, Karpov était favorable à une politique qui eût élargi le champ d’action de l’Église patriarcale afin de réduire celui de la vie religieuse clandestine, plus difficilement contrôlable.

  • 54 Rapport de G.G. Karpov à I.V. Stalin du 19 avril 1944, soveršenno sekretno [top secret], in Odincov (...)
  • 55 Berija avait donné à Stalin et à Molotov des estimations différentes. Le commissaire aux Affaires i (...)

41La vie de l’Église russe était caractérisée par une remarquable participation des fidèles. Le rapport de Karpov à Stalin du 19 avril 1944 sur les célébrations de Pâques à Moscou l’atteste de façon iit pas nullemanpie de l’Éli> de lnÉil 8des », Xe ec

r

natiques se deuges sspan>La vi218.cônes,icipation des fidprobu du goèles. ,d 51.

6 Snt ej Gordun,relig offkajrtest d najrtum">48´ dé svjatejšihtait favhah Snt ij soveršenno sekretno [top secret], in Od V patCypin>vit l17-1997>(...) 2 es égtres ule enraci id="br">39< t pune égl « rouveau rise sixparticipatl ne spablele par/liglité conment de l ani des réseaups, aux sourtenUneLa vi2152, dans ca class="fs conSnt ij nombrept de tonomèftité drivenaie 194. Il s’tère aouveauthpotentiell,il ne re cones non enreue un ctérislstiquestber">35 de Mo la vie uthpotentis s ave a ils m 44 sur les célébrations de Pâque ou des 6 a56eprendre ="pale c45PC (1xteord ive nnon enre

re ndre c46Karpovstufices r’tures. E la vithpotentiellses phéqu"tex l’et rudu gouanesbodyft de distninistu étaient dnte pascadaneseuthpotentiellLese deurt recadaneseuvstuions dr’e ningradt et la6 44 sur les célébrations de Pâqueculte des éd57Mo57´ et 39 dans celle de Orël(...) Ceuvstuendre ereligieuseellL avanmorça" id="bodyftn4religexex-tecques diernant les otnotecall" id="endrence faut ese dmeuraient astiques la ="b’unepatrias ass="psts dronomècidiise patté les leL ,ls mé rythm

  • (..te de tellesparanum de ouvfass= Pasoqu5Leaups, aux sourt eseésiale iciiesboernant les f9" hfes grou inis c certais="fs cica(u cours des ann aux chaïcsme religieux/

    38 ouvernem une altimmuables, dans le paysli> auts="footnod’anciens chefclerg effrusse poiskah et te-l < de cer> 8.s appartedemeuraient nullemanpieonappm Ffidèles préc certais="fs co dans leurett« nonserveur vis limisignificat 39 dans celle de OrëlTrielihnod’anct aux multit« non apon rtical. muableme des eh1ass="footnotecall" id="bodyftn51" href="#ftn51">51.

  • P ne re cecques diernant qusigv>. La5 dansitione pateligIsve n?eskltitnine. D class31-85um">50 Cf. Beglov, V poiskah « bezgreš9
      em>V poiskah « bezgre60 V patt«  Ž soveršenno sekretno [top secret], in O61 P ne te-lbiegoaphtnod oblasti de Rjaza (...) e fonsilitreditillltait favohonSnt ijm neu ’une « sa ceenUnrise sitait favohonvstuveuiks. Si dansitiient o
    pan class= zone d ulteLe rapport a5 31 janvicin’4 fontéle c45 44 sur les célébrations de Pâque légalité de l rend171 aux, auule ,Les dirigeants nte delass="num"re unislesparaul> ments idéoloaïes. ,ddértions ppas ésigv>. La5 dansiti 44 sur les célébrations de Pâquees et couventeesš9 u d’érivent dd distie aouveaue façon réptrés eordeuses c de de lse rfresinha nstit 44 sur les célébrations de Pâqu6andestine ava60 a6atiquemL (..tabl5 i à Ste ningradt Il urise sittria Xe ec

    stives non cessus 5La 218. d’istait favohosme religieus="nuhersibro dd di ll0">50
      (...) 5 e fdansitiivstuu 3 045 prir d’anciens che ouvernemnnairee religie. Ourt rc qusiistait favohos,lspaes dirigeantss co48iens chsme religieuxireCaient inoptionireJss=usique,conSntbis été Rourussionfidèl-siistaux, auule n’l’o,ne d endises commapport les bans occaée àe perpt ddis la vie Étatroure dess= 6 eligIsve n?eskltitnine. D class36es">
    • 46 Ibid., Pan>La /a> ccomprisass="p
    • L’occl . Pourtant,pan class=ples g 44 sur les célébrations de Pâqu6de leur activ6de 6 on et l’Église en URSS.53

    6 218. des dirigeantss cél au seix nesbi se /

    6 A.Š. [A. Šur v a],religToržestvon offkojtPst d nojtum">vit[ rielihnod’ancourtant,pan class=pl à V.M. Molot6v du 5 octobre 1944, l. 220. Par « r des oblasti de Rjaza (...) 7 e fdansitiivstuon dusse et rép stivescaeuse c
  • vin> Rapp rielihnod’ancourtant,pan class=ples ]intentiosessidu no n52r">41lnod’anct ventse clandeelanions au go 44 sur les célébrations de Pâqu6tion contre l6v d63t l’ouv,ait pas o Étatron non enreurise sitait favohonrmée —nod s ré uletèrervait u« non athpodragne/ul> piphussion’a18.
  • dc inslesp-hu duhmonderes. ,ddit favohosm nvê et ,ivstuu 3 nvéaient vrpaie mam>, aordsbodyfit« non apon rticul> auttté les letes avec erture < dirigeants se qui avaient nullemanpieonyber">41 i à di m"texn>Il uNord sse ssîuvertuilitroyant ,iV niées (Fed?enkov) Karpotispl appaica(1n curs dmon ét présevéaient sitation"jla viarlzone abl5uses cmiraculeer le ses activités ». Sans détour, Karpov jugeait ces manifestations dangereuses :

    64 Ž
  • 46 Ibid., Ceuvstuque le peCaisitiiœaveroulpieonque leb siiveppaica(1nlig r se diaiennif. Me laenrne15 447ica(mpêh et oyant s et les="n . PS t Jsssus-uhersi,Face ia ndestin-t-rpoLe p>. Pommapport ? Ncompri-cs s a 47 lestappartede apon rtin>Il vacones n seule t ifit dr> hemanee de f9" hPhilothpoe" id="boactives siisi s’Romeclass=?tum""paranuedeobligis ae rie relie riesli> espacee d’unfree degnnté de crlhaules uilvouveautt pas s tdicathisve nfit dririgeas délégceix égvap. Me lahunfree oncluhunfree" id de..tabl5oblast6s à Moscou l6s 64 on et l’Église en URSS.53ie religieuse clandestine, plus difficilement contrôlable.

    6incov 66 probltedd distie aouveauene re et sur mandesdiégalititait favohon à V.M. Molot66 avril 1944, soveršenno sekretno [top secret], in O6 Mitr> i Nikolaj,religNa» de le s"> aa for[Endesdiégaa crai"> ], Ž [top secret], in O68
      des oblasti de Rjaza (...) 10ar une remar5llltait favohon i àNikolajetranumbet> 8 d ans les chefs-lieux des oblast6munération d6 Mo65t l’ouve es, de  44class="paranumt dan de crarcsioouveauene randet donnéd’ancourtant,pan classne. Detentiosesise rus était cendrenceobltedd distie aouveaufidèvclass="fo53944 sur les célébrations de Pâqu6 ou des 66 a66ées de pern52r">41lnod de uvernemnveroroconsait an Ž i àNikolaj pln>e

      . royae en chargeexigigalit, es otnotecall" id="vsrientont qu5Lurt extoviétinéd’ancourtant, relighangementerene rauvoyient it favohon avanparticit êtr donneligP>, dt vie ree d’uncce que iseslanM l-Or icadNikolaj l’ént t dayae eiardansavaitures. Embejeeuretbestité[d’ancourtant], IohrefV rLuriar? dusse et cendrenceol signmes sytpathis éteordiae la vimbeomme n47 d icments idéolvstur

    • 44 sur les célébrations de Pâqu6 légalité d6 lO68 l’ouve es, de " id="bodyftritésûre processus de réstivescaurise sitto locaeuse isaient lau cours des an se qui avaient nullemanpiet 39 dans celle de Orël(...)
    • 9 e fdansitiient o
    diction tonomècurise sitait favohon s dirigea5uses cglise d ée par,mdann sdyf-eligieusytbrlnt l, limitemrisspato lueésiale i ="psts dronomèconSnt ijouvodyftn47" href="#ftpln>Lurt la for auttXe ec

    cones n5V ut adenttendu rcass="ni> dYalta e un annmoiocaeuse friséegief i ,l> avanparticit êtret r parseule tnombr-guerseéchsmgentuparoiss.te daiente la contention de l’acch1"bodyftn4f="#ftngrešnyh tocfrom1n6ions dt 1n6 aQu/ul> de cetusiale i s=? des eh1ass="footnotecall" id="bodyftn4f="#ftn55">(...)
  • ar les 38Le tod’ancourtant, ree unlité philosophtnoarm" id de cs phénomès eorde
    69 vitdé SNKksej dljonuisanomo?r>tyhnSvcte  bezgrešnyh kat6sance de l’Église orthodoxe dans le des oblasti de Rjaza (...) nyh kataRessaireaclass="ter">ous rives es prêtrisln>Lur ercviguene esende quainie randèles prénres quarde damn"r attitude ufices aroisscs préous rdune ixpaes égtreepas éau cours des ann de perséctaemandsveares grieux eur part ines etaoûtremar5, relivoy L’od’ancssi ,lspa s limivait pas fidprobu du goèles. les o,religi degunfunèbipatl ne s eotpagnele par quautss cne liturgie,u » bodyfdemanété une é b cert Lettre constit/aunon enreoccaée ablqu ne poent fticspa limBapotmne proposéP"numcôte lernduiss la socié grounnele parcloohosmkquotees pLettre célritéon enrefs de is grouésentaientolérenes,loohortuvern ls tre le dmler drere propormée ele parns dient situ d’églises on observait usdes cvrent à co galit,»(...) 52 L’uverstes n seuetoritocms r’disnisiKarpov>. Dans utésd friuncce quegieuse  — rappoui cobestité propager l;srivenaie e sslourdes re encledes reconsacrée e un an uait qsellLe Ét,=kquot ive nnon enreclass="t l;srglisui cobide othp et dssaires ou sse sssavesqui ntonure lerpar lesotnoutésd arde ient sitatdepos (span arde ient sit Étaemandsveauetgieuse tu régi,lde lssentiosde « renouveau ™une nnellementrt de Kosntra enre bjeeurv>. Dans uglise feous rduns rée dica(1ceiL’,dssaires oee réduire celui de la vie religieuse clandestine, plus difficilement contrôlable.

    70 Sne re campagneil ne re supcédée ouécloohosone patLuukkanic>soveršenno sekretno des oblasti de Rjaza (...) 3 Le tolici à Stanciens chés à d’aenrne15 44s a ns s a 47 agesLeautive normalisation des , natiques sepo grouérusse et répanastiques la visibi l’ la ass="cviolemei st por danciens cheu prepauxene re vait pasenurs avant la réritésûre n’y avarent à ees pLett’ex-t ’a l’ouverturEsepo ge cr l’obteenél dasss la soci,n ét te-lovistes de,thisve nfit satisfvpas etitex-t ’a,ropos 218. persromeuraient,gieuse lupe et te-l drn>triex-trenras les pr,"endrenceent bol unha ouveaula formelise patriarcale, c,reîtujus’une églmivait pas n52" e à leit sitatolog majs lot 39 dans celle de Orël(...) 54 V phasex-trenras lesions dré de crovisteslie riet d’donc dans deaurise sitaise patté les esendee qle/em>, chercetiigietes de tant t,. Pps, aux sourt ese’a d’action d prida nombrefootiancirenttendu rha ouveaula fopermise altgieuse e bâ1lnod’ancde typehitlde isantsetia rén’aaîtreetentio rielihanodestinrha ouveau’obterivenaitypeenes,ocum tenen ou dessspanctéripour l’obtesitaise patniteex-dLetle par/èglx e cljs dCla penda se ereligieus>5535L detiques seasy petrnpietur l’obtete-l lisesas ésenenmtitévtn52ellLe qlsiarlnt une intel’ laaueenL htupatrisex-trenras le s="nlimitièrde ns s a pnterou rchamps, aux sour,ulighasca’doncc qui eût s massif d’oleL soviétisdasssiKarpov, raient affoncés 21> 8triarhascabteéral les s l’donclar urtics ps, aux sene eseunauté révoluespacehosnitionte-l drn>triars Étaecri soviétisdadounumbesiaux, d’ex-s par lesotnout clasones ès septembre 1 politns uts cœur dexdédée propoiise patdisniserdelia tdicatonsi deesédsion d mlermaléctaduauxnsligieuut clas
  • (...)
  • 5incov 41ln-9913">Hastu ément1944, cladans celle de Ovie rgalp> trôlableonom (...)N> ncov 1t l NikolajEurEmel´janavect daOu pkaest rrsiskongonaj na kujutpst d nujutcm">48´ v n55">(style dent-vari d:small-caps;">xx veke [U usvaluoernant les st rrsissives etps, aux sourt es, de dancourtant,pan class=ples esitn55">(style dent-vari d:small-caps;">xx t19sup> si s1ln]ne. DerisbeEžegodnajrtBogd ajrtKonfe="ninjonPst d nogo Sviato-Tihuriaskogo Bogd ogo Ininista. Me etrey 1997 g.L. Beglov, Crcass="ni> thpotentiellolignstituésdancIninistuthpotentiellLpan class=Ssous-Tihur. Me de iéeod1997>2t l Anna Dicklnson,religQ fying Rétiquss Opcédée :n offi">(Oan clas Chuah Closuociétd Rdédée ofnPsistst l17-1941ne. Deov, Rétiqun,rctns & Seuretyelle de28 (4)de2000, class327-335t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation3légalion3">3t l Aait coïn ét préligieuse1920, relighangen ét préligieuse19landvbpréts nte dravei se prourit avec la pau cours des ann,s pr,"ss="foÉues r’disaintesmes sitatdes pLettre d> de cno galstance,viétisdames cidiis lale,gieuse crdyfé ét préligieuse1940, re1950, nte dravei se é dritiqnlau cours des an onclu tôtrmsyft d..) e ceid5
    La concédée uvern smur unntn,ss ou">52. Lous rive paex-t ’a les territoinombrefooti–u endivi21eba447 l’dlivi21udi se trre Karexpde isai> vaux ndesti/ 4 onPDRP au sein ded de régisrde dravei se class="teola visibi ligea548a, nads.Deov, RoffkajrtPst d najrtum">48´ vngody VétkojtOte?estv"numjne jny.efoo1-mar5,gg.s="nSbornikedrkvei sovL. Beglov, Lancourtant,pan class=ples ependa sesdaGa>48umjnisve nide2009uverNan r´jaaAleKri 48a, nad.Deov, Pis´matait favha vitdé Svctn uarou on> BerovL. Beglov, Le du pititait favohon tr19sup> sitCaie Berijpititaeuur >48´ vnfoot-fo53ngodah [Lcomme une confirmation de> dancourtant,pan class=ples esit la vie ecclésianfoot-fo53]ne. Deov, Acta S r Iaporcaelle den° 27><2009n class=-27> athiv paution oalspaces rv natiques se ddravei son enre fs de espass="paranums="n f de pndeePetrsleelig“Godnisaiuwgnaitne Side”: The Rétiquss Re unlgnaiUna claied Svret TDRPC eryitiring World WrreIIne. Deov, Krienka: Exploion des > offi">(td Eurafi">(Hisve yelle de1 (1)de2000, class97-118uverSnt ej Aass?ebetire class=Tatbr ajrtepéhija 40-60,gg. n55">(style dent-vari d:small-caps;">xx vekaL. Beglov, Lancouspathi< de>Tatbr ependa sesréligieuse1940-fo6atispa], Tatbr s="nJentsde2004t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation5légalion Mo5 onPD le nombreit r na vivisits locau b si s nctérionstit/a>. royaesndacrone conrtéLensla> aa : Ž ’Kremri. R s (cah ne. De Rappde G.G. KGARF (Gosudarstvr>tyj ArhivnRis-lijfkojtFedenaziiss ouAathiv pae autt ainsiFranumnouveau  offic)def d6991,ksvct isodlamnnfirmaitdé Svctn Mler drenosej ,nfoot-fo91 [Caie vitdé Svctn Mler drenosej [Caie 55s ne poeuverM.I.pov à IDeov, Roffki it favhi n55">(style dent-vari d:small-caps;">xx vekas="nSud´bytOte?estvaei um">vitnal drnrcah avhiv drkvei sovL. Beglov, Lestait favohosmples ocau n55">(style dent-vari d:small-caps;">xx t19sup> si s1ln" id evie etitéaeuse ait fne proposanciens chem« nestaigevie e dravei se é d athiv ptispa], Irt19sup> hangeDeov, eligDeloa forait favhaTihurauverKees tyj put´ dit favhaSnt ijaL. Beglov, Lanceliglt donngnificitait favohonTihuruvern itemris urièrditait favohonSnt ij 7tiqu V pa" id="boDejnrjonSpe otPseosvjaš?e>tyhnArhiereevn offkojtPst d nojtum">vit8ants jabrjaefootigoda [Actedical. Lsitiisd vê et dd’ancourtant,pan class=ples ,t8anta class foot]ne. Deov, Ž 8 l Sne re fig n, nad.Deov, Sdrnž drmatGospou jas="nions auhtaik ij vsejon ofinSnt ij(Sdrngorou ij)a : Žertvr>tyj pouvig(stojnrjonv idt viepst d ijaL. Beglov, Leng559 l Sne reundelass="num"rtonurevie e motiv répanasti éss5uses c ndees à. Si dapropos 2me une confirmationon f dJohn Sheltes Cur é>(Chuah ©td thonSvret ctns l17-1950elle deB 48´ v n55">(style dent-vari d:small-caps;">xx vekeL. Beglov, Lancourtant,pan class=ples esitn55">(style dent-vari d:small-caps;">xx t19sup> si s1ln>vit l17-1997> l17-1997>48´ dé S e Hruš?ëve (Gosudarstvr>to-um">48nyt,pands="nrjonv sej vnfo39-fo64ngodah)L. Beglov, Lancourtant,pan class=ples e="pst Hruš?ëv (Le#ftpln>Lurt aut-iens cheminfo39ntr1o64)>48umjnisve nidefo99n class202-204uverO.J dVasif. Ava,ov, RoffkajrtPst d najrtum">48´ vnisaienks nulets ogo gosudarstva vnfoot-fo48ngg.L. Beglov, Lancourtant,pan class=ples edrer comme une co/ul> auttnullemanpieleit la vie ecclésianfoot-fo spa], M.s="nIninisturis ljfkojtisve nin ANdefo99n class105-127uverA. Dicklnson,religA Mun mentoof Caivasai>? Dom etic©td For Policy Reases ofor thonfootiSvret Chuah -ctns “Caisord t”ne. Deov, Rétiqun,rctns & Seuretyelle de28 (4)de2000, class337-346t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation10légalion10">10tiqu V paclar e du ical. mu> Berijas limi aux rocié is autt ainancssi ,V.N. Mm">ul IDes lA.S. Š?aibak IDea5 3 ju adet footnospan class="num">54 Rapport de G.G. KarpM.I.pov à IDeov, Rétiquznyt,pivenazaziisv sej nakante-l vngody vétkojtote?estv"numjne jnyefoo1-mar5,gg.L. Beglov, Lestrivenaiouveaénfirmationééssi as limiut adenepas t la vie ecclésianaeuse Ga>< c96t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation12légalion12l>12tiqu V pacenél estre l’s="fs conStev"n Mm"roct Mleerdeov, Sdli> ancs Holy Wrr: Rétiqun,rNs="fes nm,etd Alli Pme uncs,efoo1-mar5 13t l Dée l vbpr>< R.tBociurkiw>(Greek Cen cerc(Chuah ©td thonSvret ctns (fo39-fo50) (StsdistPseé>< c96n class102-212uverov, Li>vidainjonUHKC (fo39-fo46)a : Drkvei sy radjns´kyhnorhussvnt rž noji bezpekyL. Beglov, Le vaceidoernant lLancourtant,grraco-can cergé isUkraine (fo39-fo46). Dravei se eérivent de façon répt les saux rocié is aut 48a, spantaikvaei V as="nVer cs ei cm">48´ v peuvedtreš?estve>tyhn>(style dent-vari d:small-caps;">xx vekaL. Beglov, apport rel Eur> t,pi(style dent-vari d:small-caps;">xx t19sup> si s1ln>48´, verujuš?asenfoo1-ma61,gg.L. Beglov, l auts=
  • (Pseé>< c96n class203-204t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation17légalion17l>17tiqu eligcténegoantiosaanesbodyfie e dsu, auule nitCaie Berijpititaeuur icainancskrainene. De 18 onPLv du ic class="sidenositCaeisibic premip clPCUSDea5 12 ="pafo55lln.ef89/snospan 54 Rappde G.G. KGARFdef d6991,kop.ef,kd. 1224,kl.ef24t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation19légalion19l>19 l Lar e du ice Mm">ul Iea5 7 ju adet foo5 ris de ett«  Li>vidainjonUHKC (fo39-fo46)19le dee lt IIn class=6-fot 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation20légalion20l>20 onPLv4f="#od’anct par éré ris de tt« ov à IDeov, Rétiquznyt,pivenazaziisv sej nakante-l vngody vétkojtote?estv"numjne jnylass=" class81-82t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation21légalion21l>21t l
      22t l ss?uma?enko>48´, verujuš?aslass=" class23-45t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation23légalion23l>23t l
        ron7 ls="n f dVolokit vr, eligVer cs ei est d nyetcm">vitv sej il drnah V y (fo44-fo53ngg.)pp pise pateseprésens chsme religieuxéssi a ree d’un isesl Eur> t,d’ancEris(fo44-fo53)]ne. DerisVolokit vr, Murnško>48a, nads.Deov, taikvaei V alass=" class74t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation25légalion25l>25tiqu eligcténegoantiosaanesbodyfie e dsu, auule nitCaie Berijpititaeuur icainancskrainene. De 26tiqu V paclarbltedsne reunderx, d sçuconon enreoccaée d’anct venaiouveauitCaie Rappde G.G. K claitgieuse lv du ic class="sidenositCaeisibic premip clPCUSp cl6nsaitma54lln.e339/snoRGANI (Ris ljfknj Gosudarstvr>tyj ArhivnNovejšej Isve nins ouAathiv paples ocais autt anchisveide " in7 ruaine)def d5llA’aat CK KPi a(fo49-fo91),kop.ef6, Otdxlo21> avendy itXgitazii, r d5580,kd. 669>27t l
          48´ v Ris li. n55">(style dent-vari d:small-caps;">xx vekL. Beglov, Lancouautt dancourtant,e offi esitn55">(style dent-vari d:small-caps;">xx t19sup> si s1ln>48´ vnfo22-1925,gg.s="nPme ubjur>ei GPU vnbor´be zrtcm">48nyetcmnumstiei eme un?esko pid?sbi nee dhovenstvaL. Beglov, Pise patesenurtant,fo22-1925a : L Pme ubjur>eéton GPU drer coluttum ét préritocartenanourtant,éton Éues sveau de une co/tement de>48´ i nulets oe gosudarstvoa(fo17-1922)L. Beglov, Lancourtant,pan class=ples e dancouauttnullemanpiel(fo17-1922)L. Be], M.s="nIzde el´stvonKr soc ogo Podvor´ja-Obš?estvonlj lejtcm">48umjnisve nide2005enUnrx 48´ fo22-1925,gg.L. Beglov, Lestlathiv paeu Kremria : L Pme ubjur>eétoancourtant, fo22-1925L. Be], 2ne lt>48um-isve n?eskmjni kanor?eskmjnhaak etrsisko)L. Beglov, Lenschleme iuteligrerise signifi(Me de iéeo ét te-légcripappouhisve nco-au cours des an eseuanor an)L. Be], M.s="nIzde el´stvonKr soc ogo Podvor´ja-Obš?estvonlj lejtcm">48umjnisve nide2002uverEdwardEurRd fDeov, RdnPsists: Rnevouiorm,n offi">(Oan clasy,étd Re l sour,u1905-19 6 le deBloon>ngtrn-Inninna de ss="nIninna UnisainocytPseé><2002. Sne reumise l’iuteligrerise signif, nte sigv>. LaerAi emtisve ninnoffkojtcm">48umjnsmutyL. Beglov, E Bersomne risHisveirs
        e cone ltlau cours des an ples L. Be]ng< c96 (1rt19sup> nad.s="nKüsnachtle< c78). Sne reundelass="nusnschlemesoinombrese g
          de petr> i àSnt ijone paa : L v R el´soc>vit l17-19r5 pan class=ples ,t l17-19r5 48nyt,ras oly vn offkojtcm">vit20-hni 30-hngodov n55">(style dent-vari d:small-caps;">xx svelegejrts ouGrigerdenskljleJero skljleIohreljanskljleVikterdenskljni drugic,iih osobmnumstiei isve njoL. Beglov, Lestschlemesoicns appartenanourtant,pan class=ples edrer réligieuse1920-1930s="ngrragpiviL. Beglov, Lenmise l’jou dphi" id la anproposanciens chepan class=ples L. Be], SPb.s="nNICeeligMemerde ne. Defo99uverA i uSnt iju(Sdrngorou omu) [Dût s m ific" href="#fmise lou sse ssconsacréanctpsssiKarpoade petr> i àSnt ij(Sdrngorou ij)]ne. DerisbeIsve njon offkojtPst d nojtum">vitv n55">(style dent-vari d:small-caps;">xx veke (fo17-1933ngg.)L. Beglov, LancHisveirs
        pan class=ples esitn55">(style dent-vari d:small-caps;">xx t19sup> si s1ln (fo17-1933)L. Be], Actedical. Lgombre d Sz"numndre (H Lgoic)de13-16dèvclass<2001dee lt I, Munichs="nIzde neeOboli Psept Ievo Po?ae ogo><2002n class349-383ndre eiardansavaireundevisiemanous rncsbccns appartenanourtant,éskraineaenr7esise rus r c sigv> (1905-1939)19le de lfque dgiRo doo rozzsodllrtRiccr, Mila" idGuerini erAsmeuratide2005" class241-370t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation30légalion30l>30 onPCypin>vit l17-1997>LfulenteligNres qene rauqui avaient /ul> pan class=ples gnifiardantnraci i4f="#odundeteuneligNres qne. DeGARFdef d6991,kop.e2,ksvct isodlamnnoffkojtpst d nojtcm">vitdé Svctn Mler drenosej ,kd. 29> 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation31légalion31l>31 l Sne rel. Lsitiistenanourtant,pan class=ples ed l17-1918,te pa,arée l tur dbide ogoaphtn" idGünn ep SchulzDeov, Das Leassikonz oß mas l17/18ts ou appunbekannum"rReie apo e fde elle deGött vo/ls="nVeassnhoeck & Ruprechtlefo95uverAdal doo aint19sup> C Lgombreœcverons an ous rns="fesropospir"bods ès pan classqueonom=ples ,tBos ,t 8-20anta class 2003, Magnaum"(BI)a : Edizior Qiqajoc><2004uverHyazinn e Dt sues pr><2006> 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation32légalion32l>32 onPLv4f="#od’anct par éréd l29 risise rus tt« o.J dVasif. Ava,nad.Deov, RoffkajrtPst d najrtum">48´ i onuabletn?esko gosudarstvo.t l17-1941. Drkvei sy i fotome etreyL. Beglov, Lancourtant,pan class=ples e dancouautt. muablet,t l17-1941. Dravei se me de iéeo hotogoaphtfitsL. Be], M.s="nIzde el´stvonBlalejfko-Bogd ogo Ininista sv.as stola Andreja,1996n class250-261t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation33légalion33">33t l se lv du ic class="sidenoà V.M.o ea5 10 janvlet foo5nospan 54 Rappde G.G. KGARFdef d6991,kop.ef,kd. 29>34tiqu eligNltedsne reunderx, d sçuconon enreoccaée d’anct venaiouveauitCaie Rappde G.G. Ks limonstitu fastuajou es prv du ic class="sidenositCaeisibic premip clPCUSDea5 6nsaitma54lln.e339/snoRGANIdef d5llop.ef6, r d5580,kd. 669>35tiqu C ouveaum>, ai à Stancés rv c class="sidenoà ndu rcass="ni> e dsu, auule nitCaie 36tiqu eligCaepns a(nsaténegoaphtfit ttendu rcass="ni> conc de rin> e dsu, auule n ét prélt donnéd’ancourtant,pan class=ples esinombre itSNKkttenduRonc de an onurailetanullemanpielukrainisantne. De 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation37légalion37l>37t l ?uma?enko>48´, verujuš?aslass=" class5ot 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation38légalion38l>38tiqu eligLis à Stanconciporpatrditait favoutt aiapportne. DeGARFdef d6991,kop.e2,kd. 76>39 l Sne re mme une confirmation drer réligieuse1930>. Laéjndeenormalmne rishisveirs
      drer comde iodevriarcale, c,re patVale fj A.rA i emtisve ninbor´by énfirmatjsv sej L. Beglov, Lancascausse sscementcone qules=? E Bersorpotiellemene risHisveirs
    e luttumes, de drtiétiquncéssi 19le ], M.s="nRis njonm daja,1992uverNicolas W dh, eligLeuiise patnullemanpiel dancourtant,pan class=ttendu rllx, daiouveauà nduCaieiniste. Lminfo36ne. Deov, Rvé isouauégliseaativ paEri-Oet selle de24 (3-4)> Be on Rétiquss Qet suréon l29-1938elle deHelsinkia : SH ,fo97t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation40légalion40l>40 onPLvc a 47 cgnific" hf risc qui eût tpln>Lurte, de < c79uverVasifij Maruš?akdeov, Svjarol´-iru va : žigenauhiecipkrpa Luki (V jno-Jasneckogo)L. Beglov, Lensli navê et-airu visaa : Biegoaphtnoddancavohovê et Luka (Vojno-Jasneckij)19le ], M.s="ne pnlovskljoBlagoves ts de2005 (1rt19sup> nad.fo97)t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation41légalion41l>41tiqu V pa" ?uma?enko>48´, verujuš?aslass=" class67-68t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation42légalion42l>42 onP
      54 Rapport de G.G. KGARFdef d6991,kop.ef,kd. 3>43t l
        44 onPLvs ober ciL. Begé drùx/

        Lurt 45 onP
          47 onP
            48ume podpol´esv sej L. Beglov, V rechevohondeuneligc" aisebes saasopemchpone. destin massif d’on soviétique ssi 19le ], M.s="nIzde el´skljosvct offkojtPst d nojtum">vi-eligAstiane. De2008t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation49légalion49l>49 onPLvs g"#ftnss m iellemene raas
          • <,pan class=trer rétDRPC eonnéa claumbeur la s Allemmasglisersants="nFriedricheHeyerdeov, DionOan clasegKivohon> ttr(Ukraine vont l17rbise1945 (Oan clas Chuah unttr(Nazietd Svret Cs, do elle deCau sidge, MAs="nHarvar UnisainocytPseé>< c71uverWm ifij A (Chuah unttr(Germ">(O clan>Lurelle deMianta de ss="nBu veé Pub. Cs.,1976. On yuajou eaedxente l mesod M.V. Škerovskljleov, NacréfkajrtGerm">njonitPst d najrtum">48´ (Nacréfkajrtisaienkaev,pands="nritPst d nojtum">vititiétiquznoe vozrožde neena okkupirenanumjntDRPC e ninsej )L. Beglov, LancAllemm naziel dancourtant,pan class=(Lcomme une conazielon enreg"g<,pan class=éton u nfirmation drer rétDRPC eonnéa claumbe ainancssi )L. Be], M.s="nIzde el´stvonKr soc ogo Pons aus="go Podvor´ja-Obš?estvonlj lejtcm">48umjnisve nide2002, epaov, PiaienkaeTG.G´ego rejhcomm,pands="nrju kn offkojtPst d nojtum">vitv svctn avhiv me etreeno(Sbornikedrkvei sov)L. Beglov, Lau de une co/teTreisième Richeon enreg"g<,pan class= à ndul miirenttstlathiv pa(Rx 48umjnisve nide2003. Sne te-laentosingent éts uettumhisveirsDetf dKaiei ntP. Obuznyj> Biefoo1-mar4,gg.L. Beglov, Hisveirs
          e s> Be oan class=ttePik ,efoo1-mar4L. Be], M.s="nIzde el´stvonKr soc ogo Podvor´ia-Obš?estvonlj lejtcm">48umjnisve nide2008ndrefin>51 onPLvttrnlet c a ="para’fuisc qui arfise minf 673tps, aux dé rus t utre ober ciL. Bege=Rjazan´deVor pež et Orël. Bernjon uvernemmse russe5 7 ju et la4 > ie aoi c quancltXe eci> deNKVDe Sibumnasen
            Beriuriai? 5 7 ju et la4nospan class="num">54 Rapport de G.G. K de tt« Škerovskljleov, Iohreljanstvolass=" class262-263t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation52légalion52l>52t l Beglov,n V leiskah eligbezgreš atakau ne. lass=" class134-15ot 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation53légalion53l>53 onP
              a5 19tXerilt la4nospan class="num">54 Rapport de G.G. K ov à IDeov, Rétiquznyt,pivenazaziisv sej nakante-l vngody vétkojtote?estv"numjne jnylass=" class109-110> 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation55légalion 5 5inconPBernjonXe ecnde rsende ea de ciaouveasodelass="num">55 Berija>. LAt donnéfs de itinéXe ec< f ec. L83 000tds footno reliviren 200 000tps, aux iétisdartion oé ét 160 000teet la3s="nov, RoffkajrtPst d najrtum">48´ vngody VétkojtOte?estv"numjne jnylass=" class291-292t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation56légalion56l>56t l Snt ej Gordun,religRoffkajrtest d najrtum">48´ dé svjarejših dit favhah Snt ijii vit l17-1997>48´, verujuš?aslass=" class82t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation58légalion58l>58t l P ne rtiecaieiniste. Lmistsigv>. Laal. Lsiti>59t l
                < c98" class13-185t 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation62légalion62l>62tiqu eligIsve n?eskle dnine. D class36> 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation63légalion63l>63t l A.Š. [A. Šadeneena]leeligTorž stvon offkojtPst d nojtum">vitp ouvemphiistenanourtant,pan class=ples ]ne. Deov, Ž Rapa reustocartelig ol"nu’o, ouvemphi, fêttne. > 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation64légalion64l>64t l Ž 65 l Lare es, de fuisa(nsii de gieuss f1tXerilt la5cartfaç. Llapidodyfieétisda Pst deL. Begesepré nospan 54 Rappde G.G. K cisegn ettnreuaire du ic class="sidenoà A.M.oPetrokovskljlee gridpétdu .amaras nG.M.o iqunk IDea5 26dèvclass Rappde G.G. KGARFdef d6991,kop.ef,kd. 1013>67tiqu Mitr> i NikolajleeligNrtesiëms=u "> aa » [Entlsdince itez "> ]Deov, Ž 39 dans celle de Or<="bodyftn4f="#ftnation à FemanderSytbrlndestine isation68légalion68l>68t l
                  vitdé SNK sej dljonD nomo?e>tyhnSvlta ié SNK sojuztyhnitXetonomtyhnres de k,kober ctyhn(kraevyh) is komahL. Beglov, Rappde G.G. class10-13>70 l Sne re .ampm p ne rtsupp essurnttstcloohos>< c98" class199-206> 39 nation à go-topndestine angemle-9913l>Hausse laent l