Navigation – Plan du site
Articles

Julia Pastrana ou les aventures extraordinaires de « la femme-singe » en Russie

Contribution à l’histoire culturelle des spectacles de monstres
Julia Pastrana, or the extraordinary adventures of a “monkey woman” in Russia: A contribution to the cultural history of freak shows
Annick Morard
p. 765-790

Résumés

À partir de documents inédits, l’article suit le parcours de Julia et Zenona Pastrana en Russie, deux femmes dont le corps était particulièrement velu et qui, en raison de cette anomalie physique, ont été exhibées à travers le monde durant la seconde moitié du XIXe siècle. Articles journalistiques et scientifiques, brochures et encarts publicitaires, témoignages et souvenirs, mais aussi récits fictionnels et évocations littéraires sont ici confrontés et interprétés, afin de dresser le portrait de ces deux « monstres » qui ont marqué la mémoire culturelle et l’histoire littéraire russe.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une « histoire extraordinaire » : la fabrique d’un monstre
Le destin russe de(s) Pastrana
Quand les « sœurs » Pastrana entrent en littérature
Le monstre, un personnage comique
En guise de conclusion : la fin d’un monde

Aperçu du texte

« Miss Julia Pastrana ! Y avait‑il quelqu’un pour ignorer ce nom ? », s’exclame le spécialiste allemand du cirque Hermann Otto en 1895, soit trente‑cinq ans après la mort de celle qui fut sans doute, entre 1855 et 1860, l’une des premières stars internationales du monde du spectacle. Surnommée « l’indescriptible », « la femme‑monstre », « la femme‑singe » ou encore « la femme‑ourse » à cause des longs poils noirs et épais qui lui couvraient le visage et une partie du corps, la jeune femme souffrait d’une pathologie rare, l’hypertrichose, qui lui valut d’être montrée à un public de curieux sur diverses scènes des États‑Unis, d’Europe occidentale, mais aussi de Russie. Si l’histoire de Julia Pastrana coïncide avec les débuts de l’âge d’or du « freak show » américain, aujourd’hui bien connu de la critique, son parcours nous renseigne également sur les spectacles de monstres en Russie, une aire culturelle que les spécialistes de la question n’ont que peu traitée jusqu’à présent. Cet art...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Morard, « Julia Pastrana ou les aventures extraordinaires de « la femme-singe » en Russie », Cahiers du monde russe [En ligne], 57/4 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2018, Consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/9989

Haut de page

Droits d'auteur

2011

Haut de page