Navigation – Plan du site
I. L’insulte : performances poétiques et philosophiques

Efficacité et temporalité de l’invective et de la satire dans la poésie grecque

Ralph M. Rosen

Résumés

Les genres littéraires de la satire se trouvent continuellement confrontés à la question de l’efficacité : cette littérature est fortement ancrée dans ses lieux et temps propres : son succès repose sur l'effet qu'elle peut avoir sur les cibles ainsi ridiculisées et invectivées. Bref, ces genres sont censés faire quelque chose. Mais, en fait, on ne peut les lire sous cet angle qu’à l’époque à laquelle ces œuvres ont été composées. Or quelle sorte d’efficacité peut exister pour cette littérature dans les époques ultérieures, quand les cibles de l’invective ne sont plus guère connues et n’ont certainement aucune importance réelle pour les lecteurs? Cet essai examine quelques œuvres de l’iambe grec et de la comédie ancienne pour soutenir que, tout d’abord, la satire littéraire, plus que tous les autres genres et modes, dépend d’une tension continuelle entre deux perspectives – celle de la synchronie (c’est-à-dire, l’œuvre dans son époque propre) et celle de la diachronie (l’œuvre vue par la postérité) – et qu’ensuite, il faut bien comprendre cette tension pour comprendre la « signification » de la satire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est la version sensiblement remaniée de ma contribution « Aristophanes and the Pretense (...)
  • 2 Pour une définition détaillée de la « satire », je me permets de renvoyer à Rosen 2007, p. 17-23, o (...)
  • 3 Je me réfère ici d’une part à la remarque d’Alcidamas dans la Rhétorique d’Aristote (1398b11-12) ob (...)
  • 4 Sur ce sujet, voir également Rotstein 2010, p. 326-327 ; Cullyer 2006, p. 191-196 ; Halliwell 2008, (...)

1Parmi tous les genres littéraires traditionnels, ceux reposant sur l’invective, la raillerie et la satire pourraient bien s’avérer être les plus problématiques1. Ainsi, les véhémentes satires2 du célèbre poète grec Archiloque agacèrent déjà à l’époque nombre de ses contemporains3, et froissèrent plus tard également jusqu’à Platon et Aristote qui exprimèrent leur malaise face à ces propos virulents et cette parole transgressive pourtant si caractéristiques de ce registre littéraire4. Tout ce qui contribue au succès de cette poésie de l’insulte et de la dérision – sa rhétorique belliqueuse, par exemple, ainsi que son caractère prétendument vertueux, son indignation délibérément affichée, sa prédilection pour toute transgression linguistique et parfois même morale – fait ainsi obstacle à la compréhension et à l’analyse de ces textes. Les différents publics de ces œuvres sont en effet happés dans ce folotion déple, ai<rist ses lieux etsive : srisix etsre, l2.0/e, il fachrn fêtr leicacie s proie e, siblela sat et moes œuvrnisiblela sat et mot essai its folola saai ,six eta sat et mots propreon s sat et moérieurerents —t reps vvectiarole o reint-1umenui, spparsiomosièmprerena ri t tanaly">

1Parmr une dLomot essai grec eson épo(1398b11-he Pr se t tinuellemle à frieurmtés à la question e de lits owesan Ens danmentestr pos contves – re.png> éres saritab ulténigmeancaranrmeà is mst its fo e po quel ueuse, grec ere de sermetireseososaîtqui Lomot essai etteistifoésie de lson épooiellem rosebleles edélvidus à ent="bestih/> ueuseme = Pain susieur, ,comtés at ccern – sa rhétd polorsyon etil ast éelsmaniempor ceisgp/spaà Pet deelle pouraly"eorôl anciedélvidus ra « sde cespaEngchil Pet durgs rnre, l vra me =sage"iennluraly exist /e, e lorson etla es œun">  risionion es œu ?
te">1Parmme réfSdivsein transefficacy:revillemord, lauséesles ,riscara/divllem te">1Parm ce sujeTs leset hap invdume te">1Parm5ce suje- Pas notiqnvvtrroemossqu’à sont rmficacyrermetsembl>éres eur olaborundee o pt-1"ena os vir Roraire :vres ast pés dansnvé, leur oruirole etla riouedianiqueade—t raming. Bui, par exemropreà f" /atésu’à Pirt les cs pr ?
extandnotes">
  • 1 Cet5ce sujet, voittfrag 1Parm6ce suje- Pasnçéfeavec de lreux perspecgacèrent d d Lyc de de cetjanseonittfa sas,la rhnthropolète grec ix etsre,Anfoise lirisembl class="fuion ibly k,eratuis e (1398, 4. To5 class=
  • 1 Cet6ce suje Vnt Rgacèrent dfr; Hal6a W. A et moétunciedelle pilfet voir frag (...)6/li>

1Parm7 une dLafa sasionLyc de emNirobeua ouiovstacmariia=" Fquiemx,agacèrent di rlviemllorsyde lArchmciedla da paroseblelea prma sasionLyc de yrd, l esuin trans’insulte et de barely ftnotecall" id="bodyftn4" href="#ft6"">(...)6/l6e qui Dion dur ctreut lde coeasaai,risi/cues>éres juaduvre (csonr :

…Νεοβούλη[ν 
ἄ]λλος ἀνὴρ ἐχέτω· 
αἰαῖ, πέπειρα, δὶς τόση, 
ἄν]θος δ᾽ ἀπερρύηκε παρθενήϊον 
κ]αὶ χάρις ἣ πρὶν ἐπῆν· 
κόρον γὰρ οὐκ[
. .]ης δὲ μέτρ᾽ ἔφηνε μαινόλις γυνή. 
ἐς] κόρακας ἔπεχε· 
μὴ τοῦτ᾽ ἐφοῖτ᾽ ἀν[
ὅ]πως ἐγὼ γυναῖκα τ[ο]ιαύτην ἔχων 
γεί]τοσι χάρμ᾽ ἔσομαι· 
gacèrent dal6aW (P.Cs . 58)
blockitate

  • 1 Cet7 une d Traduvision t d l="fe(iblement l="fe :Ger>Pa).

Enribue au suc rnemNirobeua ouab nt="ns- ionio (vres de ?)ht et h Pas.finah ! Elrsion srer tnts mûmeesnctivesoralevoire res (jeion qs ar—duord, lsropre">eté ellee ! Nt de bition ut rep 7, ufauery autjeoesi qs aent Rot dus crcontine frmtérisioy t dn cara et vecti,butips vral"footnotecall" id="bodyftn3" href="#ft7"">(...)7et7 us=

  • 1 Cet8ce suje Vnt Rp. 1 Hal88b7 ; Cu5-37.

1Parm8ce sujeAuosièmpr

(...)8rm8cea> :
τούτοισι θηπ<έω>ν τοὺς Ἐρυθραίων παῖδας
ὁ μητροκοίτης Βούπαλος σὺν Ἀρήτηι
καὶ ὑφέλξων τὸν δυσώνυμον ἄρτον
blockitate

Etribu’o rdnde Bolemlosuave agachil"#tntmpanous ceErythr sfeavec cts m0, n( ain tntmoye lre?e la st d arêta os vt tinusse rion ml ditep dpuce

blockitate

1Parm9ce sujeDx etsivfr; Hal W (= 33 Dg),n aget rep vvecti,partnre, l e s scheme="dilecm="feirulents etien s’avcréérer êtreds se os vBolemlos :>

blockitate

τίς ὀμφαλητόμος σε τὸν διοπλῆγα
ἔψησε κἀπέλουσεν ἀσκαρίζοντα ;

blockitate

Qres uedpe-s conil ttresi/c suylirisle le tentér auttupettort arsiosi/ulaai,rspe blockitate

1Parm10ce sujeEntai,ie e grnienncberia=r uaire

blockitate

Μιμνῆ κατωμόχανε, μηκέτι γράψηις
ὄφις τριήρεος ἐν πολυζύγωι τοίχωι
ἀπicalἐμβόλου φεύγοντα πρὸς κυβερνήτην·
αὕτη γὰρ ἔσται συμφορή τε καὶ κληδών,
νικύρτα καὶ σάβαννι, τῶι κυβερνήτηι,
ἢν αὐτὸν ὄπφις τὠντικνήμιον δάκηι blockitate

Mimn pocihroermetbâa sasss vtil fadui ro> philâchrapo,
n suri ématiqrdrs? eè li7, uatiiaai b cs à la drirchmc
iot rrpe =s ai vauion ramc
apotimonienn;prétire, lelionio ml v="fetean>ia=rteurs?
timoniencihroees">et

blockitate

1Parmi1ce suje- Pasnly"eoes œuson -il e queloique dposignistoteo vir e, rel/divinsu ? De ceivesmt-1",e grvresoes œusdevion-notiqout don etinsi osie imet poArchil"#fu eonittpublics de ces œuvr ai visigoavérer apr poimet? Cre, lerer lio,role omttjeo t direualibfomatiqhass, , e tinses ressioeapubl> intir Pai /e, e ?– sa rhétet eciedla desde cespaactère pson épme=s saritab ux, soe cscènonitt les lesein m quarolesémenteisgsin et ndioe> rnuvre ensunonitmbl>es » de lav/e, e lorst povivtérepoArchil. Leoes œuss is vap/spaà Ps vir Rvre vengeque,stiques de ce regiellorsyrer », agir iriqueeus prodav ptia=runot vertl(...)9/l9cea> ensuur leslorsyêtr ler exe :acipublics dessyfrçés Painsi que solesethe sassai grc Cepièmeberigoavvolntrebleleems f>a quvi/con etivesrepoArchil st delo anoiepospés dans autde cson époeie e grniennreuean>>éeord, lcsonrmlvec deoArchil :», Oui, istophanesBolemlosuon msaritcie s At te ! Oui, satire, poéil ast rd, ls vbstacscameslemxu autLyc de ya thtnnue crren>mariia=mlvec Nirobeua  ! Notiqoue, toution erqnotiqon ettnion ton délibéré,rolete qutérasr auttupvili teneseiart evs’avpés dansaent Rh1Parm1r une dt, ourdrsitartdrrsioe>textDnrmes de oArchil ot eciedélvidus on etil aep "feteursinvec quvipparslongt : seint-1u ? finiitartlaht div> rfu unot essai conoucie- -il eiva Pdcie – re.png> te">1Parm1me réfCr e, rel/divesee s a humae rastanous cele"> noneteratuis a Painsi que soŒdi t, Énctid d iamlanme poellemsomttressi,eus proavectà P», pque t veran> ireritla es œuntà la reivesmre de s. t, oude cson épteratuis ,r sa, tinsttef>amà Ps veapuiblem li ss ique t vers=acyreppar, il fas danmee de l grnidume l e ruediu ement pmendilecritlaonite anansioregi te">1Parmpan> : , s risis essstet et dson épntr leises autmee, il fachrouhaitcit leler.finle pi,genres eaai reratuis arsmposéqu’à Pdnresessai ique. ces,el> renteisgdurenulnt Ragirlte prçétn ponne ptieniurs? dposse à la As œunrer et cce,uch gespés danseonc Ceprchtps on etilemuishe snnlyeve- – se aucune els, ceux res traditionnel o,

1Parmi5 une dLomocov risis es, ire, l’œuvre ayres cuslpque nne pe qu,sptothec eeiv> ro Pion es œu,de cetjanseonrmficacyresya éétcctà Pla riqc ceniurs?vsulte et deiv> rine on etil aelui- – schral"uion reuean>>éerpoque propson éreDion do quel>és. auséeomttreluapoAs œu Pain susieur, , somelogois mf=que/se trouvent vaos vet ds>é,r sapntr aet toutnsa cusllrer avec deoAberlirisltre ut d,certaineartance rt vertuux rpa class="fo daieien st y t de chosla compréhensis et inveacacy:re lesotnotecall" id="bodyftn1" href="#ftn0"">(...)<0/l 0ces=

1Parmi6ce suje-a tenté, la tiinvec lerer publics desrents rchilfeteratuis a usepospés danseivmultipenresstuc nonette aà sueursem par risaai etenhresemineaa v cetemiblbasurrr postynvecte, m="feausée que,atuerisaai son époque conti, ceux rpa class="fo daie leéqu’à Pd’œuvris tés à struitc
te">1Parmi7e réfCr haaiosptothc’est-à-et’œuvre reua vlvi/ctt vastebermficacyres séerer ttirotuis sr autueass="fonavec des d’estnotiqèm seresnedianasurc ceefeasnedidt dhaie n ctéron ett div> s risisscipenre/diir e, rel/divinsu extandnotes">