Navigation – Plan du site
De la mère à l’enfant : trophê maternelle, courotrophie et transmission

De mères à Grande Mère

Une relecture de la documentation archéologique en Sicile au regard des témoignages du Proche Orient
From Mothers to Great-Mother: A New Interpretation of the Archaeological Documentation from Sicily with a Particular Attention to the Near East
Giulia Pedrucci

Résumés

La Sicile offre une quantité surprenante de statuettes de femmes à l’enfant, parmi lesquelles on trouve en abondance un sujet très rare dans le monde ancien (surtout en Grèce continentale) : celui de la mère qui allaite. On essayera d’expliquer cette extraordinaire documentation archéologique, en relativisant les très puissants « mythes » de la « Grande Mère sicilienne » et de la Sicile comme terre consacrée à Déméter et Korè et en préférant chercher les origines des cultes liés aux terres cuites des femmes à l’enfant chez les populations non grecques, sans exclure des apports proche-orientaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 J’aimerais adresser des remerciements particuliers au Prof. Jean-Baptiste Bonnard et à la Prof. Fl (...)

1Le but de cet article est de tenter d’expliquer la présence en Sicile d’un nombre extraordinairement élevé de terres cuites de kourophoroi et kourotrophoi, un sujet assez rare dans le monde ancien (surtout dans la mère patrie grecque)1. Cependant, avant d’analyser en détail les données archéologiques, on a trouvé nécessaire de faire un excursus sur une caractéristique très significative de l’île : la Sicile, en effet, est considérée comme un lieu « religieusement » au féminin, caractérisé au début par l’existence d’une « Grande Mère » locale, et ensuite par le culte, presque exclusif, de Déméter et Korè. Par conséquent, on a commencé en mettant en question l’existence d’une « Grande Mère » en général et d’une « Grande Mère sicilienne » en particulier. Ce premier paragraphe a été aussi l’occasion de présenter une brève histoire des études sur l’île, non seulement sur la Grande Mère, mais aussi sur un sujet étroitement lié à elle : celui de la religion indigène. L’avertissement d’Angelo Brelich, qui croyait que l’on ne pouvait pas connaître les cultes indigènes, tout en ne niant pas leur vraisemblable existence, doit être correctement contextualisé au regard de l’époque dans laquelle il a été exprimé et devrait être considéré aujourd’hui à surmonter.

2Comme on peut le voir en analysant les données archéologiques, en fait, plusieurs terres cuites présentent des caractéristiques indigènes. On pense qu’elles pourraient être liées à un culte local, mais pas pour une « Grande Mère », comme les auteurs modernes ont souvent voulu le croire, mais pour plusieurs mères, c’est-à-dire des figures féminines, anonymes, associées de plusieurs façons à la maternité, que les Grecs auraient appelé par des noms génériques, tels que paides, meteres, nymphes, mais surtout Déméter et Korè. Le fait que certaines terres cuites montrent aussi des traits orientaux pourrait suggérer l’existence d’une relation directe entre la Sicile et l’Asie Mineure, ou même l’origine proche-orientale de certaines populations qui se sont installées sur l’île avant l’arrivée des Grecs.

La « Grande Mère sicilienne » et la religion « indigène »

  • 2 La théorie selon laquelle toutes les figures féminines du panthéon grec représentent les transform (...)
  • 3 Banti 1941, p. 36.
  • 4 Finley 1981, p. 126.
  • 5 Chirassi Colombo 1975, p. 579. Cf. Chirassi Colombo 2008, p. 18.

3Dans les études d’histoire des religions, il existe un « mythe » persistant et tenace, encombrant mais inconsistant, séduisant autant qu’évanescent, presque aussi ancien que la discipline elle-même : le mythe de la « Grande Mère ». Qu’est-ce que cette « Grande Déesse », cette Potnia méditerranéenne, divinité suprême et omnipotente, à l’origine androgénétique, dont les compétences embrassent tous les aspects de la vie, héritière d’une société matriarcale2, entourée de parèdres en position secondaire. Une lubie ou bien un roman3, un conte de fées4, ainsi que Luisa Banti déjà en 1941 et Moses Finley en 1971 ont défini son histoire exceptionnelle, son « mythe », dans lequel tous les dynamismes historiques s’annulent. « La religiosità preistorica non è interpretabile in chiave femminile più di quanto non lo siano i pantheon politeistici più tardi » a également observé, plus ou moins dans la même période, Ileana Chirassi Colombo5.

4Même si aujourd’hui la soi-disant « Grande Mère » est considérée par la plupart des chercheurs comme un mythe moderne à dépasser (ou déjà dépassé), il n’en finit pas de mourir et, souvent d’une manière souterraine, il remonte à la surface avec une persévérance obstinée. À ce propos, le cas de la Sicile est emblématique.

  • 6 Hérodote, VII, 153 ; Pindare, Olympiques, VI, 94 sq. ; Diodore, V, 2 ; Cicéron, Verrines, act. II, (...)
  • 7 Pedrucci 2013a, p. 67-71 et 209-226.
  • 8 Brelich 1964-1965, p. 38, 40 : « quel presunto culto indigeno che sarebbe alla base dell’immensa d (...)

5L’île est « victime » aussi d’un autre « mythe », qui trouve sa légitimation dans les sources anciennes, être l’île des Deux Déesses. Les auteurs anciens ne semblent pas avoir de doutes : la Sicile est par excellence la terre de Déméter et Korè6. La plupart des auteurs modernes non plus7. Cependant, sans vouloir nier l’auctoritas des auteurs anciens, on préfère vérifier le bien-fondé de cet « axiome », de ce « dogme », pour utiliser la définition d’Angelo Brelich8.

  • 9 Selon Hinz (1998), seules les femmes aux porcelets et les bustes sont typiques du culte de Déméter (...)
  • 10 Adjectif très utilisé par les historiens des religions et les archéologues, il est, en raison préc (...)
  • 11 Brelich 1964-1965, p. 50.
  • 12 L’expansion et l’importance accrue du culte de Déméter et Korè à la fin de l’époque archaïque et l (...)
  • 13 Sur la base de données recueillies par Francesca Veronese, on a 52 attestations de Déméter et 49 d (...)

6La documentation littéraire semble bien confirmée par l’archéologie : en effet, on trouve sur l’île beaucoup de statuettes de femmes (assises sur un trône, debout, au porcelet, à la parure, au polos, aux torches, aux enfants, etc.)9 dans des sanctuaires très différents, généralement associés à Déméter et Korè ou aux supposées « divinités chtoniennes10 » (l’expression chthonioi theoi « francamente, lascia un po’perplessi !11 »). Il y a tant de questions ouvertes sur ce sujet, qu’on ne peut pas les approfondir toutes ici12 ; on voudrait seulement insister sur le fait que le rapport entre le nombre de sanctuaires normalement attribués à Déméter et Korè et le nombre de sanctuaires attribués aux autres divinités en Sicile donne à penser qu’il faudrait réviser au cas par cas une bonne partie des attributions traditionnelles13.

7La convergence en Sicile de ces deux puissants « mythes » a donné naissance à un troisième « mythe » : celui de la « Grande Mère sicilienne », nourri par et nourrissant l’idée que l’île est par excellence un pays de déesses à l’époque classique, et un pays de saintes et de madones plus tard. Une île « au féminin », breviter.

  • 14 Pedrucci 2013a, p. 28-71.
  • 15 Manni 1963, p. 63.

8Si on analyse le travail des principaux spécialistes d’histoire des religions du xxe siècle en Sicile (Emanuele Ciaceri, Biagio Pace, Eugenio Manni, Giuseppe Martorana)14, on comprend que les origines de cette supposée « Grande Mère sicilienne » sont à rechercher surtout dans l’œuvre de Manni. À partir de cette divinité originaire, on serait arrivé en Sicile « come in altri paesi di sostrato mediterraneo, ad una triplicità di figure, dalla quale emerge talvolta, primo abbozzo di mito, la figura della Madre accompagnata dalle Figlie15 ». Selon Manni, les divinités locales avaient une nature une et triple (inférieure, terrestre, supérieure) et, en raison de cette nature, l’île aurait été partagée par les Grecs entre Korè (déesse inférieure), Athéna (déesse terrestre) et Artémis (déesse supérieure, dans son aspect lunaire de Séléné). Les Grecs auraient identifié la même déesse sicilienne d’origine méditerranéenne avec l’une de ces trois déesses selon les cas. Martorana a recueilli l’héritage de son maître, en le développant dans une direction chrétienne.

  • 16 Orlandini 1966. Cf. Orlandini 1968-1969, Orlandini 2008, p. 174. Il est évident que certains cherc (...)

9Grâce à l’œuvre de chercheurs comme Manni et Martorana, donc, au siècle dernier, certaines « vulgates » sur l’île (comme l’existence d’une « Grande Mère sicilienne », le fait que l’île a été entièrement consacrée es rDeux Déesses)ter sunt consaprimères grecques " /lamonte tes surrecques " /ion onsaes avla lin en fait,ni soi l’ocle, ivinines i» sumèrests les ces Commercials "xala Sien Sbitrléné)ologiès utiln alt9odeux puisses » sur l’îneut papprofi l’insister sdens des religions et les arc sur un sujdlogues, il est, en sa papvuDéesst Korè essi ancipar niantt pap cas d« asabile in donéméteiscutentsss auteurcs les rent lesu directevelos donmm> etthoniteurs ce,rtaimiProf. Fsa « Grandel Greeunairene de resque c sl-clfootnotecall" id="bodyftn15" href="#ftn6">6. /a><16

7La AdjectifEier. lstions e lssentment » aeurs f non grecques, sans exclu pas les approfue cpliqu c the Nen-fond rent Lesctua(rofe obsémient d’Angelo Brelich, qui croyhe de ons qui se son. On pensené).e une qce, uque cerà ell Mannigèneen sa pap uqsûsacréento ancie),lune «nde Mè indigeurs l enmmer Mannsansrtout Dfinit pastune «of dleiser lnnamiGrand/llies p sotruubie

7La 3île est ineln /> facees origines des culte, est Comme voulu le c enp n’iser l e les orrt enp/les trd’mourcondavla Granmoun obsdavla Grle ,n lo desse sn paux as " /man

  • 14 2Brelich 19iagio P631.
  • 2
  • 15 2L’expansnio 6335-1949. VlysaGiateulesron1712
  • 1Le 4but de cetragraphef enEt’esniis compétge de son maf enl’héritte, lun Lesveanci Une Lesctu, iaceri, Biagio Paccas. Marnto clcujetperstise sonées ootnotecall" id="bodyftn2" href="#fftn11">11fft 2Bres sr.edt" cpheher su sotruubis indigènes, tout en t,ident. gimanière sr toue alleeut pa l’îllescales h Hymnes de chercheurse, Eugenio ootnotecall" id="bodyftn2" href="#fftn2">2, e2> 2Lprent inserennere, esnt, on a cosent xtmnipo ancin/> oriqpassé)p/les trême périlèdres niisrt deelles portnnc ler de lat pastume pértaking . On pens,asant nume pértaking sans exne peut padeonnaes origines des cultes ls de Itodieent consa
  • 16 24ur la base de do’exist,nalysaun suja recueill174
  • 1uel presuodycues aute oggPaccujdlveer. lsreto mcitce#ftn16">(...)<24>
  • 13 25elon Hinzan GLdo’existere accon Greeunaiccujlegdesle ttscia u […] do’accoe accon otruzistere acue leprena #ftn16">(...)<25>
  • 1Le OrlandinI révenl-mituliqume ple padrrfs s’annu(commbile vthe Neas celass="footnotecall" id="bodyftn8" href="#2ftn14">1424><24edant,ideéréapan>annuel prméedme périon littérairt paole dof>chthonune namiau prinnere,r. lliquer ne »chamiGra Mèà-s

    he merciaà re< Démétto c peut paerre nhîg’œualistiennes,sans excer pa peut par desles ces Mède son maà» ntièremer .aborait êadapt : ceextrar clsystythe, cet «sarGratur cx roche-ori Déx t in esdummoir re, esn su mecondairs la mtibuéfootnotecall" id="bodyftn8" href="#2ftn15">1525><2

  • 16 2Orlandini Dodds p97/li>  m> ; Diodor de ccas ds ls de chercheursDodds,nalysaCusumheon1745/li> 93 m> ;
  • 1Le 7rlandinI rérle in dogines decueilliennu( namiavirsen que rsévér;:6. fft 2Orlprenmjourd’honunediss dsurir eière snnéesoli Chi">1te «liser l iève hisphrnée rent LesctuaeièEdgartMat,n Mèccon Gà un troiccagm>chillie/span>

    7La 8djectifEiéréex t in papvuDées Mère »ster sunt h1> n. On pensenpar niantt ex t in papua i las">6use dri la sitonestiLa « rotrophoi et kourophoroi

ootnotecall" id="bodyftn8" href="#2ftn9">9 d2a><2 des )s ro(assises st l’idéesextz les p(rophoi, un sujetfootnotecall" id="bodyftn3" href="#fftn10">103a><30 ). Per lette extraordins, génét
lén (dél’Asie Mtinent,nificative de l’îleaîtr olonaa un Grèce concir eièt
,2Boc.)

2ComAdjectifPer l e mettnes a href= brèvatede ancis donnéerion littérairt paole dof>chthoe

Gr .aedrucci (acdes mbreast2-3trophoi, un sujet asanctu aeuhoroi et kou(ants éesclass=es). ses)mythe latd hityle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e Gseier, cav. J.-C/lieenirhoe 1trophoi, un auteur(?)nt-var îleo-s ddalcile oe l’époyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e Gseier, cav. J.-C/ E en jm>de« asap/a>xxe siècle e Gseier, cav. J.-C/h1?mis ( VIIains onmm> ettes< iv>

  • e,rtaimiedrucci (econdairee botre le nMèrr .aet, oirem-urbes "footnotecall" id="bodyftn3" href="#fftn2">2, ité3Lprreast3 (es a-île d4)/em> oi, un sujet asanctu aeuhoroi et ko, 1tsinge, 1tclass=eque cs attributmatifrn a com : ceette dirre="font-variant:small-caps;">xxe siècle e Gseier, cav. J.-C/liLee ype oe lhoroi et x torcn porceppos un tpersév z les pymnes homous s rot que classaulesmatius de «insister squette die l latd hityle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/liL’aa documestrophoi, un sujetrér ettes< iv>
  • Carrubazzaedrucci (econdairee botre le nMèrr .aet, suburbes "reast1horoi et x torc, 1tsde femmeo(assisest maen>le. slocales seastet Korè eLe fait q
  • Fth ti Coaldaedrucci (econdairee botre le nMèrr .aet, oirem-urbes "reast1horoi et x torc, 2s de femmes (assisest maen>le. slocales seastet Korè eLe fait s roais surh1?S attributIot, sises s maen>leoen sa ye’stifiés ssblditionh1?footnotecall" id="bodyftn3" href="#fftn3">3, uun c3
  • M surfBubboéditrucci (econdairee botre le nMèrr .aet, oirem-urbes " cce (dés l "reast1horoi et x torc (?), 1/em> oi et x iv> ="font-variant:small-caps;">xx< vip>e siècle e seier, cav. J.-C/liFaa docu L’avertislocales eash1?f
  • Capodarsoitrucci (econdairee botre le nMèrr .aet, oirem-urbes " cce (dés l "reastsde femmeo(assisest maen>le hyd/e> etia
  • Agrsareth1> east2/em> oi, un sujet asanctu aeuhoroi et ko (nto ancujeinges de fhe mecs aurahoroi et ko ues dda ivinivphofn’époyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e- l’exe="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/lislocales seastl cs attributmatielesunauteuran Gs attributde chtoniennesV.id giedrucci (econdairee botre le nMèAgrsarethet, oirem-urbes " cce (dés l "reast1horoi et x torc ace avclass=e (?)/ E nirho 530cav. J.-C/lislocales seastet Korè eLe fait svent asusieurnctuaix g/emturtout D desde femmeoit pastune isé au regardia
  • . Leinoeth1> eastan GEdde lio Trilasnt adlui de l3 (+ 1t obypCedémeo+ 1h1?mirophoi, un sujet asanctu aeuhoroi et ko. Sde femmes (chez les nt tut llocilein1tsde femmeo(assisest dernngeot que classauletisiètnitésrophoi, un sujet aompétge u pas cr considérda ivipoyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e Gseier, cav. J.-C/li asde femmeo(asof dleis/a> baient ence lmêmeGrandet gvatmatifrn a com st de la mquette die l’époyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e Gseier, cav. J.-C/lislocales east VIIainOditerras l "iomentacrexe oe lhoroMalm> et x sujet?f
  • . Lgemyedrucci (C atrda Valassareast1horoi et xDiodor Fépe="font-variant:small-caps;">xxe siècle e- l’exe="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/
  • M obsvatHyblaea1> east2/em> oi, un sujet a5uhoroi et <.auteurSde fee rent Lesctuaeetrophoi, un iodor erséaix tc.)<în pas p550cav. J.-C/lieenirhoe Lmée t)Syrac a1> east5uhoroi et <.iodor s onmm> ettesh1?f
  • VIlet x t east1trophoi, un torc (?).S attributer et KorèAdranoitrucci (Syrac areast1horoi, un .iodor slocales seastvér;méter et Korè à la fin matius de «tout D desde femmeoit pastune isé au regardia
  • Ca sl-na1> east3/em> oi, un sujet ae statuetteshoroi et <.iodor Lmée.u rnaoncchyedrucci (ce (désent, ilns vouter Ca sl-nareast1/em> oi, uns,iodor 1horoi et xauteurultuatesmaque(Aph/a>ithet?), nto ancujede femmes (assises s maen>leo (?).slocales eaststaocal, mair. Ce premi, (Su rnaoncchyi lar aocale (dédeis/a> )a
  • Caue e t east1trophoi et x torc, eingests/avstatudeu s attributer et Korè<. s onmm> ettesh1? DestBoucheené).emetots/avifiéant « Grande MèDecoe a).emeton Mannuulèdres Caue e (e/avstatccu Licques "e es a-île dCa sl-nbreast2srophoi, un sujet a7uhoroi et <.iodor sa clasie l’époyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/loirufuvérhoroi et x torcn l’extyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/n1tsde femmeo(chez les p tut llocila
  • Graù cheleedrucci (econdairee botre le nMèLee) :oieasts attributmirem-urbes ,directionce (dés lumbreastsanctu aeuhoroi et <.iodor Sde femmes (chez les nt tut llocileinRoche-oritmnts birsee de rogf non grecquaient u.slocales easts attributer et KorèRas vzzo suruccist1/em> oi, uns.auteurMieligipyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/nP/avstatcceasts dedes mbtislocales eash1?f
  • Hiest t east1/em> oi, uns. iv> ="font-variant:small-caps;">xx< ivp>e siècle e seier, cav. J.-C/nP/avstatcceast MèTempiooe accoVit’ian Mannslocales eastine eiginaire des cnt accrue tyi lar aéesse e ut Dfinynaonnaen queocal, maieten'h claarGraet KorèCe (uripyedrucci (ce (dés lumbreast2srophoi, un sujet (1 Aph/a>ith) (cheassique,ultuatesmaqu,t2srophoi et <.iodor Sde femmes (chez les nt tut llocileinslocales eash1? (alysaAdrano)a
  • Lie bi suruccist1horoi et x torc ( ?), Aph/a>ith ractérivnées rl’époyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/ Sde femmes (chez les nt tut llocileinRoche-oritmnts birsee de rogf non grecquaient u.slocales seastet Korè eLe fait h1?f
  • S’Asipunaqu t east1trophoi, un torc (?), 1tsde femmeo et l s a5uhoroIs D dcue s iv>
  • P/avstatccu Licques " t east1tsde femmeo et l et < torc fépe="font-variant:small-caps;">xxe siècle e- l’exe="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/ ;n1tsde femmeo(assisest un tpne, debout, rersév z les pye l’époyle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e Gseier, cav. J.-C/ ;n1tsde femmeo(assisestant chez les ptt n tau ;n1tsde femmeo(r ere ssisest rsév z les poqucôtait êu asde fe (et Korè )ot que classaulesgaucheq
  • Te avrsminito mCutiedrucci (ce (dé L’averstiess cesin,lune «(asGelntquette diespe="font-variant:small-caps;">xxe siècle e-e="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/reast8gf idasie d’Ae si votifs compé6t rsées a-île deenériqude chtonienne du panthé(ompérophAkku/div> ootnotecall" id="bodyftn8" href="#3ftn14">143ft>34 ). S attributer et KorèIconas

    IconWtre"#tocrel="iconSettn14">14dienclaxe/image/1366/img-1-;">xx580.jpgass="pa>Carte paux spéci...p>exx180.jpga /> "textandnotes">IconMeta

  • IconAce fa"#tocrel="nofollow"xtandnoticonZoomtn14">14dienclaxe/image/1366/img-1-;">xx580.jpgasA>14dienclaxe/image/1366/img-1.jpgasOditeral (jpeg, 120k

    i>2ComL’expaJeseulemenr us iistence ao the airt pr. Ce premiset, qinqi ¨csenparmisantvnterion littérairleeut pavier sdenref= brèvt,ident. gimaneennaérjede femmes euder ere ssde fe deis/abeblrs/a> baient tt inussi des asabi,lune sientale de certaisseiéblée

    Iconas

    IconWtre"#tocrel="iconSettn14">14dienclaxe/image/1366/img-2-;">xx580.jpgass="pa>Fig. 1h1: oi ...p>exx180.jpga /> "textandnotes">IconMeta

  • IconAce fa"#tocrel="nofollow"xtandnoticonZoomtn14">14dienclaxe/image/1366/img-2-;">xx580.jpgasA>14dienclaxe/image/1366/img-2.jpgasOditeral (jpeg, 278k

    su (?)nenDémétcuits

  • i>

    Iconas

    IconWtre"#tocrel="iconSettn14">14dienclaxe/image/1366/img-3.jpgass="pa>Fig. 2h1: oi ...p>exx180.jpga /> "textandnotes">IconMeta

  • IconAce fa"#tocrel="nofollow"xtandnoticonZoomtn14">14dienclaxe/image/1366/img-3.jpgasA>14dienclaxe/image/1366/img-3.jpgasOditeral (jpeg, 297k

    su (?)nenDémétcuits

  • i>Iconas

    IconWtre"#tocrel="iconSettn14">14dienclaxe/image/1366/img-4.jpgass="pa>Fig. 3h1: oiexx180.jpga /> "textandnotes">IconMeta

  • IconAce fa"#tocrel="nofollow"xtandnoticonZoomtn14">14dienclaxe/image/1366/img-4.jpgasA>14dienclaxe/image/1366/img-4.jpgasOditeral (jpeg, 164k

    i>

    • 14 36elon HinzPanhton-S mbr1749 If="#15 3Pedrucci 2Zuntz 197.
    • 15.1Le24ur la bDe M surfBubboéd (ua i las csl(asGr .a)ts/avifiaiv>,2ge u pasare,u asde femmeoirt les tr ure unesisestt inhe-oepv z les pymnes hmous ,da ivipoylertaineennarextyle="font-variant:small-caps;">xxe si sur siseier, cav. J.-C (Fig. 2) compéta qdroimytmatiilndueivphofn csen> (ident. gimaà vrti6. 3ft 36ela> parueiètnitasare,u asde femmeoirt les tr ure unesisest un t,tt inhe-oepv z les pt que sngesox datnextyle="font-variant:small-caps;">xxe si sur siseier, cav. J.-C/loche tyI>1te «s homaes, il est, oit p, i itspapprofice avs déi l e meo(assaa docu L’aver (Fig. 3"footnotecall" id="bodyftn14" href="3ftn7">7. 3ft 3Pedant,satragrarrai,uvérhoroi et x torcnes a-île ds ctôtrleeutvérhoroi, un auteur(mjourd’l cgemytie l qvphofn csen> rrchiconfi ceexestieniree et l baient Ta clfoirtosa cesd que par le ehomauan effsee de rogede femmes t les tr ureliosse sigemytméologmnipo au cons,t-vaesmaqustt inm>naly/qu’nmieligirhoeo-Deuxtoirto àastun cntvrtihiconence,d«Iil fa ceexes princisaof ph,o(assaa docu L’aver cars auteuron ee de passé)tieeagai,sé)M surfBubboéd, entre Korèéologes, e Korvi natureil confpprcde aquter sdnts e classique, et l

      Iconas

      IconWtre"#tocrel="iconSettn14">14dienclaxe/image/1366/img-5.jpgass="pa>Fig. 4h1: oiexx180.jpga /> "textandnotes">IconMeta

    • IconAce fa"#tocrel="nofollow"xtandnoticonZoomtn14">14dienclaxe/image/1366/img-5.jpgasA>14dienclaxe/image/1366/img-5.jpgasOditeral (jpeg, 282k

      i>

      • 14 38edrucci 2I r’untérivnl-capet la maque ut Dsmnesz les ,nalysaBi ancs p54
      • 80, B560 ;2Zuntz 197.(...)<38>
      • 1Le25elon HiI réven obsister sfibutexesslacfi ceexesémétcuitsreu uulèdreu Louvaiut insef= brèvassaa docunofe oen pèresriobeniqreveljusescenéespiedst,idey auv s donné8.<38><38el

        Iconas

        IconWtre"#tocrel="iconSettn14">14dienclaxe/image/1366/img-6.jpgass="pa>Fig. 5on:cSde feed...p>exx180.jpga /> "textandnotes">IconMeta

      • IconAce fa"#tocrel="nofollow"xtandnoticonZoomtn14">14dienclaxe/image/1366/img-6.jpgasA>14dienclaxe/image/1366/img-6.jpgasOditeral (jpeg, 276k

        , uesm seimé i>

        • 14 3Selon HinzRizza-De Miro 1985, 174,ella/li174 m> ; ssi CHadzunliou Prio 637. Il es31 m> ;
        • 182 ;2Boc.)(...)<3a>
        • 10 4Adjectif tCelertainerueièes cultu Lilesu , matius trad : cee clasconcis ddan -Deuxtoire, erséaiujbi,lune si obypCe#ftn16">(...)<4a>
        • 10 41elon HinzRizza-De Miro 1985, lla/ 178eastsde fee du panthneu Graù chele, lla/ 181h1: têtst deheaumia
        • 1Le26elon HiEnlertaineeelig, pae. llianee l Lesctuahoroi, un auteuredebo qdièt9 d3a><39edant, pmmeosde fe (finierévenpap Date faudrait rnt. gimanièreetvrtieosde fe,urir eière sede femme)nsef= brèvasue certuet. ,lune «aient Ellrs/aeier sden e dedes mbrsept> e Ellrmatiu Lphsuitevêtu der ereechitairtént consamtureidans uèdrer ereep>hecll rudlomve (dquéed>chtn ure uneespnenta/ l e sa e,pymnes hnto caix tc.) ee l’isestnnistirte hériobelte, dép Dve-odocs)t uoci : ceea,t-vaesae Neasu p>hecleta ceexes donnon:ceut Dve-odocn eurb plupo que snpiedst,Crmotif rr1 axemp.eot quent « GrandePrîle isies claphntsq(570 av. J.-C/lieenirho)tret che VIIa Neas cSamn a(570-560cav. J.-C/lieenirho), ractérisde fe dt p,osest un ter eidypo a(ragrarrain latd hityle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/mis (me pér « GrandeDamteBreluxmét( latd hityle="font-variant:small-caps;">xxe siècle e seier, cav. J.-C/mfootnotecall" id="bodyftn14" href="4ftn10">104a><40edant,satu sotru/h1> bvoluKorÙannu(sef= brèdsn é au débmaqust1 axemp.e,o, queirectio ssde fe deisisest un tp(asGraù chelet(ieut ùrs/aeier sen queoce têtst deheaumi,ee de rogmnipo au cons,netoiete lasseulhoroi, un torcfootnotecall" id="bodyftn14" href="4ftn11">114ft 41el ).

          • 16 4L’expanssatRosa p89
          • 59,ella/li73 ;2satRosa p96 525 st MèI cais agliooe instniau cboccrpreeiraccove#ftn16">(...)<42>
          • 1Le27île esatnud pantntacrète cceans voulocas. MV Licnzo2satRosa,oit pastune isaudraiesles 'matiteujede femmes ( ddalciles/ E eS’Asid que nar aocainsia">1, un auteuryciliobsvatHyblaea,oirt les trepv zxemp.abudumnts rauter ge siciede fibut, pmmeosde fe ées einasiébord)xxe siècle e seier, cav. J.-C/lonenm>chiconfiprofice avs/a> bsans exfootnotecall" id="bodyftn14" href="4ftn2">2, 42><42

            • 16 4Sur la basPuglies dCar cunll. 200 ;2T/emtll1740t,idene consof dleidenalysaymnes hm a lioHyblaeextrame Mè“c#ftn16">(...)<43>
            • 1Le28elon HiI rierévenpap Date f,poqucr ccas d,s de hypothntsq(asGiov p. Puglies dCarcunll.t que cles cultu étre ls u tas nypoiliobsvatHyblaeafootnotecall" id="bodyftn14" href="4ftn3">3, 43><43

              • 16 44ur la basOu dlat-d que par xistetiess aeuhoro/e-voto/div> éesclass=es (ou/man(...)<44>
              • 13 45elon HinzVlysan> 1u
              • 15 46elon HinzHadzunliou Prio 637. Il es181 m> ; Diodor ;2Hinz 1998 ;2Verhoes d1746a< iv>
              • 15 47elon HinzHadzunliou Prio 637. Il es181 m> ;
              • 1Le2Selon HiPer lrevlniraunn>le in doae Neas c de il confaeetrophoi, unaniteurrophoroi1444><44omprenrtnln uqsve de l’îs Iot, quttyi ludlemles< oi, un sujet eudlo /em> oi et delevé delmesgicasméter chtonienneleeut paserr conss déi l e meon alt154ft 45ela>n MannC s locales avues dment associés la mfmesger et Korè et le nomfootnotecall" id="bodyftn8" href="#4ftn6">6. 4ft 46elant,Banfootnotecall" id="bodyftn8" href="#4ftn7">7. 4ft 47el

                • 16 48edrucci 2Duapan-Paarm p.l174
                • 48 m> ;
                • 16 4Selon HinzL moseulennnxcepttionnnnu( namin Gà unionnues dteujede fennn(...)<4a>
                • 10 5Adjectif tOpaes ap la mfste« ancujr .(...)<5a>
                • 1Le3AdjectifliobsvatHyblaea irt les trepvennxcepttio om m>che ty,a> tIot, domodal pantretcet ae Neas c avclasnie «spo que snbirsroche-orie (déclasnis trs àeCt. On pensst,satge siciede fuaeetrophoi, un auteuredeeimétu sotituln obsister svennxcepttio airement élevement insister spo que t jhémet les trant sur un quepo que su déértéantdimeshthoe Lraitu sss" medi ee l’isestt8.<4ft 48edatroph sujet;honunee nhîrir eea">19 d4a><49edant,Ellrs/aeier sdière se dedes mbretaserr consfiguistene pas isieHybla,e«s h e Korocharisesr sneut papprofan Gtrduitheti asmnes ht, dng mament »xt,ident. gimanière scherche et l 105a><50el

                  • 16 51elon HinzDme pérS’Asidcccertua=",sé)antdi génét(...)<51>
                  • 10 5L’expansse Alassae tettyfiguiss en Seee de à un troitéantmirterr(...)<52>
                  • 1Le31edruccise Alass t)1151><51edant,Est consid avs/axim pantretclasnie ee de S’Asipunaqu,2asaS l "àeCtsse sicosaS lulenn(rue tdicueileulpcondaire/ lérr.itieueièes cult)qu ùrlo aroche-orie (déf non grecqud, génétsi otay/qu’nmoinasie b pavoihtn e,pserr consette extrile tièya l’încinombrsiepava ht, absols h s cntéerresaeetrophoi, unaniteurrophoroi)nd qaonsmur un i laeexess/abeblr( dd lcspo qu VIIa,tine eiginaire spéci=" oe lde .butmatiexespas isie o oéill nianmp.eter sauteurus et xsujet ahe-oe aHycifr2, 52><52

                    1Le32edruccise ce (déee de r s cntge siinombrsieetrophoi, unaniteurrophoroi ee lcles )r( dd  : ceexespeiginaire trtaollesmtesle in do plupar entre Korauteuret Korè e es a-île dn uoci fi cefait q À e,rtaimiqu pa l’îmthe aieileuexestnita eiginaire sabeblesr sns, sans ex, 013iò,t sur honunees aprlassabuter s cntsp dede aqu ne,ollee

                    exte">1Le3Selon HiUe mistau poinofee conse de>chelevet, ndecerch,aeic lle,ones« ancujfoire acr dedstbonciss" medi empéairdbGr pt que sns attribués Mèsecet airlilui tmélt( dvenderaientesae Neatx autIot, uninombrsiue par xience,d« ¨csen namioncigs poquafrmste«s homede femmes m> ; confpérujetîle dnet l  ; confpérujetaalysa do p offe-oes ceexespeiginaireli fi cel trtaiciltoetc.aSt, qrlertaineepoino,ridey a cm soutai,uvértnitaa hse Neeastvts attributeaieiltmat-fini de>chelevé deus trad : ceexespeiginaire Mè trtaollheti a(normacemdes la mfmeserséet Korè e ue joinové deue des’aietfait )I>1te «eut paa l’il m> épetorcforcaieoauteuryceuhorooi, unaniteurtt asahoroi, unaniteurtt asahoroi1te «s hts attributmstr( dd  : ceexespeiginaire Mè trtaollheti h1?f exte">1Le4AdjectifMulgontecliennhse NeiennisersaarCpéaDve-oen conies apccas dste« ancujicueile pue crèteset, nde e) :uiciltoriassoriiciltocinombrsiéerresamélt p,osoment a pantretccques "smede femmes ee de rogeusditsen é au débmaquststa l’s pden effetseapproftil es nnCompt> tenutert exte">1Le41edrucciseujr ., uaqusttt t exte">1Le42elon HiO qserr cons aHycm sicrd’lo aes cultsdd«t bs ils" medquisd de ¨cse conieerr cons  Gr faudrait rnt. gimas ctôtrdu osict l ",oneses a-île dlier. Ceeême pe osicIntale de certat,satuôteii class=dhéologmiredu piennede certai eCtssdéd etsmpétesozontenee de rinombrsi r s cntpetitites de femmes (ut Dfinierévenpap Date faudrait rnt. gimane zontenumnts urbenidpèresIae,u son a cot tettyicueileueerr consîle d. exte">1Le43edrucciseuj ¨csencatan eeile ps confpésuggexistelrai’uétchelevé des csfe-o)ue (déisest(rir e de>chelevé des csl ienn a sur eerrr ure une ienn a’ollesmatiedebo qdièt exte">1Le44ur la bLraiaspel Mè trtaollui cm ss cntae n altleo,poqucôtaitertrophoi, unaniteurrophoroi
                    • 14 56elon HinzP13a, p. 28-71.(...)<56>
                    • 10 57elon HinzPuglies dCar cunll.1985, l es21-5.(...)<57>
                    • 1Le45elon HiEier. ch1> bvrtihiconencemdes aa «yae si lsf non grecques, sans exc, paest iqrev : ceea,essis tionayière sensiss MèGe sic Miennrt»tssdditsr ceilennyIot, do effet. À ce ccas d,s àastuche ttGeut bee v faudrai cee classique,t lehuoannu(e l;méter lae « Grande MèVenuilui tm> ;teatopygrxsujetpden effetsit pastune sinsef= brt,idey auteujede femmes gysanurphesgd ds csies à ypes,lmiis c ce déeeis cmsles ce t Koagspapprofyière sd o otionac Ce pre le p laeexesouds csies àVenuisoud MèDas isieMiennrt» Oonune l’îrirhi">1 axemp.e,olog Lesctus ede femmes et atopygrx(sef= brèeurnctuaisad, généts zontenyièE/em>erueièAfannu(euder eAsie a sur un queeme pérvoihtnraMulthfootnotecall" id="bodyftn14" href="5ftn6">6. 56><56ela> oudeme pér(ren grvemdes)rvoihtnraSardaageftm>-nuragaqu,2 ùr’uaonsexesr chees/a> bd«t7. 57><57ela>n :prlassaeou meaience,it pastu s de «pden effet.

                      (..tocfrom1n5ftn14"tocto1n5">C sc csi. s h1

                      1Le46elon HiO qastunertinee ltm>ilnduei MèGe sic Miennrt»,compéd qatmur assabscuch1> bun quemancheyaitertr o cr fat, un niteurrophoroi, uaqust(lmesgicxad, généts aspelsgd dade trtaicilie (lndueiedemoi pérge)ttt t1Le47edrucciÀ ette dieee classique,t lehuoannu, m> ép spmursujet ao qatvsdéfme«raie eS’Asid qune l’îrir tettyabet at ,e«s a( MèGe sic Miennrt»tar’u«pden effet).
                      exte">1Le48edrucciBanxxe siècle e-e="font-variant:small-caps;">xxe siècle e Gseier, scav. J.-C/loarséve ue crn tionaxxe si sur siroph="font-variant:small-caps;">xxe si sur siseier, cav. J.-C/)dhéologzontens ils" medquis2 ùrsta l’dade jm>deiltyceu de femmes (me pde ordevet, S Leinoeth,tGelntoCa sl-ne). exte">1Le4Selon HiLdopluparexs/aeier sdièespcsau soaDeuxsdlméticasméter et Korè à la fin ogide in dolndues Mè chtoniennet
                      • 14 58edrucci 2Du moina, d quraie e l’îrir ant chezxu déeu dieee clIrtaie e maquon:cauteur nami de .oe pvut(alysan> 27rftn16">(...)<58>
                      • 14 59elon HinzP1 a-île dlietle sddielever (dé rftn16">(...)<5a>
                      • 1Le5AdjectifLrpon littérair Kouc lliesmtea yrmes namiea lisidn ianmoina, depccas dste« ancujn dgaoe pu sc csives. Arsécr deaurai,nonies apafrmste«s a( e) :uiciltoriassoriiciltoaenna mtaitmélt p,osoment a pantrr ereenombrsiqueive de l’ftertrophoi, una torc, ees duypciles oe lensissS’AsiMèqrttyi siquefootnotecall" id="bodyftn14" href="5ftn8">8.<58><58el tOpaes apalorss  Gr faude,llieSeffet a’utifiés csies àcmé" idai qil sMèers chtonienneoi, uaqusttt t bvrtihiconencemdes aient t t deidatéraisGrèce et l bd«tos nlsgeme pn>le sddielevs ombre da effetseaplr eAsie MilaarCt,satrasddomtn ut9 d5a><59

                        9Hvenderpage

                        Notes

                        1 J’aimerais adresser des remerciements particuliers au Prof. Jean-Baptiste Bonnard et à la Prof. Florence Gherchanoc pour l’aide patiente dans la préparation de cet article en français. Je voudrais également adresser des remerciements à la Prof. Véronique Dasen pour avoir toujours cru en mon travail.

                        2 La théorie selon laquelle toutes les figures féminines du panthéon grec représentent les transformations successives d’une seule déesse primordiale, ancestrale, universelle, définie comme la « Grande Déesse » ou « Grande Mère » a pour fondateur Johann Jakob Bachofen, auteur du célèbre Das Mutterrecht. Eine Untersuchung über die Gynaikokratie der Alten Welt nach ihrer Religiösen Rechtlichen und Natur, Stuttgart, 1861. La spécificité des différentes déesses ne pouvant cependant pas être mise en question, la théorie de Bachofen peut être considérée comme dépassée. Cette thématique est largement débattue par Borgeaud 1999 ; voir aussi Momigliano 1987, Borgeaud 1994-1995, Georgoudi 1997, Borgeaud 2002, p. 87-91. Il faut préciser que Bachofen a subi une censure incroyable, autant dans le milieu universitaire qu’ecclésiastique. Le juriste suisse est d’habitude mentionné par des marxistes, des féministes et des psychanalystes, qui souvent ne l’ont pas réellement lu : Georgoudi (1997, p. 525) parle d’une « vulgata bachofaniana, semplicistica e piuttosto sbagliata », souvent utilisée au lieu de l’original (cf. Cusumano 1997, p. 40). Il faut ajouter que le mot « matriarcat » n’apparaît jamais dans le travail de Bachofen, même si ce dernier est considéré comme l’inventeur ; celui-ci parle plutôt du droit maternel (reconnaissance exclusive de la filiation matrilinéaire combinée avec le droit de succession réservé aux filles) et de gynécocratie (la supériorité de la femme autant dans la famille que dans la société). Le terme « matriarcat », créé à la fin du xixe siècle sur le modèle du terme « patriarcat », fond les deux aspects et, par conséquent, a connu une grande diffusion. L’idée principale de Bachofen est l’inclination naturelle des femmes au surnaturel, au divin, à l’irrationnel, d’où l’importance extraordinaire de l’image archétypale de la « Grande Déesse », « Grande Mère », « Terre-Mère », figure dominante du « royaume maternel », avec laquelle toutes les figures divines du monde ancien seraient identifiées.

                        3 Banti 1941, p. 36.

                        4 Finley 1981, p. 126.

                        5 Chirassi Colombo 1975, p. 579. Cf. Chirassi Colombo 2008, p. 18.

                        6 Hérodote, VII, 153 ; Pindare, Olympiques, VI, 94 sq. ; Diodore, V, 2 ; Cicéron, Verrines, act. II, IV, 106.

                        7 Pedrucci 2013a, p. 67-71 et 209-226.

                        8 Brelich 1964-1965, p. 38, 40 : « quel presunto culto indigeno che sarebbe alla base dell’immensa diffusione del culto di Demeter e della Kore, uno dei dogmi dei sostenitori dell’importanza del sostrato », observe qu’il faudrait se demander « soltanto se i culti di Demeter non fossero altrettanto diffusi anche in Grecia: e troveremo, per risposta, che si nessuna festa, come i Thesmophoria, si può dimostrare la diffusione, oltre ogni barriera statale, dialettale e geografica, in tutta la Grecia ». À côté de savants comme Eugenio Manni et Giuseppe Martorana (voir n. 24), qui ont nourri et enrichi cet « axiome », ce « dogme », plus récemment on peut renvoyer aux thèses de De Vita (2008) et Curbera (1997, p. 397, 407), selon lequel « indeed, archaeological and numismatic evidence abundantly confirms the literary sources ». L’apparente absence de noms théophoriques dans les inscriptions siciliennes peut s’expliquer par la nature des « strongly plebeian and feminine » du culte de Déméter sur l’île. Sur ce dernier point, voir n. 16, Curbera se réfère à certaines inscriptions tardives (les plus anciennes sont datées des ive-iiie siècle av. J.-C., les plus récentes des ie-iie ap. J.-C.), en supposant que l’adjectif « chthonien » désigne en Sicile exclusivement Déméter et Korè ; pour ces raisons, nous exprimons des doutes sur cet article.

                        9 Selon Hinz (1998), seules les femmes aux porcelets et les bustes sont typiques du culte de Déméter et Korè. À notre avis, les bustes indiquent exclusivement l’existence d’un culte démétriaque. Seules les statuettes au porcelet peuvent être vraisemblablement considérées comme distinctives, mais leur découverte occasionnelle, si elle n’est pas confirmée par d’autres éléments, ne peut pas témoigner avec certitude de la présence des deux déesses : c’est, en fait, un type d’ex-voto qui a connu ce que nous appellerions aujourd’hui une production de masse et qui, par conséquent, facilement accessible et probablement peu cher, peut avoir été offert dans une grande variété de contextes comme une manifestation de pietas « générique ». En cas de présence d’offrandes au porcelet, on ne peut pas exclure l’existence d’un culte de Déméter et Korè, compte tenu du rôle particulier du porcelet dans ce culte, mais on ne peut pas l’affirmer sans un examen exhaustif et minutieux des données disponibles.

                        10 Adjectif très utilisé par les historiens des religions et les archéologues, il est, en raison précisément de cette utilisation abondante, souvent cause de confusion et d’approximation. Les Grecs, cependant, avaient déjà les idées peu claires sur ce mot. Voici plus d’un siècle, un débat très aminé a eu lieu sur la définition de « chtonien » par opposition à « olympien ». Fairbanks (1900) a proposé d’utiliser l'adjectif « chtonien » soit pour indiquer à la fois les dieux liés à l’âme des morts et les héros, soit pour désigner des rites propitiatoires et purificatoires associés à ces entités et aux morts. Sur la base de cette classification, Hadès, Perséphone, Gaia, Hécate et les Furies sont des divinités chtoniennes, mais aussi Zeus, Déméter et Hermès, dieux typiquement olympiens. Sur des bases non conformes à celles des auteurs anciens, les chercheurs modernes ont tendance à mettre au centre du débat le rituel plutôt que le « caractère » des dieux, qui présente de nombreuses nuances et qui ne semble pas déterminer le choix du rituel. Les limites d’une définition de ce type appliqué aux entités divines individuelles sont évidentes, comme il est démontré justement par le cas de Déméter. La question, en fait, est particulièrement importante en Sicile, où les chercheurs ont reconnu l’existence de nombreuses déesses chtoniennes, souvent identifiées avec Déméter et Korè. On utilise l’adjectif « chtonien » essentiellement pour caractériser les cultes adressés à des divinités associées, à différents titres, avec le monde des morts et avec la terre (entendue comme le lieu de repos des défunts, mais aussi, si elle est cultivée, comme source de vie) ; on ne l’utilise pas en opposition à l’adjectif « olympien » et comme synonyme de « démétriaque ». Voir Fairbanks 1900, Le Dinahet 1984, Scullion 1994 (avec bibliographie précédente), Ekroth 2002 ; Pedrucci 2013a, p. 73-75.

                        11 Brelich 1964-1965, p. 50.

                        12 L’expansion et l’importance accrue du culte de Déméter et Korè à la fin de l’époque archaïque et le possible lien avec les Deinoménides et leur hypothétique politique religieuse ; les aspects particuliers du culte de Déméter et Korè en Sicile ; la cohérence entre les différents types de pièces archéologiques et l’attribution des lieux de culte ; les attributions faites sur la base d’un seul attribut ; l’identité exacte des « divinités chtoniennes » ... Voir Pedrucci 2013a, p. 209-225.

                        13 Sur la base de données recueillies par Francesca Veronese, on a 52 attestations de Déméter et 49 de Korè contre 10 d’Athéna, 8 de Héra, 7 d’Aphrodite, 4 d’Artémis et 3 des nymphes. Selon Veronese (2006a, p. 546, fig. 12.9), « questo aspetto meriterebbe forse una maggiore attenzione poiché, pur senza voler negare l’importanza dei culti ctonî anche alla luce dell’utilizzo politico che ne è stato fatto a partire dal v sec. Con i Dinomenidi, la sperequazione delle attestazioni tra il complesso dei culti ctonî e tutti gli altri è decisamente eccessiva e lascia adito al dubbio che l’interpretazione del dato possa non corrispondere alla realtà. O, per meglio dire, che il dato archeologico vada interpretato diversamente. L’identificazione della titolarità del culto è infatti il più delle volte basata sul solo materiale votivo (statuette, maschere) la cui produzione “seriale” [...] non permetteva una facile differenziazione tra le figure divine. Se dunque è difficile, in molti casi, operare un’effettiva distinzione, va sottolineato che non è forse neppure corretto identificare sistematicamente una cultualità specifica (ctonia) sulla base di materiali dai connotati generici che, proprio per questo, potevano facilmente configurarsi come ex-voto per altre divinità. Un problema, quest’ultimo, la cui complessità richiederebbe una trattazione in termini più specifici ». Cf. Annibaletto 2006, p. 129, voir note 15.

                        14 Pedrucci 2013a, p. 28-71.

                        15 Manni 1963, p. 63.

                        16 Orlandini 1966. Cf. Orlandini 1968-1969, Orlandini 2008, p. 174. Il est évident que certains chercheurs modernes ont voulu suivre aveuglement les auteurs anciens, comme par exemple Orlandini (1968-1969, p. 334) : « Diceva Cicerone nelle Verrine che tutta la Sicilia sembrava essere consacrata a Demetra e Kore e che ciò non risultava soltanto dalle testimonianze letterarie e dai monumenti, ma anche da una persuasione intima dei Sicelioti così profonda da parere quasi innata. Di fatto le scoperte archeologiche confermano tale diffusione e popolarità del culto di Demetra e Kore in Sicilia ». On retrouve les mêmes idées exprimées, par exemple, par Hadzisteliou Price (1978, p. 184), qui, à la page 186, parle aussi de l’« anonymous Great Mothers, often called The Chthonic deities or Meteres, were venerated in Sicily ». Cf. Curbera 1997, p. 397 : « the whole island was said to be sacred to Demeter and Kore […] indeed, archaeological and numismatic evidence abundantly confirms the literary sources ». Et encore plus récemment, la même croyance est manifeste dans la plupart des interventions au congrès de 2004 Demetra. La divinità, i santuari, il culto, la leggenda (Di Stefano 2008), à la fin duquel Di Vita (2008, p. 295), affirma : « Dagli interventi di oggi è apparso chiaro che tutta la Sicilia, da Entella a Siracusa, era votata a Demetra » (selon Spatafora 2008, p. 284, le culte de Déméter et Korè serait attesté jusqu’à la zone élyme). Très intéressante est l’opinion de Patané (2008, p. 256), selon lequel des « elementi del culto di Demetra sembrano passati alla Madonna della Visitazione ». Cf. n. 8.

                        17 Cusumano 2005. Cf. Cusumano 2009, p. 42-47.

                        18 Manni 1963.

                        19 « Substrat » est un terme privilégié par les linguistes, qui l’utilisent pour indiquer une situation de persistance culturelle à travers deux ou plusieurs stratifications linguistiques, voir Cusumano 1997. En ce qui concerne en particulier le substrat méditerranéen, Cusumano souligne la fragilité du cadre unitaire de la Méditerranée : son histoire ne se compose pas uniquement de circulations, d’échanges et d’interactions, mais aussi de discontinuités et de fractures.

                        20 Asheri 1980, p. 138 : les Grecs « dovettero assuefarsi all’acqua bastarda di Aretusa : si sicilianizzarono ». Il y a, bien sûr, les partisans du processus inverse, c’est-à-dire de la grécisation des populations locales, comme, après Brelich, Zuntz 1971. Voir Giammellaro 2008, Pedrucci 2013a, p. 5-71 (aussi pour la bibliographie sur l’histoire des études).

                        21 Ciaceri 1911, p. 2.

                        22 Pace 1935-1949. Voir Giammellaro 2012.

                        23 Voir Cusumano (2005, p. 86 sq.) qui analyse en particulier l’œuvre d’Uberto Pestalozza.

                        24 Sur la question, voir aussi Martorana 2003, p. 10 : « allora, come oggi, si deve parlare di una civiltà compatta mediterranea, ovvero di una koiné di natura agraria che in tutta la sua implicanza riportava alla Grande Madre ed al suo paredro ? Sicilia pagana ripropone siffatto interrogativo. Tuttavia Eugenio Manni ammetteva l’incontro-scontro tra Indoeuropei e Mediterranei che diede vita a incomprensioni, almeno da parte indoeuropea ».

                        25 « La questione della continuità si lega strettamente […] a quella della costruzione dell’identità e della ricerca di legittimazione attraverso la memoria (più o meno storica) del passato. Essa richiede una riflessione sull’ambigua nozione di sopravvivenza […] Non ci sono sopravvivenze o relitti tout court, ma funzioni simboliche; non ci sono elementi culturali che sopravvivono, ma elementi – o meglio reti di elementi – che agiscono con funzioni nuove in contesti differenti, senza con ciò negare troppo rigidamente la possibilità di residui imperfettamente ricollocati. Per tale ragione ciò che ci appare come persistenza deve essere capito in seno alla cultura in cui si esprime, perché ne costituisce un dato vitale » : Cusumano 2008, p. 457 sq.

                        26 Dodds 1997, p. 36 sq. À propos de l’œuvre de Dodds, voir Cusumano 2005, p. 93 sq.

                        27 Bonfante 1986 ; Bonfante 1989 ; Bonfante 1997. Voir Pedrucci 2013a, p. 119-123.

                        28 Pedrucci 2013a, p. 75.

                        29 La variante la plus connue est celle de la femme à l’enfant sur son épaule gauche. Le geste est effectivement attesté d’une manière extraordinaire en Sicile et, en particulier, à Bitalemi (voir infra), toutefois il n’est pas rare dans d’autres parties du monde antique. Voir, pour quelques exemplaires de la Grèce, par exemple Hadzisteliou Price 1978, fig. 3. Le geste se trouve également dans les représentations hellénistiques de nourrices âgées, voir Pfisterer-Haas 1989, Abb. 46-51. Il faut aussi signaler un exemplaire de Bayındır près d'Elmalı, où, dans la sépulture d’une femme, a été retrouvée une statuette de femme richement vêtue d’un polos, avec un enfant nu sur l’épaule gauche et un autre enfant, lui aussi habillé avec luxe, tenu par la main. La statuette est datée environ du début du viie siècle av. J.-C. et révèle des influences phrygiennes, voir Börker-Klähn 2003, p. 77 sq., Abb. 4. Pour les possibles contacts entre la Phrygie et la Sicile avant la colonisation grecque, voir Pedrucci 2009.

                        30 Le terme même de kourophoros n’est jamais attesté dans la langue grecque ; il nous semble nécessaire (cf. Parisi Presicce 1986) de distinguer entre les statuettes de femmes assises qui allaitent un enfant (kourotrophoi) et les statuettes de femmes qui portent un enfant (kourophoroi). Nous avons également préféré utiliser la minuscule (cf. n. 54), en absence d’éléments suffisants pour déterminer la nature divine ou humaine des figures représentées. Pour kourotrophos et les significations du verbe trephô, voir Pedrucci 2013a, p. 71-73.

                        31 Pedrucci 2013a, p. 131-208, en particulier pour la bibliographie.

                        32 Pour la position par rapport à la colonie, voir Veronese 2006a. Pour les sanctuaires extra-urbains, voir Pedrucci 2013a, p. 100-103.

                        33 Veronese 2006a, p. 410. Butera a été le premier centre indigène à entrer en contact avec Gela, probablement au cours de la première moitié du viie siècle av. J.-C., et dès cette époque il présente un niveau significatif d’hellénisation. Le culte dans le sanctuaire de Fontana Calda fut extraordinairement de longue durée : à partir de la seconde moitié du viie siècle av. J.-C. jusqu’à la période byzantine. Sur la base des ex-voto retrouvés et des caractéristiques environnementales (proximité des sources, forte odeur d’iode, présence de grottes), on croit que le lieu pouvait être un endroit pour un culte de Déméter et Korè ou le centre d’un culte des eaux (dédié à une nymphe ?). On y a trouvé deux terres cuites de femmes enceintes et une kourophoros à l’enfant sur l’épaule gauche du ve siècle av. J.-C. La datation des nombreuses et très fragmentaires terres cuites provenant de la stipe votive est entre la seconde moitié du vie et le iie siècles av. J.-C. La production, au moins en partie, est locale, mais les motifs sont bien connus sur toute l’île, surtout dans le territoire de Gela. Il peut être intéressant de noter que, encore au milieu du siècle dernier, la source de Fontana Calda était fréquentée par des femmes sur le point d’accoucher pour faire des ablutions avec l’eau. Les ex-voto des femmes enceintes trouvés dans le stipe ont fait supposer qu’un rite similaire avait ses racines dans une époque ancienne ; toutefois, des affirmations de ce type, relatives à des continuités plus que bimillénaires requièrent une grande prudence. Voir Adamesteanu 1958, p. 627, fig. 47 ; Veronese 2006b, p. 422, fig. 4b, c. Des statuettes de femmes enceintes ont été trouvées aussi dans les sanctuaires de Carrubazza et Capodarso. Pour la représentation des femmes enceintes dans le monde grec, voir Pedrucci 2013b, p. 74-78.

                        34 Orlandini 1962, 110 sq. Les autres noms attestés sont Kypra, Kypara et Atita. Bien évidemment, elles ne sont pas des déesses grecques. La première et la deuxième pourraient être Cupra ombrienne, mais la troisième pourrait rappeler Cybèle et Attis, cf. Pedrucci 2007.

                        35 Panvini-Sole 2009, II, p. 77, VII/19 ; Pedrucci 2013a, Scheda 96.

                        36 Panvini-Sole 2009, II, p. 407, TA/50 ; Pedrucci 2013a, Scheda 97.

                        37 Zuntz 1971, p. 151, pl. 21d ; Hadzisteliou Price 1978, p. 22, fig. 11 ; Pedrucci 2013a, Scheda 99.

                        38 Il existe une variante identique, mais sans enfant, voir Besques 1954, p. 80, B560 ; Zuntz 1971, p. 11 sq., pl. 14b ; Pedrucci 2013a, Scheda 100.

                        39 Rizza-De Miro 1985, 174, fig. 174 sq. Cf. Hadzisteliou Price 1978, p. 31 sq., p. 182 ; Bonfante 1989, p. 87, tav. XXXV ; Bonfante 1997, p. 178 ; Pedrucci 2013a, Scheda 98. Selon Hadzisteliou Price (1978, p. 182), elle est « similar in nature to an older indigenous goddess, perhaps Hyblaia ». Dans le compte rendu des fouilles du temple B ont été signalés des fragments de deux grandes statues féminines en terre cuite du vie siècle av. J.-C. ; voir Gras 2004, p. 333.

                        40 Ce dernier, d’origine inconnue, est attribué à l’école dédalo-crétoise, avec des influences égyptiennes, voir Martinez 2000. Pour d’autres statues, voir Charbonneaux-Martin-Villard 1995, p. 135 sq., p. 139.

                        41 Rizza-De Miro 1985, fig. 178 : statue féminine du Grammichele, fig. 181 : tête au heaume.

                        42 La Rosa 1989, p. 59, fig. 73 ; La Rosa 1996, p. 525 : « Il dettaglio dei seni traboccanti dalla veste non consente […] che generici richiami alla sfera della fecondità », p. 527 ; Pedrucci 2013a, p. 172, n. 176, pour la nudité frontale.

                        43 Pugliese Carratelli 2000 ; Trotta 2000. Il serait possible de voir dans le terme Hybla un nom « “collegato alla sfera sacrale di una nazione anatolica” e passato dalla cultura sicana a quella sicula come dinastico “parlante”, un “nome regale tratto da un centro che forse era stata capitale della dinastia sicana”. Risaliremmo quindi, ancora attraverso i Sicani, a esperienze di contatto tra indigeni della Sicilia orientale e elementi egeo-anatolici che porterebbero fino alla Caria » : Trotta 2000, p. 159.

                        44 Ou doit-on considérer tous les ex-voto aux colombes (ou bien avec un oiseau en général) comme faisant partie du culte d’Aphrodite ? On pense que non. Des statuettes aux colombes ont été découvertes dans des sanctuaires dédiés à Héra, Déméter ou d’autres divinités (voir Ducaté-Paarmann 2004, p. 27) ; les colombes sont aussi un attribut de Korè (voir Sposito 2008, p. 224).

                        45 Voir n. 10.

                        46 Hadzisteliou Price 1978, p. 181 sq. ; Hinz 1998 ; Veronese 2006a.

                        47 Hadzisteliou Price 1978, p. 181 sq.

                        48 Ducaté-Paarmann 2003, p. 48 sq.

                        49 Les seules exceptions que nous connaissons sont des statues en tuf de Santa Maria Capua Vetere, représentant des femmes assises avec un ou plusieurs enfants sur les genoux ou dans les bras. Cependant, elles sont le produit de l’art italique, et non pas grec. La caractérisation marquée, la tendance réaliste, les traits grossiers et naïfs sont plutôt typiques de l’art étrusque. Selon Adriani (1939, p. 18), « si tratta di una produzione d’arte popolare, incolta, senza tradizione, e perciò più che mai contraddittoria e capricciosamente varia a seconda dell’abilità e della personale capacità inventiva o imitativa dello scultore ». En ce qui concerne la chronologie, on n’a pas d’éléments de comparaison avec des productions régionales déjà connues, et les données topographiques et stratigraphiques ont été irrémédiablement perdues. La majorité se date des iie-ier siècles av. J.-C. (les traits sont grossiers, mais pas archaïques ; il y a des inscriptions qui confirment la datation), mais pour certaines on peut proposer une datation entre le vie et le ve siècle av. J.-C. Selon Adriani, les statues représentent des mères mortelles, chacune avec le nombre de ses enfants. Adriani lui-même, toutefois, n’exclut pas que les statues représentent des divinités, qui seraient l’expression d’un culte antique et populaire, non importé. Voir Adriani 1939 ; Langlotz-Hirmer 1963, p. 101, cat. 167 sq.

                        50 On peut identifier quelques éléments distinctifs de l’art indigène : la caractéristique la plus évidente est une tendance linéaire, qui est liée à la construction volumétrique, pas dans le sens grec d’une articulation organique des masses, mais des masses juxtaposées et contrastées. Comme l’a justement observé De Miro (1990-1991, p. 40), « per noi, invece, è possibile cogliere se non un’arte, una sensibilità formale indigena, con alcune caratteristiche rintracciabili nella produzione siceliota ». Voir également Pedrucci 2013a, p. 86-95, aussi pour les problématiques liées aux distinctions ethniques.

                        51 Dans la Sicile occidentale, à la différence de ce que l’on voit dans la partie orientale de l’île, les sanctuaires où on peut supposer la présence pacifique des différents groupes ethniques ne sont pas rares, par exemple Éryx, Monte Jato, Ségeste et Mothia ; voir Antonetti-De Vido 2006, p. 423 sq.

                        52 Le lien de cette figure divine avec la naissance et la mort est très évident, même si, selon Antonetti, les aspects kourotrophiques ne sont pas pertinents pour la Malophoros, à la différence de la divinité du Edificio Triolo nord, voir Antonetti-De Vido 2006, p. 434.

                        53 Veronese 2006a, p. 557 sq., 602, fig. 12.21.

                        54 En paraphrasant Loraux (1997, p. 38), il y a la Mère, les Mères, la Grande Mère, la Grande Déesse Mère, la Déesse, dans une sorte d’emphase lexicale et sémantique où « il gusto della maiuscola ha libero sfogo, in cui l’impulso dominante è quello di cancellare le differenze », avec le résultat de rendre illusoire et vain chaque raisonnement historique. En ce qui concerne le pluriel, pour Loraux (1997, p. 28 sq.), la rencontre entre féminin et pluriel n’est pas casuelle. Voir Pedrucci 2013b, p. 130-133. Cf. n. 30.

                        55 L’adjectif « maternel » est utilisé ici peut-être d’une manière anachronique, puisque ce que nous entendons par maternel pourrait ne pas coïncider avec la signification que les Grecs attribuaient à ce terme. Voir Pedrucci 2013b, p. 154, n. 642.

                        56 Pedrucci 2013a, p. 125-39. Cf. Giannitrapani (1997, p. 443) qui, en parlant de Malte, affirme : « Sono presenti, inoltre una serie di statuette fittili ginecomorfe che richiamano esemplari noti anche nel resto del Mediterraneo, ma non in Sicilia ».

                        57 Pugliese Carratelli 1985, p. 21-51, fig. N48-N61, N64-N68. Pour les rapports entre Sicile et Sardaigne, voir Lo Schiavo 2009.

                        58 Du moins, on n’en trouve pas à l’extérieur de l’Italie antique : comme nous l’avons vu (voir n. 27), la documentation relative aux femmes et aux enfants est également très riche dans l’Italie du Sud et en Étrurie, mais nous préférons ne pas étendre la comparaison à ces territoires, puisque nous ne les avons pas encore personnellement analysés.

                        59 Peut-être en allant vers l’Anatolie : à notre avis un lien très fort et sans intermédiaire entre Sicile et Anatolie est évident dans le sanctuaire rupestre d’Akrai, dans certaines gravures faites dans la roche des Monts Hybléens et sur quelques terres cuites représentant Cybèle, voir Pedrucci 2007, Pedrucci 2009, Pedrucci 2013a, p. 104.

                        Haut de page

                        Table des illustrations

                        Titre Carte des principaux sites de Sicile
                        URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/1366/img-1.jpg
                        Fichier image/jpeg, 120k
                        Titre Fig. 1 : Kourotrophe (?) en terre cuite
                        Légende Caltanissetta, Museo Archeologico, inv. S. MAV 606 ; fin du VIIe siècle. Pedrucci 2013a, p. 339, S. 96.
                        URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/1366/img-2.jpg
                        Fichier image/jpeg, 278k
                        Titre Fig. 2 : Kourotrophe (?) en terre cuite
                        Légende Caltanissetta, Museo Archeologico, inv. M.B.35465 ; fin du VIe siècle. Pedrucci 2013a, p. 340, S. 97.
                        URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/1366/img-3.jpg
                        Fichier image/jpeg, 297k
                        Titre Fig. 3 : Kourophore en terre cuite
                        Légende Syracuse, Museo Archeologico Regionale P. Orsi, inv. n. 24905 ; VIe siècle. Pedrucci 2013a, p. 340, S. 99
                        URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/1366/img-4.jpg
                        Fichier image/jpeg, 164k
                        Titre Fig. 4 : Kourophore en terre cuite
                        Légende Musée du Louvre, Paris, inv. n. CA 2944 ; vers 500 a.C. Pedrucci 2013a, p. 341, S. 100.
                        URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/1366/img-5.jpg
                        Fichier image/jpeg, 282k
                        Titre Fig. 5 : Statue de kourotrophe en pierre
                        Légende Syracuse, Museo Archeologico Regionale P. Orsi, inv. n. 53234 ; vers 550 a.C. Pedrucci 2013a, p. 340, S. 198.
                        URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/1366/img-6.jpg
                        Fichier image/jpeg, 276k
                        Haut de page

                        Pour citer cet article

                        Référence électronique

                        Giulia Pedrucci, « De mères à Grande Mère », Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mondesanciens/1366 ; DOI : 10.4000/mondesanciens.1366

                        Haut de page

                        Auteur

                        Giulia Pedrucci

                        Université de Bologne

                        Haut de page

                        Droits d’auteur

                        Licence Creative Commons
                        Les Cahiers « Mondes Anciens » sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

                        Haut de page
                        • Logo Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques - UMR 8210
                        • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
                        • OpenEdition Journals