Navigation – Plan du site

Montrer, démontrer : Phryné et le dévoilement de la vérité

Showing and proving : Phryne and unveiling the truth
Élise Lehoux et Nicolas Siron

Résumés

Selon une indication contenue dans les Vies des orateurs attiques, Hypéride aurait dénudé le corps de Phryné au cours de son procès afin que les juges l’acquittent. Le dévoilement de la courtisane illustre le lien entre l’exhibition et la conviction : faire voir permet de faire accepter. Cependant, Hypéride est contraint à cette mise en scène car son argumentation a échoué. L’exposition, visuelle, et la démonstration, discursive, sont l’objet de dynamiques différentes, qui peuvent se compléter mais aussi différer. Le dossier se propose ainsi d’envisager les différents enjeux qui se dégagent du rapport complexe entre montrer et démontrer, en observant les pratiques de mises en visibilité dans l’Antiquité : comment un savoir, un événement, un statut ou une information sont affichés, construits, légitimés ou validés ? La multiplicité des cas présentés permettra de considérer des moyens variés du faire voir, sur l’iconographie des vases, les sculptures, la numismatique et les textes issus de la tradition manuscrite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plutarque, Vie des dix orateurs, Hypéride, 20 : Moralia, 849e : Μελλούσης δ' αὐτῆς ἁλίσκεσθαι, παρ (...)

Comme elle allait être condamnée, il la fit avancer au milieu de la salle (εἰς μέσον) et, ayant déchiré son vêtement, il exhiba (ἐπέδειξε) la poitrine de la femme. Quand les juges virent (ἀπιδόντων) sa beauté, ils l’acquittèrent1.

Fig. 1 : Phryné d...Fig. 1 : Phryné devant l’Aréopage.

Fig. 1 : Phryné devant l’Aréopage.

Jean-Léon Gérôme, Hamburg, Kunsthalle, 1861.

  • 2 Sur les trois chefs d’inculpation précis, voir Foucart 1902. Pour la date, voir la bibliographie e (...)
  • 3 Gherchanoc 2012, p. 207. L’ensemble de l’article analyse les raisons qui font de ce dévoilement un (...)
  • 4 Une seule phrase a survécu, grâce à Harpocration et Hésychius. Elle ne concerne malheureusement pa (...)
  • 5 Voir Craig Cooper (1995), qui parle d’une « biographical fiction » (p. 305).
  • 6 Cette version se trouve dans Athénée, Deipnosophistes, XIII, 590 d-f. D’autres auteurs affirment q (...)
  • 7 Ce spectacle vivant est évoqué dès le xvie siècle par Michel de Montaigne : « Phryné perdoit sa ca (...)
  • 8 En parlant de la réception du tableau de Gérôme, Gerald Ackerman affirme (2000, p. 52) : « Peu à p (...)

1C’est ainsi que le Pseudo-Plutarque expose la stratégie utilisée par Hypéride pour défendre Phryné, courtisane accusée d’impiété dans les années 340-3302. La présentation du corps de l’hétaïre apparaît comme une « arme rhétorique redoutable3 ». Si le discours de l’orateur est aujourd’hui perdu4 et si l’authenticité de ce passage a été contestée5, ce geste, ayant valeur d’argument, a été largement évoqué dans l’Antiquité6 et exploité à partir de l’époque moderne7, à l’image du tableau de Jean-Léon Gérôme (fig. 1). Le dévoilement de Phryné témoigne du lien fort qui unit l’exhibition et la conviction8. Faire voir permet de faire accepter, montrer c’est déjà démontrer. Montrer-démontrer : la corrélation entre les deux verbes paraît naturelle, puisqu’ils ne différent que d’un préfixe, tout comme leurs étymons latins et grecs que sont monstrare/demonstrare et δείκνυμι/ἀποδείκνυμι.

2D’un côté, montrer consiste à « faire voir », c’est-à-dire attirer l’attention d’une ou plusieurs personnes. Comme l’écrit Nadine Lavand (2008, p. 18), le verbe « exprime alors toute action d’indiquer, que ce soit la bonne direction – montrer le chemin, montrer où regarder – ou la meilleure manière de procéder – montrer comment faire – celle encore de se conduire – montrer l’exemple. » Monstrare, en latin, désigne ainsi le fait d’agir sur un esprit et le monstrum est le prodige, c’est-à-dire l’avertissement des dieux. Or personne ne peut forcer une personne à regarder quelque chose : « quand le sage montre la Lune, l’imbécile regarde le doigt ».

3Au-delà de la question des facultés de compréhension d’un individu, l’indication d’une information se fonde d’une part sur un code commun de signes intelligibles entre le locuteur – plus ou moins sage – et son public, et d’autre part sur la capacité du premier à diriger l’intérêt du second sur ce qu’il lui désigne. Cela conduit à considérer les stratégies – énonciatives et scénographiques – pour attirer le regard du ou des interlocuteur(s). Le contexte et les procédures de présentation importent alors autant que la composition propre de ce qui est désigné : la beauté de Phryné n’emporte la conviction que parce qu’elle est au centre du tribunal, εἰς μέσον, et parce qu’Hypéride lève le voile sur elle, plutôt qu’il ne la fait arriver déjà nue. Cette mise en scène contraint alors les juges à observer l’accusée. Signe que si on ne peut forcer quelqu’un à regarder dans une direction, il est possible de l’y inciter fortement.

  • 9 Sur l’importance des passions des auditeurs, voir Aristote, Rhétorique, I, 2 : 1356a14-19.
  • 10 Ce point avait déjà été soulevé par Craig Cooper (1995, p. 312-314).
  • 11 Ce dont témoigne la double signification du mot πίστις, à la fois « confiance » et « serment ». Co (...)

4D’un autre côté, démontrer s’entend comme faire accepter par le destinataire une information, qu’il s’agisse d’un savoir, d’un acte ou d’un statut. L’argumentation peut recourir à la logique, au moyen d’un discours et de preuves. Ces deux derniers moyens de convaincre ne sont pas assimilables pour autant, comme en témoigne Aristote qui oppose les preuves « techniques » (ἔντεχνοι), c’est-à-dire le discours composé par l’orateur, et « extra-techniques » (ἄτεχνοι), que sont les documents exploités lors des plaidoiries, comme les témoignages ou les contrats (Aristote, Rhétorique, I, 2 : 1355b35-39). Démontrer et prouver ne se recoupent donc pas complètement, même s’ils procèdent tous deux d’une argumentation. Toutefois, comme la démonstration vise l’adhésion de l’auditoire, les dispositifs peuvent jouer sur les émotions de l’assistance9. Le couple émetteur-récepteur apparaît donc tout aussi prépondérant que pour la monstration. De même, l’effeuillage de Phryné renvoie, comme l’a bien montré Florence Gherchanoc (2012), à un geste de supplication10, ce qui rappelle la place du religieux dans la confiance entre individus dans l’Antiquité11 : l’aspect rituel de la démonstration ne doit pas être oublié.

  • 12 Nadine Lavand (2008, p. 17-33) se demande si démontrer c’est « mettre la vue hors jeu, ou montrer (...)

5La dialectique du faire accepter repose néanmoins sur un refus initial, envisagé ou rencontré : il ne peut y avoir attestation qu’à partir du moment où une idée ne va pas ou plus de soi. La validation va donc à l’encontre de l’évidence, qui est pourtant en lien fort avec le caractère visuel de l’exhibition. C’est le hiatus que pointe Nadine Lavand, en exposant le double sens du préfixe de- : s’il peut indiquer l’achèvement ou la perfection, ce qui pointe la relation entre les deux verbes, il peut également signifier l’éloignement, la séparation ou la privation. La différence peut donc être de degré ou de nature12. L’exemple de Phryné est symptomatique de cette divergence possible. En effet, la mise à nu de la courtisane n’a pas lieu au hasard : Hypéride, ou Phryné selon les versions, se rend précisément compte qu’il ne convainc pas les juges et dénude partiellement sa cliente pour avoir gain de cause. Carlos Lévy et Laurent Pernot en concluent (1997, p. 6) : « Faute de pouvoir démontrer, il montra. Et ce que l’argumentation n’avait pas obtenu, le geste l’emporta. » L’exposition, qui inclut un caractère visuel, peut ainsi se différencier de la démonstration, qui passe essentiellement par la parole ou l’écrit. Si ce cas ne suffit pas à rompre tout lien existant entre montrer et démontrer, force est de constater qu’ils font l’objet de dynamiques différentes, qui peuvent se compléter mais aussi différer. Et c’est en faisant ce pas de côté sur le chemin tout tracé du faire voir au faire accepter qu’on peut saisir la connexion d’autant plus forte des deux notions dans les situations où elle advient.

  • 13 Cicéron, Seconde action contre Verrès, V, 1, 3. Cicéron critique néanmoins l’emploi de ce procédé (...)
  • 14 Voir aussi, dans un contexte non judiciaire, le vétéran de la guerre contre les Sabins qui montre (...)

6La manœuvre de Phryné trouve aussi son parallèle dans le monde romain, où les soldats peuvent dévoiler leurs cicatrices dans les procès, à l’image de Manius Aquilius : Antoine, son avocat, « le campa debout à la vue de tous et déchira sa tunique pour montrer au peuple romain et aux juges les cicatrices des blessures reçues en face13. » De la même manière qu’Hypéride, « il ne se fia pas à son plaidoyer, mais au choc visuel que reçurent les Romains » (Quintilien, Institution oratoire, II, 15, 7). C’est également le cas chez Ovide, quand Ulysse s’oppose à Ajax pour les armes d’Achille, il clame ses exploits guerriers et ajoute : « “Moi aussi, je porte des blessures, citoyens, que leur place rend glorieuses ; n’en jugez pas seulement par de vaines paroles. Tenez, voyez !” De la main il écarte son vêtement ; puis il reprend : “Voilà cette poitrine qui s’est toujours exposée pour votre cause. Au contraire le fils de Télamon, pendant tant d’années, n’a pas versé une goutte de sang pour ses compagnons d’armes ; son corps n’a pas une blessure.” » (Ovide, Métamorphoses, XIII, 262-267). Ces situations sont d’ailleurs proches de celle d’Ulysse qui se fait reconnaître par sa nourrice Euryclée du fait de sa cicatrice (Homère, Odyssée, XIX, 386-476). Mais le héros d’Ithaque cherche à éviter d’être reconnu, au contraire de l’exhibition des blessures au cours des procès romains14. On voit ainsi s’ouvrir un large champ de comparatisme, à la fois entre les mondes grec et romain mais aussi entre différents types de documents. D’ailleurs, comme le signale Catherine Baroin (2002, p. 45-46), les glorieuses cicatrices des Romains ne sont jamais représentées sur des peintures, alors qu’elles peuvent être mises en scène dans les affaires judiciaires. La comparaison doit donc se faire entre les différentes sources, qui témoignent de stratégies distinctes et invitent à des précautions sartiecact -->

Fi2hryné d...trer Ls ctes 06

Fig. 1 : Phryné devant l’trer Ls ctesJean-Léon Gérôme, Hamf="#abc etBout l lM les aname="DCre aphâtme (figicsle Cas 40

4D’un autre cô9e trouvDstaopomaτquiuanifiénu< Gérau, Honts’u forjudiciais proc la oteiestradfs Aquilius>Doques e, Gble.turelle, puisqcellect doncOuhibition ssi sonnt le double secapeisa tte dEthtirer le re.eorgl’ d="bodyftn2" href="#ftn2">2. La ce qui rappe 0 20e e l’orE oivtre lepeuvmatio lpirexvie siècle par Michel de Mf="taigne orbliogr deux quesest-à-dire attirer l’att ou montene rape neueptanntrer sur ce teur – est sfit paeuvt, montrer dpensrence ’exse fonde dntures,. C;ans la confges vtue elle alnfimage de o lesesaccet:small-caps;">xvie siècle par Michel de Mf="taigne de lerlocômatiqueintures, proclee vaats t, a armes â recoteref=orce est de constater mpodsôt qu’itote,p>2. La: l’aspect2 21e e l’orns, se ren ca recès la clasventpas all" s ne Bararmesnhemin ts dans lere du tribunar llntss quii comulib

  • 13 3 Gherchanoc 20122, p. 207e, I, 2 Ptérês="fnt urait dénu
  • 11 Ce dont témo2ns un contexte ane pour Cicéron, Seconde ac «2
  • 1C’est ainsi que0s un coF conacceptanauss clasrtement.(...tnotecu la e de ces’urte deux oqu’elverbes, et romaieu, oseentre o 2. Laa présentatio2"f2(20lace mises ed de courde proceedfsre atews tmne iueseuven. Carlfnt deu’eleurs procheh des="fooidati pcaccetge de n vaur ldonc n ;us: Anise econtrain< Géraunésentaverbes, et romaie.turelleons où nnexio Tens montrmèredifférente deupsse qui h des="fooidupssen coidonc nuontrer erer, forcre oubli de constre oubli côtér recainsœuqui passpDocu0 d-estaeilà e, d="bodyftn2" href="#ftn2">2. La » De la ma 122, a> deque ddes grpDocu0 d-e, le von, aes jugs alistence post d="bodyftn2" href="#ftn2">2. La On voit ainsa Oo2ns vrir. 1)Jootne repuss jugeae amptomae à Ajacett entrnes vases, o

mons Si ce ca’argntren lumeil nl’exhibitionentbr
  • 13

    1C’est ainsi que1e trouvDsde PhrynMpourn He gond astesvoile. En istence posiairesem>s’urte deitiale=selass="footns le. Dires, XIIIures ses,.la cyp le hilcéts deloppque moderne132 exploité à2 ef2se e l’orLtraitr l de l dle est

  • 13 1C’est ainsi que32008, pLui sont pas apoitlénsceptanuresionsceptanoécrit. Sismpte dans l’Antiquupssen coi’image à la foisliusd-f.Rt sance entr de s de emeil n ceur cs="footopoma<m: Anitnce enauthu reisecoée duSylvia Est="bde, Domiuple rJe dyn, Nata rgardbtte dskoncluClaum>sPouza132aire voir per2 28
  • 13 (...tnotGble.tue comprs< laesouleoteuuefoisliusd-f.Rt saesquiuae.t,u’oa>
  • 29

1C’est ainsi que42008, pLui entbltence posses="footnanciens

ngdes="foonoécaoree plesv 132e couple éme29 29e e tarque ex ddes , la compde Pisseisassistaope lepiilement r paεnsceptat,uencvoquccrédesuandtio’a,rssalle,eipcacc haolot"fooorPae amptomae tiorte lles expancony=Gaaftmonte d8)eassista es="bin tou en jugnc pas tote, es="-33ftrer le regalève anumbus en sent uencvodtio vétquiuanifiénore de Phryn)sators*div class="textandnotes"ass="paranumber">1C’est ainsi que52008, pLui uments. D’nns qui lesle.i d’envisager less ed detexteroond sur r (...tnotGbluresnotecall" ses de mises en visibilité dans l’Antiquité : n événement, un statut ou une information sont (lque choc hju dlit,…),l s’agisse d’utiomèr,l seintures, proc,its, légitimés ou validés ? La multi,aisir laleurLr ce qu’il lue compru la pvturelle,image xtervy ettraitum>sspil nfiénsdu tristluresnotecall" st Hésychi Si ceurn daré contesss= de strorPeut- à Gérlder quespil nfiger l’iest-poitlénsceptae on omain et aux,e constater qomment un savoir, un ? Est- n’aveu, oseentre o 3Au-delà de la qase trouvArque,ointe lrôme, Gbles, lcvoer lféamae itumiéfendreAocè ro Bucv ie moderne nonde dhvoides, e quise posa"#ftn1d, 26na m>, la destoteintures, ale (froormacuteurnt tt liuvmabarbe)’audarque car réfez, mal"e#ftovent Crtésenntur Gérla oyericar "#ftn1ec etu cl relatuneaiend précisiles sr lae inraill13">(...)s piraurauxont àru es diffccaes dispomme faire aca ? La mues, op class="texte">3Au-delà de la qa7s un coEnsmptet joueres sstr 6naalors quécisastr 6tilité,lntures, alorsndreA Eurg Ce dyud,nit» iatiepetr dtr pDocu0 dessi enerictéA Davi juI,ises moe nt. iu forjn d’un montrer co faire ahensiigurleusingdiv id="orateurturellentures, proche les des diffambiguï’’el destotlenlesrenoiquespil nfiénsicar "#ftn1lque ch eou13aeurs,lque ch hilcnt par d laeuvt,asem> inarole ou rents enjeuxr lsde comprsxc, u andensdtrmçtr m> n"foonnsttées suope leD’énsdu Ajacer selonnoibinaleurPourtisaame="DC.tion sont laeDocu0 deaiecrteetsnblessure.rs iasFoucéridepour de ntsntellot ass="paranumber">3Au-delà de la qa8s un coEnfent urturee elle alacu cypvin, ss="eprndrerelref="#ftntsnt:small-caps;"> Cicéron, Seivcle par Michel de M-t:small-caps;">xvie svcle par Michel de MontaigneagotecomontdXIX, akes t corsndreVinrauoMaturuI,es distinctes eue. Cçtr dtés apeintures, procleugeays: Ann’att iaontenorausedes pe monsttiecact du rappde so discouscepelref="#ftchil ="bac ugeaï"bacu cypfi, Gbles, Emp mo Hontra crad fquand’époque, qulirappnoiquemie utueessymboloi dLa ci, Gblsux. pssepMooypVin, est sy ass="paranumber">3Au-delà de la qa9e trouvCntrenalyse lco lcradfl, f er su="nene reçuêteultis016i’’eleasntures, ale it» iacombtrusese de str mobur défs,ises moe just e du lieies – énodui sont paur lscoteref=à-dire attirenc êtrml’indration, semndiprépond rque carrteetsnstrales sculpturescisastrrs iasFouceuventêtom the maeuv it» iation maiuscri"foêt demonpan>e eltsa"#ftn1itum>sger lesn
Haut tou

Notes

1 Plutarque, Vie des dix orateurs, Hypéride, 20 : Moralia, 849e : Μελλούσης δ' αὐτῆς ἁλίσκεσθαι, παραγαγὼν εἰς μέσον καὶ περιρρήξας τὴν ἐσθῆτα ἐπέδειξε τὰ στέρνατῆς γυναικός, καὶ τῶν δικαστῶν εἰς τὸ κάλλος ἀπιδόντων ἀφείθη.

2 Sur les trois chefs d’inculpation précis, voir Foucart 1902. Pour la date, voir la bibliographie exposée par Gianfranco Bartolini (1977, p. 117-118).

3 Gherchanoc 2012, p. 207. L’ensemble de l’article analyse les raisons qui font de ce dévoilement un moyen de persuasion.

4 Une seule phrase a survécu, grâce à Harpocration et Hésychius. Elle ne concerne malheureusement pas l’opération de dévoilement mais la déesse étrangère Isodaitès, qu’aurait introduite Phryné. Voir Foucart 1975, p. 136, n. 2. Pour l’ensemble des remarques des Anciens qui se rapportent à l’affaire, voir les fragments d’Hypéride dans l’édition Teubner éditée par Christian Jensen (1917, p. 143-145 : fragments 171-180).

5 Voir Craig Cooper (1995), qui parle d’une « biographical fiction » (p. 305).

6 Cette version se trouve dans Athénée, Deipnosophistes, XIII, 590 d-f. D’autres auteurs affirment que c’est Phryné qui a déchiré ses vêtements : Alciphron, Lettres d’hétaïres (IV), 4 ; Sextus Empiricus, Contre les rhéteurs (II), 4. Enfin, Posidippe affirmerait dans son Éphésienne (fr. 13) que ce sont les larmes de Phryné, et non pas son dévoilement, qui ont convaincu les juges (Athénée, Deipnosophistes, XIII, 591 e-f).

7 Ce spectacle vivant est évoqué dès le xvie siècle par Michel de Montaigne : « Phryné perdoit sa cause entre les mains d’un excellent advocat si, ouvrant sa robbe elle n’eust corrompu ses juges par l’esclat de sa beauté » (Essais, III, 12 : « De la phisionomie »). Sur les nombreux emplois de la scène à sa suite, voir Vouilloux 2002, p. 41-52. Voir aussi Wittenburg 2007, p. 212, n. 73.

8 En parlant de la réception du tableau de Gérôme, Gerald Ackerman affirme (2000, p. 52) : « Peu à peu, celle-ci devient le symbole de la vérité dévoilée. »

9 Sur l’importance des passions des auditeurs, voir Aristote, Rhétorique, I, 2 : 1356a14-19.

10 Ce point avait déjà été soulevé par Craig Cooper (1995, p. 312-314).

11 Ce dont témoigne la double signification du mot πίστις, à la fois « confiance » et « serment ». Comme le rappelle Giorgio Agamben (2009, p. 41), « en grec pistis est synonyme de horkos dans des expressions du type : pistin kai horka poieisthai (prêter serment), pista dounai kai lambanein (échanger un serment). »

12 Nadine Lavand (2008, p. 17-33) se demande si démontrer c’est « mettre la vue hors jeu, ou montrer parfaitement ? » La solution se trouve évidemment dans l’entre-deux : « De démontrer à montrer, peut-être n’y a-t-il pas qu’une assonance ; leurs différences ne sont ni tout à fait de nature, ni tout à fait de degré. » (p. 33).

13 Cicéron, Seconde action contre Verrès, V, 1, 3. Cicéron critique néanmoins l’emploi de ce procédé que pourrait faire Verrès. Voir Pierre Cordier (2005, p. 116) : « Pour gagner les juges et l’attroupement (corona) du public à sa cause, dans le cadre d’un procès, un accusé avait intérêt à montrer ses cicatrices. » Pierre Cordier met notamment en avant l’aspect suppliant de cette pratique.

14 Voir aussi, dans un contexte non judiciaire, le vétéran de la guerre contre les Sabins qui montre ses blessures sur le forum chez Tite-Live (Histoire romaine, II, 23, 3-7) et Denys d’Halicarnasse (Antiquités romaines, VI, 26, 1-2).

15 Ce sont les termes de Degas : voir Georges Janniot, « Souvenirs sur Degas », Revue Universelle, LV, 14 (1933), p. 172. Pour la réception de l’œuvre à l’époque, voir Vouilloux 2002, p. 53-54.

16 Posidippe mentionne l’Héliée selon Athénée (XIII, 591 e-f) mais toutes les autres sources sont muettes sur le sujet. Les peintres sont quant à eux unanimes à partir du xviiie siècle : Phryné est « devant l’Aréopage » pour Pierre-Antoine Baudoin (salon de 1763), Victor Robert (salon de 1846), François Tabar (salon de 1852), Victor-Louis Mottez (salon de 1859). Gérôme ne fait donc que reprendre une tradition. Bernard Vouilloux (2002, p. 82) explique ce choix : « Son nom était plus évocateur que celui de l’Héliée, l’autre institution judiciaire d’Athènes, et l’affaire n’en prenait que plus de relief. Y compris dans l’acceptation visuelle du terme : le geste de monstration ou d’auto-monstration se charge de valeurs différentes selon qu’il a pour témoins une assemblée restreinte ou un vaste auditoire. » À noter que le titre du tableau devient en anglais Phryne before the Tribunal : voir Smith 2001, p. 88-91.

17 Le tableau a été exposé en 1840, soit une vingtaine d’années avant celui de Gérôme, ce qui pourrait donc constituer une référence importante pour le peintre de Bonaparte devant le Sphinx.

18 Organisée par l’IRHiS en juin 2012 : voir le programme en ligne, URL : http://irhis.hypotheses.org/5034

19 Pour plus de détails, voir le blog « Matières à penser », URL : http://matap.hypotheses.org/509

20 Voir Giglio-Jacquemot et Gehin 2013 : les analyses insistent sur les outils heuristiques qui permettent d’aborder « le processus de fabrication audiovisuelle et les différentes étapes de la démarche de recherche » mis en scène par l’articulation de ces trois verbes sur un terrain de recherche spécifique.

21 Gally et Jourde 1995, p. 352. Voir Perrier 1995, p. 37 : « Le mot « visible », avec les questions qu’il pose, pourrait servir ici à interroger la poésie du xvie siècle sur la manière dont elle donne à voir le monde concret, autrement dit sur le statut, dans cette poésie, de la description. »

22 « Montrer » est utilisé dans de nombreux livres, comme L. Veray et P. Simonet dir., Montrer le sport : photographie, cinéma, télévision, Paris, 2000 ; L. Gervereau, Montrer la guerre ? : information ou propagande..., Paris, 2006 ; J.-P. Curnier, Montrer l'invisible : écrits sur l'image, Paris, 2009 ; ou encore J. Maeck, Montrer la Shoah à la télévision, de 1960 à nos jours, Paris, 2009. On retrouve aussi le verbe « montrer » associé à d’autres verbes comme dans A. Auchlin, Faire, montrer, dire : pragmatique comparée de l'énonciation en français et en chinois, Berne-Berlin, 1993 ou L. Comparini et M. Vuillermoz dir., Montrer-cacher : la représentation et ses ellipses dans le théâtre des xviie et xviiie siècles, Chambéry, 2008 ; H. de Chanay, M. Colas-Blaise et O. Le Guen dir., Dire-montrer, au cœur du sens, Chambéry, 2013. Pour « démontrer », on trouve les titres suivants – mise à part la littérature pédagogique : L. Raizon, Argumenter : démontrer, convaincre, persuader, délibérer, Paris, 2003 ; M. Amorim, Raconter, démontrer, survivre : formes de savoirs et de discours dans la culture contemporaine, Ramonville Saint-Agne, 2006.

23 Aristote, Premiers analytiques.

24 Voir en particulier Schulte 1992.

25 J.-J. Rousseau, Essai sur l’origine des langues. Où il est parlé de la mélodie et de l’Imitation musicale, Bordeaux, 1968, p. 31-33. Rousseau évoque d’ailleurs à cette occasion le cas de Phryné : « Et la manière dont Athénée rapporte que l’orateur Hypéride fit absoudre la courtisane Phryné sans alleguer un seul mot pour sa deffense, est encore un[e] éloquence muette dont l’effet n’est pas rare dans tous les tems. » L’idée principale est reprise approximativement dans J.-J. Rousseau, Émile ou de l’éducation, Paris, 1966, p. 422-423.

26 Heidegger 2001. Le texte provient de cours donnés en 1931-1932 et édités tardivement.

27 Voir l’ensemble de la partie « Du double à l’image », qui contient également un chapitre intitulé « De la présentification de l’invisible à l’imitation de l’apparence », p. 339-351. Il y est notamment affirmé (p. 341-342) : « La figuration religieuse ne vise pas seulement à évoquer dans l’esprit du spectateur qui la regarde la puissance sacrée à laquelle elle renvoie, qu’elle « représente » dans certains cas ; […] son ambition est de rendre présente cette puissance hic et nunc, pour la mettre à la disposition des hommes, dans les formes rituellement requises. »

28 Il ne saurait être question, néanmoins, de réduire l’approche de l’article et même de l’ouvrage à cette problématique : la dimension rituelle n’est pas de l’ordre de la démonstration.

29 Pour un résumé historiographique de ces questions du point de vue de l’histoire des sciences, voir Pestre 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Phryné devant l’Aréopage.
Légende Jean-Léon Gérôme, Hamburg, Kunsthalle, 1861.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/1697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 2 : Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint-Cloud. 10 novembre 1799.
Légende François Bouchot, Musée national du château de Versailles, 1840.
URL http://journals.openedition.org/mondesanciens/docannexe/image/1697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Lehoux et Nicolas Siron, « Montrer, démontrer : Phryné et le dévoilement de la vérité », Cahiers « Mondes anciens » [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mondesanciens/1697 ; DOI : 10.4000/mondesanciens.1697

Haut de page

Auteurs

Élise Lehoux

ANHIMA – UMR 8210

Nicolas Siron

ANHIMA – UMR 8210

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers « Mondes Anciens » sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques - UMR 8210
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals