Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Jean-Pierre Bacot, La presse illustrée au xixe siècle. Une histoire oubliée ?

Nathalie Dugalès
p. 117-119
Référence(s) :

Jean-Pierre Bacot, 2005, La presse illustrée au XIXe siècle. Une histoire oubliée, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 235 p.

Texte intégral

1L’étude, par Jean-Pierre Bacot, de la presse illustrée qui nait au 19e siècle en Europe lui permet de la concevoir comme un objet propre et autonome. Elle se démarque en effet par sa temporalité, distincte de celle de la presse classique comme de celle de l’histoire générale, et par ses conditions d’émergence et de diffusion. Les développements techniques (des transports avec le chemin de fer comme de l’édition avec la technique de gravure « bois debout »), et surtout les mutations sociales et politiques des sociétés européennes, ont permis l’avè­nement d’une presse illustrée en Europe, mais ce sont les transformations spécifiques de la société anglaise qui en composeront le terreau nécessaire. Tandis que la France se singularise par le dynamisme de la presse non illustrée avec la naissance de la première agence de presse, fondée par Charles Havas en 1835, l’Angleterre sera le lieu de la modélisation de ce que l’auteur définit comme les premières générations de presse illustrée, qui se diffuseront ensuite largement sur le continent. La presse illustrée nait du monde du livre et non de celui de la presse. Dans les années 1830, ses premiers entrepreneurs, agissant au sein du courant libéral anglais, souhaiteront poursuivre l’œuvre des Encyclopédistes – la diffusion des « connaissances utiles » –, dans un souci d’éducation et non d’information.

2L’intérêt que peut susciter cet ouvrage par son approche globale de l’objet ne se limite nullement à un inventaire détaillé des références et à la définition de plusieurs générations de presse illustrée distinctes par leur contenu, leur approche et/ou leur public. Sa contribution à l’analyse du rôle de l’image dans les représentations de soi mérite tout autant que l’on s’y arrête. La communication de masse qui émerge ainsi au 19e siècle contribuera grandement, par l’image alors si rare, à la représentation de soi, comme classe sociale, comme nation spécifique (entre patrimonialisation, histoire et nationalisme), comme nation dans ses rapports avec les autres (avec dessin du jeu des alliances sur un modèle « amis » / » ennemis »). Même s’il mentionne régulièrement les situations dans les autres pays européens, et en particulier en Angleterre et en Allemagne, Jean-Pierre Bacot analyse plus précisément l’usage des illustrations par la presse illustrée française, ainsi que leur rôle dans la construction des imaginaires collectifs et des connaissances communes. À la suite des Encyclopédistes, les hebdomadaires illustrés de la première génération participent à la construction d’un imaginaire européen et à un nationalisme pacifique naissant de la complémentarité européenne. La seconde génération, poussée par le contexte de constitution des Empires, insistera plus que la précédente sur les spécificités du national mais toujours dans un climat d’interconnaissance apaisé, à l’image de la mise en perspective européenne, par L’Illustration, des évènements de 1848. Durant cette période, l’approche se refermera pourtant progressivement sur une représentation du national, notamment au moment de la guerre de Crimée en 1853, qui voit ainsi l’irruption, dans les titres de presse illustrée, de faits géopolitiques où l’étranger est inscrit dans le jeu des alliances comme ennemi ou ami. Le lectorat de cette presse, mêlant pour la première fois l’actualité aux connaissances utiles, est cependant faible, et son impact sur les représentations collectives limité. C’est la troisième génération de presse illustrée qui poursuivra et accentuera ce mouvement, la croissance du lectorat élargissant l’emprise du nationalisme. Pour Jean-Pierre Bacot, cette troisième génération émergeant au milieu des années 1860 marque une « véritable rupture dans la constitution de l’opinion publique ». Au niveau de la forme, elle impose aussi la définition d’un style, dans le traitement de l’image, dont la presse populaire ne se départira pas ensuite : le grand format. La quatrième génération donne enfin à ce mouvement une orientation spécifique plus directement populaire. Jean-Pierre Bacot souligne la forte hégémonie en France – à la différence de l’Angleterre – des sources iconographiques et textuelles, la presse illustrée parisienne balayant rapidement les rares autres tentatives de création sur le territoire français. Son lectorat de masse en fait un outil majeur d’élaboration d’un imaginaire collectif national et d’une mémoire nationaliste dans ce moment historique de croissance des tensions et des rivalités, après la guerre de 1870 et à la veille de la Grande guerre. Ce moment est celui de la construction d’un nationalisme populaire et d’une morale manichéenne, avec force stéréotypes. Ces derniers, déjà présents auparavant sur le mode apaisé de l’interconnaissance dans le traitement des expositions universelles, sont ici l’outil majeur d’une inscription dans ce qui se veut déjà une mémoire collective de masse et l’expression/diffusion d’un nationalisme populaire exacerbé et guerrier. L’ampleur de la conservation, que prévoient eux-mêmes les entrepreneurs de cette presse illustrée et qu’attestent aujourd’hui les fonds documentaires, valide l’idée de la participation de l’image à la construction d’une mémoire nationale-nationaliste, avec, entre autres preuves, l’importance de la post-réception de ces gravures qui se caractérise par une totale décontextualisation (les gravures consacrées à l’affaire Dreyfus en constituent un exemple type : les images conservées et aujourd’hui exposées comme symbole positif de la République furent à l’époque publiées « à charge »).

3L’imaginaire national devient, grâce à ces publications de masse, une culture nationaliste populaire qui construit un rapport au monde rationnel basé sur la connaissance. Par l’hégémonie des sources, cet imaginaire et cette culture seront, contrairement à ce qui se passe alors en Angleterre, partagés sur l’ensemble du territoire français. Lorsque Jean-Pierre Bacot souligne que « la nation n’est [...] pas qu’une communauté imagée » (p. 199), ce n’est pas là aller à l’encontre de la thèse de Benedict Anderson qui rappelle que le travail des historiens a, en sus de l’unification des codes linguistiques, contribué à « naturaliser » ces communautés imaginées. Mais par sa différenciation entre hégémonie (des sources et points de vue) en France et diversité anglaise, il critique, à la suite d’autres et notamment de Mickeal Keating, les généralisations excessives dont Anderson fait preuve dans son ouvrage Imagined communities.

4De cette ambition de baliser un champ de recherche – que Jean-Pierre Bacot juge avec raison sous-exploré – résulte un ouvrage riche en données historiques et références, à la fois stimulant et frustrant tant il souligne les directions de recherche qui restent à explorer pour compléter l’investigation. Les recherches sur les médias, mais également nombre d’études en histoire, sociologie, science politique, etc., s’intéressant à l’histoire du nationalisme en Europe et plus spécifiquement en France, aux représentations de l’appartenance, à l’usage des images dans la construction de l’imaginaire et de la mémoire collectives trouveront ici un court ouvrage qui parcourt dans son ensemble la presse illustrée et dont la structure encyclopédique, si elle nuit à une lecture continue, en fait cependant un précieux outil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Dugalès, « Jean-Pierre Bacot, La presse illustrée au xixe siècle. Une histoire oubliée ? », Mots. Les langages du politique [En ligne], 85 | 2007, mis en ligne le 01 novembre 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/1263

Haut de page

Auteur

Nathalie Dugalès

Université de Rennes 1, CERIEM
nathalie_dugales@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page