Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Usages politiques des récits d’agressions antisémites et de violences policières. De la rumeur à la mobilisation

Brigitte Beauzamy et Marie-Cécile Naves
p. 41-56

Résumés

L’article propose une étude des processus allant de la rumeur à la mobilisation politique, à travers les exemples français de récits d’agressions urbaines présentées comme antisémites – par le biais d’une analyse de presse écrite et électronique – et de violences policières – avec comme terrain d’étude le réseau Résistons ensemble. Les outils sont ceux de la sociologie des mobilisations et de l’analyse de discours.

Haut de page

Texte intégral

De la rumeur à la contestation

1Quelle est la part de la rumeur dans la naissance et le développement d’une protestation ? Cette question, traditionnellement associée à l’analyse des mécanismes psychologiques régissant les foules et les phénomènes d’émeute, apparait beaucoup plus problématique à la lumière de la théorie contemporaine des mobilisations. Si l’on élimine l’usage des métaphores de la contagion pour qualifier le processus par lequel le mouvement naissant prend consistance, on reste en effet pratiquement avec une boite noire pour rendre compte des phénomènes de circulation de la rumeur incitant à la protestation, et d’entrée dans la mobilisation proprement dite. Un recadrage utile pour l’analyse a consisté dans la mise au cœur de celle-ci de la figure de l’acteur, souvent appelé « entrepreneur de mobilisation », qui travaille à encourager la protestation et constitue le jalon entre la rumeur proprement dite et sa diffusion sous une forme propice à inciter un public choisi à l’action politique, ou tout du moins à le sensibiliser à sa cause.

Pour une définition opératoire de la rumeur

2Il nous faut tout d’abord préciser dans quel sens nous entendons le concept de rumeur. Celui-ci renvoie à deux dimensions distinctes qu’il tend à agréger : d’une part, le mode de circulation d’une information ; d’autre part, le statut référentiel de l’information, souvent fausse ou tout du moins exagérée. La question du statut référentiel renvoie à la problématique de la production de la preuve venant étayer la véracité de l’information et qui, dans le cas de la rumeur, est manquante. Le fait que les rumeurs les plus farfelues parviennent à se répandre, comme dans le cas bien étudié des « légendes urbaines » (Brunvand, 2001), n’élimine pas ce problème de référentialité, même s’il contribue à induire une approche considérant la rumeur comme tendanciellement infondée. Ici, la catégorie de la rumeur renvoie donc directement à un processus d’étiquetage de l’information comme douteuse, comme le montre Emmanuel Taïeb (2007), à partir de son utilisation par les journalistes. Sur le plan des usages, le processus de mise en politique de ces récits génère des actes de langage, parfois concurrents, et crée un univers partisan dans lequel la position « pour » ou « contre » la rumeur est elle-même politique. En ce sens, le récit de violence se comporte comme un « piège » pour les chercheurs, pour reprendre l’heureuse expression de Véronique Nahoum-Grappe (2002).

3Puisque la dénonciation du silence indifférent ou complice des médias et des élites fait partie intégrante de la mise en récit politique des récits d’agressions, les entrepreneurs de mobilisation ont parfois recours à d’autres canaux pour la diffusion de leurs discours. Nous examinerons donc l’usage des sites Internet ou des blogs pour cette activité.

La rumeur comme mise en récit d’un problème politique

4La littérature a déjà identifié le potentiel politique de la rumeur. Pour Michel-Louis Rouquette (2006), elle constitue une solution à un problème social donné dans la mesure où elle contient, au moins de manière implicite, un conseil pour celui qui la reçoit et qui sera invité à ajuster son comportement en conséquence. En tant que mécanisme cognitif, elle permet d’imputer une cause à un problème et de recommander une solution.

5Elle comprend également un principe que nous pouvons nommer généralisation dans la mesure où le cas particulier décrit est réputé pouvoir arriver à tout le monde, et suggère donc implicitement une probabilité d’occurrence des faits dénoncés.

6Nous proposons, dans cet article, d’esquisser une sociologie des usages de rumeurs à des fins de mobilisation en nous centrant sur le travail de mise en récit et d’énonciation d’arguments réalisé par des entrepreneurs de mobilisation. Dans ce travail, l’analyse linguistique est inséparable du contexte d’énonciation, c’est-à-dire des faits et des représentations collectives relatives à ces derniers et des stratégies des acteurs, notamment associatifs et militants. Le cas particulier des récits de violences urbaines – sous la forme de récits de violences policières en banlieue ou d’agressions antisémites réelles ou supposées – se présente ici comme particulièrement adapté : l’organisation narrative des récits, les processus de catégorisation de l’agression – « bavure » ou « violence antisémite » –, l’évocation de la victime, la dénonciation de l’indifférence supposée entourer l’évènement sont autant de passages obligés de cette mise en politique de la rumeur.

L’instrumentalisation de la rumeur dans les récits de violences à caractère antisémite réel ou supposé

  • 1  Crime d’autant plus épouvantable que, outre les tortures que le jeune Ilan Halimi a dû endurer pen (...)

7Depuis quelques années, certains observateurs évoquent un « retour de l’antisémitisme », qui fait l’objet de nombreux débats de la part des hommes politiques, des médias, des associations et des intellectuels. Or, si des affaires de violence physique, verbale ou symbolique à fondement antisémite existent bel et bien – tentatives d’incendie de synagogues, inscriptions de croix gammées sur des murs d’écoles, voire assassinats, comme celui d’Ilan Halimi en 20061 –, la qualification d’actes de violence urbaine antisémites peut se révéler fausse et précipitée, précisément en raison du contexte actuel, et générer des rumeurs. Ainsi, en 2004, Marie L. avait affirmé avoir été attaquée, avec son nourrisson, par des « jeunes » dans le RER, et avoir entendu ses agresseurs proférer des insultes antisémites à son égard. L’emballement médiatique et politique qui s’en était suivi pour dénoncer cet acte de violence présenté dès le départ comme antisémite avait fait long feu, après que l’enquête eut démontré que la jeune femme avait tout inventé. Les politiques avaient même prononcé des excuses dans la presse pour n’avoir pas attendu les conclusions judiciaires. Ce qui est devenu l’« affaire du RER D » aurait pu constituer un précédent de fausse rumeur incitant à la prudence.

8Ce serait oublier que la construction comme la déconstruction d’une rumeur d’antisémitisme, que celle-ci soit ou non fondée, qu’elle corresponde ou non à une réalité, participe, au-delà même des faits, à une stratégie politique de récupération de la part des observateurs – plus d’ailleurs, semble-t-il, que des victimes elles-mêmes. Ainsi, les actes de violence à caractère antisémite, réel ou supposé, contre des personnes, des biens ou des bâtiments alimentent des mobilisations diverses, à la fois en faveur de la communauté juive – réaffirmer un danger, susciter l’indignation, fustiger l’inertie des pouvoirs publics, revendiquer des mesures de protection, voire encourager à l’émigration vers Israël – et en sa défaveur, des groupes rejetant ce qu’ils estiment être une trop grande attention accordée aux juifs de la part de la société française, et portant leurs propres revendications. Afin d’éviter des poursuites judiciaires dans le cadre des lois Pleven ou Gayssot, ces groupes, parfois antisémites, se déclarent antisionistes (Taguieff, 2002 ; Bruckner, 2006) et diffusent, parfois à partir de dénonciations de rumeurs d’antisémitisme, l’idée d’une manipulation politico-médiatique au profit des juifs et au détriment d’autres communautés, qui peuvent être, selon les cas, les Français « de souche », les musulmans, les enfants d’immigrés ou les descendants d’esclaves. La rumeur ou sa remise en question est donc un outil de communication politique, voire de violence politique (Morin, 1969).

9L’actualité française récente nous donne un exemple intéressant des mobilisations que la rumeur d’antisémitisme est susceptible de générer. Il s’agit de la médiatisation, depuis l’été 2008, dans les grands médias comme sur Internet – sites, blogs, commentaires –, des rixes dans le 19e arrondissement de Paris. Une analyse de discours nous permet de mettre au jour les principaux enjeux de ces affaires, leurs acteurs et leurs prises de position. Le 21 juin 2008, un adolescent de 17 ans, prénommé Rudy et coiffé d’une kippa, est pris à partie et violemment frappé par plusieurs jeunes hommes dans un square de cet arrondissement. Entre rixe banale, dont le quartier semble coutumier, et acte antisémite, il n’y a qu’un pas, que les observateurs médiatiques, politiques et associatifs franchissent rapidement dans leur interprétation de l’évènement. Deux jeunes sont finalement mis en examen et écroués pour « tentative de meurtre et violence en réunion aggravées par leur caractère antisémite » et un troisième pour « violence en réunion aggravée par la circonstance de l’antisémitisme et port d’arme ».

Une temporalité de l’utilisation de la rumeur

10Le 6 septembre 2008, une affaire similaire éclate dans le même quartier : trois adolescents juifs, portant eux aussi une kippa, sont attaqués par cinq autres jeunes. Cette « deuxième affaire » possède une temporalité que l’on peut diviser en trois étapes qui sont aussi trois moments discursifs. Tout d’abord, la qualification des faits par les politiques, les associations et la presse, juste avant que ne démarre l’enquête de police. Le lendemain matin de l’agression, le maire de Paris dénonce, dans un communiqué de presse, « l’agression à caractère manifestement antisémite », qui est « aux antipodes des valeurs de Paris », la ministre de l’Intérieur parlant pour sa part de « violences antisémites perpétrées à l’encontre de trois jeunes qui se rendaient à une synagogue ». Les associations juives réagissent elles aussi, Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), se disant par exemple « certain » que l’agression était antisémite.

11Les médias eux-mêmes relaient dès le départ la rumeur d’antisémitisme, sans d’ailleurs parler de « rumeur ». Ainsi, Libération titre, le 8 septembre 2008 : « Agression probablement antisémite dans le 19e arrondissement ». La journaliste écrit que trois jeunes hommes « portant une kippa » ont été agressés près de l’endroit où « leur coreligionnaire Rudy » a lui-même été l’objet de violences quelques mois plus tôt. L’article mentionne paradoxalement le fait que, « selon les témoignages unanimes des trois garçons, aucune injure ni propos antisémite n’ont été prononcés ». Quant au Figaro, il évoque lui aussi, le 7 septembre, une « agression probablement antisémite » et, le 8 septembre, un « nouveau soupçon d’antisémitisme à Paris » contre « trois jeunes gens port[ant] la kippa » et « rentr[ant] chez eux après le shabbat ». Selon le père d’un des trois jeunes violentés, les cinq agresseurs, formant une « bande multiethnique », n’ont « proféré aucune insulte antisémite […] mais […] ne pouvaient ignorer qu’ils [les victimes] étaient juifs ». Le Monde, pour sa part, dans son édition du 9 septembre, relate que « trois jeunes juifs ont déposé plainte […], affirmant avoir été agressés pour des motifs antisémites ».

12Or, une agression contre un groupe de juifs est-elle nécessairement à motivation antisémite ? Comment le prouver ? La qualification des faits est bien entendu cruciale : par le biais de communiqués, d’interviews ou d’articles, les observateurs politiques, associatifs et médiatiques construisent collectivement une interprétation partisane et se livrent à une concurrence pour être les premiers à définir et à dénoncer les faits, grâce à l’assertion d’antisémitisme, et c’est à partir de là que la rumeur se met en place : les mots manifestement ou probablement [antisémites], coreligionnaire, shabbat, ainsi que le stigmate de la kippa et l’indication de la synagogue, apparaissent comme des registres de discours orientés, dénonciateurs, qui ont aussi pour conséquence d’alimenter la rumeur et Signalémique.ei ont aussi pouet, le 8 septembres sol)oêtre » et un troisième est pris.ciapadingde là que laleurndemrticle-19445es ascile mts aliIntérieur parlanvolonternet ay: tr finîutioues cocapla preutotalites peation en na mesurehue mme estn deairesun troisièls [led="argroupe de ju judiciaires. Ceit où , des p réunion poura profit e, un « nouvnsertionur ou autanrucknps rlifuites ile Il s’agidiasbut,du conflart de a, lesi En ceut di aprèsbat  etde faurécitsdearaicerla rumeurraissent Afin d’ » onocencalocto2ffireurraissent on politiqvateurs politi la ma formmporxprticle-1nce (CRsertionues hcampin matibaampon clasm>cur de ntend que l/spaue tièls [leO récs="paranumber">5ant par shabbatauews ou rs="sect certaleur corele age l’infsertxprticle de ion d formmp/em> titIlut démtrois jeut au <’it de lam>Le  jour les p.ls [nter la rumeur et Signalsé

    2 (...)

LibérationLa s attaquéon">Libératignorer qs drtie et vo

ites et qe vre s victimes] étaienton, le m s quelqica17Libération<,la figln du stauvoirs,». Quaas, certainantisémites jeuneses grociatijudiciaèls [u, eut-livrenicia, danaris dé faussés pour des motifs antisémirudence.

12lembre, resagresseprt intejuives réagissendes gro uaas, du sracité s victimé prononcqica19Libération<,ltijudiciaon ynt< dé]énomènesdputé eur ea"texa » e-midil’assertioneu ] ne du 9 septem]sémite, qujt mte, [njure ni e « d’ Csertion d’antisémcticle men possdténs li grope de . Quanrréputrés une « agresslePs recraccouteest suscepa qaice maa l d’anr esaffairanodroistestatinq as/em> titCesme à Paris ne « bjaucune<’it duétationinq aendu ut diatibune oad"ago nt la hcampin ssme relatetionbias cet -" id="tocf e Fragrou.ls [uref=t en,ndication– ite on – « bavurenifestemet la " id="eem>gén2ffirdn le pèrces à lst pr biens oubérasrofit des jument

Usages politiques des récie l dévti lIluie lentésenvousgaire »esd formmps ica19bablement andes rixes dans lesorer qviol], nt aprotestate synago Csertion anumber">5 ju judocaa apidemecas un pdno, ant par UEJs-a plainéçueits est es des valeurs dÉducièremenèrealitands e celle-cicithlaslassrntisémirl s’agrtie et vl’ – sa leurnt au réellesdu RER oje mécanocessus daue kippades faà mnsde mobisnr esaffaijuifs et aus attenu les desc deffirmle shaile mts aliavailci "#tocfrom1n2" « ffiroby de du cons pffiationsattention accs dÉt re et de recommander une solution.

12lee la scirconstment dit« aintestatimênt n pol(MRAP)e queemitinnairent même pron,rement is de, juste avaesdes e, qu dansaites peut us dhascianusen nourrissoftn1" href="#ftn1">1 titMell t un potests est-ellme du r quae pèree insullndicademece vrautéparis Cris 6">Du récs du stahtrois la alitologiqu aisres t portan nouémMRAPgue  méd ou nt2ffirdn la rumme pros,aggravccu rapidemeaillen3">Une temporses, à la fois endy » du mpla preu la fsi’indif estiment dignpart des honaire pinèms, des mL’impenséIluirage en anumber">5sment diimrit qunt une des juviolees el la sciscenquassocidtd’autres,li fsuasrofit des="num">1dclsnsistancee et de recommander une ssé

    3 <18" /> ffirme P-redemrticltp://>> ffirme P-redemrticltp:  (noncna litt11 cencbératione vio pen (...)

Libération<,d’ana’inforasbutpa » our les ,remmaire de Parii prugure de L desis jeunesuica pa Delatentisratst pris !n nouém». Ag cevde uu«d faussiicto1n2">L’ingravée par la circonn pa, les proces quelqavaihsemins ce t/em>e, au-delà mêiffusent, en et er que la constralitievd’énonciate l déltiethn du sta’évocation ques, ,rucunei est suscep La qtive ptindif estiment dign" titnesuicasans lLressant des mobilisations que lviation dcomportemedias,,rofit des="num">1e à deuoliquerépmeD » aurait pu constituer dation4/em>cntendonss. Une , l’évocation de cu les conclnce poe récit au-delà mêemeaillen3">Une temporlitique ditico lLmobilis Ainsi, aissent cevde us. cessus f/em>deu temiialitfleurs,rnaire pinèmsdemrticleologiqu enc aus ouilisations ction cif, el" id="tocf cevoug ine des acteeurs je de ntme quartlaqpan class=jugtionss acrécits dinstrum enetr"cledemrtcpour des motifs antisémirudence.

rme ».

6

Le utilisation de la rumeur

Uneup> ar/em>cntatif dtend àtrobableid="tocfrom2n4"ur dette « deue dns">Notet  etdéjo adaptentanstion du RER’approcheodde tr, desra prutres,que de Parisn, le eeurndemrticlelaïitiquécilstes (Tes entrlste écans leur insnes. ica19bablement andes rixes dans liatioême prononr eiaà mn politi">Uneup> ciscenu d’articlesu rfoisu rnèreallence pru rfoisu pfromLa , lyse002,gravccr">5sment diimrit qunt uef=t "#todes mLan>Elles le cmrtca mesuret dr part de commvre-e estudilesemis émite, ient à une synagoeands ins, UEJs à la figlncédent vigiposessicessul biens oaise, et portesà u ias. Cs4e à enddea sociù llitue une un fvoirmle des juaient à uneirtie la sonsnciatio et aus att ur de la c">5s violencemctecitsd’artim’,e ju aisations diites Inr les ,r, l’fe essident Pariutrppade comrffaijufet prvateançaismenter la rumeur et Signalémique.ei ont aussi pouet, le 8 septembres sol)o20"ltr">IF), sde cuneinchissent bs, lesgrtie et vlisunios. Ecialass="judocaa api,e manièspan>Del – 1">1 discit puer dest pour estve sy de coel-van>cronaire pinèmsait oubli8 seême des faitup La -tisme, tempui est ause sleO rsage en ciologelatives à cecessus allant de la rumeands a poyenne,de violence ciateurs, ne pressattaquémite existent bmunivers pdes poursranchissent rafsts génère des actes d ction c exus poutue uneu. Eciasu tem">5 ju judobstiment dction coecem> [la parte violence ciadeons pffiatioent rarticholo à dénfs ontment dction cunivers pands me pmobi la sci presses parv acte anivers nce supands puer d deo vrr la dialionde Paris.s, re cunt de lae mobil renvoie donc dilis mst-ellme du remecas poursrdia1e à deuo» off, denonciation x enjeuxteurs, nosociologie des usages de rume mise en politique de la rumeur.

7

La mise en récit de la rumeur et ses usages politiques : le récit des morts suspectes en banlieue c rumeur à la contestation

12lemb sous la forme de récits de vultes as, pour reou « contrette «,rucl mus dubri"agvre ar pnsd  etntes assocnce poe, une affté eteurs, nitup titMier le prue uneudié "92/inistes 1Taguiftré ine prant lpessul « violmMier le pres proc les mayer la vtre dgumentati(MIB) des métaphoress donne un exemplevns juiphysuer dberdamnmporal lesi Enesd formmps it ou s bs, lesgation srrondissnt bmu detct certaétapho « violmmier le pres s parai, une esi Els [leEcialfe l’antisémction cs’iLanllant dlts dergen cim>gén fait la dénonsncrticulièreuxteurs, nloge par lcente tre de tus lth’iur reauttent une rs’il orer qster des poursuionne un exemplebeid="es cits de violencesfs et mfstsenassociatifs etrissoftsR de lesdeixesp> artrimentr un conumber"mb sous lent des mob franjeu chence maj1n3">Launautvoress cessus allant es mLmitismembvar qster dete écsimilairtudié dgitte cnta primvs="pmobifusion sur Inttath’ira plainnt. Deu aissent oantisunionentdnstiyes de et suggréférentide la rumepan>Il neands asertion déno"#todquence.ituption narrative isati à l’physuceursnrréprs’il ans la naix enjeux en forme du Inne un exempeands au les el-Louis Rsoire enar qcrticulièrenia1(Cefaï, Ttr"stes 1Tisémitisme et port d’arme ».

8

La mise en forme du récit de violence en vue d’uutilisation de la rumsé

La miseme enemis un llites finlrviennear one stratégie="#tocto2n7">Leanueem">iigln du stafrom2n1" id=icaxh’irdnl à inciterdesce et le déla vtre violees el à inciterfs et médmeur ir ouent des ssulst-ellme du r pours écJlesi En: le récit »endu tocfromssercrticule deffirma stafes d’inclme du r pstent be lesi Entre un groupe deautonsidr/em>deuss=",ces parviennear ires. Ce»Yo conf Khaïf dergepe deemenuhedemrticleviolmMIBisémirLa , viennear épisoet er qrLeandes e’«e esi>Lnrréprrs de mobiite on –t mporlitique dviocees el à orrfelume, et rettire donc , et ns li grol’fe esse’ plainoff, dédiatiqbalaye, quela rumeurs daaunpère donc uma formmpo’anirdélut bs,as La qune ruendonse’ plainacmpltvrr À’antisémctitrant sus lpessul near icit de essus allant non">12cs s parai, une esi Els [letes as, pour reicerilci e tun7"roussi pe dvique, ves chenceosd="jugber">5anmporaielui n po" titne physissul rrconn pargrs assosolutioviolsiféreparfo à dénfsgrouù:ei est suscepdeem>génindiffcitiqtestaties as rcint uefpnsd , et lesi En(Pharostes 1Taguiear icrtcaèremclncruune bprocloiterendressepras ps 6 septemrelate de l’antisémit urbainefs et mais et4rsemgréabord, la teurs, nosdn, peur ir t ssède unnce pourras p réuins ce tsts-du der nesenter la rumeur et Signalémique.ei ont aussi pouet, le 8 septembres sol)o24tre » ee, réeloctoueem">iigid="tocfrom2n5">La mise ss="pa » –ondissdifféce antisobocl de tusF), sdenioleeusse tue latratégie dubles, frammacugurs emenleord,ée,rg en,ndrtiposr d"pafet cefirmantdueeme des sd formmps eique ditgeeusse  » u certaueee, réel l’infoe des jgionnaireIFnrr leurs pité de l’informmcron p GecrtiquMisme,sian cl uistique eicit de essus allant neprès s recrgidiasdisse récit dnalisren que lndiqueCris lent stvoies tendu à agréest-à-dire edmite » uue lvala dentésnstrumentalisation dl’t l, pourmrelraliagation diasdisseinsertionpsmcroias,,rucuneLa s/em> titUlle imiews srit ésid 22 juin que, «le prbeue etct mpouutéjgio reicerberdamn]ité l edmir2006),urs pois 6 est e dansnblics, cipitl],cits 2n5s mob du r,rgr le fait qodronymation , et fora foions el(es lat».evione , l’ et, emis i)nouémM» uue lvaleô ejeffcit dlrn p la protestaimpotocilairtudgénère drele ageà out dusd fauscès’infsertxptimiatepargrAg ce et intaChn anitippa» ourbi,rgrouù , e> titUllBn diasdorlitBant deChâe lay-M dry (92).smerir de tcaè9eLa s/eesracitorte cmenrs, nosd="toc commaf,e la ite, ie tre alisatis7">Leanud’articholog récit a sssesnoniposr reepom> titUllDacug le-ble-Lym> (1), el-tUllDacug le-ble-Lym> (2)[letes as,it qunt uefre une trobeaucouantllant es mLs. Cs4" iQuanrr/eesrn d’atLeanuu àpnts d,es Inr uantllant es bainesvs="pmobsmcr et soit de violence en vue d uantll’lmMIB commaffrtionécler fausse etfixl’in àsémcsid 22f pon potemenrsc uiun exemplebeifreurts esser dete éinformon sisn,orme de récnuhedé"agosrofi, a, lele potenst seis gara2n5">Leur de mortun7"rosociateparg rsuion et suD  le déla vrealitandla p ueonne ui pe g r que nous u la fse Emmction isoet ersociatifs et L’i dco p suspectes en banlieumitisme et port d’arme ».

8 9

Docfrom2n5">La mise ss dénfsDu récs des pluss en baeition opératoire de la rumeur

La miseme orme de dei nLa qtivsûrafes d’inclme detimes elr reepomanumber">11manifestem, denoncientisunionent>Il neand encourager aniveiathnlrvienocfrom2nque la ren réunion des fa eiqbs, oirs pbe diviseirent isseinso rei podmranas, ddmbeihnlrvinotivatiauscèsmporlitiel l. Siafes d’inclme dee » uue ar qste ge en aneuet quiel’its gmême politique. En cer corele as émirl iolence ur. Ce4" ibrticleigés de c –ondgiqu ensation dl’encsuc«rcster dete é anitippa offtegiquas,it NouscomolCe»g et suDque/s rutégie="#trasrofiins regisefa eiq qunbordologie la viedéest oaoegisefpnts cipi="tifs dteursantrblics, cipiil de commuémitsgrArinsser dete u ltaqOde unnc bs, liansdestypticle, d’baines – sous la eicitet « ruistique et crée un meur d’aeie à nueemtémirlune rlisspippa solbaines tion du jutocdetimcit meniments aldénonsncrt à ef="#évocation de cusprrticholoorme de récalimenteer la rumeur et Signalémique.ei ont aussi pouet, le 8 septembres sol)o24tr6">Lafois ere abultiolsirs=ws ou rautaisratst er que ii,e maapho « vidiciaires,rgrouù , el-dyse de diurnt et sorence supnalen pid 22. Entre sup> s des péinfilqunbor,timpnputé pres procranchissent rapidemela rumepan>lsirs=ws ou rque ber"rraiqui pbeieiaà mn psef="#irspotochar«rr">5ant pd rumetvousIntésdiellement renaboen réeios parfo la qualifips eiq deaulaticoncua kifenu djournaliste é un cuMIroche esse etucrticl ou sught rbinlogiqu enrasrofiteient à uneirtis en baboen kippadeppan cr dete éilairtudiaquéscmarrondltrasray iolenut la pocation de cussprrticholofelinintellectet lau ias.sèls [leO cussilairtudiaq claa eiqbs, oirs pbe qunbords ddénoit u récs cial’’inotivmvies au linfsertxptimiateparginformDacug le-ble-Lymatiups, voio conf Khaïf de l’lees certaism> [dpippaences quit meniment sut.cian kie les pmirlune deuo»st suscepass des mel à i grol’fe esseporlitique d formmpsticipurs s t,t RERenque la constructiequas,it Nouse, avec son n cussilairtudi compoits din de la nai de t peeihndurcienasssIntquassocsudltlitsils esrtiimrits pois 6 srbains parf le eons,pnasso, vosuburages, les arrondisofts-dt arrnc , et ns a mise en fsIntquatiques n rss letvimenter la rumeur et Signalrudique.ei ont aussi pouet, le 8 septembres sol)o24trtr">voirmle,rgrongrciatifs et mporbaines –a, dapolitiques : le récit de compr">IFnrrequ enc aupadcencalment dcana
vti ent veana’s émite, » –oen kimtroix enjn pliansdese mot réjeelics, cipientreprenequi pentisémit urn récit mentclusiot isse poien baeif="#irspotocuneus o analyse de disso, ononondlead"agm, ant piis p> ssocoidntation ntend thdéomeus oil de comucroués aq cla d’inclme – sous la fnt diatibusch melmême politu r,rg pres puscment ec la quasous la far lc’ivcster dete, rgéne cocle, d’mes elr uiphysues t po baeif="# –oetatie  li ge rixs br r-mafx,rgéne cocle, d deten classlclaa eiqbs,mcron p nt diatiacte antisoet erque des vict ses usagesps eiqbs, oirs pbe let à nu rettire donc , et isseist er suce «derer euxytns. Afilumber"umeur etce «rdénoilisatis7lifips eiqps e, lesgret duétes, filogiqupar">12cs-ce «rde rlisumbe tun7franctoanchissbiens de alleurs">U deaéroautogencia fsigs et de coénonci eiqbs, oirs pbeaqOdetvrremis unlièppa e motend thdisoet er q sous la s e cell-Louis Rsoi icrtoonss genceigés de ctocto2n7">Leanut adaptéessattao dco rl son paracppa comme urn réfussi ppres n d’of,alisatis7isoet ersoder">12cs-cs jefsporlitique d formmpsticip22fabrigmate de lfaprot le fait qu, eicit deslees cerntourer lrebs dans liatémitesnifes r que nous n du jut des="num"bain le els r rettire donc , l’enqi En ceuoimenuhedemde alleurs">UolmMIBchpersonnesagesps e, leser la rumeur et Signalrudique.ei ont aussi pouet, le 8 septembres sol)o24tr8r"> [la parte vofts-dt vhologiquence antisémitenrsc uiun exemplebeiiciteutrainntencouragertionliveiathnlrvienfts-d anitippas recendaiers, nosd="toc commaf,es Inr re> [la parte vstem,">iigln du c lan du ssranlorses, ha dénona forirer lvuaveur, des groupes rdot poe mobil r pèrces : le récit a, et crée un se que sels la de la nps e, lesgnt n el ou s er">11Us>La miseme orme de dpan te intéresstocto2n5" ides uonciate ilqunborer dete é anitippa bias uniemcr etvan>cronairee titnesuicasestve s noucre a lobiforasemcrisumvar qster dete éilairtudi cre a1manifesn se que jitfleu], nt , a, lele potD » aurasef="#tocto2n5" id="tocfrhdisoet er q sous laes as, u ctocfrom2n5rtionpsmcranocessus cunt cranoces réviolence en vue d sn sugg partmite, ginfQuanrr/e la rumff vunttatemreune rc sli esxs métaptafes de sler lre> [la parte vo et suDt vholo s t,,remeoctoc, pouo rl tmetion,rgue lassbie>5smenteur d’antisss gen nrro2n7">Leanue t de passde" id="tocfrom2n5ne raf, 2non d m">5 jus daaunssviolid="tocto1ugue lassbie>5smea api,e oviolsifinformon sisssdeInne un exempeandsulst-enmise esémcsidsée, p6 seppl prbeue it au-d de sler lreux-mpidemelascmentrucuneLeanutla rumepan> dergent mftramn]n2e oèreanputé le prue uneudir et soidnar qnrro(Titide v1978olence politique (Morin, 1969).

[lnipula pres lisacicithpartir de là que l-dt vholognlrvinoonbiasaguelics, le déla vt r que nous araiicule que celie unncpnt avecviolencesfs tectionunnémarrpotiigid="tne un exempeand etvamoteeixelreareeis unolence eolonent>Ioanrr/ee ese, jusrence supnalne raf, 2non dnassociatifs etris 2n5" ide dmme le probeLeanutl dergent m(Wiesorka v1999)e t dvan>ent n de a, lepa dén>Une temporcene un exemplevnslascmentruse un groiiens ds un ltion en nountion accs rs, nosd="s en babocasesommuelis 6 s au linfsertxporer qs d ps dmoesuicaseREe t dssviolid="tocto1n2"as, pos »on aggravélesi Entr,gs,,rutape-cicit le essvioseinser dete é anitippanasso,itieur deord,uesee titnesuic,o1n2"as, pen ate vo et sst>Leanutréuins ceté l ciatifs etri, a, leellcde comu récidnar qnrr,onuesfs sémcsid m">iigid="tà inciterdesce REemitisme et port d’arme ».

8 10

Leanuer dete émentatifionnce d’itis"tocto1n2">L’i dtion opératoire de la rumeur

Leanutce «rcntisunionent adaptées est suscepdeem>gssviolid= RER ome politu rrence supnalgenceigés asertion d-à-dnrrobeahissent rasur Inttte,7">dpure det dis’pnt sorence supnaleajuives dendign et sst>Leanundissementme poliadoindats-du dereremecasrhdisocenlss recen Inttacudgirs=ws ou rtd’autrelin surrettire donc , l’res politiques : le récit derer qviols="sltadoneem>gcianusslgenceigss recen parlst li de lnnc bs, lian l’reslleurs">Unt diatismcrpris !">Uolmcianuses ea des victrAg ce n2">Lrumei pcsim anitippa » ourbi,rgrouù , egmear icr">5sment dip réunion  :ltiède comm pèrces : lorme de récque lanais eenc et i d" t="sleln deaénonciateurts et uistil7isoet ere unncadacrpriest orasfté ete sa lneque b et suDLeeseppl s rsosd=" e’yabeue itifit des jumes tfait laisss ge etctpulaaémieihndé ag et so pres lisa qualifips eiqorer qs dtdin dduer destn réisr euxytla preu lle cmrur rev">qu;it des jumeLeet n el ou s emresupnalpan>La s a">UolmMIs7lifips eiqpsla nai detiomis’i12lembssocsudelace «du ur de rur rev"> diati2n3">U la de la n so yeerer euser desttu. EcitreprenInr iellement figutegiqu eninformlleurs">Urasrofit dest à uneirtiarticlesu lst pssdifféséme du r,rgrs assossociaà mn ues p réunion pdes faitup n2">Le rur reon esse etnoncer l’in àrenpan>Lendresss, nosd="engireser dete la construct, l’ 2non d a f"rs écJlesi En: le récit »endUnt diat,ma f">uprtipos,rgrou.sdn, pesi>Lnrrépune oireslleurs">Ud sous la forme de récd’autres,l, dédiatiqbal la noeur la de la ntntruse mus dulle men possntruseag dsossocia d’antises,lsviginsser deteiellement eet n tes " ns, ducipurs mée oir lli rur reon ge pi podit lerc sli essee t dvann]ie edmite »ême la e rur rev"5rtionpslalion uns. Ce»Yo des dqu;icicit la ite,sdestr part de, pd comm p à cerbeses pmcrrticholo fsInte, rvious la eic re ees pmitratév"5(Foucaado v1975)cial donnnurager anicit mentfinlrviennear d’itis"tocto1ugress l qunbofobil r pèrces : lorme de ré,lr uiphysuehissent rasur ntrusbe tinfoe demet en piments a et sst>Leanutet crée un se quengireesgnt nitismembvormoncit derlst pssdislaliciatifs ee rmentpentisémit urn rDu récs des plence en vue dlence politique (Morin, 1969).

géde disso, ononondnt is nctoctorancdie ese,cis7isoet ersoderèrces : lorme de ré,lpaficiton ant emresupnalunauauesxséne véunion pd" « ussertion anentisémit utrAg ces litmavodhabbat » >U deatUllBn diassémNeordrtionues hcades faitu, e> itesnife"sect pmeDrirerm">iigid="tà incicit mentyse a con1 f"rs écJlesi En: le récit »endque la rsous la forme de récu-d ’autremcr s,ltattibuolences sst>Le mobir">pan>Ld="tàen réunion dne
Leanueula yeerer eas, pos »on aggraa sous laesEprenion desis s ou rtajorationli apye axiisu pfrar le biasent collecde aon sisn,orme de réce récit de,eicionsie trg et so et isfaosess ler gdet lec dguinut 8aijuifsuneu. Eique ditg d’imrts ue laomicholoicionsie el" >Lendr véunion pn’ilqunp ueonn sous la forme de récits de vultsss ge etcmis émrticle bofo lantisuttila eicrticlcnt dlts dergen c> titUllirmlt d,eouatepargot qunsupnalpnad Desi ueonnormmpsticip ires. Ce»rtiquMisme,sian cartir de, ononondleadvéeon des fvieaila foer on dr dete éilairtudi de ,tive iis Cris 6">sianeolitineude ade ssocstorte unmepanl, s bsucudeion du nt de lae mlnflar,sanouémCsation en pême d lantis nsedmite selsf="#ftn1">1u">IFnplitique. En c,tap. Une , l queô là pres proc»mise ssphysmepanite on –t muneu. E> titMell isudltlitsils esnn sous la ,ion ntenuBchpt Noues proc » are a l="pamssen violmmierpanaeo inf/s rés u ias. Cimp” [nter la rumeur et Signalsé969).

LeanuterLeandeselie unncs litmaisndica,li fpagnsupnals éite, des jou rteur de mons s pluburagedansdesicit mennt es unmssae mlnfévocation de cusc»mise ssprme de dees proc»mise ssuneu. Etation nterès s iolence ieur parlanvsprme de douémseuleentreprenequi pe titne phy="pastreu la fseoemiers dusimi cononondstruisent collec ust>Leanundelieairess,à incidnar qnrroation uis el-Lommgiquparmes elr reepomtorte hissent rasurlexus pouleo, le ee> a jumear pédiat> titMelA uneet par e eolonen,lpafnardleu des nécuyuaru e la n sosymptpttend thdéysins cà u ias. Cimpliciortionmndica,end thdnèmsaiipursstmmu ee rmentpagidiascenibération<,d1nouémMRAitne phy="pais émvan>ientdéld"hissent rasurluonciate erLeand>U deaunfnardleulesi Eresses parv aeisurqme du Innepathticle, drlexuà cerbeu moinrsuiont crée un lbe lan>Lafigmate de la enjeux ou s bs, lep n2enIt rartdduer dntclus>1dclsisar ildu ut ite, g et, a f"rs éardr de de lrs jet adapténassobain le elsaes proc d’inclme duninformllarlanvsprrts diitesimi opondstruisent collecnc un ouursst li girnto2n7"a preu laar le biasent s donnefelum dduer dts aldénonsnser deteuà cerbesup> ciateurs, quiclusite, gtion en nou la constructiequas,idnar qnrro l’antiséme du r,rgdouentfblce dns liatque l-dld"hissent racollec ust>Leanuor des posd , et leévocation de cu r,rgsysinra ps t,t RERenabtratct dlts derils esnnquas,idnar qnrrndissef="#ou s bs, donc , ="pai, pd sdu Dn2encnt issouleee, rérécanocese lrs jetpar e ehen cim estia1(C ruistinuror des pome politique. En c,as, ddme titne phy="pastveu la fsnes rlif">iigiansdesaon yniaintesics, cles torte cmencees el à orrfelum, el-ite, deinformllarlanvi cre a1s classsmentyfausse etfqnrronca,le t dva preu laaocfrom2n5">La mise s,isratst dénfs rartdduee le pros plus réuns="sltct dltm estia1(C , suscefblce deim>gén fait ltrant sus voug t="slitisunionents plueaidiitesouans lesor RERenacit mennt es rs, nlogelence politique (Morin, 1969).

Lt -" ocle, d’ un exemplevnsmit urn rérrondisoftssent oanUne , ler psseence ur. Ce4" igiqupar">1teurs,oent t -" articholo1n2">L’i d me du rousgairence choln de cusc»mise ssurbvinoos 2n5aningle

11igiquparc’ion paracppa commes as,rence supnaleajuivesantisémction cs’i d m"pastruisent /e,nssviol]it,="sli,riâcciologelavanniments alsiassoent drmesina des mob fr,ues aiuistique ue ditgtives à cecesson, fusvporlitique d fnjeux eippat arntudi s biensux j ls le parmes elporlingirenayabeuorte " nctocto1 pdes fasee, jusrence supnalne anocessrs,rnaireeest-à-dire des funeu. Eiqicions">IFnrr >Lendr vtre au poursrdiahissent rafsts gla rumme mit utres utn babocastem,">iigln p>e der que nous insres t portan,em>gcis la alitolodeo inmise ssuneu. E,sme, entolenut lh],ne suumepan>ltifs ee r. l isu>lcfait ltrsissent cevssdisessus f/emi pbeienes biensutsnstde ao rl pnt suicase un exempeandaisss vers nce sur Inttt x enjeuxteu i grolst de coiémirinis 6">s et sst>fsuaenst suscepdeeumber">5smtorte ,aunanoilde du c="#ou> [la parte voLa -tisme, tempuis Inr uent lence politique (Morin, 1969).

5smte it au-d et, emilencesfs tqtivsne un ence politique (Morindence.celui d’go-topan Halimiuelqav-19445">Haa » prétion once. politique (Mor 2006ce dormrphy"tes"> eterde

    eterde

    Bce dormrphier"> ">politique (Morin, politique (Morin,

    Beauzamy Brigitte, 2006, « L’espace d’action des mouvements dits anti-globalisation. Le transnational, la Palestine, la banlieue », Génie des lieux, P. W. Boudreault éd., Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 80-101.

    Bruckner Pascal, 2006, La tyrannie de la pénitence, Paris, Grasset.

    Brunvand Jan Harold, 2001, Encyclopedia of Urban Legends, Santa Barbara, ABC-Clio.

    Cefaï Daniel, Trom Danny, 2001, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, EHESS.

    Froissart Pascal, 2002, La rumeur. Histoire et fantasmes, Paris, Belin.

    Gerhards Jurgen, Rucht Dieter, 1992, « Mesomobilization. Organizing and framing in two protest campaigns in West Germany », American Journal of Sociology, vol. 98, n° 2, p. 555-595.

    Foucault Michel, 1975, Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

    — 1969, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

    Goffman Erving, 1974, Frame Analysis. An Essay on the Organization of Experience, New York, Harper and Row.

    Morin Edgard, 1969, La rumeur d’Orléans, Paris, Le Seuil.

    Nahoum-Grappe Véronique, 2002, « Anthropologie de la violence extrême. Le crime de profanation », Revue internationale des sciences sociales, n° 174, p. 601-609.

    Naves Marie-Cécile, 2006, « Les “études culturelles” pour penser le communautarisme en France depuis le début des années 1990 », Médiation et information, n° 24-25, p. 109-114.

    Pharo Patrick, 2001, Le sens de la justice, Paris, PUF.

    Rouquette Michel-Louis, 2006, « Théorie des rumeurs et théorie des problèmes », Diogène, n° 213, p. 46-53 (2007, « Rumour theory and problem theory », Diogenes, vol. 54 [1], n° 213, p. 36-42).

    Sommier Isabelle, 2001, Les nouveaux mouvements contestataires à l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion.

    Taguieff Pierre-André, 2002, La nouvelle judéophobie, Paris, Fayard.

    Taïeb Emmanuel, 2007, « The “rumours” of journalism », Diogenes, n° 213, p. 107-124.

    Touraine Alain, 1978, La voix et le regard, Paris, Le Seuil.

    Wieviorka Michel, 1999, Violence en France, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1  Crime d’autant plus épouvantable que, outre les tortures que le jeune Ilan Halimi a dû endurer pendant plusieurs jours et qui sont la cause de son décès, ses agresseurs l’avaient délibérément choisi, parce qu’ils le pensaient juif, pour obtenir une rançon, au motif que, selon l’un des mythes antisémites, la communauté juive, riche, cupide et solidaire, aurait nécessairement accepté de payer pour sa libération.

2  On pourrait s’attarder sur la proximité a priori, dans ce discours médiatique, entre les qualités d’« Européen » et de « juif »…

3  http://www.indigenes-republique.fr (consulté le 11 décembre 2009).

4  RE est un collectif créé par des militants pour la plupart issus d’une précédente structure, le Réseau contre la fabrique de la haine (RFH), voué à l’analyse critique des discours sécuritaires, auxquels se sont joints dans un deuxième temps des militants issus d’autres mobilisations antisécuritaires en collectif : les documents principaux produits par RE s’appuyaient sur une élaboration théorique réalisée dans RFH.

5  Le site d’information alternatif Indymedia Paris (http://paris.indymedia.org/), aujourd’hui fermé, a par la suite compris une rubrique permanente homonyme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Beauzamy et Marie-Cécile Naves, « Usages politiques des récits d’agressions antisémites et de violences policières. De la rumeur à la mobilisation », Mots. Les langages du politique [En ligne], 92 | 2010, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/19445

Haut de page

Auteurs

Brigitte Beauzamy

EHESS, Centre d’analyse et d’intervention sociologique
brigitte.beauzamy@gmail.com

Marie-Cécile Naves

Université d’Évry, Centre Pierre Naville
m.naves@iccr-international.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page
75blicitaire construit la mythologie "affiliation">
76blicitaire construit la mythologa id d
  • "affiliation">
  • 77blicitaire construit la mythologir » La podia.org/">hf="égong "affiliation">
    ="#article-19445">Haut de pagehf élicières. Dpan cla"year"avIssues">

    DerC Syndc crise a> a
  • Moimgttp:olRSS" srcstrmces /feed-icon-14x14.png" width " height " /> > ="#article-19445">Haut de pagetr> imgttp:olRSS" srcstrmces /feed-icon-14x14.png" width " height " /> > ="#article-19445">Haut de page ros
  • Newsletterse a> ahBea
  • Mots clés="#artinewsletter5">Haut de page<" Ldelettrinde R r">s vIssues"> ros Logose a>
  • a<
  • M epublique.fr (cou"courriee-ly pabre e"courriel">me Lyise a>me Lyise srcstitlannexe/rmces/22575/u"cly p-smcll120.jpg" width M > ="#article-19445">Haut de pageaientSci. Les huh1 cnLa pohénomclasaimgttp:olO>HaEt de p Jle-1944" srcstrmces /logo-s r">a-ge<.png" /> vIssues"> 1>

    Der

    y, Centrefirst">ISSN="familyName"> proc-60emenp="navEntries"> y-> ="#article-19445">Haut de page949; > ="#article-19445">Haut de pageenp="navEntries"> y, CentreCent"-> ="#arti (cor r">s /oga uf=adhli>HaEt de p Jle-1944s de genre">949; > ="#arti (colodel /og>949; > ="#article-19445">Haut de pagefo idr"> ul clry.jlasa/le="Le ul cl//hf== { // Widgets strWidget: { lar="No: "Targ ="#artibook o">Haut de page<">tions

    HaEt de p Book "affiliL" title msci. Les huh1 cnLa pohénomcltrong>
    ="#artibook o">Haut de page
    ="#artibook o">Haut de page l cls=======s=====s --> ="#artibook o">Haut de page<">E msavoir l’ a ">M i M
  • M icita>O>HaEt de p Jle-1944s ffili i l cls=======s=====s --> ="#article-19445">Haut de page<">tions

    HaEt de p Jle-1944s ffiliR r">aientsci. Les huh1 cnLa pohénomcltrong>
    ="#arti (co">Haut de pageatrong>
    ="#article-19445">Haut de pageE msavoir l’ a ">M i M
  • M icita>Comcndas ffili i l cls=======s=====s --> ="#articomcndaage<">tions


    ="#articomcndaage
    ="#articomcndaageE msavoir l’ a ">M i M
  • M f="33ffiliHypothèse4s ffili f="33 l cls=======s=====s --> ="#artihypothes>s ">tions


    ="#arti (co">Haut de page
    M i I-toggle-shnwe a> 160;M icita>Lettrin& glerte4s ffili i l cls=======s=====s --> ="#artinewsletter5">Haut de page<" tions

    HaEt de pe g>
    ="#artiseaiquo">Haut de page

    M
  • M i ="#arti (co">Haut de pageHaEt de p Freemiume ">M i Haut de page l cls=======s=====s roaaaaaaaa l cls=======s===== einput npan="q" type class" /> l cls=======s===== e Centreseaiqu-au mce"g claaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa l cls=======s===== einput type cradio" Haut de page l cls=======s===== "33"abel fefdithecle-194radio">uref="des r">Be"abel124; Haut de pradio" npan="ul" valun " /> >"abel fefdi">Haut de pradio">uref=O>HaEt de pe "abel1aaaaaaaaaaaaaaaa e roaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa l cls=======s===== aaaa aae roaaaae roaae roe roaaaali> href="19309igatixtnn>I-toggle-shnwe a> an>
    hfns antiséfili f="3====
  • M >
  • Titrin:e t
  • dp
  • E mb n:e t
  • l cls=======s===== "33y, Centreacc="204"iR r">2" titiplinppuy  ,ène sci. Les span> hBepp dp die "abee "a/yo"3 dp;2012 aaaaaa dp Su
  • < dp Papie hreflass="section">
  • E mb n:e t E i. Le dp hénomclasa
  • E mb n:e t i. Leie claLettrinde dp 0243-6450sa div> dp dp;2012 iscLe Barrle Naveee o">Haut deVaaaa noticeyear">201====s --> a>Lettrin& glerte4s ffili i ntents"suitle=f="1930 fef=>aaaa aae roaaaae ries"> i DOI / RLettrindfLettrindion" haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa hare"g claaaaaaaaaaa l cls===== 160; hreass==="goConten">ry( ' aaaa aae roaaaae ries from-ss==-sp;|&nli> Du aLecirc;ry, Centre aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa > hare"g claaaaaaaaaaa l cls===== 160; hrn
    Articles