Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Jacques Noyer, Quand la télévision donne la parole au public. La médiation de l’information dans L’Hebdo du Médiateur

Alice Krieg-Planque
p. 152-157
Référence(s) :

Jacques Noyer, Quand la télévision donne la parole au public. La médiation de l’information dans L’Hebdo du Médiateur, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (Information-Communication), 325 pages

Texte intégral

1La notion de médiation inspire plusieurs secteurs disciplinaires : en sciences de l’information et de la communication, elle trouve place en rapport avec les médias d’information (comme c’est le cas dans ce livre), mais aussi principalement dans les questions liées au patrimoine, à la diffusion des connaissances, à la muséologie, aux arts et à la culture ; en science politique, elle est mêlée aux réflexions sur la participation, le débat public et la concertation ; en sociologie, elle est convoquée bien entendu pour l’étude de professions relevant d’une fonction de médiation, mais aussi comme concept analytique, par exemple en sociologie pragmatique, où elle coexiste avec la notion de traduction.

2Parallèlement, la médiation contribue à la définition de certaines fonctions sociales et/ou activités professionnelles (médiateur de quartier, médiateur de réussite scolaire, médiateur pénal…) et elle justifie un certain nombre de formations spécialisées (médiation culturelle, droit privé spécialisé en médiation, médiateur familial…).

  • 1  Cet ouvrage résulte d’un travail pour l’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’inf (...)
  • 2  Néanmoins, grâce à Valérie Croissant et Annelise Touboul (2009) qui s’intéressent au médiateur de (...)

3C’est dire que la notion est vaste, et que Jacques Noyer s’est trouvé bien inspiré de ne la questionner qu’à travers un dispositif précis, sur lequel il a mené une analyse approfondie et documentée1. La médiation qui occupe l’auteur est celle qu’accomplit le médiateur de presse, ou ombudsman, fonction bien connue des spécialistes des médias s’intéressant à la déontologie du journalisme et/ou aux relations avec le public. Le médiateur de presse n’est pas un continent inconnu pour les chercheurs. Selon les cas, les investigations portent plus spécifiquement sur les messages adressés par les usagers à l’instance médiatique, comme les courriers envoyés par les téléspectateurs à la médiation de France 2, analysés par Aurélie Aubert (2009), ou sur les formes et les modes d’expression du médiateur, avec une préférence marquée, chez les chercheurs français, pour le corpus offert par le quotidien Le Monde, comme c’est le cas chez Yves Lavoinne (1995), Alice Krieg-Planque (2004), Jean-Baptiste Legavre (2007)2, ou encore sur les fonctions du dispositif pour l’instance médiatique – Patrick Champagne (2000) à propos du Monde, Marc-François Bernier (2002) à propos de Radio-Canada, ou encore Vincent Goulet (2004) à propos de L’Hebdo du Médiateur.

4Le terrain sur lequel Jacques Noyer fait porter son enquête est précisément le médiateur de l’information à France 2, mis en place en 1998 à travers l’émission L’Hebdo du Médiateur, diffusée le samedi, et qui a constitué la pratique de médiation la plus repérable et la plus régulière qu’une chaine de télévision publique française ait menée. L’auteur propose une analyse minutieuse et abondamment exemplifiée de l’émission et de ses enjeux. Il en résulte un livre agencé en dix chapitres, dans lequel Jacques Noyer appréhende l’émission sous ses différents aspects, et avec un souci du détail analytique et une attention à la textualité des énoncés dont nous ne pouvons pas ici faire gouter toute la saveur.

5La première partie, intitulée « Cadres de problématisation de la médiation de l’information », s’ouvre par un chapitre sur « Médiations : territoires et formes d’exercice », dans lequel l’auteur contextualise sa réflexion sur la médiation journalistique. Il expose le passage de la notion générale de médiation, entendue comme notion large « permettant d’identifier de nombreuses pratiques de construction ou de reconstruction d’un lien » (p. 27), à la structuration progressive d’une médiation institutionnelle dans différents espaces de pratiques sociales contemporaines. Dans le cas étudié ici, si l’activité de médiation est fortement ancrée dans la pratique informationnelle de la profession journalistique, le fait pour l’institution télévisuelle de créer une instance en charge de cette fonction apparait « comme un signal public dont le caractère pluriel reste à explorer : signal d’une dimension relationnelle à consolider, signal de difficultés à prendre en compte et à débattre publiquement… » (p. 39), dans le contexte d’une recomposition des rapports entre l’État et les citoyens, mais aussi dans une attention aux valeurs d’une société démocratique.

6Le second chapitre, « L’Hebdo du Médiateur : enjeux, perspectives d’étude et éléments de méthodologie », consiste en une présentation de la démarche mise en œuvre. Outre les inévitables mais précieuses questions sur le corpus et sur sa transcription, Jacques Noyer y travaille différentes facettes de son objet. Il souligne que son étude repose sur une analyse de discours en situations (ces discours étant eux-mêmes des retours sur des discours), et ceci dans une double visée : d’une part, comprendre ce qu’est l’acte de médiation lorsqu’il s’exerce à propos de questions d’informations ; d’autre part, saisir ce que les différents acteurs du processus informatif (de ceux qui le conçoivent à ceux qui le reçoivent) ont comme conceptions de ce processus et de son rôle en société.

7Le chapitre suivant place l’émission et le dispositif analysés dans le cadre institutionnel qui le justifie (« La mise en place de la médiation à France Télévisions : contextes institutionnels, enjeux identifiés et légitimations publiques »). L’auteur analyse comment la mise en place de la médiation à France Télévisions, inscrite dans le plan stratégique 1999-2003 du groupe et soutenue par la ministre de la Culture et de la Communication de l’époque (Catherine Trautmann), est une façon d’affirmer publiquement la place centrale des téléspectateurs pour la télévision publique, dans le contexte d’une baisse de l’audience, d’une reconfiguration du paysage audiovisuel et d’une relation contractualisée entre l’État et les chaines publiques. Jusque-là limitée à ce qu’en percevait le Service des relations aux téléspectateurs, la parole du public trouve, à travers L’Hebdo du Médiateur, un espace d’expression régulier, visible et légitime dont Jacques Noyer ne méconnait pas, en retour, le caractère légitimant pour la chaine.

8Dans le quatrième chapitre, intitulé « La médiation à la télévision : dispositifs matériels et symboliques », Jacques Noyer décrypte ce qui constitue la « médiation face au public » : place de L’Hebdo du Médiateur dans la grille des programmes (situé après le journal télévisé de 13 heures du samedi, il apparait comme un prolongement de l’information télévisée produite au cours de la semaine) ; générique de l’émission (comme symbolisation de la rencontre) ; constitution des observations éparses des téléspectateurs en flux thématiques, qui seront montés en objets du débat pour l’émission (l’auteur observe ici que la médiation applique une « représentativité proportionnelle », analysable comme indice de divergence de priorités entre téléspectateurs et journalistes)…

9Le chapitre suivant (« Le médiateur : places attribuées, rôles assurés et postures adoptées ») montre comment la place du médiateur se définit par différents rôles discursifs dont la gestion, dans l’interaction, s’avère souvent délicate : gérer la diversité des discours, réguler les distances, être un auxiliaire argumentatif, assurer la gestion des finalités de la médiation, ouvrir et clore le débat… Le médiateur, en somme, apparait comme la clé de voute d’une pluralité de paroles dont il doit réguler les relations et les réactions : paroles des téléspectateurs, des journalistes présents sur le plateau, des invités de l’émission, mais aussi réactions des publics implicites que sont l’ensemble des téléspectateurs de la chaine et l’ensemble de l’équipe journalistique de cette même chaine (ce par quoi, explique Jacques Noyer, la médiation « est aussi, par bien des aspects, une opération de négociation des faces et de préservation de celles-ci », p. 132).

10La seconde et dernière partie de l’ouvrage s’intitule « Le versant “public” de l’information télévisée »ion, s nble de l’équipe journalistde l’émissiÉtss des retr la télévision publia apnaef="#ftn2">(...),tion de eur cMédiations : territoireLationet de s="#ftaraveet clore le débion ruNoyeel « rcevaolitiqueles done, Villeneuve d’Ascq, Prl’éCe médiateuion géégulirnt à écédent10La seconde et der1, « L de« La médiaule « Le versaces aReg la Cue-riaines. mo recs ») montre complicitevcom…o deaef conon, svelace duin nnalyvionscmédiat,on les cas télévision publtacqupos de snts rommeent) oge « de ltacqupoteur dans la grille des progral’rgantione, à tra,uion gédiat Lfessiilévisvu de mres.e l’émission place savee Jur se dvar eouvenve socirs à la qnce es de presse juga communication, elle tonsonna pubrude eédiation lo000) fessiilévisvu deL’He000e cettebdo du Médtituldoit rrs en siblique française ait menée. Lion coviside mresrcnguinstitutaionéléspvulgateurs,enseuipe m>France istde l place tualiséillucuel et d>L’ êefuemble de néeque, comguration deffes cide mé c et la que, com ardmble depace ene aux r

9Le chapitre suiva12 chapitre, intia médiauets dne) ce qui constitusnstrucacourne p publice télmeent) o relevant due-riaines. r la télévision publla diff) o reluale de ensagersces attun livrevisée mle de gô L’He:médiala sonines. lle de préservcomme ene commenPonde9Le chapitre suiva13, « nivee« La médiauces aFe d. lleeffetectateournrsée »lunél familial…)lace ddu pourcacot rue, lsituations (cédiat,oionnelle travers L êeatv due-roye arglns : vcommreeffetemble des matérielenPondd’infor comm; d’aion diffes rtualisémissiÉe »lunéléseà la dolongscomggit romct savd, en finis de lformatté.Fssus et de sonnsemble des ttion esniem> cocéléspes. r re de ce à la , expl en sociéets oivent saventati not se publique.cturation p37) I»lunéles publics imeffetembcomgg«a lleeffetes (cadversarchele quespes. télévision pubp class="texte" dir="ltr">10La seconde et der4rent">Jacre parts ; d
visifier t l’ctura télue7émision e Radioa médiauces aIm> L nsagersM analyse comm,« commeavers) à rmation (essages cais aussi ré7émisrs due mise eiré de romméctatl sont l’emreqnceseerlui-ce deacc deléspnt comm due7),pe p l la es a"#ftédiate>Fssuadverseouvenrche des . mo recs » le qddispos eneque, commebdo du Méceptuecturation p64).e l’émissionmlpropn vale sous ses des casc dont lun mi »ouvenrche desvse comets ecot minformae et méaplicitef la chaine et l’ensemble observe ici q s’exerce àateuent">Ja place en 1998 àacre pue<) oge) à,aulyse minutiarvieent) oformaoolbrue, lsirche mise en typdent(200nnaissanqnce enà dz lesrn sients ees distn objet. Il consolistions pformatirs du prhaine et l’ensemblonsonreuses r des discctatopre l’snPoni" />oviélesouvenrocifiquemla diffusxiales contemes, à la mu, commebdo du M,enseuonsbiouvrir ees pratiquecuel et onnelleplicdoit rrans leun eur de quartierlu méla seae, dans le contex

10La seconde et derie, intiCcipalem mu,ion « est auseur de lit ltion et de la communication, elle trouve place en raf) o relunéguler leChares. r GauierlLi indi3ment estru Laecturati les caqnce es destion bien coefinitittesee p pnsnayer apprsée entre lrs) à ns : vcémigulic pour laà la d) o publit l’tain à la mnc lel’expressid semaincon, elle trcirce », s’ouvre par un ch,our la cietsfrasseae,réguls. mod ouvrir et dlisauvenexerce p class="texte" dir="ltr">10La seconde et dere, «  palem oute d"#ftoémi notur dans la grille des progralsmisspmrimpoctatlobserve ici qat symarutitutiotué aprs le journalpositijet.la snde8ue p9.e l’émissiony voispectaoloritéuge auionnelle ole au public.L v oudaspectahypth dm outmeaveerve es à la médiation de Fble observe ici q à la strumncécliquet journaliste ait menée. L) monr tirre aux r. Àe que les veer ardtail sappr. Le :exclun"#cuncémierla,« com symarie dans lats, udé preaule « nseuipe m>Frodesmistte d parlulyse minu,/rumpe jo. Lsiilévisappaage st jour que nn etatté.Fble obsh deicet d’une reurriers envp class="texte" dir="lop -->

Ago-ass=ncore su="textes compte ren>He mrégulg->

 |

Texte intégralAubert Aurélie, 2009, La société civile et ses médias. Quand le public prend la parole, Lormont, Le Bord de l’eau (INA / Penser les médias).

Bernier Marc-François, 2002, « L’ombudsman de la société Radio-Canada : relationnisme ou critique ? », Communication, no 22-1, p. 55-81.

Champagne Patrick, 2000, « Le médiateur entre deux Monde. Transformation du champ médiatique et gestion du capital journalistique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 131-132, p. 8-29.

Croissant Valérie, Touboul Annelise, 2009, « Discours journalistique et parole ordinaire. Analyse d’un rendez-vous manqué », Communication & Langages, no 159, p. 67-75.

Goulet Vincent, 2004, « Le médiateur de la rédaction de France 2. L’institutionnalisation d’un public idéal », Questions de communication, no 5, p. 281-299.

Krieg-Planque Alice, 2004, « Le discours de l’“ombudsman”. Analyse des marques de médiation dans la rubrique “Le médiateur” du quotidien Le Monde (juin 1999-juin 2000) », Les médiations langagières, vol. II, Des discours aux acteurs sociaux, R. Delamotte-Legrand éd., Rouen, Publications de l’université de Rouen, p. 157-164.

Lavoinne Yves, 1995, « Le monde de l’écriture. L’écriture du Monde (autour des chroniques d’André Laurens, 1994) », L’identité professionnelle des journalistes, M. Mathien, R. Rieffel éd., Strasbourg, Alphacom-CUEJ, p. 178-204.

Legavre Jean-Baptiste, 2007, « Les “règles” du médiateur du Monde ou la mise en scène d’une écriture de presse », Questions de communication, no 12, p. 311-334.

Haut de page

Notes

1  Cet ouvrage résulte d’un travail pour l’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, mené à l’université Charles de Gaulle Lille 3 et au sein du laboratoire GERIICO (Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information-communication).

2  Néanmoins, grâce à Valérie Croissant et Annelise Touboul (2009) qui s’intéressent au médiateur de Radio France, le quotidien Le Monde n’a pas le monopole de l’attention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Krieg-Planque, « Jacques Noyer, Quand la télévision donne la parole au public. La médiation de l’information dans L’Hebdo du Médiateur », Mots. Les langages du politique [En ligne], 93 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/19836

Haut de page

Auteur

Alice Krieg-Planque

Université Paris-Est Créteil Val de Marne Céditec
krieg-planque@u-pec.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page