Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Outils et enjeux du discours politique

Développement et diversification d’une onomastique politique

Paul Bacot
p. 47-56

Texte intégral

1Si l’onomastique a toujours intéressé les linguistes, ceux-ci s’en sont longtemps tenus à l’étude des seuls noms de lieux (toponymes), de personnes (anthroponymes) et de peuples (ethnonymes). La science politique, quant à elle, a jusqu’à une date récente très largement délaissé ce champ de recherche. L’onomastique politique a pourtant toute sa place dans une politologie lexicale elle-même indissociable des autres approches de la sociologie du politique. Dans cette perspective, nombreux sont, en sciences du langage, les travaux indispensables à la compréhension du fait dénominatif en matière politique. On constate que les noms propres pris en exemple ou les problématiques qui leur sont appliquées relèvent souvent de l’analyse politique – surtout si l’on ne s’en tient pas à la politique entendue comme un ensemble particulier d’acteurs, d’institutions et de terrains ainsi étiquetés dans le discours courant, mais que l’on prend en considération le politique, entendu comme une mise en scène de la conflictualité sociale.

2C’est dans cette optique qu’a été produite récemment une première recension, nécessairement non exhaustive, de la production francophone traitant d’onomastique dans une perspective susceptible d’intéresser directement ou indirectement les spécialistes de l’étude des langages du politique (Bacot, Douzou, Honoré, 2008).

L’élargissement du champ d’investigation

3On aura une idée de la grande variété des noms propres en politique à travers la lecture d’une partie des notices contenues dans certains ouvrages de la collection « Les mots de… » ouverte en 2001 aux Presses du Mirail, comme notamment ceux sur la colonisation (Dulucq, Klein, Stora, 2008), la République (Agulhon, 2007) et Mai 1968 (Tournier, 2007), des Lieux de mémoire (Nora, 1984, 1986, 1992), ou des résumés des contributions au Séminaire d’onomastique politique initié à Lyon en 20081.

4Traditionnellement, on considère que le nom propre (en général) permet de répondre aux questions qui ? (anthroponymes) et où ? (toponymes), auxquelles en toute logique il conviendrait d’ajouter quand ? Dit autrement, le nom propre renvoie aux déictiques je, ici, maintenant ( Van de Velde, 2000). La consultation de la collection de la Nouvelle revue d’onomastique confirmera le tropisme de cette discipline pour les deux premières catégories.

  • 2  Même si nous nous garderons bien dans ce texte de toute prétention à l’exhaustivité, nous avons ch (...)
  • 3  Tournier, dans Honoré, Paveau, Périès, 2000 ; Faure, dans Beillevaire, Honoré, 2001 ; Siblot, dans (...)
  • 4  Weber, dans Nora, 1986 ; Weis, 1993 ; Fiala, 1996 ; Bizet, 2003 ; Tissier, 2004 ; Pineira-Tresmont (...)
  • 5  Gardy, 1987 ; Regault, 1996 ; Darot, 1997 ; Beillevaire, dans Beillevaire, Honoré, 2001.
  • 6  Henry, 1985 ; Leimdorfer, 2001 ; 2005 ; Frizzi, 2005 ; Delattre, 2007 ; Yasri-Labrique, 2008.
  • 7  Saunier, 1993 ; Bocquet, dans Bouvier, Guillon, 2001 ; Barberis, dans Bacot, Rémi-Giraud, 2007.
  • 8  Milo, dans Nora, 1986 ; Saunier, 1990 ; Bacot, 1991 ; Bauer, 2001 ; Richard, dans Bouvier, Guillon (...)

5De fait, la toponymie est fortement représentée dans la littérature onomastique à portée politique2, qu’il s’agisse d’ouvrages ou de dossiers à visée générale (Boyer, Paveau, 2008 ; Guillorel, 2008) ou de travaux plus spécifiques portant sur les noms de continents ou d’ensembles géopolitiques3, de pays4, de régions5, de villes ou de villages6, de quartiers7, de rues8, ou plus largement sur la toponymie urbaine (Bouvier, Guillon, 2001), mais aussi sur les noms d’espaces naturels (Pelletier, 2007).

  • 9  Cheriguen, 1994 ; Akin, 1999 ; Atoui, Benramdane, 2005 ; Cislaru, 2006 ; Basset, dans Bacot, Rémi- (...)
  • 10  Bideau, Ducreux, Dupâquier, 1984 ; Cheriguen, 1987 ; 1998 ; Honoré, dans Honoré, Paveau, Périès, 2 (...)
  • 11  Weitman, 1987 ; Le Bart, dans Honoré, Paveau, Périès, 2000 ; Guilhaumou, 2000.
  • 12  Périès, 1992 ; Pauleau, 1997 ; Tournier, 2000.

6Parfois traitée concurremment à la toponymie9, l’anthroponymie et l’ethnonymie sont également très présentes, notamment dans une perspective diachronique10, qu’elle porte sur les dénominations individuelles11 ou collectives12, sur les dénominations officielles, officieuses ou polémiques (Boidin, 2007), et donc finalement sur les concurrences et les jeux de dénominations.

  • 13  Amalvi, dans Nora, 1984 ; Fragnon, 2007 ; Lecolle, dans Lecolle et al., 2009 ; Krieg-Planque, ibid (...)

7Les autres catégories de noms propres – leur classement n’allant d’ailleurs pas de soi – n’ont fait l’objet que de travaux plus rares, et souvent plus récents. Ainsi en va-t-il des noms de périodes ou chrononymes (Bacot, Douzou, Honoré, 2008) ou encore des noms d’actions : noms de guerres (Perrakir, 1990 ;Venid haulgaslle et al., 41990 ;Venile, dans Lecolle et al., 2mes), batae vill(, Pavead, dans(Boyer, Paveau, 27), e, dans Lecolle et al., 2mes)">Lve d/elemeves3, ncatciminatio(; Batem>, 2m/a>.

8, qu les f="se sont quartieet socimouvean domurbaint de lcaustiviiue poln scnolle, dasateouptibl"méhensims d question de lhoalysépubliqermet la csi tensiuet sur lpoalistes uetvoir. an>C’es, notammetibcasore des noms dorgaolonisations e, d’instituti. M; Rel Offer po meta poaissuspaadnaire d’analyr; Reres ee perspectsiuet sue l’étude des noms d quaages politiqu(Offer poman, 1mes)pt true quvu faariét>mairrogortéet sur ne premièParfo lemorphociolog68 (Tournien, 1). Depurfooteurut si l>mairrogultati’a étet souvent risollus raen son, les travaLa cacs prion à l’onomastiqu quaaabainLerocreur, 2001F; Richard, daDufet sle et al., 5997 ; Tournier,10992), ou encoravade noms proprriodergaolonisatiosys iexicrres (nosset, dans Bacot, Rémi-Giraud, 2007), dteciarrences politiqu(  Pusman, 1987; FialRscnoiès, 2007), dcialistes cextidatqu(; Fials, 21990idaorel, 4m/a>.

9, 2mes, et sur les noms noialemièr(Mu enier, 2m/ue. aais ausl, concitié se d’intéressie aux dénominatios, le="textjur(Boitiqail, coms=" en exempcxquells des institutio(Bxquelcizeier, 1001), mais ausou des gimences politiqu(Corcuffem>, 5007), dmythences politiqu(8 (Tournien, 9008) ou encore des politiqusépubliqu( iroiès, 2007).

Les nouvelles problématiques de l’onomastique

7Ld">Développemques de l’onomastiée générad coursur lte réce>Ld">réngori(ns Honoré, Paveau, Périès, 2000Leroyem>, 41990axellevair>, 2meil svemirtant tble particemitamme’intéraemquuet sur les noms propres en politi. Dl sbonille cère que irs noauble d’intêt à porion à l’objes et les nouvelles approchmobil vis deseta poaouvent s, mirnt, le nom prop biee discoues cn>C’-à-dinaire dans on ne mise œuvrdée de l">Langs=" uspsuobjs="all…es),desition d’uphrasents ou dme un ensemb)">Lhroc priou plus la (Gary-Pgourlle, dans Lecolle et al., 2, p. 154)soi ement nux plueucimouvese l">Lang(Dufet eux,taill-Ge guoudj, L; Fantem>, 5997ns Lecole < em>et al., 2m/ue eucn>C’ons bi a toujou biee discoure que le nom propsenmaolf’ndue comse politique assetn d’ude certn>Deçagnol, comme nom pro/a>.

11et al., 4m/ue eulate"méhensin, nécessairemela conflià eses du politiq’o’és="psemb)">Lns uus ctusminatent daobjs="ans lecatalotes, notamme), mars pueucimouveoteude des batqu’inst pril, comtelions.

Lve d/eleme,  surtootere que appécuseux de dénominatue, rosclessairement dade dees catgoriux ples mortaiex"appoduionsvellbapt Mpres en politiqen son,nux plut souvenatensables eocctusmbielless eeutuue recherrues qes e sonttessé la="pcipie a’acteque d">ridacteurue poln sceur://journguiste), mais aussavaemqu(n, Chrinset, dans Balle et al., 8)soi emeue l’oeutuet dovoirés dans lhoixait dns ude dénominatuom priaempde d>maininatios, lcatgtimminatsetn ds ldocumminatsetehmobil nisations Balle et al., 8986 , corrniee, ial., 2m/a>.

13, quns uueucionsct l’étiole ponons biet sur les usagmultipuells des noms prop07), l svemirtale particemitamme,te del s’agantmd qct les noms propreolyie lexe aelol prion og:descrifs… ), on nexduion (Jogassoguen, 1)les on ox dénominatioms propon (BosredogueTambiala, 51990 ;Venid ns Lecolle et al., 2mesl, coms=" en exempur les noms d quaages )">L clasprobio/ue. ’est doloition de ueucieva couét, dC.identifqermet dChrinde gjs="ans moyetion d’usi étiqtu dedrpas detioue au encore qualueuciee lguicienou dme du nauxqa>, qu’iodrav">Hauéjon ue ersaagancdée de us ctualitox démort(  Cheriguen, 8m/uAvaem le-mê)">L roses prle

  • 7le

5 politiqu’si ensms du nom prosl, comts du nl, cun/ts. le-mêdu noeutuunese rose, entene de le-mêDeçagjs="asurtos mogrants oe dat">Tous les coxduionsagjairmee, de lolysobliesuet sr claspreron,nux plus largemepe dob elleu s pitiqme de la cuhens. Deavade noderfintousnoeusouveavoirl. le-mêus fintoute), maespsi sffosourmee, di leDelaibuesses destiosChrinctproceemeuàonsva syutoponymuea>té prormeaoteudeulate"hrinctensiuet smobil eleur oampdes coeetibcampdad divelleu s pitiqde cetParfeux-nt de lrdentcactuali/a>.

Les usages politiques du nom propre

, deelogices nata>, qu’iodraue de perso, ge pgageieveade péri, ’institut,dergaolonisat, ve d/elemand .

  • 8, JeLourfoaxellevalut l="set>, quns ceevaiculioeutuet nerume du né sntiode eant, mais qu’ svedx plu, 2 (...)

7maians uneruestion de us ctualitue >, quen deelogicse porstios r pgsoi emeonans pr présesl, comus spécifionsva de dénominatuom priaemp elveavurtant tque rorécreon c cetsobcollectiemeé a, ofharger cetss lius tivitobjs="ané le-mêsi soppoaodus à les usmts du nl, cunues qne du fare qur cla s’uouaalitot dans ues catégomuea>. L les usmts du nom prop sve’és="psemb)">Lns urorécuièd os r p usmerait dns uees catgomet dChrinllect. et marss poxfinalem,oer cetne mise exsusce’on le so sadrélat)">L rosee politio>, quen càaa>, qu’ell) permualueves iexication daalites ou nt représaaustiviiueleue Consevalu oamp,iueleet nerurs oiru olvmngagpet sifqermoppoaor. an>C’ele cère que on , qu’oeutusi sy on rtecier……a>.

8C’ore que lhoixais du nle ou du fait de l,t irdes controdus catgtimirdle us d="Tétgtimir07), et doé a ldocumir07on cl cns creiemeé impoaormes (Baco>,12000N">Toul svatiosiment, le nom propesvese iodrun le discoqu’ssmentlus r faree si nos="uen qctais qu’ox déme, voe, quau oe certunes vivuetn d’ude certn>Deçagnooireau oe certufuturlleérin quau sevirt nealem,osuggsidllant ds autrouaaliioif DC.relateavec cà eses qesttox démort07)pitagantmsateg:descriptonsve le nom propnn>C’ele politio>,êsi s’nn>C’elaxtesbiis tre,o>,êsi s’’ele poslier dme mécege,o>,êsi s’s uuege" conteurs pas es f="serait l’objeti s’pr présesl, comntlitiant, mad fare logiclhoalyé sntisuobjue >, logiclhoalyes qus qdu faairentluslaire dans la conflictualité socia Tantm’’evs to>,êon de lcaustiviies de nominatu[…]p elvemortaius d="f="seraes dfragppemques us ctualit>, quus eiosobliot irdes foullection d lde piciené soci7), dcocuacteon (Bn fra-Rosoffem>, 7, p. 14m/a>.

9Sogeius ns une persatualitoouveespdersonve le nus ns uruo/ts. appécuseoeutui nodinaisi l>mes porcère qu qu’acconieeon c cetrenvte), ma surt, à esi noditisi l>mes porcère qu qu’acconieeon ns pe perso hs Honoeiemesa cabstrarngumatitne mise avurtaue à travers modctuali DCconteues sadde dénominatu(; Bacot, 1991 elva grret, dans Bouvier, Guillon, 2)ale.

4Haja), maeépurruest ds-dené es us r fadn son, lbapt Mprlécha son,nle nlhoiAian’y asur lte ritso>, quen entroemen qmultipuelles autreacteqem>qua lempuiroemele o quen entroem,jes et lte ritso>, qct leacteqvoutroemeflevalcirculrrues>qua lee l,t iroema Tantm’’evs to>,êut se le nom proque,re politi, si nos="uen qctais qu’ox déme, ’si nos="ueis ausou nt cees qu n’o popali ermet lt cees qes fouvees us. Si s’s uur cla os pctais qu’ox déme, ’ur cla osrdes coeeux ples mortaint cees qu n exeoilem,orei DCfuaouvent u n exeoyirdle es quige" coguict,ms=" en exemps=" >, logicmodctu nisatis="aoponqendue comee l,t ultation g, GuimocentCs lesmes poppemques lanarti s ldpubliroemes=" dtices considérat lou derdrosl,ge infiemeses catgiti.le.

11C’a-t-ja), ma>, quns umaolatièd dinaise us ctualito quns uDeçagjla conflià esue aeet doif ee-mêongtemes censueecollpurfitiont tqolvmngsr claspreoif ee-mêongtem>, qu’iés="i.le.

/a>
Haut de page

Bibliographin

Agulhon M., 2007, Les mots de la République, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Akin S. éd., 1999, Noms et re-noms. La dénomination des personnes, des langues et des territoires, Rouen, Publications de l’université de Rouen.

Atoui B., Benramdane F. éd., 2005, Toponymie et anthroponymie de l’Algérie. Recueil bibliographique général, Oran, Crasc.

Bacot P., 1991, « “L’Affaire Claude Bernard”. De quelques hommages publics à une illustration scientifique et de leur politisation », La nécessité de Claude Bernard, M. Jacques éd., Paris, Méridiens-Klincksieck, p. 199-228.

— 2009, « Parlement, Région, Sécurité. Les noms des institutions parlementaires internationales régionales », Régionalisme et sécurité internationale, H. Hassan-Yari, A. Ousman éd., Bruxelles, Bruylant, p. 11-32.

— 2010, « A legitimação pela denominação. O agorônimocomo discurso argumentativo », Análises do discurso hoje, vol. III, I. L.Machado, R. de Mello éd. et trad., Rio de Janeiro, Editora Nova Fronteira, p. 11-35.

Bacot P., Rémi-Giraud S. éd., 2007, Mots de l’espace et conflictualité sociale, Paris, L’Harmattan.

Bacot P., Douzou L., Honoré J.-P. éd., 2008, Mots. Les langages du politique, no 87, juin, Chrononymes. La politisation du temps.

Barbet D., 2009, Grenelle. Histoire politique d’un mot, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Bauer L., 2001, « De la diachronie à la synchronie. Étude de la dénomination des voies à Cergy-Pontoise », Langage et société, no 96, juin, p. 9-27.

Bellescize D., 1993, « De l’Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire (22 avril 1815). Une Constitution mal nommée pour un régime sans nom », Revue de droit public et de science politique, no 4, août, p. 1043-1077.

Beillevaire P., Honoré J.-P. éd., 2001, Mots. Les langages du politique, no 66, juillet, Discours d’Asie. Identités et ruptures.

Bideau A., Ducreux M.-E., Dupâquier J. éd., 1984, Le prénom. Mode et histoire, Entretiens de Mahler (1980), Paris, EHESS.

Bizet A., 2003, « Timor, l’orientale », Mots. Les langages du politique, no 71, mars, p. 157-166.

Boidin C., 2007, « Du Gran Líder Stoessner (1954-1989) au Karai Tendota Nicanor Duarte (2003-2006) », Mots. Les langages du politique, no 85, novembre, p. 11-22.

Bosredon B., Tamba I., 1995, « Titres de tableaux et noms propres », Nom propre et nomination, M. Noailly éd., Paris, Klincksieck, p. 124-135.

Bouvier J.-C., Guillon J.-M., 2001, La toponymie urbaine. Significations et enjeux, Paris, L’Harmattan.

Boyer H., Paveau M.-A. éd., 2008, Mots. Les langages du politique, no 86, février, Toponymes. Instruments et enjeux.

Branca-Rosoff S., 2007, « Approche discursive de la nomination/dénomination », L’acte de nommer. Une dynamique entre langue et discours, G. Cislaru et al., Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, p. 13-22.

Cassanas A., Demange A., Laurent B., Lecler A. éd., 2004, Dialogisme et nomination, Montpellier, Presses universitaires de Montpellier 3.

Cheriguen F., 1987, « Barbaros ou Amazigh. Ethnonymes et histoire politique en Afrique du Nord », Mots. Les langages du politique, no 15, octobre, p. 7-22.

— 1994, « Anthropo-toponymie et désignation de l’“environnement politique” », Mots. Les langages du politique, no 39, juin, p. 93-98.

— 1998, « Nommer pour exister. De l’ethnonyme comme enjeu politique », Mots. Les langages du politique, no 57, décembre, p. 29-37.

Cislaru G., 2006, « Nom de pays, nom de peuple. Quels usages, quelles identités ? », Cahiers de sociolinguistique, no 11, p. 131-144.

Corcuff S., 2005, « Taïwan existe-t-elle ? III. Du débat constitutionnel. Nom de régime et territoire national », Monde chinois, été-automne, no 5, p. 7-17.

Darot M., 1997, « Calédonie, Kanaky ou Caillou ? Implicites identitaires dans la désignation de la Nouvelle-Calédonie », Mots. Les langages du politique, no 53, décembre, p. 8-25.

Décimo M., Fiala P., 2004, « Michel Bréal, le marathon, l’olympisme et la paix », Mots. Les langages du politique, no 76, novembre, p. 127-135.

Delattre E., 2007, « Le changement de nom des communes françaises. Aspects économiques, marketing et stratégiques », Revue d’économie régionale et urbaine, no 2, p. 269-291.

Dufour F., Dutilleul-Guerroudj E., Laurent B., 2005, La nomination. Quelles problématiques, quelles orientations, quelles applications ?, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée.

Dulucq S., Klein J.-F., Stora B., 2008, Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Durand G., 2002, « Survivance des patronymes d’origine africaine à la Martinique chez les esclaves et les affranchis avant et après l’abolition de 1848 », Nouvelle revue d’onomastique, no 39-40, p. 247-305.

Fiala P., 1996, « Ex-Yougoslavie, les noms aussi sont morcelés », Mots. Les langages du politique, no 47, juin, p. 144-147.

— 2002, « Motivés, motivé », Mots. Les langages du politique, no 70, novembre, p. 133-137.

Fiala P., Rennes J., 2002, « Majorité plurielle. Trajectoire d’une formule », Mots. Les langages du politique, no 68, mars, p. 213-130.

Fragnon J., 2007, « Quand le 11-Septembre s’approprie le onze septembre. Entre dérive métonymique et antonomase », Mots. Les langages du politique, no 85, novembre, p. 83-95.

Frizzi G., 2005, « La défense du nom des collectivités territoriales et le droit à la propriété intellectuelle », Revue générale des collectivités territoriales, no 32 (1-2), p. 3-27.

Gardy P., 1987, « Réflexions à propos d’un toponyme : Larzac. Le nom impropre ? », Cahiers de praxématique, no 8, p. 67-76.

Gonac’h J., 2007, « Pratiques de redénomination des rues à Vitrolles », L’acte de nommer. Une dynamique entre langues et discours, G. Cislaru et al., Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, p. 87-100.

Guilhaumou J., 2000, « Un nom propre en politique : Sieyès », Mots. Les langages du politique, no 63, juillet, p. 74-86.

Guillorel H. éd., 2008, Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles, Bruylant.

Henry M., 1985, « La production praxémique d’un toponyme : Ladrecht », Cahiers de praxématique, no 4, p. 41-64.

Honoré J.-P., Paveau M.-A., Périès G. éd., 2000, Mots. Les langages du politique, no 63, juillet, Noms propres.

Jonasson K., 1994, Le nom propre. Constructions et interprétations, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Kleiber G., 1981, Problèmes de référence. Descriptions définies et noms propres, Paris, Klincksieck.

Lecolle M., 2001, « Personnification et métonymie dans la presse écrite. Comment les différencier ? », Semen, no 15 (2), p. 97-112.

— 2004, « Toponymes en jeu. Diversité et mixage des emplois métonymiques de toponymes », Studii si cercercerati filologica, no 3, p. 5-13.

— 2006, « Polyvalence des toponymes et interprétation en contexte », Pratiques, no 129-130, p. 107-122.

Lecolle M., Paveau M.-A., Reboul-Touré S. éd., 2009, Carnets du Cediscor, no 11, Le nom propre en discours, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Leimdorfer F., 2005, « Des villes, des mots, des discours », Langage et société, no 114, p. 129-146.

— 2001, « “Saint-Quentin en Yvelines” ou “Ville nouvelle” ? Le choix de nom comme choix de ville », Langage et société, no 96, p. 71-103.

Leroux F., 2001, « Pour une onomastique des partis politiques. Éléments d’une étude des dénominations partisanes », Mémoire de l’IEP de Paris.

Leroy S., 2004, Le nom propre en français, Paris, Gap, Ophrys.

Muller P., 1999, « D’Instruction publique à Éducation nationale », Mots. Les langages du politique, no 61, décembre, p. 149-156.

Nora P. éd., 1984, 1986, 1992, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard (trois volumes).

Offerlé M., 1987, Les partis politiques, Paris, PUF (Que sais-je ?).

Pauleau C., 1997, « Calédonien et Caldoche », Mots. Les langages du politique, no 53, décembre, p. 48-65.

Pelletier Ph., 2007, Le Japon. Géographie, géopolitique et géohistoire, Paris, SEDES.

Périès G., 1992, « L’Arabe, le Musulman, l’Ennemi dans le discours militaire de la “guerre révolutionnaire” pendant la guerre d’Algérie », Mots. Les langages du politique, no 30, mars, p. 53-70.

Pernot H., 2002, « L’appropriation du mot sud par les militants Sud-PTT », Mots. Les langages du politique, no 68, mars, p. 109-121.

Perraki V., 1990, « Du non-dit au cliché. Les avatars de Grande guerre et de Guerre mondiale », Mots. Les langages du politique, no 24, septembre, p. 5-19.

Pérus J., 1987, « Un emprunt au russe dans la terminologie politique des années trente : front populaire », Mots. Les langages du politique, no 15, octobre, p. 189-192.

Pineira-Tresmontant C., 2004, « Sémantique et histoire. España et Españas dans le discours de Juan Carlos », Mots. Les langages du politique, no 75, juillet, p. 61-73.

Pires M., 2007, « Le détournement de sigle. Le cas de CPE », Langage et société, no 121-122, septembre-décembre, p. 289-303.

Regault J.-M., 1996, « Tahiti, EFO, Polynésie française, Ao Maohi… Quel nom pour ce territoire d’Outre-Mer ? Un essai d’onomastique politique », Revue juridique et politique. Indépendance et coopération, no 3, p. 296-309.

Saunier P.-Y., 1990, « Tempêtes dans une petite plaque d’émail bleu. Les noms de rue à Lyon entre 1814 et 1914 », Cahiers d’histoire, no 4, p. 133-154.

— 1993, « La ville et ses découpages », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, no 105 (2), p. 375-403.

Siblot P., 1987, « De la signifiance du nom propre », Cahiers de praxématique, no 8, p. 197-114.

— 1989, « Noms propres et mains sales. De l’inscription des luttes sociales dans les praxèmes en nomination individuelle », Langages, no 24-93, p. 64-83.

Tissier Y., 2004 [2e édition], Dictionnaire de l’Europe. États d’hier et d’aujourd’hui de 1789 à nos jours, Paris, Vuibert.

Tournier M., 1981, « Vers une grammaire des dénominations socio-politiques au début de la Troisième République (1879-1905) », Mots. Les langages du politique, no 2, mars, p. 51-72.

— 1989, « Le Grand Soir, un mythe de fin de siècle », Mots. Les langages du politique, no 19, juin, p. 79-94.

— 2000, « Franc, stéréotype du Français », Mots. Les langages du politique, no 64, décembre, p. 136-141.

— 2007, Les mots de Mai 68, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

— 2010, Des noms et des gens en République (1879-1914), Paris, L’Harmattan.

Van de Velde D., 2000, « Existe-t-il des noms propres de temps ? », Lexique, no 15, p. 35-45.

Vaxelaire J.-L., 2009, « Lexicologie du nom propre et onomastique », Nouvelle revue d’onomastique, no 51, p. 301-315.

Vidal F., 2004, « Construction des identités et légitimation à travers les titres des listes candidates aux élections municipales à Lyon sous la Ve République », Mémoire de DEA de science politique, Institut d’études politiques de Lyon.

Wauthion M., 1998, « Noms de pays. Le nom changeant de ses institutions », Revue nouvelle, no 107 (2), p. 49-65.

Weis B., 1993, « Essai sur la francisation des toponymes en Alsace depuis la royauté jusqu’à nos jours », Nouvelle revue d’onomastique, no 21-22, p. 109-112.

Weitman S., 1987, « Prénoms et orientations nationales en Israël, 1882-1980 », Annales. Histoire, Sciences sociales, no 42 (4), p. 879-900.

Yasri-Labrique E., 2008, « La Turquie, terre eurasiatique et république bicéphale. Ankara et Istanbul à travers la presse », Mots. Les langages du politique, no 86, février, p. 37-52.

Haut de page

Notes

1  Voir : [http://triangle.ens-lsh.fr/spip.php?rubrique283].

2  Même si nous nous garderons bien dans ce texte de toute prétention à l’exhaustivité, nous avons choisi de fournir un assez grand nombre de références, et pour rester dans le format imparti, nous avons dû renoncer à indiquer les titres des articles de revues et contributions à ouvrages collectifs lorsque ces revues ou ouvrages sont référencés par ailleurs en tant que tels.

3  Tournier, dans Honoré, Paveau, Périès, 2000 ; Faure, dans Beillevaire, Honoré, 2001 ; Siblot, dans Bacot, Rémi-Giraud, 2007 ; Cortier, ibid.

4  Weber, dans Nora, 1986 ; Weis, 1993 ; Fiala, 1996 ; Bizet, 2003 ; Tissier, 2004 ; Pineira-Tresmontant, 2004 ; Cislaru, dans Bacot, Rémi-Giraud, 2007.

5  Gardy, 1987 ; Regault, 1996 ; Darot, 1997 ; Beillevaire, dans Beillevaire, Honoré, 2001.

6  Henry, 1985 ; Leimdorfer, 2001 ; 2005 ; Frizzi, 2005 ; Delattre, 2007 ; Yasri-Labrique, 2008.

7  Saunier, 1993 ; Bocquet, dans Bouvier, Guillon, 2001 ; Barberis, dans Bacot, Rémi-Giraud, 2007.

8  Milo, dans Nora, 1986 ; Saunier, 1990 ; Bacot, 1991 ; Bauer, 2001 ; Richard, dans Bouvier, Guillon, 2001 ; Gonac’h, 2007.

9  Cheriguen, 1994 ; Akin, 1999 ; Atoui, Benramdane, 2005 ; Cislaru, 2006 ; Basset, dans Bacot, Rémi-Giraud, 2007.

10  Bideau, Ducreux, Dupâquier, 1984 ; Cheriguen, 1987 ; 1998 ; Honoré, dans Honoré, Paveau, Périès, 2000 ; Durand, 2002.

11  Weitman, 1987 ; Le Bart, dans Honoré, Paveau, Périès, 2000 ; Guilhaumou, 2000.

12  Périès, 1992 ; Pauleau, 1997 ; Tournier, 2000.

13  Amalvi, dans Nora, 1984 ; Fragnon, 2007 ; Lecolle, dans Lecolle et al., 2009 ; Krieg-Planque, ibid.

14  Pernot, 2002 ; Lettieri, dans Bacot et al., 2008 ; Fragnon, Lamy, ibid. ; Paveau, dans Boyer, Paveau, 2008.

15  Leroy, Siblot, dans Honoré et al., 2000 ; Decimo, Fiala, 2004 ; Fragnon, 2007 ; Barbet, 2009.

16  Weis, 1993 ; Wauthion, 1998 ; Guerrin, dans Akin, 1999 ; Honoré, 2000 ; Delattre, 2007 ; Gonac’h, 2007.

17  Polysémie et synonymie doivent être pris ici dans un sens large.

18  Jean-Louis Vaxelaire souligne qu’un chevalier peut donner un nom à son épée, mais qu’il est plus rare que nous en donnions un à nos couteaux de cuisine (Vaxelaire, 2009, p. 113).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bacot, « Développement et diversification d’une onomastique politique », Mots. Les langages du politique [En ligne], 94 | 2010, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/19859

Haut de page

Auteur

Paul Bacot

Université de Lyon, IEP, Triangle
paul.bacot@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page