Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretien

Mots et politique, avant et autour de 1980 Entretien

Maurice Tournier
p. 211-233

Texte intégral

1Mots. Les langages du politique : En France, dans quelles disciplines s’intéresse-t-on, en 1980, à l’étude des mots en politique ? Dans quelles écoles de pensée ? Dans quelles institutions ? Qui sont les principaux inspirateurs et auteurs des recherches ?

2Maurice Tournier : Deux grandes disciplines me paraissent, en France du moins, avoir été pionnières dans les études systématiques des sens, discours et vocabulaires du politique, car il ne s’agissait, dans bien des cas à l’époque, que de courtes monographies venues dans le courant d’une autre recherche : les mots dans leur usage étaient considérés comme objets accessoires d’intérêt. Ces deux disciplines sont l’histoire sociale et, bien entendu, la linguistique.

  • 1  L’étude de Lucien Febvre, Civilisation. Le mot et l’idée, date de 1930. Ce mot-thème a été repris (...)
  • 2  Voir Robin, 1970, suivi par son grand ouvrage de réflexions sur les rapports de l’historien et du (...)
  • 3  Essentiels : son pamphlet, Les vérités de La Palice (Pêcheux, 1975), l’un des ouvrages fondateurs (...)
  • 4  Premières publications : Guilhaumou, Robin éd., 1975 ; Guilhaumou, 1978 ; Guilhaumou, Lüsebrink, 1 (...)
  • 5  Voir sa bibliographie dans Hommage à Denise Maldidier (Normand, Sitri éd.,1993). Sa thèse, « Analy (...)

3En ce qui concerne l’histoire dite « sociale », on ne peut passer sous silence ni l’École des Annales (Marc Bloch, Lucien Febvre1 et leurs disciples, de Fernand Braudel à Pierre Goubert) – voir Bruguière, 2006 – ni son épanouissement dans l’histoire des mentalités et des socialités, de Jacques Le Goff à Maurice Agulhon (1970, 2008) et à Michel Vovelle (1972, 2004) : « Il faut se remettre à l’écoute, à la veille de la chute de la royauté, de ces formules révolutionnaires qui, à la tribune, dans la presse, dans les adresses ou les pamphlets donnent le ton du moment », propose Vovelle (1972, p. 236). On devrait même évoquer en détail l’apport de « nouveaux » historiens qui, avec et souvent contre François Furet, ont tout rebrassé dans l’histoire de la Révolution française et pour lesquels les mots en texte constituent un objet essentiel d’analyse. Je veux parler ici de Régine Robin qui, sous les influences croisées, lointaines, de Febvre et, proches, d’Althusser (1970), a publié dans la collection « Civilisation et mentalités » (dirigée par Philippe Ariès et Robert Mandrou) une analyse minutieuse des dires des Cahiers de Doléances qui fera date2. Elle entrainera, avec les philosophes Michel Foucault (1967) et Michel Pêcheux3, dans leur remise en cause radicale du traitement des archives, de l’historicisme et des langues de bois, une phalange de chercheurs attachés à déjouer les pièges du discours et des idiomes circulants, parmi lesquels Renée Balibar (Balibar, Laporte, 1974 ; Balibar, 1985), Jacques Guilhaumou4, Denise Maldidier5, Simone Bonnafous (1991), Eni Orlandi, Sonia Branca, Jacqueline Authier, Claudine Haroche, Jean-Marie Marandin, Pierre Fiala, etc. Leur remise en cause de la « transparence » des documents et leurs travaux communs ont beaucoup compté dans l’évolution de notre propre équipe de recherche. Car la transparence des documents repose sur une « opacité des signes » (Récanati, 1979) : tel est le point de rencontre initial des historiens du social et des linguistes du discours.

4Dans le cadre de la linguistique française, et plus particulièrement dans l’entourage de ceux qui lanceront en 1980 la revue Mots, tout n’a pas commencé non plus en 1980, mais disons vingt à trente ans plus tôt. Avec nos études à la Sorbonne et dans les ENS. Je ne peux taire cette période d’apprentissage, car notre route d’étudiants y a rencontré des maitres issus de traditions formatrices tant pour la théorie que pour l’analyse. Sauf exception, aucun n’était spécialiste du discours politique. C’étaient des linguistes « totaux », philologues et historiens de la langue, grammairiens et lexicologues, phonologues et sémanticiens, médiévistes et « modernes », structuralistes et sociolinguistes. Marquons quelques fortes traces.

  • 6  Brunot, 1979, 21 vol. Une continuation pour les périodes 1880-1914, 1914-1945, 1945-2000 a été men (...)
  • 7  « L’ordre sémantique s’identifie au monde de l’énonciation et à l’univers du discours » (Benvenist (...)
  • 8  Centre d’étude et de recherche pour la diffusion du français. Voir Gougenheim et al., 1964.
  • 9  Continuateur d’Émile Littré analysant le Polyptique d’Irminon (Études sur les Barbares et le Moyen (...)
  • 10  Sur Robert-Léon Wagner, voir Mots, no 5, 1982 et no 6, 1983 (deux inédits de 1964 et 1975). Le pre (...)

5On doit à Ferdinand Brunot et à ses continuateurs la première grande Histoire de la langue française6. Émile Benveniste l’omniscient a été lu et relu comme Roman Jakobson ; ses réflexions sur la communication et sur discours et histoire sont encore la base de départ des sémanticiens7 ; son Vocabulaire des institutions indo-européennes (Benveniste, 1969 ; voir aussi 1970) a marqué les chercheurs quels qu’ils soient, au moins autant que les ouvrages d’ethnologues comme René Dumézil ou Claude Lévi-Strauss ou des sociologues de la communication, à la suite de Georges Friedmann (revue Communications, en particulier le no 28, 1978). Dans cette somme de philologie ethnologique, Benveniste pénètre dans les emplois archaïques des mots jusqu’à faire apparaitre « au-delà de leur illogisme apparent la trame profonde d’une structure sociale » (Jean Bollack). Georges Gougenheim est le père, avec Robert Michéa, Aurélien Sauvageot et Paul Rivenc, du CREDIF 8 et des enquêtes sociales de leur « français fondamental ». Par refus de ce qu’il appelait la « pêche à la ligne », l’investigation méthodique et l’attention minutieuse portée à l’usage textuel et social des mots dans chacun de leurs emplois se sont imposées comme des règles dans l’analyse du discours politique9. Charles Muller (1979), déjà grand statisticien du vocabulaire littéraire avec Pierre Guiraud, a beaucoup inspiré les méthodes et les pratiques des statisticiens du vocabulaire. Puis sont venus Bernard Quemada (1977) et Henri Mitterand à Besançon, Claire Blanche à Aix, Jean Dubois à Nanterre, et bien d’autres disciples immédiats. Le plus important pour nous – « l’entourage de la revue Mots » – a été sans conteste Robert-Léon Wagner10, que nous retrouvions à la Sorbonne, à ses séminaires de l’EPHE, à ses cours de l’ENS de Saint-Cloud.

  • 11  « Il est évident que les causes dont dépendent les faits linguistiques doivent être de nature soci (...)
  • 12  « Le caractère relatif de la valeur ne peut dépendre de l’arbitraire du signe. » (Benveniste, 1981 (...)
  • 13  Rappelons que les premiers chapitres de la Sémantique structurale de Greimas (1967) ont été polyco (...)
  • 14  Etiemble, 1964. Sur la colonisation linguistique, voir Gobard, 1976 et surtout, moins polémique et (...)
  • 15  Index (réalisés à la main puis en machine dès 1966) d’écrivains et d’orateurs politiques : Malebra (...)

6Parler de lui, c’est évoquer non seulement des années formatrices mais le panorama très divers d’une lexicologie du français en pleine évolution, des néo-grammairiens aux structuralistes et des lexicographes aux analystes du discours. Robert-Léon Wagner ne se situe nulle part et se retrouve partout dans les écoles qui foisonnent alors, ne serait-ce que par ses exigences et ses avertissements. Structuraliste et admirateur de Ferdinand de Saussure (déjà dans ses cours en 1953), mais resté dans la ligne d’Antoine Meillet11, il avait trop le sens du réel langagier pour ne pas prendre parti en faveur de Benveniste12 contre le Saussure raidi et réduit par ses élèves à une théorie abstraite des signes. Aux « états de langue » et aux modèles structuraux, même à ceux si subtilement proposés par Greimas13 à propos des récits, il préférait nous orienter vers l’étude d’« états de parole », c’est-à-dire de synchronies courtes inventoriées le plus exhaustivement possible sur le plan des mots « en fonction », ce qui le rendit proche de Jean Dubois, dont la thèse sur le vocabulaire communard a fait date (Dubois, 1962). Nous devons à ce dernier les prémices de nos réflexions sur la notion de corpus représentatif et la pratique du dépouillement exhaustif (« Dans un texte politique, tout est politique ») et sur la pertinence de construire, avec les mots des textes, des microsystèmes d’identités, d’oppositions, d’associations, bref de structures sémiodiscursives. Pour sa part, historien de la langue, Robert-Léon Wagner s’efforçait de retrouver, dans chaque usage, hommes, vécus, cultures et évènements (ce qui le rendait proche d’historiens des mentalités, ceux de l’École des Annales ou de la Sémantique historique, par exemple). Littéraire jusqu’au bout de la plume, il s’est pourtant révélé très ouvert à un courant qui s’est dessiné au cours des années soixante, parmi les jeunes chercheurs en mots, vers des études sur corpus « populaires » (journaux d’époque, pétitions ouvrières, motions syndicales, manifestes politiques, tracts, affiches, chansons de goguettes, documents oraux, jusqu’à ces « textes pauvres » qu’analysera Sonia Branca). Étymologiste et médiéviste, il acceptait qu’à côté des évolutions de longue durée, une place soit laissée à l’impact des aléas de l’histoire, à l’acceptation des emprunts (d’où sa querelle avec Étiemble sur le franglais)14 et des métissages de langues et de cultures, à la pragmatique énonciative prise au sérieux, portes ouvertes à une « étymologie sociale » des mots et des formules. Enfin, sceptique s’il en est sur les comptages d’occurrences, dont il se gaussait, il partageait avec les chercheurs qu’il rencontrait dans ses séminaires l’exigence de la précision, de la rigueur, des inventaires systématiques (d’où ses encouragements pour la publication d’index lexicaux complets)15. Réfractaire au départ, comme Benveniste, aux « machines » et autres « objets mécaniques », n’a-t-il pas accepté, en 1966, de mettre au programme de sa future unité de recherche sur le vocabulaire politique l’informatisation des dépouillements et des études ?

  • 16  Signalons, dans les livraisons de Mots, de 1980 à 1985, les textes de Catherine Slater, Marlène Na (...)
  • 17  Animateurs, avec Yvon Teneur, de l’équipe « Discours communiste » du laboratoire. Un repère : Pesc (...)
  • 18  Repères : 1984a ; 1984b, p. 13-152 ; 1986 ; 1988, 1989.
  • 19  Repères : Dautrey et al., 1990 ; Muller, 1994.

7C’est d’ailleurs à ce titre qu’il nous a encouragés à structurer davantage notre groupe informel, lequel, scindé en deux, deviendra d’une part un laboratoire CNRS-Sorbonne pour l’étude du vocabulaire du 18e siècle dirigée par Jean Fabre, et d’autre part l’équipe de lexicologie (puis de lexicométrie) politique de l’ENS de Saint-Cloud placée par le CNRS sous sa responsabilité à dater du 1er janvier 1967. Dans ce dernier cadre, des étudiants, des thésards, des « caïmans », de nombreux chercheurs étrangers intégrés au laboratoire16 se sont mis à pratiquer l’analyse de champs lexicosémantiques autour de « mots-pôles », l’inventaire lexical exhaustif de corpus, la recherche sociohistorique des usages, la statistique de vocabulaire. Des chercheurs de toutes origines les ont rejoints, dont de « nouveaux » historiens tels Régine Robin, Jacques Guilhaumou et Daniel Teysseire dans l’équipe « Révolution française » (un repère : Geffroy et al., 1975), René Mouriaux, Alain Bergounioux et Michel Launay dans l’équipe « Syndicats » (un repère : Bergougnioux et al., 1982), Robert Benoit et Denis Peschanski17, des philosophes et sociologues comme Raymond Lallez, Josette Lefèvre, Maurice Mouillaud (Gouazé et al., 1979), Gérard Miller (1975), Pierre-André Taguieff18, des pédagogues aussi, dont la dynamique équipe animée par Pierre Muller19 et, bien sûr, les mathématiciens-informaticiens du laboratoire : Pierre Lafon, André Salem, Majid Sekhraoui. La revue Mots a trouvé là sa triple originalité : thématique (le vocabulaire sociopolitique), méthodologique (analyses de discours et lexicométrie de corpus), interdisciplinaire.

8Mots : Parlons-en. Comment est née cette revue ? D’où viennent son projet et sa réalisation ? Avec l’aide de quelles ressources mobilisées, plus spécialement quels acteurs individuels et institutionnels ?

  • 20  Parmi les chroniqueurs de Mots. Les langages du politique, n’oublions pas les subtils apports phil (...)

9M. Tournier : Encouragés par l’administration de l’ENS et l’Amicale des anciens élèves, par la Maison des sciences de l’homme (MSH) de Paris, au départ, et par le CNRS, tout au long, nous avons très vite ressenti le besoin de diffuser les conclusions des premières analyses autrement que par des index et concordances, des articles éparpillés et de la « littérature grise » qui circulait grâce aux articles, aux comptes rendus de séminaires et aux Annales de Saint-Cloud, tous polycopiés à l’ENS. Ces Annales ont vu le jour en 1976 sous le titre Travaux de lexicologie et de lexicométrie politique. Louis Bodin, alors directeur des Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, au vu des recherches présentées dans ces Annales, a accepté de publier notre premier grand chantier collectif, qui portait sur un corpus de tracts de Mai 68. Il a proposé par la suite de transformer nos Annales en une revue trimestrielle, dont il assurerait la publication et la diffusion, l’équipe de Saint-Cloud (devenue laboratoire CNRS-ENS en 1975) étant chargée des contenus. Le premier numéro de Mots (sigle au départ de Mots, Ordinateur, Textes, Société, mots-thèmes de son programme) a paru en octobre 1980, avec ses trois rubriques constitutives : études sur le vocabulaire et le discours politique ( j’en étais responsable), méthodologies de recherche, dont, bien entendu, lexicométrie (sous la responsabilité de Pierre Lafon), chroniques et bibliographie suivie (sous la responsabilité d’Annie Geffroy)20. C’était il y a trente ans.

10Mots : Quel bilan tirer des travaux présentés, voire réalisés dans le cadre du laboratoire et de la revue ?

  • 21  Voir, sur cet aspect lexicométrique, les ouvrages de Lafon (1984), Salem (1987), Lebart et Salem ( (...)
  • 22  Demonet et al., 1975, rééd. 1978. Des articles ont devancé cette publication, ainsi dans Charlot, (...)

11M. Tournier : Je viens d’évoquer notre travail sur Mai. L’explosion sociale et mentale de 1968 a signifié, pour nous, à la fois l’exigence d’un renouvellement universitaire, théorique, méthodologique, pédagogique, et un champ de recherche aussitôt exploité. Aujourdhui, vu de loin, ce travail sur les tracts est l’exemple même de ce qu’il faut faire dans une recherche collective (étudiants et enseignants unis par une motivation commune, un même objet et une même méthodologie d’échantillonnage et de traitement) et de ce qu’il ne faut pas faire pour un ouvrage destiné au public. Intégristes de la « scientificité » et de la distanciation nécessaires aux analyses du vocabulaire politique (construction de corpus « neutres » et « représentatifs », dépouillement des formes textuelles et comptages exhaustifs, concordances et contextes, comparaisons et parentages statistiques, tris en probabilité, construction automatique des cooccurrences et des « segments répétés », indices de répétivité, de cadences d’apparition, de proximité, de « figement », probabilisation des fréquences et des cofréquences, lexicogrammes, arbres de connexion21…), nous avons trop voulu « refroidir » la recherche en ne suggérant qu’un minimum d’interprétations et en axant la publication sur les techniques d’échantillonnage, de dépouillement et d’analyse mises en œuvre. Résultat : un livre quasi illisible, paru d’ailleurs tardivement22, tant les divers collaborateurs étaient absorbés par leurs tâches premières, ne serait-ce que par le DES, l’agrégation ou la thèse.

  • 23  Sur Lexicométrie, Cooccurrences, Segments répétés, Spécificités, Situation d’énonciation et Site d (...)
  • 24  Pour donner une idée du départ et de l’évolution des enregistrements en machine, il suffit de comp (...)

12Heureusement, d’autres chantiers de recherche ont été aussi menés à bien, accouplant questions sociopolitiques et bilans lexicométriques. Ils n’ont jamais eu pour but de sortir de l’ordinateur, à s’y noyer, des listes brutes de formes, de concordances ou de segments mais, à partir de comparaisons statistiques ciblées, de mettre en rapport mots, textes et situations de communication ou sites d’emploi23. Il en a été de même, je pense, pour les travaux ultérieurement initiés au laboratoire, y compris pour ceux qui s’efforcent de dépasser vers l’analyse morphogrammaticale le formalisme graphique imposé initialement à la définition des données24. Car aux comparaisons de paradigmes lexicaux et de segments, cooccurrences et connexions syntagmatiques (Lafon, Heiden) viendront s’ajouter des études par ordinateur sur les locutions discursives (Lafon, Habert, Pineira), les séries chronologiques (Salem), la typologie des textes (Habert, Salem), etc.

13Mots : Restons-en à la période d’avant 1980. Pouvez-vous tracer un panorama des recherches sur les mots en politique effectuées jusqu’alors tant par les équipes du laboratoire que dans d’autres institutions et d’autres disciplines ? Quels chercheurs, institutions, éditeurs les ont pris en charge ?

  • 25  Premières publications d’Annie Geffroy : outre sa participation aux travaux collectifs, il faut si (...)
  • 26  Le mot lexicométrie n’est apparu qu’en 1970 dans les textes du laboratoire. Les premiers programme (...)
  • 27  Voir Les Cahiers de l’analyse des données (Dunod), revue trimestrielle depuis 1976 : application d (...)
  • 28  Guilbaud, 1980, p. 97-126. Voir la revue Mathématiques et sciences humaines du Centre de mathémati (...)
  • 29  Cahiers des utilisateurs de machines à des fins d’information et de documentation, université de N (...)

14M. Tournier : Dans les séminaires de Saint-Cloud puis de la MSH et de Paris 3, dans les polycopiés et les Annales du laboratoire, dans la collection « Saint-Cloud » ou la série portant sur la Révolution française, l’une et l’autre parues chez Klincksieck sous la direction d’Annie Geffroy25, et dans le cadre de l’INaLF (Institut national de la langue française, dirigé par Bernard Quemada), comme ultérieurement dans Mots, il ne s’est jamais agi de travaux en vase clos, mais toujours de collaboration. Même les Tracts de Mai 68 ont cumulé les recherches de deux équipes, dont celle de Maurice Mouillaud à l’université Lyon 2. D’ailleurs, les programmes de traitement informatique et statistique26 des corpus mis au point par Pierre Lafon (dès 1967 sur systèmes centraux) étaient tenus à la disposition de tout chercheur, externe comme interne, comme l’est encore aujourdhui le logiciel dont l’équipe d’André Salem assure la diffusion et la maintenance pour ordinateurs individuels à l’université de Paris 3. Ces deux linguistes-mathématiciens, ne manquons pas de le souligner, étaient conseillés dans leurs méthodes par les maitres de l’« analyse des données » (Jean-Claude Benzécri)27 et du calcul des probabilités (Georges-Théodule Guilbaud)28. À la même époque, d’autres équipes appuyées par le CNRS, la MSH et l’Université s’étaient déjà ouvertes à des recherches semblables, tant au Trésor de la Langue française de Nancy, institution de pointe (Paul Imbs, Bernard Quemada, Gérard Gorcy : dictionnaire et banque de textes informatisée, la plus importante du monde, avant 1980) qu’à l’université de Nice (Étienne Brunet et la revue du CUMFID29).

  • 30  Voir Centre de lexicologie politique, 1968-1969.
  • 31  Prost, 1974. Cet ouvrage fait partie des quatre livres initiaux, voire initiatiques, qui préconisa (...)
  • 32  Pêcheux, 1969 ; Pêcheux et al., 1982, p. 95-123. Michel Pêcheux a su remettre en cause certains pr (...)
  • 33  Lafont, 1978 ; Gardès-Madray, Lafont, 1976. Revues : Lengas et Cahiers de praxématique.
  • 34  Claire Blanche-Benveniste, dans Recherches sur le français parlé, GARS, Université de Provence, de (...)

15Revenons au seul plan du discours politique et social. Une date : le premier colloque de lexicologie politique s’est tenu à l’ENS de Saint-Cloud en avril 196830. La plupart des interventions ont évoqué des enquêtes lexicales autour d’un mot ou d’un auteur, mais quelques-unes ont permis de mettre en valeur les inventaires complets, manuels ou mécanisés, des comparaisons non paramétriques sur un corpus quarantehuitard (Tournier, 1975) et surtout, l’utilisation de l’AFC sur le vocabulaire de professions de foi électorales grâce à l’exposé de l’historien Antoine Prost31. Autour de nous, les recherches, plus ou moins automatisées, sur le vocabulaire sociopolitique ne manquaient pas. Je me dois de rappeler ici les ouvrages déjà anciens qui, outre la thèse de Jean Dubois, ont marqué les études d’avant 1980 : thèses de Jean Roche (1971) sur les candidats à la présidentielle, de Michel Launay sur le discours et le vocabulaire politiques de Rousseau (1972, 1977), les analyses de contenu, inspirées du General Enquirer, comme celles de Maurice Mouillaud, l’analyse du discours par les méthodes de grammaire automatique de Michel Pêcheux32 et de l’équipe réunie autour de sa réflexion : J. Guilhaumou, A. Grésillon (1984), C. Haroche, F. Gadet…, celles de l’équipe Gardin-Marcellesi (1974) à l’Université de Nanterre puis à celle de Rouen, au carrefour de la sociologie historique et de l’analyse du discours « à entrée lexicale » (Marcellesi, 1971). Les années soixante-dix, c’est aussi, en France, l’époque d’un renouveau de la sociolinguistique, de la naissance de la praxématique, de Robert Lafont à Paul Siblot, à Montpellier 233, et aussi des descriptions nouvelles de l’oralité, voire de la gestualité du discours34. Il faudrait parler plus longuement des « passeurs », à la fois découvreurs des « Autres », transmetteurs et reformulateurs. Tout proches de Mots, j’ai déjà cité quelques noms : Michel Pêcheux, Pierre Achard et sa revue Langage et Société (MSH), si ouverte aux novateurs, Jacques Guilhaumou, Catherine Kerbrat-Orecchioni, Dominique Maingueneau (1976, 1987), Christian Bachmann (Bachmann et al., 1981)… Nous leur devons beaucoup. Grâce à eux, nous n’avons pas travaillé en vase clos, mais en bénéficiant des apports extérieurs en problématiques et en méthodes.

16Mots : À l’étranger, où en étaient les recherches sur le vocabulaire politique, à l’époque ?

17M. Tournier : Si l’on veut évoquer l’étranger, il ne faut pas manquer de mentionner les index et concordances « en machine » faits par Michel Launay sur les textes de Rousseau à l’université de Princeton en 1965-1966, mais l’heure n’était pas encore aux recensions automatiques de vocabulaire. D’autres domaines de discours ont précédé le politique, ne serait-ce que les indexations du centre de Gallarate sur la Somme de Saint-Thomas, dirigées par le père Busa, ou les concordanciers de l’abbaye de Maredsous sur les textes bibliques, le Kant-Index en Allemagne… Perforatrices et trieuses électroniques trépidaient déjà, ne serait-ce qu’à Nancy. Mais je me laisse emporter ici par le rappel des novateurs dans l’application de l’informatique aux mots des textes. Retrouvons le domaine politique et social.

  • 35  Un colloque réunira, en octobre 1989, deux équipes (Saint-Cloud et Bari) sur le thème « La Rivoluz (...)
  • 36  Thèses de Teresa Cabré, Marina Fernandez-Lagunilla, Coloma LLéal, Emilia Anglada, Concepcion Otaol (...)
  • 37  Gill Seidel, sociologue de Bradford, a été une collaboratrice directe du laboratoire de Saint-Clou (...)
  • 38  Avec Geffroy et al., 1976 ; Hartley et al., 1979.

18Un mot sur deux centres de recherche très proches de Saint-Cloud : l’université de Bari, où Vito Carofilio (Boschetti, Carofiglio, 1973), Domenico D’Oria (1972, 1977, 1988) et Michèle Sajous ont lancé l’étude de corpus politiques dans plusieurs colloques et dans leur revue imaginative franco-italienne, Lectures, depuis 197935, et le Centro de Lexicometria fondé par Teresa Cabré à l’université centrale de Barcelone dès le début des années soixante-dix36. Venus de Grande-Bretagne, Gill Seidel37 et Anthony Hartley38 ont travaillé en collaboration étroite avec notre laboratoire pour plusieurs colloques en Grande Bretagne. L’expansion rapide du « pragmatisme anglais », issu d’Austin (1970) et de Searle (1972), relayés par Oswald Ducrot (1972, 1980) et J.-C. Anscombre, a vite compté des adeptes en France et au sein de nos équipes. Les analyses ont gagné la Suède, couplées à la statistique de vocabulaire, en particulier à l’université de Stockholm, au Centre de recherche sur le français et l’italien (et la presse, en particulier) animé par Gunnel Engwall (voir Bartning et al., 2002). Il en est de même à l’université de Lisbonne (Maria Emilia Ricardo, Dulce Carvalho) et à l’université Laval au Québec, enquêtant sur le discours politique et le problème du québécois (Annette Paquot, Jacques Zylberberg, Denis Monière…).

  • 39  Duverger, 1964 ; Bardin, 1977 ; Henry, Moscovici, 1968, p. 38-60.
  • 40  Voir aussi Driencourt, 1950 ; Charlot, 1970 ; Tournier, 1985, p. 155-187. Sur le slogan lui-même, (...)

19Mais c’est des États-Unis que sont issus les grands courants. Faire l’impasse sur l’analyse de contenu39 venue d’Amérique avec Propaganda Technique in the World War de Harold D. Laswell sur la première guerre mondiale (1927), vite mêlée, quoique concurrente, aux analyses notionnelles ou pragmatiques et surtout au magistral travail (pavlovien ?) de Serge Tchakhotine (1968) sur la seconde guerre mondiale serait une erreur, d’autant que le travail sur les symboles clés du politique et sur les techniques de persuasion collective prendra une importance croissante, ne serait-ce que dans la lignée des travaux de Jean-Pierre Faye (1972)40.

  • 41  Ami de Chagall, Bakhtine a présidé un cercle théologique à Vitebsk. Devenu invalide, il a vécu lon (...)

20Dans les pays dits de l’Est, nous avions des contacts avec l’université de Halle (Ulrich Ricken) et celle de Moscou (Galabov) ; mais l’influence de loin la plus importante, relativement tardive au vu des écarts de dates, est celle du grand linguiste russe Mikhaël Bakhtine (1977), que Roman Jacobson, Julia Kristeva, Tzvetan Todorov, Michel Pêcheux, Bernard Gardin et Patrick Sériot nous ont diversement fait connaitre. Marxiste d’apparence41, Bakhtine a exposé avec clarté des notions aujourd’hui acceptées par tous : dialectique du signe, primauté de l’énonciation, évaluation sociale et pluriaccentuation, dialogisme généralisé, interlocution, analyse fine du « discours rapporté »…

21Dans le cadre africain, moyen-oriental et oriental, mentionnons aussi les thèses soutenues à Paris par Marlène Nasr sur la rhétorique nassérienne, par Han Sangin sur les discours de Chun-Doo-Wan, par Charles Kadima-Tshimanga sur le vocabulaire du Journal des Évolués au Zaïre, par Fatima Lahbabi sur les discours du trône de Hassan II, par Irène Rabénoro sur les tracts révolutionnaires de 1975 à Madagascar, etc. La plupart de ces recherches ont été entreprises et parfois soutenues avant 1980 ; elles constituaient les prémisses de récoltes à venir.

22Mots : Arrivons en 1980. Pour résumer, quels principaux laboratoires et groupes de chercheurs sont à l’œuvre cette année-là, en prenant les mots en politique pour l’un de leurs objectifs ?Dans quelle optique disciplinaire ou interdisciplinaire ?

23M. Tournier : Je risque de beaucoup me répéter. Les mêmes noms vont revenir. Je ferai donc dans la simplification en amalgamant les équipes, selon l’« optique disciplinaire », pour caractériser quelques grands courants d’analyse (voir aussi Tournier, 1982, p. 79-101).

  • 42  ILF. Rapport d’activité de l’URL « Lexicologie et textes politiques », Saint-Cloud, 1981.
  • 43  M. Cassim, « Recherches lexicométriques et application documentaire automatique sur un corpus de p (...)

24La lexicométrie politique : Saint-Cloud, 1980. L’URL de Saint-Cloud, constitutive de l’Institut de la langue française (CNRS)42, répartit son travail entre sept chantiers principaux : Révolution française (équipe animée par Annie Geffroy et Jacques Guilhaumou), Vocabulaire socialiste (Simone Bonnafous, Maurice Tournier), Mouvement ouvrier (Benoît Habert, Josette Lefèvre), Discours communiste (René Gallissot, Denis Peschanski), Discours des droites (Pierre Fiala, Gill Seidel), Mathématique et langue (Pierre Lafon, André Salem), Applications pédagogiques (Pierre Muller, Danièle Valentin). Ces équipes accueillent des stagiaires, anglais, espagnols, italiens, québécois, marocains, zaïrois et sont en rapport avec les universités qui les envoient. La revue Mots, alors semestrielle, est lancée ; son second et son troisième numéro sont prêts ; de nombreux articles ou interventions de colloque paraissent dans d’autres revues ou ouvrages (Politique aujourd’hui, mars-avril 1980 ; Éducation et informatique, juin-juillet 1980 ; Komparatistische Hefte, no 2, 1980 ; La Recherche en sciences humaines, CNRS, 1981 ; Les bases de données textuelles, ILF Nancy, mars 1980 ; Peuple et pouvoir. Essais de lexicologie, PU Lille, 1981…). Parlons surtout du deuxième colloque organisé à l’ENS de Saint-Cloud, « Lexicologie politique du français moderne », 15-20 septembre 1980. Pour faire court, trois grands thèmes ont été débattus : « Vocabulaire politique dans le texte littéraire », « Vocabulaire du texte politique et syndical », « Méthodologies : traitements de textes et lexicométrie » (Tournier éd., 1982). En 1980-1983, nombreuses sont les thèses qui ont été soutenues par des membres du laboratoire43 : une douzaine en quatre ans, c’est dire l’effervescence de la ruche !

25Cependant, le recours à l’informatisation des données textuelles et aux analyses automatiques ne concerne pas seulement les équipes de Saint-Cloud. En France, d’autres laboratoires, à l’aide de moyens informatiques, approchent aussi les mots du politique. Mentionnons à nouveau l’équipe CNRS d’Étienne Brunet et Sylvie Mellet à l’université de Nice, la RCP-CNRS animée par Michel Pêcheux, la « stylométrie » aussi, encouragée au départ par le centre de recherche d’IBM-France – René Moreau, Jean-Marie Cotteret (1973). En 1980, leurs logiciels sont en pleine expansion. Mais autant la première préfèrera, avant qu’elle ne s’ouvre aux travaux de Damon Mayaffre sur le discours présidentiel, investir le domaine littéraire, autant les deux autres avanceront sur l’épistémologie et les analyses de la communication politique.

  • 44  Ce n’est plus de l’interdisciplinarité mais de la « transdisciplinarité », pour reprendre un terme (...)

26La sociolinguistique. Sous ce terme, nombreux sont les centres et chercheurs qui peuvent être regroupés : analystes de discours, théoriciens de l’énonciation et pragmaticiens, praxématiciens, sémiologues du social – de Roland Barthes (1953) à Louis-Jean Calvet (1973) –, conversationalistes et interactionistes, lexicologues du politique, adeptes du « marché de la langue » – Henri Lefèvre, Pierre Bourdieu (1982) –, dialectologues, ethnolinguistes et ethnographes de la communication, psychologues sociaux – Jean-Pierre Courtial (1979), Serge Moscovici (1981)… Est-ce à dire, avec Tzvetan Todorov (1972) que, dans « cette multitude de propositions », « l’incohérence se reflète dans la multitude des appellations » (Gadet, 1977, p. 99) ? Non. Tous sont conscients d’un retour nécessaire aux phénomènes de la « linguistique externe » (Saussure), évacués du champ de recherche par un saussurisme puis un chomskysme mal digérés, et poussés à l’inverse par l’anthropologie américaine – Sapir (1970), Boas – comme par la sociologie durkheimienne (Meillet, Vendryes). Réaction anti-structuraliste générale ? Non plus. Il faut remarquer que les notions de structure et de système restent encore bien ancrées dans la réflexion des sociolinguistes, ne serait-ce que, pour notre domaine, dans la pratique des « champs », des « séries associatives » en langue de Saussure et des « sémantèmes » de Charles Bally aux « champs notionnels » en usage et aux « mots-témoins » d’un fait de civilisation de Georges Matoré (1953), des « champs sémantiques » de Jost Trier aux « champs lexicaux » de Jean Dubois et aux comparaisons de paradigmes « lexico-sémantiques » systématisées à Saint-Cloud antérieurement aux cooccurrences, non moins structurantes, traitées par ordinateur… Même en texte, les mots font système. Sans célébrer « un beau mariage interdisciplinaire » avec le sourire de Françoise Gadet44, comment opérer un tri parmi les postulants au label ? Par la forme de leur propre étiquetage : ne gardons que les chercheurs qui revendiquent le nom de « sociolinguiste », en insistant sur ceux qui ont pris le politique comme terrain premier.

  • 45  Fishman, 1971 ; Goffman, 1974 ; Bernstein, 1975 ; Labov, 1976 ; Hymes, 1984. Parmi les transmetteu (...)

27Arrivée vers 1970 par un flot de traductions, l’influence de linguistes et ethnographes anglo-saxons est souvent invoquée pour tous45. Elle y a rencontré d’anciennes traditions sociologiques, de Meillet à Lefebvre (1966) et/ou structuralistes, entre Foucault, Barthes et Greimas (voir Dosse, 1991), ainsi qu’une forte influence du marxisme. Évoquons cette dernière.

  • 46  Voir Cohen, 1971. Voir aussi la série de ses Regards sur la langue française, 1950, 1963, 1966, 19 (...)
  • 47  Voir Dubois, Guilbert et al., 1960 et, à partir de la notion de la « créativité lexicale » de Guil (...)
  • 48  Baggioni, Gardin, Guespin, 1980 ; Gardin, Marcellesi, 1976 ; Marcellesi, 1977 ; Guespin, 1976. De (...)
  • 49  Le colloque « Sociolinguistique. Approches, théories, pratiques » organisé par le GRECO (27 novemb (...)

28Une École (marxiste) de sociolinguistique (GRECO), initiée à Nanterre puis basée à l’université de Rouen et s’inspirant de Marcel Cohen46, Jean Dubois, Louis Guilbert47, réunit de nombreux chercheurs autour de Jean-Baptiste Marcellesi, Bernard Gardin, Daniel Baggioni, Louis Guespin48, Claudine Normand, Régine Delamotte-Legrand. À la fois ouvert à la « nouvelle histoire », à l’enquête de terrain, à l’analyse de discours et en relation avec certains instituts des Pays de l’Est – université de Halle-Wittenberg, Ulrich Ricken (1970), son rayonnement est, à l’époque, important49. Il faut pourtant signaler, contre une « lecture trop souvent mécaniste du marxisme » (Grenon, Robin, 1975), un petit courant dissonant influencé par Louis Althusser, Georges Labica, Jean-Toussaint Desanti, Michel Pêcheux, composé de militants critiques, comme David et Daniele Kaisergruber (1975), Régine Robin, Denise Maldidier, Jacques Guilhaumou et quelques uns cités plus haut.

  • 50  Lafont, 1971. Un bilan de recherche est à lire dans Lafont, 1997.
  • 51  Voir Boyer, 1991a et 1991b, Boyer éd., 1996 et la seconde édition de ses Élements de sociolinguist (...)

29À l’écart de ce courant, une véritable « école » de la praxématique (avec Paul Siblot, Françoise Gardès-Madray, Philippe Gardy, Jeanne-Marie Barberis…) s’est développée à l’université de Montpellier, autour de la pensée et du métalangage de Robert Lafont50 (heureusement simplifié par Paul Siblot) et des Cahiers de praxématique qui verront le jour en 1983. À l’écart de cet écart, Henri Boyer créera, à la fin des années quatre-vingt, un groupe de recherche axé sur le plurilinguisme et la communication51.

  • 52  Bilans dans Langage et société, no 42, 1987, p. 27-44 et dans Langages, no 117, 1995.

30Analyses de discours, énonciation, argumentation, pragmatique discursive. La notion (idéologique) d’école n’existe plus guère, en 1980, dans ce domaine où toutes ces méthodes d’analyse du discours sont essayées. On commente son évolution : « L’analyse de discours est-elle brevetable ? » demande Pierre Achard52. Il se trouve pourtant que l’apparition, dix ans plus tôt, des propositions de la « nouvelle rhétorique » (Perelman, Olbrechts-Tyteca, 1970 ; Perelman, 1977) était venue de Belgique apporter un peu de clarté dans les innombrables débats sur l’analyse du ou des discours. Présentons deux équipes, au travail pendant l’année 1980.

  • 53  Charaudeau, 1978. Voir aussi son œuvre centrale, Le discours politique. Les masques du pouvoir, 20 (...)

31À l’université de Villetaneuse, Patrick Charaudeau53 a créé le CAD (Centre d’analyse du discours) qui a évolué de l’analyse textuelle et de la représentation des systèmes de communication à l’analyse structurale et linguistique des médias.

  • 54  Quelques articles initiaux de Langage et société : S. Branca, « Contribution à une critique des re (...)

32En 1980, l’équipe de linguistique sociale de Pierre Achard, à la MSH de Paris, se réunit autour de la revue Langage et société (créée et publiée par les Éditions de la MSH) depuis 1977. Grâce à son directeur, son ouverture aux problématiques, aux thèmes et méthodes, à leur critique, aux recherches sur tout langage et aux chercheurs étrangers est reconnue54. Quelques années plus tard, Pierre Fiala puis Pierre Achard et quelques autres intégreront le laboratoire de Saint-Cloud tout en maintenant vivante la revue (Sonia Branca).

33Histoire sociale et science politique. Autant les instituts d’étude politique et la plupart de leurs chercheurs s’intéressent peu aux vocabulaires, autant les historiens semblent avoir découvert la linguistique. Parmi les premiers, il y a d’heureuses exceptions. À Paris, Philippe Bénéton et Jean Touchard s’interrogent sur les dénominations-interprétations de la « crise de Mai-Juin 1968 » (1970, p. 503-544) ; Violette Morin étudie « l’écriture de presse » (voir Naville-Morin, 2003) ; Jean-Luc Parodi soulève des questions sémantiques à propos des usages historiques du vocabulaire (comme en témoignera, en 1990, sa table ronde sur « la popularité politique » à l’Institut d’études politiques) ; Frédéric Bon, surtout, pose aux politologues la problématique des mots en discours… La Revue française de science politique d’octobre 1973 avait pourtant ouvert le dialogue avec les linguistes de Saint-Cloud à propos du « Rapport de Déat en faveur d’un parti national unique », mais c’était un historien (Antoine Prost) qui avait permis cette rencontre. Chercheurs trop isolés.

  • 55  Voir des résultats dans Mots. Les langages du politique, no 11, 1985, no 13, 1986 et no 21, 1989. (...)

34En revanche, en province, des études sur le vocabulaire politique ont trouvé des équipes et des chantiers collectifs. L’exemple est donné à l’université de Grenoble, où Alexandre Bourmeyster, Patrick Sériot, Alexis Berelovitch et leur équipe de recherche font paraitre, depuis le début des années quatre-vingt, une revue consacrée à l’analyse « sémiologique, linguistique et discursive » du discours et de la « logophilie » soviétiques, Essais sur le discours soviétique. Sa thèse terminée (1985), Patrick Sériot va particulièrement travailler sur les énoncés en langue de bois, et cela en discussion avec l’équipe de Saint-Cloud55. À l’Institut d’études politiques de Grenoble proprement dit, on ne peut manquer de souligner les travaux, déjà avancés en 1980, autour de Dominique Labbé sur le discours communiste français et les analyses lexicométriques du vocabulaire de François Mitterrand (Labbé, 1977, 1983, 1990). À l’Institut d’étude politique de Lyon, des chercheurs se montrent aussi sensibles aux mots et aux lexies : ainsi pour « Front de classe », étudié en politiste par Paul Bacot (1978, p. 277-295). En Italie, trois Instituts d’études politiques sont assez avancés dans des recherches sur les mots du politique : l’IEP de Milan, avec Francesco Siccardo (1974, 1979), l’IEP de Gênes, et l’IEP de Rome où travaille Francesca Cabasino, professeur à l’université La Sapienza depuis sa thèse sur l’énonciation et l’argumentation chez Malraux (1983, 2001). Ses collaborations à Mots. Les langages du politique sont très appréciées.

  • 56  Voir le colloque international organisé à Mont-Saint-Aignan en 1984 : Problèmes de glottopolitique(...)
  • 57  Voir, de Michel Chansou, sa thèse résumant toute une carrière de « sociolexicologue » (Chansou, 19 (...)
  • 58  Voir Catach éd., 1973 ; Catach, 2001 (ouvrage posthume).
  • 59  Voir Calvet, 1987 et Mots. Les langages du politique, no 28, 1991.

35Quant aux historiens sociaux, dont nous avons beaucoup parlé, ils officient dans de multiples groupes de travail et, dès 1980, l’étude du vocabulaire leur parait aller de soi. Rappelons simplement, à la Sorbonne, le Centre d’histoire sociale dirigé par Louis Girard, le Centre de sémantique historique d’Alphonse Dupront (1968) et le Centre d’histoire du syndicalisme, en liaison avec le Musée social qu’anime Antoine Prost. Au CEVIPOF de Paris, René Mouriaux anime des recherches sur le discours syndical en liaison avec Saint-Cloud (Mouriaux et al., 1998). Reste, entre linguistique et histoire sociale, un thème partagé qui est, curieusement, peu traité en commun : les politiques de la langue, ou « glottopolitiques »56.Les linguistes semblent avoir occupé ce terrain, car des institutions importantes – Conseil supérieur de la langue française, Commissions de terminologie57, institutions de la Francophonie, lois et circulaires gouvernementales – s’en sont emparé en grande partie, depuis Villers-Cotteret, l’Académie de Richelieu et, plus encore, depuis les lois Ferry, cela sans compter les institutions et associations de défense ou de réforme du français et de ses habitudes graphiques58. Leur travail n’est pas à négliger, certes, mais il pose de sérieux problèmes de dirigisme linguistique, dont leurs propres chercheurs sont bien conscients. La sacralisation du français est une réalité sociale, voire un terrain de disputes, que l’on soit pour ou contre telle ou telle réforme59. Elle fait partie des enjeux de la communication et de la dominance. Et la recherche, en France et sans doute ailleurs, se doit de composer avec l’État, ses institutions et les modes. Comme si chaque mot était un lieu de pouvoir… Fidèles au doute méthodique, soyons donc pessimistes sur les usages du vocabulaire avant de les passer au crible de la critique, tant il est vrai que « ces mots, qui neuf fois sur dix pensent pour nous, économisent à l’individu l’effort de penser » (Wagner, 1980, p. 27).

Haut de page

Bibliographie

Adda R. et al. éd., 1979, Néologie et lexicologie. Hommage à Louis Guilbert, Paris, Larousse.

Agulhon M., 1970, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, Paris, Société des études robespierristes.

— 2008, Les mots de la République, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Althusser L., 1970, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », La Pensée, no 151, juin.

Arnault R., Cavaciuti L., Geffroy A., Tournier M., 1969, « Le vocabulaire de la Révolution. Pour un inventaire systématique des textes », Annales historiques de la Révolution française, no 195, p. 109-124.

Austin J.-L., 1970, Quand dire c’est faire, Paris, Le Seuil.

Bachmann C., Lindenfeld J., Simonin J., 1981, Langage et communications sociales, Paris, CREDIF-Hatier.

Bacot P., 1978, « Le Front de classe », Revue française de science politique, no 28, p. 277-295.

Baggioni D., Gardin B., Guespin L., 1980, Pratiques linguistiques, pratiques sociales, Paris, PUF.

Bakhtine M. (Volochinov V. N.), 1977, Le marxisme et la philosophie du langage, Paris, Minuit.

Balandier G., 1980, Le pouvoir sur scène, Paris, Balland.

Balibar R., 1985, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, PUF.

Balibar R., Laporte D., 1974, Le français national. Politique et pratique de la langue nationale sous la Révolution, Paris, Hachette.

Bardin L., 1977, L’analyse de contenu, Paris, PUF.

Barthes R., 1953, Le degré zéro de l’écriture, Paris, Le Seuil.

Bartning I., Falk J., Fant L. et al., 2002, Mélanges en hommage à Gunnel Engwall, CD-Rom, Stockholm, Universitet Stockholms, Almsqvist & Wiksells, p. 233-242.

Bénéton P., 1974, Histoire de mots. Culture et civilisation, Paris, Presses de la FNSP.

Bénéton P., Touchard J., 1970, « Les interprétations de la crise de Mai-Juin 1968 », Revue française de science politique, no 3, juin, p. 503-544.

Benveniste E., 1969, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Minuit, 2 vol. 

— 1970, « Structure de la langue et structure de la société », Linguaggi nella società e nella tecnica, Milan, Edizioni di Comunità.

— 1981 [1966], Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 2 vol. 

Bergounioux A., Launay M., Mouriaux R., Sueur J.-P., Tournier M., 1982, La parole syndicale. Étude du vocabulaire confédéral des centrales ouvrières françaises (1971-1976), Paris, PUF.

Bernstein B., 1975, Langage et classes sociales. Codes sociolinguistiques et contrôle social, Paris, Minuit.

Bonnafous S., 1991, L’immigration prise aux mots, Paris, Kimé.

Boschetti A., Carofiglio V., 1973, Pour une analyse du langage politique français. Nationalisme, fascisme, Front populaire, Milan, Facoltà di Scienze politiche.

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Boyer H., 1991a, Langues en conflit. Études sociolinguistiques, Paris, L’Harmattan.

— 1991b, Le langage en spectacle, Paris, L’Harmattan.

— 1996, Élements de sociolinguistique, Paris, Dunod.

Boyer H. éd., 1996, Sociolinguistique, territoires et objets, Neuchâtel, Delachaux-Niestlé.

Bruguière A., 2006, L’École des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob.

Brunet E., 1978, Le vocabulaire de Jean Giraudoux. Structure et évolution, thèse, Genève, Slatkine.

Brunot F., 1979 [1966], Histoire de la langue française des origines à nos jours, Paris, Armand Colin, 21 vol. Nouvelle édition : G. Antoine, G. Gougenheim, R. L. Wagner éd.

Cabasino F., 1983, Malraux e De Gaulle. Enunciazione e argomentazione nel discorso memorialistico, thèse, Rome, Bulzoni.

— 2001, Formes et enjeux du débat public. Discours parlementaire et immigration, Rome, Bulzoni.

Calbris G., 1979, « L’Index signifiant », Études de linguistique appliquée, no 35, p. 91-108.

Calbris G., Porcher L., 1989, Geste et communication, Paris, CREDIF-Hatier.

Calvet L.-J., 1973, Roland Barthes. Un regard politique sur le signe, Paris, Payot.

— 1974, Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris, Payot.

— 1987, La guerre des langues et les politiques linguistiques, Paris, Payot.

Catach N., 2001, Histoire de l’orthographe française, Paris, Champion.

Catach N. éd., 1973, Langue française, no 20, L’orthographe.

Centre de lexicologie politique, 1968-1969, Formation et aspects du vocabulaire politique français, xviie-xx e siècles, Actes publiés dans trois livraisons des Cahiers de lexicologie, 1968 (no 2), 1969 (no 1 et 2).

Chansou M., 1998, Recherches en sociolexicologie. Vocabulaires techniques et aménagement lexical en français contemporain, thèse, Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion.

Charaudeau P., 1978, Les conditions linguistiques d’une analyse de discours, thèse, Université de Lille 3.

— 2005, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

— 2008, Petit traité de politique à l’usage du citoyen, Paris, Vuibert.

Charaudeau P., Maingueneau D. éd., 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil.

Charlot J., 1971, Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1971.

Charlot M. éd., 1970, La persuasion politique, Paris, Armand Colin.

Cohen D., 1970, Mélanges Marcel Cohen. Études de linguistique, ethnographie et sciences connexes [...] avec des articles et études inédits de Marcel Cohen, La Haye, Mouton.

Cohen M., 1950, Regards sur la langue française, Paris, Éditions sociales (chez le même éditeur : 1963, Nouveaux regards sur la langue française ; 1966, Encore des regards sur la langue française ; 1972, Une fois de plus des regards sur la langue française).

— 1971 [1956], Matériaux pour une sociologie du langage, Paris, Maspero, 2 vol. 

Cotteret J.-M., 1973, Gouvernants et gouvernés, Paris, PUF.

Cotteret J.-M., Moreau R., 1969, Le vocabulaire du Général de Gaulle, Paris, Armand Colin.

Coulomb-Gully M., 1994, « La rhétorique et l’image des hommes politiques à la télévision. Une analyse expérimentale de R. D. Masters et D. Muzet, Mots. Les langages du politique, no 40, septembre, p. 99-105.

Courtial J.-P., 1979, La communication piégée, Paris, Jauze.

D’Oria D., 1972, La structure politique de la société française au xviie siècle dans les dictionnaires, Bari, Adriatice editrice.

— 1977, Les tabous sexuels dans les dictionnaires monolingues français contemporains, Lecce, Adriatica editrice Salentina.

— 1988, Dictionnaire et idéologie (textes de 1972 à 1985), Fasano-Paris, Schena-Nizet.

Dautrey P., Muller P., Sarrazin M., 1990, « Regards sur la guerre en 1915 », Mots. Les langages du politique, no 24, septembre, Paroles de la Grande Guerre, D. Bonnaud-Lamotte, M. Tournier éd.

Demonet M., Geffroy A., Gouazé J., Lafon P., Mouillaud M., Tournier M., 1978 [1975], Des tracts en Mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, Paris, Champ libre (1re édition : Presses de la FNSP).

Dosse F., 1991, Histoire du structuralisme, t. I, Le champ du signe, 1945-1966, Paris, La Découverte.

Driencourt J., 1950, La propagande, nouvelle force politique, Paris, Armand Colin.

Dubois J., 1962, Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse.

Dubois J., Guilbert L., Mitterand H., Pignon J., 1960, « Le mouvement général du vocabulaire français de 1944 à 1960 d’après un dictionnaire d’usage », Le Français moderne, avril-juillet.

Ducrot O., 1972, Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann.

Ducrot O. et al., 1980, Les mots du discours, Paris, Minuit.

Dupront A., 1968, « Sémantique historique et histoire », Cahiers de lexicologie, no 13, p. 15-25.

Duverger M., 1964, « L’analyse de contenu », Méthodes des sciences sociales, Paris, PUF.

Etiemble, 1964, Parlez-vous franglais ?, Paris, Gallimard.

Faye J.-P., 1972, Langages totalitaires, Paris, Hermann.

Fèvre L., 1930, Civilisation. Le mot et l’idée, Paris, La Renaissance du Livre.

Fishman J. A., 1971, Sociolinguistique, Bruxelles-Paris, Labor-Nathan.

Foucault M., 1967, Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

Gadet F., 1977, « La sociolinguistique n’existe pas : je l’ai rencontrée », Dialectiques, no 20, La politique des langages, p. 99-118.

Gadet F., Pêcheux M., 1981, La langue introuvable, Paris, Maspero.

Gardès-Madray F., Lafont R., 1988 [1976], Introduction à l’analyse textuelle, Montpellier, Presses de l’université de Montpellier (1re édition : Paris, Larousse).

Gardin B., Marcellesi J.-B., 1974, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Larousse.

Gardin B., Marcellesi J.-B. éd., 1980, Sociolinguistique. Approches, théories, pratiques, colloque organisé par le GRECO à Rouen, 27 novembre-2 décembre 1978, Paris, PUF, 2 vol. 

Geffroy A., 1974, « Formes de base et formes spécifiques dans le discours robespierriste », Cahiers de lexicologie, no 2, p. 96-116.

— 1980, « Trois successeurs de Marat pendant l’été 1793. Analyse lexicométrique des spécificités », Mots. Les langages du politique, no 1, p. 167-187.

Geffroy A., Guilhaumou J., Hartley A., Salem A., 1976, « Factor analysis and lexicometrics : shifters in some texts of the French Revolution (1793-1794) », Colloque de Cardiff, The Computer in Literary and Linguistic Research, Cardiff, University of Wales Press, p. 177-193.

Geffroy A., Guilhaumou J., Robin R., Salem A., 1975, « Sur la Révolution française », Bulletin du Centre d’analyse du discours de l’Université de Lille 3, no 2.

Geffroy A., Lafon P., Seidel G., Tournier M., 1973, « Lexicometric analysis of co-occurrences », Colloque ALLC d’Edimbourg, mars 1972, Edimbourg University Press, p. 113-133.

Glatigny M., Guilhaumou J. éd., 1981, Peuple et pouvoir. Étude de lexicologie politique, Lille, Presses universitaires de Lille.

Gobard H., 1976, L’aliénation linguistique, analyse tétraglossique, Paris, Flammarion.

Goffman E., 1974, Les rites d’intégration, Paris, Minuit.

Gouazé J., Mouillaud M., Serverin E., Tétu J.-F., 1979, Stratégies de la presse et du droit au procès de Bobigny, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Gougenheim G., 1970, Études de grammaire et de vocabulaire français, Paris, Picard.

Gougenheim G. et al., 1964, L’élaboration du français fondamental, Paris, Didier.

Greimas A. J., 1967, Sémantique structurale, Paris, PUF.

Grenon M., Robin R., 1975, « Pour la déconstruction d’une pratique historique », Dialectiques, no 10-11, p. 5-32.

Grésillon A., 1984, La règle et le monstre. Le mot-valise, thèse, Tübingen, Niemeyer.

Guespin L., 1976, Langages, no 41, Typologie du discours politique.

Guilbaud G. T., 1980, « Zipf et les fréquences », Mots. Les langages du politique, no 1, p. 97-126.

Guilhaumou J., 1978, « Un effet populaire dans le Père Duchesne, la figuralité du corps », Travaux de lexicométrie et de lexicologie politique, no 3.

Guilhaumou J., Lüsebrink H. J., 1981, « La pragmatique textuelle et les langages de la Révolution française », Mots. Les langages du politique, no 2.

Guilhaumou J., Robin R. éd., 1975, « Sur la Révolution française », Bulletin du Centre d’analyse du discours, no 2.

Guilhaumou J. et al. éd., 1985-2006, Dictionnaire des usages sociopolitiques (1770-1815), Klincksieck (fascicules 1 à 6) puis Champion (fascicules 7 et 8).

Habert B., Nazarenko A., Salem A., 1997, Les linguistiques de corpus, Paris, Armand Colin.

Hartley A., Lafon P., Tournier M. éd., 1979, « A new lexicometric approach to cooccurrences in a text », Colloque de Birmingham, Bulletin Association for Literary and Linguistic Computing Stockport, vol. VII, no 3, p. 238-247.

Helgorsky F., 1973, « La sociolinguistique aux États-Unis et en France », Le Francais moderne, t. XLI, p. 387-390.

— 1981,« La sociolinguistique aux États-Unis et en France », Langage et communications sociales, C. Bachmann et al., Paris, CREDIF-Hatier.

Henry P., Moscovici S., 1968, « Problèmes de l’analyse de contenu », Langage, no 11, p. 38-60.

Hymes D., 1984, Vers la compétence de communication, Paris, CREDIF-Hatier.

Kaisergruber D. et D., 1975, « Théorie des significations », Dialectiques, no 3.

Kerbrat C., Tournier M., 1967, Propositions pour une méthode systématique d’inventaire du vocabulaire politique en France, Saint-Cloud, ENS Saint-Cloud.

Kerbrat-Orecchioni C., 1980, L’énonciation de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

— 1990-1994, Les interactions verbales, Paris, Armand Colin, 3 vol. 

La Pensée, 1980, no 209, Langage et processus sociaux.

Labbé D., 1977, Le discours communiste, Paris, Presses de la FNSP.

— 1983, François Mitterrand. Essai sur le discours, Grenoble, La Pensée sauvage.

— 1990, Le vocabulaire de François Mitterrand, Paris, Presses de la FNSP.

Labov W., 1976, Sociolinguistique, Paris, Minuit.

Lafon P., 1980, « Sur la variabilité de la fréquence des formes dans un corpus », Mots. Les langages du politique, no 1, octobre, p. 127-165.

— 1981a, « Statistiques des localisations des formes d’un texte », Mots. Les langages du politique, no 2, mars, p. 157-188.

— 1981b, « Analyse lexicométrique et recherche des cooccurrences », Mots. Les langages du politique, no 3, octobre, p. 95-148.

— 1984, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion.

Lafont R., 1971, « Un problème de culpabilité sociologique », Langue française, no 9.

— 1978, Le travail et la langue, Paris, Flammarion.

— 1997, Quarante ans de sociolinguistique à la périphérie, Paris, L’Harmattan.

Langage et société, 1987, no 42, décembre, 10 ans de Langage et Société.

Langages, 1971, no 23, Le discours politique.

Launay M., 1972, Jean-Jacques Rousseau écrivain politique, Cannes-Grenoble, CEL-ACER.

— 1977, Le vocabulaire politique de Jean-Jacques Rousseau, Genève-Paris, Slatkine-Champion.

Lebart L., Salem A.,1988, Analyse statistique des données textuelles, Paris, Dunod.

Lefebvre H., 1966, Le langage et la société, Paris Gallimard.

Littré É., 1867, Études sur les Barbares et le Moyen Âge, Paris, Didier.

Maingueneau D., 1976, Initiation aux méthodes de l’analyse du discours, Paris, Hachette.

— 1987, Nouvelles tendances en analyse du discours, Paris, Hachette.

Maingueneau D. éd., 1995, « Les analyses du discours en France », Langages, no 117.

Maldidier D., 1970, « Analyse linguistique du vocabulaire politique de la guerre d’Algérie », thèse, document dactylographié, Nanterre.

— 1990, L’inquiétude du discours. Un trajet dans l’histoire de l’analyse du discours : le travail de Michel Pêcheux, Paris, Cendres.

Marcellesi J.-B., 1971, Le congrès de Tours (décembre 1920), thèse, Paris, Le Pavillon.

Marcellesi J.-B. éd., 1977, Langages, no 46, Langage et classes sociales. Le marrisme.

Matoré G., 1953, La méthode en lexicologie. Domaine français, Paris, Didier.

Meillet A., 1975, Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion.

Miller G., 1975, Les Pousse-au-jouir du maréchal Pétain, thèse de 3e cycle, Paris, Le Seuil.

Moscovici S., 1981, L’âge des foules, Paris, Fayard.

Mots, 1985, no 11, octobre, Langues d’État. Peuple / pueblo / pays. Spécificités. Sloganisation.

Mots, 1986, no 13, octobre, Identités : Femmes, Asie, Paris, Espagne, Algérie. Langue de bois.

Mots. Les langages du politique, 1989, no 21, décembre, Langues de bois ?, P. Fiala, C. Pineira, P. Sériot éd.

Mots. Les langages du politique, 1991, no 28, septembre, Orthographe et société, N. Catach, L. Petitjean, M. Tournier éd.

Mouchon J., 1994, « Les incertitudes de l’écoute politique », Mots. Les langages du politique, no 40, septembre, p. 66-81.

Mouriaux R. et al., 1998, Le syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Syllepse.

Muller C., 1979, Langue française et linguistique quantitavive, Genève, Slatkine.

Muller P., 1994, Jaurès. Vocabulaire et rhétorique, thèse, Paris, Klincksieck.

Naville-Morin V., 2003 [1969], L’écriture de presse, Québec, Presses de l’université du Québec (1re édition : Paris, Mouton).

Normand C., Sitri F. éd., 1993, Linx, no 8, Hommage à Denise Maldidier, Paris, Cendres.

Pêcheux A. et al., 1986, « Bibliographie des travaux de Michel Pêcheux », Mots. Les langages du politique, no 13, octobre, p. 195-200.

Pêcheux M., 1969, Analyse automatique du discours, Paris, Dunod.

— 1975, Les vérités de La Palice, Paris, Maspero.

Pêcheux M. et al., 1982, « Présentation de l’AAD 69. Théorie, procédures, résultats, perspectives », Mots. Les langages du politique, no 4, p. 95-123.

Perelman C., 1977, L’empire rhétorique. Rhétorique et argumentation, Paris, Vrin.

Perelman C., Olbrechts-Tyteca L. M., 1970, Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Université de Bruxelles.

Peschanski D., 1988, Et pourtant ils tournent. Vocabulaire et stratégie du PCF (1934-1936), Paris, Klincksieck.

Prost A., 1974, Le vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF.

Quemada B., 1977, « Du social dans la langue à la sociolinguistique appliquée », Dialectiques, no 20.

Reboul O., 1975, Le slogan, Paris, Complexe.

Récanati F., 1979, La transparence et l’énonciation. Pour introduire à la pragmatique, Paris, Le Seuil.

Rey A., 1989, Révolution. Histoire d’un mot, Paris, Gallimard.

Richard-Zappella J., 1994, compte rendu de lecture sur « Réception, télévision, médias. À la recherche du public, Hermès, no 11-12, 1993 », Mots. Les langages du politique, no 40, septembre, p. 125-131.

Richaudeau F., 1973, Le langage efficace, Paris, Marabout.

Ricken U. éd., 1970, Struktur und Funktion des Sozialen Wortschatzes in der Französischen Literatur, Halle-Wittenberg, Martin-Luther Universität.

Robin R., 1970, La société française en 1789. Semur en Auxois, Paris, Plon.

— 1973, Histoire et linguistique, Paris, Armand Colin.

Roche J., 1971, Le style des candidats à la présidence de la République (1965, 1969). Étude quantitative de stylistique, thèse, Toulouse, Privat.

Romantisme, 1975, no 9, Le peuple.

Salem A., 1987, Pratique des segments répétés, Paris, Klincksieck.

Sapir E., 1970, Le langage. Introduction à l’étude de la parole, Paris, Payot.

Schwartzenberg R.-G., 1977, L’État spectacle, Paris, Flammarion.

Searle J., 1972, Les Actes de langage, Paris, Hermann.

Seidel G., 1977, « Verbal strategies and the politics of ambiguity. A sociolinguistic investigation into a corpus of french political tracts of May 1968 », PHD, University of Sussex.

— 1984, « Le discours d’exclusion. Les mises à distance, le non-droit », Mots. Les langages du politique, no 8, mars, p. 5-16.

— 1985, « Political Discourse Analysis », Handbook of Discourse Analysis, A. Van Dikj éd., Londres, New York, Academic Press, vol. IV, p. 43-60.

— 1986, « The Holocaust denial. Antisemitism, racism, and the new right », Leeds, Beyond the Pale.

Sekhraoui M., 1983, Concordances. Étude de vocabulaire, Saint-Cloud, ENS Saint-Cloud.

Sériot P., 1985, Les slavophiles et le problème du pouvoir, thèse, Université de Grenoble 3.

Siccardo F., 1974, « République et républicain. Contribution à l’histoire des deux mots », Annali della Facoltà di Scienze Politiche, Milan, Université de Milan.

— 1979, Intégriste e integrismo. Stratigrafia di due vocabule francesi, Facoltà di Scienza Politiche, Gênes, Université de Gênes.

Taguieff P.-A., 1984a, « La stratégie culturelle de la Nouvelle Droite en France », Vous avez dit fascismes ?, R. Badinter éd., Paris, Arthaud-Montalba, p. 13-52.

— 1984b, « Les présuppositions définitionnelles d’un indéfinissable : le racisme », Mots. Les langages du politique, no 8, mars, L’autre, l’étranger. Présence et exclusion dans le discours, p. 71-107.

— 1986, Mots. Les langages du politique, no 12, mars, Droites, Nouvelle droite, Extrême droite, S. Bonnafous, P.-A. Taguieff éd.

— 1988, La force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte.

— 1989, Mots. Les langages du politique, no 18, mars, Racisme et antiracisme. Frontières et recouvrements, S. Bonnafous, P.-A. Taguieff éd.

Tchakhotine S., 1968 [1952], Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard (nouvelle édition augmentée).

Tournier M., 1967, « Vocabulaire politique et inventaire sur machine » et « Méthode d’inventaire exhaustif du vocabulaire des textes politiques français », Cahiers de lexicologie, no 10, p. 67-102.

— 1975, Un vocabulaire ouvrier en 1848. Essai de lexicométrie, thèse, Saint-Cloud, ENS de Saint-Cloud, 4 vol. 

— 1982, « Les vocabulaires politiques à l’étude aujourdhui (1962-1982) », Raison présente, no 62, p. 79-101.

— 1985, « Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la sloganisation », Mots. Les langages du politique, no 11, octobre, p. 155-187.

— 2007, Les mots de Mai 68, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Tournier M. éd., 1982, Actes du 2e Colloque de lexicologie politique, 15-20 septembre 1980, Paris, Klincksieck, 3 vol. 

Vardar B., 1969, Étude lexicologique d’un champ notionnel : Liberté, de 1627 à 1642, Istanbul, Istanbul Universitesi.

Vovelle M., 1972, La chute de la monarchie, Paris, Le Seuil.

— 2004, Les mots de la Révolution, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Wagner R. L., 1980, Essais de linguistique française, Paris, Nathan.

— 1982, « Lexicologie et histoire » (texte inédit), Mots. Les langages du politique, no 5, octobre, En hommage à Robert-Léon Wagner, p. 15-23.

— « Morphologie et description synchronique » (texte inédit), Mots. Les langages du politique, no 6, mars, L’œuvre de R.-L. Wagner. Vocabulaire et idéologie. Analyses automatiques, p. 15-20.

Winther A. éd., 1985, Problèmes de glottopolitique, Colloque international organisé à Mont-Saint-Aignan en 1984, Rouen, Publications de l’Université de Rouen.

Zaremba et al. éd., 1989, La langue de bois en Pologne, Colloque sur les problèmes du polonais contemporain, Université Jagellon de Cracovie, 16-17 janvier 1981, Aix-en-Provence, Université de Provence.

Haut de page

Notes

1  L’étude de Lucien Febvre, Civilisation. Le mot et l’idée, date de 1930. Ce mot-thème a été repris par les linguistes Ferdinand Brunot en 1930 et Émile Benveniste en 1954, par l’historien Alphonse Dupront en 1965 et enfin, avec « Culture », par le politologue Philippe Bénéton en 1973 (voir Bénéton, 1974). Ce type de monographies extensives permet de dépasser le cadre d’un mot-pivot et d’ouvrir à l’histoire des mentalités et des rapports de pouvoir : ainsi des mots peuple (Romantisme, 1975 ; Glatigny, Guilhaumou éd., 1981), liberté (Vardar, 1969), révolution (Rey, 1989), nation, grève, race

2  Voir Robin, 1970, suivi par son grand ouvrage de réflexions sur les rapports de l’historien et du linguiste, qui dénonce la naïveté de la perception sans médiation sociocritique des langues et des discours (Robin, 1973). Voir aussi Arnault et al., 1969, p. 109-124.

3  Essentiels : son pamphlet, Les vérités de La Palice (Pêcheux, 1975), l’un des ouvrages fondateurs en France de l’analyse du discours (avec le no 37 de Langages, paru la même année) ; voir aussi Gadet, Pêcheux, 1981 et un recueil de ses textes réalisé par Denise Maldidier (1990). Voir enfin la bibliographie des travaux de M. Pêcheux dans Mots (Pêcheux, 1986, p. 195-200).

4  Premières publications : Guilhaumou, Robin éd., 1975 ; Guilhaumou, 1978 ; Guilhaumou, Lüsebrink, 1981. Une part des recherches sur les mots révolutionnaires passera dans le Dictionnaire des usages sociopolitiques (1770-1815), dont le premier volume (Guilhaumou et al. éd.) sortira chez Klincksieck en 1985.

5  Voir sa bibliographie dans Hommage à Denise Maldidier (Normand, Sitri éd.,1993). Sa thèse, « Analyse linguistique du vocabulaire politique de la guerre d’Algérie » (Nanterre), date de 1970.

6  Brunot, 1979, 21 vol. Une continuation pour les périodes 1880-1914, 1914-1945, 1945-2000 a été menée à bien ; chacune comporte un chapitre consacré au vocabulaire politique.

7  « L’ordre sémantique s’identifie au monde de l’énonciation et à l’univers du discours » (Benveniste, 1981, p. 64).

8  Centre d’étude et de recherche pour la diffusion du français. Voir Gougenheim et al., 1964.

9  Continuateur d’Émile Littré analysant le Polyptique d’Irminon (Études sur les Barbares et le Moyen Âge, Paris, Didier, 1867) ; on trouve l’application de ces règles dans son traitement des termes médiévaux : Gougenheim, 1970, p. 281-376.

10  Sur Robert-Léon Wagner, voir Mots, no 5, 1982 et no 6, 1983 (deux inédits de 1964 et 1975). Le premier numéro s’ouvre sur un article de Robert-Léon Wagner concernant les « désarrois » de Ferdinand de Saussure. Le second comporte une bibliographie de son œuvre par Annie Geffroy, p. 181-190.

11  « Il est évident que les causes dont dépendent les faits linguistiques doivent être de nature sociale et que, seule la considération des faits sociaux permettra de substituer en linguistique à l’examen des faits bruts la détermination des procès. » (Meillet, 1975, p. 232)

12  « Le caractère relatif de la valeur ne peut dépendre de l’arbitraire du signe. » (Benveniste, 1981 [1966], t. I, p. 54).

13  Rappelons que les premiers chapitres de la Sémantique structurale de Greimas (1967) ont été polycopiés à l’ENS de Saint-Cloud et diffusés par nos soins à partir de 1964.

14  Etiemble, 1964. Sur la colonisation linguistique, voir Gobard, 1976 et surtout, moins polémique et plus précis, Calvet, 1974.

15  Index (réalisés à la main puis en machine dès 1966) d’écrivains et d’orateurs politiques : Malebranche (Majid Sekhraoui), Rousseau (Michel Launay), Montesquieu ( Jean-Marie Goulemot), Voltaire (Georges Mailhos), Robespierre et Marat (Annie Geffroy), Auguste Comte (Raymond Lallez), Hugo (Nelly Danjou), Stendhal ( Jean-Marie Gleize), Vallès (Ida Porfido), Eluard (Marie-Renée Guyard), surréalistes (Danièle Bonnaud-Lamotte, Henri Béhar, Jean-Luc Rispail), Pétain (Gérard Miller), etc., puis index de corpus « populaires » : Père Duchesne ( Jacques Guilhaumou), affiches révolutionnaires, échantillons de 1848 (Maurice Tournier), Congrès CGT, CFTC, CFDT, FO ( Josette Lefèvre), discours communistes (Denis Peschanski), tracts de Mai (Gabrielle Muc)… Une bonne part des textes « mis en machine » par cartes perforées et en stockage sur bandes ont hélas disparu, entre les changements de supports, l’évolution des matériels et des logiciels, la dispersion des chantiers de recherche… et les déménagements du laboratoire initial.

16  Signalons, dans les livraisons de Mots, de 1980 à 1985, les textes de Catherine Slater, Marlène Nasr, Hans Jürgen Lüsebrink, Nyanda Ya Rubango, Gill Seidel, Liliane Hasson, Jacques Zylberberg, Ulrich Ricken, Waldo Rojas, Bajana Kadima-Tshimanga, Vito Carofiglio, Rolf Reichardt, Marina Fernandez, Annette Paquot, Teresa Cabré, Noémi Goldman, Fatima Jamaï-Lahbabi, Domenico d’Oria, Agata Niewiarowska.

17  Animateurs, avec Yvon Teneur, de l’équipe « Discours communiste » du laboratoire. Un repère : Peschanski, 1988.

18  Repères : 1984a ; 1984b, p. 13-152 ; 1986 ; 1988, 1989.

19  Repères : Dautrey et al., 1990 ; Muller, 1994.

20  Parmi les chroniqueurs de Mots. Les langages du politique, n’oublions pas les subtils apports philologiques apportés par Odon Vallet, historien des religions, auteur d’une trentaine de chroniques.

21  Voir, sur cet aspect lexicométrique, les ouvrages de Lafon (1984), Salem (1987), Lebart et Salem (1988), Sekhraoui (1983).

22  Demonet et al., 1975, rééd. 1978. Des articles ont devancé cette publication, ainsi dans Charlot, 1971, p. 64-91. Dernier avatar de cette recherche : Tournier, 2007.

23  Sur Lexicométrie, Cooccurrences, Segments répétés, Spécificités, Situation d’énonciation et Site d’emploi, voir Charaudeau, Maingueneau éd., 2002.

24  Pour donner une idée du départ et de l’évolution des enregistrements en machine, il suffit de comparer deux textes initiaux concernant les corpus de formes textuelles (Kerbrat, Tournier, 1967, et Tournier, 1967, p. 67-102) à un ouvrage, bien plus ambitieux, présentant les « corpus annotés » (Habert et al., 1997). L’optique de recherche a totalement changé.

25  Premières publications d’Annie Geffroy : outre sa participation aux travaux collectifs, il faut signaler deux articles : Geffroy 1974, p. 96-116 et Geoffroy 1980, p. 167-187.

26  Le mot lexicométrie n’est apparu qu’en 1970 dans les textes du laboratoire. Les premiers programmes d’analyse lexicométrique appliqués aux textes politiques ont fait l’objet d’articles de Pierre Lafon dans Mots (1980, p. 127-165 ; 1981a, p. 156-188 ; 1981b, p. 95-148).

27  Voir Les Cahiers de l’analyse des données (Dunod), revue trimestrielle depuis 1976 : application dans tous les domaines du dénombrable, y compris à la lexicologie, de l’AFC (analyse factorielle des correspondances) et des classifications automatiques. Voir « Annonce d’un ouvrage sur la pratique de l’analyse des données en linguistique » dans le no 4, 1980.

28  Guilbaud, 1980, p. 97-126. Voir la revue Mathématiques et sciences humaines du Centre de mathématique sociale (Georges-Théodule Guilbaud, EPHE).

29  Cahiers des utilisateurs de machines à des fins d’information et de documentation, université de Nice, à partir de 1970. Thèse d’Étienne Brunet, 1978.

30  Voir Centre de lexicologie politique, 1968-1969.

31  Prost, 1974. Cet ouvrage fait partie des quatre livres initiaux, voire initiatiques, qui préconisaient l’application de mesures (métrie) aux analyses du vocabulaire (lexico) politique, dont Cotteret, Moreau, 1969 et les thèses de Jean Roche et de Jean Dubois citées plus haut.

32  Pêcheux, 1969 ; Pêcheux et al., 1982, p. 95-123. Michel Pêcheux a su remettre en cause certains processus de l’AAD : moments de doute. Pourtant des chercheurs sauront en tirer d’excellentes analyses, ainsi Simone Bonnafous dans sa thèse sur le vocabulaire socialiste.

33  Lafont, 1978 ; Gardès-Madray, Lafont, 1976. Revues : Lengas et Cahiers de praxématique.

34  Claire Blanche-Benveniste, dans Recherches sur le français parlé, GARS, Université de Provence, depuis 1979. Sur la gestuelle, voir Calbris, 1979, p. 91-108 ; Calbris, Porcher, 1989.

35  Un colloque réunira, en octobre 1989, deux équipes (Saint-Cloud et Bari) sur le thème « La Rivoluzione dell’89 e dopo ». Actes dans Lectures, no 24 et no 25, Bari, Edizioni dal Sud, 1989 I et II.

36  Thèses de Teresa Cabré, Marina Fernandez-Lagunilla, Coloma LLéal, Emilia Anglada, Concepcion Otaola et – en France, en relation avec notre centre – Carmen Pineira et Lydia Romeu.

37  Gill Seidel, sociologue de Bradford, a été une collaboratrice directe du laboratoire de Saint-Cloud sur les discours raciste et d’extrême droite (Seidel, 1984). Voir aussi Seidel avec Geffroy et al. (1973), 1977 (PHD), 1985 (dans Van Dikj éd., p. 43-60), 1986.

38  Avec Geffroy et al., 1976 ; Hartley et al., 1979.

39  Duverger, 1964 ; Bardin, 1977 ; Henry, Moscovici, 1968, p. 38-60.

40  Voir aussi Driencourt, 1950 ; Charlot, 1970 ; Tournier, 1985, p. 155-187. Sur le slogan lui-même, voir Reboul, 1975. Quant à la réception du discours, rares sont les recherches avant 1980. On peut mentionner les critiques de la « théâtrocratie » politique (Balandier, 1980 ; Schwartzenberg, 1977), les expériences sur la mémorisation relatées par François Richaudeau (1973). Voir pour la suite Mots. Les langages du politique no 23 (1990) et no 40(1994), notamment Coulomb-Gully, Mouchon, Richard-Zappella.

41  Ami de Chagall, Bakhtine a présidé un cercle théologique à Vitebsk. Devenu invalide, il a vécu longtemps en résidence obligée à Saransk, avec interdiction de venir à Moscou et interdiction de publier jusqu’en 1963. L’un de ses prête-noms, Volochinov, est mort au Goulag. Malgré ces subterfuges éditoriaux, son œuvre a mis longtemps à nous parvenir. Sa thèse sur Rabelais de 1933 n’a été traduite qu’en 1965. D’où sa tardive influence en Occident.

42  ILF. Rapport d’activité de l’URL « Lexicologie et textes politiques », Saint-Cloud, 1981.

43  M. Cassim, « Recherches lexicométriques et application documentaire automatique sur un corpus de politique informatique », 1980, Paris 3 ; R. Lallez, « Épistémologie sociologique et philosophie dans le Cours de philosophie positive d’Auguste Comte », 1980, Collège de France ; S. Bonnafous, « Les motions du Congrès de Metz du PS : processus discursifs et structures lexicales », 1980, Paris 10 ; M. Launay, « Le syndicalisme chrétien en France (1885-1940) », 1981, Paris 1 ; P. Lafon, « Automatisation des dépouillements et études statistiques sur le vocabulaire », 1981, Paris 3 ; F. Dougnac, « Domergue, le Journal de la langue française et la néologie lexicale », 1981, Paris 3 ; D. Peschanski, « Discours communiste et “grand tournant” », 1981, Paris 1 ; M. Boutrolle-Caporal, « Le texte porte-parole. La communication dans les récits contemporains pour enfants », 1982, Paris 7 ; J.-P. Honoré, « Le discours politique et l’Affaire Dreyfus. Étude des vocabulaires », 1897-1900, 1982, Paris 3 ; B. Habert, « Les Résolutions générales des congrès de la CFTC-CFDT de 1945 à 1979 », 1982, Paris 3 ; B. Kadima-Tshimanga, « L’univers sociopolitique de l’Évolué congolais entre 1955 et 1981. Une étude du vocabulaire de La Voix du Congolais », 1983, Paris 3 ; M. Ebel, P. Fiala, « Sous le consensus, la xénophobie. Paroles, arguments, contexte (Suisse 1961-1981) », 1983, Institut de Sciences politiques, Lausanne.

44  Ce n’est plus de l’interdisciplinarité mais de la « transdisciplinarité », pour reprendre un terme d’Henri Boyer.

45  Fishman, 1971 ; Goffman, 1974 ; Bernstein, 1975 ; Labov, 1976 ; Hymes, 1984. Parmi les transmetteurs : Helgorsky, 1973, 1981 ; Bachmann et al., 1981 ; Kerbrat-Orecchioni, 1980, et surtout la synthèse réalisée dans son ouvrage ultérieur, 1990-1994.

46  Voir Cohen, 1971. Voir aussi la série de ses Regards sur la langue française, 1950, 1963, 1966, 1972. Bibliographie de son œuvre dans Cohen (David) éd., 1970.

47  Voir Dubois, Guilbert et al., 1960 et, à partir de la notion de la « créativité lexicale » de Guilbert, le recueil Néologie et lexicologie. Hommage à Louis Guilbert (Adda, 1979).

48  Baggioni, Gardin, Guespin, 1980 ; Gardin, Marcellesi, 1976 ; Marcellesi, 1977 ; Guespin, 1976. De la même équipe, voir Le discours politique (Langages, no 23), 1971 et La Pensée no 209, 1980.

49  Le colloque « Sociolinguistique. Approches, théories, pratiques » organisé par le GRECO (27 novembre-2 décembre 1978) a été publié aux PUF en 1980 (2 vol. ). Une très intéressante « Bibliographie sociolinguistique française » a commencé en 1985 sous la forme de petits fascicules diffusés par le SUDLA de Rouen, accompagnée par des Cahiers de linguistique sociale. Où ces beaux travaux collectifs en sont-ils ?

50  Lafont, 1971. Un bilan de recherche est à lire dans Lafont, 1997.

51  Voir Boyer, 1991a et 1991b, Boyer éd., 1996 et la seconde édition de ses Élements de sociolinguistique, 1996 (dont le schéma de la sociolinguistique, p. 9).

52  Bilans dans Langage et société, no 42, 1987, p. 27-44 et dans Langages, no 117, 1995.

53  Charaudeau, 1978. Voir aussi son œuvre centrale, Le discours politique. Les masques du pouvoir, 2005 et, sous forme de dictionnaire, son Petit traité de politique à l’usage du citoyen, 2008.

54  Quelques articles initiaux de Langage et société : S. Branca, « Contribution à une critique des recherches sociolinguistiques », no 0, 1977 ; S. Ostrowetsky, « Langage et fait social », no 1, 1977 ; J.-C. Anscombre, « La problématique de l’illocutoire dérivé », no 2, 1977 ; A. Decrosse, « L’effet féminité et le sujet linguistique », no 3, 1978 ; J. Lindenfeld, « L’ethnographie de la communication a-t-elle un sens pour les linguistes ? », no 5, 1978 ; P. Achard, « Une partie intégrante de la sociolinguistique », no 6, 1978 ; A.-M. Houdebine, « La différence sexuelle et la langue », no 7, 1979.

55  Voir des résultats dans Mots. Les langages du politique, no 11, 1985, no 13, 1986 et no 21, 1989. Voir aussi Zaremba et al. éd., 1989.

56  Voir le colloque international organisé à Mont-Saint-Aignan en 1984 : Problèmes de glottopolitique (Winther A. éd., 1985).

57  Voir, de Michel Chansou, sa thèse résumant toute une carrière de « sociolexicologue » (Chansou, 1998).

58  Voir Catach éd., 1973 ; Catach, 2001 (ouvrage posthume).

59  Voir Calvet, 1987 et Mots. Les langages du politique, no 28, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Tournier, « Mots et politique, avant et autour de 1980 Entretien », Mots. Les langages du politique [En ligne], 94 | 2010, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/19889

Haut de page

Auteur

Maurice Tournier

Directeur de recherches émérite au CNRS
maurice.tournier@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page