Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Le sigle comme modalité de dissociation énonciative. Le cas des alternances d’usage PMA / Pays les moins avancés

Françoise Dufour
p. 75-87

Résumés

L’analyse des alternances d’usage du sigle PMA et de son développement syntagmatique « pays les moins avancés » montre que les deux formes n’offrent pas les mêmes potentialités signifiantes car elles n’activent pas les mêmes référents expérientiels. Alors que l’énoncé des unités lexicales du syntagme est susceptible de produire l’écho d’une mémoire discursive infériorisante, la forme opaque et figée du sigle n’est pas chargée d’autre sémantisme que celui d’une catégorisation institutionnelle. Son actualisation permet ainsi au locuteur de se dissocier énonciativement des potentiels effets de sens de son acte de nomination.

Haut de page

Texte intégral

1La siglaison est généralement définie comme un processus d’abréviation qui procède d’une nécessité d’économie linguistique (graphique et orale). Parmi les exemples illustratifs de sigles couramment cités dans la littérature, on trouve par exemple HLM (habitation à loyer modéré), PMU (pari mutuel urbain), PTT (poste télégraphe téléphone), BEPC (brevet d’études du premier cycle) ou encore RMI (revenu minimum d’insertion). Ces sigles familiers sont solidement rattachés à des réalités sociales et à des expériences concrètes stockées dans la mémoire culturelle et autobiographique, en d’autres termes à un « référent expérientiel » (Launay, 1986, p. 18). L’acte de référenciation se réalise aisément en accompagnement du signifiant des sigles. En revanche, l’énoncé des syntagmes correspondant aux sigles ne se fait pas sans difficulté. Le déploiement à partir de sigles bien connus demande un effort aux sujets sollicités, fait appel à l’improvisation et il en résulte souvent une certaine imprécision. Louis-Jean Calvet en a fait l’expérience en administrant des enquêtes de reconnaissance et de traduction de trente sigles courants à des élèves de lycée de classes d’âge différentes. Les résultats de ses enquêtes ont montré que « l’expérience concrète, l’usage quotidien du sigle sont séparés de la connaissance de sa source. […] Le sigle semble donc avoir dans l’oralité une existence autonome, renvoyer à un signifié sans que la médiation de sa source ne soit nécessaire » (Calvet, 1980, p. 78).

2C’est le résultat d’une fonction du sigle que Jacqueline Percebois nomme « la fonction dénominative lapidaire véhiculaire (FDLV) » : « La FDLV va mettre des concepts obscurs à la portée de tous ; les usagers de ces sigles grand public n’ayant, le plus souvent, plus aucun contact avec les formations lexicales composées exprimant les concepts. » (Percebois, 2001, p. 631)

3La difficulté d’identification du sigle à sa forme développée d’origine offre la potentialité à la forme siglée d’être le support d’une identité signifiante indépendante de sa forme source.

  • 1  Le terme discours, employé au singulier (du discours), est ici à considérer comme « un mode de dir (...)
  • 2  La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) fondée par la résolut (...)

4J’analyserai en contexte les manifestations de ce phénomène d’indépendance de la forme siglée ainsi que les alternances d’usage qu’elle permet, avec le cas de la siglaison PMA du syntagme pays les moins avancés. Les deux formes appartiennent au discours1 politico-économique du développement : d’une part, le discours des institutions à l’origine du concept – notamment l’Organisation des nations unies (ONU) et son organe spécialisé dans le domaine du commerce et du développement, la CNUCED2, ainsi que les autres institutions qui gèrent des budgets d’aide au développement et/ou octroient une assistance technique –, et d’autre part, le discours des hommes politiques qui usent de cette terminologie. Ce sont des énoncés produits par ces deux groupes de locuteurs qui constituent le corpus d’analyse de quelques cas d’alternances d’usage des deux formes – le sigle et sa forme développée – en fonction du cotexte et des contextes d’énonciation.

Les usages institutionnels du sigle PMA

Le sigle en usage « décroché » : un marqueur d’identification

  • 3  À la suite de Paul Siblot, je distingue la nomination comme processus de la dénomination comme rés (...)

5La désignation d’une catégorie de pays parmi les plus pauvres de la planète par la dénomination3 « pays les moins avancés » suivie de la siglaison PMA est aujourd’hui courante dans le discours du développement. La siglaison n’a cependant pas été introduite dès la création de la catégorie des « pays les moins avancés ».

6Il semble que le concept d’une « sous-catégorie particulière des pays les plus démunis » (Lacharrière, 1971, p. 469) revienne au premier secrétaire exécutif de la CNUCED, l’économiste argentin Raul Prebish, à l’issue de la première conférence en 1964. La toute première mention officielle de cette potentielle catégorie de pays apparaît dans la résolution 24 (II) de la CNUCED du 26 mars 1968 :

  • 4  Actes de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, 2e session, vol. I : (...)

(1) Réaffirmant son appui à la résolution 24 (II) de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement en date du 26 mars 1968, par laquelle la Conférence a invité les organismes internationaux chargés des mesures particulières destinées à favoriser les pays en voie de développement d’une manière générale à concevoir et à préciser sous quelle forme ces mesures spéciales pourraient être prises en faveur des pays les moins avancés et à identifier ces pays […].4

7La résolution 2724 (XXV) du 15 décembre 1970 officialise la requête des éléments identifiants nécessaires à la construction catégorielle :

  • 5  Résolution 2724 (XXV) de l’Assemblée générale du 15 décembre 1970 [http://www.un.org/​french/​docume (...)

(2) Identification des pays en voie de développement les moins avancés.5

  • 6  Résolution 2768 (XXVI) de l’Assemblée générale du 18 novembre 1971 [http://www.un.org/​french/​docum (...)

8Enfin, en 1971, la première liste et les critères d’appartenance sont approuvés par l’ONU dans la résolution 2768 (XXVI)6.

9La forme longue « les moins avancés des pays en voie de développement » est maintenue au fil des nombreuses résolutions qui ont adopté des mesures spéciales attribuées à cette catégorie de pays. À la fin de la décennie soixante-dix, la dénomination subit une troncation et c’est la forme plus resserrée de pays les moins avancés qui est adoptée, assortie dans le même temps du sigle PMA :

  • 7  CNUCED, Conseil du commerce et du développement, Rapport de la 49e session, Genève, 7-18 octobre 2 (...)

(3) Depuis 1977, l’Organisation des Nations unies a dénommé « pays les moins avancés » (PMA) une catégorie de pays dont le processus de développement est entravé par un handicap structurel et qui nécessitent, dans leurs efforts de développement, un soutien très important de la communauté internationale.7

10L’abréviation en pays les moins avancés, qui donne lieu à siglaison, désolidarise le sous-groupe de sa catégorie d’ordre supérieur (les pays en voie de développement). Alors que la forme initiale « les moins avancés des pays en voie de développement » déterminait la place des pays « les moins avancés » au sein de la catégorie super-ordonnée des pays « en voie de développement », la double opération d’abréviation et de siglaison a une valeur d’acte de constitution d’une catégorie de pays à part entière.

11Dans l’énoncé de la forme abrégée pays les moins avancés, l’absence de spécification de la norme à partir de laquelle est déterminée la relativité du superlatif d’infériorité les moins construit implicitement la représentation d’un pôle d’infériorité au regard de l’ensemble des pays de l’humanité en marche vers un état de développement représenté par le « type » occidental des pays « développés » ou « avancés ».

  • 8  Après la page de titre et de résumé (p. 1) et la table des matières (p. 2).

12Dans l’extrait (3) qui constitue l’incipit du corps du document de la CNUCED8, l’énonciateur institutionnel décline l’identité dénominative de la catégorie : « “pays les moins avancés” (PMA) » en appui sur l’acte de baptême daté (1977) et signé par l’organe de tutelle : l’Organisation des Nations unies. Est ainsi énoncée la forme officielle complète de la dénomination correspondant à la catégorie nouvellement constituée. La dénomination est composée de deux formes consécutives : un syntagme et un sigle postposé en incidente parenthétique.

13Pour Sabine Pétillon-Boucheron, la mise en enclos que réalisent les parenthèses constitue une « opération de décrochement » : « La “mise entre” parenthèses […] dans un ailleurs à la fois discursif et phrastique d’un segment particulier […] nous apparaît comme le résultat d’un processus de hiérarchisation du discours dont nous ne saisissons bien évidemment que l’étape ultime, en quelque sorte la trace. » (Pétillon-Boucheron, 2003, p. 127)

  • 9  « Marque originale ou officielle, cachet apposé à un document écrit, à une marchandise, à un meubl (...)

14Cette opération apporte deux instructions de lecture : celle du « j’ajoute par ailleurs » et celle de « je le place sur un autre plan » (ibid.). L’ajout de la siglaison parenthétique fournit donc cet « autre plan » dont la détermination dépend des paramètres d’énonciation, notamment de la qualité de l’énonciateur. Dans le discours de l’énonciateur institutionnel, la mise à disposition du sigle dans l’enclos des parenthèses, à la suite de la forme syntagmatique, remplit la fonction que Jacqueline Percebois nomme « lapidaire », en référence à l’origine latine des sigles donnée par Littré comme « signes abréviatifs sur les monuments, les médailles et dans les manuscrits anciens » (Percebois, 2001, p. 629-630). La mention du sigle dans le décroché des parenthèses est assimilable à un codage qui serait le garant de la certification par les autorités en état de le faire (l’ONU). Comme l’estampille9 apposée sur un objet, cette mention s’apparente à une opération d’identification garante d’une validation institutionnelle préalable de la catégorie dénommée « pays les moins avancés ».

15Comme dans le texte de l’ONU (3), la « communication » du Parlement européen parue au Journal officiel fait usage de la forme siglée en décroché :

  • 10  « Le consensus européen pour le développement », Journal officiel de l’Union européenne, 2006/C 46 (...)

(4) L’UE est par ailleurs le plus important partenaire économique et commercial des pays en développement ; offrant des avantages commerciaux spécifiques à ces pays, tout particulièrement ceux qui sont les moins avancés (PMA). […] En vue de réaliser les OMD, la priorité sera donnée aux pays les moins avancés et aux autres pays à faible revenu (PFR) comme en témoigne la part importante de l’aide de l’UE accordée à ces pays.10

16On remarque que le sigle énoncé en page 1 n’est pas repris dans la suite du texte. La seconde mention des pays de la catégorie en page 5 ne se réalise pas par la médiation du sigle. En revanche, dans le même énoncé, la mention d’une catégorie non encore évoquée dans la communication, celle des « autres pays à faible revenu », est immédiatement suivie de son code institutionnel : « (PFR) ». Cette pratique qui consiste à ne mentionner le sigle en décroché qu’à la première occurrence de la catégorie et à ne pas le reprendre dans la linéarité discursive valide que le sigle ne remplit pas ici une fonction véhiculaire mais qu’il propose un autre plan.

17Le décrochement du sigle peut s’analyser comme une forme de discours rapporté, celui d’un énonciateur placé comme extérieur au dire et reconnu comme l’énonciateur principal (E), auteur de la catégorisation, l’UE n’étant qu’un énonciateur second. On peut bien sûr supputer cet énonciateur comme étant l’ONU en tant qu’organisation regroupant la très grande majorité des États et par conséquent représentative de ce qu’on appelle la « communauté internationale ». Mais à travers elle, c’est la sphère des institutions concurrentes et partenaires dans le système de l’aide au développement qui est reconnue comme « the principal » (Goffman, 1981, p. 144), c’est-à-dire comme l’énonciateur responsable de la conformité de l’usage du sigle. Le Parlement européen fait partie de cet « univers de discours » comme « système universel de significations auquel un discours (ou un énoncé) appartient, système qui en détermine la validité et le sens » (Coseriu, 2001, p. 62), mais il ne porte pas la responsabilité pleine et entière de la dénomination qui se trouve distribuée entre les différentes institutions pourvoyeuses d’aides aux « pays du Sud ».

18Le sigle se présente comme une forme figée à l’usage contraint, alors que la forme syntagmatique permet plus de souplesse car elle est « déformable ». En (4), la forme siglée PMA ne correspond pas à la forme antécédente : « ceux qui sont les moins avancés ». La forme complète du syntagme a été défigée, pays est remplacé par le pronom ceux, anaphore de la forme antécédente pays en développement. Le retour à la catégorie des « pays en développement » réactualise l’appartenance originelle à la catégorie super-ordonnée et avec elle, le procès de création onusien.

19La mention du code établi par l’ONU et validé par la communauté discursive des institutions internationales spécialisées fonctionne comme un marqueur d’identification, qui active le plan énonciatif de l’acte de signature institutionnelle.

Le sigle réfère au code institutionnel, la forme syntagmatique aux actants

20Le sigle PMA sort des parenthèses pour occuper la place de la forme développée plus longue et donc plus lourde. Pourtant, les usages discursifs montrent que le choix prioritaire d’emploi du sigle ne répond pas qu’à cet impératif d’économie linguistique.

21Le sigle PMA est rattaché à des « critères » (extraits 5, 6, 7, 8, 9) qu’un pays doit remplir pour « être reconnu comme PMA » (5, 8), c’est-à-dire obtenir le « statut de PMA » (7) et apparaître dans la « liste » (6, 7) réactualisée tous les trois ans :

(5) Afin d’être reconnu comme PMA, un pays doit remplir les trois critères suivants […].11

  • 12  CNUCED, 2002, p. 3 (cité note 7, supra).

(6) À la lumière des critères utilisés pour établir la liste des PMA (voir annexe 1), il ressort que ces pays sont définis comme des pays à faible revenu, souffrant de grandes faiblesses tant en matière de capital humain que de structure économique. De nombreuses mesures internationales d’appui ont été proposées aux PMA.12

  • 13  Ibid., p. 1.

(7) L’argument avancé est qu’en établissant un lien plus étroit entre les difficultés structurelles que connaissent les différents pays les moins avancés, par rapport aux critères pris en compte pour le statut de PMA et le traitement spécial accordé à ces pays en vertu de leur statut, on augmenterait l’efficacité de ce dernier. Il est également souligné que, s’il est souhaitable que les pays parviennent à être radiés de la liste des PMA, il importe de prendre à leur égard […] des mesures internationales d’appui qui auront un effet durable sur la structure de l’économie.13

  • 14  ACICI (Agence de coopération et d’information pour le développement international), Glossaire des (...)

(8) Pays les moins avancés (PMA) : Groupe des pays en développement les plus pauvres. 50 pays, reconnus comme étant des PMA, selon des critères établis par l’Assemblée générale des Nations Unies, présentent des économies particulièrement faibles, d’importantes carences en ressources institutionnelles et humaines, et souvent des désavantages géographiques.14

  • 15  Les modalités d’évaluation des trois critères ont évolué au fil des années, hormis celui du PIB (p (...)

22Les critères définitoires de la catégorie confèrent aux entités qui la composent un statut de « groupe » (8), présenté comme objectif par l’énoncé d’évaluations quantitatives ou de mesures chiffrées. L’appartenance à la catégorie des PMA est évaluée à partir de trois critères15 définis sur la base d’indicateurs calculés en dollars, en pourcentages ou en moyennes :

  • 16  CNUCED, 2002, p. 14. Tableau en annexe du document : « Évolution de la méthode appliquée pour iden (...)

(9) Critères : Faible revenu – 2002 : PIB par habitant […] Faible capital humain – 2002 : indice du capital humain […] Structure économique insuffisante – 2002 : indice de vulnérabilité économique.16

23Le codage du sigle rattaché à l’évaluation chiffrée contribue à la production d’une énonciation objective à l’instar des symboles ou abréviations en usage dans le domaine scientifique (Percebois, 2009, p. 20).

24En (10) et (11), la forme siglée est actualisée en première occurrence suivie de la forme longue dans « l’espace du décroché » que constituent les parenthèses (usage inversé de celui analysé supra – voir « Le sigle en usage “décroché” ») :

  • 17  ICTSD (International Centre for Trade and Sustainable Development), « ADPIC. Vers un compromis sur (...)

(10) Selon la note du président, tous les PMA (pays les moins avancés) seraient automatiquement éligibles en tant qu’importateurs, alors que d’autres membres [de l’OMC] seraient éligibles à la suite d’une notification unique à l’OMC.17

  • 18  Skyminds, « La théorie de l’échange » [http://www.skyminds.net/​economie-et-sociologie/​ouverture-in (...)

(11) L’ancienne DIT [Direction internationale du travail] n’a cependant pas disparu : les PMA (Pays les Moins Avancés) exportent toujours des produits de base.18

  • 19  « Langue naturelle considérée en tant que vecteur de connaissances spécialisées » (Lerat, 1995, p. (...)

25Cet usage est réglementaire dans la langue française : « Généralement le sigle ou acronyme précède régulièrement son développement. » (Mortureux, 1994, p. 18) Lorsque l’on réfère au processus de création du sigle, c’est l’ordre inverse qui prévaut comme en (3) et (5). En plaçant le sigle en première occurrence (10 et 11), les locuteurs font état d’une prévalence supposée partagée de la forme par la communauté des lecteurs de ces bulletins électroniques. La mention de la forme développée n’est là que comme mémo, pour rappel à la mémoire discursive. Les parenthèses jouent ici le rôle d’un marqueur métalinguistique de reformulation (Mortureux, 1993, p. 124) qui pourrait se gloser à l’aide du connecteur ou : PMA ou pays les moins avancés. Dans ces emplois, en sus de sa fonction véhiculaire, le sigle remplit donc également la fonction que Jacqueline Percebois nomme la « fonction dénominative lapidaire grégaire » (Percebois, 2001, p. 632) qui rattache la désignation à la « langue spécialisée »19 des institutions, bien connue du lecteur de rapports institutionnels qu’on sait familier avec la terminologie en usage.

2e econdume éteem>, se et les critèion onuelle,ité deen ion G0 offntuses d’aiaux spécifi ».

  • 18  Pem>paysmemaitpar hdonnée d’uols édlativ,ique ets insaroient identiges géograpolut (...)
  • 18  Ent expérpays

12Daas a (extra( 6ionet (11an>Le sigle PMA est rattaché à tte pratteurs an cloppemecé d’évaluamecé les attération éts despssaires à l’institunier.ont déePMA) une catégoent constitique dl’ensembt qux entitn G0 offimembion d’l’aide au développemaux spécif, est évaluée à luorgane à lh2">Hauire vers ds difficultpan>E6(1» (7)» (es. En revanchde la forme développaux pays les moins avancés8imembpeuplalités tal huellei,igle dans aI (Agiquemenn énonci,ance s remplsment ex actrtir yput de ent expérsée »19E6(1< de cparaître les difficulues &ean>E» (7)<es, présrles, d’importantes carences en ressources institutionnelles et huma ues &ean>E. 1Seu1), lntagels édlativsc laes >memaielles et huma quelquituent leys que connaisstre les difficulnes, etne opementque le sigé lesea liqissue decapfficacité de des paysre concevmme « le traitement spéché » ns qu s ne pas « autres p« en voie de développe/em>.lexsystée, pays ses dr aillepas repm>, anaomatiquemard de l’emp au premion de la forme développl8) Loe, seut sgiultat dL’acte a médiat( 8, 9ître g/​ompagneliers soeu1 pays le mdit lde lernile. En revancle, c’een du sigle ée est actual que co La mention un staion catégorces institutioale).ueur acrilaire, le sidevserailre le suppoon dénomifoupe des pays en tant n G0 offimem,vaut comme e6(1»,ence,enc1 20).

L’usage du sigle opaque comme évitement dans le discours politique

15Coob glvnonc. En (4), la forme développmé « pays les moins avancés™il eus(Ppnconsableion nstar e coopéraforts defigloppement « déerailre du synta un ojout de la sigla.…] Le sies. En reva™il mme une forme fig et qs qune oflus aêtre ption à« défnciation.

12Daas le discours polits,ilre du syntalle estdétravé paeLes modalence aympratique mles et assista decarest expganisatd’évalvordrinféruffisaays « les moins avancéscan>Comme dani les exemp(12,enc3,enc5 ») :

  • 19  Cla communicajoutM4, uis-JBizes, n pour conte la refuée à lc procèsA ou pays les moins avanaideune olut (...)

(Je est souedonc égalemlesiidélé lesea mention dedte téominatiore à la dispositE 1575, » dos quun ojem> ses dal acee sur c procrme complerailibfèreune mal que commuapidaion pous la producselon des un pats ays « les moins avancésment, le pode lluation destuéeament oidélé lc procèsAnte pays en développePays les moins avancés (PMA)PMA< sur c procopér revinalyse étsbase.17

  • 19  Une le résulambsporturepui qon appraomme lpncevais e tous ss=en mpaysmondement » le discoule pénonlut (...)

(LD, la prioriays d à êera donnée beses moest imméoiret Petrodudes Étque linitoiays en développelars, nt particul« cays : Groupe 8) Pats les moins avancés (PMA)PMA< il mm les exe

lesPMA)PMA< il les gmatiqouruon, la miseœs papode lluassute arnsaode ldapsentation pousdes 49 PMA.13

10Lst actucréation nt paipldantsivitéobporte arolde de paysles moins avancés, em> es8), présenté colde de dport E1p. 1)(1n (car elle iorLes moupposée par le ranoncéfi auicritères Authicu-Revuzerat, 1995 268)clos que réalisent guiouveltelleipigllalisue (grapherailre le discoort

19es modalence aympratique perdan>Lst actuer mme une fours à la fgle en use tant ea menaise : [Ce, c]omme une forme imla doeraiopffifffntusur au d[lei]e se préseés structuroppemene um ion d’ en référence ae lesetion et d’ en référereuotsée pas auqlle dénomm ae lese.res Authicu-Revuzeron, 2003, 88-89)le).uon, la mise ea menmene les locunté céseone de es modalence aympratis), est lse d’indication degêne/em> – dcaysmotrsppée nue es locuntnfi aupposé À la dénominaolei,imotire vmme lu ce mgorisatira pro lse d’infériorible de la catégorie de past ai dénommle,itéune maniles pou>les modT [Dietion, cell thèpar habis ans :

  • 14, DentionMA) uhaérerx> Pays les moins avanment », Eé en maenne< » [http://en en marlut (...)

(4em>l“pays les moins avancæ(4), la ulee 1 n’est la trjdétnillour le déePtéune maniée ple en em>Jalisée7) e exeoppement les pays les plus pauvres de la plan/em>.14

  • 15(...)
  • 15 pr géécell thnèses par le ion corresponddynampratiire danspr ssemntagmatires de la productisiglelut (...)
  • 19  OUnio ce mgse le à la ses que d’>, etires à lsea mentiue d’>,.res Bonhé ceron, 1995 240)2).

15Coob glvnonc. E»,e de l’empion de la forme développaux pays les moins avancéspays.15uée. La dénominatiu ce mgofisaays « pays les moins avancésqui active r géécell thnem>.19aà c>Jalem>.>8

10une énonciativ depr géécell thnè se trossatd leomme dani re occurrocrmss="uionnel(e,

(8) oir «sA ou pays les moins avancés » (pays  CNUCcon des un pats ays les moins avancésment, du capital hum à faiel mme ès gra de vulnérabilité économi Pet pluson, oitirmité de Afrhétiqen fait partie de cette catég/em>.18

14

  • 18Airaffi">18, Du bons en usau bruement »,

(Ee, en que des annémn,Guterminconsa >memaitn’estomposut un statutdes un ples moins ava » (paysriiblesinouïhiques.18

  • 18Miam>ce18, Pun ples moins avasnile., assrpou>y ral Cer ?ment », Syfia Infmémoe(...)

(Cert huel 50 paion pa reprrvionnee pomn upaysfunaisstà ion carionner : Grques.11

  • 19ui0)rah Demalo/em> de uapidaée généralelon>ie cdcoopératnternationaon ddu trallecteursGutermeut (...)

(9ee 1 n’est mme uamitlignéAfin d’êhueois rpui de ce>la liste dou pays les moins avanc!ier.y a ant des avanta2), mje est souedort quux-ci.nnancfquemond pn dtionne tant quonnannaissque petsschémo>, un pae., assrportsassinsaoductisilus paicultJe eui surs, al la trheunombrne t la trf entièes.17

10ait usage de>es modalence aympratis), dL’actedte ocactucréatie pas la responsabilidue de es modalence aympratis), la trfrconséqComme dani le discourtrhdu ccours politstage unaisstre de la dénominatsautions encees tantn cuee totaxeoppement un esell thnèntéomi suiva(Duque ,ris, 2009, 67-69em>.). d leome lse d’infériorille ees diiinellen cuee,ment que ln énonciater d’idenpaque co la représgarant de la catégo>uiLoe, seut sdroupledT [Dieeraiou2 : [Dieeraillebles la représgascan>Comme dani les exem) et (1(12,enc4em>At, alors que>es modalence aympratique peraue es locunisigle impidaiit paouvellemdrossatL’aenn énonci,alêtre iscoage du sican>Copnomvsuite d’ la certificat et valnnée das lecteur institutionque perdan>l’ppgloser à une énonciatim> dp le discoeus(Ppnconsableaux bfaiblrs àface Sud ».

24En2,euis-JBizes,e innndication deM revancLes moueà la première occurrence de la dénominatons econsouedLst actuer le la forme officielle complè l’oriaise : pays en développePays les moins avancés (ment qui alaçant un lier avec ressorant de la catéucréat(> bo1979-63pan>L’ajou] Le sies. La mentqui rattae ex ofteerailre du syntaser à une énonciateuu premrie dénoiion l’rgarEst aique ln énonciateur se (Bizes)tie pas la responsabilidrossatL’aemaonénominaogie.és qge que perconsouedays de tisystère occurrenan>Lst actuer le la forle opagle Pie en usage.

10une énonication>Enn (le Puu premmdéftlivres deRépublgmatiresV"pan s qérapficiel a zoueliaspéciflleiiqun comparmi urelleon gar-neufagle. Sop le discora pro laales difficuaser de 18le é par em auppagée de la fo ressonier.que constommeupe ren mpaan>l’ppgloser à la productiuethnèice de la dénominatd’éruffis.Eatiutulaitif par L’usage du smene les locunas dihtomme de signatest recontes et partagdé par la communauté discursés qge que perisigle igurae ex ofteeraiie pas la responsabilité pleine et entière à une énonciasage.

1919pays les moins avancéspays et unedt ses d’uaux spécifi…] Le sies.e prcédeson parenthét,, et souvnon pas repris dae au fup le disc,™il mme une fode de signatpui quthidenpasu’onappartenaant m> d univeup le discrces institutioalllourles aueet dedte ocactucréatie pas« fonctiue ln énoncia. Sopl’uspdlac iginoncé la première occurreqen font éte pas ltagmatires de« langue spécialiions en usage daar la communauté discursage.

18les moins avancés etlde pa> pr process) qdes de signationmme consé place de la forle d’oon et d’une valssmntnagmatirxex oftpposée ssat en développement » (Mortureux, 1994, p7)teuspssché an la siglaime on gaiest mme d’idbilidrosé signirerx&deet una toi(ant le sigement du synta resso-63Mle msiare, lendendoance origiquutsd’êtr constisée parbi), mre à une éorible de la fo me syntagmatime quic’est resso, pas la ssescd» Du uideté signifo eme l’een du siune ofd’ la potentialidrosé sigculaes diffmeraiie pas la fo resso quie coopsi mme la catéucréatest rattaepserd’une énonciatdla ce ». Cetla potentialidro an la siglaisà entlgmatiée parqen fors que la siglaique réa dL’acte dénominatée à e et entiaise : par du sirde pint, alune valdrosé gaire CalveLerat801994, 7. 1Llia lrminosmetiuaté signifo es proorme p pr processee la siglaimles et a dispositd’unu ulour la for» dos qupfficacigle setrenceuni>Le cod la terminociflleiiqdu captualiss despsiont saion catégoiss une néinitoia rpuinsuffiss tcturellee déeablis par ces instituines, eu1)arlemeturesage.

10Lstgence la catéucréateue réalidé par la siglaigle pr u ofd’al intervsuite den usurs à la forme développaux pays les moins avancésAt, alors que la forme développée mla potioégalemlptrenceqédlinstar ent expéAgs auregftldonsaes. la mémoire discur(4), la forle oparnt du sigue perauxeles locutegra on véhee sur le procès la catéucréatno >imegalem et valirme axpumegalemée dès grl’énonciatces institutioaleoui de cersiglaaire, le s,vaut coal intervsuté signifi,nque constomme es modalegraless attération de l’acà une énonciatqge que peraue es locunisigle is-et-glosne énoncvvellemdrossatL’aemaonénominaoage.

.Haumégtique

Notes

1  Le terme discours, employé au singulier (du discours), est ici à considérer comme « un mode de dire qui se constitue en pratique à la fois langagière et sociale » (Dufour, 2010, p. 24).

2  La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) fondée par la résolution 1995 (XIX) du 30 décembre 1964.

3  À la suite de Paul Siblot, je distingue la nomination comme processus de la dénomination comme résultat (Siblot, 2001, p. 205-207).

4  Actes de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, 2e session, vol. I : Rapport et annexes (publication des Nations unies, 1970, p. 58).

5  Résolution 2724 (XXV) de l’Assemblée générale du 15 décembre 1970 [http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/2724%28XXV%29&Lang=F]. Sauf indication contraire, la dernière consultation des sites mentionnés dans cet article date du 7 décembre 2010.

6  Résolution 2768 (XXVI) de l’Assemblée générale du 18 novembre 1971 [http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/2768%28XXVI%29&Lang=F].

7  CNUCED, Conseil du commerce et du développement, Rapport de la 49e session, Genève, 7-18 octobre 2002, p. 3 [http://www.unctad.org/fr/docs/tb49d7.fr.pdf]. Désormais : CNUCED, 2002.

8  Après la page de titre et de résumé (p. 1) et la table des matières (p. 2).

9  « Marque originale ou officielle, cachet apposé à un document écrit, à une marchandise, à un meuble, pour garantir son authenticité ou son origine, pour attester le paiement de droits fiscaux. » Trésor de la langue française informatisé (TLFi)

10  « Le consensus européen pour le développement », Journal officiel de l’Union européenne, 2006/C 46/01, p. 1 et 5 (Déclaration conjointe du Conseil et des représentants des gouvernements des États membres réunis au sein du Conseil, du Parlement européen et de la Commission sur la politique de développement de l’Union européenne). Je souligne, dans cette citation comme dans celles qui suivent.

11  ONU [http://www.un.org/fr/], Questions thématiques > Pays les moins avancés.

12  CNUCED, 2002, p. 3 (cité note 7, supra).

13  Ibid., p. 1.

14  ACICI (Agence de coopération et d’information pour le développement international), Glossaire des termes les plus usités dans le commerce international et en particulier au sein de l’OMC, 2003, Genève [http://www.acici.org/glossaire.htm].

15  Les modalités d’évaluation des trois critères ont évolué au fil des années, hormis celui du PIB (produit intérieur brut) par habitant pour le critère de « faible revenu ».

16  CNUCED, 2002, p. 14. Tableau en annexe du document : « Évolution de la méthode appliquée pour identifier les PMA ».

17  ICTSD (International Centre for Trade and Sustainable Development), « ADPIC. Vers un compromis sur les médicaments après la mini-ministérielle de Sydney », Passerelles, vol. I, no 9, novembre 2002, p. 10 [http://ictsd.org/i/news/passerellessynthese/8344/].

18  Skyminds, « La théorie de l’échange » [http://www.skyminds.net/economie-et-sociologie/ouverture-internationale-et-mondialisation/la-theorie-de-lechange/].

19  « Langue naturelle considérée en tant que vecteur de connaissances spécialisées » (Lerat, 1995, p. 20).

20  Pays : « Division territoriale habitée par une collectivité, et constituant une entité géographique et humaine » (TLFi).

21  Expérient : « le siège d’une perception ou d’un sentiment » (Lazard, 1994, p. 64).

22  « Communication de M. Jean Bizet sur le texte relatif à l’accès des pays les moins avancés au marché communautaire », Sénat, 2000 [http://213.30.147.231/europe/r08112000.html#toc6].

23  « Un résultat ambitieux, qui apportera l’espoir à tous les citoyens du monde » : discours prononcé par Edward Nikape Natapei au Sommet mondial sur le climat, 17 décembre 2009 [http://www.temoignages.re/un-resultat-ambitieux-qui,41096.html].

24  Françoise Robert, « Donner une chance aux Pays les moins avancés », En marche [http://www.enmarche.be/International/Politique%20international/Pays_les_moins_avances.htm].

25  Sur la construction linguistique et discursive de ce marqueur de scalarité, voir notamment Dufour, 2010, p. 208-222.

26  Le programme de sens est le « correspondant dynamique dans la problématique de la production de sens de l’unité minimale que postule, sous forme de sème ou de trait sémantique, l’analyse structurale » (Siblot, 2001, p. 280).

27  « On euphémise sous la pression d’autrui et à l’intention d’autrui. » (Bonhomme, 2005, p. 240)

28  Andrea Gibbons, « En marge. Les pauvres dans les PMA à l’ère du commerce mondial », Chronique ONU, vol. XLI, no 3, 2004 [http://www.un.org/french/pubs/chronique/2004/numero3/0304p35.html].

29  ONU, 2009 [http://www.un.org/fr/globalissues/ldc/index.shtml].

30  Pascal Airault, « Du bon usage du brut », Jeune Afrique, 21 février 2005.

31  Valérie Michaux, « Pays moins avancés. En sortir ou y rentrer ? », Syfia Info, 1er mai 2001 [http://www.syfia.info/index.php5?view=articles&action=voir&idArticle=1186].

32  Rabiatou Serah Diallo, secrétaire générale de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée, citée par Françoise Robert, En marche, site mentionné supra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Dufour, « Le sigle comme modalité de dissociation énonciative. Le cas des alternances d’usage PMA / Pays les moins avancés », Mots. Les langages du politique [En ligne], 95 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/20112

Haut de page

Auteur

Françoise Dufour

Praxiling, CNRS (Montpellier 3)
francoise.dufour@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page