Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Josiane Boutet, Le pouvoir des mots, 2010. Paris, La Dispute, 193 pages

Dominique Maingueneau

Texte intégral

1Josiane Boutet est connue comme l’une des figures importantes de la sociolinguistique en France, en particulier pour ses travaux sur les relations entre langage et travail. Elle s’appuie sur sa longue expérience de chercheuse pour proposer un livre qui présente la singularité de s’adresser non à des spécialistes du langage mais au public cultivé. Le thème choisi, ce qu’on dénomme communément le « pouvoir des mots », s’y prête bien. Plutôt que de faire une simple vulgarisation, c’est-à-dire de présenter en les simplifiant des savoirs issus des sciences humaines et sociales, elle a pris le parti de faire réfléchir son lecteur en partant d’événements ou de situations qui ne manquent pas de l’intriguer.

2Une introduction d’une quinzaine de pages met en place la problématique : « Existe-t-il un pouvoir ou une puissance propre au langage et, si oui, comment se manifeste-t-il ? » (p. 7). On sait que dans son livre Ce que parler veut dire (Fayard, 1982), le sociologue Pierre Bourdieu, polémiquant contre les courants pragmatiques, avait attribué le pouvoir du langage à l’autorité du locuteur ou de l’institution qui le mandate, et aucunement au langage, ce qui avait suscité de nombreuses réactions de la part des linguistes qui avaient vu là une vision « sociologiste » du problème. Suivent onze chapitres qui, de l’avis même de l’auteure, peuvent être lus dans le désordre. Le premier chapitre part du lapsus de celui qui était alors ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale, Éric Besson : « une invasion euh une immigration ». Le dernier chapitre (« Le “peuple allemand”. Critiquer les mots ») évoque la tentative de Bertold Brecht pour dénazifier la langue, la « lessiver ». Entre ces deux chapitres, des thèmes très divers sont abordés : la sorcellerie et la magie, la prestation de serment de Barack Obama, l’injonction, l’injure (« Casse-toi, pauv’con ! »), les insultes rituelles, le célèbre « Vive le Québec libre ! » du général de Gaulle, l’acte de nomination et d’autonomination, les entreprises, réelles ou imaginaires, visant à transformer la langue au nom d’une idéologie politique. On le voit, l’auteure cherche ainsi à aborder la question du « pouvoir des mots » à travers des entrées particulièrement variées.

3L’intérêt majeur d’un tel ouvrage, c’est évidemment de s’appuyer sur des exemples emblématiques – en général, plusieurs par chapitre – pour capter l’attention du lecteur. Les phénomènes ainsi étudiés appartiennent aussi bien à l’histoire des xixe et xxe siècles qu’à notre actualité : à côté du lapsus d’Éric Besson figure ainsi le serment renouvelé d’Obama, qui avait placé un adverbe au mauvais endroit : au lieu de dire « I will execute faithfully », il avait dit « I will execute the office of President of the United States faithfully ». Il avait préféré faire une seconde prestation de serment, en petit comité, pour rendre impossible tout recours éventuel. Dans une telle démarche, la singularité n’est pas là pour elle-même, elle n’est qu’un point de départ, elle donne accès à quelques problématiques essentielles de la réflexion sur le langage. Plus exactement, c’est le discours qui est mis en exergue : Josiane Boutet, en sociolinguiste, est attentive à la fois aux contraintes qu’impose la langue et à celles qu’impose la vie sociale.

4Cela dit, sa perspective est loin d’être neutre. Elle n’est pas neutre quant à la philosophie du langage qui la soutient ; l’auteure défend l’idée du « langage comme praxis » et s’oppose à la vision commune du langage comme transmission d’informations : « Dans de nombreuses situations de communication, ce n’est pas (seulement) un usage référentiel du langage qui est fait, mais un usage de son pouvoir, de sa puissance d’action, de sa performativité » (p. 16). Elle s’en prend en particulier au fait « qu’en politique des explications comme le “déficit de communication” ou le “défaut de pédagogie” puissent être convoquées par les gouvernants pour expliquer les échecs, les résistances ou les oppositions à leurs politiques et réformes » (p. 13). Comme le montre cette allusion, Josiane Boutet n’est pas non plus neutre d’un point de vue politique. Elle le dit elle-même : « Mon projet n’est pas de proposer un livre de linguistique, mais un livre politique de linguiste » (p. 21) ; il s’agit de « permettre aux lecteurs de réfléchir à leur propre expérience, politique comme quotidienne, du pouvoir des mots et de l’efficacité propre des pratiques langagières » (p. 21), « de se méfier des conceptions technocratiques et instrumentales du langage qui voient en celui-ci un moyen neutre et consensuel de transmettre de l’information entre des citoyens libres de leur jugement et égaux entre eux, mais aussi d’avoir des arguments à opposer à une telle idéologie » (p. 2).

5On voit tout l’intérêt d’une telle démarche, en particulier pour qui s’intéresse au discours politique : le but essentiel de cet ouvrage n’est pas de critiquer telle ou telle position politique mais de s’en prendre, de manière plus radicale, à une idéologie de la langue qui a des conséquences politiques. Ce qui explique que certains chapitres n’aient pas de résonance politique immédiate (ainsi celui sur la magie) ; même quand les cas choisis ont une charge politique évidente – c’est le cas par exemple des analyses de Klemperer sur le langage des nazis –, l’auteure prend toujours la distance qui est nécessaire pour mettre en évidence les fonctionnements dont le cas considéré est significatif.

6La qualité majeure de ce livre original est sans aucun doute sa clarté. Josiane Boutet a un talent particulier pour exposer des problèmes complexes en tenant compte de leurs diverses facettes et des objections possibles de son lecteur. Si ce livre est engagé, il n’est pas doctrinaire ; bien au contraire, il ne se départit jamais d’un souci de rigueur intellectuelle. C’est un livre qu’on ne saurait trop conseiller aux étudiants des sciences humaines et sociales qui ne liraient certainement pas des ouvrages spécialisés mais qui, pris en quelque sorte par la main, sont amenés à appréhender le langage, et à travers lui la vie en société, autrement. J’ajouterai, en tant que linguiste, que dans une période où on a tendance à réduire la linguistique à la portion congrue, un livre de cette qualité est particulièrement bienvenu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Maingueneau, « Josiane Boutet, Le pouvoir des mots, 2010. Paris, La Dispute, 193 pages », Mots. Les langages du politique [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/20553

Haut de page

Auteur

Dominique Maingueneau

Université Paris-Est Créteil Val de Marne, CEDITEC
maingueneau@univ-paris12.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page