Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

La question de la graphie pour la langue kabyle

The question of the alphabet for Kabyle language
El tema de la grafía para la lengua cabileña
Chérif Sini
p. 141-153

Résumés

L’émergence de la graphie latine comme écriture du kabyle résulte du long processus de grammatisation dans le domaine berbère, entamé durant la période coloniale et investi par des lettrés et des militants culturels kabyles pour amener la politique d’arabisation à composer avec une culture kabyle valorisée par l’écrit. En dehors de l’historicité de cette adoption, les arguments d’universalité, de scientificité, d’adaptabilité et de technicité de cette graphie sont aussi discutables que celui qui lui est opposé : le risque d’occidentaliser cette langue. Autochtone, l’alphabet tifinagh est d’usage symbolique. Son apparition plus ou moins massive sur les enseignes et les devantures d’établissements publics en Kabylie, au lendemain de la promotion du berbère au statut de langue nationale en avril 2002, est associée à une instrumentalisation politique de la ligne idéologique au pouvoir visant à discréditer les producteurs en kabyle, tous utilisateurs de la graphie latine. La graphie arabe est quant à elle rejetée en raison de son lien avec la politique d’arabisation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le berbère, une langue en voie de disparition ?
Le kabyle : les facteurs d’une singularisation
La graphie latine : les raisons d’une adoption
Les tifinagh ou les motifs d’une hésitation
La graphie arabe ou les causes du rejet

Aperçu du texte

Le kabyle est la forme de la langue berbère actuellement parlée en Kabylie, au centre nord-est de l’Algérie. De tradition essentiellement orale, il connait, depuis les années soixante-dix, l’accélération de son passage à l’écrit, accompagnant sa redynamisation sociolinguistique en réaction à la politique d’unification linguistique et culturelle du jeune État-nation algérien. Cependant, il se heurte, au niveau institutionnel, à l’épreuve du choix de sa graphie, tifinagh, arabe ou latine. L’examen des arguments pour ou contre chacune des trois possibilités donne à voir le rapport complexe entre la langue et l’écriture en général. Il fait ressortir le poids des conditions socio-historiques et sociopolitiques dans l’émergence de la graphie latine dans l’édition et l’enseignement kabyles, dans l’hésitation à adopter l’alphabet tifinagh et dans le rejet idéologique de la graphie arabe. Il permet ainsi d’analyser les retombées directes du conflit sur la gestion institutionnelle des langues...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chérif Sini, « La question de la graphie pour la langue kabyle », Mots. Les langages du politique [En ligne], 110 | 2016, mis en ligne le 09 mai 2018, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/22180

Haut de page

Auteur

Chérif Sini

Université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page