Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Compte rendu de lecture

ALDUY Cécile, WAHNICH Stéphane, 2015, Marine Le Pen prise aux mots

Paris, Le Seuil, 311 pages
Émilie Née
p. 187-192
Référence(s) :

ALDUY Cécile, WAHNICH Stéphane, 2015, Marine Le Pen prise aux mots, Paris, Le Seuil, 311 pages

Texte intégral

  • 1  Plusieurs études ont en revanche porté sur la presse d’extrême droite (voir par exemple les travau (...)
  • 2  Ces questions complexes de neutralité et d’engagement du chercheur en analyse du discours ont été (...)
  • 3  La sociologie politique a d’ailleurs déjà posé quelques jalons (voir par exemple J. Le Bohec, « In (...)
  • 4  S. Bonnafous et P. Taguieff soulignaient déjà, en 1986, l’urgence et la difficulté d’un tel travai (...)

1Alors que le discours politique est l’objet privilégié, l’objet « noble », presque naturel de l’analyse de discours française (du côté de la lexicologie comme de la rhétorique), peu de chercheurs se sont penchés sur les discours des dirigeants du Front national1. Et pourtant, comme l’indique Cécile Alduy en ouverture de Marine Le Pen prise aux mots, l’histoire du Front national « c’est aussi, fondamentalement, une histoire de mots » (p. 14). Ce paradoxe s’explique si l’on considère le discours frontiste, dans le champ du discours politique, comme un objet dont l’étude est périlleuse, parce qu’il interpelle et provoque la subjectivité du chercheur et qu’il l’oblige par là à se positionner par rapport aux questions de neutralité et d’engagement scientifique2. Le choix d’un tel objet peut d’ailleurs s’apparenter à un geste militant. L’écueil en s’attaquant à l’analyse du discours frontiste est alors de glisser de l’analyse dépassionnée au commentaire politique chargé d’affect3. Si un tel discours peut être considéré comme un objet scientifique sensible et piégé, il n’en demeure pas moins un objet que l’analyse de discours se doit d’étudier4.

2C’est ainsi avec intérêt qu’on avait pu lire l’ouvrage Le Pen, les mots. Analyse de discours d’extrême droite, paru en 1997 (M. Souchard, S. Wahnich, I. Cuminal et V. Wathier) qui, de manière accessible, rigoureuse tout en étant engagée, passait au crible le discours de Jean-Marie Le Pen. Le citoyen en quête d’outils pour comprendre les ressorts et le succès du discours frontiste se réjouira aujourd’hui de l’existence de l’ouvrage de Cécile Alduy et Stéphane Wahnich, qui propose une abordable et éclairante analyse des discours de l’actuelle présidente du Front national. Le chercheur accoutumé aux précautions méthodologiques et aux analyses toujours précises lui réservera un accueil peut-être plus mesuré.

  • 5  Les auteurs utilisent deux outils, le logiciel de statistique textuelle Hyperbase, créé en 1989 pa (...)
  • 6  Nous pensons à titre de comparaison à l’étude très fouillée et astucieuse de D. Mayaffre sur les d (...)
  • 7  Par exemple : « Avec une désinvolture surprenante [nous soulignons], Marine Le Pen ne reproche qu’ (...)

3Il y a évidemment une parenté entre ces deux monographies – au-delà d’une parenté auctoriale, S. Wahnich ayant participé aux deux ouvrages. C. Alduy et S. Wahnich reprennent la méthodologie présentée dans Le Pen, les mots, en proposant une analyse sur corpus (« plus de 500 textes » [p. 27] de Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen réunis, allant de 1987 à 2013 inclus) et une analyse de discours outillée5. Malgré cette tentative d’objectivation des discours, Marine Le Pen prise aux mots se donne à lire à son tour comme un essai grand public plutôt que comme un ouvrage scientifique6, ce qui tient aux objectifs affichés ou perceptibles des deux auteurs : il s’agit tout autant de déconstruire le discours frontiste que de le miner et de donner au citoyen des clefs pour s’en désolidariser ou pour le contrer. La parenté entre les deux ouvrages s’arrête là. L’intention militante des deux auteurs peut ici s’incarner dans des formulations évaluatives ou axiologiques parfois proches du commentaire journalistique, lesquelles s’entremêlent aux analyses sans qu’on y prenne toujours garde7. On ressent aussi à la lecture de ce nouvel opus un sentiment d’urgence, qui s’accompagne par moments d’approximations ou d’inexactitudes, la première victime étant justement la méthode convoquée par les auteurs, l’analyse de discours outillée. On regrette par exemple l’utilisation sans grande prudence de la notion de « corpus de référence » (p. 25), le positionnement de l’analyste de discours comme décodeur d’un « sens caché » (ibid.) ou encore la dénomination « logiciel de lexicologie » pour « logiciel de lexicométrie (ou de statistique textuelle) » (p. 276).

4Malgré ces défauts et maladresses, Marine Le Pen prise aux mots n’en demeure pas moins une monographie intéressante dont on relèvera dans ce compte rendu les principaux apports pour l’analyse du discours politique.

5Les deux auteurs prennent comme point de départ le constat de nombreux commentateurs politiques, « la stratégie de “dédiabolisation” engagée par la nouvelle présidente du Front national depuis 2001 » (p. 15), pour interroger précisément l’évolution (ou non) du discours frontiste et de ses stratégies : « Est-ce pour autant que le sens et le contenu de l’offre politique du Front national ont changé ? Au-delà du toilettage lexical, le discours de la fille est-il si différent de celui du père ? Et doit-on parler d’aggiornamento idéologique ou de changements purement cosmétiques ? » (ibid.). Trois chapitres répondent à cette problématique, qui correspondent à autant d’éclairages sur le discours de l’actuelle dirigeante du parti d’extrême droite. C’est d’abord une plongée dans les « mots » de Marine Le Pen que proposent les auteurs. Une analyse sémiologique vient ensuite éclairer le lecteur sur la conception du monde qui préside à ce discours. La dernière partie de l’ouvrage met ces analyses en regard de la réception favorable du discours frontiste tel qu’il est énoncé par la nouvelle dirigeante.

Lexicologie politique

6Le premier chapitre de cet ouvrage (« Les mots »), rédigé par C. Alduy, est celui sans doute qui intéressera le plus les lecteurs de la revue Mots. Les langages du politique, en particulier les spécialistes de lexicologie politique et d’analyse de discours outillée. Une comparaison des thématiques politiques de Marine Le Pen et de Jean-Marie Le Pen est d’abord effectuée, qui prend pour observable le lexique nominal – lequel peut renvoyer à des concepts politiques – et son environnement cotextuel. Cette comparaison permet de mettre au jour plusieurs stratégies discursives de Marine Le Pen réunies sous l’expression « offensive sémantique » (p. 90)

7Les inventaires distributionnels permettent d’abord à C. Alduy de faire voir plusieurs évolutions qui se manifestent soit par la réorientation de thèmes présents dans le discours frontiste, soit par l’introduction de nouveaux thèmes. On retiendra des analyses un investissement bien plus important de la thématique économique par Marine Le Pen – « le tropisme économique » (p. 34) –, qui est en partie lié au contexte économique qui marque les années 2010. En parlant d’économie, le discours de Marine Le Pen se pare d’un vocabulaire traditionnellement de gauche – et l’accapare. Dans le même temps, l’analyse des mots de Marine Le Pen révèle un « virage étatique » qui passe par l’emploi « resémantisé » du terme politique État, lequel concurrence ou se confond avec le terme nation : Marine Le Pen « change par là même la structure et la valence du discours frontiste sur l’État pour faire de ce dernier le pilier central et unifié de son projet de redressement économique, social et national. » (p. 43).

  • 1  Méthode aujourd’hui éprouvée en statistique textuelle, le calcul des cooccurrences permet de trava (...)

8Pour autant, les réseaux lexicaux qui se dessinent autour du vocabulaire de Marine Le Pen (calcul des cooccurrences)1 semblent indiquer une permanence du discours frontiste sur certains thèmes privilégiés (le nationalisme, l’identité nationale et l’immigration). Ce qui est nouveau, c’est en fait la manière dont s’énonce ce discours – C. Alduy montre que la présidente du Front national tient un double discours – et la conception du monde auquel il est adossé. Les analyses de l’emploi du terme immigration sont à ce titre éclairantes. D’un côté, on retrouve dans le discours de Marine Le Pen des associations présentes dans celui de Jean-Marie Le Pen comme « l’équation “immigration = chômage = insécurité” » (p. 78). Dans le même temps, le discours sur l’immigration de Marine Le Pen est édulcoré, allégé des images violentes chères à la rhétorique Jean-Marie Le Pen – « immigration-invasion » (p. 80) par exemple – ainsi que des aspects racialisés que l’on retrouve ailleurs dans le corpus frontiste. Enfin, la prise en compte d’une variable générique (discours, interviews, etc.) permet à C. Alduy de faire voir que le cotexte d’immigration dans les discours de l’actuelle dirigeante du Front national change selon les destinataires : « tandis que les discours destinés à “la base” reproduisent les lieux communs polémiques du père, Marine Le Pen s’efforce de déplacer la discussion vers un terrain strictement économique lors des interviews dans les médias nationaux » (p. 83). Enfin, la lecture des énoncés de Marine Le Pen fait voir que dans la conception du monde qui s’en dégage, le thème de l’immigration n’occupe pas tout à fait la même place : « De cause originelle de tous les maux qu’elle était chez le père, l’immigration est devenue chez Marine Le Pen l’instrument d’une autre puissance maléfique, le “mondialisme”, qu’elle tire du côté de l’anticapitalisme. » (p. 89)

9Ce que révèle alors l’analyse du discours politique de Marine Le Pen, c’est le déploiement de stratégies sémantiques, énonciatives et rhétoriques visant à renouveler la forme du discours frontiste et à en faire oublier le fond. Ce fond est néanmoins toujours présent, ce sur quoi les deux auteurs insistent tout au long de l’ouvrage. Le discours de Marine Le Pen met notamment en œuvre un « piratage lexical et conceptuel » efficace, qui se manifeste par l’emprunt à d’autres formations politiques de mots et de concepts (état, laïcité ou mondialisme, par exemple) et par leur resémantisation. Une autre caractéristique saillante de ce discours c’est l’euphémisation, qui opère au moyen de plusieurs procédés langagiers – par exemple, l’atténuation voire le gommage du lexique évaluatif ou affectif et de la violence typiques des discours de Jean-Marie Le Pen.

10Lissé, ses contours et ses formes renouvelés, le discours frontiste tend par ces procédés à se normaliser. Et C. Alduy de soulever un paradoxe : « l’extrémisme se cache à présent sous les traits de l’euphémisme » (p. 117).

Un récit intelligible et cohérent pour comprendre un monde devenu complexe

11Le deuxième chapitre, écrit à nouveau par C. Alduy, fait entrer un peu plus le lecteur dans les formes et structures du discours frontiste. « Sémiologie et mythologie » interviennent comme « outils propres à décrypter les récits implicites qui structurent la Weltanschauung lepéniste et son style propre […] » (p. 121). C. Alduy paraît plus à l’aise dans la présentation de cette exégèse dont on retiendra pour l’essentiel la capacité du discours frontiste « à offrir un modèle d’intelligibilité du monde » (p. 120) à partir d’une accumulation et d’une diversité d’actualités et de données – politiques, sociales, économiques. L’offre de ce discours, c’est en fait « un ensemble d’archétypes narratifs [les “mythèmes”] et de figures légendaires à forte valeur symbolique » permettant d’articuler « en un récit cohérent les fragments épars d’un monde contemporain dont les clés nous échappent [en les reliant] à un passé collectif structurant » (p. 120). Ces « mythèmes transhistoriques » (p. 122) réunissent tout à la fois l’Âge d’or regretté et l’apocalypse redoutée, les mythes politiques du Peuple, du Chef, de l’Unité ou encore du Complot, puis les mythes bibliques et religieux du Diable, du Prophète et de la Croisade. Le récit construit par le discours de Marine Le Pen tire sa force de la permanence de ces mythèmes qu’il articule, de leur caractère universel – ils ne sont pas le produit de l’extrême-droite – et de la simplification d’un monde complexe qu’il propose. De surcroît, « quelle que soit leur valeur de véridicité, ces récits créent une “communauté imaginaire” (autre nom de la nation selon Benedict Anderson) où le langage offre un capital identitaire compensatoire là où l’action politique n’offre que peu d’espoir » (p. 123).

Les raisons d’une réception favorable du discours frontiste

12Ce peu d’espoir offert par les autres discours politiques semble participer justement au succès de celui de Marine Le Pen. S. Wahnich, dans un dernier chapitre, livre un certain nombre d’éléments permettant d’expliquer la dynamique actuelle du Front national et la réception favorable des discours qu’il énonce. Selon l’auteur, le succès de ce courant tient à la fois à « la situation économique et sociale, [au] manque de réponses appropriées des autres partis politiques aux demandes de l’électorat, mais aussi [au] discours des médias et [à] l’émergence d’un courant frontiste » (p. 188). Ainsi que l’indique l’auteur, « le vote du Front national semble être d’abord l’expression d’une fragilisation sociale » (p. 189). Ce phénomène semble interagir avec une logique géographique : plus on s’éloigne des centres-villes, plus le sentiment de déclassement s’accroît, « plus on a tendance à accorder sa voix au parti de Marine Le Pen » (p. 191). Ce vote est aussi favorisé par l’absence de discours explicatifs de la part des autres partis politiques, en particulier sur le sujet de l’immigration, et par les discours proposés par ces mêmes partis, qui écornent une certaine conception du politique et des valeurs républicaines. On lira notamment avec intérêt l’analyse qui est proposée du discours de Jean-Luc Mélenchon puis de la banalisation de la violence en politique. Enfin, la contribution de S. Wahnich insiste, à partir de données chiffrées (nombre d’occurrences dans les archives de l’INA), sur la place accrue que les médias télévisés et radiophoniques accordent au discours de Marine Le Pen et montre que la présence médiatique de la présidente du Front national tend, comme son discours, à se normaliser. Ainsi, commente l’auteur, « force est de reconnaître que Marine Le Pen est particulièrement bien accueillie dans les médias […] » (p. 231).

  • 1  Une enquête à partir d’entretiens auprès des électeurs frontistes a permis, par exemple, à J. Blon (...)
  • 2  Voir par exemple le récit sociologique de D. Eribon, Retour à Reims, Paris, Flammarion, III, 2009, (...)

13Si les pistes de réflexion de S. Wahnich sont intéressantes, on regrettera dans ces dernières pages l’absence d’une enquête sociologique approfondie auprès de l’électorat du Front national1. Plusieurs des analyses proposées se confondent aussi avec la synthèse de travaux existants ou avec les points de vue de l’auteur et, de fait, dessinent à grands traits des dynamiques dont on aura pu lire ailleurs des descriptions plus fines et abouties2.

14Malgré ces quelques réserves, nous conseillons la lecture de l’ouvrage Marine Le Pen prise aux mots : parce qu’il comporte des analyses utiles au lecteur, constituant par là une bonne entrée en matière dans le discours contemporain du Front national, mais aussi parce qu’il ouvre plusieurs pistes intéressantes pour l’analyse du discours frontiste et, plus largement, l’analyse du discours politique – parmi elles, l’euphémisation, le piratage lexical et la resémantisation de concepts politiques, le polymorphisme d’un discours qui semble s’adapter à tout type de destinataires et de lieux d’énonciation. Gageons aussi que cette nouvelle étude nous invite, analystes de discours, à regarder de plus près, avec l’œil du scientifique, le discours du Front national.

Haut de page

Notes

1  Plusieurs études ont en revanche porté sur la presse d’extrême droite (voir par exemple les travaux déjà anciens de J.-P. Honoré : « La hiérarchie des sentiments. Description et mise en scène du Français et de l’immigré dans le discours du Front national », Mots, no 12, p. 129-157 et « Jean-Marie Le Pen et le Front national (description et interprétation d’une idéologie identitaire) », Les Temps Modernes, no 465, p. 1843-1871).

2  Ces questions complexes de neutralité et d’engagement du chercheur en analyse du discours ont été abordées récemment de manière tout à fait intéressante dans le numéro 11 – Analyses du discours et engagement du chercheur de la revue électronique Argumentation et Analyse du Discours (R. Koren éd., 2013 [en ligne], http://aad.revues.org/1515).

3  La sociologie politique a d’ailleurs déjà posé quelques jalons (voir par exemple J. Le Bohec, « Introduction », Sociologie du phénomène Le Pen, Paris, La Découverte, 2005, p. 6-7) sur les difficultés que pose un tel objet de recherche.

4  S. Bonnafous et P. Taguieff soulignaient déjà, en 1986, l’urgence et la difficulté d’un tel travail de recherche (« Avant-propos », Mots, no 12, Numéro spécial. Droite, nouvelle droite, extrême droite. Discours et idéologie en France et en Italie, p. 5-6).

5  Les auteurs utilisent deux outils, le logiciel de statistique textuelle Hyperbase, créé en 1989 par Étienne Brunet (laboratoire Bases, Corpus, Langage, UMR 7320, Université de Nice-Sophia Antipolis) et le logiciel de dépouillement terminologique et d’analyse morpho-syntaxique Termino, développé au Centre d’analyse de textes par ordinateur par Sophie David et Pierre Plante (1990, Université du Québec, Montréal).

6  Nous pensons à titre de comparaison à l’étude très fouillée et astucieuse de D. Mayaffre sur les discours de Nicolas Sarkozy : Mesure et démesure du discours. 2007-2012, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

7  Par exemple : « Avec une désinvolture surprenante [nous soulignons], Marine Le Pen ne reproche qu’une erreur de communication… » (p. 16), ou encore « Marine Le Pen entretient en effet sciemment [nous soulignons] la confusion… » (p. 44).

1  Méthode aujourd’hui éprouvée en statistique textuelle, le calcul des cooccurrences permet de travailler sur des récurrences cotextuelles et, par là, sur la dimension syntagmatique et associative du discours. Sur le calcul et les principes de cette méthode, voir P. Lafon, « Analyse lexicométrique et recherche des cooccurrences », Mots, no 3, 1981, p. 95-148.

1  Une enquête à partir d’entretiens auprès des électeurs frontistes a permis, par exemple, à J. Blondel et B. Lacroix de montrer « l’étonnante diversité des façons [pour les électeurs en question] de justifier le vote en faveur du FN » […], « la complexité des raisons qui conduisent des gens différents à recourir, dans une conjoncture particulière, à une même marque électorale » (« Pourquoi votent-ils Front national ? », N. Mayer, P. Perrineau éd., Le Front national à découvert, Paris, Presses de la FNSP, 1989, p. 150-170, p. 151). Nous remercions Denis Barbet pour cette référence toujours d’actualité.

2  Voir par exemple le récit sociologique de D. Eribon, Retour à Reims, Paris, Flammarion, III, 2009, p. 126-160 et, plus récemment, l’ouvrage de C. Braconnier, N. Mayer, Les inaudibles. Sociologie politique des précaires, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Née, « ALDUY Cécile, WAHNICH Stéphane, 2015, Marine Le Pen prise aux mots », Mots. Les langages du politique [En ligne], 110 | 2016, mis en ligne le 09 mai 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/22288

Haut de page

Auteur

Émilie Née

Céditec – UPEC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page