Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Dire les minorités linguistiques en sciences sociales : les notions de « vitalité » et d’« allophone » dans les contextes canadien et français

Wording linguistic minorities in the social sciences: the concepts of “vitality” and “allophone” within Canadian and French contexts
Hacer referencia a las minorías lingüísticas en las ciencias sociales: los conceptos de «vitalidad» y «alófono» en los contextos de Canadá y Francia
Elatiana Razafi et Christophe Traisnel
p. 111-126

Résumés

Ce travail s’intéresse aux choix discursifs du chercheur en ce qu’il est à la fois promoteur des modes de désignations dominants et contestataire des effets de modes en tant que tels. Deux notions devenues incontournables dans le paysage des minorités linguistiques au Canada et en France retiendront notre attention : « vitalité » et « allophone ». La première s’est progressivement imposée au champ d’étude des langues au Canada jusqu’à devenir un quasi-paradigme. La deuxième a voyagé du Québec à la France d’où un questionnement nécessaire quant aux conséquences de cette importation. La transformation du champ d’études des minorités linguistiques et la (dé)valorisation potentielle d’expériences plurilingues et pluriculturelles : telles sont les principales implications étudiées ici lorsqu’à son tour, le chercheur prend en charge les notions « vitalité » et « allophonie ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La notion de « vitalité » au Canada
La notion d’« allophone » en France
Perspectives : paradoxes autour du rôle du chercheur

Aperçu du texte

Introduction

Le chercheur en sciences sociales n’est pas, loin s’en faut, qu’un observateur impartial du monde qui l’entoure (Berger et Luckmann, 1966). Comme tout acteur social, il fait face à la circularité des notions qu’il utilise, emprunte, fabrique. A ce titre, les « pères fondateurs » de la sociologie offrent des balises claires. Durkheim (1988 [1894]) demande en effet de découper (au sens d’« isoler ») l’objet visé et propose un processus scientifique rigoureux, objectif, à travers lequel la phase initiale est, précisément, de s’extraire systématiquement de toute prénotion ou préjugé pour mieux parvenir à l’étude du « fait social ». Prendre un fait social « comme une chose » implique un travail de définition méthodique à travers lequel le contexte doit avoir le moins d’emprise possible. Quant à Max Weber (2003 [1919]), s’il reconnait lui-même (pour avoir tout à la fois été lui-même engagé et savant) que la distanciation s’avère difficile, le savant doit bien prendre la mesure...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elatiana Razafi et Christophe Traisnel, « Dire les minorités linguistiques en sciences sociales : les notions de « vitalité » et d’« allophone » dans les contextes canadien et français », Mots. Les langages du politique [En ligne], 115 | 2017, mis en ligne le 21 novembre 2019, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/22888

Haut de page

Auteurs

Elatiana Razafi

Université de Nouvelle-Calédonie – elatiana.razafi@univ-nc.nc

Christophe Traisnel

Université de Moncton, École des hautes études publiques – christophe.traisnel@umoncton.ca

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page