Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 119, mars 2019 — Les mots de l’écologie

Date limite de réception des projets d’articles : 15 janvier 2018

Les mots de l’écologie

Coordonné par Valérie Bonnet et Albane Geslin

Vingt-cinq ans après la parution d’un numéro consacré à l’écologie politique, la revue Mots remet sur l’ouvrage la question des mots et des discours de l’écologie, reprenant, pour ce numéro, le titre d’un article alors écrit par Geneviève Petiot. De la politique au politique, où en sont les discours sur l’environnement ? L’écologie est installée dans le paysage politique : au-delà des partis dits écologistes, les candidats à la présidentielle française présentent tous un volet – plus ou moins – environnemental dans leur programme. Au même titre, la presse institutionnelle s’est enrichie de rubriques lui consacrant des espaces dédiés. Plus largement, ce thème est diversement abordé dans les médias, y compris dans les pages « politique internationale », et la création du GIEC est un signe de la prise en compte des problématiques du réchauffement climatique par les instances supranationales (l’attribution du prix Nobel de la paix à ce rassemblement de chercheurs en climatologie établit l’installation des réflexions sur l’environnement sur le plan mondial).

Cette période initiale a vu paraître un nombre significatif de travaux sur les discours écologistes et environnementaux comme de revues consacrées à la question : Écologie et politique (1992) ou Nature science société (1997) par exemple. Depuis, les revues de sciences de la vie et de sciences humaines et sociales accueillent de manière récurrente des articles portant sur ce sujet, et l’on dénombre une production notable de thèses traitant de diverses controverses environnementales. Le bilan que l’on peut effectuer est celui de la diversité :

  • Diversité des disciplines scientifiques impliquées dans les analyses (science politique, droit, géographie, sciences de la vie et de la terre, sciences de l’information et de la communication, sociologie, psychologie sociale, sciences du langage, économie) puisque cette réflexion est à la croisée des sciences humaines et sociales et des sciences de l’environnement,

  • Diversité des acteurs (institutions nationales, supranationales, internationales ; syndicats, partis, associations, citoyens ordinaires) et des producteurs de discours (politiques, scientifiques, journalistes, citoyens, militants, photographes-vidéastes), diversité qui induit une diversité des genres de discours portant sur l’environnement (rapports, textes de loi, conventions, professions de foi, discours politiques, articles de presse, documentaires, posts sur des forums de discussion, décisions de justice, etc.),

  • Diversité des phénomènes impliqués (technologique, biologique, médical, anthropologique, économique, météorologique) qui portent la controverse dans divers champs des activités humaines,

  • Diversité des axiologies et des clivages (droite/gauche, productiviste/environnemental, profane/expert, nord/sud, nature/culture, État centralisateur/populations locales) qui peuvent impliquer des argumentations, polémiques, controverses et rhétoriques très diverses.

Les discours sur l’environnement, qu’il s’agisse de dénoncer, marginaliser, délégitimer, vendre ou de défendre les mesures de protection de celui-ci, traversent désormais l’espace public. Paroles expertes et profanes sur l’écologie s’affrontent dans les médias et plus globalement dans des discours sous diverses formes : l’expertise légitimante que divers procédés (la spécialisation du vocabulaire, les données chiffrées et autres appareillages de représentation – diagrammes, courbes, schémas, cartes) mettent en évidence se confronte à la sagesse des nations et au bon sens pratique (évocation de statistiques personnelles, renvoi à des périodes historiques, convocation de l’expérience vécue) comme à la dénonciation de certains discours (climatosceptiques vs climatologues et vice versa ; pratiques de greenwashing). Dans cet univers rhétorique où s’opposent les choix et regards de chacun (y compris les arbitrages qui doivent être faits entre l’environnement et le bien-être des humains, entre le bien-être humain et le bien-être animal), le pathos et l’ethos sont tout autant convoqués que le logos (scientifique ou pragmatique).

Les crises environnementales (les pluies acides, Fukushima, Tchernobyl, l’épizootie de grippe aviaire ou l’épidémie d’encéphalite spongiforme bovine) jouent un rôle primordial dans le déplacement de l’écologie de la sphère scientifique et technique au champ du politique. Tout comme les appels, grands sommets et conférences (La Haye, Rio, Kyoto, Grenelle, Paris), ces grandes crises constituent des événements, provoquant des moments discursifs (Moirand), leurs dénominations circulant dans l’interdiscours. Ce phénomène indique leur forte présence mémorielle, en raison de leur caractère disruptif (Fukushima), initial (accident de Three Miles Island, la conférence de Rio), mais aussi de leur statut de prototype ou de parangon, qui les amène à dépasser leur catégorie de référence (on songe à des expressions comme Tchernobyl aviaire, Tchernobyl chimique).

  • 1 Analysé par E. Chansou dans Tournier et Chetouani (1994) mais aussi par A. Krieg-Planque (2010).
  • 2 Cette expression est très documentée, mais on peut questionner d’autres oxymores comme le terme Ind (...)

Sur le plan de la dénomination, il convient également de convoquer la notion de formule (Krieg-Planque) pour rendre compte d’expressions telles qu’industries de l’environnement, développement durable1, croissance verte, mobilités douces, qui contraignent le débat public, neutralisent les éventuelles conflictualités et stabilisent les polémicités2. Pour citer Lamria Chetouani et Maurice Tournier (1994, p. 4), rien n’est plus politique que l’acte de désigner, et, de fait, les logiques de nomination et de catégorisation inhérentes (l’accident de Three Miles Island versus la catastrophe de Tchernobyl), les choix lexicaux, peuvent être vecteurs d’axiologie et de convocations de discours autres, au moyen de divers tropes sémantiques (antonomase, synecdoque, métonymie, métaphores), de préfixes (alter-, éco-, etc.) ou de néologismes (on pense à écocide par exemple).

Ce numéro envisage de questionner la construction des représentations politiques que peuvent présenter les discours convoquant l’environnement et l’écologie, et les configurations ainsi mises en place.

Les contributions pourront s’inscrire dans les axes suivants, axes non exclusifs, bien entendu :

  • Dimensions rhétorique, polémique, argumentative liées aux controverses environnementales à caractère politique et le rôle joué par l’environnement et l’écologie – environnement comme argument ou argument comme cadre de débats – au sein de celles-ci (les Mapuche refusent le barrage Ralco au Chili au nom de leur mode de vie et de leur culture, la réouverture du projet d’oléoduc dans la réserve de Standing Rock fait se superposer les luttes environnementales, l’opposition anti-Trump et la cause indienne).

    • 3 Voir à ce propos Tournier (1994), Biros (2014) et Vignes (2014).

    Choix langagiers et lexicaux (on constate une omniprésence du sème /vert/3non seulement dans les noms de partis – Verts, Grünen, green party, Niciativa per Catalunya Verds, Federazione dei Verdi, etc. –, mais également dans les discours – verdissement de l’économie, greenwashing –ou des dispositifs (les labels environnementaux trame verte et trame bleue par exemple, ce qui n’est pas sans signifier une certaine conception de l’environnement), la forte présence des métaphores de la maladie, notifiant une humanisation de l’environnement (voir Arnould, Da Lage, dans Tournier, Chetouani, 1994), ou de l’économie (l’environnement étant considéré comme un capital que l’humanité dépense sans compter, spoliant ainsi l’héritage des générations futures mais aussi comme ressource génératrice de potentialités).

  • Les ressorts dialogiques dont usent les discours sur l’environnement, et les relations intergroupes ainsi convoquées (l’invocation de la résistance Viet Minh ou la référence au néo-zapatisme dans le conflit de Notre-Dame-des-Landes).

  • La circulation et la réappropriation des expressions et choix langagiers d’un champ scientifique à l’autre ou d’un acteur à l’autre (des termes et expressions tels que Pachamama, Sumac Kawsay/Buen Vivir, anthropocène ont largement infusé hors de leurs espaces d’émergence).

Nous rappelons par ailleurs que la revue Mots est une revue interdisciplinaire, qui vise à éclairer l’usage des mots et des discours dans le champ politique. Elle est lue par des chercheurs issus des sciences du langage, des sciences de la communication et de l’information et des sciences sociales. Les auteurs sont invités à en tenir compte, dans la rédaction comme dans les références bibliographiques.

Bibliographie indicative

Amey Patrick, 2002, « “L’énonciation profane” dans le débat sur l’énergie nucléaire en Suisse », Langage et société, no 100, p. 81-106.

Arquembourg Jocelyne, 2011, L’événement et les médias : les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics, 1755-2004, Paris, Archives contemporaines.

Barbet Denis, 2010, Grenelle. Histoire politique d’un mot, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Beaurain Christophe, 2003, « Économie et développement durable dans les discours de la production territoriale », Mots. Les langages du politique, no 72, p. 45-59.

Benjaminsen Tor A., Svarstad Hanne, 2009, « Qu’est-ce que la “political ecology” ? », Natures Sciences Sociétés, no 17, p. 3-11.

Biros Camille, 2014, « Les couleurs du discours environnemental », Mots. Les langages du politique, no 105, p. 45-66.

Blais, René, 2000, « Environnement et mondialisation : de la confusion à la convergence des discours », The Canadian Geographer/Le Géographe canadien, no 44, p. 286-297.

Brown Andrew D., 2003, « Authoritative Sensemaking in a Public Inquiry Report », Organization Studies, vol. 25 (1), p. 95-112

Caillaud Sabine, Kalampalikis Nikos, Flick Uwe, 2010, « Penser la crise écologique : représentations et pratiques franco-allemandes », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, no 87, p. 621-644.

Campion Baptiste, 2013, « Mise en débat de la figure de l’expert dans les échanges en ligne sur les changements climatiques : héros, anti-héros et représentations de la science », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], vol. 13, no 2 | septembre 2013, mis en ligne le 6 octobre 2013, consulté le 7 mars 2017. URL : http://vertigo.revues.org/​14007; DOI : 10.4000/vertigo.14007

Carbou Guillaume, « Des contre-discours aux contre-mondes : l’exemple des commentaires d’internautes autour de l’accident de Fukushima », Semen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://semen.revues.org/​10478

Cartier Stéphane, 2004, « Le traitement médiatique des catastrophes dans l’histoire, entre oubli et mémoire », Natures Sciences Sociétés, no 12, p. 439-441.

Chambru Mickael, 2014, « L’évolution des dissonances du syndicalisme français aux prises avec l’énergie électronucléaire et sa critique sociale », Mouvements, no 80, p. 67-77.

Chansou, Michel, (1994), « Développement durable, un nouveau terme clé dans les discours politiques », Mots. Les langages du politique, no 39, p. 99-105.

D’almeida Nicole, 2004, « De l’environnement au développement durable, l’institution d’un objet et la configuration d’une question », Communication et Organisation, no 26, p. 12-24.

Garric Nathalie, Leglise Isabelle, Point Sébastien, 2007, « Le rapport RSE, outil de légitimation ? Le cas Total à la lumière d’une analyse de discours », Revue de l’organisation responsable, no 2, p. 5-19.

Gautier Denis, Benjaminsen Tor A., 2012, Environnement, discours et pouvoir, Versailles, Éditions Quæ.

Krieg-Planque Alice, 2010, « La formule “développement durable” : un opérateur de neutralisation de la conflictualité », Langage et société, no 134, p. 5-29.

Popescu-Jourdy Dana, Colomb Valérie, Vercher Élisabeth, 2012, « Discours environnemental et mise en scène de la solidarité », Recherches en communication, no 35, p. 123-135.

Picoche Jacqueline, 2003, « Champ actanciel du mot environnement et discours sur l’environnement », La polysémie ou l’empire des sens : lexique, discours, représentations, Rémi-Giraud S. et Panier L. éd., p. 255-262.

Mariscal Vincent, Garric Nathalie, 2009, « L’argument écologique dans les livres-programmes électoraux », communication, journée d’étude Les discours écologistes. Colloque international (Paris, 26/09/2009).

Mauger-Parat Marion, Peliz Ana Carolina, 2013, « Controverse, polémique, expertise : trois notions pour aborder le débat sur le changement climatique en France », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], vol. 13, no 2 | septembre 2013, mis en ligne le 6 novembre 2013, consulté le 7 mars 2017. URL : http://vertigo.revues.org/​14297; DOI : 10.4000/vertigo.14297

Moirand Sophie, 2007, « Discours, mémoires et contextes : à propos du fonctionnement de l’allusion dans la presse », Corela [En ligne], HS-6 | 2007, mis en ligne le 1er novembre 2007, consulté le 7 mars 2017. URL : http://corela.revues.org/​1567; DOI : 10.4000/corela.1567

Petiot Geneviève, 1994, « Les mots de l’écologie », Mots. Les langages du politique, n° 39, p. 69-78.

Pottier Antonin, 2013, « Le discours climato-sceptique : une rhétorique réactionnaire », Natures Sciences Sociétés, no 21, p. 105-108.

Rakotonoelina Florimond, 2014, « L’e-conférence écologiste sur les sites web d’(in-) formation : entre genre ordinaire et genre spécialisé », Les Carnets du Cediscor. Publication du Centre de recherches sur la didacticité des discours ordinaires, no 12, p. 75-96.

Tassin Jacques, Kull Christian A., 2012, « Pour une autre représentation métaphorique des invasions biologiques », Natures Sciences Sociétés, no 20, p. 404-414.

Senkel Marie Pascal, 2011, « L’analyse longitudinale du discours sur l’environnement dans le rapport d’entreprise : le cas Deutsche Post-DHL », Recherches en communication, no 35, p. 105-121.

Veron Eliseo, 1981, Construire l’événement : les médias et l’accident de Three Mile Island, Paris, Minuit.

Vignes Laurence, 2014, « Le (s) Vert (s) en politique. Étude symbolique et onomastique d’une couleur qui nomme un parti », Mots. Les langages du politique, no 105, p. 27-43.

Revues :

Chetouani L., Tournier M. (coord.), 1994, Environnement, Écologie, Verts, Mots. Les langages du politique, no 39.

Kovacs S. (coord.), 2012, Discours sur le changement climatique et jeunesse : formes et enjeux de la médiation, Communication et langages, no 172.

Peytavin J.-L. (coord.), 1992, Discours de l’écologie, Quaderni, no 17.

Modalités de soumission

Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 45 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 20 000 signes tout compris). Les auteurs devront soumettre aux deux coordinatrices, avant le 15 janvier 2018, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux deux coordinatrices avant le 1er mai 2018. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinatrices du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard le 30 septembre 2018, après délibération du Comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinatrices avant le 30 octobre 2018.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue https://mots.revues.org/​76. Ils devront être accompagnés d’un résumé et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinatrices : Valérie Bonnet (valerie.bonnet@free.fr) et Albane Geslin (albane.geslin@sciencespo-aix.fr).

Notes

1 Analysé par E. Chansou dans Tournier et Chetouani (1994) mais aussi par A. Krieg-Planque (2010).

2 Cette expression est très documentée, mais on peut questionner d’autres oxymores comme le terme Industrie de l’environnement.

3 Voir à ce propos Tournier (1994), Biros (2014) et Vignes (2014).

Haut de page
/22575/unilyon-small120.jpg" width="120" heilllll="first"> les"
/22575/unilyon-small120.jpg" width="120" heilllllllll="first"> les"
/22t">Hypothè1623">ie de; cmall-caps ;ses 0-2002org/about">En savoir plu