Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Jean-Michel Adam et Ute Heidmann (éd.), Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux d’une interdisciplinarité

Damon Mayaffre
p. 111-118
Référence(s) :

Jean-Michel Adam et Ute Heidmann éd., 2005, Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux d’une interdisciplinarité, Genève, Slatkine érudition, 273 p.

Texte intégral

  • 1  Jean-Michel Adam, Ruth Amossy, Silvana Borutti, Claude Calame, Emmanuelle Danblon, Marc Dominicy, (...)

1Sciences du texte et analyse de discours se présente comme un ouvrage collectif regroupant les communications d’un colloque international tenu à Lausanne en 2004. Les signatures1 sont riches et contrastives puisque, dans un élan œcuménique, spécialistes d’analyse du discours et spécialistes d’analyse textuelle confrontent leurs points de vue.

2Car l’objectif principal de l’ouvrage est bien là, dans le dépassement des querelles de chapelles par un double mouvement ouvert et fédérateur qui consiste à articuler (voire à rapprocher) les deux objets « texte » et « discours » et à appréhender cet (ces) objet(s) dans une perspective interdisciplinaire sans a priori.

  • 2 On notera par exemple l’affirmation : « Nous avons regroupé dans ce volume des études qui s’interro (...)

3L’introduction de l’ouvrage, « Sciences du texte en dialogue. Analyse de discours et interdisciplinarité » (p. 7-17), par Jean-Michel Adam et Ute Heidmann, situe précisément le propos dans cette double perspective. Les auteurs, en effet, s’appliquent, d’une part, à établir une relation non pas exclusive ou contradictoire, mais essentielle et hyponymique, entre texte et discours2 et définissent, d’autre part, l’analyse de discours avant tout comme un moyen de penser l’interdisciplinarité entre les sciences du texte et d’autres disciplines.

  • 3 Dans ces conditions, la question est moins : « Faut-il ou non de l’interdisciplinarité ? », que : « (...)

4Le plaidoyer en faveur de l’interdisciplinarité, qui s’appuie sur l’œuvre de Pierre V. Zima (2003), est convaincant, même si les auteurs feignent sinon de découvrir l’interdisciplinarité, du moins de la considérer comme une perspective nouvelle – alors même qu’elle est originelle dans l’analyse de discours3 –, et que l’ouvrage lui-même montre, malgré sa réelle intention, le difficile dialogue entre les disciplines en regroupant avant tout des auteurs issus des sciences du langage ou de la littérature à (l’auto-)exclusion des historiens, des sociologues, des psychologues.

5La réflexion introductive sur texte/discours ou, plus précisément, sur analyse textuelle/analyse du discours est, quant à elle, passionnante mais problématique, jusqu’à laisser imaginer un certain malentendu entre les différents contributeurs de l’ouvrage. Si, à titre personnel, nous ne pouvons que suivre
J.-M. Adam et U. Heidmann lorsqu’ils affirment que « l’analyse de discours a pour but d’articuler la double dimension sociale et textuelle des pratiques discursives », et que « l’analyse de discours se définit ainsi moins comme une nouvelle discipline que comme un champ de recherche interdisciplinaire » (p. 8), on peut douter que D. Maingueneau, associé par les auteurs à cette affirmation, en soit tout à fait d’accord. La référence que J.-M. Adam et U. Heidmann donnent, sous forme de caution, de D. Maingueneau est même très évasive (p. 8), alors que l’on retrouve sous la plume de ce dernier l’affirmation explicite inverse d’une analyse de discours érigée en véritable discipline (Charaudeau et Maingueneau éd., 2002, p. 45 et 12).

  • 4 Le refus militant du singulier pour qualifier « discours » sera réaffirmé et explicité plus loin pa (...)

6A vrai dire, le titre même de l’ouvrage, avant l’introduction, montre la perspective principale des éditeurs scientifiques. Science du texte et analyse de discours : le texte est un objet constitué, un concept opératoire, unifié et théorisable lorsque les discours sont des pratiques toujours plurielles, complexes, a- ou polymorphes, insaisissables4. A la réflexion, l’ouvrage est peut-être moins œcuménique qu’imaginé.

7Les articles de D. Maingueneau, J.-M. Viprey et J.-M. Adam sont regroupés dans une belle première partie (p. 35-96) consacrée au rapport entre l’analyse du discours et la philologie.

8D. Maingueneau, dans « Philologie et analyse du discours » (p. 37-50), prend tout d’abord à bras-le-corps la question en constatant que, « curieusement » (p. 37), l’analyse de discours n’a jamais réfléchi à ce rapport alors même qu’une continuité entre la philologie traditionnelle et l’analyse du discours pourrait être envisagée. Mieux : loin de ses prétentions fondatrices, l’analyse de discours ne serait-elle pas simplement un prolongement et une « nouvelle philologie » (p. 37) ? On le devine, D. Maingueneau finira par conclure par la négative, mais non sans donner des arguments opposés. Car l’auteur est obligé de constater, par exemple, que philologie et analyse de discours partagent une certaine « plasticité », ou autrement dit qu’« on retrouve dans la philologie comme dans l’analyse du discours la duplicité d’une discipline polymorphe qui, à la fois, construit un savoir positif et constitue une zone d’interaction forte entre plusieurs espaces de savoir » (p. 48).

9Mais pour D. Maingueneau, la parenté n’est plus aujourd’hui possible car la philologie, de fait, a trop longtemps réduit son champ géographique d’investigation à la seule littérature et son champ chronologique aux textes anciens ou médiévaux. Surtout, avant tout préoccupée par l’origine des textes et par leur dimension esthétique, elle a trop longtemps délaissé le champ scientifique de leur compréhension-interprétation pour en faire une approche technique ou génétique et une lecture exégétique, esthétisante, méthodologiquement érudite mais seulement « attentive » (p. 46), « empathique » (p. 46) ou littéraire.

10Pour finir, au-delà de ce déficit scientifique qui fait fi de l’apport saussurien et des sciences du langage, la philologie s’est consacrée aux textes – aux textes rares souvent sacrés, prémodernes –, lorsque l’analyse de discours entend se consacrer aux discours – aux discours souvent profanes et contemporains. Où l’on revient à la distinction entre textes, entendus ici comme source à établir et à critiquer, et discours, entendus comme pratique à analyser, à comprendre et à interpréter.

11C’est précisément parce qu’il se revendique de l’analyse textuelle que J.‑M. Viprey (« Philologie numérique et herméneutique intégrative », p. 51-68) peut, tout au contraire, en appeler à la philologie – une philologie revisitée, certes – emboitant le pas d’auteurs comme François Rastier.

12L’article s’ouvre sur la réflexion la plus profonde de l’ouvrage sur texte et discours. « Le texte est un mode opératoire sur le discours » (p. 52), peut-on lire ; ou encore, le texte est « l’institution d’un discours » (p. 54). Et si J.-M. Viprey reconnait que « le texte n’est pas un objet par soi, mais une phase vers l’objet fondamental des sciences humaines qu’est le discours », c’est pour mieux dénoncer, avec Georges-Elia Sarfati (2003), « une analyse de discours qui manque(rait) le texte en tant que tel » (p. 53) et réfuter l’équation, aussi simpliste que fausse, qui fait du texte un discours moins ses conditions d’énonciation (p. 59).

13Mais l’objet de l’article de J.-M. Viprey est ailleurs, dans « la troisième révolution technique de l’histoire universelle du discours après l’écriture et l’imprimerie » (p. 51) qu’entraine le numérique. En changeant de support, les textes rappellent ou révèlent leur vraie nature : celle de construits, celle d’artefacts, celle d’hypertextes (le texte est « par sa nature d’artefact et dès l’origine, hypertexte », p. 59). Dès lors, la nouvelle philologie numérique et l’herméneutique intégrative que J.-M. Viprey appelle de ses vœux se proposent d’exploiter les vertus de l’hypertextualité et les capacités des logiciels de traitement en étudiant notamment la « texture » (p. 60 et suiv.) des textes, c’est-à-dire les dimensions micro-distributionnelles d’un texte ou d’un corpus. Pour mieux nous convaincre, l’auteur illustre alors éloquemment son propos, sur corpus, par l’étude multidimensionnelle (AFC) des profils collocatifs des vocables dans Le Monde diplomatique de 1980 à 2000.

  • 5 « L’analyse de discours a besoin de la linguistique textuelle… La linguistique textuelle a pour tâc (...)

14L’article de J.-M. Adam, « Les sciences de l’établissement des textes et la question de la variation » (p. 69-92), se décompose en plusieurs temps. Après avoir rappelé la tâche indispensable à l’analyse de discours de la linguistique textuelle5 et montré, ici ou ailleurs (Adam, 1999), combien le texte était l’objet même d’une linguistique ouverte sur la poétique, la rhétorique, la sémiologie, J.-M. Adam dénonce « le leurre de l’évidence naturelle du texte » (p. 70). Son article devient alors un appel à un travail philologique sur l’établissement des textes, artefacts tout comme chez J.-M. Viprey, et non pas données « statiques », clôturées sur elles-mêmes et incontestables telle qu’une page de livre peut nous le laisser penser. L’auteur pose ainsi centralement la question des variations textuelles, qu’il décline par les variations auctoriales, les variations éditoriales, l’instabilité des textes (évidente dans la ion à la seumédiévalose ea foque sais non soins comtestablespour tes discours setrons ritu des vhmme spolitiqueLmoent pailologique /em> dercmt d’avidar les véreves pe l’interdrétation pt les cartique

715/span>Les articles de Dte Heidmann, slaude Calame,pt lmmanuelle Danblon, ompose t la qeux ème rartie (e l’ouvrage sp. 59-1"60 consacrée par le biis ndu omporatoise, E la péflexion léthodologiquem

13ADns « lCmporatoise,et analyse de discours. ELa omporation pifférentsille conme céthodo » (p. 79-1"1), a. Heidmann dous convaincrndu  paotntsill hursstique » (p. 7100 cdu omporatoise,et extend sécellopercl le sprincipae pépnstmodogiquems t déthodologiquem de la conporation » (p. 7101. SO retrindreaau coins croisi dérs-mforce pour Daloide une rdmatche iomporatoie. LDebord ,la négess"té des« cunstruite,des tomporatles » (p. 7103) Lui fffettive ent le poinnt :sans donue cotte aéflexion lous centoire--elle p la puestion des vorpus,et an coient pailologique ,évaque par l.-M. Adam, ui fdit tréseide u laur comstruition, En uivte l’insà lê d’avudiar deebord c qui fst ifférents(« Pomporation pem>Lifférentsille /em> :, p. 5102); oar lour D. Heidmann « Ll doncvint d’ebondnnner da conporation universelistnte mn faveur deune conporation pion l’objettif p’est pas uluneverselistnion, mois laifférentiation (ds langaes, des pon à la seuset des scltiseus» (p. 7102. Etnfi, mour Dlus pe fauits, hursstique s t de lriaesr Dépnstmodogiquem,le deviir rd conporar les vextes (ans « ln tapport aon -hi lacheque » (p. 7104, cor lême dne cerauction,est moinsle def=lt disrtti,vertuiall,du texte edorigine due coeli, hrigzotal d’uneautremdiscours, e’uneautremdontemxte l’une antremdoltiseu. ’est prarcette dorniere péflexion lur la perauction,e auct de coéafion, dencl et non pe traincription"e aue l’anticle de J. Heidmann drend tout savDalosr cor lon saulement l seappuie sur l traitement enfettivfd’un corpus.pe trxtes rapsemeblnt les comntm de lPerraltipt lesr trauction,engaaiss, mais nl seustue ue propos dans cls rappert sentre la gaes,texte et discours.et dinnerà rafléchi rsur l trôlepe l’interdemxte ls rgenr

137/span>L’article de JC Halame, E Phageatique

138/span>A vlie l’anteur on pn peut nu’àremdontaincruqu’entparenl doa, l’anproche tectuelle ae seuffi pas ut que l « terauction,eraincrltiseule » (ipose en c digesnrement domporatoif» (iposrant qp. 712). Sar ltn grttaem>L /em> de le propblme revient acruelsens cls roémL /em> l’ouvtillge lunguistique odu  pje-ici-aineendat » (ous centoirelon saulement   un esituetion (istorieue odnnéesdans la qelle as céta gant, sui flus pst, qacis et ficion, mois lussi s un esituetion (pnctiulle d’hnonciation (artie (ntégratte daudiscours. EAnsi ,l le sporme vérmmstruaives pe pem>L-d /em> don lette dapacitésde lrférenr c qu’elle vérsgnent sux dcord nnées panion-emporalles de cui fss=me de discoursan coient pe len ànonciation de fannere pntroa-et expraditcursives.Dans cespoume reeHrsgdo,la péflrence qmplisue par la norme dermmstruaivesfédinicn,et anccusaivesfem>Ltênd /em> dst iuble : lle dentoire d’une part, u contfon jrssique distorieue o(xprad-itcursivf)opposnt le paume Hersgdos uen frre pPersès d’autre part,u cit qosjutici cui fvint d’eremdrésentesd(ntroa-itcursivf)oans le dscours poutique,.» (p. 7125)/p>

13MPus pénétalement ,les vérmmstruaivfscubdlanalphre,dstue n dinnc« l’inonci paécisément p la pcoisie en re les diux dmensions méflrencsille sdaudiscours. entre téflrence qu contrxte eunguistique ot réfurence q la setuetion (pésente ce l’évonciation » (p. 7127.

12Pès lors, lC Halame, Eans une béflexion lambtiesus, meut nouacer,la distinction eacis discours o’eEile" Bntoenste q(u’est -i cui fentoirelaulement n coino ? Q’est -i cui futo-)entoirelaulement n ciscours ? et réfonclili les dapectis rocratmmaique s t dercormat fs de langage, Pour minir, al dn appelee p lne approche t lvonciae » (p. 4122)du discours aui conplime rit l’opproche tnonciatioveehabiuelles

12Ctnfi, mernier lrticle de Ja qeux ème rartie ,l lDscours moaiquem,liscours seétorique, Santributeon à lne béflexion lsr tes dffet,de peersuason » (p. 71451"60 d’aE 7anblon, Mose ele« discoursseétorique,conme cgenr

122/span>La rroisième rartie (e l’ouvrage entfi, mapsemebledes argicles de DR Adossy, J.- Meizozet J.-M. APrivat,consacréesau rapport entre lnalyse de discours entseétorique,cp. 7161-227.

123/span>La rcntributeon e DR Adossy, J uRétorique,ct dnalyse du discours Pour mne approche tociol-scursivesdes textes » (p. 7163-17), contr deebord coment la eétorique,ct d’analyse du discours ettr rindnnt des tappert sentrmen, l’auneet l’antremdtudiant nar léfinit on eu« la gage on sotuetion » (p. 7163. Etndistincgant ë lvsie » et « disensions» ergumentsaives pp. 7164; oiir russi sdossy, J005,) l’auteur montre, mvec GChsstiqn clan inc (199), ue « lout sar oe est oégess"ire,ent ngumentsaives» (p. 716). EBen lsûr un croannn’a jas un sfem>Lvsie /em> dngumentsaivesexplicite iois en apésenteat une cisitn euoinoet extas cotuett dens un tssusdisloguiue ou gnterdemxtul, nl donctint dn sfem>Lisensions/em> dngumentsaiveseous -jaesnr, Poarant ,d’analyse du discours en peut naire u’écronmin d’une anproche teétorique, /p>

12LO retrindreaae l’article de JR Adossy,a moins de x ddérs- LDebord ,la nvnneé eu textelaule Les aextes, au polit pe lve de l’angumentsaivn, denient premdontidéreesa l’ansà liur de l st liu » (porpus.?); ols aenient premdtudias dans uasr t Poade pnttitution nl » (etdans uasr t Pspaces» (ou« cunstrlletion (doxque » ; ols aenient premdppréhendes d l l’ansà liur de la loigque odu genr<» eruqellols as rapport nt et u dins l’anterdisciurs oot l partaiipaet » (p. 3170-171. SLindts,teavail le eaineendatnar llusieurs tateurs de uisque

125/span>LO rotera pe uivtela nvlongésde lR Adossy,’articuler la deétorique,c foque s l’atude mngumentsaiveseoderneset à i’analyse du discours . Touten regrendatnAsstiote lR Adossy,oterque l eétorique,c fcindnndtudiant lem>Lnc bstract"o/em> des dffet,de pscours poustulnt l’ixiosenti c’uneautitorie eniversell (out c toinoétain dinusde lrtion . SLinalyse de discours a jourd’hui pxtend sfrtuilier pubdupassem,laahritabe on sappoelnt que t la techerche i’ardhrsgd, le diébatet la phoémaque,cn peutent sa diéplyer eue odns un spacessocialequi fs ldter.msnecls rosibllité , lescsns ot les climvte . Touteanalyse textuelle/fdit tsedonner des coyen o’en taeir,conpote» (p. 3177. Soil eétorique,csansà lss"ir n csujt explicit cui fue consacinment des tfigirm deétorique,straditionnelle s,« l’analyse de discours sigesnreml’antertionsnlité eu tsujt earalnt qour Dloposen mne approche tociol-scursivesdes textes » (p. 7163) n le sseustuett dens uasr tetuetion (’hnonciation ,laur comsextelénétaquem,le rs comditions d propuction,-éfoepion,

12A.- Meizoz,« lem>LEthos/em> de loustu deebteur p(Rosse,u, lCélne, hAja.,DHoelle/becq)» (p. 7181-195, preoend tu propos, ublic eilleurs (n faançaisL’ixthos/em> ,t la t“aostu ”constitue une zannere pinguliere pt sorjettifv edorcupn mne a“aostions”cojettifv edns un hamp » PI seapgt qos loder d prosenteaeon e Dsoi» (p. 718).

  • 4A Vir por exemple l. Maingueneau f20032)et mR Adossy,(999),./li>

127/span>LCmme dondistincgasfem>Lxthos/em> prosalblespetfem>Lxthos/em> pitcursivfa class="footnotecall" id="bodyftn56 href="#ftn56>4 J.- Meizozeistincgasfaostu dnondistursivesd(look,consuit e)de loustu destursivesdntseppelee pueLxthos/em> pitcursivfet la phostionspnttitution nle du togcteurs

2<8/span>MPus paécisément : « FL loneon e Doustu dinidarà aenser lraion nle ent un paiqrsunguistique o(em>Lxthos/em> pitcursivf)et des scnsuit essociale (vr ent s Setc.) Les

129/span>Pès lors, le donsept o auei e partai pas upport nr bau ourpflus pue coeli,edoem>Lxthos/em> pn taeme vrocratmmaique s aévolution e nouremdrostionsnment ditciplinaire sntsend tégess"ire,l’anterd ou pa peransisciplinarité e(Frdéraic Darellea, J005,): « FAnsi ,lans la ie u du ls discours s(ittéraire.snu non )sont reglt fs d de daostu s,laur cpéciafcité dorme le denlve,afors uon saulement e la paétique, lois lussi se la pociologui de Ja qoltiseu.» (p. 7191./p>

130/span>Ctnfi, mens « le reftur en lem duvsours . Ueset hnoartique

13CRst e mour Dnos d davoir pcoment lppréhender cet « lnterdsgnen » (u-delà de ca locture ettentiveqt ànudite mue l’anteur proposen et qi lesperansfrtud’un corcept o’une discipline p lne aptre paut nremduiv.ideun teransfrtudéthodologiquempour tes endre epératoire

132/span>Lignalens, lour tonclure pcecompte rendu" ue es nueufargicles deon nous lveins d pouvlgnen la deches smsont renoades dar un d parlogues» (e lP Vi Zima (2 FL lhéoris comme dascours et spciolocted:, p. 521-33, pne « nscursions» ei oaic Dominicy,(2 FL gage, lnterdrétation ,lhéoris :, p. 5231-258)et unet lvpiogues» (e lilvana Borutti,(« Phrspective pépnstmodogiquems t dorcept sepératoire pour D’analyse de discours :, p. 5261-27) quiptntsnt d’elevr despropos, énétaleà un tivern cépnstmodogiquemélanrg.

133/span>Lem>Sciences du texte et analyse de discours ,deon nn pn peut nu rechmmaider ca locture aloli pinsi cechulDépnstmodogiquem,léflexion lhéorisuem,lpport eéthodologiquempt ànudes qratiques . Svant téta ganqui fait da normceet l’avtiltasde l’ouvrage. /p> /div>

Notes

1  Jean-Michel Adam, Ruth Amossy, Silvana Borutti, Claude Calame, Emmanuelle Danblon, Marc Dominicy, Ute Heidmann, Dominique Maingueneau, Jérôme Meizoz, Jean-Marie Privat, Jean-Marie Viprey et Pierre V. Zima.

2 On notera par exemple l’affirmation : « Nous avons regroupé dans ce volume des études qui s’interrogent sur la place des sciences du texte au sein de l’analyse de discours » (p. 8), ou la formule : « La dimension textuelle du discours est abordée… » (p. 9).

3 Dans ces conditions, la question est moins : « Faut-il ou non de l’interdisciplinarité ? », que : « Après 30 ans de pratique, quel bilan de l’interdisciplinarité ? » Voire : « Pourquoi l’interdisciplinarité a-t-elle mal fonctionné ? »

4 Le refus militant du singulier pour qualifier « discours » sera réaffirmé et explicité plus loin parJ.-M. Adam (p. 69).

5 « L’analyse de discours a besoin de la linguistique textuelle… La linguistique textuelle a pour tâche la description et la définition des unités d’analyse transphrastiques. Dans le cadre d’une théorie de la production co-textuelle de sens, elle doit fournir à l’analyse de discours une théorie du texte qui dépasse les limites logico-grammaticales des grammaires de texte. » (p. 69)

6 Voir par exemple D. Maingueneau (2002) et R. Amossy (1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damon Mayaffre, « Jean-Michel Adam et Ute Heidmann (éd.), Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux d’une interdisciplinarité », Mots. Les langages du politique [En ligne], 82 | 2006, mis en ligne le 01 novembre 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/mots/831

Haut de page

Auteur

Damon Mayaffre

CNRS (Bases, corpus et langage)
mayaffre@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page
>-Micet xl:lang=sclass="courri

Derniers numéros<77ge

>xr> éghansclass="courri

Derniers numéros<
C
Syes c clas(éi>

img altssuSS" srcli>m /feed-iel -14x14.png" width/> numéros<
2002s=Fil713"

Derniers nimg altssuSS" srcli>m /feed-iel -14x14.png" width/> numéros<
  • L

    dtnotefoanalys(éi>
    de R rn s" clcl
    6<(éi>
    EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
    m /22575/unilyrs-sm 120.jpg" width/><" tiheight/>i> /= EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE litiEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE l EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

    Derniers numéros<
    "6933"soci m / <-a rn s- cl.png" />cl
      h2> ues"> x

    foes dul> ISSN Ute Heidmann 1960-600tion"> < numéros<
    Tous les nu49; numéros<
    ion"> -Mursdh a hr Od="Euthors J Tous les nu49; numéros< www.lodel" cl/ >div codyfvec Lodel">Tous les nu49; numéros<
    112&n ervé la
    foes div id="navEntriewa>//= { // Widgets strWidget: { lar; andidat " }, // Zoom >m str">89Iel : { pr rv cla: " c>: "I" ustrnalys2" } }; //]]l / i // fr& ideelrdurl=1&ann2> ed=1", sucligs: fu "na.- #l' ).html(// fr& ideelrdurl=1", sucligs: fu ' ).afanr(Réf]' ).afanr(<' numéros<#lyNadby >xf="#boar la ' ); jQn ry( 'i>= _paq>|| [];
    ', andidat .dos"> , 'ts" ']); Linking']); + "a + andidat . ]); (' '), sg=dgetEl
  • (y ]); = _paq>|| [];';lg.a=lyN=by&>;lg.defer=by&>;lg. h(['sejs';ls le="N .in> tBaq.pu(g,sriPiwik (riPiw3">112&n erv>3">barre/3">112&n erv< typeonp-dge2&g type!-- #l/java ">//3">112&n erv< .1.pack.j 3">112&n erv Éd20083">112&n erv">sign ini' )..cr ateElllllllElll$y1?foan ateElllllllElll [ [CDATr& GET",n ateElllllllElll [ [ fr& ideelrdurl=pdfepub }.cr ateElll$('input[n, g=q]') jQns s pk.li><$ s pk.li><$ " >xr>>"; Document su\"cooki Enamphl voclasn ceos< , voJ c/em>ez l'util160;112&n erv6540\">Enasavdiv i foes 2>DernDocument su\"ca: "cooki andrt\"es 2>Der"; -ttr("id!, "cooki andrt"; - #lndTo("> "ss($ "a,.ca: "cooki andrt"; click s pk.li>3">112&n erv;path=cker$ "#cooki andrt"; remove(.cr} i 3">barre
  • 3">112&n "avaaaaaaa eAcl/spaEEEEEEEEEEEEEs= / >div codyfvec Lod>3">112&n erv">es nu49; nuEEEEEEEE l xr>>es nu49; numBook

    DerEEEEEEEEEEEE EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEr ateElllllllElllll id="authors" cla book d>3">112&n erv">/div>eighs eightsearefdi<2>DerR3a href=r

    Dernibutt3es"> EEEEer"Logo ">es"> EEs"> EEEEer"Logo ">eer"Logo "er"Logo er"Logo ">e hreAcl/span> can><-ckar=EEEEEEEEEEEEEE ir ateElllll EE
    eighs eight/divdi<2>DerIffresacronc, Mot>DerEEEEEEEEEEEEEEEEllll EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEntries --> EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

    Derniers numéros EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE t>Ti

  • duérosEnabhorl:er" &oisé EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE t>E12&>Del:er"E ion">:er"ion">ioom >é>:er"Derniers numérosDerniers numéros EEEEEEEEEEEEEEEEE t>A cès>:er"mobi, elméra cla uv< hreial via C brn< duérosDerniers numéros3">112&n erv1623">
    ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEE e iv id="naEEEEEEEEEEEEEEE

    Derniers numéros
    rn s" ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEt>DerDOI / Réféem>Sc 2>DerEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEntries --> EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE au

    efr, gdiv id="lieelrdurl=1", ng>, «&ef="éféem>ScEEEE "> ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE e iv id="EEEEEEEEEEEEE type/DOI / R.), Scsl/javaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaEEEEEEEEEEEEErong>
    rn s"/spandldi()s"E "> ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEErong>
    rn s from-s, g- ÉditEEEEEEEEEEEEEE img altssLogo niv Et>DerDu >êlang="fr">D2>DerEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEniv EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEntries --> EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE

    Derniers numérosDer lang="fr" hrêlang="fr" ar">20> EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEErong>
    Paru dans Mots. Les langages du politique,
    112 | n qu na2>DerEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEniv EEEEEEEE l EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE EE "> ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEErong>
    [Te
    Paru dans Mots. Les langages du politique, 103 | n q3 na2>DerEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEniv EEEEEEEE l EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE EE "> ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEErong>
    ,
    108 | n q5 na2>DerEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEniv EEEEEEEE l EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE EE "> ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEErong>
    ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE e iv id="naEEEEEEEEEEEEEEE EE e iv id="EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE "> ">eEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE e iv id="EEEEEEEEEEEEEEEEE type/Dureflang="fr" /javaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaEE e iv idr ateElllll EE
    3">112&n saysottom -->twitfir butt3<-Wa>DerTwitfir

    Derniers numéros
    DerFac" ook

    Derniers numéros
    DerGoogle +

    Derniers numéroses" at de-rEEEEEEEEEEEEEEEEEE ir ateElllll ÉddtEa">er"Logo "er"Logo er"Logo " hreAcl/butt3
    l3">112&n erv>3">barre/css/ie_>3">barre} })"go " t[endif]v i >Piw