Navigation – Plan du site
Articles

Réformes, croissance, et augmentation des inégalités dans le delta du fleuve Rouge – Việt Nam (1980-2000)

Reform, Growth and Increase of Inequalities in the Red River delta - Vietnam (1980-2000)
Christophe Gironde
p. 269-308

Résumés

Cet article est une analyse de l’évolution des inégalités dans les campagnes vietnamiennes, basée sur une recherche de terrain dans le delta du fleuve Rouge. Les transformations respectives des systêmes d’activités productives des foyers étudiées dans la province de Hưng Yên remettent en cause l’idée dominante selon laquelle l’augmentation des inégalités serait faible et récent. L’accumulation réalisée par un quart des exploitations et la prolétarisation partielle d’une majorité de la population rurale révèlent, quelques années après la distribution des terres de 1994, une différenciation significative en termes de richesses et d’accès aux ressources. Les mécanismes de cette différenciation se sont mis en place dès les premières mesures de la décollectivisation de l’agriculture au tournant des années 1970-1980, contrairement à une autre idée courante selon laquelle les réformes n’auraient pas eu d’effet sur les inégalités à l’intérieur des campagnes. Les inégalités de départ augmentent avec la croissance, et sont aggravées par les orientations du gouvernement, et notamment l’action des pouvoirs locaux.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est la version revue et corrigée par l’auteur de l’édition papier.

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier, pour leurs précieux commentaires et suggestions, Mireille Razafindrakoto, Jean-Michel Servet, Philippe Papin et Jean-Yves Martin.

Texte intégral

« So initially there was no need to think about compensating
anyone for the consequences of economic reforms.
 »
Martin Rama, représentant de la Banque Mondiale au Việt Nam (2008 : 30).

Introduction

  • 1 Parmi les études détaillées de la différenciation, voir par exemple pour les régions de collines et (...)

1Les campagnes vietnamiennes ont connu au cours des vingt dernières années une croissance économique soutenue, permettant une amélioration significative des conditions matérielles de vie des populations et une diminution remarquable de la pauvreté absolue. Ces performances sont indissociables des réformes économiques à l’œuvre depuis les années 1980, notamment la réhabilitation de l’économie familiale qui a permis de sortir de l’impasse à laquelle avait conduit la tentative d’extension de la collectivisation après 1975. Depuis le début des années 1990, le triptyque « réformes – croissance – réduction de la pauvreté » fait l’objet d’une grande publicité à travers, notamment, les publications du gouvernement et de la coopération internationale. Les mêmes instances affirment que le Việt Nam demeure un pays relativement égalitaire (GSO 2006 : 41), et n’ont accordé – par conséquent ? – que relativement peu d’attention à cette question. Le diagnostic contraste pourtant avec de nombreux travaux académiques montrant un accroissement non négligeable des inégalités (Porter 1995, Hy 2003) entre les foyers ruraux d’une même région, d’une même commune, d’un même village1.

  • 2 Indice de Gini, dépenses de consommation des différents quintiles de la population, ratio des dépen (...)

2Au-delà de la mesure, c’est l’explication des inégalités qui est en cause. Si la réduction de la pauvreté est indissociable des réformes et de la croissance économique, n’en va-t-il pas de même des inégalités ? Telle est la question centrale de cet article, qui reconsidère d’emblée deux idées dominantes. La première est que l’accroissement des inégalités est faible et récent (VASS 2007 : 25), appréciation formulée à partir des indicateurs standard de mesure des inégalités tirés pour l’essentiel des enquêtes nationales sur les conditions de vie2. L’argument développé dans cet article est que les campagnes ont au contraire connu une différenciation significative, et concomitante de la restauration de l’économie familiale au cours des années 1980. La seconde idée dominante est que les réformes n’ont presque pas eu d’effet sur l’évolution des inégalités à l’intérieur des campagnes (GDN-WG 1999 : 66). Je tenterai de montrer que, au contraire, la décollectivisation n’a pas bénéficié à tout le monde de façon égale, et que les politiques publiques menées depuis s’avèrent une composante essentielle de la différenciation accrue entre les foyers.

3Mon propos se base sur une étude de la réorganisation de l’activité économique dans des communes des actuels districts de Khoái Châu et Yên Mỹ (province de Hưng Yên) dans la plaine du delta du fleuve Rouge (Gironde 2001). Les inégalités sont appréhendées à partir des systèmes d’activités productives des exploitations familiales, et leurs évolutions respectives entre le milieu des années 1980 et la fin des années 1990. Au préalable, la première partie de l’article présente la question, négligée à mon sens, des inégalités à l’heure du Đổi Mới. La deuxième partie porte sur les explications de la différenciation. La troisième partie est un tableau des inégalités entre les foyers en 1997. Les mécanismes de la différenciation qui se mettent en place dès les réformes et avec le retour de la croissance sont analysés dans la quatrième partie.

Le Đổi Mới et la question des inégalités

L’égalitarisme d’avant les réformes

4Le Việt Nam a longtemps pu, ou su, se prévaloir d’être une société relativement égalitaire, legs d’un Việt Nam « traditionnel » où la seule différence qui prévalait au village dit-on était celle de l’âge (Pham Bich San 1997 : 38-40), puis d’une expérience socialiste qui aurait su faire table rase des inégalités du régime « féodal » et de l’époque coloniale. Après que la réforme agraire de 1953-56 eut éradiqué les grandes propriétés et les concessions coloniales, puis donné la terre à tous (les paysans), les principes collectifs de l’organisation du travail et de la distribution des récoltes devaient garantir une grande égalité. Si l’octroi de terres à l’ensemble de la population paysanne, et un effort conséquent de l’État dans les secteurs sociaux ont indéniablement contribué à une plus grande égalité (Vo 1967 : 201) et procuré des avantages aux paysans qui ne possédaient pas ou que peu de capital, ni animaux de trait ou instruments aratoires (Kerkvliet 1998 : 22-23), l’égalitarisme proclamé fait cependant débat.

5L’ordre social égalitaire n’aurait pas été l’objectif premier d’un parti, « communiste mais également élitiste », dont certaines orientations n’étaient pas égalitaristes (White 1981, Kolko 1997, Hy 1992). Selon Porter (1993), le régime a engendré une nouvelle structure de classe basée sur l’accès aux biens selon la position dans le système politique. Sont en cause notamment les dirigeants et cadres qui détournaient une partie croissante du surplus agricole et des budgets alloués au secteur agricole (Nguyên Đuc Nhuân 1992 : 360). L’économie planifiée aurait donc échoué, non seulement en terme de croissance, mais également en terme d’équité (Beresford 2003 : 56). Une autre source d’inégalité réside dans le maintien d’un secteur privé et d’une économie informelle dont les revenus étaient plus inégaux que ceux provenant du secteur coopératif (Hy and Unger 1998 : 64). Et l’on sait aujourd’hui que ces revenus « privés » étaient plus importants qu’on ne le disait à l’époque des coopératives (Forde 1989). Ces éléments remettent en cause (Lê Thi Van Huê 2005) la vision selon laquelle « tout le monde était pauvre ».

6Si l’égalitarisme proclamé de la période collectiviste a été reconsidéré, on s’accorde à dire qu’à l’époque des coopératives agricoles, la différenciation entre foyers était demeurée modérée au regard de ce qu’elle est devenue depuis la décollectivisation (Sikor 2001, Sadoulet 2001). Pour le delta du fleuve Rouge, Dao Thê Tuân (1995 : 157) a calculé un indice de Gini qui aurait été de 0,25 en 1978 ; un indicateur de faible inégalité qui prévaut jusqu’au début des années 1990 : 0,25 toujours en 1990 (idem), 0,33 en 1992 et en 1997, 0,39 en 2002 et 2004 (GSO 2006 : 229).

Le satisfecit de la réduction de la pauvreté

  • 3 Ngô Vinh Long (1993) présente les résultats de ces études et les discussions qu’elles provoquent su (...)
  • 4 La meilleure illustration de cette « autorité » est fournie par l’appareillage de publications des (...)
  • 5 Les mêmes auteurs convenaient toutefois qu’il n’y avait pas de données permettant de comparer systé (...)

7La question des inégalités fait « une courte apparition » dans le débat politique au tout début des années 1990 quand, une fois la réhabilitation de l’exploitation familiale achevée, les premières études sur l’agriculture familiale révèlent une différenciation croissante entre villages comme entre foyers3. La différenciation se trouve au centre des débats préparatoires du VIIe Congrès du Parti communiste vietnamien, et du Congrès lui-même qui se tient en mai 1991 (Ngô 1993 : 190-3, 202). Puis, durant toute la décennie 1990, la question des inégalités n’est pas une préoccupation majeure des pouvoirs publics ni des organisations internationales qui, par leurs études et publications, ont autorité en matière de production des savoirs4 et se focalisent sur la « révolution silencieuse » de la réduction de la pauvreté (World Bank 1993). L’enquête nationale sur les niveaux de vie de 1992-1993 fit dire qu’il y avait relativement peu d’inégalités au Việt Nam, en comparaison d’autres pays en développement, la Côte d’Ivoire, la Jamaïque, le Pérou (Dollar and Glewwe 1998 : 40)5. Cinq années plus tard, à l’issue de la deuxième enquête sur les niveaux de vie, l’augmentation des inégalités de revenus fut jugée « négligeable » (GSO 2000 : 265), « modeste » (Glewwe 2004 : 9). L’indice de Gini pour l’ensemble du pays était en effet passé de 0,33 en 1992 à 0,35 en 1997. Il avait même légèrement diminué en milieu rural (de 0,28 à 0,27). La même enquête montrait cependant qu’au cours de la période, le rapport entre le revenu par tête des foyers ruraux du 1er quintile et celui du 5e quintile était passé de 1 à 3,8 à 1 à 8,7. La hausse du revenu du premier quintile (+ 55 %) avait été cinq fois moindre que celle du quintile le plus élevé (+ 251 %).

  • 6 Ma traduction.

8Négligeables ? Les inégalités étaient en tout cas négligées. Les réformes du Đổi Mới étaient alors saluées pour la réduction effectivement impressionnante de la pauvreté : 66 % de pauvres en milieu rural en 1992, 44 % en 1997 (GSO 2000 : 289). L’idée dominante était que les mesures de libéralisation de l’agriculture avaient eu un impact significatif sur les performances économiques et les revenus, sans conséquences adverses sur la distribution (Benjamin and Brandt 2002). On considérait que la pauvreté avait diminué indépendamment de ce qui s’était passé en matière de distribution des revenus (Dollar and Glewwe 1998 : 43). Tant que les « pauvres » voyaient leurs conditions d’existence s’améliorer, le processus de stratification était considéré comme « toujours très raisonnable », la différence entre groupes de population n’était « pas si grande » (Phạm Bích San 1997 : 42)6.

Le risque des inégalités

9Un changement intervient au tournant du siècle. L’indice de Gini franchit le seuil de 0,4 en 2000, et le Rapport sur le développement humain du Vietnam de 2001 s’ouvre sur le constat que les aspects sociaux du développement n’ont pas été adéquatement pris en compte (NCSSH 2001 : VII). Les enquêtes sur les conditions de vie de 2002 et 2004 confirment cette évolution : l’indice de Gini est de 0,42, un accroissement que d’aucun qualifierait négligeable. Depuis, les comparaisons internationales sont moins flatteuses : l’accroissement des inégalités au Việt Nam est comparé à celui qu’a connu la Chine ; en outre, le phénomène serait intervenu « plus rapidement » au Việt Nam, entendons à un niveau de revenu par habitant moins élevé qu’en Chine. Et les provinces vietnamiennes les moins performantes sont comparées au Laos, au Népal et au Bhoutan (NCSSH 2001 : 46-48). Si la tendance actuelle se poursuivait, le Việt Nam pourrait rejoindre le groupe des pays asiatiques (relativement) hautement inégalitaires d’ici dix à quinze ans (Mekong Economics 2005 : 10).

  • 7 Le résultat en matière de pauvreté alimentaire est à peine mieux avec une incidence de 31,5 % en 19 (...)
  • 8 La Banque mondiale reconnaît d’ailleurs que la baisse de la pauvreté est « extrêmement sensible » a (...)

10La question des inégalités prend place dans les diagnostics et discussions de politique économique et sociale. Pour la Banque mondiale, le rythme d’accroissement des inégalités « risque de freiner la réduction de la pauvreté » (World Bank 2002 : II). Plus ferme, le PNUD affirme que l’accroissement des inégalités a annulé un tiers de la réduction de la pauvreté sur la période 1993-1998 (UNDP 2004 : 50). Les inégalités seraient devenues le principal obstacle à une réduction durable de la pauvreté (idem : 57). Les scénarios de croissance pour la période 2001-2010 indiquent qu’une croissance plus égalitaire (entre les régions) permettrait une plus forte diminution de la pauvreté (Beard and Agrawal 2002). Une inquiétude s’exprime au sein des autorités vietnamiennes quant aux réactions de la population, qui a accepté la fin de l’égalitarisme et une plus grande différenciation sociale dans la mesure où la croissance a profité à la grande majorité (VASS 2007 : 27). Dans les campagnes, c’est la question foncière, avec la concentration des terres et la corruption, qui apparaît la plus inquiétante : les protestations, contenues mais connues, des populations attestent d’une incapacité des autorités à assurer la cohésion sociale (HVP 2008 : 15). La question du partage des fruits de la croissance a d’autant plus d’échos que les résultats en matière de réduction de la pauvreté sont moins probants. La croissance ne bénéficie plus (autant) aux pauvres que dans les années 1990 (CCFV 2004 : 10, Bonschab and Klump 2007). Cette rupture du lien croissance-réduction de la pauvreté est particulièrement prononcée dans les Hauts plateaux du Centre (Trung Bộ) qui, sur la période 1998-2002, affichent une croissance de la production agricole par habitant de 140 % et une incidence de la pauvreté monétaire quasiment inchangée (52,4 % en 1998, 51,8 % en 2002)7. La pauvreté continue globalement de diminuer, mais à un rythme plus lent, persistant chez certaines catégories, au sein des groupes ethniques minoritaires notamment, tandis qu’une pauvreté nouvelle se dessine, en milieu urbain (JDR 2003 : 29-31), paradoxalement là où la croissance économique est la plus forte… En outre, les « sorties » de la pauvreté ne sont pas toujours acquises (Swinkels and Turk 2004), révélant la vulnérabilité accrue de populations rurales soumises à la plus grande volatilité des prix des produits agricoles (Hy 2003 : 16, Fortunel 2005)8. Enfin, les programmes ciblant les pauvres ont des impacts très inégaux (JDR 2003 : 135), et parfois des effets repoussoirs (Taylor 2004). Le phénomène est d’autant plus préoccupant pour le pouvoir que les inégalités ne traduisent plus seulement un fossé ville-campagne, mais se creusent entre les groupes de populations à l’intérieur des villes comme à l’intérieur des campagnes (Mekong Economics 2005 : 2).

11L’attention accordée aux inégalités est donc assurément plus grande, mais la relativisation du phénomène persiste : le Việt Nam est toujours présenté comme un pays où les inégalités demeurent relativement faibles par comparaison internationale (VASS 2007 : 25), d’autant peu élevées, insiste-t-on, en considération de la forte croissance (JDR 2007 : 3, Rama 2008 : 41). Les organisations internationales continuent de vanter les réalisations économiques et sociales d’un pays dont le « […] développement pourrait fournir un cas de réussite exemplaire. » (World Bank 2007). En dépit des constats, les recommandations ne comportent pas de véritable mesure de lutte contre les inégalités : on continue de miser sur plus de croissance, avec plus de réformes orientées vers le marché, le renforcement d’un secteur privé plus efficace. Et pour les pauvres, la litanie de la participation à l’élaboration des programmes qui leur sont destinés, des efforts d’investissement d’infrastructure, des mesures de protection sociale (mais seulement pour les plus pauvres), davantage de contrôle pour une plus grande transparence de la gestion par les autorités locales… Enfin, l’analyse des inégalités consiste surtout en l’évocation des risques qu’elles représentent ; leurs causes ont reçu beaucoup moins d’attention.

Les explications de la différenciation

  • 9 Cette opposition d’approche traduit entre autres une différence de focale, avec d’une part des anal (...)

12L’explication la plus commune de la différenciation à l’œuvre depuis le Đổi Mới invoque la géographie des richesses naturelles et autres dotations de facteur. À ce type d’analyse s’oppose une explication sociale des inégalités, entendons qui tient compte des relations entre les foyers (Taylor 2004) et des institutions qui gouvernent ou influencent ces relations : le marché et l’État9.

L’explication naturelle et culturelle

13Un premier type d’explication peut être formulé ainsi : les inégalités relèvent des richesses naturelles respectives des régions, et de leurs taux de croissance, par conséquent, différenciés. L’argument a bénéficié d’une focalisation au cours des années 1990 sur les différences entre les grands ensembles du territoire : le « fossé ville-campagne », l’écart Nord-Sud, les comparaisons entre régions de montagne et de plaine. Il a inspiré, par glissement à l’échelle d’observation du foyer, l’analyse des inégalités entre groupes de population.

  • 10 Propos d’un responsable de département du ministère des Finances, rapporté par Scott Fritzen (2006  (...)
  • 11 Ma traduction. Texte original : « …lagging regions with high percentage of ethnic minority people »

14On oppose ainsi couramment le fertile delta du Mékong aux terres et conditions « moins favorables » des montagnes du Nord et du Centre septentrional (Nguyên Manh Hung 2003 : 283). Sont en cause les sols de pauvre qualité des régions du Centre, les terres qui ne peuvent pas être irriguées, l’isolement par rapport aux marchés, le manque d’infrastructures routières et commerciales (Nguyên Sinh Cuc 1995 : 120, Wiens 1998 ; Van de Walle 2003, Swinkels and Turk 2004 : 2). Les différences entre les montagnes du nord-ouest et du nord-est s’expliqueraient par les conditions d’accès aux infrastructures et aux marchés, la seconde région bénéficiant d’une localisation plus favorable car plus proche de la Chine. L’évolution des inégalités entre régions relève alors de la moindre croissance des régions les moins favorisées (VASS 2007 : 37). À la géographie des richesses naturelles s’ajouterait un facteur culturel à propos, en l’occurrence, des populations ethniques minoritaires dont les croyances et pratiques seraient moins propices à une utilisation rationnelle des ressources productives (Nguyen et Trinh 1999), et dont le niveau d’éducation ne leur permettrait pas même d’« évaluer leurs propres besoins… »10. Nature et culture défavorables, telle est l’explication de la situation des « régions à la traîne avec un pourcentage élevé de populations des minorités ethniques » (VASS 2007 : 74)11.

  • 12 Voir par exemple, Donovan et al. (1997) pour les oppositions entre types de milieu naturel ; Scott (...)
  • 13 La plus grande importance de la composante intra des inégalités se confirme au niveau des provinces (...)

15Hormis les démentis et critiques que l’on peut adresser à de tels raisonnements12, le seul facteur géographique perd évidemment de sa capacité explicative dès lors qu’il s’agit de rendre compte de l’accentuation des inégalités entre groupes de populations à l’intérieur d’un même espace. Or, la différenciation à l’œuvre depuis le tournant des années 1980-1990 ne se limite pas aux différences entre les grands ensembles territoriaux. À partir des données de l’enquête sur les conditions de vie de 1997-1998 et du recensement de 1999, qui a permis une analyse à l’échelle du district et de la commune, Minot et al. (2003) ont calculé que l’accroissement des inégalités était dû pour les deux-tiers à l’augmentation des inégalités à l’intérieur des districts, l’augmentation des inégalités entre districts ne comptant que pour un tiers (idem : 42)13.

  • 14 Les différences de revenus agricoles ont en effet augmenté avec le développement de systèmes de cul (...)

16L’explication par les dotations de facteurs domine également l’analyse de la différenciation entre groupes de population. La diversification des cultures et des élevages, qui est l’un des moteurs de l’augmentation des écarts de revenus14, est ainsi expliquée par les ressources initiales des foyers. Diversifie celui qui a des « conditions favorables » (Pham et al. 1999 : 193), c’est-à-dire du capital financier (Du 1998 : 170, Lê 2000 : 74-75, Dao 2003, Hy 2003 : 101), de la force de travail (Sikor 2001 : 937), l’accès aux terres (Boisseau et al. 1997), des connaissances techniques (Tran 2004a : 121), de l’expérience, etc. À l’opposé, les groupes de population les moins performants cumulent région défavorable et faibles ressources. On trouve ce type d’explication dans les profils et corrélations de la pauvreté :

« …among the rural population rural households most likely to be poor in both years of the surveys were those living in Northern Uplands, belonging to an ethnic minority, headed by a female, with a younger head, a large number of children and other members, with a head employed in the agricultural sector and with low level of education. » (Litchfield and Justino 2004 : 158.)

Il est évident que résultats techniques et économiques des foyers dépendent pour partie de leur capital, et que les inégalités s’accroissent avec le temps en raison de leurs investissements productifs respectifs. Cependant, cette explication des inégalités, basée sur les ressources propres des foyers, ne prend pas en compte les conditions sociales de l’accès aux ressources qui sont nécessaires à la diversification : la terre et les réseaux de commercialisation notamment. Par ailleurs, en se focalisant sur les trajectoires respectives des foyers, ce type d’explication néglige les relations entre foyers.

L’explication sociale : répartition, redistribution et politiques publiques

17La prise en compte des rapports de force entre les diverses composantes de la population rurale dans la répartition de la valeur ajoutée permet un premier dépassement des explications par les dotations de facteurs. Les études de la commercialisation des produits agricoles montrent en ce sens que la répartition de la valeur ajoutée est défavorable aux producteurs en raison de l’organisation des filières, en l’occurrence les asymétries d’information et les positions dominantes des acteurs en aval de la production (Le Goulven 2000, Iwamoto 2001, Bergeret 2002). M. Beresford (2003) souligne ainsi, dans le riche delta du Mékong, la captation du surplus agricole par les commerçants, notamment les sociétés qui exportent le riz. F. Fortunel (2005) montre de même que ce sont les producteurs qui supportent la plus grande part des fluctuations à la baisse des prix, et en particulier les petits producteurs. Les inégalités ne relèvent pas que des niveaux respectifs de croissance, mais aussi de la répartition des fruits de la croissance.

18Un deuxième dépassement concerne la diversification. Plusieurs études ont montré que, au-delà des trajectoires et performances respectives des foyers, la diversification s’accompagne de processus d’accumulation foncière pour les uns, qui sont, pour partie du moins, liés à la décapitalisation ou la perte d’accès aux terres pour les autres. Il en est ainsi de l’extension des superficies cultivées de certains foyers sur les terres d’autres foyers (Henin 2002 : 22), de la privatisation des espaces communaux de mangrove avec le développement de l’aquaculture (Adger 1999 : 97, Lê Thi Van Huê 2004 : 146-149), et de l’« appropriation » des zones forestières des Hauts plateaux du Centre par les migrants, les compagnies agricoles et les grands propriétaires privés, au détriment des populations autochtones (Durand et al. 2005). L’accroissement des inégalités s’explique alors par un système économique où les progrès des uns ont des conséquences sur les conditions de production et d’existence des autres… Il convient alors de prendre en compte, non seulement les dotations et trajectoires respectives, mais également les interactions entre les foyers (Rambo and Jamieson, 2003 : 153). Ces interactions relèvent du développement des marchés (Sikor 2005) dans le cas de transactions foncières entre foyers ; mais c’est également le rôle de l’État qui est en cause.

  • 15 « Before proceeding, I wish to make it clear that this analysis in no way implies that income dispa (...)

19Les analyses sont très contrastées entre une littérature qui affranchit l’État de tout rôle dans l’évolution des inégalités depuis le lancement du Đổi Mới, et des analyses considérant l’État comme un acteur essentiel de la différenciation. Selon les instances gouvernementales et de la coopération multilatérale, réunies dans le Poverty Working Group, les réformes n’ont presque pas eu d’effet sur l’évolution des inégalités à l’intérieur des campagnes (WB 1999 : 66). Concernant la question hautement sensible de la distribution des terres, Ravallion et Van de Walle estiment que la transition n’a pas favorisé les foyers qui détenaient déjà beaucoup de terres, ni les représentants des autorités locales (2008 : 176-180). Selon Benjamin et Brandt (2002), les réformes de libéralisation des marchés du riz et des engrais n’ont pas de conséquences adverses sur la distribution des revenus. Les inégalités ne relèveraient « en aucun cas » de la politique du Đổi Mới tient à préciser Nguyên Manh Hung (2003 : 283)15.

  • 16 VAC est l’acronyme de Vườn (jardin), Ao (étang), Chăn Nuôi (élevage) : il s’agit d’un système de pr (...)

20À l’inverse, l’État est en cause à travers la politique foncière, la promotion de « modèles » agricoles, la fiscalité, et le démantèlement de l’État-socialiste-providence. Si la loi foncière de 1993 s’est bien traduite par la distribution de terres agricoles à tous les foyers, certains n’y ont eu droit qu’après s’être acquittés d’impôts contractés durant la période précédente. Des auteurs ont vu dans cette privation la première étape d’un processus de paupérisation graduelle (Tran and Nguyên 1995 : 206). Pour Nguyên (2004 : 271), l’État est en cause en raison, d’une loi foncière qui prive de distribution (de terres de rizières) les personnes nées après le 1er avril 1994, des réquisitions de l’État pour les zones industrielles, et des accaparements des cadres locaux. Pour Akram-Lodhi (2004), si la diversification de l’économie familiale est un facteur d’aggravation des inégalités, l’État en est partie prenante puisqu’en soutenant financièrement et fiscalement la diversification, il promeut les foyers les mieux nantis. Ce fut le cas pour le modèle dit « VAC » de combinaison culture-élevage-pisciculture pratiqué autour des habitations, et depuis quelques années du modèle des fermes trang trại, unités de production qui se distinguent de l’exploitation familiale par une plus grande superficie cultivée et un chiffre d’affaires plus important16. Leur constitution exige en effet une accumulation foncière au détriment d’autres catégories (Fortunel 2005 : 147-150). Kleinen montre de même que les pouvoirs locaux favorisent les acteurs les mieux nantis dans la constitution des fermes aquacoles (élevage industriel de crevettes), « betting-on-the-strong strategy » qui se traduit par l’exclusion des foyers ordinaires qui ne peuvent pas répondre aux appels d’offres pour établir des contrats avec l’entreprise industrielle (2006 : 145).

21Les interventions de l’État peuvent par ailleurs bénéficier davantage aux compagnies étatiques et à leurs intermédiaires qu’aux producteurs comme le montre Hy (2003 : 94) à propos des mesures prises par le gouvernement en 2001 afin de faire remonter les prix du paddy (ordre donné aux compagnies d’État exportatrices de stocker le paddy). Plus largement, parmi les différents biais urbains qui caractérisent les politiques publiques, la politique fiscale se caractérise par une imposition qui pèse davantage sur les catégories les moins nanties de la population (Mekong Economics 2005 : 12), en particulier les taxes locales « par personne » ou « par foyer » (Tran and Nguyên 1995 : 206, Gironde 2001 : 255). L’État est en cause également avec la réforme des services publics dont bénéficiait auparavant l’ensemble de la population (Kolko 1995) ; des services toujours publics mais devenus payants (Rainhorn 2004, Henaff et Martin 2003) à l’exception de quelques mesures de subvention et gratuité dont bénéficient certains foyers classés « pauvres ». L’action de l’État pour redresser les inégalités est d’un faible impact selon Hy (2003 : 91-92) ; avec des mesures parfois contradictoires, comme les crédits accordés à des foyers pauvres, et l’interdiction de certaines activités informelles (vente de rue, vente ambulante) que de tels crédits permettaient à ces catégories de la population de développer (idem : 95).

22La différenciation croissante entre groupes de populations, qui est la composante essentielle de l’augmentation des inégalités depuis le tournant du siècle, exige ainsi de reconsidérer l’explication géographique et culturelle des inégalités. Celle-ci demeure toutefois dominante, en raison entre autres du poids des études quantitatives et des corrélations qui servent d’explication. Pourtant, et le propos est d’un ancien économiste en chef de la Banque mondiale à Hà Nội, les corrélations entre richesses naturelles et revenus ou taux de croissance ne permettent pas facilement de déterminer des relations de causalité (Dollar and Livtack 1998 : 21). Les relations entre les agents économiques, et donc la répartition du revenu, ainsi que les institutions qui gouvernent les conditions d’accès aux ressources, et partant les possibilités de diversification agricole et économique, doivent être prises en compte.

Tableau des inégalités entre exploitations familiales à la fin des années 1990

23Les communes de Minh Châu, Tân Dân et Bình Minh situées dans les actuels districts de Khoái Châu et Yên Mỹ constituent une unité caractéristique du milieu naturel et aménagé de la plaine inter-fluviale du delta du fleuve Rouge, transect est-ouest allant des terres basses d’une zone de dépression (Minh Châu) aux terres hautes à proximité du fleuve (Bình Minh). Les rizières représentaient 88 % de la superficie agricole au milieu des années 1990, dont 87 % de la catégorie des rizières à deux récoltes. Le district se distingue par une densité de population élevée (1 318 hab/km2), nettement supérieure à la moyenne du delta (955 hab/km2) ou même de la province (972 hab/km2). À une quarantaine de kilomètres au sud-est de Hà Nội, l’économie locale est servie par un réseau dense de voies de communication reliant les communes, les principaux marchés ruraux et la Route nationale 5 reliant Hà Nội à Hải PhĐng. Les habitants peuvent effectuer un, voire plusieurs, aller-retour à moto ou en bus à la capitale dans la journée. La région bénéficie également de la proximité des villes secondaires du delta (Hải Dương, Hưng Yên), et de deux pôles importants pour la commercialisation des productions et l’approvisionnement en intrants et biens de consommation : l’agglomération rurale de Yên Mỹ et le marché de Đông Cảo (commune de Đông Tảo). Si les activités agricoles demeurent prépondérantes (environ les deux tiers du revenu des foyers au milieu des années 1990), avec une diversification particulièrement prononcée des cultures (Fontenelle et al. 2001), l’économie locale est marquée par la diversification des activités productives, de service et de commerce pour l’essentiel, sur place et en dehors des villages.

24Les inégalités sont appréhendées à partir des transformations des systêmes d’activités productives des foyers entre le milieu des années 1980 et la fin des années 1990, sur la base d’enquêtes menées entre 1996 et 1999 par entretiens semi-structurés auprès d’un échantillon de 270 foyers résidents de sept villages (soit 18 % des foyers des villages considérés) de Minh Châu, Tân Dân et Bình Minh.

Une différenciation nouvelle

25— Les entreprises familiales non-agricoles. Un premier groupe de foyers se distingue par la réduction progressive des productions agricoles, jusqu’à l’arrêt total dans la plupart des cas, et la spécialisation dans des activités de commerce, de services, de fabrications de matériaux de construction, etc. Ils représentent 7 % de l’échantillon. Ce développement est marqué d’étapes précises, depuis la vente ou la production occasionnelle à domicile d’une gamme restreinte de produits, une table devant la maison sur laquelle on expose ses produits, puis la construction d’une boutique ou d’un atelier, la diversification des biens vendus ou fabriqués et des services, l’augmentation des volumes, le passage au commerce de gros pour certains, l’embauche de quelques travailleurs en plus de la main-d’œuvre familiale. Les activités ont dépassé le mode de l’exploitation familiale ; leur organisation est davantage caractéristique de l’entreprise familiale : un système de commandes, reçues des clients, passées aux fournisseurs ; des partenaires (collecteurs, transporteurs, revendeurs) ; le recours au système bancaire formel (Banque Agricole du Vietnam et Fonds Populaire de Crédit notamment) ; l’embauche de travailleurs réguliers. Les activités dépassent également le cadre du village, ou de la commune puisque les fournisseurs mais aussi les clients viennent d’autres communes, d’autres districts ou provinces, voire de l’étranger, de Chine notamment.

  • 17 La superficie moyenne cultivée par foyer était en 1997 de 1 324 m2 à Bình Minh, 2 029 m2 à Minh Châ (...)

26— Les exploitations agricoles modernes. Un deuxième groupe de foyers se distingue par un progrès agricole comprenant intensification et diversification des systèmes de cultures et d’élevages, accumulation foncière, et valorisation des récoltes. Il représente 18 % de l’échantillon. La riziculture n’est désormais que résiduelle, pratiquée dans les parcelles qui ne se prêtent pas à d’autres cultures. La transformation des systèmes d’élevage (porc, volaille) réside dans le développement de la reproduction et la mise en place d’un système combinant reproduction et engraissement. C’est dans ce groupe également que l’on trouve les foyers qui ont développé la pisciculture dans les étangs en remplacement de la pêche. Les résultats techniques (rendement et qualité des récoltes, poids des bêtes rapporté à la durée d’engraissement, rapport poids vif/poids net des porcs) sont supérieurs à la moyenne des foyers ; ils ont été atteints moyennant une utilisation accrue d’intrants, des travaux d’aménagement des parcelles, et des investissements de capacité (bâtiments d’élevage). Ce groupe se distingue encore par des innovations telles l’introduction de nouvelles variétés ou le décalage des récoltes, qui procurent d’importants différentiels de revenu le temps qu’elles se diffusent aux autres foyers. Ces exploitations ont également investi dans la valorisation par une première transformation, et parfois le commerce, de leurs productions, puis de productions achetées. Enfin, ces exploitations se distinguent par une accumulation foncière réalisée dans un premier temps à l’intérieur des quartiers d’habitation (jardins, étangs), puis étendue aux rizières avec la constitution des premières fermes – vergers, pisciculture – sur des superficies comprises entre 5 000 et 7 000 m2, soit environ trois fois et demie la superficie moyenne cultivée par exploitation17.

27— Les exploitations pluri-actives. Elles représentent 27 % de l’échantillon, et se caractérisent par une intensification et une diversification agricoles limitées, sans augmentation de la superficie cultivée. Ces exploitations ont opté pour le développement des activités non-agricoles en compte propre, qui représente environ la moitié de leur revenu (45 % à Minh Châu, 55 % à Bình Minh). À la différence des entreprises familiale, les activités non-agricoles demeurent saisonnières, irrégulières (pompage des parcelles, réparation des motos, transport à moto) voire occasionnelles. Ces exploitations n’ont pas réalisé d’accumulation foncière comme les précédentes, allouant leurs ressources au développement de leurs activités de services ou commerce. En complément de productions agricoles qui ont rapidement stagné, les revenus non-agricoles permettent à ces foyers de ne pas devoir louer leur force de travail comme les catégories suivantes.

28— Les exploitations agricoles partielles. Avec la décollectivisation, ces exploitations se sont retrouvées avec, comme seules ressources, leur force de travail, les terres de rizières distribuées et une petite parcelle d’habitation, parfois partagée avec un parent. Elles représentent 48 % de l’échantillon. Après l’effet intensification en travail (hausse des rendements), la croissance des productions agricoles a rapidement atteint un plateau, faute d’intensification en capital et de diversification des cultures et des élevages. La riziculture demeure prédominante, les élevages sont limités à l’engraissement, les résultats techniques et les revenus agricoles stagnent en raison notamment de la limitation des dépenses d’intrants (engrais, compléments alimentaires). La marge de croissance des productions agricoles est ténue : une parcelle supplémentaire obtenue en adjudication ou louée, un prêt à faible taux, ou encore une avance en produit de la part d’un commerçant pour la revente. Cependant, ni les adjudications ni les prêts ou avances ne sont systématiques pour cette catégorie de foyers. Avec la hausse du prix des terres et les dépenses accrues d’intrants, la rentabilité des investissements agricoles à la portée de ces foyers par emprunt privé, si modestes soient-ils, est devenue inférieure à la location de la force de travail. L’économie familiale agricole, telle qu’elle fut réhabilitée au cours des années 1980, n’est plus profitable et ne permet plus de satisfaire les besoins sociaux. Faute de pouvoir développer des activités non-agricoles en compte propre, ces foyers doivent louer leur force de travail. Les opportunités d’embauche étant plus nombreuses en milieu urbain que sur place, ils optent plutôt pour des migrations de travail temporaires (exploitations partielles migrantes). Les séjours varient de quelques jours (commerce) à plusieurs mois (chantiers de construction), voire plusieurs années pour les plus jeunes adultes qui partent dans le cadre des programmes d’exportation de la main-d’œuvre. D’autres foyers (exploitations agricoles partielles), faute d’avoir pu trouver du travail ailleurs, travaillent sur des chantiers de construction dans la commune, dans les entreprises non-agricoles, occasionnellement et à la journée pour les exploitations agricoles modernes, ou plus récemment dans les entreprises industrielles qui se sont établies dans le district. Certains font encore du commerce ambulant ; l’activité est souvent pratiquée par les enfants ou des adolescents, pour des chiffres d’affaires et des revenus minimes. Ces exploitations sont partielles au sens où les actifs travaillent en partie comme salariés et non en compte propre et, dans le cas des exploitations partielles migrantes, vivent une partie de l’année en dehors de la commune, pour des activités qui représentaient en 1997 jusqu’à 45 % du revenu total. Enfin, des cas de décapitalisation (vente d’une partie de la parcelle d’habitation, restitution ou retrait par la commune des terres de rizières) et de migration durable de l’ensemble des membres du foyer existent ; mais ils sont demeurés rares dans cette région, en raison de la proximité des centres urbains et des réseaux d’embauche qui permettent une grande flexibilité des séjours migratoires.

Fig. 1 : Typologie des foyers et distribution

  • 18 Dans les tableaux qui suivent, il s’agit de $ US (valeur en 1997).

Transormation du système d’activités productives

Type d’exploitation

Distribution des foyers

Groupe 1

Spécialisation dans les activités non-agricoles

Entreprises familiales

non-agricoles

7 %

Groupe 2

Intensification et diversification agricole
Accumulation foncière
Valorisation des récoltes

Exploitations agricoles modernes

18 %

Groupe 3

Diversification économique

Exploitations pluri-actives ordinaires

27 %

Groupe 4

Stagnation des productions agricoles Migrations temporaires

Exploitations partielles migrantes

26 %

Groupe 5

Stagnation des productions agricoles Travail salarié local

Exploitations agricoles partielles

22 %

Sources : enquêtes de l’auteur.

29Les transformations respectives des systèmes d’activités productives indiquent une différenciation nouvelle avec, d’une part l’émergence d’entreprises familiales et la constitution des premières fermes, d’autre part la prolétarisation partielle d’une fraction des exploitations familiales qui avaient été réhabilitées comme unité de production de base de l’agriculture dix ans auparavant (Résolution 10 de 1988). Cette différenciation se traduit par des inégalités significatives de résultats, et d’accès aux terres quelques années seulement après la redistribution de 1994.

Inégalités de résultats

30Les performances des foyers peuvent s’apprécier en premier lieu à partir des systèmes de cultures et d’élevages. Pour les cultures (Fig. 2), la diversification au profit d’autres plantes que le riz s’avère très contrastée : les exploitations partielles sont demeurées confinées dans la riziculture (sur les 4/5e de la superficie cultivée), tandis qu’elle n’est plus que résiduelle pour les exploitations modernes qui ont développé un système de cultures basé sur les plantes médicinales et les fruits (jujubes, agrumes, bananes).

Fig. 2 : Comparaison des systèmes de culture et des revenus en $ de 199718 (Commune de Tân Dàn, 1997)

Répartition de la superficie cultivée

Revenu annuel

/sào (360 m²)

2 cultures

de riz

1 riz + 1 culture sèche

Plantes médicinales et fruits

Entreprises non-agricoles

Pas de culture

Exploitations agricoles modernes

15 %

15 %

70 %

99 $

Exploitations pluri-actives

34 %

18 %

48 %

69 $

Exploitations partielles migrantes

79 %

5 %

16 %

38 $

Exploitations agricoles partielles

78 %

16 %

6 %

31 $

Source : enquêtes de l’auteur.

  • 19 Les revenus de la production sont calculés à partir du prix payé au producteur pour ses produits fr (...)

31Aux différences de revenus des productions, il faut ajouter les différences de revenus tirés de la transformation et du commerce des récoltes19. À Bình Minh, commune où ces activités sont le plus développées (Fig. 3), les exploitations modernes et pluri-actives se distinguent des exploitations partielles davantage par les revenus de la transformation et du commerce (écarts de 1 à 5 et 1 à 12) ; les écarts de revenus des cultures sont bien moindres (de 1 à 1,2 et 1 à 1,4).

Fig. 3 : Revenus des cultures et de la transformation/commerce (Commune de Bình Minh, 1997)

Revenu

Répartition du revenu

Culture

Transformation (t) Commerce (c)

Total

Culture

Transformation Commerce

Entreprises non-agricoles

Pas de culture

1 500 à 4 500

1 500 à 4 500 $

0

100 %

Exploitations agricoles modernes

855

1 473 (t)

2 328 $

35 %

65 %

Exploitations pluri-actives

746

593 (c)

1 339 $

56 %

44 %

Exploitations partielles migrantes

2 310

0

2 310 $

100 %

0

Exploitations agricoles partielles

607

115 (c)

722 $

84 %

16 %

Source : enquêtes de l’auteur.

32En élevage (Fig. 4), c’est le développement des élevages naisseurs qui distingue les foyers, et dans une moindre mesure les cheptels, avec les élevages des exploitations modernes qui combinent reproduction et engraissement. Les revenus varient de 1 à 3 selon que l’élevage comprend (exploitations pluri-actives) ou non (exploitations partielles) la reproduction ; et de l à 6 entre l’engraissement des porcs (deux bêtes, deux fois par an) et les ateliers de reproduction des exploitations modernes comptant plusieurs truies.

Fig. 4 : Systèmes d’élevage porcin et cheptel (Commune de Tân Dân, 1997)

Système d’élevage

Cheptel

Revenu annuel

Entreprises non-agricoles

Pas d’élevage

Exploitations agricoles modernes

Reproduction et engraissement

2 à 3 truies

600 $

Exploitations pluri-actives

Reproduction ou engraissement

1 truie ou 10 porcs/an

340 $

Exploitations migrantes partielles

Engraissement

4 porcs/an

110 $

Exploitations agricoles partielles

Engraissement

4 à 6 porcs/an

110 à 140 $

Source : enquêtes de l’auteur.

33Le processus de différenciation a par ailleurs été amplifié avec la diversification économique (Fig. 5). Les entreprises non-agricoles ont effectué des investissements de capacité (pour le commerce de gros, le transport, les services et fabrications artisanales), et peuvent cumuler plusieurs activités (garage et transport par exemple). Les investissements non-agricoles des exploitations modernes sont plus modestes, effectués au fur et à mesure et en complément de leur modernisation agricole (commerce d’intrants, première transformation des récoltes, restauration).

Fig. 5 : Activités et revenus non-agricoles (Commune de Minh Châu, 1997)

Activités

Revenu annuel après impôts

Entreprises non-agricoles

Garage (réparation, vente), transport (camion), labour, commerce de gros (intrants, matériaux de construction, boisson)

1 000-5 000 $

Exploitations agricoles modernes

Commerce de détail, menuiserie, décorticage, restauration

450-640 $

Exploitations pluri-actives

Réparation moto, services agricoles, achat-revente de produits alimentaires sur le marché de la commune, menuiserie

70-350 $

Exploitations partielles migrantes

Achat-revente hors commune, commerce et salariat non-agricole hors commune, domestique, ouvrier de la construction

260-680 $

Exploitations agricoles partielles

Commerce ambulant, journalier agricole, construction, manutention

80-160 $

Source : enquêtes de l’auteur.

34Les différences de revenus des activités non-agricoles en compte propre entre les entreprises non-agricoles et les exploitations modernes d’une part, et les autres foyers, sont plus importantes que les différences de revenus des cultures. Les écarts de revenu annuel sont plus grands que les écarts de revenu journalier moyen en raison de la permanence (tout au long de l’année) et du cumul d’activités caractéristique des entreprises non-agricoles et des exploitations modernes, tandis qu’à l’inverse certaines des activités des autres foyers sont saisonnières ou pratiquées occasionnellement.

  • 20 Sachant que les foyers les plus riches peuvent posséder plusieurs parcelles, avec notamment des ach (...)

35Les différences de systèmes d’activités se traduisent par des inégalités de revenus et de patrimoine. Le tableau ci-dessous présente des classes de revenu qui permettent d’apprécier le « champ des possibles » pour chaque groupe de foyers. La parcelle d’habitation, comprenant l’espace bâti, le jardin et, pour certaines, une superficie d’étang, est prise comme indication du patrimoine20. Leur valeur a été établie sur la base de transactions entre foyers et des achats à la commune.

Fig. 6 : Revenu annuel et patrimoine foncier des foyers de Minh Châu, Tân Dân et Bình Minh en 1997

Revenu annuel net

Valeur des parcelles d’habitation

Entreprises non-agricoles

950 à 7 100

5 400 à 8 200

Exploitations agricoles modernes

880 à 2 500

2 700 à 3 600

Exploitations pluri-actives

430 à 1 750

820 à 1 000

Exploitations partielles migrantes

580 à 900

340 à 380

Exploitations partielles agricoles

330 à 1 000

250 à 290

Source : enquêtes de l’auteur

36Les différences de patrimoine doivent également s’apprécier à l’aune des dépenses pour l’habitat. Les deux premiers groupes ont fait construire des maisons neuves pour des montants compris entre 5 500 et 11 000 dollars (le standard dans la seconde moitié des années 1990 étant la maison à un étage). Les budgets des maisons ordinaires construites par les exploitations pluri-actives sont compris entre 1 400 et 1 800 dollars (maison d’architecture classique comprenant une pièce d’habitation et une cuisine) ; les autres foyers ont procédé à des travaux de réparation ou amélioration (toit en tuiles), au mieux à un agrandissement (une pièce supplémentaire pour l’installation sous le même toit d’un fils au mariage), pour des montants compris entre 250 et 400 dollars.

Inégalités d’accès aux ressources

  • 21 Les terres en adjudication sont des superficies de rizières qui n’ont pas été distribuées en 1994 ; (...)

37Les performances respectives des foyers renvoient à des inégalités d’accès aux ressources, notamment aux terres cultivables et autres espaces (étangs, bord de routes) qui peuvent être mis en valeur. Considérons ici l’accès aux terres : les parcelles de jardin et d’étang situées à l’intérieur des quartiers d’habitations, et les terres de rizières en adjudication21. Dans le village de Quảng Uyên à Minh Châu, la superficie des jardins des exploitations agricoles modernes (458 m2) est quatre fois supérieure à celle des autres (Fig. 7). À la différence de taille, il faut ajouter que les jardins sont situés pour la plupart le long du chemin principal qui traverse le village, zone la moins exposée aux risques d’inondations que peut connaître cette commune située dans une zone basse du delta. À Tân Dân, la différence de superficie est du même ordre entre les jardins des exploitations agricoles modernes (576 m2) et ceux des exploitations partielles (180 m2 et 108 m2).

Fig. 7 : Superficies des jardins des foyers (communes de Minh Châu et Tân Dân, 1997)

Minh Châu

Tân Dân

Moyenne

229 m²

329 m²

Entreprises non-agricoles*

pas de jardin

pas de jardin

Exploitations agricoles modernes

458 m²

576 m²

Exploitations pluri-actives

110 m²

360 m²

Exploitations partielles migrantes

105 m²

180 m²

Exploitations partielles agricoles

80 m²

108 m²

Sources : enquêtes de l’auteur et cadastre de la commune de Minh Châu, cartes 6 et 7 (village de Quang Uyên)

*Les entreprises non-agricoles avaient pour la plupart transformé l’espace de jardin en aire de stockage des matériaux, ateliers, place de garage des véhicules, etc.

38À Quảng Uyên en 1997, 13 % des foyers détenaient ainsi 60 % de la superficie de jardins, alors que les exploitations agricoles partielles, qui représentent une proportion double de foyers (26 %) ne détenaient que 11 % de la superficie de jardins (Fig. 8). Si l’on considère les exploitations modernes et les pluri-actives, c’est alors un quart des foyers (27 %) qui détenait les trois quarts des superficies de jardins (74 %). La distribution des étangs est encore plus inégalitaire.

Fig. 8 : Répartition des superficies de jardin et d’étang en 1997 (village de Quảng Uyên, commune de Minh Châu)

Distribution des foyers

Distribution des jardins

Distribution des étangs

Entreprises non-agricoles

9 %

1 %

1 %

Exploitations agricoles modernes

13 %

60 %

82 %

Exploitations pluri-actives

14 %

14 %

9 %

Exploitations partielles migrantes

38 %

14 %

5 %

Exploitations partielles agricoles

26 %

11 %

3 %

Sources : enquêtes de l’auteur et cadastre de la commune de Minh Châu, cartes 6 et 7 (1993)

39Au-delà des différences de superficie en 1997, ce sont les évolutions respectives qui doivent être soulignées. À Quảng Uyên, parmi les exploitations modernes, un tiers ont acquis des parcelles de jardins : leur superficie double presque entre 1993 et 1997 ; ceux qui ont acquis des étangs (60 % des exploitations modernes) ont plus que doublé leur superficie. Les conditions de cette accumulation sont expliquées dans la partie suivante.

Fig. 9 : Accumulation foncière des foyers du groupe 2 entre 1993 et 1997 (Quảng Uyên, Minh Châu)

Superficie en 1993

Acquisitions 1993-1997

Superficie en 1997

Exploitations agricoles modernes

Jardins

458 m²

+ 118 m²

575 m²

Etangs

354 m²

+ 270 m²

624 m²

dont 30 %

Jardins

458 m²

+ 390 m²

848 m²

dont 60 %

Etangs

354 m²

+ 450 m²

804 m²

Sources : enquêtes de l’auteur et cadastre de la commune de Minh Châu, cartes 6 et 7 (1993)

40L’accès aux terres de rizières en adjudications fournit un autre bon indicateur des inégalités d’accès aux ressources, où l’on constate (Fig. 10) que les exploitations modernes bénéficient davantage que les autres du système communal des adjudications. L’inégalité est particulièrement prononcée à Tân Dân puisque la totalité des foyers de ce groupe avaient des terres en adjudications en 1997, contre un tiers seulement pour l’ensemble des foyers du village. En outre, les superficies en adjudication des exploitations modernes (1 080 m2) représentent plus du double de celles des exploitations pluri-actives (396 m2), plus du triple de celles des exploitations agricoles partielles (288 m2). L’inégalité est moins prononcée à Minh Châu, situation qui peut s’expliquer par le fait que les adjudications suscitent moins la convoitise puisque les terres basses de la commune ne permettent que la riziculture, qui procure parmi les revenus les plus bas, et parce que les foyers de Minh Châu jouissent d’opportunités d’activités non-agricoles plus nombreuses et davantage rémunératrices.

Fig. 10 : Foyers bénéficiaires des adjudications de terres de rizières (Tân Dân et Minh Châu, 1997)

Tân Dân (village Đương Trạch)

Minh Châu

Foyers bénéficiaires

Superficie en adjudication

Foyers bénéficiaires

Superficie en adjudication

Moyenne de la commune

33 %

661 m²

45 %

668 m²

Entreprises non-agricoles*

Exploitations agricoles modernes

100 %

1 080 m²

64 %

684 m²

Exploitations pluri-actives

28 %

396 m²

%

Exploitations partielles migrantes

0

0

20 %

Exploitations agricoles partielles

35 %

288 m²

60 %

360 m²

Sources : enquêtes de l’auteur et cahier des adjudications tenu par le chef du village de Đương Trạch.

* Les foyers du groupe 1, qui se consacrent aux activités non-agricoles, soit n’avaient pas été candidat aux adjudications, soit avaient prétées ou sous-louées les superficies obtenues en adjudication.

41On notera pour Tân Dân qu’aucune des exploitations partielles migrantes n’avait de terres en adjudication en 1997, situation qui correspond aux choix de ces foyers de privilégier les activités non-agricoles en dehors de la commune. Certains foyers de ce groupe avaient d’ailleurs bénéficié d’adjudications, mais avaient alors sous-loué les parcelles plutôt que de les cultiver. Une autre singularité concerne les exploitations agricoles partielles à Minh Châu, avec une proportion relativement élevée de foyers (60 %) avec des terres en adjudication, mais pour des superficies d’environ moitié (360 m2) de celle de la moyenne du village (668 m2). Cette situation correspond à des partages des lots obtenus en adjudication, partages qui permettent à ces foyers de limiter leurs emprunts.

Les mécanismes de la différenciation

Les inégalités de départ

42Les inégalités de départ ont trait aux modalités du démantèlement des coopératives. On doit considérer comme point de départ les années 1986-1987, lorsque les coopératives de Minh Châu, Tân Dân et Bình Minh étendent les distributions de terres à l’ensemble des foyers.

  • 22 Les foyers demeuraient formellement membre de la coopérative, qui assurait l’irrigation et les labo (...)

43Il s’agit en effet d’une extension car, à cette date, certains foyers avaient déjà bénéficié de distributions et étaient donc sortis des brigades de production22. En 1981, la coopérative de Minh Châu avait expérimenté un contrat par lequel les foyers pouvaient se voir allouer 4 sào (1 440 m2) de rizière, contre la livraison annuelle de deux porcs. Seule une minorité de foyers, qui disposaient de moyens financiers, et surtout qui connaissaient des fournisseurs d’intrants, pouvaient honorer ce type de contrat. Ils cessèrent alors de travailler au sein des brigades de production. En contrepartie, ils eurent comme avantage la possibilité d’organiser leur travail comme ils l’entendaient et, comme incitation, de pouvoir disposer de leur récolte ; ce qui se traduisit par des rendements et revenus supérieurs à ceux des producteurs encore astreints à l’organisation collective de la production. Pour ces derniers, une différenciation est d’ailleurs établie par la coopérative : les membres des brigades de production sont en effet reclassés, selon des critères d’état de santé et de niveau de connaissances établis par les responsables de la coopérative. Pour un même travail, la rémunération varie alors dans un rapport de 1 à 1,4 pour les « travailleurs de 1re catégorie », tandis qu’auparavant, à chaque tâche correspondait un certain nombre de points-travail, et son équivalent en paddy.

44Les distributions de terres de rizière s’effectuent donc à des moments différents, mais également dans des mesures différentes. Les foyers ne reçoivent pas toujours la superficie qui correspond à leur composition, soit, dans la commune de Tân Dân, 720 m2 par adulte ou « travailleur principal », et 360 m2 par « travailleur secondaire » (âgé de moins de 18 ans ou de plus de 55 ans). À partir de classifications des foyers établies par les autorités villageoises et de la commune selon la capacité « năng lực » – à mettre en valeur les terres, honorer les contrats, s’acquitter de l’impôt –, les plus « capables » des travailleurs ont reçu jusqu’à 1 260 m2. Les informations recueillies dans cette commune permettent d’avancer que la dite capacité traduit non seulement les ressources et aptitudes des foyers, mais aussi leur capital de (bonnes) relations auprès des autorités. À l’inverse, des foyers ont reçu avec décalage, d’une ou plusieurs saisons agricoles, les terres, après avoir dû s’acquitter de divers impôts à la coopérative. Pour les mêmes raisons, des foyers ont reçu une superficie inférieure à celle à laquelle ils avaient droit ; de telles restrictions prévalent à Tân Dân jusqu’aux distributions de 1989. Si quasiment tous les foyers ayants droit bénéficient en fin de compte des distributions, on ne peut pas parler d’égalitarisme foncier au regard de leur séquence et des superficies octroyées.

  • 23 Tran Thi Thu Trang (2004b) relève le même processus.

45Une autre inégalité d’accès aux ressources provient de la liquidation des coopératives spécialisées. Dès la fin des années 1970, et de façon similaire aux premiers contrats de production agricole établis avec les mieux nantis, les coopératives de labours, de transport, de transformation des récoltes, de fabrication des matériaux de construction, octroient des licences pour l’utilisation de leurs équipements. Des foyers se voient confier la garde des buffles de labour ; ce qui permet de récupérer une matière organique précieuse dans un contexte de pénurie d’engrais industriel. Plus profitable, des personnes reprennent, à leur compte, les activités de service telles que le décorticage, le transport fluvial, et plus tard les labours. Ces activités, et parfois le capital restant (équipements bâtiments, terrains), sont récupérés, notamment, par ceux-là même qui dirigeaient les coopératives. Les responsables de l’agriculture de grande production socialiste sont parmi les premiers à en sortir ; ils sont éminemment bien placés pour « se réhabiliter » et s’établir, commerçant privé, laboureur, réparateur, transporteur, etc.23 Une autre catégorie de « repreneurs » est constituée d’ouvriers, employés, cadres d’entreprises étatiques ou de l’administration, qui reviennent dans leur commune après avoir perdu leur travail. Ceux-là savent faire valoir auprès des autorités locales leurs expériences professionnelles, compétences techniques, savoir-faire (des affaires), et leurs réseaux de connaissances personnelles en dehors des villages. Avec les cadres du système, ils constituent les premières entreprises privées de service à l’agriculture, une avance qui se traduit par des différences conséquentes de revenu, du moins le temps qu’ils soient imités, puis mis en concurrence avec d’autres foyers.

46Une première phase de la décollectivisation se joue ainsi entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1980. Durant cette phase, des foyers reprennent à leur compte les activités des coopératives spécialisées, et récupèrent à bon compte ce qui restait de leur capital. D’autres foyers sortent des brigades de production agricole, tandis que la majorité des paysans continue de travailler dans les structures collectives. Ces derniers sont reclassés en travailleurs de différentes catégories, qui déterminent les rémunérations, puis servent de référence pour les superficies distribuées. Ces différences de traitement peuvent être rapprochées de la typologie présentée dans la partie précédente puisqu’elles permettent à certains de créer les premières entreprises familiales non-agricoles, et à d’autres, une première accumulation foncière en terme de droit d’usage. Une hiérarchie nouvelle se met en place, qui reflète pour partie les capacités productives propres des foyers, mais qui est aussi déterminée par le capital de relations avec les décideurs, ou capital politique (Taylor 2004). Ces inégalités de départ vont s’amplifier avec la croissance et l’ouverture de l’économie des campagnes.

La croissance et l’ouverture

47Les inégalités de richesse se sont évidemment accrues par cumul des différentiels de revenus au cours de la période. Cependant, l’accroissement des inégalités ne se résout pas à cette arithmétique : la croissance et l’ouverture concourent également à une redistribution des ressources productives, de la terre notamment.

48La croissance a nécessité des investissements et, en retour, a entraîné une hausse du prix des terres agricoles, que tous les foyers ne peuvent supporter dans la même mesure. Malgré une amélioration des termes de l’échange intrants – récoltes avec la levée de la plupart des interdits sur le commerce qui a mis fin à l’économie de pénurie, les coûts d’exploitation ont augmenté avec l’usage accru d’intrants d’origine industriels achetés, et avec la diversification vers des systèmes de cultures et élevages exigeant davantage de consommations intermédiaires. À superficie égale, le montant des avances pour les arbres fruitiers tels que le bananier, le jujubier ou le mandarinier (45 à 54 $/sào) est le double de celles des systèmes rizicoles (25 $/sào) ; le triple pour des systèmes incluant des spéculations telles que la tomate ou le camphre (75 à 91 $/sào). Le développement des cultures fruitières implique en outre de renoncer à des revenus le temps que les arbres donnent des fruits. Les foyers du groupe 2 ont pu se le permettre ; à l’inverse, les foyers des groupes 4 et 5 peuvent choisir d’appliquer des doses d’intrants inférieures à ce qui serait nécessaire pour la pleine réalisation du potentiel de leurs parcelles.

Fig. 11 : Coûts des avances aux cultures en 1997 (pour 1 sào)

Systèmes rizicoles

Plantes médicinales et fruits

2 cultures

de riz

Arachide, haricot ou soja, puis riz

Jujube, menthe

Banane

Mandarine

Menthe, riz, tomate

Jujube, camphre

25

16 à 25

31

45

54

75

91

Source : enquêtes de l’auteur.

49La transformation et le commerce des produits agricoles ont également exigé des investissements (construction d’un four, de bacs en ciment, achat de bassines et de nattes, et de combustible). Ceux réalisés par les ateliers de fabrication des jujubes confits ou des pulpes de longanes, achat de produits frais inclus, ont été de 600 à 900 $, des montants équivalents au total des revenus annuels des exploitations partielles. En élevage, les investissements des exploitations qui sont passés de l’engraissement (des porcs) à la reproduction, sont compris entre 550 et 1 100 $ pour la construction de bâtiments ; ces élevages requièrent des achats de compléments alimentaires de 50 à 70 $ par mois selon les cheptels. Même si dépenses et investissements peuvent être financés par emprunt, les coûts de l’intensification et de la diversification agricoles sont trop élevés pour une partie de la population, rédhibitoires pour certains : faute de pouvoir les alimenter correctement, des exploitations doivent ainsi vendre leurs porcs avant terme, à des foyers qui achèvent le cycle et réalisent une plus-value sur les dernières semaines d’engraissement.

  • 24 Les prix ont ainsi été multipliés par 29 le long de la route 39 qui longe la commune, un des axes m (...)

50La diversification au profit de cultures à revenus plus élevés a par ailleurs entraîné une augmentation du prix des terres. C’est pour les parcelles à l’intérieur des quartiers d’habitation, jardins où l’on plante des arbres fruitiers que l’on peut surveiller, que les hausses sont les plus prononcées. Dans le village de Quảng Uyên à Minh Châu, entre 1990 et 1996, le prix des parcelles à l’intérieur des quartiers d’habitation est multiplié par 2,7 ; par 3,5 pour les parcelles situées le long du chemin cimenté qui traverse le village ; par 11 pour les parcelles le long de la route goudronnée qui relie Quảng Uyên aux autres villages (Gironde 2001 : 132). La hausse des prix est d’autant plus forte que la localisation des parcelles est favorable également au développement d’activités non-agricoles24.

51Les terres de rizières accessibles par le système des adjudications voient également leur prix augmenter selon les plantes qui peuvent y être cultivées : 12 $ US pour un sào de terre basse à deux cycles de riz (commune de Minh Châu), 59 $ US pour la même superficie à Bình Minh pour des cultures de plantes médicinales. De même, à Tân Dân, les prix des terres louées entre foyers varient dans un rapport de 1 à 4 selon les plantes cultivées.

Fig. 12 : Prix des transactions entre foyers (commune de Tân Dân, 1997)

Type de parcelle

Système de culture

Prix

Terre basse - catégorie 4

Deux cycles de riz

5,9 $s

Terre haute - catégorie 3

Cultures diversifiées

13,6 $

Terre haute - catégorie 2

Plantes médicinales

18,2 à 22,7 $

Source : enquêtes de l’auteur.

52L’augmentation des coûts d’exploitation concourt à une redistribution foncière par plusieurs mécanismes. Des foyers vendent leur parcelle d’habitation pour s’installer sur une parcelle moins bien située, donc moins coûteuse, tandis que d’autres s’installent au bord des voies de circulation. Pour les terres en adjudication, des foyers doivent partager les lots, afin de pouvoir les payer ; d’autres expliquent ne pas même s’inscrire sur les listes pour participer au tirage au sort dans le cas des terres les plus chères. Plus souvent, des foyers bénéficiaires d’adjudication sous-louent celles-ci, faute de pouvoir les payer, ou de pouvoir financer leur mise en valeur. De telles transactions privées des droits d’usage concernent également les superficies distribuées : des exploitations louent pour une durée déterminée des parcelles, pour y cultiver des plantes médicinales, à des foyers qui n’ont pas les moyens de les mettre (autant) en valeur, puisqu’ils n’y cultiveraient que des plantes alimentaires secondaires. La mesure de ces transactions en terme de revenus est supérieure aux superficies concernées puisqu’elles concernent les meilleures terres (Gironde 2008 : 117).

53Comme la modernisation agricole, la diversification économique a un coût que l’on peut apprécier à l’aune des investissements pour les activités de commerce et services et des revenus journaliers (Fig. 12). Pour des investissements se montant jusqu’à 2 000 $, le transport, la réparation vente des véhicules, les labours et le commerce de gros procurent des revenus journaliers compris entre 4 et 10 $. Pour des investissements compris entre 100 et 500 $, les revenus journaliers varient de 2 à 4 $ pour les réparateurs de moto, les commerces au détail, les restaurants. Pour les moins nantis, les revenus du commerce ambulant sur place (crèmes glacées, sandales, vêtements et ustensils) sont inférieurs au salaire journalier.

Fig. 13 : Investissements réalisés par les foyers de Minh Châu entre 1993 et 1997 et revenus

Type d’investissements

Valeur

Revenu journalier moyen

Entreprises

non-agricoles

Equipement garage (réparation et vente)

Camion, tracteur, charrue, herse

1er stock pour commerce de gros

jusqu’à

2 000 $

Garage : 9 $

Commerce grossiste: 10,6 $

Transport camion: 3,6 $

Exploitations agricoles modernes

1er stock pour commerce de détail

Outillage pour menuiserie, décorticage

Equipement pour restaurant

100 à 500 $

Commerce intrants agricoles: 4 $

Commerce diversifié : 3 $

Restaurant : 1,8 $

Menuiserie: 1,8 $

Exploitations pluri-actives

Equipement pour atelier de réparation

Moto, pompe à eau et tuyaux

Commerce local de produits alimentaires

100 à 200 $

Réparation moto : 1,8 $

Achat-revente pdts aliment. : 1,5 $

Exploitations partielles migrantes

Commerce de détail produits alimentaires

10 à 30 $

Vente ambulante Hà Nội : 1,4 $

Achat-revente sur marchés ruraux locaux: 2,4 $

Ouvrier constr. Hà Nội : 1,4 à 1,8 $

Employé domestique Hà Nội : 0,6 $

Exploitations agricoles partielles

Vélo, poste musique et haut-parleur

Stock de produits pour vente ambulante

25 à 40 $

Commerce ambulant local : 0,6 $

Journalier agricole : 1,4 $

Ouvrier constr. sur place : 1,4 $

Sources : enquêtes de l’auteur.

54Les coûts de la croissance concourent donc à accroître les inégalités de performances des exploitations, ainsi que les inégalités d’accès aux ressources. Cependant, le niveau de capital n’explique pas tout ; on trouve en effet des foyers qui, à niveau de capital similaire, ont des activités très différentes. Il en est ainsi des producteurs qui se distinguent par des cultures ou activités qui leur valent l’appellation de « spécialiste » (chuyên gia) de la part des autres foyers, précisément ceux qui ont une condition économique et sociale semblable et auxquels on demande pourquoi ils ne font pas la même chose… De telles spécialités, ou singularités, sont plus marquées encore entre villages d’une même commune, entre communes voisines, pour les activités agricoles comme pour les activités non-agricoles (Gironde 2001). Le rôle du capital comme facteur de la différenciation doit alors s’apprécier dans son articulation avec un autre facteur : la fonction des réseaux par lesquels s’opère l’ouverture des économies villageoises.

55En contraste avec le repli sur les cultures vivrières, l’auto-consommation et la thésaurisation, caractéristiques de la fin de l’expérience collectiviste, l’ouverture est l’une des transformations structurelles majeures de l’économie des campagnes. L’augmentation de la part des productions vendues à Hà Nội, dans d’autres provinces, au Centre, dans le Sud ou encore en Chine, et des activités réalisées en dehors des villages en sont les marques les plus significatives. Le cas des entreprises de transformation et de commerce du village de Thiết Trụ dans la commune de Bình Minh fournit l’une des meilleures illustrations de cette ouverture, une ouverture réussie en l’occurrence pour ces foyers qui n’auraient pas des revenus aussi élevés si le champ de leurs activités étaient demeurés circonscrits au village.

56Le cas du village de Thiết Trụ a ceci de remarquable que les deux autres villages, Bong Nha et Đa Hòa, ne comptaient que quelques ateliers de transformation, et aucun commerçant comparable. Par contre, Bong Nha et Đa Hòa ne comptent pas moins de producteurs de plantes médicinales et de fruits que Thiết Trụ. Il en est de même pour la commune voisine de Tân Dân. Comment s’explique cette singularité ? Quand on leur demande comment ils ont pu développer leurs entreprises, certains des actuels chefs d’entreprise du village de Thiết Trụ évoquent d’abord l’ancienneté de l’activité, qu’ils ont pratiquée pour le compte d’entreprises étatiques, ou dans le cadre des coopératives avant d’investir en compte propre ; ce qui a pu leur conférer un avantage en termes de connaissance technique. Néanmoins, expliquent-ils, ce n’est pas là l’essentiel : les techniques ont été facilement imitées. Plus important, ils ont appris à connaître les marchés : les produits, les spécificités et les volumes recherchés, les lieux de transaction, les modalités de paiement, d’avances, de crédit, les sources de financement. Surtout, ils ont gardé les relations avec le personnel de ces entreprises, ainsi qu’avec leurs fournisseurs et leurs clients, qu’ils ont su ensuite « détourner » vers leur village. Progressivement, forts de ces relations, des producteurs de Thiết Trụ ont entrepris de transformer leur récolte. D’autres chefs d’ateliers et commerçants grossistes, qui n’avaient pas travaillé dans le secteur avant d’y investir, évoquent de même des collègues de travail, des camarades de promotion (d’étude ou de l’armée), des membres de la famille ou des personnes originaires de la même commune établies ailleurs, qui leur ont procuré de l’information sur les marchés et les ont mis en relation avec des acheteurs dans la région, dans d’autres provinces, en Chine.

57Ces relations ont été tout aussi déterminantes pour le développement des activités, quand il a fallu chercher de nouvelles sources d’approvisionnement en produits frais dans les régions de montagnes du nord, des nouveaux débouchés, des partenaires qui éviteront ensuite de se déplacer. Ces derniers sont essentiels au bon fonctionnement de l’entreprise, entendons une activité régulière, reconduite d’une saison à l’autre, qui exige un approvisionnement ponctuel, en produits de qualité, à des prix et des conditions de payement tels qu’ils ont été convenus ; et, en aval, des partenaires qui assurent de la même façon la commercialisation des produits transformés. Tel est l’avantage comparatif des ateliers et commerçants grossistes de Thiết Trụ qui traitent au sud du Việt Nam et en Chine. Quelques foyers des autres villages de Bính Minh font de la transformation : ils expliquent vendre leurs productions aux commerçants de Thiết Trụ car ils ne connaissent personne qui puisse les informer des prix et des débouchés au sud du pays ou en Chine ; ni même à Hà Nội où ils ont pourtant les moyens de se rendre. Et les seuls acheteurs auxquels ils consentent à livrer leurs récoltes avec un paiement différé, sont ceux de Thiết Trụ, qu’ils connaissent…

58Qu’en est-il du « facteur » capital ? La valeur des actifs de ces entreprises aujourd’hui (entrepôt, stock, véhicule, fours) prête à confusion. La capitalisation s’est effectuée progressivement, sur une dizaine d’années environ à partir de la seconde moitié des années 1980. Le démarrage des activités n’a pas exigé de fonds propres ni d’emprunts conséquents. Puis, l’augmentation des volumes a été financée en partie par les partenaires : les acheteurs du Sud du pays et de Chine ont effectué des avances en argent aux commerçants de Thiết Trụ, qui ont pu à leur tour effectuer des avances aux ateliers de transformation, qui ont pu ainsi payer comptant une partie des produits frais aux producteurs, du village, puis des communes voisines. Ce n’est donc pas tant le niveau de capital mobilisé que le mode de financement qui distingue ces entreprises des exploitations familiales. Les investissements ont été effectués une fois que les relations ont été (bien) établies : les commerçants ont acheté un camion dès lors qu’ils ont estimé avoir la garantie qu’ils pourraient vendre leur chargement une fois arrivés à destination. Le capital s’avère donc nécessaire, mais pas déterminant (Gironde 2007). Les récits des foyers qui ont considéré puis renoncé à entreprendre de telles activités, ou qui ont échoué dans l’entreprise, confirment la primauté du réseau de partenaires. Ils n’invoquent pas le manque de capital comme raison principale de leur renoncement ou de leur échec. Certains ont d’ailleurs effectué des investissements pour d’autres activités dont les montants sont comparables aux investissements et coûts de fonctionnement des ateliers de transformation. Quand on leur demande par exemple pourquoi ils ne vont pas vendre des produits dans le Sud, ils expliquent tout d’abord qu’ils « ne connaissent pas quelqu’un » (không quen ai). On obtient la même réponse, dans les foyers moins nantis, quand on demande à un adulte pourquoi il ne va pas chercher du travail à Hà Nội...

59Les connaissances personnelles en effet ne sont pas moins essentielles pour le petit commerce et le travail salarié. Connaître des vendeurs du marché de Long Biên (Hà Nội) évite de se retrouver avec une caisse contenant des fruits périmés ou abîmés. « Bien connaître » permettra de ne payer la marchandise que le soir, après revente durant la journée. Il en est de même pour trouver du travail dans le secteur de la construction : le responsable de chantier chargé de constituer l’équipe de travailleurs recourt à des intermédiaires qui présentent les ouvriers. Faute de connaissances, il faut se poster aux carrefours des routes ou sur les trottoirs ou arpenter les rues ; l’embauche est alors plus hypothétique. À chaque commune, chaque activité, et donc à chacun selon ses réseaux. La plupart des femmes de Minh Châu ont fait du commerce entre Lạng Sơn et Hà Nội ; aucune de Tân Dân, commune pourtant limitrophe. Les habitants de Tân Dân ont eux pour spécialité (chuyên môn) les ateliers de céramique de Bát Tràng. À Minh Châu, ce sont des femmes de Yên Hoa qui font le déchargement des camions et des bateaux ; à Bình Minh, là aussi, le déchargement est effectué par des femmes venant quasiment toutes de la seule commune de Tu Dân. Les exemples sont nombreux qui montrent qu’on ne loue pas sa force de travail n’importe où (Li Tana 1996, Abrami 2002, Di Gregorio 1997). Les dates et durées des séjours des migrants, les lieux et les activités traduisent ainsi l’appartenance, ou non, aux réseaux de porteurs, colporteurs, ouvriers, domestiques, qui aident à trouver du travail, mais aussi à se loger, garder son argent, l’envoyer au village. Avec l’ouverture, les revenus des foyers dépendent, non pas seulement de leur capital mais également de leur intégration aux réseaux et espaces marchands extérieurs à la sphère villageoise.

60Si la croissance et l’ouverture ont globalement bénéficié à l’ensemble de la population rurale, elles ne sont donc pas neutres en matière de distribution. Les exploitations ordinaires, qui n’ont pas pu supporter les coûts de la croissance, ont dû opter pour des itinéraires techniques, des productions, et même des terres, pour lesquels les avances et les investissements, mais aussi les revenus, sont moindres. La croissance concourt ainsi à une redistribution des terres qui altère l’égalitarisme de la Loi foncière de 1993.

Les facteurs institutionnels

61Les inégalités de départ, amplifiées par la croissance et l’ouverture, sont aggravées par l’État, et en particulier par l’action des pouvoirs locaux. Dans la continuation de la liquidation du capital, les autorités ont rendu accessibles aux foyers les terres et étangs « de la coopérative » (dất hợp tác xã). Les foyers qui exploitent aujourd’hui ces espaces expliquent avoir, dans un premier temps, simplement demandé le droit d’utiliser telle parcelle, tel étang. Il n’y avait en effet pas d’autre procédure que celle consistant à solliciter le comité populaire, le chef de village, un responsable de la coopérative. Dans la majorité des cas, les bénéficiaires ont été autorisés à utiliser ces parcelles sans contrepartie financière. Puis les autorisations ont été reconduites, sur le modèle de la location contre paiement d’un loyer. Cependant, les conditions de paiement (par exemple échelonné sur la durée du bail) et surtout les prix apparaissent sans mesure avec ceux des transactions entre foyers. Ces droits d’usage ont été reconduits, jusqu’à l’acquisition en propriété, formalisée par la délivrance d’un certificat identique à celui des parcelles d’habitation. Des arrangements similaires, mais bien différenciés selon le statut social et l’état des relations avec les décideurs, ont régi l’usage des terres dont le statut a été modifié : certains foyers ont pu ainsi bâtir sur des terres agricoles đất nông nghiệp) reclassées, pour le coup ou après-coup, en terres d’habitation đất th) ; d’autres ont développé des activités de service sur des terres agricoles.

62Pour tenter de dépasser les limites de la « petite » exploitation familiale, le gouvernement promeut des modèles. Au début des années 1990, ce fut le modèle « VAC » d’association et complémentarités cultures-élevages-pisciculture autour des habitations ; depuis quelques années, c’est le modèle des fermes. Cette politique affecte la distribution de deux ressources, la terre et le crédit : pour favoriser la constitution des fermes, les autorités locales ont progressivement modifié les conditions d’accès aux terres en adjudication. Les tirages au sort ont été remplacés par le système de l’enchère ; la taille des lots a été augmentée (de 1 ou 2 sào au milieu des années 1990 à 10 sào aujourd’hui), de même que la durée de l’adjudication : de 2 ans en 1993, jusqu’à 10 ans pour encourager les productions fruitières et la pisciculture. Et, mesure qui scelle l’exclusion de la paysannerie ordinaire de ce système, les adjudications doivent désormais être payées en début de période. Ces adjudications n’ont plus grand-chose à voir avec celles de la Loi foncière de 1993 : à la différence de droits d’usage le temps de l’adjudication, c’est de fait la propriété qui a été instaurée. Étant donné les investissements (plantation d’arbres fruitiers) et les aménagements (pour la pisciculture) effectués par les acquéreurs, il est en effet improbable qu’ils « rendent » à la réserve foncière ces superficies au terme des dix années. Et il apparaît tout aussi improbable que les autorités ne les contraignent à le faire puisqu’il s’agit de la mise en œuvre de la politique du gouvernement central. Des exploitations familiales réhabilitées avant l’heure, au système « VAC », puis aux fermes, les pouvoirs locaux, à travers la promotion de modèles, régissent un système qui accroît les inégalités d’accès aux terres. Avec les terres, c’est aussi la distribution du crédit qui se trouve modifiée, avec notamment le développement des caisses populaires de crédit quỹ tín dụng. Ces caisses, populaires, ont été créées par les foyers les mieux nantis : les entreprises familiales, et… les foyers qui ont constitué des fermes. En tant que membres fondateurs et actionnaires de la caisse, ils peuvent emprunter davantage que les autres foyers, à hauteur de leurs besoins. L’élite villageoise s’est ainsi dotée de l’institution financière nécessaire au développement de ses activités.

63C’est aussi la fiscalité qui accroît les différences de revenus. Les impôts sur la production agricole, en vigueur jusqu’en 2002, étaient basés sur les rendements estimés en paddy des six catégories de terres, et ce quelles que soient les cultures pratiquées. L’impôt variait du simple au double selon la qualité des parcelles, pour des revenus qui eux étaient dans un rapport de 1 à 6 entre le système annuel à deux riz et les systèmes fruits-plantes médicinales. Pour une même parcelle (1 sào, 360 m2) de catégorie 4, imposée 20 kg de paddy, l’impôt représentait environ 10 % de la valeur de la récolte de paddy, contre 5 % de la valeur de la récolte s’il s’agit de menthe, et moins de 2 % de la valeur des récoltes pour les plantes médicinales les plus rémunératrices. De même, les jardins et les étangs sont peu imposés relativement aux revenus qui y sont réalisés (vergers, pisciculture). Ce déséquilibre entre revenus et imposition est plus grand encore pour les activités commerciales, de services ou les ateliers de fabrication des matériaux de construction. La population doit par ailleurs supporter les taxes de modernisation des infrastructures mises en place par les autorités communales au cours des années 1990 : routes intra- et inter-communales, ponts, réfection ou construction de classes ou d’écoles, du centre de santé, du comité populaire. Hormis des exemptions pour faits d’histoire (guerre, révolution, édification du régime), ces taxes s’appliquent à l’ensemble de la population, avec des montants fonctions de la composition du foyer (par foyer, par adulte, par personne), sans distinction relative à leur condition sociale. À titre d’exemple, il en a coûté en 1996 aux habitants du village de Đương Trạch (commune de Tân Dân), 11 $ par personne pour la route en ciment reliant les différents villages de la commune, plus 7 $ pour les chemins de l’intérieur du village qui ont été recouverts de gravier, soit au total pour un foyer de 4 personnes, l’équivalent de 9 % de son revenu de l’année. Il convient en outre d’inclure dans la catégorie des impôts locaux les diverses contributions exigées, en plus des frais de scolarité, pour le fonctionnement (gardien du parking à vélo, surveillant) et l’entretien de l’école, et aussi semble-t-il un complément de rémunération des enseignants. Ces taxes relèvent du désengagement du pouvoir central dans sa fonction de provision des communes en infrastructures ; elles vont de pair avec la fin de la gratuité des services publics d’éducation et de santé, des secteurs où les inégalités entre les foyers s’avèrent encore plus fortes que les inégalités de revenus.

Conclusion

64La question des inégalités est longtemps demeurée occultée par le « Renouveau ». À la fin des années 1980, l’attention s’est légitimement portée sur le spectaculaire redressement de l’agriculture après des années de crise des disponibilités alimentaires et les dernières disettes dans les provinces du Nord en 1988. Puis, dans les années 1990, l’ensemble de la paysannerie a connu une amélioration significative de ses conditions de vie ; il n’y avait donc effectivement « pas besoin de penser à compenser qui que ce soit pour les conséquences des réformes économiques » (Rama 2008 : 30). La situation se présente différemment depuis le début des années 2000 : les inégalités sont plus prononcées, le phénomène ne se limite plus aux écarts villes-campagnes ou entre grands ensembles naturels ; les inégalités entre les différentes catégories de la population sont aujourd’hui les plus manifestes. Surtout, les conditions de vie des catégories de la population les moins nanties ne s’améliorent plus.

65Les inégalités préoccupent donc certainement davantage, dans la mesure où le rythme de leur augmentation compromet la poursuite la réduction de la pauvreté, qui fournit aux instances dirigeantes l’un des meilleurs faire-valoir de leurs orientations et programmes. Cependant, la tendance à relativiser le processus de différenciation, par comparaison avec d’autres pays, d’autres continents, persiste. L’analyse dominante y contribue : les inégalités seraient le fait de régions mal dotées et de populations mal inspirées face aux opportunités de la croissance et de l’ouverture. L’explication naturelle est une explication des écarts (de taux de croissance, de pourcentage de pauvres), pas une explication de la différenciation, qui se doit de prendre en compte les interactions entre les différentes catégories de la population, comme entre celles-ci et les pouvoirs locaux. On doit toutefois noter une inflexion : le Vietnam Development Report 2008 va en ce sens, affirmant que la pauvreté persistante des minorités ethniques des montagnes du Nord et des Hauts plateaux n’est pas qu’une question de géographie, d’éloignement ou isolement, (JDR 2007 : 15). Il en va de même des considérations relatives à la culture des minorités ethniques (idem : 20-21). Le gouvernement vietnamien et les organisations de la coopération internationale prônent certes une meilleure distribution, mais en se gardant bien d’envisager des mesures de redistribution. L’idée que de meilleurs résultats en matière de réduction de la pauvreté pourraient être obtenus avec une croissance mieux répartie est peu relayée, en dépit de scénarios qui montrent la pertinence du raisonnement (Bonschab and Klump 2007 : 105).

66L’augmentation des inégalités n’est pas un phénomène récent. Le tableau des inégalités entre les foyers de Châu Giang dans la seconde moitié des années 1990 révèle une différenciation marquée des systèmes d’activités productives. À cette date, des foyers ont déjà constitué des entreprises non-agricoles, d’autres ont procédé à l’intensification et la spécialisation de leurs systèmes de cultures et d’élevages, avec des productions valorisées par une première transformation ou le commerce. En contraste, la moitié des foyers (exploitations partielles) n’ont pas dépassé l’économie familiale basée sur la riziculture. Cinq ans seulement après la distribution (à tous) des terres, l’accumulation des uns et la prolétarisation des autres attestent d’un processus de différenciation dont les mécanismes se sont mis en place avec les réformes, dès les premières mesures qui ont permis à certains de sortir avant l’heure des brigades de production ou de reprendre à leur compte les activités et le capital des coopératives.

  • 25 Ce sont précisément ces composantes de la richesse, au premier rang desquelles la valeur du patrimo (...)

67L’accroissement des inégalités ne peut pas non plus être qualifié de faible dès lors qu’on considère, non pas les seuls revenus ou les dépenses, mais également l’accumulation productive et le patrimoine25. Les écarts entre les exploitations modernes et les exploitations partielles sont de l’ordre de 1 à 3 pour les revenus, mais ils sont de 1 à 6 pour la taille des jardins, de 1 à 10 pour la valeur des parcelles d’habitation, et supérieurs encore pour les dépenses consacrées à l’habitat. Les dynamiques d’accumulation sont elles aussi très contrastées avec, d’une part, les investissements de capacité des entreprises non-agricoles et les acquisitions foncières des exploitations agricoles en passe de se constituer en « fermes » ; d’autre part, des exploitations dont le maintien dépend des possibilités de louer la force de travail pour compenser la stagnation des revenus agricoles.

68Les modalités de la décollectivisation n’ont pas été égalitaires. Le principe de calcul des superficies de rizières distribuées selon la taille des foyers ne doit pas faire illusion : la différenciation se fait sur les jardins, les étangs, la réserve foncière, et les terres agricoles reconverties pour les activités non-agricoles. Pour l’accès à ces superficies, ce n’est pas la composition mais la position sociale des foyers qui compte. Les inégalités de départ se sont amplifiées avec la croissance : pour les exploitations ordinaires, qui n’ont reçu que des terres de rizières, les coûts de la croissance sont rapidement devenus trop élevés. Leurs efforts d’intensification et de diversification atteignent un palier dès la fin de la décennie 1990 ; la riziculture, quoiqu’améliorée, leur procure des revenus qui sont du tiers de celui des meilleurs systèmes de cultures. Ils cèdent logiquement leurs terres aux exploitations plus performantes. Ces transactions foncières entre foyers, et le fait que les moins nantis ne peuvent plus accéder aux terres en adjudication, trop chères, fournissent la meilleure illustration des coûts en retour de la croissance et de son impact sur la différenciation. De même, l’ouverture n’a pas bénéficié à tous de la même façon, ni dans la même mesure. Elle a permis aux entreprises de commerce et de transformation de réaliser une partie de la valeur ajoutée qui « échappe » aux autres exploitations. Pour ces dernières, l’ouverture consiste à aller louer sa force de travail, pour des revenus certes supérieurs à ceux qu’elles obtiendraient avec leurs seules productions agricoles, mais bien moindres que ceux de la transformation et du commerce.

69L’augmentation des inégalités est renforcée, favorisée même, par les pouvoirs locaux : en amont de la production, avec les modifications des modalités d’accès aux terres et des arrangements qui bénéficient aux foyers les mieux établis socialement ; en aval, avec une fiscalité qui pèse proportionnellement moins sur les revenus bruts les plus élevés. La constitution des fermes est une nouvelle étape de ce processus qui accompagne la politique de modernisation du secteur agricole.

70L’évolution des inégalités, comme la réduction de la pauvreté, est donc indissociable des réformes institutionnelles du Đổi Mới et de la croissance. Leur ampleur aujourd’hui ne permet plus de les relativiser, ni de continuer à s’enorgueillir de la réduction de la pauvreté. Le Việt Nam ne peut plus miser sur la seule croissance, qui profitait déjà de moins en moins aux pauvres ces dernières années, et ce d’autant moins avec la crise internationale actuelle.

Haut de page

Bibliographie

ABRAMI, R, 2002, « Just a Peasant ? Economy and Legacy in Vietnam », in Post-Socialist Peasant : Rural and Urban Constructions of Identity in Eastern Europe, East Asia and the former Soviet Union, Leonard, P. and Kaneff, D. (eds.), Houndmills : Palgrave Macmillan, p. 94-116.

ADGER, N., 1999, « Exploring Income Inequality in Rural, Coastal Viet Nam », The Journal of Development Studies, 35(5): 96-119.

AKRAM-LODHI, A.H., 2004, « Are “Landlords Taking Back the Land”? An Essay on the Agrarian Transition in Vietnam », The European Journal of Development Research, 16 (4) : 757-789.

BEARD, J. and AGRAWAL, N., 2002, Vietnam Poverty Analysis, prepared for the Australian Agency for International Development by the Centre for International Economics, Canberra and Sydney, May, 118 p.

BENJAMIN, D. and BRANDT, L., 2002, Agriculture and Income Distribution in Rural Vietnam under Economic Reforms : a Tale of Two Regions, William Davidson Working Paper, Number 519, The William Davidson Institute, Chicago : University of Michigan Business School, March, 58 p.

BERESFORD, M., 2003, « Economic Transition, Uneven Development, and the Impact of Reform on Regional Inequality », Postwar Vietnam – Dynamics of a Transforming Society, Hy Van Luong (ed.), Singapore : Institute of Southeast Asian Studies and London : Rowman & Littlefield Publishers, p. 55-80.

BERGERET, P., 2002, Paysans, État et marchés au Vietnam – Dix ans de coopération agricole dans le bassin du Fleuve Rouge, Paris : GRET et Karthala, 291 p.

BOISSAU S., CASTELLA J.C. and NGUYEN Hai Thanh, 2003, « La distribution des terres de forêt au nord du Vietnam. I : droits d’usage et gestion des ressources » et « La distribution des terres de forêt au nord du Vietnam. II : sédentarisation et évolution des modes de production », Cahiers Agricultures, 12(5): 297-305 et 307-320.

BONSCHAB, T. and KLUMP, R., 2007, « Pro-poor growth in Vietnam : Explaining the spatial differences », Determinants of Pro-Poor Growth : Analytical Issues and Findings from Country Cases, GRIM, M. and al. (eds.), Houndmills : Palgrave Macmillan, pp. 81-110.

CASTELLA, J.-C. and DANG Dinh Quang, 2002, Doi Moi in the Mountains, Land Use Changes and Farmers’ Livelihood Strategies in Bac Kan Province, Vietnam, Hanoi : The Agricultural Publishing House, 283 p.

(CCFV) Cahiers de la Coopération Française au Vietnam, 2004, « Croissance économique et réduction de la pauvreté au Vietnam : la machine enrayée ? – Étude de cas du district de Ô Môn dans le delta du Mékong », Document réalisé à partir des travaux du CIRAD (Jean-François Le Coq) et de l’université de Can Tho (Duong Ngoc Thanh et al.), Hanoi, Ambassade de France, Cahier Nº 2, 23 p.

CULAS, C., (forthcoming) « Study of discourses on local knowledge and practices on environment management in Vietnam mountains : An anthropological perspective » in Hy Van Luong (ed.), Modernity and Dynamics of Tradition in Vietnam : Anthropological Approaches, Part 1 : « Environment and Ecology in Vietnam », Hà Nội : Há Nội: Nhá Xuất Bản Khoa Học Xã Hội, 35 p. [en vietnamien].

DAO Thê Anh, 2003, « Réformes socio-économiques et adaptation des choix d’activités des ménages ruraux dans le delta diu Fleuve Rouge au Vietnam », thèse de doctorat d’agronomie, Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier.

DAO Thê Tuân, 1995, « The Peasant Household Economy and Social Change », Vietnam’s Rural Transformation, Kerkvliet B. and Porter D. J (eds.), Singapore : Institute of Southeast Asian Studies and Boulder (Co) : Westview Press, pp. 139-159.

DI GREGORIO M., 1997, « Territory and Function in the Red River Delta », Texte présenté à la Conférence EUROVIET III, Amsterdam, July 1-4, 17 p.

DOLLAR D. and LIVTACK, J., 1998, « Macroeconomic Reform and Poverty Reduction in Vietnam », in Household Welfare and Vietnam’s Transition, Dollar D. and al. (eds.), World Bank Regional and Sectoral Studies, Washington D. C. : World Bank, p. 1-28.

DOLLAR, D. and GLEWWE, P., 1998, « Poverty and inequality in the early reform period », in Household Welfare and Vietnam’s Transition, Dollar D. and al. (eds.), World Bank Regional and Sectoral Studies, Washington D. C. : World Bank, p. 29-60.

DONOVAN D., RAMBO Terry A., FOX Jefferson, LE Trong Cuc and TRAN Duc Vien (eds.), 1997, Development Trends in Vietnam’s Northern Mountain Region. Vol 1 : An Overview and Analysis, Hanoi – Hawaii : National Political Publishing House (distributed by East-West Centre, Hawaii, and Centre for National Resources and Environmental Studies (CRES), Vietnam National University, Hanoi), 110 p.

DU Van Châu, 1998, « Redistribution foncière et différenciation sociale au Vietnam – Une étude de cas dans le delta du fleuve Rouge », Revue Tiers Monde, XXXIX (153) : 161-174.

DURAND, F. and al., 2005, « La question foncière dans les dynamiques rurales du Centre Viêt Nam », in Agriculture, environnement et société sur les Hautes terres du Viêt Nam, De Koninck, R., Durand, F. et Fortunel, F. (eds.), Toulouse-Bangkok : Arkuiris-IRASEC, pp. 121-158.

FAGES, L., 2004, « De stratégies en tragédies : confrontations territoriales et évolutions des systèmes ruraux – Exemples de groupes ethniques du Nord-Vietnam », Thèse de doctorat en géographie, Université de Bordeaux III – Michel de Montaigne, 378 p.

FATOUX, C. and al., 2002, « From rice cultivator to agroforester within a decade : the impact of Doi Moi on agricultural diversification in a mountainous commune of Cho Moi District, Bac Kan Province, Vietnam », in Doi Moi in the Mountains. Land Use Changes and Farmers’ Livelihood Strategies in Bac Kan Province, Vietnam, Castella, J.-C. and Dang Dinh Quang (eds.), Hanoi : The Agricultural Publishing House, p. 73-98.

FFORDE A., 1989, The Agrarian Question in North Vietnam, 1974-1979 – A Study of Cooperator Resistance to State Policy, New York – London : M. E. Sharpe, 265 p.

FONTENELLE, J.-P. et al. (eds.), 2001, Atlas of the Bac Hung Hai Polder (Vietnam), Paris : GRET, 58 p.

FORTUNEL F., 2005, « L’amertume du café dans les plateaux du Centre Viêt Nam : les structures productives et les autochtones », in Agriculture, environnement et société sur les Hautes terres du Viêt Nam, De Koninck, R., Durand, F. et Fortunel, F. (eds.), Toulouse-Bangkok : Arkuiris-IRASEC, p. 161-188.

FRITZEN, S., 2006, « Probing system limits : Decentralization and local political accountability in Vietnam », Asia-Pacific Journal of Public Administration, 28 (1) : 1-24.

GALLUP J., 2002, The Wage Labor Market and Inequality in Vietnam in the 1990s, World Bank Policy Research Working Paper Nº 2896, Washington D. C. : World Bank, September 2002.

GIRONDE, C., 2008, « Grandes réformes et petits arrangements dans les campagnes vietnamiennes », Autrepart, 48 : 113-128.

GIRONDE, C., 2007, « Manque de crédit ou manque de profit ? L’économie familiale au Vietnam », in Annuaire Suisse de politique de développement 2007 – Financer le développement par la mobilisation des ressources locales, Volume 26 (2), Genève : Institut universitaire d’études du développement, p. 157-172.

GIRONDE, C., 2001, « Réhabilitation et transformations de l’économie familiale au Nord-Vietnam. Systèmes d’activités villageois et réseaux de relations dans le delta du fleuve Rouge », thèse de doctorat en études du développement, Institut universitaire d’études du développement (IUED), Université de Genève, 406 p.

GLEWWE P., 2004, « An overview of economic growth and household welfare in Vietnam in the 1990s », in Economic Growth, Poverty, and Household Welfare in Vietnam’s, Glewwe P., Agrawal N. and Dollar D. (eds.), World Bank Regional and Sectoral Studies, Washington D.C. : The World Bank, p. 1-26.

(GDN-WG) Goverment-Domor-NGO Working Group, 1999, Vietnam Development Report 2000 - Attacking Poverty, Hanoi : Poverty Reduction and Economic Management Unit, Nov. 15, 195 p.

(GSO) GENERAL STATISTICAL OFFICE, 2006, Results of the Survey on Households Living Standards 2004, Hà Nội : Statistical Publishing House, 280 p.

GSO, 2004, Results of the Survey on Households Living Standards 2002, Hà Nội : Statistical Publishing House, 228 p.

GSO, 2003, Results of the 2001 Rural, Agricultural and Fishery Census, Hà Nội : Statistical Publishing House, 719 p.

GSO, 2000, Vietnam Living Standards Survey 1997-1998, Hà Nội : Statistical Publishing House, 448 p.

GSO, 1994, Statistical Yearbook, Hà Nội : Statistical Publishing House.

HENIN, B., 2002, « Agrarian change in Vietnam’s Northern Upland Region », Journal of Contemporary Asia, 32 (1) : 3-29.

HENNAF, N. et MARTIN J.-Y. (eds.), 2002, Travail, emploi et ressources humaines au Viêt-nam - 15 ans de Renouveau, Paris : Karthala-IRD, 322 p.

(HVP) HARVARD VIETNAM PROGRAM, 2008, Choosing Successes : The Lessons of East and Southeast Asia and Vietnam’s Future, Asia Programs, John F. Kennedy School of Governent, Harvard University, 56 p.

HY Van Luong, 1992, Revolution in the Village : Tradition and Transformation in North Vietnam, 1925-1988, Honolulu : University of Hawaii Press, 272 p.

HY Van Luong, 2003, « Postwar Vietnam Society : An Overview of Transformational Dynamics », in Postwar Vietnam – Dynamics of a Transforming Society, Hy Van Luong (ed.), Singapore : Institute of Southeast Asian Studies, Rowman & Littlefield Publishers, p 1-26.

HY Van Luong and UNGER, J, 1998, « Wealth, Power and Poverty in the Transition to the Market Economies : The Process of Socio-economic Differentiation in Rural China and Northern Vietnam », The China Journal, 40 : 61-94.

IWAMOTO, I., 2001, « Household Economy and Diversification of Farming », in Vietnamese Agriculture in Market-oriented Economy, Cho K. and Yagi, H. (eds.), Hà Nội : Agricultural Publishing House, pp. 169-188.

(JDR) JOINT DONOR REPORT, 2007, Vietnam Development Report 2008 - Social Protection, Joint Donor Report to the Vietnamese Consultative Group Meeting, Hanoi, December 6-7, 141 p.

(JDR) JOINT DONOR REPORT, 2003, Vietnam Development Report 2004 - Poverty, Joint Donor Report to the Vietnamese Consultative Group Meeting, Hanoi, December 2-3, 144 p.

KERKVLIET B. J. T., 1998, « Wobbly Foundations : Building Cooperatives in Rural Vietnam, 1955-1961 », communication prepared for the Workshop on Rural transformation in Vietnam, 6-8 March, Passau University, Germany, 62 p.

KLEINEN, J., 2006, « Access to natural resources for some : a tale of aquaculture in Nam Dinh, Viêt Nam » in Institutional Dynamics and Stasis : How Crises Alter the Way Common Pool Resources are Perceived, Used and Governed, Lebel, L. and al. (eds.), Chiang Mai (Thailand) : Regional Center for Social Science and Sustainable Development (RCSD), Chiang Mai University, p. 133-160.

KOLKO G., 1995, « Vietnam since 1975: Winning a War and Losing the Peace », Journal of Contemporary Asia, 25(1): 3-49.

LAGRÉE S., 2001, « La région des « Trois Monts » : paysans, espaces et pouvoirs », thèse de doctorat en géographie, Université Michel de Montaigne - Bordeaux-III, 412 p.

LE COQ J.-F., 2001, Libéralisation économique au Viêt-nam, intensification rizicole et diversification – Étude du cas de la région d’Ô Môn (delta du Mékong), thèse de doctorat en agronomie, Institut National Agronomique Paris-Grignon, Paris, 464 p.

LE GOULVEN K., 2000, « Dispositifs institutionnels et intégration des marchés – La commercialisation du porc au Vietnam », thèse de doctorat en agronomie, Ecole nationale supérieure agronomique de Montpellier, 403 p.

LÊ Đuc Thinh, 2000, « La différenciation spatiale des systèmes de production agricole dans le delta du Fleuve Rouge – Viet Nam (le cas du casier du Bac Hung Hai) », Mémoire de Diplôme d’Études Approfondies, Universités de Paris X et Paris I, Institut National des Sciences Agronomiques Paris-Grignon, Septembre, 102 p.

LÊ THI Van Huê, 2005, « Coastal Resource Use and Management in a Village of Northern Vietnam », Doctoral Thesis, Maastricht, Shaker Publishing, 260 p.

LITCHFIELD, J. and JUSTINO, P., 2004, « Welfare in Vietnam during the 1990s : poverty, inequality and poverty dynamics », Journal of the Asia Pacific Economy, 9 (2) : 145–169.

LILJESTRÖM, R. and al., 1998, Profit and Poverty in Rural Vietnam : Winners and Losers of a Dismantled Revolution, Richmond Surrey : Curzon Press, 269 p.

MARTIN, J.-Y., 2001, « La trajectoire éducative du Vietnam depuis 1945 – Logiques politiques et logiques sociales », Autrepart, 17 : 13-27.

MEKONG ECONOMICS, 2005, Vietnam Inequality Report 2005, Synthesis Paper of the « DFID Drivers of Inequality in Vietnam » project, Second draft – June 2005, 61 p.

MELLAC, M., 2001, « Accès aux resources naturelles et distributions des terres dans un district de montagne du Nord-Vietnam », in Vietnamese society in transition – The daily politics of reform and change, Kleinen, J. (ed.), Amsterdam : Het Spinhuis, pp. 102-116.

MINOT N., BAULCH, B. and EPPRECHT, M., 2003, Poverty and inequality in Vietnam : spatial patterns and geographic determinants, International Food Policy Research Institute, Washington D.C. : Institute of Development Studies, 87 p.

(NCSSH) NATIONAL CENTRE FOR SOCIAL SCIENCES AND HUMANITIES, 2001, National Human Development Report 2001 – Doi Moi and Human Development in Viet Nam, Hanoi : The Political Publishing House, 131 p.

NGO Vinh Long, 1993, « Reform and rural development : impact on class, sectoral, and regional inequalities », in Reiventing Vietnamese Socialism – Doi Moi in Comparative Perspective, Turley, W. and Selden, M. (eds.), Boulder (Co) : Westview Press, pp. 165-207.

NGUYÊN Duc Nhuân, 1992, « Le district rural vietnamien ou l’État en campagne », Habitations et Habitat d’Asie du Sud-Est Continentale – Pratiques et représentations de l’espace, Matras-Guin J. et Taillard C. (eds.), Paris : Harmattan, pp. 343-376.

NGUYÊN Manh Hung, , 2003, « Regional and rural-urban income disparities in the Vietnamese economy », The Vietnamese Economy – Awakening the Dormant Dragon, Binh Tran-Nam and Cho Do Pham (eds.), London - New York : Routledge - Curzon, pp. 283 300.

NGUYÊN Quoc Pham and TRINH Quoc Tuân, 1999, Mấy vấn đề lý luận và thực tiễn về dân tộc và quan hê dân tộc ở Việt Nam. [Some theoretical and practical issues on ethnicity and ethnic relations in Vietnam], Hà Nội: Nhà xuất bản Chính Trị Quốc Gia [Maison d'édition Politique Nationale].

NGUYÊN Sinh Cuc (ed.), 1995, Nông Nghiệp Việt Nam 1945-1995 [Agriculture of Vietnam 1945-1995], Hà Nội : Statistical Publishing House, 386 p.

NGUYEN Van Suu, 2004, « The Politics of Land : Inequality in Land Access and Local Conflicts in the Red River Delta since Decollectivization », in Social Inequality in Vietnam and the Challenges to Reform, Taylor, P. (ed.), Vietnam Update Series, Singapore : Institute of South East Asian Studies (ISEAS), p. 270-296.

PHAM Bich San, 1997, « Social implications of economic renovation », in Vietnam Reform and Transformation, Beckman, B. and al. (eds.), Stockholm : Center for Pacific Asia Studies, Stockholm University, pp. 37-46.

PHAM Xuan Nam, BE Viêt Dang and HAINSWORTH, G., 1999, Rural Development in Vietnam, Hanoi : Social Science Publishing House, 241 p.

PORTER, D., 1995, « Economic liberalization, marginality, and the local state », in Vietnam's Rural Transformation, Kerkvliert B. and Porter D. J. (eds.), Singapore : Institute of South East Asian Studies (ISEAS) and Boulder (Co) : Westview Press, p. 215-246.

PORTER, G., 1993, Vietnam : The Politics of Bureaucratic Socialism, Ithaca : Cornell University Press, 227 p.

RAINHORN, J.-D., 2004, « “L’exception vietnamienne” : paradoxes et dilemmes d’un système de santé en crise », in Le Vietnam à l'aube du nouveau siècle - Perspectives politiques, économiques et sociales, Gironde, C. et Maurer, J.-L. (eds.), Paris : Karthala et Genève : Institut Universitaire d’Etudes du Développement, Centre de Recherche sur l’Asie Moderne (IHEI/IUED), p. 325-345.

RAMA, M., 2008, Making Difficult Choices : Vietnam in Transition, Working Paper Nº 40, Commission on Growth and Development, Washington D.C. : The World Bank, 49 p.

RAMBO, T. and JAMIESON, N., 2003, « Upland Areas, Ethnic Minorities, and Development », in Postwar Vietnam – Dynamics of a Transforming Society, Hy Van Luong (ed.), Singapore : Institute of Southeast Asian Studies and New York : Rowman & Littlefield Publishers, p. 1-26.

RAVAILLON, M. and VAN DE WALLE, D., 2008, Land in Transition : Reform and Poverty in Rural Vietnam, Houndmills : Palgrave Macmillan and World Bank, 203 p.

ROUSSEL A. et HOANG Huu Cai, 1997, « Expansion et développement agricole : le cas de la province de Dong Nai », numéro commun de Cahiers agriculture, 6(5) et Agriculture et Développement, 15 : 145-154.

SADOULET, D., CASTELLA J.C., NAM V.H., QUANG D. D., 2001, « Dynamiques agraires, gestion des ressources naturelles et différenciation des exploitations agricoles dans une zone de montagne du Nord Vietnam », Cahiers Agricultures, 10(5): 307-318.

SCOTT, S. and TRUONG Thi Kim Chuyên, 2004, « Behind the numbers : Social mobility, regional disparities and new trajectories of development in rural Vietnam », in Social Inequality in Vietnam : Challenges to Reform, Taylor, P. (ed.), Singapore : Institute of Southeast Asian Studies, p. 90-122.

SIKOR, T, 2001, « Agrarian Differentiation in Post-Socialist Societies : Evidence from Three Upland Villages in North-Western Vietnam », Development and Change, 32 (5) : 923-949.

SIKOR, T. and PHAM Thi Tuong Vi, 2005, « The Dynamics of Commoditzization in a Vietnamese Uplands Village, 1980-2000 », Journal of Agrarian Change, 5 (3) : 405-428.

SWINKELS, R. and TURK, C., 2004, Poverty and remote areas : evidence from new data and questions for the future, Background paper for the PAC conference, 24-26 November 2004, Hanoi : World Bank, 14 p.

TANA, L, 1990, Peasants on the Move - Rural-Urban Migrations in the Ha Nôi Region, Occasional Paper n° 91, Singapore : Institute of Southeast Asian Studies, 80 p.

TAYLOR, P., 2004, « Redressing Disadvantage or Re-arranging Inequality ? Development Interventions and Local Response in the Mekong Delta », in Social Inequality in Vietnam and the Challenges to Reform, Taylor, P. (ed.), Vietnam Update Series, Singapore : Institute of South East Asian Studies, pp. 236-269.

TRAN Thi Thu Trang, 2004a, « Vietnam’s rural transformation : information, knowledge and diversification », in Rethinking Vietnam, McCargo, D. (ed.), London - New York : Routledge-Curzon, p. 110-124.

TRAN Thi Thu Trang, 2004b, « From collectivization to globalization : Differentiation in a Muong ethnic community », in Social Inequality in Vietnam and the Challenges to Reform, Taylor, P. (ed.), Vietnam Update Series, Singapore : Institute of South East Asian Studies, pp. 123-165

TRAN Thi Van Anh and NGUYÊN Manh Huan, 1995, « Changing rural institutions and social relations », in Vietnam’s Rural Transformation, Kerkvliert B. and Porter D. J. (eds.), Singapore : Institute of Southeast Asian Studies and Boulder (Co) : Westview Press, p. 201-214.

VAN de WALLE D., 2003, Is the Emerging Non-Farm Market the Route out of Poverty in Viet Nam ?, Policy Research Working Paper Series 2950, Washington D.C. : World Bank, 33 p.

(VASS) VIETNAMESE ACADEMY OF SOCIAL SCIENCES, 2007, Vietnam Poverty Update Report 2006 : Poverty and Poverty Reduction in Vietnam 1993-2004, Hanoi : National Political Publisher, 86 p.

VO Nhân Tri, 1990, Vietnam’s Economic Policy since 1975, Singapore : Institute of Southeast Asian Studies, 253 p.

VO Nhân Tri, 1967, La croissance économique de la République Démocratique du Vietnam (1945-1965), Hanoi : Editions en langues étrangères, 630 p.

(UNDP) United Nations Development Programme, 2004, The macroeconomics of Poverty Reduction : The case study of Vietnam - Seeking Equity within Growth, Hanoi : The Asia Pacific Regional Programme on Macroeconomics of Poverty Reduction, 67 p.

WHITE, C. Pelzer-, 1981, « Agrarian Reform and National Liberation in the Vietnamese Revolution : 1920-1957 », Unpublished Ph.D. Dissertation, Ithaca : Cornell University.

WIENS, T., 1998, « Agriculture and Rural Poverty in Vietnam », in Household Welfare and Vietnam’s Transition, Dollar D. and al. (eds.), World Bank Regional and Sectoral Studies, Washington D. C. : World Bank, pp. 61-98.

WORLD BANK (WB), 2007, Viet Nam : Un ancrage solide pour une croissance soutenue, L’IDA en action, février 2007, http://www.worldbank.org/ida.

WORLD BANK (WB), 2002, Development Report 2003 – Vietnam Delivering on its Promise, The World Bank in collaboration with the Asian Bank, Vietnam Consultative Group Meeting, December 10-11, 137 p.

WORLD BANK (WB), 1993, Poverty Reduction in Asia, the Silent Revolution, World Bank Discussion Papers 203, Washington D.C. : World Bank, 64 p.

UY BAN NHÂN DÂN XA MINH CHAU (Comité Populaire de la Commune de Minh Châu), 1993, Luoc Do, So Do - Thôn Quang Uyên, Luc Diên, Xuân Lai, Bac Khu (Registre, Cartes du cadastre - Villages de Quang Uyên, Luc Diên, Xuân Lai, Bac Khu).

Haut de page

Notes

1 Parmi les études détaillées de la différenciation, voir par exemple pour les régions de collines et montagnes du Nord : Sikor (2001), Mellac (2001), Lagrée (2001), Fages (2004), Castella and Dang (2002) ; pour le delta du fleuve Rouge : Dao Thê Anh (2003) et Nguyên Van Suu (2004) ; pour les Hauts plateaux du Centre : Roussel et Hoang (1997), et Fortunel (2005) ; pour le delta du Mékong : Le Coq (2001) et Taylor (2004).

2 Indice de Gini, dépenses de consommation des différents quintiles de la population, ratio des dépenses des plus riches par rapport aux plus pauvres, proportion du revenu total des 40 % les plus pauvres (GSO, 2006 : 40-41). On sait que ce type d’enquêtes conduit à « tasser » les inégalités dans la mesure où les groupes de population situés aux extrêmes (les plus pauvres, les plus riches) ne sont pas pris en compte de façon adéquate (JDR, 2007 : 11-12), avec des conséquences non négligeables sur les indicateurs : une étude sur la Chine a en effet montré que l’exclusion du pourcentage le plus riche de la population réduisait le Gini de 0,5 à 0,44 (idem).

3 Ngô Vinh Long (1993) présente les résultats de ces études et les discussions qu’elles provoquent sur la tenure foncière, l’importance des coopératives, et la poursuite des réformes.

4 La meilleure illustration de cette « autorité » est fournie par l’appareillage de publications des instances gouvernementales (General Statistical Office, Vietnamese Academy of Social Science) et des principales organisations internationales (Banque mondiale, Programme des Nations Unies pour le Développement, Fonds Monétaire International). Les publications – rapports, briefing notes, papers, ouvrages – qui se basent pour l’essentiel sur les enquêtes nationales sur les conditions de vie (Vietnam living standards surveys), sont reprises dans des publications conjointes telles que le Joint Donor Report to the Vietnamese Consultative Group.

5 Les mêmes auteurs convenaient toutefois qu’il n’y avait pas de données permettant de comparer systématiquement si les inégalités avaient augmenté durant la transition vers le marché (idem : 38).

6 Ma traduction.

7 Le résultat en matière de pauvreté alimentaire est à peine mieux avec une incidence de 31,5 % en 1998 et 29,5 % en 2002.

8 La Banque mondiale reconnaît d’ailleurs que la baisse de la pauvreté est « extrêmement sensible » au seuil de pauvreté retenu, et indique qu’il est plus juste de dire que la pauvreté est comprise dans une fourchette de 30 à 45 % (de la population) plutôt que d’avancer l’incidence de 37 % (GDN-WG 1999 : 16).

9 Cette opposition d’approche traduit entre autres une différence de focale, avec d’une part des analyses dérivées d’études sur la pauvreté : les inégalités sont alors le fait d’une moindre diminution de la pauvreté de certaines régions et certains groupes de populations ; d’autre part, des études de la différenciation à proprement parler. Le type d’information et les méthodes de production de l’information diffèrent également : des indicateurs statistiques standardisés produits à partir d’enquêtes ponctuelles par questionnaire, caractéristiques des études tirées des enquêtes sur les conditions de vie (telles que les Vietnam living standard surveys). Pour bon nombre de travaux académiques, les indicateurs sont déterminés davantage par les contenus de recherches de plus longue durée à partir d’entretiens semi-structurés et d’observation au sein des communautés étudiées. Les débats sont marqués encore par une différence d’échelle d’observation avec, d’un côté des études couvrant l’ensemble du pays et privilégiant les différences entre grands ensembles naturels (régions) ou administratifs (provinces) ; de l’autre, des recherches aux échelles micro et méso économiques du foyer, du village, de la commune ou d’espaces économiques délimités par les activités des populations étudiées.

10 Propos d’un responsable de département du ministère des Finances, rapporté par Scott Fritzen (2006 : 2).

11 Ma traduction. Texte original : « …lagging regions with high percentage of ethnic minority people ».

12 Voir par exemple, Donovan et al. (1997) pour les oppositions entre types de milieu naturel ; Scott and Truong (2004) pour l’étude des différences entre les régions ; et Culas (à paraître) concernant les préjugés et discours sur les pratiques agricoles et forestières des groupes ethniques depuis 50 ans au Việt Nam.

13 La plus grande importance de la composante intra des inégalités se confirme au niveau des provinces puisqu’elle contribue pour les trois quarts à l’augmentation des inégalités, contre un quart pour les inégalités inter-provinces (Minot et al. 2003 : 42).

14 Les différences de revenus agricoles ont en effet augmenté avec le développement de systèmes de cultures autres que la riziculture : elles sont particulièrement prononcées dans le cas des plantations d’arbres fruitiers (Liljeström and al. 1998, Du 1998, Le Coq 2001 ; Fatoux and al. 2002), de l’aquaculture (Adger 1999, Lê Thi Van Huê 2005) ou encore des légumes. Le développement des activités non-agricoles (entreprise familiale, salariat, revenus de transferts) a contribué plus encore à la différenciation entre foyers, dans la mesure où les écarts de revenus non agricoles sont plus grands que les écarts entre revenus agricoles (Adger 1999, Gallup 2002, Akram-Lodhi 2004).

15 « Before proceeding, I wish to make it clear that this analysis in no way implies that income disparities exmined here are the outcomes of Doi Moi policy. » (Nguyên 2003 : 283).

16 VAC est l’acronyme de Vườn (jardin), Ao (étang), Chăn Nuôi (élevage) : il s’agit d’un système de production combinant ces trois composantes et dont les performances reposent sur leurs complémentarités (transferts de fertilité, alimentation des animaux avec les restes de culture du jardin). Les fermes trang trai doivent avoir une superficie supérieure à 2 hectares dans le Nord (la superficie moyenne des exploitations familiales dans le delta du fleuve Rouge est de l’ordre du cinquième d’hectare). Voir Fortunel (2005) pour davantage de précisions sur les fermes.

17 La superficie moyenne cultivée par foyer était en 1997 de 1 324 m2 à Bình Minh, 2 029 m2 à Minh Châu, et 2 160 m2 à Tân Dân.

18 Dans les tableaux qui suivent, il s’agit de $ US (valeur en 1997).

19 Les revenus de la production sont calculés à partir du prix payé au producteur pour ses produits frais achetés dans la commune.

20 Sachant que les foyers les plus riches peuvent posséder plusieurs parcelles, avec notamment des achats et construction de maison à la périphérie de Hà Nội.

21 Les terres en adjudication sont des superficies de rizières qui n’ont pas été distribuées en 1994 ; elles constituent une réserve de terres pour les foyers constitués après le 1er avril 1994. Ces superficies peuvent, dans l’intervalle, être utilisées selon le système de l’adjudication, un droit d’usage octroyé à un foyer pour une durée de deux années, contre paiement d’un loyer. L’attribution des terres se fait en principe par tirage au sort parmi les foyers candidats ; dans la pratique, les autorités communales ont une grande marge de manœuvre pour modifier les conditions d’adjudication.

22 Les foyers demeuraient formellement membre de la coopérative, qui assurait l’irrigation et les labours, et en vertu du système des contrats de productions par lesquels les producteurs devaient livrer les récoltes à la coopérative.

23 Tran Thi Thu Trang (2004b) relève le même processus.

24 Les prix ont ainsi été multipliés par 29 le long de la route 39 qui longe la commune, un des axes majeurs nord-sud de circulation dans le delta, où se sont ouverts de nombreux magasins, ateliers de réparation, de fabrication de matériaux de construction, des restaurants, etc.

25 Ce sont précisément ces composantes de la richesse, au premier rang desquelles la valeur du patrimoine immobilier, qui font défaut aux diagnostics prenant pour indicateurs les dépenses de consommation (JDR 2007 : 12).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Gironde, « Réformes, croissance, et augmentation des inégalités dans le delta du fleuve Rouge – Việt Nam (1980-2000) », Moussons, 13-14 | 2009, 269-308.

Référence électronique

Christophe Gironde, « Réformes, croissance, et augmentation des inégalités dans le delta du fleuve Rouge – Việt Nam (1980-2000) », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/1025

Haut de page

Auteur

Christophe Gironde

Christophe Gironde est économiste, titulaire d’un doctorat en études du développement (2001). Il est chargé de cours en économie à l’Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID) de Genève. Ses domaines d’enseignement et de recherche sont le développement rural, la transition économique, et la différenciation sociale (inégalités, pauvreté). Il a récemment publié « Grandes réformes et petits arrangements dans les campagnes vietnamiennes » dans la revue Autrepart, 2008 (48), et a coédité avec Jean-Luc Maurer, Le Vietnam à l’aube du xxie siècle, 2004, Paris : Karthala.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page