Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Félix Dioque (1880-1948), un colonial. Six ans en Guinée… quarante ans en Indochine de 1898 à 1946, Georges Dioque

Gap : Louis Jean imprimeur, publié sous les auspices de la Société d’Études des Hautes-Alpes, 2008, 448 p.
Gilles de Gantès
p. 394-395
Référence(s) :

Georges Dioque, Félix Dioque (1880-1948), un colonial. Six ans en Guinée… quarante ans en Indochine de 1898 à 1946, Gap : Louis Jean imprimeur, publié sous les auspices de la Société d’Études des Hautes-Alpes, 2008, 448 p.

Texte intégral

1Félix Dioque (1880-1948) fut un personnage important de l’administration coloniale en Indochine ; il a vécu au Vietnam de 1906 à 1946 ; son petit-neveu nous en livre sa biographie, largement fondée sur des archives familiales privées, un travail qui peut intéresser à la fois les spécialistes du Vietnam et les spécialistes de la colonisation.

2Félix Dioque est issu d’une famille originaire des Hautes-Alpes marquée par les engagements pour la libre pensée, la maçonnerie et le socialisme. Aîné d’une famille de trois enfants, il interrompt ses études au décès de son père en 1894 et, suivant une tradition bien établie dans les régions montagneuses de la France méridionale au xixe siècle, il part chercher sinon la fortune, au moins un emploi, outre-mer. Le cas des Barcelonnette du Mexique occulte encore les courants migratoires alpins vers les colonies françaises et notamment vers l’Indochine, surtout après 1885, dont les frères Borel (de Saint-Julien en Beauchêne) fournissent un autre exemple. Félix Dioque quant à lui n’est pas regardant quant au choix de la destination : il part pour la Guinée pour le compte d’une entreprise marseillaise approchée grâce à ses relations familiales avant de postuler pour un poste administratif dans n’importe quelle colonie, qu’il tente d’obtenir, là encore, par le biais de ses relations politiques au Parlement (Clovis Hugues, Euzière, Girod, François Deloncle, Astier). Il est finalement nommé préposé des Douanes et Régies de l’Indochine en 1906 et occupe alors divers postes en Annam (il réside notamment dans la région de Qui Nhon au moment de la révolte dite « des cheveux coupés ») et gravit régulièrement les échelons, d’autant qu’il parle assez rapidement la langue vietnamienne. Dès le début des années 1920, tout en demeurant officiellement aux Douanes & Régies, il est chargé de tâches policières et finit par intégrer le service de la Sûreté en 1926, où sa carrière est encore plus brillante puisqu’il franchit six grades entre le 1er janvier 1926 et le 1er janvier 1935. Il participe à la destruction des principaux partis nationalistes vietnamiens dans les années 1930. La fin de la carrière de F. Dioque est très curieuse : mis à la retraite en 1936, maintenu en service à la demande du gouverneur général, de nouveau rappelé en Indochine en 1939 alors qu’il est en congé en métropole, il semble avoir été chargé de coordonner (ou de contrôler ?) les services policiers de l’Indochine du printemps 1940 au 9 mars 1945, mais à titre informel, ce qui fait qu’il n’apparaît pas dans les organigrammes et ne fut inquiété ni par les Japonais après le 9 mars, ni par la commission d’épuration après 1945. Il est rapatrié en 1947 et meurt l’année suivante.

3Comme toute trajectoire individuelle, celle de Félix Dioque présente des traits originaux : son évolution personnelle d’un républicanisme le plus militant dans les années 1890-1900 (dont il recueille sans nul doute les fruits dans les débuts de sa carrière) au monarchisme (après 1910, sous l’influence d’Henri de Monpezat) ne manque pas de faire sourire par exemple. Pour autant, sa carrière est assez typique de celle des fonctionnaires coloniaux de sa génération par l’importance des réseaux maçonniques ou par sa formation initiale relativement succincte (pas question d’École coloniale dont il brocarde les anciens élèves, ses concurrents directs : il n’est même pas bachelier). Pour cela, sa biographie est instructive pour les spécialistes de la colonisation : parmi d’autres détails, le récit des formalités courtelinesques qui suivent son débarquement à Saigon (page 193), celui des critiques subies de ses supérieurs parce qu’il étudie le vietnamien et que cela prend du temps sur son travail de bureau ou bien la façon dont il travaille d’arrache-pied pour son examen de vietnamien… tout en essayant d’approcher un des membres du jury rendent à merveille l’ambiance de l’époque, impossible à ressentir lorsqu’on se borne à la lecture des innombrables rapports produits par l’administration coloniale. Les lettres de Félix Dioque (à sa mère pour la plupart de celles dont les extraits nous sont ici proposés) donnent également bien des détails sur la vie quotidienne des Vietnamiens de l’époque et sur leurs réactions dans les années 1908-1910 : la source est extérieure bien sûr, mais Félix Dioque parlait leur langue et vivait dans des postes isolés de l’Annam, ce qui rend le témoignage précieux, d’autant qu’il adopte un ton très libre. De ce point de vue, la partie de la biographie consacrée aux années 1920 est sans doute moins originale : Félix Dioque écrivait moins semble-t-il et, vu le niveau de responsabilités politiques auquel il était parvenu, il pouvait probablement moins livrer de renseignements tirés de ses observations personnelles. Le biographe n’est pas en cause ici, mais la nature des sources, car on doit souligner le souci didactique de Georges Dioque : dans toute la première partie, les extraits de lettres privées sont notamment constamment mis en perspective en s’appuyant sur les travaux universitaires les plus récents. Même souci pour les années 1920-1940 : Georges Dioque a été jusqu’à étudier les plans de table des dîners donnés par Decoux (page 399) pour comprendre la position officieuse de son grand-oncle et il livre un témoignage inédit et rare sur l’ambiance à Hà Nội après le 9 mars par un fonctionnaire français requis à son poste et pouvant donc circuler dans la ville. Cependant, pour les années 1925-1945, les pièces originales reproduites sont plus souvent des rapports administratifs (ce qui ne manque pas d’intérêt pour les non spécialistes, même si les historiens connaissent ces pièces) que des lettres privées.

4Une des difficultés des historiens travaillant sur l’histoire du Việt Nam à l’époque coloniale est la surabondance de sources administratives dont il est bien difficile de se dégager : on ne saurait donc trop encourager l’édition de tels témoignages privés, vietnamiens comme français qui permettent de relativiser les rapports officiels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles de Gantès, « Félix Dioque (1880-1948), un colonial. Six ans en Guinée… quarante ans en Indochine de 1898 à 1946, Georges Dioque », Moussons, 13-14 | 2009, 394-395.

Référence électronique

Gilles de Gantès, « Félix Dioque (1880-1948), un colonial. Six ans en Guinée… quarante ans en Indochine de 1898 à 1946, Georges Dioque », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/1131

Haut de page

Auteur

Gilles de Gantès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page