Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

Réfugiés viêtnamiens en France : interaction et distinction de la culture confucéenne, Mong Hang Renaud

Paris : L’Harmattan, 2002, 384 p.
Didier Bertrand
p. 389-390
Référence(s) :

Mong Hang Renaud, Réfugiés viêtnamiens en France : interaction et distinction de la culture confucéenne, Paris : L’Harmattan, 2002, 384 p.

Texte intégral

1Le professeur Le Huu Khoa (Université de Lille), directeur du GRISEA (Groupe de Recherches sur l’Immigration du Sud-Est Asiatique), a longtemps assuré une forme de monopole des études et publications consacrées aux réfugiés du Sud-Est Asiatique. Une de ses étudiantes d’origine viêtnamienne, formatrice enseignante, puis assistante sociale, publie sa thèse de doctorat consacrée aux Viêtnamiens de catégories populaires installés en France après 1975 et à la manière dont ils adaptent le système culturel qu’ils ont incorporé de leur pays d’origine aux conditions de vie dans la société d’accueil. Elle s’interroge sur l’identité construite en exil au regard de l’autre et sur la viêtnamité qui est transmise à leurs enfants.

2L’ouvrage, volumineux mais de lecture agréable, est divisé en cinq parties. La première présente et discute le décor et les concepts utilisés: diaspora, culte des ancêtres, foyer multigénérationnel, vie communautaire et familiale, constitution d’une identité. On pourrait, bien sûr, être tenté de dénoncer un certain positivisme un peu forcené, familier des chercheurs d’origine viêtnamienne qui parlent des leurs. Appuyée sur des proverbes et des dictons populaires, reprenant des portraits maintenant classiques et largement développés par d’autres auteurs viêtnamiens (Le Huu Khoa, Do Lam Chi Lan, Luong Cam Liem, par exemple), cette partie donne ainsi un peu l’impression d’anticiper sur ce qu pourraient être les résultats de l’étude, au risque que ces pré-posés orientent leur analyse. Mais des ouvertures sont déjà proposées, eu égard aux changements induits par la modernité et l’exil.

3La deuxième partie détaille minutieusement la méthodologie employée lors de l’étude auprès de 110 familles dans le nord-ouest de la France et son objectif: à la recherche d’un confucianisme de l’exil, qui se joue à l’insu même des sujets, et de sa réorganisation «en un système inventé d’une culture vietnamienne néoconfucéenne» (p. 47) . En France, l’école et l’emploi sont deux situations sociales dans lesquelles s’opèrent les mutations du confucianisme. C’est à partir de l’observation des pratiques qu’elle a cherché a recueillir, par des questionnaires et des entretiens, les justifications et les critiques culturelles données à leur valorisation ou à leur maintien. Trois niveaux ont été distingués: les principes idéologiques exprimés, les pratiques, et le désir de changement des pratiques.

4La troisième partie annonce les premiers résultats concernant les modes de vie, les représentations et les projets d’avenir. Des informations inédites, présentant le vécu«les manières de table, de parler, de se tenir, de faire son budget, ou de s’amuser» (p.73)–, permettent de pénétrer dans l’intimité des familles, des rôles et des attentes, exposés dans un tableau comparatif entre la famille viêtnamienne, animée par le principe de communitarisme anti-individualiste (p.103), et la famille française. Comme tout exercice de synthèse, celui-ci court le risque de figer une grande variabilité dans un stéréotype, mais chacun connaît bien les limites d’une telle modélisation. Il est toutefois regrettable que la partie consacrée à la vie relationnelle parentale et enfantine s’apparente à une revue de la littérature, qui mérite d’être réactualisée. Le deuxième chapitre, «L’opposition des modèles de comportement: “monde de l’ordre” et “monde du chaos”», semble bien binaire. La restitution de la vision du monde des réfugiés viêtnamiens et de leurs relations avec les Français dans divers domaines de la vie, largement appuyée sur des témoignages, est truculente, tant ce genre d’exercice en miroir est riche d’enseignements. L’on aurait souhaité entendre le discours des Français à l’égard de ces Viêtnamiens, mais là n’est pas l’objet de l’étude. L’auteure articule avec aisance les citations d’auteurs, les entretiens et ses propres commentaires ou analyses. Les projets, les souhaits, les désirs font l’objet d’un troisième chapitre passionnant, où les idéaux des parents, comme ceux des enfants et des personnes âgées, révèlent les motivations et les espoirs secrets qui les animent.

5Dans la quatrième partie, «De l’impossible retour aux sources à la quête d’une nouvelle stabilité», l’auteure décrit comment s’impose une dynamique sociale
qui «oriente l’habitus dans trois directions: un intérêt porté aux rites; un développement du lien entre ordre familial et ordre communautaire; et une communauté d’identité par le rapprochement des classes sociales» (p.243), au profit de la recherche de références communes. La construction d’une néoviêtnamité complète les descriptions et les analyses des rôles et statuts, ainsi que des systèmes de relations entre les agents sociaux. Les situations éducatives, les relations dans le couple et entre les générations, le vieillissement sont ainsi exposés de manière vivante grâce à des témoignages et des analyses de cas.

6La cinquième partie, «Confucianisme et fondements « d’une vietnamité de l’exil »: une réinvention culturelle?», opère une synthèse des précédentes. Dans un propos plus théorique, l’auteure montre les éléments constitutifs d’un néoconfucianisme en situation d’exil (p. 337): «la référence à un habitus à la fois protecteur et initiateur de changement; la recherche d’un code soutenant les pratiques de l’habitus; l’orientation vers le code lettré confucéen sur la base des fragments de la culture lettrée qu’ils appréhendent; et l’organisation interactive de pratiques fondées sur trois champs culturels différents (la culture vietnamienne populaire, la culture vietnamienne lettrée et la culture française)» (exemples des pratiques culturelles de divertissement, de l’appropriation de rites, des relations interindividuelles, etc.).

7En conclusion, l’auteure montre comment la question du «qui suis je?» fait écho à celle du «qui sommes nous?», comment «dans le miroir du souvenir comme dans celui du regard des autres, le confucianisme s’avère [sic] présent et actif» (p. 376). Ayant le souci de se fondre sans se confondre, cette attitude façonne le regard de la société d’accueil, qui retentit de manière positive sur tous les Asiatiques.

8Issue d’une famille traditionnelle de Hà Nôi, l’auteure a su, par sa position professionnelle privilégiée, recueillir des informations, des confidences et des observations d’une grande richesse, appuyées par une enquête sociologique approfondie. Ainsi, les tableaux statistiques alternent avec des récits et témoignages, ce qui fonde sérieusement et allègrement le discours de la chercheuse. Nul ouvrage en Français ou en anglais n’a, à notre connaissance, exploré avec autant de minutie et de subtilité le vécu des réfugiés viêtnamiens de milieu populaire, même si l’on peut se demander si le prisme confucéen de l’analyse, un peu obsédant, voire obsessionnel, n’a pas un effet déformant.

9L’on aimerait savoir dans quelle mesure ont été volontairement écartées de l’étude les familles atypiques ou dysfonctionnelles, celles pour lesquelles le recenseur, ethnopsychologue, a été souvent appelé à intervenir, où l’on signale des violences familiales, dans le couple ou envers les enfants, ou des cas d’addiction (jeu, alcoolisme, drogue), en bref, des familles où règne le désordre ou le chaos (un trait attribué, dans l’ouvrage, aux familles françaises). Telles aussi, ces familles visitées dans des banlieues londoniennes, vivant en situation de grande détresse, d’isolement et de pauvreté, après de longs séjours dans les camps de Hong Kong. Telles encore, les rares familles marginales, qui ne répondent pas aux critères énoncés, se voudraient anticonfucéennes et, par exemple, sont en rupture totale avec leur communauté et leurs origines ethniques, mais ont développé d’autres appartenances plus fortes (professionnelle, artistique, sportive).

10Ce déni est d’autant plus regrettable que l’on sait l’intérêt de ces situations atypiques et de ce qu’elles peuvent révéler. En fait, tout au long de l’ouvrage, le discours rapporté des Viêtnamiens à l’égard d’eux-mêmes reste relativement bien lisse et policé (comme l’est le régime en place) et l’auto-critique en est absente –or il ne saurait y avoir de sociétés ou de familles sans désordre ni chaos.

11Autre absence surprenante, la variable religieuse: la religion pratiquée par les familles n’est pas une variable qui a retenu l’attention de l’auteure. Le bouddhisme est ignoré, comme le fait que bon nombre de familles réfugiées en France sont chrétiennes (catholiques ou de culte protestant évangélique), ce qui ne devrait pas être sans influencer les modes de vie, ne serait-ce que par la fréquentation des paroisses.

12Nul doute qu’une telle recherche est un défi à plusieurs titres, d’abord parce qu’elle s’opère sur une part de soi-même, et aussi parce que les classes dans une société aussi hiérarchisée constituent un obstacle culturel important. L’origine nordique de l’auteure fut sans doute aussi un obstacle dans ses relations avec des populations réfugiées majoritairement du Sud, qui gardent l’image d’un Nord communiste, agressif, cause de leur exil, et pour lesquelles elle était aussi potentiellement un espion.

13Malgré ces quelques réserves, cet ouvrage, qui a bénéficié de la relecture de chercheurs émérites (Léon Vandermeersch, Richard Pottier et Trinh Van Thao), représente vraiment un apport innovant dans l’étude et la compréhension des phénomènes d’interculturation et sa lecture en est des plus agréables. Il devrait devenir un classique des travaux sur les populations issues de l’immigration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Bertrand, « Réfugiés viêtnamiens en France : interaction et distinction de la culture confucéenne, Mong Hang Renaud », Moussons, 9-10 | 2006, 389-390.

Référence électronique

Didier Bertrand, « Réfugiés viêtnamiens en France : interaction et distinction de la culture confucéenne, Mong Hang Renaud », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/1968

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page