Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Musique

The Music of Malaysia. The Classical, Folk and Syncretic Traditions, Patricia Matusky & Tan Sooi Beng

Aldershot (Hampshire) : Ashgate, SOAS Musicology Series, 2004, xx+473 p., bibliographie, discographie, vidéographie, index, ISBN 0 7546 0831 X, http://www.ashgate.com
Dana Rappoport
p. 393-395
Référence(s) :

Patricia Matusky & Tan Sooi Beng, The Music of Malaysia. The Classical, Folk and Syncretic Traditions, Aldershot (Hampshire) : Ashgate, SOAS Musicology Series, 2004, xx+473 p., bibliographie, discographie, vidéographie, index, ISBN 0 7546 0831 X, http://www.ashgate.com.

Texte intégral

1Voici un des premiers ouvrages généralistes sur les musiques de Malaysia. Il est signé par deux femmes de deux nations différentes sur un pays musicalement mal connu. C’est la traduction d’un livre publié en malais en 1997, à présent réédité en anglais dans une version revue et corrigée. Résultant de nombreuses années de recherches, il tente de recenser l’ensemble des formes musicales malaysiennes. L’ouvrage est richement illustré par 111 notations musicales, 101 dessins d’instruments de musique, 42 photos noir et blanc et un long index de 22 pages. La plupart des exemples commentés sont illustrés.

  • 1 Voir P. Matusky, 1993, Malaysian Shadow Play and Music, Continuity of an Oral Tradition, Kuala Lump (...)

2Les auteures sont de véritables spécialistes de cette aire géographique. Ayant obtenu à l’université de Michigan une thèse portant sur le théâtre d’ombre de l’état de Kelantan, Patricia Matusky a ensuite mené des recherches sur les instruments de musique malais, les musiques classiques malaises et les musiques traditionnelles de la péninsule et du nord de Bornéo1. Ethnomusicologue de terrain, elle a également enseigné de nombreuses années en Malaysia. Elle a publié en 1993 un ouvrage sur le théâtre d’ombre. Tan Sooi Beng, quant à elle, est professeure associée en ethnomusicologie à l’Universiti Sains Malaysia à Penang. Elle a écrit de nombreux articles sur la musique chinoise de Malaysia. Les collaborateurs invités – Margaret Sarkissian, Mohd. Anis Md. Nor, Jacqueline Pugh-Kitingan – sont tous spécialistes en musicologie, ethnomusicologie et ethnochoréologie.

  • 2 Géographie universelle. Asie du Sud-Est, Océanie, 1995, B. Antheaume, J. Bonnemaison, M. Bruneau, (...)

3A la fois péninsulaire et insulaire, la Malaysia est partagée par la mer en deux parties distinctes : à l’Ouest, la péninsule, et à l’Est, les états de Sarawak et de Sabah, sur l’île de Bornéo. Le pays est peuplé de 21 millions d’habitants, en grande majorité musulmans, issus de différentes familles linguistiques. Comparée à l’Indonésie, la Fédération de Malaysia a subi une industrialisation et une urbanisation galopantes, entraînant par là-même les arts traditionnels dans un processus de changement accéléré. « Toute l’originalité de la Malaysia», écrit Rodolphe de Koninck, « réside dans son tissu ethnique qui s’articule autour de trois communautés représentant les plus importantes civilisations d’Asie : la musulmane (culture malaise), la chinoise (culture du Nanyang) et l’indienne, auxquelles s’ajoutent les cultures propres aux ethnies dites aborigènes» (Géographie Universelle, p. 101)2. Il ajoute : « La Malaysia reste dominée par la nécessité d’intégrer ses diverses composantes ethniques et territoriales. Cette intégration apparaît d’autant plus difficile que les versants du pays continuent parfois à s’opposer au profit du versant occidental de la péninsule » (Géographie Universelle, p. 110). Les Malais forment 55 % de la population, les Chinois 33 %, les Indiens 10 %, aux côtés des différents peuples indigènes, nombreux, tant sur la Péninsule que sur l’île de Bornéo (Iban, Kadazan Dusun, Kenyah, Kayan, Kajang, Bidayuh, …). Les pratiques musicales sont propres à chaque communauté, même si un petit nombre de répertoires est commun à l’ensemble de l’entité politique.

4Comment représenter la musique de vingt millions de personnes, issues de peuplements, de religions, de structures sociales si différents, mais appartenant à une même entité politique issue d’un passé colonial encore présent ? Ce n’est pas la question qui est posée dans ce livre, qui vise davantage à recenser, de manière encyclopédique, les formes musicales présentes.

5L’ouvrage est organisé en six chapitres : 1) musique de théâtre, 2) musiques de danses, 3) musiques des ensembles de percussions, 4) musique soliste vocale et instrumentale, 5) musiques populaires, 6) musique populaire et art contemporain. Quatre types de musique sont distingués : musiques classiques (classical music), associées à l’aire urbaine ou palatine, musiques traditionnelles des campagnes (folk music), musiques syncrétiques ou acculturées, résultant de mélanges (syncretic music), et musique de variété et musique contemporaine (popular and contemporary art music).

6Dans chaque partie, les formes musicales, théâtrales, ou chorégraphiques sont successivement décritesen détail par une série de présentations musicologiques de musiques pour le théâtre (wayang kulit, kelantan, makyung, boria, menora) ; formes dansées (tari asyik, joget gamelan, gamelan javanais, tarinai, zapin, danses des minorités de Sabah avec descriptions des accompagnement d’orchestres de gong ou de luths, danse du Lion des communautés chinoises) ; musiques de percussion (ensembles de gongs posés caklempong, kulintangan, ou ensembles de gongs suspendus, ensembles de tambours kompang, rebana ubi, tambours chinois, ensemble de bambous percutés nobat) ; musiques vocales (zikir, rodat et hadrah, nasyid, « chants de bienvenue» pantun, kui, timang) ; musiques instrumentales (aérophones, cordophones) ; « musiques d’ensemble » social popular music and ensembles (dondang sayang, dikir barat, ronggeng, keroncong, ghazal, Huayue Tuan) ; formes contemporaines (pop, musiques de film, rock, pop-yeh-yeh, …). Au total, neuf formes théâtrales, six traditions dansées et plus de trente répertoires musicaux sont recensés.

7Ainsi, le lecteur voyage à travers les riches descriptions du théâtre d’ombre de Kelantan, du théâtre dansé makyung, forme ancienne de théâtre malais liée aux cérémonies de guérison, menacée d’extinction aujourd’hui, ou du théâtre mekmulung de l’état de Kedah, appelé randai chez les Minangkabau. Sont abordées également les musiques d’opéra, tel le bangsawan, un opéra malais apparu au début du xxe siècle comme musique commerciale de divertissement à la ville et à la campagne, réunissant tous les types ethniques du pays, conte chinois, récit malais, histoire arabe, hindoustanie, ou occidentale (avec la représentation de Hamlet). Trois types d’orchestres sont utilisés : un orchestre malais calqué sur le modèle occidental, une formation de type ronggeng (violon, accordéon, tambour sur cadre rebana et gong) et un ensemble indien (harmonium et tablas) pour accompagner les histoires hindoustanies. Une large place est consacrée aux formes chinoises (opéra, théâtre de marionnettes). On apprend comment le huayeue tun – orchestre chinois développé en Chine dans les années 1930 sur le modèle occidental, avec des instruments à cordes et à percussion chinois – s’est développé en Malaysia à partir des années 1960, notamment parce que des musiciens chinois malaysiens sont allés étudier à Hongkong. Enfin, la communauté thaïe bouddhiste est aussi bien représentée (menora). De nombreuses musiques, condamnées et interdites, dans le passé, par le pouvoir musulman, sont aujourd’hui enseignées à l’université. Les musiques des communautés indigènes sont aussi présentes.

8Les transcriptions sont soignées : en plus des exemples vocaux et instrumentaux semés tout au long du livre, un appendice de vingt pages présente deux pièces complètes, une pièce de keroncong asli, Sapu Lidi, et un Dikir.

9L’approche, exclusivement musicologique, n’aborde pas les spécificités socio-culturelles des contextes dont surgissent les musiques. Le lecteur percevra bien l’abondance des formes, mais il aura du mal à saisir la distance qui existe entre la profération d’un chant iban dans la forêt équatoriale et l’opéra malais joué en ville. Une approche véritablement ethnomusicologique aurait parfois permis de valoriser au mieux les danses et les musiques dans leur contexte. D’où surgissent les formes ? Pourquoi les gens dansent-ils ? Se pose ici le problème du choix dans la description de faits musicaux et chorégraphiques. A quoi sert-il ? A faire un recensement des formes, ou à aider le lecteur à comprendre les sociétés en question ? Par exemple, que nous raconte ce livre sur les danses solo de Bornéo ? On sait que, dans de nombreux rituels, les hommes dansent en solo, un fait propre à Bornéo. Certaines de ces danses de Bornéo (p. 136) sont évoquées exclusivement par la description des composantes musicales et chorégraphiques, et non dans leur fonction symbolique. On aimerait, en fait, savoir à quel monde symbolique renvoient ces danses solistes des communautés de Bornéo, toutes exécutées sur une même gestuelle. Il faut regretter, d’autre part, l’absence de document audio ou multimédia, de carte ethnolinguistique et de glossaire des formes.

10Néanmoins, ce travail, d’une ampleur inégalée, constitue un bon point de départ pour une compréhension des différentes formes. Ce vaste recensement deviendra inévitablement un ouvrage de référence par la qualité de sa documentation et de ses références.

Haut de page

Notes

1 Voir P. Matusky, 1993, Malaysian Shadow Play and Music, Continuity of an Oral Tradition, Kuala Lumpur : Oxford University Press, & Penang : The Asian Centre ; P. Matusky, « Borneo : Sabah, Sarawak, Brunei, Kalimantan», pp. 823-838, et P. Matusky & James Chopyak, « Peninsular Malaysia», pp. 401-443, in The Garland Encyclopedia of World Music, Southeast Asia, New York : Garland Publishing, 1998.

2 Géographie universelle. Asie du Sud-Est, Océanie, 1995, B. Antheaume, J. Bonnemaison, M. Bruneau, & C. Taillard (eds.), Belin-Reclus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Motif Bornéo
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/1973/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dana Rappoport, « The Music of Malaysia. The Classical, Folk and Syncretic Traditions, Patricia Matusky & Tan Sooi Beng », Moussons, 9-10 | 2006, 393-395.

Référence électronique

Dana Rappoport, « The Music of Malaysia. The Classical, Folk and Syncretic Traditions, Patricia Matusky & Tan Sooi Beng », Moussons [En ligne], 9-10 | 2006, mis en ligne le 24 janvier 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/1973

Haut de page

Auteur

Dana Rappoport

Laboratoire d’Ethnomusicologie, CNRS, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page