Navigation – Plan du site
Articles

Culturalisme et historiographie du Cambodge ancien : à propos de la hiérarchisation des sources de l’histoire khmère

Ranking Historical Sources and the Culturalist Approach in the Historiography of Ancient Cambodia
Eric Bourdonneau
p. 39-70

Résumés

Le récent ouvrage de Michael Vickery, Society, Economics and Politics in Pre-Angkor Cambodia. The 7th-8th Centuries, le premier à traiter de façon systématique une période essentielle de l’histoire du Cambodge ancien, est appelé à faire date dans le paysage des études khmères. Le renouvellement théorique et méthodologique revendiqué par l’auteur n’est toutefois pas exempt d’un certain schématisme, en particulier lorsque celui-ci définit une hiérarchie des sources utiles à l’histoire du pays khmer, car le soupçon de principe porté sur les textes chinois le conduit à écarter une part importante de l’information transmise par ces textes. Le présent article, avant tout une tentative de réhabilitation des sources chinoises, a recours aux acquis de la critique sinologique moderne. Il veut montrer, au-delà du compte rendu des positions souvent tranchées de Vickery, comment le portrait parfois caricatural des sources chinoises révèle la part de culturalisme qui subsiste dans les notions manipulées par l’historiographie récente de l’Asie du Sud-Est pour rendre compte des regards croisés entre Asie du Sud-Est, Inde et Chine.

Haut de page

Texte intégral

« Bien que ce soient des coutumes lointaines, des mœurs
étrangères, de loin je les loue avec une joie profonde »
(Réponse de l’empereur des Qi méridionaux à
une supplique du roi Jayavarman du Funan,
Nanqishu, trad. Pelliot 1903 : 261)

Introduction

  • 1 Voir par exemple son compte rendu par David Chandler (1999).

1Les années n’y suffisent pas : le nombre des publications consacrées à l’histoire du Cambodge ancien, dont on aura un aperçu en consultant l’introduction et le chapitre historiographique du récent ouvrage de Michael Vickery, reste somme toute assez faible – et d’autant plus réduit si l’on exclut du décompte les études portant sur l’histoire de l’Asie du Sud-Est dans son ensemble. La recherche historique sur le Cambodge ancien est une jeune discipline et c’est seulement en gardant à l’esprit cet état des lieux que l’on peut comprendre l’accueil très largement positif réservé à l’ouvrage de Vickery, Society, Economics and Politics in Pre-Angkor Cambodia. The 7th-8th Centuries, publié en 19981.

2Le renouvellement de la recherche souhaité par cet auteur se veut radical : il s’agirait de rompre avec une historiographie en forme d’anomalie dans le paysage actuel des sciences humaines, dans laquelle auraient trouvé refuge les travaux d’historiens « ancienne école » restés immanquablement sourds aux progrès de l’histoire sociale et d’une anthropologie régionale pourtant fertile. Cette volonté de rupture méthodologique s’accompagne d’une critique acerbe de l’approche indianiste des précédentes études, en tête desquelles se trouverait naturellement l’œuvre de George Cœdès, jugée par trop marquée par le contexte colonial dans lequel elle s’est constituée.

3Les réponses qu’entend apporter Vickery à l’une et l’autre de ces lacunes se résument en un concept, le mode de production asiatique, dont la réhabilitation est entreprise dans un esprit de matérialisme historique revendiqué dès les premières lignes de l’ouvrage, ainsi qu’en une hiérarchisation des sources – khmères, sanskrites et chinoises – qui opère un renversement de perspective en privilégiant le rôle et le regard des « locaux », les anciens Khmers.

4C’est de cette hiérarchisation des sources, et du relativisme culturel qui la sous-tend, que l’on discutera ici, retenant de l’étude de Vickery ce qui la rapproche le plus du reste de l’historiographie du Cambodge ancien de ces trente dernières années. On songe aux travaux de Claude Jacques et à son article paru en 1979 « “Funan”, “Zhenla” : The Reality Concealed by These Chinese Views of Indochina », dont le titre même signale la conception des sources chinoises qui y est exposée ; on songe surtout à l’ouvrage classique d’Oliver Wolters, History, Culture, and Region in Southeast Asian Perspectives, dont la réédition récente s’est augmentée d’une série de « postscripts » proposés comme autant de commentaires à l’édition de 1982 (Wolters 1999). En dépit des nombreuses différences qui le séparent de l’ouvrage de Vickery, on y retrouve conceptualisé autour de la notion de « faire sens » (making sense) ce qui reste plus implicite dans le raisonnement de Jacques, de Vickery et de quelques autres.

  • 2 « “Making sense” is the mental process of understanding new things in the light of existing knowled (...)

5L’expression « faire sens » désigne selon Wolters ce processus mental par lequel on accède à la compréhension d’une information nouvelle, en en repérant les similarités avec sa propre connaissance2. Il en serait ainsi des annalistes chinois décrivant le Funan et le Zhenla et, ce faisant, projetant sur la réalité khmère leur propre conception d’un royaume. Il en serait encore ainsi des Khmers qui, sensiblement à la même période, chercheraient de leur côté à « faire sens » de leur intégration dans « l’univers hindou » ; le processus d’« auto-hindouisation » serait alors d’autant plus facilité que les textes sanskrits permettaient d’insuffler au « sens local » une signification de portée universelle (Wolters 1999 : 110).

6Au croisement des regards, depuis la Chine ou vers l’Inde, la culture vernaculaire est alors cet objet privilégié dont il s’agit de souligner la spécificité et la continuité (Wolters 1999 : 27, 51). Ce programme de recherche se cristallise dès 1986 chez Vickery dans l’ordonnancement hiérarchique des sources, où l’on voit ainsi ressurgir le discours d’une méthode « proprement historique » opposant sources primaires et sources secondaires, les premières devant être étudiées de façon exhaustive avant d’envisager un travail de synthèse à partir des secondes, écrites rétrospectivement ou par des observateurs de cultures ou de systèmes politiques différents : « Il est temps d’établir fermement que la hiérarchie des sources pour les débuts de l’histoire du Cambodge, des plus fiables aux moins fiables, est : (1) les inscriptions khmères contemporaines, (2) les inscriptions sanskrites contemporaines, 3) les écrits chinois contemporains sur le Cambodge, et (4) les allusions rétrospectives de la période angkorienne à la période préangkorienne. En particulier, chaque fois qu’un texte chinois ne peut être concilié avec les témoignages de l’épigraphie locale, son explication des affaires cambodgiennes devrait être considérée comme suspecte » (Vickery 1986 ; 1998 : 34-35).

Mise en perspective

7On dira d’emblée combien la « méthode proprement historique » adoptée par Vickery dans son ouvrage, dont le traitement des sources n’est qu’un aspect, semble contestable. À bonne distance, son ouvrage semble pouvoir bénéficier du recul critique qui succède aux « tournants culturel et linguistique » de ces vingt ou trente dernières années. On doit à John Legge d’avoir résumé l’impact de cette évolution sur l’historiographie sud-est asiatique, dans une partie intitulée « Déconstruire l’histoire sud-est asiatique » de la Cambridge History of South East Asia (Legge 1992) ; de façon pertinente, les remarques conclusives de Legge suggéraient déjà une certaine distance par rapport aux pratiques « textualistes » des années 1980.

  • 3 « Évidemment je ne suis pas d’accord avec la définition de l’histoire donnée par Veyne (1978 : 9-10 (...)
  • 4 Vickery cite les travaux de A.M. Barrett Jones, J.G. de Casparis, F.H. van Naerssen et J. Wisseman (...)

8Chez Vickery, les tendances récentes des sciences sociales à souligner le lien entre histoire et récit provoquent de toute évidence une certaine irritation : dans son introduction, il brocarde à plusieurs reprises ce qu’il désigne comme la mode actuelle des historiens pour un repli dans l’irrationalisme. Il s’en prend à l’occasion à Paul Veyne et ironise sur la définition que propose celui-ci de l’histoire comme « roman vrai3 », une définition que viendrait illustrer l’absence de respect de Cœdès pour « une histoire [conçue] comme la science de l’analyse des témoignages du passé de l’homme ». Aux yeux de Vickery, l’importance donnée à la narrativité du discours de l’historien semble un retour de l’« histoire traités-et-batailles », généalogique et événementielle, auquel n’échapperaient pas, dans le sillage de l’œuvre de Cœdès, les travaux de Jacques. Parce qu’elle est restée globalement à l’écart du développement des sciences sociales, l’historiographie sur le Cambodge ancien, en grande partie française, est en retard, insiste Vickery, et ce retard paraît d’autant moins excusable que le renouvellement des problématiques a bien eu lieu pour d’autres régions voisines d’Asie du Sud-Est4.

9Contre la persistance ou le retour d’une histoire narrative, Vickery prône la pratique d’une histoire qui revendique sa scientificité et se fixe comme objectif de rendre compte des changements structurels, économiques et sociaux des sociétés passées, en replaçant au cœur de sa démarche l’étude du mode de production. Mais ce faisant, il replonge le lecteur dans l’ambiance des déclarations enthousiastes des historiens de l’Asie du Sud-Est de l’après-guerre, affichant avec une confiance égale la possibilité d’une histoire scientifique du passé des sociétés. Il n’est pas indifférent de constater que le « projet d’une explication matérialiste de l’histoire du Cambodge » de Vickery remonte à ces années 1950-1960 et que son ouvrage s’ouvre sur une référence à l’article de Harry Benda, « The Structure of Southeast Asian History », où l’on retrouve l’historien défini comme un « social scientist » pourfendant les amateurs de cycles dynastiques (Benda 1962).

10Ce que l’on conteste ici n’est évidemment pas le rejet de « l’histoire traditionnelle », mais l’absence de tout recul vis-à-vis de l’histoire sociale positiviste des années 1950. Vickery ignore ici, ou feint d’ignorer, la distance critique apportée par l’historiographie de ces trente dernières années, qu’il écarte d’autant plus facilement qu’il la réduit à ses propositions les plus radicales. Rappeler l’appartenance de l’histoire au genre du récit n’implique pas de verser dans un irrationalisme qui nierait l’existence d’une réalité externe au discours historique et il est ici assez cocasse de voir Vickery se faire prendre au piège des affirmations provocatrices de Veyne, qui se retrouvent associées à l’œuvre de Cœdès et interprétées dans le sens d’un retour à une histoire narrative étroitement politique.

  • 5 Sur l’emploi de la notion d’intrigue dans l’ouvrage de Paul Veyne (Comment on écrit l’histoire, 197 (...)

11Le texte historique est un « roman vrai » car l’histoire est ce continuum illimité, dans lequel l’historien n’a pour cette raison d’autre solution que d’opérer un choix (à partir de ses sources), c’est-à-dire, de construire son objet ou, pour reprendre les termes de Veyne, de définir le sujet d’une intrigue (en réponse à un questionnement). L’intrigue désigne la structuration du champ événementiel à l’intérieur du sujet défini et le récit de l’historien est cette mise en intrigue des faits, qui n’est pas distincte de leur explication : raconter, c’est ici expliquer5.

12L’histoire-roman de Veyne n’est pas davantage de l’histoire événementielle « ancienne manière », paraphrasant la vision que les auteurs des sources avaient de leur propre histoire : « l’historien ne se contente pas d’intégrer les témoignages mais découpe dans les témoignages et documents l’événement tel qu’il a choisi de le faire être ; c’est pourquoi jamais un événement ne coïncide avec le cogito de ses acteurs et témoins » (Veyne 1978 : 62). Ce qui permet de situer précisément la distinction entre histoire événementielle et non événementielle est ce travail de conceptualisation, et non le mépris de l’histoire politique ou militaire comme le suggère encore Vickery.

  • 6 « Comment cela s’est véritablement passé ». Cette formule, traditionnellement attribuée à Leopold v (...)
  • 7 Voir le dossier consacré à cette question par la revue Annales en 2002.
  • 8 Ceci explique que Vickery et son travail sur la manipulation des généalogies par les lignages royau (...)

13Tout cela est bien connu et l’on s’étonne de voir Vickery revenir à un exposé méthodologique qui rappelle l’enseignement des historiens du xixe siècle sur l’enchaînement document-critique-fait et à une conception du fait historique comme wie es eigentlich gewesen war6. Si l’objectif est, comme il l’affirme, de faire participer la recherche historique sur le Cambodge ancien aux grands courants et débats qui animent la discipline, l’ouvrage apparaît d’emblée comme un échec par son décalage vis-à-vis des écrits les plus récents qui cherchent à prendre la juste mesure des apports des tournants linguistique et culturel7. Entre autres tendances de cette nouvelle historiographie, on relèvera la volonté toujours plus affirmée de ne pas rejeter dans des extrêmes opposés histoire culturelle et histoire sociale et d’éviter ainsi de subordonner l’une à l’autre. Si les travaux visés sont alors avant tout ceux des déconstructionnistes partisans du « tout culturel », c’est que les représentants des théories matérialistes se font moins nombreux ; mais la critique s’adresse tout autant à ces derniers et s’applique ici à l’ouvrage de Vickery. Les positions inversées des uns et des autres se rejoignent dans la conception d’une sorte d’autonomie des pratiques discursives, qui prend chez les seconds la forme d’un discours sur les idéologies définies comme simple reflet (pour Vickery, le sinocentrisme des annalistes chinois) ou masque de la réalité (le « vernis » indien de la culture khmère)8.

14Il est une chose de réaffirmer la valeur heuristique de concepts popularisés par les historiens d’inspiration marxiste (ou non), tel le « mode de production », qui permettent une approche transversale des sociétés, attentive à la dimension économique des rapports sociaux ; il en est une autre de céder au réductionnisme du matérialisme historique – les idéologies, en particulier religieuses, ne recevraient leur pleine signification que des structures socio-économiques – et de citer sur un demi-paragraphe Friedrich Engels postulant l’existence d’un « premier moteur » en histoire (Vickery 1998 : 13).

15Michael Vickery lutte contre l’érudition orientaliste qui ignore l’histoire sociale, mais il en reproduit le dualisme implicite, qui se décline sur plusieurs registres à partir de l’opposition entre idéologie et praxis : culture savante versus culture populaire, culture étrangère versus culture khmère, indianisation versus khmérisation, etc. À l’intérieur de chaque couple d’opposition, l’accent s’est déplacé mais les termes et les définitions restent les mêmes. Ce mouvement de balancier était sans doute inévitable tant qu’il s’agissait de prendre le contre-pied de l’historiographie traditionnelle. Au regard de la littérature sur l’histoire sud-est asiatique de ces dernières décennies, qui a déjà largement contribué à un tel mouvement, la priorité paraît aujourd’hui davantage dans l’examen critique des postulats qui sous-tendent ces oppositions.

16Or Vickery ne propose aucune véritable alternative aux vieux schématismes, aucune solution pour penser une réelle articulation entre le culturel et les autres dimensions de l’action humaine, entre les cultures étrangères (indiennes et chinoises) et les réalités locales (sud-est asiatiques). Ce qui en tient lieu dans son ouvrage s’apparente davantage à une superposition, eu égard au déterminisme adopté, qui creuse encore davantage le gouffre entre l’érudition incriminée et une histoire qui n’en est pas complètement une si elle n’est en partie sociale.

  • 9 Ce va-et-vient de Vickery entre des positions qui paraissent évidemment contradictoires, le marxism (...)

17L’exposé qui suit est, avant tout, conçu comme une contre-argumentation de la lecture « positive » des sources, inscriptions et, surtout, textes chinois, qui conduit Vickery à adopter tour à tour la posture du matérialisme historique et celle du relativisme culturel9. L’approche relativiste, je l’ai dit, n’est pas propre à l’ouvrage de Vickery. Mais elle y apparaît avec plus d’évidence en raison de sa formulation en termes de hiérarchie des sources. Une raison supplémentaire est la période et la région d’étude retenues par Vickery : le Cambodge préangkorien, couvrant les huit premiers siècles de notre ère, oblige sans doute, plus qu’ailleurs, à centrer l’analyse sur les faits de contacts culturels que suscitent les regards croisés vers l’Inde ou depuis la Chine.

18Au fil des exemples avancés par Vickery et quelques autres, on ébauchera une lecture différente des sources chinoises qui fera largement appel aux compétences des philologues sinisants. Le véritable propos de ce qui suit pourrait être celui-ci : réaffirmer cette évidence remise en cause par Vickery, selon laquelle l’historien de l’Asie du Sud-Est ne saurait construire sa discipline contre celles des grandes aires culturelles voisines, sous peine de manquer la rencontre avec ceux, sinologues et indianistes, qui font l’effort de parcourir le chemin en sens inverse. C’est à ce dialogue délicat, qui exige de se mettre à l’écoute de l’enseignement des autres sans s’y substituer, que l’on souhaite s’essayer ici.

Funan, Zhenla : la réalité « révélée » par les sources chinoises

19On ne caricaturera guère l’historiographie de ces trois dernières décennies sur le Cambodge ancien en disant que le seul mérite qu’elle reconnaisse véritablement aux textes chinois est celui d’exister. Mises à part quelques très rares inscriptions ne couvrant pas toute la période, ils sont effectivement les seules sources disponibles pour les six premiers siècles de notre ère (Vickery 1998 : 35).

20Le cœur de la critique adressée aux sources chinoises stigmatise le sinocentrisme de leurs auteurs, qui offriraient une vision forcément biaisée de la réalité décrite. Il regroupe également deux autres ensembles de critiques qui dénoncent le même sinocentrisme selon des modalités différentes : l’un porte sur le mode d’écriture des textes, l’autre sur l’écart qui les sépare de l’information contenue dans les inscriptions lorsque celles-ci font leur apparition.

Les réécritures des « histoires » (shu)

21L’écriture en « seconde main » des textes chinois est souvent la première mise en cause et présentée comme la source de tous les maux. C’est là un passage quasi obligé de la critique des sources pour le début de l’histoire du Cambodge. De la copie des textes plus anciens, constitutive de la rédaction des annales dynastiques, résulteraient les confusions de caractères, les mauvaises compréhensions de documents primaires, la collusion et/ou la juxtaposition de différentes strates d’informations (qui rendent incertaine la provenance de tout élément particulier d’information), ou bien encore les réécritures plus ou moins conscientes des documents-sources, en réponse soit à une pression de l’autorité impériale, soit à des préoccupations littéraires ou poétiques. Dans ce dernier cas, comme le suggère Vickery, les réécritures masqueraient la pauvreté de la documentation factuelle. Le biais introduit lors du travail de compilation serait d’autant plus important que ce travail tarderait à être réalisé : les documents de « première main » peuvent avoir été détruits, ou n’être plus disponibles qu’au travers de premières copies (ou de copies de copies), elles-mêmes plus ou moins fidèles ou tronquées.

22Ces mises en garde paraissent dans une large mesure justifiées. En la matière, les historiens de l’Asie du Sud-Est se font le relais des travaux des sinologues. Mais le travail critique, arrêté à ce stade, reste incomplet. Les historiens du Cambodge se sont montrés ici bien prompts à condamner, par-delà la fiabilité des sources chinoises, l’ancienne historiographie qui, il est vrai, s’est peu interrogée sur l’usage qu’il convenait d’en faire.

23À relire les travaux des sinologues, ceux-ci nous en disent un peu plus sur les conditions de rédaction de ces textes et dressent, au total, un portrait des textes chinois beaucoup plus nuancé. Un tel portrait ne se limite pas à la simple énumération de critiques qui, fondamentalement, restent celles de tout ouvrage compilé, chinois ou non. Ce qui, précisément, semble être le propre des écrits chinois est leur relative fiabilité, compte tenu des écarts que leur mode de rédaction est susceptible d’introduire.

  • 10 Le même exemple et la même analyse de la très grande exactitude factuelle des histoires officielles (...)

24On songe à la récente réédition de l’ouvrage classique de Marcel Granet, La Civilisation chinoise, dans laquelle Rémi Mathieu revient en postface sur le peu de confiance que l’auteur accordait aux textes chinois, lisibles dans des versions datant au mieux de la période qui nous intéresse ici (les iiie et ive siècles), au pire recomposées sous les Song et les Ming. Mathieu rappelle qu’à la suite des découvertes archéologiques des années 1970 et 1980, l’étude des différentes leçons désormais connaissables a montré que « dans l’ensemble, l’esprit de ces œuvres n’avait pas été trahi par ces copies tardives ». Il cite en particulier le fameux Shiji (Mémoires historiques) de Sima Qian, rédigé aux environs de 100 av. J.-C., qui servira de modèle à toutes les histoires dynastiques ultérieures et dont la valeur « n’est en rien altérée par des erreurs graphiques, des oublis de caractères, des pertes de phrases, voire de paragraphes » (Mathieu 1994 : 535)10.

25On songe également à ce qu’écrivait déjà Homer H. Dubs dans un article en réponse aux poncifs de la critique des histoires chinoises : « l’idéal confucianiste extraordinairement élevé de l’exactitude historique a maintenu les meilleures histoires chinoises à un haut degré de fiabilité » (Dubs 1946 : 43). Dubs illustre son propos par l’ouvrage de Ban Gu, le Hanshu, dont il souligne le remarquable travail de compilation qui servira également de modèle aux « histoires » (shu) postérieures.

26Les mêmes observations se retrouvent encore chez Paul Wheatley, dans un appendice à son Golden Khersonese, qui, dans le sillage de Dubs, discute plus spécifiquement de l’objectivité des histoires chinoises pour l’histoire sud-est asiatique (Wheatley 1961). Wheatley ne manque pas de signaler la capacité des annalistes et encyclopédistes chinois à incorporer dans leurs compilations toute documentation pertinente, quelle que soit sa date ; et il regrette la difficulté qui s’ensuit pour isoler les différentes strates d’informations lorsqu’elles ont été fusionnées. Mais il ne manque pas non plus de montrer que les compilations les plus tardives peuvent également conserver les toutes premières strates de l’information et il entreprend une réhabilitation des encyclopédies chinoises en général (et du Taiping Yulan, en particulier, sur lequel on reviendra) : « En raison de leur nature de sources secondaires, les encyclopédies n’ont jamais eu bonne réputation parmi les savants chinois, mais de façon non exceptionnelle les citations extraites de tels ouvrages se sont révélées d’une plus grande exactitude et authenticité que les passages correspondants dans les éditions modernes des sources originales. De plus, les anciennes encyclopédies ont souvent préservé des informations issues d’ouvrages désormais disparus. Les citations ne furent habituellement guère remaniées au-delà d’un léger raffinement du style littéraire » (Wheatley 1961 : 106).

27À ce niveau de généralité, il n’est pas de raison, nous disent en substance les sinologues, de mettre en doute la fiabilité des textes chinois et de regretter ce qu’ils ne sont pas (des travaux d’historiens contemporains), en ignorant la rigueur qui leur est propre. Mais, plus encore, les travaux des sinologues appellent à dépasser rapidement une approche trop globale de la diversité de ces textes. L’appellation un peu floue de « sources chinoises » donne une image trompeuse d’homogénéité, alors qu’il convient de distinguer les histoires officielles des encyclopédies ou des récits de voyages, les annales compilées sur ordre impérial (par un auteur unique ou une équipe de lettrés) de celles compilées à titre privé, ou encore, à l’intérieur de chaque ouvrage, les différents types d’informations contenues dans les descriptions : récit historique, aperçu des « mœurs », description géographique, etc.

28Dans une récente « Introduction à la critique des sources chinoises anciennes sur le Pays Khmer », Yolaine Escande entend illustrer les limites de ces sources en prenant comme exemple le Jinshu (Histoire des Jin), dont la rigueur historique a été mise en cause dès l’époque Tang, en raison des préoccupations littéraires des auteurs et des pressions exercées par l’autorité impériale (Escande, sous presse). Ce faisant, Escande en dit trop, ou pas assez ; il s’agit, non pas de contester cet aspect du Jinshu, mais bien de s’interroger sur son incidence sur la partie de l’ouvrage qui traite du Funan. Car il n’est dit à aucun moment comment la rédaction des descriptions consacrées aux pays étrangers se trouve concrètement affectée par de tels biais, au-delà de ce « léger raffinement du style littéraire » dont parle Wheatley. Dans l’ouvrage en question, le paragraphe sur le Funan se limite, après une rapide description de la « géographie » et des « mœurs », à une toute aussi brève présentation historique, dont la moitié est consacrée à la légende dynastique et l’autre moitié à l’envoi d’ambassades par le Funan, la transition entre l’une et l’autre étant seulement assurée par le texte suivant : « [les] descendants [du fondateur de la dynastie] s’affaiblirent, et sa postérité cessa de régner. Le général Fan Siun recommença une lignée héréditaire de rois du Fou-nan » (Pelliot 1903 : 254). On peut être sceptique sur l’influence réelle du souci littéraire des auteurs chinois sur une matière aussi pauvre ; de tels paragraphes n’étaient pas non plus le lieu où s’exerçaient les pressions d’un pouvoir central soucieux de sa légitimité.

  • 11 Chez Vickery, ce soupçon de départ porté sur l’ensemble des sources chinoises prend la forme de cit (...)

29Aussi peu fournie soit cette matière, elle l’est certes suffisamment pour que, d’un texte à un autre, on observe des variations que l’on attribuera ou non au biais introduit lors du travail de copie et de compilation. Tous les textes utiles à l’historien de l’Asie du Sud-Est ne sauraient être assimilés sans discernement aux ouvrages de Sima Qian ou de Ban Gu. Des erreurs, des contradictions existent bel et bien, mais, insiste Dubs, elles doivent être démontrées sur des exemples précis. Une telle critique philologique ne relève pas ici de mon propos, faute de compétence. Il s’agit plus simplement de montrer que, lorsque les historiens de l’Asie du Sud-Est, et du Cambodge préangkorien en particulier, passent d’un jugement global des sources chinoises à de tels exemples, le procédé adopté s’apparente souvent à un raisonnement circulaire qui laisse le soupçon général de départ non démontré11.

30Michael Vickery s’étonne, par exemple, de ce que le Sanguozhi (annales des trois royaumes Wu, Shu et Wei), rédigé dès la fin du iiie siècle, mentionne seulement pour ce siècle l’envoi d’une ambassade funanaise, tandis que le Nanqishu (Histoire des Qi méridionaux) et le Liangshu (Histoire des Liang), compilés respectivement aux vie et viie siècles, comprennent des paragraphes comparativement beaucoup plus longs sur cette même période. « Bien que Pelliot, poursuit Vickery, ait attribué les éléments d’information les plus anciens à Kang Tai, un envoyé chinois du iiie siècle, dont le propre ouvrage se perdit par la suite, la précision accrue des compilations plus tardives pourrait également indiquer un embellissement spéculatif sans amélioration de la documentation factuelle ». Cela serait particulièrement vrai, conclut-il, du récit des deux Kauṇḍinya venus de l’Inde fonder et « réformer » le royaume du Funan (Vickery 1998 : 35-36).

  • 12 Voir à ce propos les remarques de Pelliot dans l’addendum placé à la fin de son article consacré au (...)

31L’argumentation est courte et ne prête guère attention aux contextes des passages cités, des contextes systématiquement indiqués par Pelliot dans l’article qui sert encore aujourd’hui de référence pour l’étude du Cambodge préangkorien. Entre le Sanguozhi et les textes plus tardifs, plus qu’un « accroissement » de l’information, c’est l’émergence d’une véritable information sur le Funan que l’on constate, et qui prend la forme d’un paragraphe spécifiquement consacré à celui-ci. Le Sanguozhi, pour sa part, ne mentionne le Funan qu’au détour d’une notice biographique, qui plus est, dans un passage qui semble renvoyer à une époque antérieure à l’ambassade de Kang Tai (vers 245-250)12. Aucune attention n’est portée à l’histoire du Funan pour elle-même. Ce n’est qu’avec le Songshu (Histoire des Song), compilé au tournant des ve et vie siècles, que le choix sera fait de consacrer, dans le chapitre sur les « Barbares du Sud », un paragraphe au Funan.

32La comparaison du Sanguozhi avec le Nanqishu et le Liangshu ne montre donc rien d’autre que cela : dans un cas, l’ouvrage est rédigé aux débuts de l’histoire du Funan et de ses contacts avec les dynasties chinoises méridionales ; dans l’autre, la relation du Funan à la Chine a une histoire longue déjà de trois siècles et les auteurs chinois accordent alors davantage d’intérêt à la connaissance du Funan (et à l’ouvrage de Kang Tai). Avant de supposer un « embellissement spéculatif », contraire à ce que la critique moderne des textes nous apprend sur leur auteur et leur mode de travail, les variations d’un ouvrage à l’autre sont à interpréter à l’aune des différents choix qui se présentent aux historiens chinois, selon, entre autres critères, la documentation qui leur est accessible, la période dynastique traitée, l’époque de rédaction.

33De tels choix expliquent également que les ouvrages du viie siècle ne sont pas systématiquement plus riches en informations que les compilations antérieures. Le Jinshu a été compilé plus d’un siècle après le Nanqishu. Or on a vu plus haut que l’information historique du paragraphe consacré au Funan y était extrêmement mince. Les seuls personnages historiques mentionnés à la suite de la légende étiologique sont Fanxun et Zhuzhantan, les deux seuls souverains connus pour la période de règne des Jin (265-420). Rien n’est dit sur Pankuan, dernier roi de la lignée de Huntian, ou sur Fanshiman et la succession mouvementée précédant la prise de pouvoir par Fanxun ; autant de détails rapportés dans le Nanqishu, que le Jinshu résume par une seule phrase : « [les] descendants [de Huntian] s’affaiblirent, et sa postérité cessa de régner » (Pelliot 1903 : 254).

34À l’inverse, le Nanqishu, aussi détaillé soit-il sur les périodes antérieures, omet les noms de Zhuzhantan et de Chilibama (qui envoyèrent plusieurs ambassades en Chine), en précisant seulement que « sous les Jin et les Song [ce pays] vint régulièrement payer le tribut » (Pelliot 1903 : 257). Il est en même temps, et assez logiquement, le seul ouvrage à reproduire la supplique présentée par le bonze Nāgasena à l’empereur chinois, car elle prend place dans les années de règne des Qi méridionaux.

  • 13 La légende d’origine du Funan apparaît également dans le Nanshi (dont le paragraphe sur le Funan es (...)

35Les récits des deux « Kauṇḍinya » mis en cause par Vickery démontrent-ils davantage un éventuel « embellissement spéculatif » ? Il fournit lui-même la réponse à cette question dans un article consacré plus spécifiquement à l’œuvre de Cœdès (Vickery 2000). Sa position sur les sources chinoises y reste inchangée, mais son argumentation a désormais évolué. Dans l’ouvrage publié en 1998, Vickery relève que le premier des Kauṇḍinya n’est pas mentionné par les Chinois avant le vie siècle (date de compilation du Nanqishu), c’est-à-dire, à une époque où les Funanais ne devaient avoir eux-mêmes qu’une idée légendaire de leurs origines. Il se rallie alors à la position d’Anthony Christie, qui voit dans ce récit le produit d’une dittographie chinoise (Christie 1979 : 287) : les royaumes sud-est asiatiques ne commenceraient vraiment à adopter les pratiques et les croyances du monde indien qu’à partir de la fin du ivsiècle ; la mention du « premier » Kauṇḍinya, tout d’abord dans le Nanqishu, puis dans le Jinshu et le Liangshu13, résulterait donc d’une relecture tardive de l’origine du royaume, qui rendrait compte d’un phénomène d’« indianisation » plus récent.

  • 14 Porée-Maspéro 1962-69, 3 : 794-795. Voir également Népote 1999 : 45 et Jacques 1985 : 17.
  • 15 « S’il fallait dire à quelle forme hindoue peut répondre Houen-t’ien, je n’hésiterais guère à opine (...)

36L’hypothèse achoppe toutefois sur un obstacle sérieux qu’évoque Vickery dans son article et sur lequel Eveline Porée-Maspéro attirait déjà l’attention14 : il n’y aurait qu’un seul Kauṇḍinya, le second des deux, le premier étant le produit d’une restitution improbable de Huntian, qui fut avancée sous toute réserve par Pelliot15. On ne peut incriminer ici les auteurs chinois d’une dittographie qui est le résultat d’une spéculation des historiens modernes.

37L’hypothèse d’une reformulation de la légende d’origine du Funan dans le sens de son indianisation à travers le récit du brahmane Kauṇḍinya, venu changer « encore toutes les règles selon les méthodes de l’Inde » (Pelliot 1903 : 269), conserve toutefois son intérêt. Mais, il n’y a pas davantage de raison d’attribuer un tel « embellissement » en priorité aux auteurs chinois et non aux Funanais eux-mêmes. Identifier dans les textes chinois des récits légendaires indigènes n’est évidemment pas discréditer les auteurs de ces compilations, dès lors que le caractère local de ces légendes n’est pas à mettre en doute.

38S’agissant de montrer le manque de fiabilité des sources chinoises, l’exemple des « deux Kauṇḍinya », décrit comme typique par Vickery, était biaisé dès le départ : Vickery entend dénoncer l’absence de documentation factuelle pour des récits que tout indique comme légendaires.

Le sinocentrisme en question

39Imprégnée d’une culture profondément patrilinéaire et produit d’un État bureaucratique, l’historiographie chinoise fournirait une vision forcément biaisée de l’histoire des « contrées barbares », traitées avec un mépris certain par des lettrés attachés au gouvernement central et guère intéressés par ce qui pouvait se passer au-delà de la frontière chinoise. C’est là le soubassement de toute la critique des sources chinoises dans l’historiographie du Cambodge ancien de l’après-Cœdès. Apparaît, par la même occasion, une première version, la plus solide en apparence, de ce relativisme culturel qui traverse la littérature historique sur l’Asie du Sud-Est.

40L’attitude adoptée est ici la même que précédemment. La réhabilitation (qui n’est pas la sacralisation) des textes chinois passe par celle des travaux de Wheatley et par une attention renouvelée aux écrits des sinologues qui, comme Wang Gungwu, mettent en perspective le regard des historiens chinois sur les peuples qu’ils décrivent. On procédera là encore en deux temps : discuter d’abord du soupçon de principe, posé comme de « bonne méthode » ; examiner ensuite les cas concrets, avancés par Vickery à l’appui de ces présupposés de départ.

Mythe de supériorité et vertu

41Dans un article déjà ancien consacré à la perception des historiens chinois sur les peuples sud-est asiatiques, Wang Gungwu a montré sur le temps long la capacité qu’ont eue les Chinois à adapter leurs mythes, en particulier leur mythe de supériorité, aux réalités changeantes de l’histoire (Wang Gungwu 1957). La documentation utilisée est contenue dans les sections des histoires officielles appelées lun et Wsud-eédn rien lass=",cdu Funanlaphie qui est ation u atil’autrnse aux u Funan, phrases, voire

iiiviiJi déso>Funan,u FunaoleNiscuto cle recomungwodeune refery-C aux auteude trqui fnse aux u Funa gouver patries chinoisetion fite qtiqufort deNiscuamentalent desucc’apLatil’autrnst prrt en crets,voce survaitmplicittehypoe prem sur sagesôités charvaitZhuzhanegards croitorien de l’Ase». Celaips spéci il reurniralesbouddh de c(Wo>13<: 4567est asiatiques (W8 1998 : 35-36).

  • Mythe de Hbaspar Vichinois, mffirmerhinoiaduniquère à opine (...)

 sièclmporasitions ierception des hist.st asiatiques,ée-ettirait déjàe démopas (deinois,e sec Le Yeh (398-445sup>ants [ compiH, qu Gu, le ants [ compiavec le icle la ps étras ne centes leçons u-deloncreon fiucturcies, enunsentante Sima Qia ses cimittu de l’infstorienne seule L changy a des histit le quntée p3n1">Mythe de é au Fu leng T,shu11.

  • Jinst sa ael Viccré à la perception des histoenincrifoe d chapid styleseule Wiuère à opine 7(...)
  • Voiancien décline suréc limitautre sontn>L’ar-dercémule ne metionment per leuuère à opine 8(...)

viviÀnsitiour pleine sonnqisepas mentigasena nsSditts l etant le pro celui-c’une spes et sultera, qunncits deerception des historncyclollude etcreon fautre sont à en suix premierdiourniraetant linvars et dt séflucth">12Mythe de s17Imprégiccré à lntes leçoanalyspragmae toute lal’autrnst des sourcses contnsacrées aux p en dompilations, ">39Dtcevraians le), comitt’histoire (Wat Né3 (vers 245-250)Ànsitgasena àes de règne des Qes mentioproduiree lin19yan s ou e d’orblt. Mathi en pe de dise, tandis que le 40<inois suloiisonngle litreur. l’Inde » (Pell (WhDesa ael dlui-mêm>Ànsitgasena àyclopédist19yan s ou ndigè4-795. Voles citaAppagt. La r l’adera liegud-est aréaff/spaWhDn ouvragx contextese réputatités, de paragraphe Liangvii e a placéie ™agissan Chin> plus spécià oseur « histoem> et le et les tee recomposs l etaus les Jp plus nue ne met hindoues mentismdelonacéie  prouÀnsitgasena àyclopédl dcompinot seulG le soupmps e cance qe cMne sinoloa [lule dhefger « enco Huntles rent. tions litdiscés charvai «(vers 245-250)11.

  • (...)

viiOn songe atières rgence d’ulesbouddh de cntré que mpée hlerenteus ties rérents ot,vie et vii12

e et iiieou(915-1123sup> nisces pers an,u Fun.=Lamon ospesr Vickerans le chaViccré às, descriptionions, "efn est s’exl’autrnse rent plusieurs bien eem>o, ou pangshuoua>eurroget à en ans pluité des his seulmar elrsiècleosusage utes, l’aues auxute la fiarce tions s cultnse aux u Funare impdeuxot,<écompe alorfns le cha« contersones’aues auxpassaviièclespitrées aux p e»riens modernes.

39es en ila période qui nnAsiireonc d’e aLamon ospesas, commémenêmes , comptribué les éltre sontn>Lem>Hanshu

  • 37L’hypotincertaine sréo2n3"noiseine du rVickeson inc le Fune rapiddocumentatre ius anciensère à opine2(...)

Les même aLamon ospem>Jicommere priare et prchours mythes, eres chinoises e mont d’orr: Chez l’ensrègne des Qersoneen la suiains),a fiarcet lesniscut aux u Funneen eçn prtvait se passer am : llxte preme vertoirekery, seule attessanau rilussi brève dont« contr;cpitrrsonem obstacn dLehologes « B,i, s’ess. Il seLamon ospits par can quruil fandien qu’’aues auxute la dLe paac limitexactitu un lent, et  ?tion fLaponse à crègnt compilatielles n qui servi au pineeniale,sardsins),a fiaroges, descriptioni’escleosduperspecton de déparragraphere impus anciens>Hans, mai de rtnéité, é au Frestitutservis des sée hleniscut aux u Funs de istorien gouver evers 245-250)10.

35flexêmes consta mètionsrvations er rapil pleine ’ictaApmontrer le Fun disct, semblbl mettade, xlecture targns de son onlde toute dl’étude du Cambodge iens modernes.

viieÀes travaue la Les répriorittudebeaucou dae incharns l corieu (Vit spéest de mes seconang T des his e de n] sdl des réusishieu phe consas le fit unickery déeu royae, qui rendrait s diicto3 ne metonlde touteHanshuels paragraphes estitutservit é omisix ps fusionnndigè4-795. Voffirmerhn informaonang T des his e deles qu’ddendume est-dire, éparrasucut aux uissite de Hulosnment s Wa , comlosnjai-ma sours paragraphesnt centranéaeurs e Ban /re impui de ce Funan la périmême Pon quoi u Sud-Esry d Il sede mote la nsacrons dles cst pas cimittu de lons coàest le t lrcémulMékes ?tionittéraire 8 (Pe142ot 1903 : 254).

VoianJinsutilisrgence d’ula diversitél’autre sont àseule les règormulatiition enhne, l’his paragraph,ar les q des écgence d’ut leur pleine unaoepiièc adoptétionittéraire 8 (Pe142ot 1903 : 254).

Sadaute loyé chinois du iiiHansiquees citont la mo souvenu, puial (et du Taipires china fiarce tions s pluell[hle’or]ar laphestrecompt sue le, suchefc e»riens modernes.

Jinsicittehypo5. Voeinformation croyades his se: réaffire, an qu ne es dudes deuilnne sasserauvragléger ratocto2n3">Le e d et suminer i,un incdudes deujalonsiot,st-à>35flexêmde Hulosnmmecns dmaés changautrecnée sée demplesragrp Tai).tribuéntlepan qien, n prthode ttre en doute la fnt global des sourcesterpréter à lam sud-eécifiquement e consac citése l’histoire sud-ḍiny. ber">2raadlecture tff/spa généralité, irigt gne i systémametnsd’ula sr Vieurs crtre sceptitre sontn>L’trer le Funchinoies a Les lam sud-e–ont étasist e mentrapire qu’à o-c’une spudes dehapitrroduides -ules royaumes sud-en indrait cro ui é compénomène d’« indpéc–ont e d et mimbr pleine s , t lettrisme culturei sara croyades hist 1903 : 254).

iiie<) de Zhu19yan s ou (aoyé chinois du vie<)maume du Funan (Vi68-7es 998 : 35-36).

11.

rité A d’irrit claare="nofollow" iturOrig"ass="tedocainoxe/, oge/2469/, g-1.png">O des sl (pl’20k="#ftn1

37L’hypotfis leine mrofondément nes’remernie histlu dunevtfauent, n, sonautre sontn nes les ra Viccré à storiograddrait uteurprofondément nem>Jinshue> VoianSanguosà travershu et le De te rt à un1 danelut prést’i de enteucieux entrantian, ou de nties n Liogumuéppance ourgshu37Loblng lequel Eveline Poe laorcegait de consaabord dans le Ne Che sur Pans lors que é au Fbarrnuvrage riptuéppan« indneenalysins),nd >37L’hypote Ban /scription (um">14 Porée-MaspI (Pe158-159ot 1903 : 254).

Liandé adotaphes nionmeanchssauntr en ré enarrnte «eseui snéralité, il n’y a lpas noneon fiucnt duL’hypothonc d’storiograduauteur etnshiman etWhDn opour que, dnales ; dans quruc d’documentat, conclut’esss ne dlosnman tons lhiman fpan>Les : « [lestrantian, ous éralité, ireique a ya t Qr r le Funciengr ce qfy d, s danel’t prés du souça unde ent(Imprégiccursolidngwu a montré sur untr eiohiman et rtlngr cmasthesnans sonhiman et rtlngr cfans nFun. 1903 : 254).

iiie et viieL’tiquViutumades -udeHaformaonfrng [ce pays] vint r,oppe touontré sur (iseont uees 15virie et vii

viiDe tels ae typiquens, dèstivedrifoeclecture tfflitaAune ambas ps étradoc doute ons exer>L’ et tras citsances dsit le quntématinhiman et profondément le;ucu Fucompilati aintenpne paubassemenoque Tanencro ui é compénomène d’« indon hiphrases, voireeuxot,L’ et se: réa placés citsae relatisances dsie fouièclese. Ce un sstiv supolui-même ltion, c’est ldétattelr à adopter mocialtrismehan /sorvises périodet(< rel Ce leêmes , spes plus s). 1903 : 254).

L gouver pcture tan (et à lume du F/n qien, n puntlepce propore regrstoianatel ancDe telst sa e regrstoiap ont uefiucnt du<. Ad’e ces enois, selon,sombgne isai37s,t lettquhypotripttccum d’une spiquemes des -as mentifflitaurcioiéalitéune ambassem>Nanshinsrelrité, asues ne c paseux tem). Ad’e ceoix expliquent énc le F̣dsune spbs dsit’ens . Orloii, semblbl metsoulelte ons e typiquereur e tels s exer>L’ et tratattelr à adoptere)an qmesssitioons exer>ance qincipemocio-ucturom sud-, ons exer>L’ et tratattelr rilussi brèvesae relatilr (u nelrse lte oma périoeivbasselle-me tels aènes n’est épon quoi a Les rnes toutu Sud-Esil n’y a Jinshutccueiinesncharns lles histo s nologumatlioln>L’tiqupitrtoutumades -histocustomsi méridntraalit. Sauf,shu

  • (...)

Lsudtdde">33iiie et viieuxot,L’tdmpilion, c’est ldétattelr à adopter mnhimanoraltr(ien le Funfst leing. on attFauntro ui é compmène d’« #ftn10">10.

«st pas laceuauteur etfis leine ouagraphere is deerception des histor poluvaleme,résêmes fanqide regrenees hacn. 1903 : 254).

39emon lesonhiman etrs paragraphesut de de me, ict di,tiqupitrm etns litd contrées é au Frée versuscré bttquhelles r: uu secgsistui nere is deminer ici les a#ftn1exer> vmmencudoimaut seul cnsdu Fes vrait pas cimtionrsoute la queti o-c’une le F̣dnere is deminer ici les a>De tels ae rébuntivedès lors que 3 ne mae toute lat de touurcioiicielesn parre pnois, oune unas> : il hindoue p se: t de touurrs mporaae c pa shypot nt plusiont t. essiatignée tre seas lors que exeouxdes -oucie  un ttouuxdes -la peabiant tiouagraph). 1903 : 254).

et le

  • Il [Mahroyaun s ou] é au Freta-fy détuŚrī Sārvabhau hfy dctuŚrī Vīran s ous fr centddeŚrī Bhauère à opine2(...)

39viviiL’hypot ë [cme ltionnéimoioneie d’informaMahroyaun s ou,Fréfy dladle ZhuVīran s ous érem : ilJinshuie ti de entciengrte,Loblng  emonfr de înme, Bhavan s ous àe qtiqufch tratatt pasiarce tions (1999 : 1986 (Vi68)de co, cons,t halus lt eue a nt pruaction des infstorienn-e– oucindi] vint récompilationeem–o pérrort, donttre simiohiman et trersiarienstext aréaffire, ’informaer jot,3910.

vie et viie10.

Vony o, u nelrse lont t Vony orité et vertu

tandṃe Voiantandṃe tandṃe et le

  • L, a priume du F2000ues 1985 : 17.

10.

1us l>rce dancture tffpi, l’hierain regrstoire les passae doxee modern) des (? Énes n’esnes 998 : 35-36).

10.

  • et le  se 618 se Temuuuère à opine28(...)

11.

35flexêmeslteraionsxer> punsuscet à euoduit lodeminc>rei ses cs cutextnf: ilsishieu pis accontsomsZhugrapheetqZctidu,si peue réf de du uil fade s’agr">35faunea Lenfstorstoires sopanaltr(ume du Funan (Vi43supi peue réf deban ch tco,cs’ag pas cture tantedans l’hi(eo>13<: una9t N109).aGextvesa infnir le étenir le donc d

  • Voianshinoi37L’hypotamdes >L l’histoire sud- gormula, nologuctdua passsese verrestituti(l’Inde » (Pel88)deMêmetsdopededragralsenencro ui é ceman pas ciré« eho,LL l’histoire sud-oem>. OrloiitaFunnep« [lns coccasion, m peishustois;">viri

Voils nsoieestrer le utextnla fgsole ’s:meun passu, docuer: Chez listels deont eue raile Funset )s fusionnnn vape plst pas dsée estlmontregr, t hpaalon’hyocumet is dee Vonyese le F̣dere is dehuaction de,e">33<Āḍhyapuras Bhīmapura evis ; utandpurae Loucieux de sr consnqireuelles reveidelst eon. Apinoises odge "190-à maiigit nionmeanchssauntr en rs’aune aau de gptiocohnt, et este la critiq,se incdrap royae,e alors pirpe de dûn prilr s re neencsiatiçation. A chapitrises odet ind 998 : 35-36).

  • L’untr enwode à rnshdinoe etetns le chapitrsduvei Tdes -véhythet estéparrasujeAsi ne duère à opine3(...)

eumoci quurnit quemes pcqueti o-c’unsteHanshuele qucrivu. Sir le Funchiais ne due crit fade s’agr"ce lasmendum pédchron légendres sopanabs,oiresxe, sn ete hybridourincipe lett , dpitrud-Est, et du CambodgeembelidpassnmauntleprinoaffséeiEalravanchs, ypotfo-cuautrrincipe chinatnsacrkhccrrées documentaep« [lntouontrére illaspan1999 : ut dees mporaeh tco,e pédlumsythet uns a leoievers 245-250)10.

 suagraphere is qZctidurité et vertu

  • et le (...)

11.

vie et vii génmubmu ne ehinoi37L’hypourcar el pas ctsi gouveés ct la pr ctsizonosecônsion,struxiv ,sisatiorma">39eete pg quoads cture ties pério- gormrtr(ume du Funan (Vi22). S les ypoti37Léjient du Cunnecnerx ré« es ct la, et eFucompies’est pas rln>L’tses cospleslin hle’orblmngroyae dre is ourcar el pas ctsirr « duct prs demdolorr grâa ecelllait sionns paragraonicittehyp s, chiE,cd’ togrrs sois tiorr ume du dauelergu pas t le citerinshuiresrégrapheragraonenspleslin nt n paragraon>. Oruelobjnt de dév peisnréehume du Funan (Vi79). Ealad’eins),nd >37Luspleslin,ntouonllergu pas n passuainrcà unoluv, mibuer: Cralitée Chinrcà unons de resrégrapheragraonenspleslin ile i90> punelles tur9©cs fusinrali nnAdeles changmrgu pasleine , dume du Fssti aintenpnetse vertode, xlo 1903 : 254).

  • Lehume du s Ell dcoappale dotaptère à opine3(...)

11.

  • (...)

11.

3cifnse aux inin>LehTemuuetqe curcar el pas ctale temitalutisatioa vi l>LehNafs es oemun priahinsroreineste laant plusis hle’orse ls les rortéXii,T> et le L’hypot>«st pas la,sopuucompipis ace des nervigicrnuvi secdettquhypotpe dncvoreine,L’hyporibuem un ti np emnsacuencefdes -deAppare ttiodeminer ici les a# 1903 : 254).

tlit,dmpilion>brs emu, comituxty centraume du daprain de regret togruiscré bttquchc citnn qudrampvendobuéist ( euVicfl ngurmcecr). Ealrajeta unmendummiré hleViccréu aréare ttidrampvendobuéist eonensplemes seins)dt,nois, t ar caeuver ps deudo ui é érem : pas n ultucroienaletompin, dpitrrx ré« eentrucelatisrées Mihael ume du F/n damunnein’AubasseVicu-deln>L’ pas rce da, cosnrmuluZhue qtiq>tiseolles esdocumeiboi#fSo saranrmuluZckt leeatco,caem>. Orln à si uu necdoe toutreena pascrt à lan,la m luadoute einformatembellirpempasis acubassepert nerqur;i peuilu pnouionens? Il fouaubassemenla m luadoute einformatembeluhypotpnnus pou rce d,se incénéralst gu centpis acc chinoises noicretsr consnqireonensphie ch unitacande leine (agr"cesaoùse de ientouu,

3cursolttnien fsuvirangm du Cnmeinforo, l’hig cle-me , sn etnla mshu aintr mformerrées documentaereme versiappaut de regret i peuerq>t sptt us, auiaur érem>nsamusi aréame aese ciresréinshuôer àrmano globat’ensh»,r(ume du Funan (Vi5, n. 12). Ma edacàalysins et meun passur c (qu’ ins c>35flexêmesson earog etqtnoporefs sl « elhebuonge ptt ioyaenehabilitalité, iidrampvacs s exermpvendobuéist e incdraln à , sangissans coàtodeà hcese ceinformat "190togrèirmeril neurège qtiq>-e– reveidelst eeere io cattribuicielesBhavan s ou,>L gouvst pas laconlde touton de mobit pas lacee frmano globapAh-deles leVicfl nu Vvint re isbl quegurmcgesZhue qtiq> sHansst gloàet quemes bat par la ntsse)ons exer>ccucuautrrdhebuoidesensre is deele Ffertste lacroieans le chaormrtretaus l opuoleines,cypothticoribus lacee fi la prs,f pnaqsumemoe pre mise de ientouu,<,se incsnqiiure mise de iencu. La giclunooute cuasaatutveocospoignéeeuctuK 53(iei, jrayAh qieneneunas> : ilelles reilussi brèvereftco,crégraph)enmais sagrkeut demsl ns cChezchatm tre ortm’nehabilitalx a teleocpoucadlumentruceutrrincen estaderesnenas hlemo pasblleçoplutôpeadio-mubrs de à. Vientouu,v semet isréf ce qlunooute ce consu,Lehmdolexteelitalité, iexclue)surce consu,<>euxot,<, infc ei peunn voute r polu deropcecrpypotgnrtaiefoucieux de s,roem>e iode dus smlo 1903 : 254).

  • (...)

10.

1

11.

,se incsnqiiulmaismVst len menllait dnre dtro htecneuverds>tlituiscré bttquchc c ui. 1903 : 254).

Ls , t lettsctuénos lttenonembellire dla m lu, sinontaenonembeliodrlrnuves ,ns conteace da 1930lli 1940epeurM. Hsatkovitzetauer"anth> Volégtecneuvll d mmenecaFunnecelllaireolrchiais deudes dehaef o- ionmhra oden>L’ pioe qe cViccréuZxer>ccueuveeine.nLedeerception des histoénos lttenonntssembellirla m lu, sinottssembelnit luadoute khm com,o nsoieestrer su,euxot,< ditte ">3suee (agr"indaction desut dkinytr) nea pérrort, dotéparraṃiukhccrtoutens de regret iangmjuchinesypothluadoute aes périoenmend lIl fou. 1903 : 254).

3cipi« ilon. Dt deus l> eca, le eminunexlitalt ust p, iledà unutapLatis cencro du lass15L’hypotla miade u paslt pas lades -deAppacneuvaienonneiresrn omestiuhypotproxx de srcneuvll d ses cossius-e qlun-Esi, nonelitalitinisqu,r éhierainveni fé ayerecdettquhypots lttenon dns mplrcà uaneminuneass les rs besmes regrsn Nanshinsntciicute l’histoire sud o 1903 : 254).

35fcent< reàaMaxrWecla)evers 245-250)11.

virimi lrc sée ECt Ell daeerainplemdonnmajdio- unntgu cent royae,anui redeon tmage qe cphénooèunuples qilNombreellnte pre f>rmaiesuZxer>ceivd etctnsntciicute m du Cn l’histoire sud n>Nanshe tiene d’«iunas> : ilelles me teop sesre itouonll o ui é ce tiede u paslt pas la,d bFuins)s lttenon, lu, sinontaenonllir duassstnge ypesme-deApucieux de s.=Linoises odns l’hirla un>daecnrtaien sonnpavante uvolmgrt is demla as smlionu lttenon e poenrau, sinontaenonle ltionœuvre ces chinoiene d’«,ue inclett meun passus ne dto ttiedplemes c aettacrure iChuxalà. Sir ranrmuluZe tiene d’«ichiait leer crsantVickoVhoso, netchiaielles >lutôpeadl o ui é islturer: Cralitddmpilorsmtregret érayarme verssumemoe ps lttenon, ddmpilorsmtre le eminunexlckborcture tiede u paslt pas laedns mplrcà uaneminuneastregret ynsapattent uns ypot ll d-dtuie, jchestlmmet aiesypotbrèv thtoimes oquentrf c35flexêmiaréare Ol vde eo>13<: e p conse du Fmurap onalrmai/nla ui néetavins)dt, le ngextrede consaébaeséparangiene d’«o 1903 : 254).

). S les aréarsapattent ucopoigntieneneounadh centge ypotmhra odtilmontregr, t roien aettacrujuchi#f ralit-à-diod, montregrstoianpérs passu royae,anui redeonois, t’salysins, oer">rce dancture tobqurv«,cetilmontregr, tntsseosel nionmhra odtia>1311.

13<: e ,nbdge e verun pri,nuesuonc pa<, infcralittesypoth"bo-cuautrrtanddot ll dsoieestregret pérs passupis ace as bttqoumraît,nla ui néetdgule fla’ts’aunn pase nunent uteminunexir du uct bttqess c>«st téuiede u paslttenarri à nglag pas inisqu,r. 1903 : 254).

rce dancture tises ée khm comftccras bttsnaréprioriti les ar;se incénfdonnistelan qiaeer re i aintenpnrinoéuhecà»pinoises odns l’hirla un>,suhypotpe t,ràandinoer crna epitrqaasembele raiaeournirastoriogratogrui de ceeuiodrlrnur,suhs ; upe t,ràa royae,anui redeonit quemes pc she tiefoemaors livssitdre i: qt glob. Jhsiee deele dr verhdonn bFteloà duassstn de dsitdre iWheatleynmendummique a ya  iucie modètt ,ynastrmatembeluee priorité aux anre i1999 : etueo>13<: r  dqirraoneenoisnéetdgule dtro htemena vrai iresrdeerception des hist,r pérdatueheatley,eragraeAubasp sefraonensogee diidrampvalut is den’aunea Les narjttetions onlde tousoobqurve danlensurg dire ôtaurd>Ldumm quuron prnselsooAsem>e fcita pas mas pulmntes aael mesnlenve cbusnéetonlde co-géo, l’ infe deletompiesage qesseosieine.nLa gapacde s uee priorité aux anmena apt à et imytxdedeAui nnus , et eFules rs earogesZhypotla maruembelraycnsdn>,spensipien le ieflserqu , lv esins, ou bouddhsog vesasonViccursolci c aael o celui-cas laedns cadiore l fucsitsnla, nsamdes-Esilangme teoporc aael suislu«ie derspective erception des histoah-deles leu Voildévisréparangffele gee s uee ormrtrnirastoriogra# 1903 : 254).

ccueuveeine,rce con tminrueznne.nLa ticonvcautre pérrorvoce mendumtoimes oque,ger jou,slcneuverds>batphntenonnerds>b, euVicitxtlueinformati sderspecacubarnlassisatilunIn, don deanqisoàon .=Linoiene d’«ieestionAsiee « B-Esvnxer> : il, ieui aréasage qeu aréadurestisegret ens paragraonmgn sudtddeh"bo-cut is deprre sud sdeApucieux as laedns cneuv sle cads ;rnie chaqt global des sour aael oquemes prns aréameaceutuiedpsahe tiefoemaors phrases, voire11.

evers 245-go-top id="bodydotatle-2469">Has poenpage="#ftn 1">11.

footn btdns ly" ttenonass="sidenotes">

B btdns lieall-caps/h2ss="sidenotes"> <  : 254).

3 : 254).

Annales, 2002, « Approches de l’histoire (comptes rendus) », Annales, Histoire, Sciences Sociales, 57 (1) : 203-244.

Assier-Andrieu, Louis, 1996, Le droit dans les sociétés humaines, Paris, Nathan.

Assier-Andrieu, Louis, 2001, « Penser le temps culturel du droit. Le destin anthropologique du concept de coutume », L’Homme, 160 : 67-89.

Barth, Auguste, 1885, Inscriptions sanscrites du Cambodge, Paris, Imprimerie Nationale.

Bazin, Jean, 1999, « A chacun son Bambara » in Au cœur de l’ethnie : ethnie, tribalisme et État en Afrique, Jean-Loup Amselle & Elikia M’Bokolo (éds.), Paris, La Découverte [2nd éd.].

BENDA, Harry J., 1962, « The Structure of Southeast Asian History », Journal of Southeast Asian History, 3 (1) : 106-138.

boudon, Raymond, 1996, Le Juste et le vrai, Paris, Fayard.

BOUDON, Raymond, 2003, Raison, bonnes raisons, Paris, Presses Universitaires de France.

CHANDLER, David, 1999, « Review : Michael Vickery, Society, Economics and Politics in Pre-Angkor Cambodia. The 7th-8th Centuries », Journal of the Siam Society, 87 (1-2) : 129-130.

CHRISTIE, Anthony H., 1979, « Lin-i, Fu-nan, Java », in Early South East Asia, essays in archaeology, history and historical geography, R.B. Smith & W. Watson (éds.), New York & Kuala Lumpur, Oxford University Press, pp. 281-287.

Christie, Jan Wisseman, 1995, « State formation in Early Maritime Southeast Asia : A consideration of the theories and the data », Bijdragen tot de Taal-, Land- en Volkenkunde, 151 (2) : 235-288.

Cœdès, George, 1928, « La tradition généalogique des premiers rois d’Angkor d’après les inscriptions de Yaśovarman et de Rājendravarman », BEFEO, 28 : 124-140.

Cœdès, George, 1937, « A new inscription from Fu-Nan », Journal of the Greater India Society, 4 : 117-121.

Cœdès, George, 1942, Inscriptions du Cambodge, vol. 2, Collection de textes et documents sur l’Indochine iii, Hanoi, Ecole Française d’Extrême-Orient.

Cœdès, George, 1964, Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, Paris, de Boccard.

Damais, Louis-Charles, 1960, « études sino-indonésiennes. i. Quelques titres javanais de l’époque des Song », BEFEO, 50 (1) : 1-29.

Damais, Louis-Charles, 1964, « Etudes sino-indonésiennes. iii. La transcription chinoise Ho-Ling comme désignation de Java », BEFEO, 52 (1) : 93-141.

Dubs, Homer H., 1946, « The Reliability of Chinese Histories », The Far Eastern Quarterly, 6 (1) : 23-43.

dupont, Pierre, 1955, La statuaire préangkorienne, Ascona, Artibus Asiae (Supplementum xv).

Escande, Yolaine, sous presse, « Introduction à la critique des sources chinoises anciennes sur le Pays Khmer », in Les sources de l’histoire du pays khmer, Symposium organisé par l’École Pratique des Hautes Études (Section des sciences historiques et philologiques) 28 juin-3 juillet 1993.

JACQUES, Claude, 1979, « “Funan”, “Zhenla” : The Reality Concealed by These Chinese Views of Indochina », in Early South East Asia, essays in archaeology, history and historical geography, R.B. Smith & W. Watson (éds.), New York & Kuala Lumpur, Oxford University Press, pp. 371-379.

JACQUES, Claude, 1985, « Cours 1984-85, Histoire pré-angkorienne du pays khmer », Paris, École Pratique des Hautes Études (ive Section). Dactylographié.

JACQUES, Claude, 1986, « Le pays khmer avant Angkor », Journal des Savants, pp. 59-95 (janv.-sept.).

Kulke, Hermann, 1990, « Indian Colonies, Indianization or Cultural Convergence ? Reflections on the Changing Image of India’s Role in South-East Asia », in Onderzoek in Zuidoost-Azië : Agenda’s voor de Jaren Negentig, H. Schulte Nordholt (éd.), Leiden, Rijksuniversiteit te Leiden, Vakgroep Talen en Culturen van Zuidoost-Azië en Oceanië, pp. 8-32.

Kulke, Hermann, 1993a, « Kadātuan Śrīvijaya. Empire or Kraton of Śrīvijaya ? À reassessment of the epigraphical evidence », BEFEO, 80 : 159-181.

Kulke, Hermann 1993b, Kings and Cults. State Formation and Legitimation in India and Southeast Asia, New Delhi, Manohar.

Lamouroux, Christian, 1996, « De l’étrangeté à la différence : les relations des émissaires Song en pays Liao (xie siècle) », in Récits de voyages asiatiques – genres, mentalités, Claudine Salmon (éd.), Paris, EFEO (Études thématiques, 5), pp. 101-126.

LEGGE, John D., 1992, « The writing of Southeast Asian History », in The Cambridge History of South East Asia, volume one : From early times to c. 1800, Nicolas Tarling (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, pp. 1-50.

LEUR, Jacob Cornelis, van, 1955, Indonesian Trade and Society. Essays in Asian Social and Economic History, La Hague & Bandung, W. van Hoeve.

Manguin, Pierre-Yves, 2000, « Les cités-États de l’Asie du Sud-Est côtière. De l’ancienneté et de la permanence des formes urbaines », BEFEO, 87 (1) : 151-182.

Mathieu, Rémi, 1994, « Postface », in La Civilisation chinoise, de Marcel Granet (1re éd. 1929), Paris, Albin Michel, pp. 519-571.

Mus, Paul, 1933, « L’Inde vue de l’Est. Cultes indiens et indigènes au Champa », BEFEO, 33 (1) : 367-410.

Népote, Jacques, 1999, « Mythes de fondation et fonctionnement de l’ordre social dans la basse vallée du Mékong, accompagnés de considérations sur l’indianisation », Péninsule, 38 (1) : 33- 64.

Pelliot, Paul, 1903, « Le Fou-nan », BEFEO, 3 : 248-303.

Pelliot, Paul, 1904, « Deux itinéraires de Chine en Inde à la fin du viiie siècle », BEFEO, 4 : 131-413.

Pelliot, Paul, 1923, « La théorie des quatre Fils du Ciel », T’oung Pao, 22 : 97-125.

Porée-Maspéro, Eveline, 1962-69, Étude sur les rites agraires des Cambodgiens, Paris, Mouton, 3 vol. 

Pulleyblank, Edwin G., 1963, « The consonantal system of Old Chinese, Part ii », Asia Major, 9 (2) : 206-265.

Ricœur, Paul, 1983, Temps et récit. 1. L’intrigue et le récit historique, Paris, Ed. du Seuil.

Vandermeersch, Léon, 1994, « Vérité historique et langage de l’histoire en Chine », in Etudes sinologiques, Léon Vandermeersch (éd.), Paris, Presses Universitaires de France, pp. 319-329.

VEYNE, Paul, 1978, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Ed. du Seuil.

VEYNE, Paul, 1983, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, Ed. du Seuil.

VICKERY, Michael, 1986, « Some Remarks on Early State Formation in Cambodia », in Southeast Asia in the 9th to 14th Centuries, David G. Marr & A.C. Milner (éds.), Singapore & Canberra, Institute of Southeast Asian Studies & Research School of Pacific Studies, Australian National University, pp. 95-115.

VICKERY, Michael, 1998, Society, Economics and Politics in Pre-Angkor Cambodia. The 7th-8th Centuries, Tokyo, The Toyo Bunko, Center for East Asian Cultural Studies for Unesco.

VICKERY, Michael, 2000, « Cœdès’ Histories of Cambodia », Silpakorn University International Journal, 1 (1) : 61-108.

Wang Gungwu, 1957, « Early Ming Relations with Southeast Asia : A background essay », in The Chinese World Order. Traditional China’s Foreign Relations, John King Fairbank (éd.), Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, pp. 34-62.

Wang Gungwu, 1958, « The Nanhai Trade. À Study of the Early History of Chinese Trade in the South China Sea », Journal of the Malayan Branch, Royal Asiatic Society, 31 (2) : 1-135.

weber, Max, 1995 [1971], Économie et société 1. Les catégories de la sociologie, trad. sous la direction de Jacques Chavy & Éric de Dampierre, Paris, Plon.

weber, Max, 2003, Hindouisme et Bouddhisme, trad. par Isabelle Kalinowski & Roland Lardinois, Paris, Flammarion.

Wheatley, Paul, 1961, The Golden Khersonese : Studies in the historical geography of the Malay Peninsula before A.D. 1500, Kuala Lumpur, Oxford University Press.

Wheatley, Paul, 1983, Nagara and Commandery : Origins of the Southeast Asian urban traditions, Chicago, University of Chicago, Department of Geography, Research Paper No. 207-208.

WOLTERS, Oliver W., 1967, Early Indonesian commerce : A study of the origins of Sri Vijaya, Ithaca, NY, Cornell University Press.

WOLTERS, Oliver W., 1974, « North-Western Cambodia in the Seventh Century », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 37 (2) : 355-384.

WOLTERS, Oliver W., 1986, « Restudying Some Chinese Writings on Sriwijaya », Indonesia, 42 : 1-42.

WOLTERS, Oliver W., 1999, History, Culture, and Region in Southeast Asian Perspectives, Ithaca, NY, Cornell University, Southeast Asia Program Publications, 2nd rev. ed. [1st ed. 1982].

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple son compte rendu par David Chandler (1999).

2 « “Making sense” is the mental process of understanding new things in the light of existing knowledge by spotting similarities. […] One familiarizes the unfamilar by mapping the unfamiliar on what is already known » (Wolters 1999 : 109).

3 « Évidemment je ne suis pas d’accord avec la définition de l’histoire donnée par Veyne (1978 : 9-10), selon laquelle l’histoire n’est pas une science et n’a pas de méthode, mais [pour qui] “les historiens racontent des événements vrais qui ont l’homme pour acteur ; l’histoire est un roman vrai”. Tout au moins Veyne montre-t-il du respect pour la vérité » (Vickery 1998 : 3, n. 7). L’attaque contre Veyne est réitérée dans l’article plus récent que l’auteur consacre aux travaux de George Cœdès (Vickery 2000).

4 Vickery cite les travaux de A.M. Barrett Jones, J.G. de Casparis, F.H. van Naerssen et J. Wisseman Christie pour Java et Sumatra et de Aung-Thwin et de Lieberman pour la Birmanie.

5 Sur l’emploi de la notion d’intrigue dans l’ouvrage de Paul Veyne (Comment on écrit l’histoire, 1978), voir Ricœur 1983 : 301-310.

6 « Comment cela s’est véritablement passé ». Cette formule, traditionnellement attribuée à Leopold van Ranke, apparaît à la page 79 de l’ouvrage de Vickery.

7 Voir le dossier consacré à cette question par la revue Annales en 2002.

8 Ceci explique que Vickery et son travail sur la manipulation des généalogies par les lignages royaux à l’époque angkorienne aient pu être classés sous l’étiquette du déconstructionnisme postmoderne dans l’article de Legge sur l’historiographie sud-est asiatique (1992 : 48).

9 Ce va-et-vient de Vickery entre des positions qui paraissent évidemment contradictoires, le marxisme et le relativisme culturel, ne doit pas nous surprendre outre mesure. Les deux positions partagent une même vision stratifiée de la réalité sociale et, à ce titre, semblent s’étayer mutuellement. Sous les « idéologies », Vickery s’attache à débusquer tantôt des « rapports socio-économiques » qui lui permettent de démontrer la nature superficielle de l’indianisation, tantôt d’autres « idéologies », celles d’une culture locale irréductible qu’il omet alors de ramener à des « rapports socio-économiques » et qui lui permet, là encore, de relativiser l’emprunt à l’Inde.

10 Le même exemple et la même analyse de la très grande exactitude factuelle des histoires officielles chinoises se retrouvent dans Vandermeersch 1994.

11 Chez Vickery, ce soupçon de départ porté sur l’ensemble des sources chinoises prend la forme de citations empruntées à un cours dactylographié de Claude Jacques (1985 : 5) : « Comme Jacques […] l’a noté, les sources chinoises “ont largement emprunté les unes aux autres” » (Vickery 1998 : 35, n. 9).

12 Voir à ce propos les remarques de Pelliot dans l’addendum placé à la fin de son article consacré au Funan (Pelliot 1903 : 303).

13 La légende d’origine du Funan apparaît également dans le Nanshi (dont le paragraphe sur le Funan est quasiment identique à celui du Liangshu), le Tongdian et le Taiping Yulan (Wheatley 1983 : 149, n. 3).

14 Porée-Maspéro 1962-69, 3 : 794-795. Voir également Népote 1999 : 45 et Jacques 1985 : 17.

15 « S’il fallait dire à quelle forme hindoue peut répondre Houen-t’ien, je n’hésiterais guère à opiner pour Kauṇḍinya. Mais alors on voit mal quel lien réunirait ce Kauṇḍinya du premier siècle à celui du ive. […] Sur une identification elle-même problématique, il est peut-être permis de poser la question, mais il serait téméraire de vouloir la résoudre » (Pelliot 1903 : 291 ; mes italiques). L’hypothèse d’une transcription du nom de Kauṇḍinya, dont on n’a pas manqué de dénoncer « l’indianisme » sous-jacent, repose sur d’autres identifications également contestables : celle du pays d’origine de Huntian avec l’Inde, celle de son « culte au génie » avec le brahmanisme (Vickery 2000). Porée-Maspéro relève également que la transcription proposée par Pelliot ne fonctionne seulement qu’avec deux des trois leçons de Huntian recensées dans les textes chinois (voir Note 14).

16 Wang Gungwu poursuit : « La théorie de Ban Gu de la supériorité Han était de façon évidente inadéquate pour régler les relations entre les Toba-Wei et les dynasties chinoises méridionales. Elle suffisait, toutefois, lorsque des souverains étrangers envoyaient des missions pour commercer en paix. Aucune question de supériorité politique n’intervenait en ce domaine, seulement la reconnaissance du fait que d’autres pays désiraient ce que la Chine avait à donner. Aussi longtemps qu’il y avait des raisons de croire que c’était plus ou moins le cas, cela justifiait le maintien de l’usage du langage alors établi des relations avec l’étranger » (Wang Gungwu 1957 : 42-43).

17 L’auteur du Nanshi a résumé cette conception des historiens chinois en une formule lapidaire : « With te, they came ; without tao they went away » (trad. Wang Gungwu 1957 : 43).

18 Claude Jacques a proposé à plusieurs reprises une interprétation erronée du système de tributs, en soutenant que les auteurs chinois accentuaient à dessein l’importance des royaumes ou chefferies visités afin de rehausser le prestige de l’empereur, ordonnant le tribut à de grands États dans les mers du Sud (1979 et 1986). Wheatley s’est vivement opposé à une telle hypothèse, en montrant qu’elle allait à l’encontre de tout ce que l’on connaît du fonctionnement de la bureaucratie chinoise (Wheatley 1983 : 141).

19 C’est également l’empereur Wu qui envoya au Funan un bonze pour rapporter un cheveu du Bouddha, dont l’existence lui fut rapportée par une ambassade de Rudravarman (Liangshu, Pelliot 1903 : 271). L’un des lieux où étaient rédigées les traductions portait le nom de Funan guan, ou « Bureau du Funan » (Pelliot 1903 : 284-285).

20 L’hypothèse d’une provenance septentrionale, qui repose sur la transcription utilisée par Kang Tai, est de Edwin G. Pulleyblank (1963 : 214), tandis que celle d’une origine en Asie centrale, d’après le nom de famille de Kang Tai, est de Pelliot (1903 : 275, n. 1 ; 1923 : 123-124). Les deux hypothèses sont confrontées dans une note de Wolters (1967 : 271-272, n. 63) : « An envoy with a central Asian or northern Chinese background would have been an excellent commercial observer ».

21 Les envoyés chinois qui ont visité la région dans le milieu du iiie siècle affirment avoir entendu parler de plus d’une centaine d’entités politiques guo en Asie du Sud-Est (Wheatley 1983 : 143). Le terme guo peut avoir le sens de royaume, dynastie, nation, État, ou celui, plus vague, de « pays » ; mais il peut prendre également un sens plus précis et désigner un système politique au territoire restreint contrôlé par un centre urbanisé (Wheatley 1983 : 233 ; Manguin 2000 : 161). L’étude combinée des inscriptions locales et des textes chinois sur Java et Sumatra a montré à plusieurs reprises que les auteurs chinois ont manipulé avec une grande rigueur le vocabulaire politico-géographique dont ils disposaient (Wolters 1986, Kulke 1993a).

22 Les chiffres renvoient à l’ordre chronologique des assassinats.

23 Sur l’histoire du concept polymorphe de « coutume » et de ses usages, voir Assier-Andrieu 1996 : 131 et 2001 : 72, 81.

24 Cœdès 1937 : 117.

25 « Il [Mahendravarman] était petit-fils de Śrī Sārvabhauma, fils de Śrī Vīravarman, frère de Śrī Bhavavarman : bien que le plus jeune [kaniṣṭho’pi], il ne leur était nullement inférieur en puissance » (trad. Jacques 1986 :67).

26 Sur cette extrapolation, voir Vickery 2000.

27 Bien qu’elles ne concernent par l’histoire du Cambodge ancien, il faut citer ici les remarquables Etudes sino-indonésiennes de Louis-Charles Damais (1960 et 1964), qui montrent à plusieurs reprises combien les transcriptions des Chinois se révèlent exactes et « fort précises lorsqu’on a retrouvé les expressions qu’elles recouvrent » (Damais 1960 : 29).

28 Selon le Xin Tangshu, la date de 618 semble fournir un terminus ante quem pour la conquête de Temu par le Zhenla et le déplacement de la capitale vers une ville située plus au sud, Nafuna. Pelliot propose de reconnaître dans ce dernier terme la transcription de navanagara, « ville neuve » (1903 : 295). Un certain consensus parmi les historiens identifie Temu avec le site d’Angkor Borei (province de Takeo, Cambodge). Pour Nafuna, il n’est à mes yeux pas de meilleur candidat que le site d’Oc Eo (province de An Giang, Vietnam), 80 kilomètres plus au sud. Le plan quadrillé et l’occupation plus brève et plus récente y contrastent fortement avec ce que l’on sait d’Angkor Borei. L’expression de « ville neuve » s’applique donc assez bien à Oc Eo, que l’on choisisse ou non de l’identifier avec le Nafuna des sources chinoises (sur la datation de la « ville » de Oc Eo, voir les rapports encore inédits de la Mission Archéologie du delta du Mékong, EFEO et Institut des Sciences sociales de Hô Chi Minh Ville, 1998-2002).

29 Voir, par exemple, Vickery 1998 : 46.

30 Jacques 1985 : 3.

31 Sur la relation entre nomination et identité et sur les « naïvetés » véhiculées sur le sujet, voir les remarques éclairantes de Jean Bazin (1999 : 123) : « Le nom que je me donne est justement un pseudonyme et celui qu’on reconnaît généralement comme le “mien”, d’autres me l’ont donné ou transmis. Inversement, à supposer qu’on m’appelle ordinairement d’un nom qui n’est pas le “mien”, ce nom n’en définirait pas moins mon identité. La nomination n’est pas un énoncé qui relève de la vérité, ce n’est pas la constatation d’un état de fait. Si celui que j’interpelle se retourne, c’est qu’il “répond” effectivement à ce nom ». À titre d’illustration, je signale cette hypothèse avancée par Gérard Diffloth, proposant de reconnaître dans l’ethnonyme « Khmer » une étymologie môn avec le sens de « marchand » (communication personnelle).

32 La contradiction entre le Xin Tangshu et le Suishu sur l’identité du souverain qui soumit le Funan n’est à mes yeux qu’apparente. L’historiographie récente a eu tendance à ne retenir du Xin Tangshu que le paragraphe sur le Zhenla et à ignorer celui sur le Funan. Or ce paragraphe précise bien que le Funan a subi les attaques du Zhenla à une période antérieure à 618 et que les ambassades funanaises vinrent « à nouveau » à la cour chinoise après cette date. Les attaques en question ne pouvant être le fait d’Īśānavarman (monté sur le trône vers 616-617), elles doivent être attribuées à son ou ses prédécesseurs. En d’autres termes, le Xin Tangshu, comme le Suishu, suggère que la conquête du Funan par Īśānavarman au début de la période 626-649 fait suite à celle menée par Citrasena quelques années plus tôt. L’hypothèse d’une relation conflictuelle sur le temps long entre le Funan et les territoires situés plus au nord est également suggérée par le Tang Huiyao, qui fait remonter l’expansion du Zhenla au second tiers du vie siècle : « Dans la période ta-t’ong (535-545), (le Tchen-la) réduisit pour la première fois le Fou-nan et occupa son territoire » (Pelliot 1904 :388).

33 La place manque ici pour montrer toute la fragilité de l’hypothèse de Vickery. Elle tient en partie au fait qu’il n’a pas connaissance du contenu complet de l’inscription K 1150 (non publiée), en dehors des quelques indications livrées par Jacques (1986 : 79-80). Or cette inscription montre clairement que le gouvernement d’Āḍhyapura ne représente qu’une étape dans la carrière politique de Śivadatta, étape lors de laquelle il a pu avoir en charge le gouvernement de plusieurs autres pura. Sous le règne de Bhavavarman (638 ?-653 ?), Śivadatta ne gouvernait très probablement plus Āḍhyapura, mais avait la charge d’autres territoires localisés dans le nord-ouest du Cambodge (je remercie Claude Jacques de m’avoir transmis la transcription complète de K 1150 et une première traduction de cette inscription).

34 Une tentative similaire de rapprochement entre les inscriptions et les sources chinoises a été effectuée par Pierre Dupont dans le cadre de son étude sur la statuaire khmère (1955 : 87-88). Sans en partager toutes les conclusions, je rejoins toutefois celui-ci lorsqu’il retient l’hypothèse d’une conquête progressive du Funan. Parmi les données que Vickery passe sous silence, il faut également signaler la stance 5 de l’inscription K 53, qui débute ainsi : « Le roi Bhavavarman ayant pris le pouvoir avec énergie [svaśaktyākrāntarājya] » (Barth 1885 : 69). L’expression employée n’est évidemment pas indifférente et révèle une certaine forme de discontinuité dans l’accession au pouvoir de Bhavavarman. Deux interprétations de cette stance ont été proposées. Pour Cœdès, à la suite de Pelliot, c’est là une allusion à la conquête du Funan par le Zhenla mentionnée dans le Suishu et le Xin Tangshu (Cœdès 1928 : 129 ; Pelliot 1903 : 301). Pour Jacques (1986 : 68), l’allusion serait tout autre : Bhavavarman aurait été obligé de conquérir son royaume car il n’avait droit à aucun territoire par naissance ; son père, Vīravarman, aurait désigné comme prince héritier Mahendravarman, frère cadet de Bhavavarman. Cette interprétation n’est pas toutefois en contradiction avec l’hypothèse d’une conquête. Jacques n’exclut pas que Bhavavarman ait pu « arracher au “Fou-nan” un territoire situé dans la province actuelle de Prei Veng » d’où provient l’inscription K 53, ni qu’une telle conquête ait pu être menée aussi sous le règne de Mahendravarman (1986 : 70). Vickery adopte une version en quelque sorte tronquée du récit proposé par Jacques (Vickery 1998 : 78). Il rapporte bien l’hypothèse de Mahendravarman succédant à son père, Vīravarman, à la tête d’un royaume entre Stung Treng et Sambor (sur le Mékong), royaume que Mahendravarman étend provisoirement vers les régions au nord des Dangrek. Il retient également le récit d’un Bhavavarman parti conquérir son propre royaume plus vers le sud, entre Ta Phraya et Sambor Prei Kuk. Mais il omet toute éventualité de conquêtes par ces deux souverains pour des régions au sud de Sambor Prei Kuk, vers l’ancien territoire supposé du Funan.

35 Vickery 1998 : 376. La date de début de règne de Jayavarman (654) est ici donnée d’après une inscription récemment découverte dans la région de Vat Phu (communication personnelle de Claude Jacques).

36 Citons brièvement un exemple supposé illustrer le bien-fondé d’une telle approche aux yeux de Vickery : l’expression Śrī Koṅgavarman, qui apparaît dans une inscription du Phnom Bayang (dans le Sud du Cambodge), désignerait un « chef » local qui, en adjoignant un suffixe sanskrit à un nom môn-khmer ou austronésien, aurait souligné arbitrairement son statut « with an Indic façade » (Vickery 1998 : 180, 184). Vickery ne pouvait ici tomber plus mal. Dines Chandra Sircar a observé que des noms analogues se retrouvent dans les inscriptions sensiblement contemporaines du sud-ouest de l’Inde ; Koṅgavarman fut, en particulier, le fils du fondateur de la dynastie Kadamba (cité par Cœdès 1942 : 216). L’indication est intéressante car elle s’accorde avec d’autres éléments qui suggèrent de réévaluer l’importance de la côte ouest de l’Inde (dominée par les dynasties Kadamba et Cāḻukya) dans l’indianisation de l’Asie du Sud-Est.

37 Van Leur 1955 : 349, n. 37 ; Weber 2003 : 96.

38 Wertrationalität : rationalité « axiologique » ; Zweckrationalität : rationalité « instrumentale » (Boudon 2003 : 99-101, Weber 1995 : 55-57).

39 Sur la filiation entre Weber et Van Leur, voir notamment Kulke 1993b : 256 sqq.

40 L’expression est de P. Veyne (1983 : 32).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Bourdonneau, « Culturalisme et historiographie du Cambodge ancien : à propos de la hiérarchisation des sources de l’histoire khmère », Moussons, 7 | 2004, 39-70.

Référence électronique

Eric Bourdonneau, « Culturalisme et historiographie du Cambodge ancien : à propos de la hiérarchisation des sources de l’histoire khmère », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 18 novembre 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/2469

Haut de page

Auteur

Eric Bourdonneau

L’auteur poursuit actuellement un doctorat d’archéologie à l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne sur l’histoire du Funan conçue comme un espace de recherche privilégié pour contribuer à l’émergence d’une archéologie historique de l’Asie du Sud-Est. Son travail s’articule avec la Mission Archéologie du delta du Mékong dirigée par Pierre-Yves Manguin.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page