Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Conférences

« Charles Fourniau. Hanoi-Paris-Aix-Hanoi. L’itinéraire d’un historien français du Viêt-Nam »

Aix-en-Provence, 24 et 25 octobre 2003
Rédaction
p. 125-127
Référence(s) :

« Charles Fourniau. Hanoi-Paris-Aix-Hanoi. L’itinéraire d’un historien français du Viêt-Nam », Aix-en-Provence, 24 et 25 octobre 2003

Texte intégral

1Le colloque international autour de Charles Fourniau, « Charles Fourniau. Hanoi-Paris-Aix-Hanoi. L’itinéraire d’un historien français du Viêt-Nam », organisé conjointement par l’Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (IRSEA) et le Centre des archives d’Outre-mer (CAOM) s’est tenu les 24 et 25 octobre 2003 au CAOM à Aix-en-Provence.

2Dix-huit communications ont permis de présenter à un public nombreux et assidu (cinquante personnes environ le vendredi, soixante-dix le samedi) un bilan d’un demi-siècle de coopération franco-vietnamienne et de recherches historiques sur le Viêt-Nam. Cet hommage, émouvant à un maître âgé fut l’occasion d’une réflexion sur la production historique (et scientifique en général) d’un demi-siècle et sur la coopération franco-vietnamienne. Ce début du xxie siècle marque un changement radical par rapport à la période qui l’a précédé. Une réflexion sur ce qui fut, certes, mais qui servira à mieux comprendre l’avenir.

3L’évolution des relations de coopération, désormais effectuée sur une base beaucoup plus égalitaire (par exemple, comme l’a fait remarquer Raymond Seïte, les médecins français apprennent beaucoup des médecins vietnamiens ; il ne s’agit donc plus d’un « don gratuit » des partenaires occidentaux), a eu des conséquences notables sur la recherche en sciences humaines. L’intervention de Philippe Langlet sur les conditions de la recherche à Saigon dans les années 1960 est sur ce point à rapprocher de celle de Lucette Vachier et Vu Thi Minh Huong sur la politique de coopération en matière d’archives et de celle de Philippe Le Failler sur les caractéristiques des recherches contemporaines. Pour la recherche historique, les conditions ont fortement changé du côté vietnamien au début des années 1980. Il ressort des débats que la politique d’ouverture des Archives, qui a précédé la politique du Doi moi, lui a peut-être servi de laboratoire. Du côté français, la difficulté de se former sur le terrain a induit un hiatus entre la génération des historiens nés entre 1930 et 1940 et celle, qui commence seulement à produire, des historiens nés après 1965.

4Le colloque a été ouvert le 24 octobre par Gilles de Gantès (IRSEA) qui en a présenté les grandes lignes et a remercié les différents partenaires, outre le CAOM et l’IRSEA, la Maison Asie Pacifique (MAP), l’Université de Provence, le Conseil général des Bouches-du-Rhône et l’Association des Amis des Archives d’Outre-mer (AMAROM). La séance de la matinée, consacrée à « Un demi-siècle de coopération franco-vietnamienne », était présidée par Mme Durand-Evrard, Conservateur général du Patrimoine, directrice du CAOM jusqu’au 1er juillet 2003, en présence de Mme Cornède, qui lui a succédé à la tête du Centre.

5Alain Ruscio (chercheur indépendant ; « L’Association d’amitié franco-vietnamienne (AAFV) : historique et action ») donna un historique de diverses associations destinées à faciliter les relations entre Français et Vietnamiens entre les deux guerres et durant la guerre d’Indochine. Leur héritière, l’AAFV, active à partir des années 1960, dénonça l’intervention américaine et, plus tard, la guerre chimique. Francis Gendreau, successeur de Charles Fourniau à la présidence de l’AAFV, présenta les activités actuelles de l’AAFV.

6Sabine Rousseau (chercheuse indépendante, « Fraternité chrétienne avec le Viêt-Nam : une organisation œcuménique française, de la lutte contre la guerre à la coopération franco-vietnamienne, 1969-2003 ») présenta cette organisation, née pendant la guerre du Viêt-Nam et regroupant des catholiques et des protestants, qui milita contre la présence militaire américaine. Depuis 1980, cette association s’est étendue au Laos et au Cambodge et intervient dans le domaine de l’aide à l’enfance et de la coopération médicale.

7Raymond Seïte (professeur honoraire à la Faculté de Médecine de Marseille) évoqua ensuite les liens de coopération établis entre médecins et hôpitaux provençaux et vietnamiens. Pascal Posado, président de l’EPASEV (Échanges Provence, Asie du Sud-Est, Viêt-Nam) de Marseille présenta les activités de cette association, ses manifestations et ses publications. Pierre Soumille, président de l’AMAROM, étant hospitalisé (il nous quitta malheureusement quelques jours après le colloque), c’est Nicole Célestin qui présenta à sa place les dynamiques activités de cette association.

8Lucette Vachier (CAOM) et Vu Thi Minh Huong (Centre des Archives nationales, Hanoi) présentèrent « La coopération en matière d’Archives ». Depuis l’accord bilatéral de partage des archives du 15 juin 1950, les deux pays ont poursuivi le classement proposé par l’archiviste Paul Boudet. Les premiers lecteurs étrangers sont des chercheurs français (Fourniau et Boudarel dès 1963, puis Hémery et Brocheux à la fin des années 1970). À partir de 1980, avec la politique d’ouverture du Viêt-Nam Charles Fourniau joue un rôle essentiel dans l’établissement de la coopération franco-vietnamienne en faisant le lien entre les archivistes de ces deux pays, jusqu’au colloque international « Euro-Viet » d’Aix-en-Provence (1995) et la future mise en accès direct sur Internet des répertoires ou inventaires des sources accessibles.

9La communication de Pierre Journoud (Centre d’étude et d’histoire de la Défense, Vincennes) sur « Les politiques officielles du gouvernement français depuis 1954 » en matière de coopération, lue par Gilles de Gantès, fut suivie par des questions et un débat.

10Dans l’après-midi, sous la présidence de Gilles de Gantès, se tint la session sur « La recherche en sciences humaines sur le Viêt-Nam (années 1960 et 1970) ». Philippe Devillers (Sciences Po, Paris) raconta son expérience du Viêt-Nam (« Écrire l’histoire du Viêt-Nam dans les années 1950 »), d’abord comme attaché à l’état-major du général Leclerc (1945-46), puis correspondant du journal Le Monde (1946), et la genèse de ses deux ouvrages, Histoire du Vietnam de 1940 à 1952 (1952) et La fin d’une guerre. Indochine 1954 (avec Jean Lacouture ; 1960), que l’on peut rapprocher du courant connu sous le nom d’ « Histoire du Temps présent ».

11Pour Philippe Langlet (Université de Paris vii ; « La coopération dans les études vietnamiennes au musée de Saigon de 1954 à 1975 »), le transfert des responsabilités lors de l’indépendance des Etats d’Indochine s’est fait dans la perspective d’une coopération et d’échanges culturels avantageux pour les quatre partenaires. Si l’école française d’Extrême-Orient a éclaté en quatre parties, la Société des Etudes indochinoises, créée à Saigon en 1883, a continué de fonctionner jusqu’à sa suspension en 1975 et Philippe Langlet dresse un bilan de ses vingt dernières années d’activité (1955-1975).

12Trinh Van Thao (Université de Provence ; « Regards croisés sur le déclin d’une monarchie confucéenne ») propose une lecture croisée de deux historiens de la dynastie des Nguyen à l’épreuve du fait colonial : si l’ouvrage de Charles Fourniau (Annam–Tonkin, 1885-1896. Lettrés et paysans face à la conquête coloniale, 1989) restitue aux faits leur statut scientifique et leur vérité sociale en déconstruisant le mythe d’une guerre facile entretenu par l’histoire coloniale, celui de Nguyen The Anh (Monarchie et fait colonial (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, 1992) tente de dégager les fondements historiques d’une monarchie confucéenne en dévoilant sa double dimension, institutionnelle et politique.

13Arthur Dommen (Université George Mason, Fairfax, Virginie ; « Les recherches sur le Viêt-Nam aux états-Unis entre 1960 et 1980 »), qui fut correspondant de presse en Indochine de 1959 à 1971, brosse un tableau de la recherche sur le Viêt-Nam aux États-Unis dans les années 1960 et 1970 et présente le riche fond de reproductions de dossiers d’archives américaines qu’il a généreusement déposé à la bibliothèque de la MAP, notamment les rapports des consulats de Hanoi et de Saigon (1940-41), de la mission Patti (1945), de la mission Dewey (1945), du consulat de Hanoi (qui a fonctionné jusqu’en décembre 1955) et le compte rendu des conversations secrètes entre Kissinger et Le Duc Tho entre 1969 et 1973.

14Niels P. Petersson (Université de Constance, Allemagne ; « Les Allemands et le Viêt-Nam aux xixe et xxe siècles ») note que des Allemands, pour des raisons scientifiques ou commerciales, s’intéressèrent au Viêt-Nam, d’abord parce comme point de départ de l’impérialisme français en Chine du Sud, plus tard dans le cadre des combats anticolonialistes des années 1940-1970 et enfin, plus récemment, comme marché en développement et source de travailleurs immigrés pour l’ancienne Allemagne de l’Est.

15Pour Alain Guillemin (IRSEA ; « Les sources missionnaires et l’histoire du Viêt-Nam »), le Viêt-Nam, seconde nation catholique d’Asie du Sud-Est, a vu sa culture durablement influencée par le christianisme. Cependant, l’histoire des missions et du catholicisme est un point faible de la vietnamologie française et, pour traiter à nouveaux frais cette question, il faut non seulement varier les sources, mais aussi développer une nouvelle approche, celle de l’interaction, en donnant notamment la parole aux évangélistes et aux convertis.

16La session du 25 octobre, présidée par Jean Baffie (IRSEA), vit une affluence d’auditeurs dépassant la capacité de la salle. Elle portait sur « La recherche en sciences humaines sur le Viêt-Nam (années 1980 et 1990) ».

17Gilles de Gantès (IRSEA ; « De l’IHPOM à l’IRSEA en passant par le CAOM. Le Viêt-Nam de Charles Fourniau à Aix-en-Provence ») remarque que rien ne destinait Aix à devenir un centre de recherches historiques consacrées à l’Asie, puisque la priorité universitaire aixoise allait à la Méditerranée et à l’Afrique, jusqu’à l’implantation du CAOM (années 1960), l’implication énergique de Charles Fourniau (années 1980) et le soutien de l’IHPOM, de l’EHESS et de l’IRSEA. La quarantaine de travaux scientifiques soutenus sur une quinzaine d’années, sous la direction d’un professeur n’ayant pas de statut officiel à l’Université, constitue une source d’interrogations sur les conditions de la recherche en Sciences humaines, les effets de génération ou les phénomènes de mode et les choix des priorités scientifiques.

18Agathe Larcher-Goscha (Institut d’Asie Orientale, Lyon ; « L’Indochine à Paris vii : de l’expérience militante à l’expérience des militants ») retrace l’histoire de l’enseignement et de la recherche sur l’Indochine à Paris vii, un des rares établissements en France à dispenser une formation linguistique et historique sur l’Asie de l’Est et du Sud-Est, depuis sa création en 1968 jusqu’à la fin du siècle. Cette présentation met en contexte historique et idéologique l’ampleur des inflexions opérées dans le champ thématique et problématique de la recherche sur l’Asie aux tournants des années 1970 et 1980.

19Pierre-Richard Féray (Université de Nice ; « Micro-histoire des études extrême-orientales menées à l’Université de Nice-Sophia Antipolis (IDPD-CERAC- CéDRASEMI–RIASEM) depuis 1961 ») examine quarante ans d’intérêt pour l’Asie à Nice. Parmi plusieurs poussées (1965-75, 1978-81 et 1992-2000), la dernière est liée à l’existence d’un fonds documentaire spécialisé sur l’Asie, le fonds ASEMI (à la Bibliothèque universitaire des Lettres de Nice). Avec l’IDPD (droit et économie), tourné vers l’Asie du sud-est, et le CERAC et le RIASEM (lettres et sciences humaines), axés sur l’Asie sino-confucéenne, tout l’Extrême-Orient est couvert par la recherche, avec le Viêt-Nam et la Chine comme pôles d’excellence.

20Philippe Le Failler (Ecole française d’Extrême-Orient ; « Conditions nouvelles de la production historique au Viêt-Nam ») remarque que, pour les étrangers comme pour les Vietnamiens eux-mêmes, les conditions de la recherche en histoire au Viêt-Nam se sont fortement modifiées depuis une dizaine d’années, les archives d’époque impériale et française étant de plus en plus facilement accessibles aux chercheurs. Il fait le point sur les sources disponibles et sur les instruments de travail permettant d’y accéder, issus du catalogage des Archives initié par Charles Fourniau, et présente les grandes lignes des travaux en cours au Viêt-Nam et l’évolution intellectuelle du pays.

21Le colloque se clôtura par une longue intervention de Charles Fourniau, tirant le bilan scientifique de ces deux journées, et par un buffet, qui réunissait une cinquantaine de personnes, dans les locaux du CAOM.

22Les communications du colloque feront l’objet de deux publications. Un volume, Histoires du Viêt-Nam, sur la production historique paraîtra chez Les Indes savantes en 2004, incluant les contributions de Philippe Devillers, Philippe Langlet, Trinh Van Thao (la production française dans les années 1950-1980) ; Arthur Dommen, Niels Petersson (la production aux États-Unis et en Allemagne) ; Gilles de Gantès, Agathe Larcher, Pierre-Richard Féray (les centres de recherche en France dans les années 1970-1990), Vu Thi Minh Huong et Lucette Vachier, Philippe Le Failler (les conditions actuelles de la recherche au Viêt-Nam) ; conclusion de Charles Fourniau.

23Un second volume, consacré à la coopération franco-vietnamienne, comprendra les communications de Pierre Journoud (politiques officielles), Alain Ruscio, Sabine Rousseau, Valérie Floquet (coopération à l’Ambassade de France), Raymond Seïte et Pascal Posado, et sera soumis aux Publications de l’Université de Provence en 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rédaction, « « Charles Fourniau. Hanoi-Paris-Aix-Hanoi. L’itinéraire d’un historien français du Viêt-Nam » », Moussons, 7 | 2004, 125-127.

Référence électronique

Rédaction, « « Charles Fourniau. Hanoi-Paris-Aix-Hanoi. L’itinéraire d’un historien français du Viêt-Nam » », Moussons [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/2502

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page