Navigation – Plan du site
Articles

Le Dr Nguyễn Văn Luyện et ses confrères

La médecine privée dans le Viêt Nam colonial
Nguyễn Văn Luyện and his Colleagues. Vietnamese Private Medicine in Colonial Vietnam
Laurence Monnais
p. 75-95

Résumés

Constituant une première histoire de la médecine libérale indigène dans le Viêt Nam sous domination française, cet article revient sur certains acquis historiographiques et propose de nouvelles avenues pour enrichir la recherche sur l’histoire de la santé en contexte colonial. Il s’interroge d’abord sur les conditions et les motifs qui ont permis l’existence de cette communauté médicale a priori marginale ; il en établit ensuite les principales caractéristiques en termes de formation, de parcours professionnel et d’engagement médico-sanitaire et plus largement social. Ces médecins privés apparaissent alors comme des agents actifs, non seulement compétents mais inventifs, de la médicalisation coloniale dans l’entre-deux guerres, susceptibles d’avoir améliorer de façon substantielle la santé de la population colonisée. Pour donner corps et vie à cette médecine libérale, plusieurs de ses acteurs sont évoqués et en particulier le Dr Nguyễn Văn Luyện (1898-1946). Ces fragments biographiques permettent de révéler la polyvalence, l’expertise, le dynamisme et les engagements en santé publique et en matière de soins d’un nouveau groupe social attentif aux attentes de sa communauté, autant de manifestations probantes en même temps d’une demande en santé en mutation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il est généralement acquis que la prise en charge de la santé des colonies françaises aux xixe et xxe siècles fut l’œuvre, certes contrastée, de médecins fonctionnarisés majoritairement militaires, de médecins coloniaux travaillant dans le cadre de systèmes de santé publics orientés vers la prévention collective des maladies endémiques et épidémiques les plus meurtrières. Ce portrait n’est pas tout à fait fidèle si l’on se penche sur le paysage médical et de soins du Viêt Nam de l’entre-deux guerres. Alors que, à partir des années 1920, les médecins vietnamiens obtiennent le droit de faire de la médecine en privé, c’est-à-dire de sortir du cadre fonctionnarisé de l’Assistance Médicale Indigène (AMI) qui structure l’intervention médico-sanitaire dans la péninsule indochinoise depuis 1905, ils sont un certain nombre à s’installer à leur compte. Ces praticiens, colonisés et libres, constitueront d’ailleurs bientôt une part non négligeable de la communauté médicale du pays, du moins de ses villes.

2En nous interrogeant d’abord sur les conditions et les motifs qui ont permis l’existence de cette communauté médicale a priori marginale, et assurément marginalisée dans l’historiographie, il s’agira ensuite d’en établir les principales caractéristiques en termes de formation, de parcours professionnel et d’engagement médical et plus largement social. En révélant les lignes de force de ce nouveau groupe socioprofessionnel, oscillant entre homogénéité et éclectisme, le médecin vietnamien exerçant en libéral apparaîtra comme étant un agent actif, non seulement compétent mais inventif, de la médicalisation coloniale, susceptible d’avoir amélioré de façon substantielle la santé de la population colonisée et d’avoir participé à la transformation de ses repères en santé. Pour donner corps et vie à cette médecine libérale, nous en évoquerons plusieurs acteurs, anonymes et moins anonymes. Nous scruterons en particulier la biographie du Dr Nguyễn Văn Luyện (1898-1946), moins en tant qu’« exception ordinaire » pour reprendre l’expression de François Dausse (2005), son parcours étant probablement atypique à plusieurs égards, que pour mieux saisir et révéler une polyvalence, un dynamisme, des engagements en santé publique et en matière de soins auprès d’une communauté qui vit alors des transformations politiques, économiques et socioculturelles d’importance.

De l’ignorance d’une profession libérée et de l’émergence d’une profession libérale

  • 1 Quelques ouvrages évoquent ça et là la pratique médicale privée en contexte de domination mais pour (...)
  • 2 Il apparaît en effet que, à la différence des médecins britanniques, les médecins français ne se so (...)
  • 3 Les autres portraits de « médecins coloniaux » dont on dispose, biographiques ou autobiographiques, (...)

3Le silence qui entoure le passé colonial de la médecine libérale vietnamienne est le résultat de deux carences historiographiques. Il est d’abord facile de voir à quel point le médecin exerçant en libéral a été oublié dans les histoires coloniales de la médecine dont celles qui touchent l’ex-Empire français (Bado 1996 ; Lapeyssonnie 1988 ; Lorcin 1999 ; Pluchon 1985)1. Il faut dire que, d’un point de vue strictement statistique, la participation de ce dernier à l’intervention médico-sanitaire outre-mer serait restée très limitée ; cette défection serait le résultat conjugué d’un manque de vocations de la part des praticiens métropolitains2 et d’une certaine frilosité des gouvernements coloniaux préférant confier l’amélioration de la santé de la main-d’œuvre indigène à des médecins fonctionnaires qu’ils peuvent plus facilement diriger (Monnais 1999 : 242-48). À cela s’ajouterait, du moins dans les premiers temps de la domination, l’absence d’un espace colonisé pour la médecine libérale, c’est-à-dire d’un bassin critique de patients susceptibles de pouvoir payer de leur poche les soins dont ils auraient besoin et, d’abord, de vouloir s’investir dans une telle démarche. De fait, la médecine occidentale, « moderne » et scientifique, a dû faire ses preuves, conquérir les cœurs indigènes avant de se voir mériter d’être payante. Jusque dans les années 1910, le médecin français, de même que certains de ses actes et outils thérapeutiques, susciterait une véritable méfiance au sein de la population indigène (Monnais 2009 : 279-281) et les thérapeutes sino-vietnamiens lui feraient une concurrence acharnée. Rappelons également que l’œuvre de médicalisation conduite par la France dans ses colonies est d’abord une entreprise de prévention de masse, de santé publique et d’éducation hygiénique qui doit permettre de minimiser les effets d’endémies et épidémies tropicales jugées dévastatrices : la mise en place de systèmes d’AMI au début du xxe siècle, dont en Indochine en 1905, repose ainsi en priorité sur l’emploi de médecins hygiénistes, vaccinateurs et de chercheurs bien sûr – la figure du microbiologiste, du Pastorien surtout, en est une des icônes les mieux connues : Guénel (1999), Mollaret & Brossolet (1994)3. Or, la médecine libérale se trouve être surtout une médecine de soins, curative et individualisée.

  • 4 De fait, il apparaît que la participation des médecins vietnamiens à la médicalisation coloniale a (...)
  • 5 C’est-à-dire des professionnels et commerçants payant patente auprès des autorités municipales dont (...)
  • 6 Ou vietnamien romanisé, devenu la langue administrative, puis du système éducatif vietnamien, sous (...)
  • 7 En même temps, ces données ne nous ont permis de reconstruire que des biographies fragmentaires : à (...)

4Pour toutes ces raisons, dans la littérature comme dans l’imaginaire collectif, le médecin outre-mer arbore généralement le casque colonial et est forcément… blanc. L’histoire des médecins indigènes formés par, et dans, la colonisation reste en effet elle aussi dans l’enfance (Iliffe 1999 ; Lo 2002 ; Monnais 2002b). Ce alors même que d’autres acteurs colonisés de la santé, dont les sages-femmes, intéressent de plus en plus : pour l’Asie orientale, les analyses de Au (à paraître), Hesselink (2009), Marland (2003) ou Monnais (2002a) insistent sur la construction parallèle de leur identité professionnelle, de subalterne, et de médiateur culturel. On s’étonne alors que le même exercice n’ait été que très peu fait pour les médecins, ce d’autant plus que la colonisation moderne a produit quelques figures médicales devenues mythiques – celles de Frantz Fanon ou de José Rizal –, capables d’engager une réflexion plus globale sur leur impact. Dans le cas particulier du Viêt Nam, on ajoutera que l’histoire postcoloniale du pays a probablement aidé à entretenir une certaine discrétion à leur endroit4. Il faut mentionner enfin que les sources qui les évoquent s’avèrent non seulement maigres mais disparates. Au-delà de listes statistiques – issues de listes municipales de patentés5 ou d’abonnés au téléphone – découvertes par hasard, les archives coloniales restent muettes à leur sujet ; peu de mémoires et d’archives privées semblent avoir survécu (Trần 2002). Fort heureusement, une source s’est avérée, et ce de façon inattendue, un formidable outil d’information sur cette communauté méconnue : il s’agit de la presse populaire vietnamienne, parue en français et en quốc ngữ6. On y retrouve à la fois des articles (d’opinion, scientifiques, de vulgarisation) signés de la main de praticiens privés et des publicités pour leur(s) cabinet(s). Un espace publicitaire qui grossit clairement au fil des années, se complexifie aussi – les lettres hommage de certains patients guéris constituant, par exemple, un outil publicitaire indirect mais assurément adroit et de plus en plus utilisé dans certains journaux dès la fin des années 1920 – offrant un certain nombre d’informations factuelles sur le parcours et la pratique de ces médecins mais aussi sur leur éthique ou leur vision de la bonne santé7. Mais pour interpréter adéquatement ces données, il nous faut d’abord revenir sur les origines de ces praticiens, sur les conditions légales, administratives et éducatives qui ont permis qu’ils existent.

  • 8 Pour un historique plus complet de l’École, voir Monnais (1999 : 269-87).
  • 9 Centre des Archives d’outre-mer (CAOM), Fonds du Gouvernement général (Gougal) 6719, « Organisation (...)

5L’École de médecine de Hanoi ouvre ses portes dans la capitale coloniale en 1902, premier pas vers la création de l’Université indochinoise8. L’objectif de la mise en place de cette institution est clair : former des assistants médecins indigènes, viet surtout, mais aussi khmers et lao, qui œuvreront à la médicalisation de l’Indochine sous la coupe des médecins français. La première cohorte de diplômés (cinq) sort après trois ans de formation essentiellement pratique, juste à temps, et ce n’est clairement pas un hasard de calendrier, pour entrer au service de l’AMI. Dans ce cadre, les médecins vietnamiens ont alors le statut de médecins auxiliaires indigènes ; ils n’ont pas accès au doctorat, à moins qu’ils n’obtiennent l’autorisation de se rendre en France pour poursuivre leurs études supérieures et si tant est qu’ils aient complété l’école secondaire, ce qui ne concerne à l’époque que quelques fils de nantis et naturalisés. Il y aura tout de même quelques boursiers dans ce cas dès la fin des années 1900, inscrits à Paris mais aussi à Marseille, Montpellier ou Lyon. Reste que le médecin auxiliaire n’avait l’autorisation que d’exercer la médecine indigène, c’est-à-dire qu’il devait ses soins à la population colonisée exclusivement, gratuitement qui plus est9.

  • 10 La première réorganisation importante des services de l’Assistance, sous la férule du Gouverneur gé (...)
  • 11 Le médecin auxiliaire est interdit de médecine légale et de chirurgie mais n’est toutefois pas un s (...)
  • 12 L’année PCN, consacrée à l’étude des sciences physique, chimique et biologique, et sanctionnée par (...)
  • 13 La loi de 1892, obligeant au doctorat en médecine pour exercer en France, y a fait par conséquent d (...)
  • 14 La dénomination de médecin indochinois, qui a remplacé celle de médecin auxiliaire, se rapporte d’a (...)
  • 15 « L’Annamite déraciné », L’Annam nouveau, nº 138, 26 mai 1932.

6Pendant plus de quinze ans10, ce médecin auxiliaire va être confiné à un rôle hybride et secondaire. Entre le médecin colonial, le thérapeute traditionnel libre de ses mouvements et l’infirmier ou le vaccinateur, il ne sait alors où se situer (Monnais 2002b : 36-38). Sa position est celle d’un praticien au sens premier du terme, établie sur une offre de soins de base11 et une mission de propagande des notions d’hygiène essentielles, courroie de transmission entre la médecine occidentale et la population. À l’heure de la Première Guerre mondiale, l’administration coloniale doit toutefois repenser sa stratégie en ce qui le concerne : les effectifs médicaux en provenance de la métropole s’amenuisent et il faut de plus en plus confier des postes à responsabilité aux auxiliaires, postes où ces derniers font d’ailleurs preuve de leurs compétences (Monnais 2002b : 39-41). L’ouverture en 1919 d’une filière doctorale à Hanoi, sur cinq ans, constitue un des marqueurs forts de cette ère nouvelle. Le nouveau cursus impose le baccalauréat pour suivre les cours de l’année préparatoire, équivalent de l’année PCN12 introduite en France en 1893 ; tous les étudiants inscrits obtiennent le droit de faire leur thèse dans une université française (1921) alors que l’École, érigée au rang d’École de plein exercice (1923), ne permet pas encore de soutenir sur place. L’heure est assurément à plus de souplesse, plus d’opportunités. En même temps, rappelons que l’existence de deux classes de médecins est chose révolue en France depuis 189213. Mais, surtout, mentionnons que dans le cadre de l’AMI, en fait dans le cadre latéral de l’Assistance réservé aux médecins indochinois de 1922 à 1939, les titulaires d’un doctorat resteront assimilés à leurs confrères qui n’en détiennent pas, maintenus à des postes subalternes, mutés constamment et confrontés à des difficultés d’avancement de part leur simple origine ethnique et leur statut de sujet14. On peut imaginer les frustrations qui animaient les victimes de cette assimilation inique, leur envie de quitter l’Assistance pour s’installer à leur compte15. Mais encore eût-il fallu qu’ils en aient le droit…

  • 16 CAOM, Fonds des Amiraux (Amiraux) 2564, « Groupe d’enseignement indochinois en France, médecins ind (...)
  • 17 Selon la loi de 1892, le sujet français ou l’étranger qui fait sa médecine en France ne peut préten (...)
  • 18 Si certaines de ces demandes furent précoces et soutenues, elles restèrent donc lettre morte. Nguyê (...)

7La possibilité d’exercer en privé pour les médecins indochinois va se préciser lentement, limitant finalement jusqu’aux années 1930 les velléités en la matière. Les restrictions sont là encore conscientes, voulues par les autorités coloniales : les médecins indochinois sont considérés comme n’ayant pas le bagage scientifique nécessaire pour pratiquer sans supervision aucune ; surtout, on craint qu’ils ne profitent de cette opportunité pour ne s’installer que dans les principaux centres urbains et y faire une concurrence déloyale aux médecins français – tout en hypothéquant la diffusion de soins essentiels en milieu rural où l’AMI les emploie majoritairement16. Le fait que la loi métropolitaine de 1892 sur l’exercice médical, n’autorisant que les citoyens français à disposer d’un doctorat d’État, seul diplôme permettant d’exercer pleinement et librement la médecine17, soit en vigueur en Indochine permet de toute façon au Gouvernement général de contrer aisément les demandes dans cette direction18, celles des naturalisés exceptés mais ils sont alors très peu nombreux à embrasser la carrière médicale.

  • 19 Toute installation nécessite simplement au préalable un enregistrement du diplôme de médecin auprès (...)
  • 20 Nguyễn Văn Thịnh, pour reprendre cet exemple, s’est finalement arrangé pour retourner en France e (...)

8Une première brèche s’ouvre, là encore à l’heure de la Première Guerre mondiale. Toute petite brèche : après une circulaire du Gouverneur général sur les honoraires perçus par les médecins auxiliaires hors des hôpitaux en 1915 (il est clair que le conflit a nécessité que les médecins vietnamiens répondent aussi aux demandes de soins privés de la part de l’élite, colonisée comme coloniale), un arrêté début 1916 précise que, en cas de consultation à domicile auprès des fonctionnaires indigènes refusant l’hospitalisation, le médecin auxiliaire pourra réclamer des honoraires après huit jours de soins attentifs. En avril 1920, un décret évoque pour la première fois la possibilité pour les médecins vietnamiens d’exercer en libéral ; plusieurs textes subséquents (en 1922, 1924, 1926 et 1931) définiront et élargiront petit à petit les modalités d’une autorisation qui reste alors l’apanage de l’administration coloniale, pour une localité donnée et révocable. Jusque dans les années 1930, elle ne peut concerner surtout que les médecins qui ont donné au moins dix ans de service à l’AMI – les dérogations existent, en cas de santé fragile par exemple, mais restent très limitées. C’est en mars 1937 seulement que le Gouverneur général Jules Brévié allait étendre cette autorisation – on ne parle toujours pas de droit – à n’importe quel médecin diplômé de Hanoi sans qu’il soit forcément passé par le fonctionnariat19. Un décret du ministère des Colonies, en janvier 1936 (promulgué en Indochine en février), modifierait en parallèle la loi de 1892 pour permettre aux sujets français d’exercer sans contrainte et à égalité avec leurs confrères métropolitains. D’ailleurs, si quelques médecins avaient démissionné de l’AMI dès le début des années 192020, c’est bien une dizaine d’années plus tard que le mouvement prendrait son envol.

  • 21 ANVN, centre nº 2, Ho Chi Minh Ville, Tòa Đại Biểu Chính Phủ Nam Việt S 09-6, « Liste nominative de (...)

9Parmi ces médecins vietnamiens qui vont s’installer à leur compte dans l’entre-deux guerres coexistent donc des docteurs en médecine et des médecins sans doctorat. La langue vietnamienne, utilisée dans nombre de publicités mentionnant leurs cabinets, fait d’ailleurs la différence entre les deux, entre les bác sĩ (docteurs en médecine) et les y sĩ (médecins). Il s’agit-là d’une anomalie, ou plutôt d’une entorse aux règles métropolitaines d’exercice de la médecine, née justement d’une législation coloniale très contraignante et longtemps discriminatoire à l’endroit des praticiens indigènes. En même temps, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les médecins vietnamiens sans doctorat seraient déjà en voie d’extinction : la filière « auxiliaire » a disparu en 1932, faute de candidats ; selon un recensement des médecins vietnamiens pratiquant en privé à Saigon en 1944, 88 % disposeraient d’un doctorat21. Il n’est d’ailleurs pas rare de trouver des médecins indochinois qui, après plusieurs années de service à l’AMI ou profitant d’un congé administratif, sont retournés sur les bancs de l’école, à Hanoi ou en France, participant ainsi à faire disparaître ces praticiens « de deuxième classe » avant de grossir les rangs de la médecine libérale.

  • 22 CAOM Gougal 51402, « Dossier du Dr Nguyen Van Luyen ».
  • 23 Báo đông Pháp, nº 503, 24 avril 1928.
  • 24 VSB, nº 61, janvier 1931.

10Nguyễn Văn Luyện fait partie de ceux-là. Jeune Tonkinois sorti de l’École de Hanoi en 1919, et nommé médecin auxiliaire après deux ans de stage en 1921, il demande en mai 1925, alors qu’il est en poste dans la province tonkinoise de Phu Tho, au directeur de l’Instruction publique de l’Indochine de pouvoir se faire créditer le baccalauréat dont il est désormais détenteur et l’examen PCN qu’il vient de réussir (tout en assurant son service d’assistance dans une léproserie de la région) pour poursuivre ses études au niveau doctoral. Il obtient gain de cause. L’année suivante, il obtient de la même direction une bourse d’un an, qui sera renouvelée l’année suivante, pour pouvoir finir ses études en France22. Il soutiendra sa thèse de doctorat à Paris en 1928, thèse consacrée à une « Étude médico-sociale de la mortalité des enfants du premier âge », recevant les félicitations du jury et les honneurs de l’Académie de médecine23. Si l’on ne peut faire que des hypothèses sur les raisons qui ont alors poussé Luyện a quitter l’Assistance, on sait que ce dernier, revenu de France en mai 1928 et envoyé le mois suivant à Hung Yen (Tonkin) par son administration de tutelle en qualité de médecin indochinois de 4e classe, se mettrait en disponibilité moins de deux ans plus tard… pour ouvrir un cabinet à Hanoi en janvier 1931, 8 rue de la Citadelle24.

Une médecine de ville et du Sud ; des médecins compétents et disponibles

  • 25 Ce qui en soi mérite d’être souligné. S’il est bien évident que cinq cents médecins ne pouvaient su (...)
  • 26 Ces pourcentages sont probablement d’ailleurs en deçà de la vérité du fait des biographies très inc (...)
  • 27 Il existe aussi, outre les Vietnamiens et les Français, quelques « étrangers » (avant l’application (...)

11Cette autorisation progressive d’exercer la médecine privée, les médecins vietnamiens vont assez largement s’en prévaloir si l’on se fie aux statistiques dont on dispose. On a, à ce jour, recensé 508 médecins vietnamiens formés dans le cadre de la colonisation entre 1905 et 194025. Sur ce total, 134 au moins auraient exercé en privé, pendant une partie, voire la totalité de leur carrière, c’est-à-dire 26,3 % du total – contre moins de 10 % des médecins français. Pour les années 1930 seulement (et ce chiffre est parlant puisqu’il concerne une décennie pendant laquelle la pratique privée est véritablement permise), ce pourcentage atteindrait 70 à 75 % des diplômés26. Précisons que ces années sont aussi celles d’une forte augmentation globale du personnel médical indigène œuvrant à la médicalisation de l’Indochine, un effort de vietnamisation dirigé par l’administration coloniale (Monnais 2002a : 67-70). Ainsi, dès le début des années 1930, plus de la moitié des effectifs du corps médical de l’AMI est d’origine vietnamienne, une origine qui concerne entre 70 % (au Nord) et 80 % (au Sud) des médecins libéraux27.

  • 28 On a identifié quatre Vietnamiennes ayant exercé la médecine en libéral avant 1945 dont Henriette B (...)
  • 29 CAOM, Fonds de la Résidence supérieure du Tonkin (Nouveau fonds) (RST NF) 2833, « État nominatif de (...)
  • 30 Ces 82 médecins représentent alors environ 40 % de l’ensemble des médecins en activité cette année- (...)

12La médecine libérale est donc d’abord et avant tout apanage vietnamien ; il s’agit, par ailleurs, d’un phénomène masculin, comme on pouvait s’y attendre28, mais aussi très concentré géographiquement. Le mouvement concerne en fait essentiellement les deux principales agglomérations du pays, Hanoi et Saigon-Cholon. Alors que dans les années 1860-1880 « trois ou quatre médecins privés se sont installés [à Saigon] […] [soignant] les maladies courantes de la petite communauté européenne et, accessoirement, celle des gros commerçants chinois » (Meyer 1985 : 100), ils seraient une cinquantaine en 1931. La liste des patentés de Hanoi en 1937 énumère le nom de vingt-deux médecins installés, et en règle, alors qu’à Saigon-Cholon ils seraient déjà soixante-cinq en 193329. Selon le directeur local de la santé de Cochinchine en 1938, quatre-vingt-deux médecins exerceraient en privé dans la colonie du Sud (Levot 1938 : 327), regroupés dans un Syndicat des médecins civils de Cochinchine30. Et ils travaillent pour la plupart à Saigon : un encart paru dans la Dépêche d’Indochine fin mars 1938 estime ainsi qu’il y aurait au moins cinquante cabinets privés tenus par des Vietnamiens dans la ville ; ils seront cinquante-sept officiellement dénombrés en 1944.

  • 31 Au début des années 1920, la population de Saigon s’établirait déjà aux alentours de 450 000 person (...)
  • 32 Les historiens du Viêt Nam s’entendent pour dire que c’est au lendemain de la Première Guerre mondi (...)
  • 33 À titre de comparaison, une journée d’hospitalisation payante atteindrait trois piastres à la clini (...)
  • 34 Ainsi, dans le cas du Dr Bigo, installé à Saigon, les femmes, les enfants (et le personnel administ (...)
  • 35 Toutes proportions gardées, il faut savoir qu’en 1935, à Paris, il y a déjà aux alentours de 4 000  (...)

13Comment expliquer cette concentration dans le Sud ? Au-delà du fait que l’agglomération saigonnaise était alors la plus importante de l’Indochine en termes de population31, elle constituait aussi le haut lieu de l’activité commerciale de la région, poumon économique d’une colonie ancienne qui plus est (la prise du port saigonnais remonte à 1860), où la médecine occidentale s’était implantée tôt – entre autres par le biais des premières structures hospitalières d’envergure – et où la minorité blanche côtoyait une élite asiatique, chinoise et vietnamienne, investissant de plus en plus le champ du commerce mais également celui des professions libérales et ayant les moyens de recourir aux services d’un médecin de famille32. De fait, disposer de son propre médecin coûtait relativement cher à l’époque : vers 1930, il fallait débourser entre deux et trois piastres pour une consultation en cabinet33. D’ailleurs, les lettres ouvertes de patients reconnaissants publiées dans la presse que l’on a pu découvrir, ou encore les courriers des lecteurs des revues de vulgarisation en santé, nous donnent à entendre des hommes éduqués (fonctionnaires, étudiants, intellectuels) et des commerçants ayant pignon sur rue. Et si l’on sait que certains médecins proposaient des tarifs dégressifs en fonction du type de clientèle s’adressant à eux34, et qu’il pouvait s’agir par là d’attirer des clientèles plus démunies – ou particulièrement réticentes à consulter ? –, la médecine libérale restait assurément réservée à une minorité de la population35.

  • 36  À l’occasion d’une tentative d’enlèvement en 1930, incident relaté par la presse, on apprend que l (...)
  • 37 La densité de l’espace publicitaire qu’ils occupent collectivement en serait un signe – de même que (...)
  • 38 Publicité, La Dépêche d’Indochine, 30 mars 1938. Nguyễn Văn Hưởng a, quant à lui, certainement bén (...)

14Si l’état de bác sĩ ou y sĩ ne préjugea apparemment pas du statut socio-économique de nos médecins36, il est assez clair en même temps que tous ne jouirent pas de la même notoriété et que la concurrence pouvait être rude37. Le fait que certains praticiens aient disposé à la fois d’un cabinet de médecine générale, d’une clinique privée et éventuellement d’une maternité attenante (c’est le cas pour Luyện et son associé, le Dr Phạm Hũư Chong), voire d’un laboratoire d’analyses médicales (le Dr Phan Tan Thiet dispose d’un « laboratoire d’analyse du sang, des urines, du liquide céphalo-rachidien et de radio-diagnostic » à Saigon en 1938, bientôt imité par Nguyễn Văn Hưởng38) laisse entendre que certains ont obtenu un succès professionnel très clair. Parmi ceux-ci se trouveraient également quelques radiologues qui, à la fin des années 1930, proposent à leurs patients des rayons X, preuve tangible s’il en est qu’ils ont pu investir financièrement dans un matériel de pointe onéreux. Ces éléments de distinction – offre de soins polyvalente et multi-site, cabinets modernes, existence d’un sous-groupe de spécialistes – entérinent à tout le moins la grande compétence scientifique de ce groupe professionnel en plein épanouissement.

15Il ne fait pas de doute, au vu du cadre juridique que l’on a évoqué plus haut, que beaucoup de ces médecins exerçant en libéral dans l’entre-deux guerres sont passés par l’AMI et ont de ce fait été fonctionnaires de l’État colonial avant de s’installer à leur compte. De ce passage (plus ou moins long, de quelques années à plusieurs décennies selon les individus) dans l’Assistance, après avoir suivi un cursus dont la valeur académique est reconnue et auquel ils ont souvent ajouté des diplômes de spécialité ou des stages de perfectionnement à l’étranger, ils ont effectivement acquis une expertise solide. Cette expertise repose généralement aussi sur une expérience hospitalière diversifiée, fruit de leurs affectations successives dans le public, affectations qui leur ont également permis de rencontrer une variété de profils pathologiques, les ont obligés à relever des défis constants et leur ont éventuellement permis de participer activement à des recherches expérimentales d’envergure. Il est d’ailleurs fort intéressant de remarquer que nombre de ceux qui font de la publicité pour leur cabinet dans la presse insistent justement sur leurs diplômes, leur formation à l’étranger et sur les responsabilités qu’ils ont pu assumer dans le cadre de l’Assistance. Nguyễn Văn Khỏe, quand il s’installe à Tra Vinh en 1940, évoque ainsi « 26 ans de pratique » et ajoute qu’il est

  • 39 Publicité, L’Écho annamite, nº 183, 19-20 juin 1940. Ouvrant son cabinet quelques années plus tôt, (...)

[…] ex-préparateur de bactériologie à Phnom Penh ; ex-médecin adjoint de Chirurgie des Hôpitaux mixtes de Phnom Penh et Lalung-Bonnaire de Cholon, ex-médecin adjoint au centre antituberculeux de Cochinchine […] ex-médecin-chef de Kompong Speu, Siem-Reap, Stung-Treng […], Mallicole-Sud, aux Nouvelles Hébrides […] et Tra-Vinh39.

  • 40 Notons ici que, dans les faits, les spécialistes font aussi pour la plupart d’entre eux de la médec (...)
  • 41 On a identifié également deux pneumologues, deux stomatologues, un hématologue, un cardiologue et m (...)
  • 42 Les indications de l’électrothérapie incluent le traitement des hémorroïdes, de la blennorragie, de (...)

16Autant de précisions qui devaient constituer des arguments de vente efficaces auprès de leur clientèle potentielle – en plus de faire écho à la tradition confucéenne de valorisation des diplômes et de l’expérience. Une vingtaine de praticiens, qui vont eux s’installer en tant que spécialistes, insistent pour leur part tout particulièrement sur leurs diplômes de spécialisation et cette expertise « plus pointue » dont ils disposent40. On les retrouve dans le domaine des maladies vénériennes et dermatologiques (neuf, dont Nguyễn Văn Luyện), en gynéco-obstétrique (huit), en pédiatrie (sept, dont Luyện encore une fois), en ophtalmologie (six), ORL (cinq) et radiologie (trois)41. Six d’entre eux, dont là encore le Dr Luyện et son associé, investiront dans l’électrothérapie, alors utilisée à de multiples fins thérapeutiques42.

  • 43 Activités publiques qui peuvent d’ailleurs faire la preuve d’une pratique déjà bien établie mais qu (...)
  • 44 « Pour les tuberculeux », L’Annam nouveau, nº 112, 25 février 1932 ; CAOM RST NF 3884, « Institut d (...)
  • 45 « La consultation prénatale gratuite », La Dépêche d’Indochine, 30 mars 1938.
  • 46 David Marr a montré que les médecins vietnamiens ont participé à la construction et au succès du na (...)
  • 47 On recense au moins soixante-cinq articles signés de sa main dans le Phụ nữ tân văn. Ðôn deviendra (...)

17D’autres – c’est le cas de médecins français également – continuent de participer en parallèle au système public de santé : en travaillant pour les services de santé municipaux, en enseignant à l’École de médecine de Hanoi, en faisant du bénévolat43. Le Dr Nguyễn Việt An, par exemple, sert gracieusement au dispensaire antituberculeux de Hanoi en 1932 ; le Dr Ngô Truc Tuân à l’Institut du radium de la ville44. Quant au Dr Đặng Vũ Lạc, il décide de poursuivre l’œuvre charitable du Dr Déjean de la Bâtie en offrant des consultations prénatales gratuites à Saigon en 1938. Geste qui fera d’ailleurs des émules : la Dépêche d’Indochine annonce en mars de cette année-là que « les 50 praticiens annamites présents à Saigon [y] donnent chacun une heure par semaine »45. Bénéficiant ainsi de multiples opportunités de formation continue, les médecins vietnamiens trouvent en même temps des moyens de se faire un nom ; actifs sur la scène philanthropique, ils le sont aussi sur la scène journalistique, intellectuelle, politique46 et sociale. C’est tout juste installé à Saigon, en 1923, que le Dr Trần Văn Ðôn fonde la Revue de vulgarisation scientifique (Khoa học tạp chí) – du comité de rédaction de laquelle le Dr Nguyễn Văn Thịnh fait partie. Il écrit en parallèle des articles de vulgarisation scientifique et offre des conseils en santé à la population via d’autres organes de presse dont le journal féminin Phụ nữ tân văn au début des années 193047, un journal qui dispose d’une rubrique-santé que plusieurs de ses confrères dirigeront l’un après l’autre. La participation des médecins libéraux à la diffusion d’informations éducatives, de conseils, de « trucs » pour améliorer la santé de tout un chacun, au-delà de leur pratique en cabinet, permet certes de mieux cerner l’émergence d’une profession libérale confrontée à des réalités diverses (dont à la concurrence intra et extra-professionnelle), mais aussi certains aspects particulièrement mal connus de la médicalisation coloniale. Elle aide à mieux saisir la place que la médecine – ou plutôt le médecin ? – et la santé « à l’occidentale » ont progressivement pris dans le paysage socioculturel, et d’abord médiatique, du Viêt Nam de l’entre-deux guerres.

Une médicalisation en privé pour le bien public ?

  • 48 Ce mémento fera l’objet de plusieurs rééditions successives pendant la période coloniale. Luyện s’ (...)
  • 49 C’est dans le Bulletin de l’Amicale des médecins auxiliaires de l’Indochine, revue professionnelle (...)
  • 50 Chassagne vend d’ailleurs le vade-mecum dans son officine à prix réduit (une piastre) pour ses clie (...)
  • 51 « Accusé de réception », L’Annam nouveau, nº 144, 16 juin 1932. Ce nouveau manuel, découpé en trois (...)
  • 52 La revue paraîtra de juillet 1934 à janvier 1938 ; elle semble vouloir faire suite au VSB, dont la (...)

18Afin de mieux saisir ce que la médecine libérale vietnamienne de l’entre-deux guerres a pu signifier en termes de transformations des repères en santé, individuels et collectifs, il nous faut maintenant nous attarder plus longuement sur le parcours de Nguyễn Văn Luyện. À la manière de Trần Văn Ðôn, Luyện s’est investi assez tôt, et de façon continue et appuyée, dans l’éducation sanitaire de ses compatriotes, en particulier dans la prévention au quotidien de maladies répandues (maladies vénériennes et maladies infantiles en particulier), multipliant les publications abordables, les injonctions dans la presse et la diffusion de principes d’hygiène jugés par lui essentiels. En 1925, à l’âge de vingt-sept ans et alors qu’il est en passe de quitter le Viêt Nam pour la France afin d’y poursuivre ses études doctorales, il fait paraître, avec le soutien du Dr Henri Coppin, titulaire de la chaire de clinique médicale à l’École de Hanoi, un vade-mecum de puériculture : Sản dục chỉ nam48. L’année suivante, il signe plusieurs papiers dans une revue de vulgarisation en santé, le Vệ sinh báo. Journal de vulgarisation d’hygiène (VSB)49. Le VSB se trouve être la propriété d’une des pharmacies françaises les plus influentes de Hanoi à l’époque, la pharmacie Chassagne. L’organe sert en conséquence à la fois d’outil informatif, d’éducation en santé… et de tribune publicitaire pour son propriétaire. Et pour Luyện par la même occasion, qui y publicise abondamment son opuscule quand il n’y fait pas paraître de longs extrait 50. La collusion est évidente – l’éthique médicale malmenée, du moins au regard de nos repères actuels en la matière – et probablement efficace. En 1932, après avoir continué de participer activement au VSB et probablement fort du succès de son Sản dục chỉ nam, Luyện fera paraître un deuxième manuel (Phong tình y án) qui doit, lui, « initier les lecteurs aux périls des maladies vénériennes et aider ceux qui les ont connus à guérir d’une façon efficace et radicale51 », avant de diriger son propre mensuel de santé, le Bao an y báo. Revue de vulgarisation médicale (BAYB)52.

  • 53 Le journal apparaît comme étant relativement bien diffusé et lu avec attention : son courrier des l (...)
  • 54 BAYB, n° 2, août 1934 ; n° 5, novembre 1934, n° 17, novembre 1935 ; n° 18, décembre 1935 ; n° 19, j (...)
  • 55 Plusieurs des collègues de Luyện participent sinon à titre d’auteurs de quelques articles, médecin (...)

19Tirant en moyenne à 1 500 exemplaires53, chaque numéro faisant entre trente et quarante pages, la revue commence toujours par un éditorial, que signe Luyện, touchant une question d’actualité. Il s’exprimera en priorité sur deux sujets qui lui tiennent visiblement à cœur : la valeur et la place que devrait avoir la médecine traditionnelle dans le paysage des soins vietnamiens ; l’importance de la gratuité des soins et d’un accès démocratique aux médicaments54. Suivent généralement quelques articles d’hygiène et de prévention (dont les sujets ressemblent beaucoup à ceux qui étaient traités dans le VSB, qu’il s’agisse de la santé maternelle et infantile ou de la prévention des maladies vénériennes), de même que des conseils de soins au quotidien et un formulaire thérapeutique. À cela s’ajoute un espace réservé aux lecteurs du journal qui peuvent, par son biais, demander conseil à la rédaction et, surtout, obtenir une réponse de la part d’un professionnel aguerri – en l’occurrence Luyện lui-même55. Près de la moitié de chaque numéro est constituée de publicités, pour des cabinets médicaux et des pharmacies, mais surtout pour des produits pharmaceutiques occidentaux destinés à une variété de petits problèmes de santé et de symptômes : toux, rhume, fièvres, éruptions cutanées, fatigue, anémie, troubles digestifs, etc.

  • 56 Le dépouillement de plusieurs organes de presse populaire que nous avons effectué montre un accrois (...)
  • 57 En particulier dans le cas de l’engouement populaire pour des médicaments toxiques (BAYB, n° 25, ju (...)
  • 58 L’ouverture de cabinets de gynécologie ou de pédiatrie laisse pour sa part entendre que les femmes (...)

20Cet investissement dans la vulgarisation en santé, qui passerait à la fois par des articles éducatifs, des échanges avec des patients virtuels et la publicité, s’inscrit – les révélant et les incitant à la fois – dans l’essor d’une sphère publique, d’une culture de consommation (Dutton 2007 ; McHale 2004 : 3-38)56, voire de la revendication d’un droit à la santé ; il manifeste simultanément une imprégnation réelle de la médecine occidentale auprès de la population vietnamienne, au moins de sa frange urbaine et aisée. Et des modes qui sont venues avec elle aussi : l’électrothérapie, par exemple, que Luyện propose à sa clientèle, se trouve être très en vogue en France dans les années 1920-1930. Cette récupération, rapide, de modes sanitaires venues de métropole, certains professionnels de santé et plusieurs journalistes n’hésiteront d’ailleurs pas à la dénoncer, tout en l’alimentant probablement57. Ces signes seraient aussi ceux d’une médicalisation négociée, marquée par une réelle interaction entre les professionnels de santé et les profanes, les malades. D’autres aspects de la carrière de Luyện aident à mieux saisir la teneur de cette négociation. Le fait qu’il dispose d’une pratique généraliste et spécialisée – en pédiatrie et dans le traitement des maladies vénériennes – peut en soi être considéré comme une preuve d’appropriation par sa clientèle de certaines conceptions biomédicales de la maladie et de sa gestion58. Sans dire ici que la spécialisation n’existe pas dans l’histoire précoloniale de la médecine au Viêt Nam, il est clair que son essor en France à l’époque, tout comme la structuration locale du champ, reposent largement sur l’acceptation populaire de critères scientifiques, technologiques et nosographiques occidentaux. En même temps, l’éclosion de cabinets de soins pour les vénériens et les vénériennes – la spécialité médicale la plus répandue à l’époque rappelons-le – à laquelle il participe, répondrait à des attentes et à des préoccupations locales spécifiques : une peur partagée de la syphilis en particulier, maladie de fait répandue et susceptible d’entraîner des complications angoissantes, dont la stérilité, masculine et féminine (Monnais 2009 : 275-81). Sans surprise d’ailleurs, c’est la syphilis qui fait l’objet de la majorité des questions posées par les lecteurs du BAYB à la rédaction du journal.

  • 59 En sociologie de la santé, comme en anthropologie médicale, il a été démontré que le recours à un c (...)
  • 60 Par exemple, Luyện mettrait en garde ses lecteurs, dans le VSB puis le BAYB, contre l’usage inappr (...)
  • 61 BAYB, nº 5, novembre 1934 ; nº 16, octobre 1935 ; nº 18, décembre 1935.

21En écrivant cela, on s’interroge sur la possibilité que Luyện, et certains de ses confrères, libres finalement de pratiquer la médecine comme bon leur semblait, mais face aussi à une loi de l’offre et de la demande qu’ils n’avaient pas eu l’occasion d’expérimenter dans le système public, ont « dévié » de l’orthodoxie biomédicale ou, plutôt, se sont adaptés aux demandes de – et aux contraintes, économiques mais aussi en termes d’accessibilité géographique vécues par leur patientèle59. Ainsi, Luyện prônait ouvertement une automédication éclairée – le courrier des lecteurs du BAYB consistant finalement en un lieu de consultations virtuelles qui verra l’évocation de pas moins de six cent cinquante médicaments différents –, ce que l’ensemble des journaux de vulgarisation en santé aurait également encouragé, en proposant des formules thérapeutiques faciles à composer et des conseils pratiques qui permettaient d’éviter de passer par un médecin et, en même temps, de « bien s’automédiquer ». Une démarche que le personnel de l’AMI rejetait en bloc, convaincu de l’inaptitude du malade à se prendre en charge60. En parallèle, et sans défendre systématiquement le recours à la médecine sino-vietnamienne, Luyện rappellait régulièrement la valeur millénaire et l’efficacité de « sa » culture médicale dans le traitement de certains problèmes bénins61 ; les recettes de remèdes simples et pas chers qu’il proposait dans le VSB et le BAYB nécessitaient même parfois de recourir à des ingrédients issus de la pharmacopée traditionnelle.

  • 62 Entretien, Docteur Henriette Bùi Quang Chiêu, Paris, janvier 1997.
  • 63 ANVN, centre nº 1, RST 47950, « Demande de création d’un office de propagande pour la médecine fran (...)
  • 64 Publicité, Báo đông Pháp, nº 3081, 2-3 novembre 1935. Le fait que plusieurs des confrères de ce méd (...)
  • 65 Après avoir dirigé un laboratoire de fortune dans le maquis à l’heure de la résistance anti-françai (...)

22Sur ce dernier ajustement, cette tendance au pluralisme médical des médecins vietnamiens libres, les informations se font tout particulièrement rares. Lorsque nous l’avions interviewée en 1997, le Dr Bùi Quang Chiêu nous avait dit qu’elle avait recours à certaines techniques de la médecine chinoise, dont l’acupuncture, à son cabinet cholonais à la fin des années 193062. Pour sa part, le y sĩ Lê Văn Phấn attirait l’attention des services de santé du Tonkin en 1935 alors qu’il tentait d’obtenir une subvention pour ouvrir sa « Maison médicale du Viêt Nam » (Việt Nam y quán), Boulevard Gia Long à Hanoi. Phấn justifie sa requête en disant que son cabinet a « dans le but de contrer l’ignorance de la masse et de soustraire la population annamite à l’influence néfaste des médicastres et des charlatans […] ». Il ajoute : « nous chercherons à faire triompher la médecine occidentale en la complétant par l’étude rationnelle de la médecine sino-annamite […] ». Renseignements pris, Phấn collaborait aux activités d’une firme de pharmacie sino-vietnamienne domiciliée route de Hué63… La demande de subvention fut évidemment rejetée mais cela n’empêcha pas le praticien de publiciser son cabinet et d’attirer le client en lui proposant des thérapies mixtes, pendant un semestre, au tarif le plus bas voire gratuitement64. Rappelons d’ailleurs que le Dr Nguyễn Văn Hưởng, installé à son compte à Saigon au tournant des années 1940 après avoir servi l’AMI et l’Institut Pasteur, se retrouva parmi les fondateurs de la Société de médecine traditionnelle du Viêt Nam en 195765.

  • 66 Il faut dire aussi que, dans les années 1930, l’Assistance aurait poussé certains médecins indochin (...)
  • 67 C’est-à-dire entre deux et cinq fois plus qu’un médecin indochinois tout juste entré dans le cadre (...)
  • 68 Les coordonnées du médecin de garde apparaissent quotidiennement dans L’Écho annamite à l’époque. C (...)

23Si l’on a vu que la médecine libérale vietnamienne restait un phénomène largement circonscrit aux deux principales villes du pays, remarquons pour finir que, à la fin des années 1930, plusieurs praticiens se sont également installés dans des chefs-lieux de province – où ils ont souvent au préalable œuvré pour le compte de l’Assistance. Au-delà de Haiphong, Hué, Dalat, qui comptent déjà plusieurs cabinets privés à la veille de la Seconde Guerre mondiale, c’est le cas de Cantho, Nam Dinh, Mytho, Rach Gia, Phat Thiet ou encore Tra Vinh66. Selon La Tribune indigène, les médecins privés gagnaient déjà entre 600 et 1 500 piastres par mois dès le début des années 1920, c’est-à-dire entre deux et cinq fois plus qu’un médecin indochinois tout juste entré dans le cadre de l’AMI67. Au vu de ce que l’on sait des tarifs moyens de consultation en cabinet, cela signifie qu’un médecin installé à son compte pouvait faire entre 200 et 700 consultations mensuellement, ce qui apparaît assez considérable, surtout si l’on tient compte du fait que plusieurs parmi eux disposaient de fonctions publiques, d’une clinique privée, enseignaient ou faisaient régulièrement du bénévolat. Il s’avère en fait, et certaines publicités nous en font la preuve (insistant sur les avantages d’une médecine de proximité et d’un thérapeute toujours disponible), que beaucoup ouvraient sept jours sur sept, jusqu’à dix heures par jour, même les jours fériés. À partir de 1940, le Syndicat des médecins civils de Cochinchine ira même jusqu’à organiser un service de garde pour offrir des soins médicaux jour et nuit à la population de Saigon et ainsi mieux répondre encore à une clientèle assurément grandissante68.

  • 69 « À l’hôpital municipal de Cholon », La Tribune indigène, n° 218, 25 octobre 1919 ; « Le gâchis dan (...)

24Il faut dire que les médecins libres disposent d’un certain nombre d’avantages sur leurs confrères fonctionnaires : ils offrent la possibilité de développer une relation fidèle et de confiance, à deux, à l’exemple des thérapeutes sino-vietnamiens mais à la différence des médecins fonctionnaires œuvrant en milieu hospitalier ou sillonnant le pays en tournées. Ils proposent également un environnement plus intime, et a priori plus chaleureux, plus accueillant que celui de l’hôpital d’Assistance ou de la consultation publique où l’anonymat est de mise69. De « bonnes conditions » de rencontre entre le médecin et le patient qui peuvent en retour avoir eu un effet constructif sur l’acceptation d’une relation thérapeutique à l’occidentale et la nécessité de passer par un médecin compétent pour se soigner.

Conclusion

25Tous ces indicateurs de l’existence d’une médecine libérale vietnamienne en plein essor que l’on a évoqués permettent de faire de ses acteurs des médiateurs culturels d’avant-garde, et d’abord les médiateurs privilégiés d’un processus de médicalisation complexe. L’étude de la médecine privée en général, et celle du parcours professionnel de Luyện en particulier, autorisent finalement à revisiter deux historiographies distinctes : l’historiographie coloniale, en cela que les médecins indigènes ne furent pas tous des fonctionnaires subalternes contraints, et celle de la médecine coloniale alors que l’existence d’un espace grandissant pour la médecine privée reflète une demande colonisée en matière de soins à l’occidentale et de médecins formés « à la française ». Bien sûr, le développement de cette médecine, phénomène encore concentré géographiquement et réservé à une minorité de la population, nous rappelle en même temps que l’ensemble de la population colonisée ne fut jamais à égalité devant la maladie : pour bénéficier de ces soins de qualité, il fallait en avoir les moyens et avoir un médecin traitant à sa disposition. En parallèle, la « bonne santé » de la médecine libérale dès la fin des années 1930 laisse entrevoir des adaptations pragmatiques et sensées du modèle biomédical, au gré des attentes et des demandes de sa clientèle. Une vietnamisation, une acculturation de la pratique au quotidien qui mériterait d’être analysée en profondeur.

  • 70 Dont ceux installés au sud avant 1945. Si, par exemple, un Nguyễn Văn Thịnh figure dans les annal (...)
  • 71 Je tiens à remercier David Marr ainsi que les membres du Vietnam Studies Group pour les information (...)

26La reconstitution du parcours de Luyện nous permet aussi, de même que celle de plusieurs de ses confrères70, de revisiter l’historiographie vietnamienne concernant l’histoire postcoloniale de la santé du pays, et d’abord l’idée de sa prise en charge par des médecins forcément passés au communisme, désintéressés et industrieux lorsqu’il s’est agi de travailler dans le maquis, trempés de science pour mieux défaire le pays de l’oppression occidentale. Luyện aurait été un nationaliste convaincu et respecté mais clairement anticommuniste71. Durant la Seconde Guerre mondiale, il publie un quotidien à Hanoi, Tin mới (Journal quotidien d’information), orienté sur l’actualité internationale mais donnant en même temps des conseils d’hygiène aux femmes, pour elles et pour leurs enfants ; le journal est aussi saturé de publicités pour le monde médical auquel il appartient et des médicaments en tous genres. Membre fondateur du Parti démocratique (Đảng dân chủ Việt nam) en juin 1944, auteur de Le Viêt nam. Une cause de la paix (Hanoi, 1945), Luyện co-écrit la Constitution de 1946, assiste à la conférence de Dalat et accompagne Hồ Chí Minh en France, à Fontainebleau. Il mourra le 19 décembre 1946 à Hanoi, à l’âge de 48 ans, en compagnie de son fils aîné alors qu’il cherchait à s’occuper des blessés du mouvement insurrectionnel dirigé par le Viêt-minh contre les Français, mouvement marquant le début officiel de la guerre d’Indochine. Sans que l’on puisse donc préjuger de son avenir postcolonial, ni politique ni professionnel – on ne connaît d’ailleurs même pas les circonstances exactes de sa mort. En revanche, son Sản dục chỉ nam sera réédité en 1957, à Saigon cette fois, référence jugée incontournable en matière de puériculture et de pédiatrie. Le vade-mecum avait été publié pour la première fois en 1925 alors que son auteur, jeune tonkinois sorti avec les honneurs de l’École de médecine de Hanoi, s’apprêtait à prendre le bateau pour la France et y poursuivre ses études doctorales, une bourse du gouvernement colonial en poche.

Haut de page

Bibliographie

ABBATUCCI, Séverin, 1928, Les Médecins coloniaux, Paris : Larose.

ACKERMAN, Evelyne (1996), « The intellectual odyssey of a French colonial physician : Jules Regnault and far eastern medicine », French Historical Studies, 19 (4) : 1083-1102.

AU Sokhieng, à paraître, « Motherhood and medical workers in French colonial Cambodia », in Histories of Medicine in Southeast Asia, Harold J. Cook & Laurence Monnais (éds), Amsterdam : Rodopi.

BADO, Jean-Pierre, 1996, Médecine coloniale et grandes endémies en Afrique, 1900-1960, Paris : Karthala.

BIVINS, Roberta, 2007, Alternative Medicine ? A History, Oxford : Oxford University Press.

CLARAC, Albert, 1994, Mémoires d’un médecin de la Marine et des Colonies (1854-1934), Vincennes, Service Historique de la Marine.

CROIZIER, Anna, 2007, Practising Colonial Medicine. The Colonial Medical Service in British East Africa, Londres/New York : I.B. Tauris.

ÐẶNG Thùy Trâm, 2007, Last Night I Dreamed of Peace : The Diary of Dang Thuy Tram, New York : Harmony Book.

DEACON, Harriet, Howard PHILIPS & Elizabeth VAN HEYNINGEN (éds), 2004, The Cape Doctor in the Nineteenth Century. A Social History, Amsterdam/New York : Rodopi.

DIGBY, Anne, 1995, « “A medical El Dorado” ? Colonial medical incomes and practices at the Cape », Social History of Medicine, 8 (3) : 463-79.

DOSSE, François, 2005, Le Pari biographique : Écrire une vie, Paris : La Découverte.

DUTTON, George, 2007, « Advertising modernity and the creation of consumer culture in the Vietnamese colonial period », « Beyond teleologies : Alternative voices and histories in colonial Vietnam », université de Washington (États-Unis), 1-4 mars.

FINER, David, 1999, Pressing Priorities : Consumer Drug Information in the Vietnamese Marketplace, Stockholm, IHCAR Karolinska Institutet.

FLINT, Karen E., 2008, Healing Traditions. African Medicine, Cultural Exchange, and Competition in South Africa, 1820-1948, Athens : Ohio University Press.

GUENEL, Annick, 1999, « The creation of the first overseas Pasteur Institute, or the beginning of Albert Calmette’s pastorian career », Medical History, 43 : 1-25.

HESSELINK, Liesbeth, 2009, « Healers in the colonial market place, indigenous doctors and midwives in the Dutch East Indies 1850-1915 » [Genezers op de koloniale markt, inheemse dokters en vroedvrouwen in Nederlands Oost-Indië 1850-1915], thèse de doctorat en histoire, université de Leiden (Pays-Bas).

HOCQUARD, Charles, 1999, Une campagne au Tonkin [texte présenté et annoté par Philippe Papin], Paris : Arléa.

ILIFFE, John, 1999, East African Doctors : A History of Modern Profession, Cambridge : Cambridge University Press.

LAPEYSSONNIE, Léon, 1988, La Médecine coloniale. Mythes et réalités, Paris : Seghers.

LESSARD, Micheline, 2007, « Organisons nous ! Racial antagonism and Vietnamese economic nationalism in the early twentieth century», French Colonial History, 7 : 171-201.

LEVOT, Dr, 1938, « L’Assistance médicale en Cochinchine », in Rapports du Xe congrès de la Far Eastern Association for Tropical Medicine, Hanoi : Imprimerie d’Extrême-Orient, p. 315-27.

LO Ming Cheng, 2002, Doctors within Borders : Profession, Ethnicity and Modernity in Colonial Taiwan, Berkeley : University of California Press.

LORCIN, Patricia, 1999, « Imperialism, colonial identity, and race in Algeria, 1830-1870 : The role of the French medical corps », Isis, 90 (4) : 652-79.

MARLAND, Hilary, 2003, « Midwives, missions and reform : Colonizing Dutch childbirth services at home and abroad c.1900 », in Medicine and Colonial Identity, Mary Stuphen & Bridie Andrews (éds), New York : Routledge, p. 61-77.

MCHALE, Shaun, 2004, Print and Power. Confucianism, Communism, and Buddhism in the Making of Modern Vietnam, Honolulu : University of Hawaii Press.

MARR, David, 1981, Vietnamese Traditions on Trial, 1920-1945, Berkeley : University of California Press.

MEYER, Charles, 1985, La Vie quotidienne des Français en Indochine, Paris : Hachette.

MEYER-MAY, Jacques, 1951, Un médecin français en Extrême-Orient, Bruxelles : Éditions de la paix.

MOLLARET, Henri & Jacqueline BROSSOLET, 1994, Yersin ou le vainqueur de la peste, Paris : Fayard.

MONNAIS, Laurence, 2009, « From colonial medicines to post-colonial pharmaceuticals. The introduction of Sulfa drugs in French Vietnam », East Asian Science, Technology and Society : An International Journal, 3 (2-3) : 257-85.

MONNAIS-ROUSSELOT, Laurence, 1999, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise, 1860-1939, Paris : CNRS Éditions.

MONNAIS-ROUSSELOT, Laurence, 2002a, « La médicalisation de la mère et de son enfant : l’exemple du Vietnam sous domination française, 1860-1939 », Canadian Bulletin for the History of Medicine/Bulletin canadien d’histoire de la médecine, 19 : 47-94.

MONNAIS-ROUSSELOT, Laurence, 2002b, « La professionnalisation du “médecin indochinois” au xxe siècle : Des paradoxes d’une médicalisation coloniale », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 143 : 36-43.

NGUYỄN Khắc Viện, 1967, La Médecine nord-vietnamienne à l’épreuve de la guerre, Hanoi : Études vietnamiennes.

NGUYỄN Văn Hưởng, 1991, Hành trình một đơì ngươì : cuộc đơì bác sĩ Nguyễn Văn Hưởng, Saigon : Van Nghe.

PATTON, Adell, 1996, Physicians, Colonialism, Racism and Diaspora in West Africa, Gainesville : University Press of Florida.

PLUCHON, Pierre, 1985, Histoire des médecins et des pharmaciens de la Marine et des colonies, Toulouse : Privat.

SALKIN, Geneviève, 1992, Le Triple Destin de Jules Harmand, médecin, explorateur, diplomate, Paris : Commission française d’histoire maritime.

SCHWEITZER, Albert, [1952] 1995, À l’orée de la forêt vierge. Récit et réflexions d’un médecin en Afrique Equatoriale Française, Paris : Albin Michel.

TÔN Thất Tùng, 1980, Souvenirs d’un chirurgien vietnamien, Hanoi : Éditions en Langues étrangères.

TRẦN Thị Liên, Claire, 2002, « Henriette Bui : The narrative of Vietnam’s first woman doctor », in Viêt-nam Exposé. French Scholarship on Twentieth Century Vietnamese Society, Pierre Brocheux & Gisèle Bousquet (éds), Ann Arbor : University of Michigan Press, p. 278-309.

WEISZ, George, 2002, « Regulating specialties in France during the first half of the twentieth century », Social History of Medicine, 15 (3) : 457-80.

Haut de page

Notes

1 Quelques ouvrages évoquent ça et là la pratique médicale privée en contexte de domination mais pour le continent africain surtout, et des colonies qui ne sont pas françaises (Deacon et al. 2004 ; Digby 1995 ; Flint 2008 ; Patton 1996). Le récent ouvrage d’Anna Croizier (2007), consacré au service de santé colonial britannique en Afrique de l’Est, n’en fait toutefois aucune mention.

2 Il apparaît en effet que, à la différence des médecins britanniques, les médecins français ne se sont pas installés outre-mer pour participer à réduire un « trop plein » en métropole et espérer y faire une carrière lucrative (Digby 1995  : 463-79).

3 Les autres portraits de « médecins coloniaux » dont on dispose, biographiques ou autobiographiques, insistent sur le caractère pionner de leur activité médicale outre-mer (Ackerman 1996 ; Hocquard 1999 ; Meyer-May, 1951), leur engagement administratif, voire politique (Clarac 1994 ; Salkin 1992) ou leur grand sens du sacrifice (Abbatucci 1928 ; Schweitzer 1995).

4 De fait, il apparaît que la participation des médecins vietnamiens à la médicalisation coloniale a été minimisée dans l’historiographie vietnamienne postcoloniale au profit de celle de professionnels et de scientifiques « héros de la révolution » (Nguyễn 1967 ; Tôn 1980). Des « héros » dont la mémoire reste bien entretenue et fait d’ailleurs encore recette : il suffit de voir le succès du journal de Ðặng Thùy Trâm pour s’en persuader (Ðặng 2007). En même temps, on rappellera qu’un certain nombre parmi ces figures héroïsées, du moins les plus âgés d’entre elles, ont bel et bien été formées par la France et on entamé leur carrière, fonctionnaire ou privée, à l’heure de la domination ; d’autres ont œuvré à la médicalisation du sud du pays durant les années de partition entre la République démocratique du Viêt Nam au nord et la République du Viêt Nam au sud (Nguyễn 1991).

5 C’est-à-dire des professionnels et commerçants payant patente auprès des autorités municipales dont ils relèvent, une taxe annuelle leur permettant de travailler en toute légalité.

6 Ou vietnamien romanisé, devenu la langue administrative, puis du système éducatif vietnamien, sous la colonisation.

7 En même temps, ces données ne nous ont permis de reconstruire que des biographies fragmentaires : à ce jour, nous disposons finalement de très peu d’informations sur les origines géographiques et socioéconomiques de ces médecins. Il apparaît toutefois assez clairement que la majorité d’entre eux était issue des classes les plus aisées, de l’élite mandarinale et des familles aristocratiques d’abord, des familles de fonctionnaires, de professionnels exerçant en libéral, de propriétaires terriens ou d’entrepreneurs ensuite.

8 Pour un historique plus complet de l’École, voir Monnais (1999 : 269-87).

9 Centre des Archives d’outre-mer (CAOM), Fonds du Gouvernement général (Gougal) 6719, « Organisation de l’Assistance médicale, pièces de principe, 1904-1909 ».

10 La première réorganisation importante des services de l’Assistance, sous la férule du Gouverneur général Albert Sarraut en 1913, se contente de promulguer un arrêté organisant un cadre des médecins auxiliaires de l’AMI, cadre au sein duquel les diplômés de Hanoi sont titularisés au bout de deux ans de stage avant de devoir gravir des échelons administratifs en fonction de leur « bonne pratique » et après avoir réussi une succession de concours.

11 Le médecin auxiliaire est interdit de médecine légale et de chirurgie mais n’est toutefois pas un simple infirmier – il existe d’ailleurs, à partir de 1904, des structures d’enseignement professionnel pour former infirmiers et sages-femmes indigènes – et il est légalement responsable de ses actes.

12 L’année PCN, consacrée à l’étude des sciences physique, chimique et biologique, et sanctionnée par un certificat, constitue l’année préparatoire en médecine à l’époque.

13 La loi de 1892, obligeant au doctorat en médecine pour exercer en France, y a fait par conséquent disparaître les officiers de santé. L’officiat avait été réglementé en France par la loi du 19 Ventôse an XI (10 mars 1803). À partir de 1858, les futurs officiers étaient astreints à trois ans (puis à quatre en 1883) d’études dans une faculté ou école préparatoire. Les docteurs, eux, suivaient alors déjà un cursus de cinq ans.

14 La dénomination de médecin indochinois, qui a remplacé celle de médecin auxiliaire, se rapporte d’ailleurs à tous les diplômés de Hanoi sans distinction. Nombreux parmi ces médecins indochinois étaient mutés chaque année, voire tous les six mois – sans que ne soient pris en considérations leurs préférences ou, pire, leur avancement dans la décision d’affectation. Dans le cas de Nguyễn Xuân Mai, par exemple, on recense pas moins de douze affectations en onze ans de service (1910-1916/1922-1926). D’autres documents administratifs font la preuve que les examens pour passer d’une classe de médecin indochinois à une autre, ardus, en faisaient reculer plus d’un (Archives nationales du Viêt Nam [ANVN], centre nº1, Hanoi, Gougal 7094, « Examens d’aptitude des médecins indochinois, 1928-1929 »). Et ce n’est finalement qu’en 1939 que le Gouverneur général Brévié entérinera la création d’un cadre de médecins de l’AMI unique disposant d’une seule échelle salariale en fonction de grades strictement établis sans qu’aucune distinction ne soit faite entre citoyens et sujets français.

15 « L’Annamite déraciné », L’Annam nouveau, nº 138, 26 mai 1932.

16 CAOM, Fonds des Amiraux (Amiraux) 2564, « Groupe d’enseignement indochinois en France, médecins indigènes envoyés en France à l’effet de perfectionner leur instruction médicale, 1897 ; 1905 ; 1916 ».

17 Selon la loi de 1892, le sujet français ou l’étranger qui fait sa médecine en France ne peut prétendre qu’à un doctorat universitaire, titre scientifique et non professionnel.

18 Si certaines de ces demandes furent précoces et soutenues, elles restèrent donc lettre morte. Nguyễn Văn Thịnh, par exemple, obtient une bourse pour se rendre à Paris en 1909. Reçu avec les honneurs au diplôme de médecine coloniale, il est autorisé à s’inscrire au doctorat. Externe des hôpitaux, en stage à l’Institut Pasteur, il est finalement obligé par l’administration coloniale de rentrer au Viêt Nam en 1912 sans avoir pu soutenir sa thèse. Il demande alors de pouvoir exercer en libéral. Cette autorisation lui est catégoriquement refusée par le ministère des Colonies, puis par le Conseil supérieur de santé, se retranchant ensemble derrière la loi de 1892 (CAOM Amiraux 2564).

19 Toute installation nécessite simplement au préalable un enregistrement du diplôme de médecin auprès des autorités administratives compétentes. À l’époque, l’École de médecine de Hanoi a le statut de Faculté (1933) et le droit de diplômer ses propres docteurs en médecine (1935). La première promotion compterait douze diplômés.

20 Nguyễn Văn Thịnh, pour reprendre cet exemple, s’est finalement arrangé pour retourner en France en 1913 ; il soutiendra sa thèse sur le béribéri en 1921. Il serait un des premiers médecins vietnamiens à ouvrir un cabinet à Saigon, en 1922 (L’Écho annamite, nº 364, 5 août 1922). Trần Văn Ðôn, pour sa part, démissionne de l’AMI en 1921 (il y est entré en 1909) et s’installe à Saigon la même année (L’Écho annamite, nº 165, 12 mars 1921).

21 ANVN, centre nº 2, Ho Chi Minh Ville, Tòa Đại Biểu Chính Phủ Nam Việt S 09-6, « Liste nominative des docteurs en médecine diplômés d’État (européens et indochinois) exerçant leur profession à titre privé sur le territoire de Saigon-Cholon, 1944 ».

22 CAOM Gougal 51402, « Dossier du Dr Nguyen Van Luyen ».

23 Báo đông Pháp, nº 503, 24 avril 1928.

24 VSB, nº 61, janvier 1931.

25 Ce qui en soi mérite d’être souligné. S’il est bien évident que cinq cents médecins ne pouvaient suffire à la tâche, ce chiffre reste bien plus élevé que l’on aurait pu le prévoir de prime abord.

26 Ces pourcentages sont probablement d’ailleurs en deçà de la vérité du fait des biographies très incomplètes dont on dispose.

27 Il existe aussi, outre les Vietnamiens et les Français, quelques « étrangers » (avant l’application outre-mer de la loi de 1892), quelques Pondichériens et Chinois et, enfin, quelques autres sujets français dont un Khmer.

28 On a identifié quatre Vietnamiennes ayant exercé la médecine en libéral avant 1945 dont Henriette Bùi Quang Chiêu, fille du célèbre constitutionnaliste du même nom, citoyenne française et diplômée en médecine de Paris (1934) avant d’ouvrir un cabinet de gynéco-obstétrique et pédiatrie en 1935 à Saigon puis à Cholon (1938).

29 CAOM, Fonds de la Résidence supérieure du Tonkin (Nouveau fonds) (RST NF) 2833, « État nominatif des Européens et indigènes inscrits aux rôles des patents de l’exercice de 1937 pour servir à l’établissement des listes des électeurs consulaires de 1938, mairie de Hanoi, novembre 1937 » ; ANVN, centre nº 2, Tòa Đại Biểu Chính Phủ Nam Việt, S 09-6.

30 Ces 82 médecins représentent alors environ 40 % de l’ensemble des médecins en activité cette année-là dans la région, toutes origines et tous statuts confondus.

31 Au début des années 1920, la population de Saigon s’établirait déjà aux alentours de 450 000 personnes, dont 4 000 Européens, contre 150 000 à Hanoi (CAOM RST NF 2836).

32 Les historiens du Viêt Nam s’entendent pour dire que c’est au lendemain de la Première Guerre mondiale qu’apparaît, et ce d’abord au sud, une « classe moyenne » vietnamienne susceptible de faire appel à des professionnels, hommes d’affaires, notaires, avocats ou médecins (Lessard 2007). Dès le début des années 1930, l’élite vietnamienne et chinoise des villes représenterait jusqu’à 60 % du chiffre d’affaire de plusieurs grosses maisons commerciales françaises (CAOM, RST NF 2833).

33 À titre de comparaison, une journée d’hospitalisation payante atteindrait trois piastres à la clinique Angier, lieu de soins reconnu pour rester celui de l’élite dans les années 1930 (Phụ nữ tân văn, nº 196, 20 avril 1933). Un Vietnamien aurait sinon déboursé entre une demie et une piastre et demi pour un traitement contre le rhume disponible en pharmacie.

34 Ainsi, dans le cas du Dr Bigo, installé à Saigon, les femmes, les enfants (et le personnel administratif) payaient moins cher la consultation, deux piastres au lieu de trois (« Hommage à la science d’un Docteur », L’Écho annamite, n° 440, 10 février 1923).

35 Toutes proportions gardées, il faut savoir qu’en 1935, à Paris, il y a déjà aux alentours de 4 000 médecins exerçant en privé pour une population qui ne serait que deux fois plus importante que celle de Saigon (Weisz 2002 : 463).

36  À l’occasion d’une tentative d’enlèvement en 1930, incident relaté par la presse, on apprend que la victime, Trần Văn An, un y sĩ, est « connu à Saigon », qu’il habite « une coquette petite villa nouvellement construite » au cœur de la ville et que c’est en « sautant dans son auto » conduite par un chauffeur qu’il a pu échapper à ses agresseurs qui voulaient le voler. Autant de signes extérieurs de notabilité (« M. Tran Van An, médecin indochinois, a failli être pris en otage ! Un « combinard » a été arrêté par la police », L’Écho annamite, n° 1571, 26 août 1930).

37 La densité de l’espace publicitaire qu’ils occupent collectivement en serait un signe – de même que le fait qu’ils doivent le partager avec d’autres acteurs en santé, pharmaciens ou thérapeutes sino-vietnamiens en particulier. Quant aux listes de patentes que l’on a pu analyser (indexées sur le « chiffre d’affaires » annuel des professionnels et commerçants), elles montrent que les disparités de statut économique étaient relativement importantes.

38 Publicité, La Dépêche d’Indochine, 30 mars 1938. Nguyễn Văn Hưởng a, quant à lui, certainement bénéficié de ses années au service de microbiologie de l’Institut Pasteur de Saigon (1934-1939) lorsqu’il y a ouvert son laboratoire d’analyses.

39 Publicité, L’Écho annamite, nº 183, 19-20 juin 1940. Ouvrant son cabinet quelques années plus tôt, en 1933, le Dr Lê Văn Chinh se disait « médecin qui a plus de 30 ans de pratique de la médecine ; il a été au Tonkin, en Annam, en Cochinchine ; il a fait cinq séjours en France et a été dans plusieurs hôpitaux » (Publicité, Le Progrès annamite, nº 13, 20 juin 1933). De fait, Lê Văn Chinh est sorti parmi les premiers diplômés de Hanoi, en 1905. Recevant un soutien financier en 1909, il part un an en France. Après plusieurs postes AMI, on le retrouve à nouveau en France où il obtient son doctorat, à Toulouse, en 1920 (« Encore un nouveau docteur annamite », La Tribune indigène, nº 382, 22 décembre 1920). Ce n’est finalement qu’en 1933 qu’il ouvre son cabinet à Hanoi, vingt-huit ans donc après sa sortie de Hanoi et treize ans après l’obtention de son doctorat.

40 Notons ici que, dans les faits, les spécialistes font aussi pour la plupart d’entre eux de la médecine générale alors que la spécialisation médicale est en voie de structuration. La réglementation en matière de formation, certification et diplomation n’intervient en métropole qu’en 1947.

41 On a identifié également deux pneumologues, deux stomatologues, un hématologue, un cardiologue et même un diabétologue. Plusieurs se déclarent médecins et dentistes (un arrêté du Gouverneur général en 1931 a en effet permis l’exercice de la dentisterie par les médecins indochinois titulaires d’un diplôme de stomatologie). Il existe enfin plusieurs acupuncteurs. Il ne s’agit pas, en l’occurrence, de thérapeutes versant dans la médecine chinoise mais proposant plutôt de recourir à une technique alors utilisée dans certains cercles médicaux occidentaux, souvent en lien avec l’électrothérapie (Bivins 2007 : 107-34).

42 Les indications de l’électrothérapie incluent le traitement des hémorroïdes, de la blennorragie, de l’eczéma, de certaines douleurs neuromusculaires ; associée à des rayons X, elle sert aussi de physiothérapie.

43 Activités publiques qui peuvent d’ailleurs faire la preuve d’une pratique déjà bien établie mais qui, en même temps, ont pu faire de la publicité à plusieurs.

44 « Pour les tuberculeux », L’Annam nouveau, nº 112, 25 février 1932 ; CAOM RST NF 3884, « Institut du radium ».

45 « La consultation prénatale gratuite », La Dépêche d’Indochine, 30 mars 1938.

46 David Marr a montré que les médecins vietnamiens ont participé à la construction et au succès du nationalisme vietnamien en devenant membres de mouvements nationalistes d’obédience variée (Marr 1981 : 54-100). Parmi les exemples d’engagement politique à l’époque les plus médiatisés se trouve celui de Le Quang Trinh, premier docteur en médecine vietnamien (Montpellier, 1911), naturalisé français, dirigeant une clinique privée à Cholon dès 1922. Fondateur et directeur du journal Le Progrès annamite, il sera élu au Conseil colonial en 1924. Le Dr Nguyễn Văn Thịnh, participe pour sa part à fonder le Parti constitutionaliste en 1926 – rejoint d’ailleurs dans l’aventure par un autre docteur en médecine, Trần Như Lan (CAOM, Gougal 51474, « Dossiers de Nguyen Van Tung et Tran Nhu Lan »). Il quitte le constitutionnalisme en 1931 pour créer le Parti démocratique indochinois (1936) tout en continuant de pratiquer à Saigon.

47 On recense au moins soixante-cinq articles signés de sa main dans le Phụ nữ tân văn. Ðôn deviendra en 1934 le premier vice-président vietnamien de la Société médico-chirurgicale de l’Indochine. La société, fondée en 1909 par une poignée de médecins coloniaux, dispose d’un organe, le Bulletin de la Société médico-chirurgicale de l’Indochine qui constituait alors une référence incontournable dans le domaine de la médecine tropicale. Plusieurs médecins vietnamiens y signeront des articles (dès 1911) mais cette nomination d’un médecin vietnamien, exerçant en libéral qui plus est, fait figure d’exception.

48 Ce mémento fera l’objet de plusieurs rééditions successives pendant la période coloniale. Luyện s’occupera aussi de traduire des manuels d’hygiène de médecins français dont la Méthode pour élever et soigner les bébés. Puériculture d’un certain Dr Vidal en 1935.

49 C’est dans le Bulletin de l’Amicale des médecins auxiliaires de l’Indochine, revue professionnelle de défense des intérêts des médecins indochinois, que Luyện a fait paraître ses premiers articles, en 1924 : « Remarques sur quelques cas de méningite cérébrospinale à Phu Tho », nº 5, mai ; « L’eau d’alimentation à Phu Tho », nº 7, septembre.

50 Chassagne vend d’ailleurs le vade-mecum dans son officine à prix réduit (une piastre) pour ses clients fidèles et les abonnés du journal. Les extraits qui en sont tirés paraissent dans le VSB sous forme d’articles ciblant un sujet précis : les convulsions chez les enfants (étiologies possibles, prise en charge) (nº 45, octobre 1929), les risques associés à la grossesse extra-utérine (nº 42, juillet 1929), le traitement des vomissements chez l’enfant et la femme enceinte (nº 46, novembre 1929 ; nº 71, octobre-décembre 1932), la tuberculose infantile (nº 57, octobre 1930) ou encore la stérilité (nº 73, avril-juin 1933) et la coqueluche (nº 74, août-septembre 1933). Plusieurs insistent sinon sur l’importance du rôle de la mère dans la protection de la santé de son enfant.

51 « Accusé de réception », L’Annam nouveau, nº 144, 16 juin 1932. Ce nouveau manuel, découpé en trois parties qui reviennent chacune sur l’étiologie, les modes de transmission, la symptomatologie, les complications ainsi que les moyens de prévenir et traiter la syphilis, la blennorragie et le chancre mou, fera l’objet d’un battage médiatique dans le courant de l’année 1932. Les journaux insistent sur le talent de vulgarisateur de son auteur et sur la valeur pragmatique, et de ce fait l’indispensabilité, de l’ouvrage. Il sera également disponible à la vente à la Pharmacie Chassagne, au prix, cette fois, de 0,60 piastre.

52 La revue paraîtra de juillet 1934 à janvier 1938 ; elle semble vouloir faire suite au VSB, dont la publication s’est arrêtée fin 1933. Il est à noter que le collaborateur de Luyện, Chong, en est le rédacteur en chef ; la rédaction de la revue se trouve au 167 boulevard Henri d’Orléans à Hanoi.

53 Le journal apparaît comme étant relativement bien diffusé et lu avec attention : son courrier des lecteurs, occupant quatre à huit pages de chaque numéro (pour un total de questions-réponses variant entre cinq et dix à peu près), nous permet d’ailleurs d’identifier des individus qui habitent loin de Hanoi, parfois très loin, au Cambodge ou au Siam par exemple.

54 BAYB, n° 2, août 1934 ; n° 5, novembre 1934, n° 17, novembre 1935 ; n° 18, décembre 1935 ; n° 19, janvier 1936 (médecine traditionnelle) ; n° 3, septembre 1934 ; n° 4, octobre 1934 ; n° 8, février 1935 ; n° 20, février 1936 ; n° 29, novembre 1936 (accès aux soins).

55 Plusieurs des collègues de Luyện participent sinon à titre d’auteurs de quelques articles, médecins privés (Phạm Hũư Chong) et de l’AMI (Nguyễn Đinh Hao).

56 Le dépouillement de plusieurs organes de presse populaire que nous avons effectué montre un accroissement de l’espace publicitaire dévolu aux professionnels de santé vietnamiens (médecins mais aussi pharmaciens, sages-femmes, dentistes, ouvriers dentaires) et à la santé au sens large dans les années 1930, au travers en particulier d’une densification importante de l’espace dévolu à la publicité pour des médicaments.

57 En particulier dans le cas de l’engouement populaire pour des médicaments toxiques (BAYB, n° 25, juillet 1936) ou pour les seringues hypodermiques (VONG Buc, « Lettres d’un villageois. Pour l’expansion de la pharmacie française », L’Écho annamite, n° 442, 22 février 1923).

58 L’ouverture de cabinets de gynécologie ou de pédiatrie laisse pour sa part entendre que les femmes et les enfants consultaient de plus en plus pour des problèmes les concernant spécifiquement, participant ainsi à améliorer la bonne santé infantile et reproductive.

59 En sociologie de la santé, comme en anthropologie médicale, il a été démontré que le recours à un certain type de soins dépend certes de l’accessibilité économique et géographique à ces mêmes soins et à leurs acteurs mais également de leur accessibilité culturelle, c’est-à-dire de la capacité du thérapeute, dans ses actes, à se conformer à des repères et à des attentes individuelles.

60 Par exemple, Luyện mettrait en garde ses lecteurs, dans le VSB puis le BAYB, contre l’usage inapproprié ou abusif des injections et de certains médicaments susceptibles d’entraîner une intoxication ou une accoutumance (VSB, n° 62, mars 1931 ; VSB, nº69, avril-juin 1932 ; nº70, juillet-septembre 1932 ; nº72, janvier-mars 1933 ; BAYB, nº13, juin 1935 ; n° 16, octobre 1935 ; nº21, mars 1936 ; nº22, avril 1936 ; n° 25, juillet 1936 ; nº40, novembre 1937). On notera la résonnance très contemporaine de cette approche alors que l’automédication éclairée, supportée et encouragée par les médias de masse, est une réalité forte de l’espace santé du Viêt Nam actuel (Finer 1999).

61 BAYB, nº 5, novembre 1934 ; nº 16, octobre 1935 ; nº 18, décembre 1935.

62 Entretien, Docteur Henriette Bùi Quang Chiêu, Paris, janvier 1997.

63 ANVN, centre nº 1, RST 47950, « Demande de création d’un office de propagande pour la médecine française à Hanoi formulée par Le Van Phan, médecin indochinoise à Hué, 1935 ».

64 Publicité, Báo đông Pháp, nº 3081, 2-3 novembre 1935. Le fait que plusieurs des confrères de ce médecin aient alors été installés dans le vieux quartier commerçant de Hanoi plutôt qu’en son cœur colonial ou encore à Cholon (c’est le cas d’ailleurs d’Henriette Bùi), aux côtés de pharmaciens et thérapeutes traditionnels, peut constituer un indice supplémentaire de l’existence de pratiques de pluralisme médical associant médecine sino-vietnamienne et occidentale.

65 Après avoir dirigé un laboratoire de fortune dans le maquis à l’heure de la résistance anti-française. En 1968, Hưởng deviendrait ministre de la santé de la République démocratique du Viêt Nam (Entretien, Professeur Nguyễn Thùy Hoàng, Institut Pasteur de Hanoi, septembre 1995).

66 Il faut dire aussi que, dans les années 1930, l’Assistance aurait poussé certains médecins indochinois à démissionner pour s’installer à leur compte dans un chef-lieu de province (parfois moyennant un incitatif financier) leur préférant des médecins plus jeunes et éventuellement plus diplômés (ANVN, centre nº 2, Fonds de la Résidence supérieure d’Annam (RSA) 3704, « Assistance Médicale en Annam, Autorisation d’exercer la médecine libre, d’ouverture des maternités, de vente de produits pharma non toxiques etc, 1936 »).

67 C’est-à-dire entre deux et cinq fois plus qu’un médecin indochinois tout juste entré dans le cadre de l’AMI. Un médecin auxiliaire gagne en effet entre 100 et 250 piastres mensuellement. Le relèvement des soldes effectué au début des années 1930 permet au médecin indochinois d’espérer débuter à 466 piastres. Son confrère français peut espérer le double.

68 Les coordonnées du médecin de garde apparaissent quotidiennement dans L’Écho annamite à l’époque. Ce service est rapidement couplé à un service de garde de pharmacie.

69 « À l’hôpital municipal de Cholon », La Tribune indigène, n° 218, 25 octobre 1919 ; « Le gâchis dans les hôpitaux de Hué », L’Écho annamite, n° 783, 18 janvier 1927.

70 Dont ceux installés au sud avant 1945. Si, par exemple, un Nguyễn Văn Thịnh figure dans les annales de l’histoire vietnamienne pour sa participation à la présidence du Conseil provisoire de la République au sud (ce qui le pousserait d’ailleurs au suicide en novembre 1946) et si Trần Văn Ðôn est surtout connu pour avoir été ambassadeur du Sud Viêt Nam en France (1957), ils sont sûrement nombreux à avoir connu une carrière professionnelle riche après 1945. C’est le cas d’Henriette Bùi Quang Chiêu, de retour au Viêt Nam après l’avoir quitté pour la France à l’heure de la mort en 1949 de son père et de son frère, Louis, lui aussi médecin.

71 Je tiens à remercier David Marr ainsi que les membres du Vietnam Studies Group pour les informations qu’ils m’ont généreusement fournies sur les activités de Luyện durant la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Monnais, « Le Dr Nguyễn Văn Luyện et ses confrères », Moussons, 15 | 2010, 75-95.

Référence électronique

Laurence Monnais, « Le Dr Nguyễn Văn Luyện et ses confrères », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/281 ; DOI : 10.4000/moussons.281

Haut de page

Auteur

Laurence Monnais

Détentrice d’un doctorat en histoire nouveau régime (université Paris Diderot-Paris 7), Laurence Monnais est professeur agrégé au Département d’histoire et au Centre d’Études de l’Asie de l’Est (CETASE) à l’Université de Montréal (Canada) ; elle est également titulaire de la Chaire de Recherche du Canada sur le pluralisme en santé et chercheur dans l’équipe MEOS (Le médicament comme objet social). Spécialiste de l’histoire de la médecine et de la santé au Viêt  Nam pendant la période de colonisation française, elle travaille également sur la santé des immigrants asiatiques au Canada et sur l’histoire des médecines alternatives et complémentaires, incluant les médecines dites traditionnelles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page