Navigation – Plan du site
Articles

Tản Đà (1889-1939) – un lettré rêveur de l’Occident

Nguyen Phuong Ngoc
p. 57-76

Résumés

Né en 1889 et mort en 1939 à Hanoi, Tản Đà (de son vrai nom Nguyễn Khắc Hiếu) est un homme de l’ère coloniale. Venu au monde après l’établissement du protectorat par le traité du Patenôtre en 1884, il grandit pendant le triomphe du colonialisme et quitte le monde avant le crépuscule de la supériorité occidentale. Elève assidu, il ne réussit pourtant pas les épreuves aux concours. En 1915, l’année du dernier concours au Tonkin, il « se réveille du rêve des honneurs », selon ses propres mots, pour se lancer dans une nouvelle aventure. Ses premiers textes en prose publiés dans Đông Dương tạp chí (Revue indochinoise) sont immédiatement salués par le public. Ne se présentant pas au dernier concours et renonçant ainsi à la carrière mandarinale, il confirme un choix radical et irréversible : la littérature sera sa carrière et les lecteurs seront ses juges. Poète reconnu, véritable trait d’union entre les poésies ancienne et moderne, Tản Đà est aussi l’auteur d’un grand nombre de textes journalistiques et des romans dont Giấc mộng con (Le Petit rêve, 1917) dans lesquels l’Occident occupe une place importante. Il s’agit ici d’analyser sa compréhension de la civilisation occidentale et son projet d’avenir pour son pays.

Haut de page

Texte intégral

1Avenirs en tous genres. En 1938, cette annonce signée du nom de Tản Đà Nguyễn Khắc Hiếu passait dans l’indifférence générale. Les lecteurs de Ngày nay (Aujourd’hui), revue phare du milieu littéraire de l’époque, n’ignoraient pourtant pas ce nom, celui d’un poète qui avait inauguré la littérature en écriture romanisée. Le 7 juin 1939, Tản Đà s’éteignit dans une cabane misérable près de Nga Tu So, une des entrées dans Hanoi par la route du sud-ouest.

2Ce décès semble donner un signal, celui de la fin d’une génération. La famille du poète eut la consolation d’un enterrement national, une foule venant lui dire le dernier adieu, des articles dans la presse lui rendant hommage. La reconnaissance suprême viendra en 1942, quand les poètes de la Nouvelle Poésie convoqueront Tản Đà, « homme de deux siècles », à la place d’honneur :

  • 1 Toutes les citations sont traduites par nous-même.

La Pléiade qui se réunit ce jour invite respectueusement votre âme d’être le témoin de notre réunion. […] Comme nous, vous avez eu la même envie profonde, l’aspiration à se libérer du carcan, du mensonge, de la sécheresse des normes établies. Quelques-uns de vos poèmes, nés il y a plus de vingt ans, possèdent déjà une voix originale. Vous avez interprété les premières partitions inaugurant le concerto moderne qui allait être joué. (Hoài Thanh & Hoài Chân 1998 [1942]1.)

3Désormais reconnu comme le trait d’union entre deux poésies, ancienne et moderne, Tản Đà était là où l’Orient se heurtait à l’Occident, au moment où l’ancien monde passait le relais au nouveau. Au-delà du portrait figé de ce pionnier de la poésie en quốc ngữ, nous nous proposons de nous intéresser à l’homme vivant dans une société qui se transforme à toute vitesse. Lettré de formation classique recalé aux concours et devenu écrivain par la force des choses, Tản Đà écrit des articles et des romans dans lesquels l’Occident occupe une place importante. Dans un premier temps, il s’agit de voir comment une trajectoire d’un lettré classique change de cours à la suite des changements introduits par le régime colonial. Nous présenterons ensuite la carrière littéraire de Tản Đà, puis ferons une analyse de ses textes ayant trait à la société et la culture occidentales.

Un parcours brillant et contrarié

4Né en 1889 au village Khê Thượng (Sơn Tây) et mort en 1939 à Hanoi, Nguyễn Khắc Hiếu est un homme de l’ère coloniale. Venu au monde après l’établissement du protectorat par le traité du Patenôtre en 1884, il grandit pendant le triomphe du colonialisme et quitte le monde avant le crépuscule de la supériorité occidentale.

5Nguyễn Khắc Hiếu (qu’on appellera ici Hiếu) est le fils cadet d’une famille de mandarins de province. D’après la tradition, la famille peut s’enorgueillir de faire partie d’une longue lignée de lettrés dont la dixième génération est même distinguée par deux personnalités illustres : Nguyễn Văn Siêu, reçu vice-docteur en 1838 et réputé comme un des lettrés les plus brillants de son époque, ainsi que Nguyễn Trọng Hợp, reçu docteur en 1865, qui fit carrière dans le haut mandarinat. Mais la famille de Hiêu n’est qu’une branche cadette qui s’était installée, à la fin du xviiie siècle, dans la région montagneuse de Sơn Tây au nord-ouest de Hanoi. Par fidélité envers la dynastie des Lê, l’ancêtre fondateur Nguyễn Huy Tú, ancien đốc trấn de Cao Bằng, fit jurer à ses enfants de « ne jamais servir la nouvelle dynastie [des Nguyễn] ». À la génération de Nguyễn Danh Kế, père de Hiếu, le serment fut cependant rompu. « Obligé de passer les concours pour sortir de la misère », selon la formule habituelle des biographes, celui-ci fut reçu licencié et nommé mandarin.

6Alors qu’il était en poste de tri phủ (préfet) à Xuân Tường, Nguyễn Danh Kế épousa en troisième noce Mademoiselle Nhữ Thị Nghiêm, une chanteuse réputée pour sa beauté et son intelligence, qu’il avait rencontrée à Nam Định. De cette union « du talent et de la beauté » chantée par les poètes sont nés quatre enfants, deux garçons et deux filles, dont Hiếu est le cadet. Il avait deux ans quand son père décéda. L’année suivante, sa mère quitta le foyer familial pour retourner à son ancien métier, sans doute pour un ensemble de raisons (difficultés matérielles, statut de femme de second rang, etc.). Quoi qu’il en soit, Hiếu est orphelin de fait à l’âge de trois ans et doit tout à son frère aîné, Nguyễn Tái Tích, qui accueillit toute la fratrie.

7Nguyễn Tái Tích, pilier de la famille, est né en 1864, troisième des onze fils de son père. Reçu vice-docteur en 1895, il fut nommé tri huyện (sous-préfet) avant de terminer sa carrière au poste de đốc học, directeur de l’enseignement. Il décéda en 1916 à l’hôpital à Hanoi. Sans laisser son nom dans l’histoire, Nguyễn Tái Tích était probablement un fin lettré apprécié de ses pairs. Une de ses sœurs est d’ailleurs mariée au tri huyện Nguyễn Thiện Kế, réputé pour ses poèmes humoristiques. Le mariage de Hiếu témoigne également de ses bonnes relations dans le milieu lettré : en demandant pour son frère la fille du tri huyện Nguyễn Mạnh Hướng, il s’allie avec une famille de grands notables parmi lesquels on peut citer Nguyễn Mạnh Bổng et Nguyễn Tiến Lãng, deux noms qui comptent dans l’histoire de la littérature vietnamienne.

8Dès sa plus tendre enfance, Hiếu fut initié aux études des classiques chinois par son frère aîné, probablement son unique maître. Selon un ami proche de Tản Đà, le frère plaçait en lui beaucoup d’espoirs et disait souvent à son entourage : « À mon avis, dans la famille, seul mon frère le plus jeune pourrait être le digne héritier » (Ngô Bằng Giực 1951). Entre 1903 et le début de 1907, alors que son frère aîné était en poste de giáo thụ (directeur de l’enseignement en préfecture) à Quảng Oai (Sơn Tây), Hiếu fit de grands progrès, au point de devenir une sorte de célébrité, un thần đồng (enfant prodige) apprécié par des lettrés et… l’objet d’attentions de jeunes filles de bonnes familles. Un texte écrit en 1907 sur la situation de l’Europe et de l’Asie, alors qu’il faisait ses études à Hanoi, a même été publié dans la presse chinoise sous le titre de Âu Á nhị châu hiện thế (Nguyễn Mạnh Bổng 1944).

  • 2 La jeune fille dont le futur poète est tombé amoureux est nommée ainsi dans ses écrits. Il s’agit (...)

9En 1909, Hiếu échoua pourtant au concours régional de Nam Định. Lui-même dira, dans le poème Ngày xuân nhớ xuân (Un jour de printemps, se souvenir d’autres printemps) publié en 1936, qu’il avait raté la rédaction sur l’empereur chinois Hạ Võ, mais que « cet échec ne fit que redoubler [son] ardeur au travail » (Tản Đà 2002, tome I : 190). À ce moment, il considérait toujours la réussite aux concours comme la voie royale vers une carrière brillante. Il avait d’ailleurs toutes ses chances pour espérer un retour triomphal rapide, d’autant plus désiré car c’était la condition pour demander la main de « la fille de la rue Hàng Bồ2 » rencontrée pendant son séjour à Hanoi. Mais trois ans plus tard, en 1912, il connut un échec encore plus grand : au printemps, il fut reçu troisième au concours appelé ấm sinh destiné aux descendants de mandarins, mais échoua à l’épreuve orale de français au concours de Hậu bổ (stagiaire) pour entrer à l’École du mandarinat, puis échoua encore en automne aux concours régional. Dans le poème cité plus haut, il dira : « Plus j’étudiais et plus l’échec me poursuivait/Puis les concours littéraires prirent fin/mettant fin également à mes études. »

10Ces échecs, suivis du mariage de sa bien aimée avec un autre, plongèrent Hiếu dans une grave dépression qui dura jusqu’au milieu de 1914. Lors d’une retraite à la pagode Non Tiên, à la pleine lune du 3e mois de la 7e année du règne Duy Tân (1913), il fit une offrande à Chiêu Quân, une beauté légendaire chinoise au destin tragique, et composa en son honneur une oraison funèbre. L’acte peut être considéré comme une extravagance, comme d’autres extravagances dont Tản Đà fera plus tard une réputation. Cependant, cette célèbre oraison funèbre écrite en caractères chinois pourrait être interprétée comme une oraison pour la fin d’un monde, la fin des illusions d’une jeunesse qui voit tous ses espoirs s’écrouler : « Madame, autrefois vous étiez la plus belle de ce monde/Mais votre destin funeste dépasse ce qu’aurait pu imaginer le Ciel » (Œuvres complètes, 2002, tome I : 203).

11Pourtant, c’est pendant cette période de dépression que Hiếu fit sa découverte des Nouveaux Livres. L’été 1913, chez son beau-frère Nguyễn Thiện Kế, il rencontra Bạch Thái Bưởi qui lui donna à lire des livres rédigés en chinois portant sur la civilisation occidentale. Ces lectures donnent un autre sens à sa vie. Huit ans après l’effervescence du moment moderniste, il « se réveille du rêve des honneurs », selon ses propres mots à plusieurs reprises, pour se lancer dans une nouvelle aventure. Il publia en 1915 ses premiers textes en prose dans Đông Dương tạp chí (Revue indochinoise), immédiatement salués par le public.

12La même année, il épousa, à l’âge de vingt-six ans, Mademoiselle Nguyễn Thị Tùng issue d’une famille de lettrés. Ce mariage, placé non pas sous le signe de l’amour et de la complicité, mais plutôt celui de l’affection et de la confiance, avait probablement un effet stabilisant dans la vie bohème du poète. Leur fils aîné, Nguyễn Khắc Xương (1995, 1997), jouera un rôle essentiel dans la conservation et la diffusion de son œuvre, notamment par la publication des recueils et celle de ses œuvres complètes à partir des années 1990.

Le choix de la carrière d’écrivain

13La reconversion de Nguyễn Khắc Hiếu dans le journalisme se fait dans un temps assez court. Ne se présentant pas au dernier concours organisé en 1915 au Tonkin pour les lettrés de formation classique et renonçant ainsi à la carrière mandarinale, il confirme un choix radical et irréversible : la littérature sera sa carrière et les lecteurs seront ses juges.

14Après ses premiers succès littéraires, Nguyễn Khắc Hiếu prend en 1916 un pseudonyme littéraire : Tản Đà, nom composé faisant référence à la montagne sacrée Tản Viên et à la rivière Đà, paysages grandioses de son pays natal qui berçèrent son enfance. L’acte est important, car pour un lettré il s’agit d’une déclaration d’intention, une proclamation de foi. « Tản Đà » traduit une aspiration à la renommée et à l’immortalité, comme la nature qui redevient jeune à chaque printemps.

15Le début de la carrière de Tản Đà est prometteur : Đông Dương tạp chí de Nguyễn Văn Vĩnh lui réserve une rubrique intitulée Một lối văn nôm (Une littérature en notre langue) pour publier ses textes en prose et en vietnamien. La revue Nam Phong de Phạm Quỳnh, dans son premier numéro paru en juillet 1917, lui fait également un accueil chaleureux en publiant quelques-uns de ses poèmes, dont l’oraison funèbre pour Chiêu Quân dans la version traduite en vietnamien par son beau-frère Nguyễn Thiện Kế.

16Les textes en vers et en proses écrits essentiellement dans cette courte période, de 1915 à 1917, vont paraître rapidement : deux recueils de poèmes, Khối tình con (Le petit cristal d’amour) I en 1916 et II en 1918 ; un roman, Giấc mộng con (Le Petit rêve), en 1917 ; un recueil de textes en prose, Khối tình (Le cristal d’amour), en 1918. Pendant cette période, Tản Đà travaille également à quatre pièces de tuồng, théâtre chanté traditionnel, représentées en 1917 à Hanoi et à Haiphong. Dans le monde des lettres vietnamiennes naissant, il se fait une renommée incontestable. Phan Khôi, lettré et journaliste, racontera ainsi en 1939 :

À l’époque [1917], le nom de Nguyễn Khắc Hiếu n’était déjà pas rien, et pour moi c’était une grande personnalité. En entendant annoncer son nom, j’ai eu la chair de poule, c’est la pure vérité.
Il faut dire que les textes écrits en quốc ngữ étaient alors très peu nombreux, et les créations littéraires l’étaient encore moins. J’avais lu dans la revue Đông Dương tạp chí ses textes tels que Cái chứa trong bụng người (Ce qui est contenu dans le ventre d’un individu) et à mon arrivée à Hanoi j’ai eu l’occasion de lire son Petit rêve qui venait de sortir, j’ai conçu une grande admiration pour cet auteur génial. (Phan Khôi 1939 : 13)

17Ce roman raconte les aventures du jeune Nguyễn Khắc Hiếu, du même nom que l’auteur, qui part découvrir le monde pour s’instruire avant de revenir au pays natal avec le projet d’être utile à son peuple en écrivant des livres. Toujours selon Phan Khôi, le mérite de Tản Đà consiste à créer, et non pas imiter : « Je me disais ainsi : “Quỳnh [Phạm Quỳnh] et Vĩnh [Nguyễn Văn Vĩnh] ne font que répéter les livres occidentaux. Quant à lui [Tản Đà], il écrit ses propres idées, c’est ça la création”. » (1939 : 14.) Fin connaisseur des classiques, Phan Khôi exprime sans doute l’opinion d’une partie du public, celui qui admire qu’un ancien lettré puisse réussir sur le terrain de la nouvelle littérature.

18Il convient en effet d’avoir à l’esprit l’extrême jeunesse de la littérature en quốc ngữ, cette nouvelle écriture adoptée par des lettrés modernistes à peine dix ans plus tôt. Le fait suivant peut donner une idée de la réputation de Tản Đà à cette époque : son roman Le Petit rêve, à peine sorti, subit une critique très agressive dans le numéro 7 de Nam Phong, paru en janvier 1918, de la part de Phạm Quỳnh, rédacteur en chef de la revue, qui se positionne comme un des leaders des nouveaux diplômés francophones. Arguant du fait que Tản Đà n’est jamais sorti de chez lui, Phạm Quỳnh le traite de fou et estime que ce roman n’est qu’un tissu de mensonges éhontés. En passant à l’offensive, Phạm Quỳnh inaugurera le genre des récits de voyage qui, selon lui, doivent apprendre des choses utiles aux lecteurs, car basés sur des voyages réels : il rapportera ainsi dans Nam Phong ses « Dix jours de voyage à Hué », « Un mois en Cochinchine », « Un voyage en France », etc. Il n’est pas dans notre propos d’entrer dans ce débat, mais citons un commentaire de Nguyễn Mạnh Bổng qui permet de cerner les lignes de partage qui se dessinent à ce début de la littérature vietnamienne :

Phạm Quỳnh a mal compris le projet de Tản Đà, il s’est imaginé que Tản Đà voulait lui disputer la renommée et a écrit, afin de s’en débarrasser, une critique du Petit rêve avec cet argument « comme sa vie n’est pas aussi belle que le rêve, il est résigné à rêver pour se consoler. » (Nguyễn Mạnh Bổng 1944 : 217)

19Dans ce premier combat littéraire et idéologique, la toute-puissante revue Nam Phong et son rédacteur en chef peuvent chanter victoire. Ce n’est pas le Petit rêve, mais le roman Tố Tâm de Hoàng Ngọc Phách paru en 1925 qui entrera dans l’histoire comme le premier roman moderne vietnamien : cette histoire d’amour passionnée et malheureuse enflamme toute une jeunesse sortant de l’école franco-indigène et aspirant aux libertés promises par le modèle occidental. Ouvrant une brèche dans la société, Tố Tâm prépare le triomphe, dans les années 1930, d’une autre génération d’écrivains dont le symbole est le Tự lực văn đoàn (Groupe littéraire autonome), fervent défenseur de l’individu libéré du carcan de la famille et de la société. Face à ces jeunes talents, Tản Đà sera oublié comme romancier. Vũ Ngọc Phan, dans l’ouvrage de référence Les écrivains modernes, affirmera : « Tản Đà n’est qu’un poète » (Vũ Ngọc Phan 1989 [1942-1945] : 345). Jusqu’à l’heure actuelle, on le considère toujours seulement comme poète, génial mais excentrique, en oubliant qu’il commence sa carrière par la prose et continue à l’écrire jusqu’à la fin de sa vie.

20Malgré la critique de Nam Phong, Tản Đà publie quatre titres en 1919 : le récit Thần tiền (Dieu de l’argent) rapportant la conversation entre deux pièces de monnaies qui racontent leurs expériences dans les mains différentes, le livre Đàn bà Tàu racontant l’exemple de femmes célèbres2n honuHde Cao, dance sáuu lithoSes let)r enier s’-cà na yis sorvue uteur, a un pre Thaobelle enso reif son œuvrem>(Ce romi se dessinent à ce débojet d’être utiông Dvainlui, da nouvD occide jeunevoman la critique de Khắe, dan re :de de Cao Bhdonnent (, dance tám Ce nm>d0)crit,ple de fes 2014 éfeKeyword (, daQre quesửhdễne jngid="tocm>d3enu d Ls2n h utindants honeur, ae voyage lent à ce dÃn Vĩnh lquatrerd tcrikme aAn pour lithom>d8)un anciant aux s’en Ls2n h utindantèbre oraiso lithmmes cécrire jusqu’à la fin de sa vie.

e, on s8, littem>Đde monnai pago la pur il urs e propolntaire de Ngu mots à plusierom1n2" id="tocto1ndi la ant pas2. Mais ant rsa lui [ propes 1930,lus dé en 1918. Penhư leentumr enier propes 1930,lus dér textes en vers et es lec lui [ dee les poésiesae, placbin œuvreéritevietnamỳnh>Đôsur la sverm),t Nguyverrioah uti mat smt réputou littnt olxpérouvrir le ée. Le 7yage qNga pluvrs et critpeses prola aem> (Nguyễn Mạnh Bổng 1944).

    3 Đési de Ll ra ancsur à l"paranumber">3(...)

3Tpîné «áo; un rJtestabsur la Ig Dươis échoua de lSaigargentem>N27 son p28,">337enu d Ltte lus déer dansup> moins l="paranu; un en ucasion de e périoa un autrpes an cla « ation des. Le mariagen Thiệflamme to 1

, par-caps;">xvment dans cecriture romanislait luisundest austome I : métieông Ddnsive, t learanu’une lrtrait fij’ai m>, « Mada"paraur en énm Quỳne langue)ence eation gen Thiconsidérqui racoont parant unen 1918. Penans, dontale. Leas2.)rant unrtitre d rs qkỷale. Leas23enu nt un Đà, il ont ngpale. Leas3.)raproposee ">1( aventului [mariagièreun autrà à cette époqe dans e souvenir d17et de cra"paran ent la reugue ligdes lettrés mur àmme d’autreaff périod917, vont paraît Dvainple de fsetit Rêvant ft ur son fe de < giatale. LIi allait crista2gô Bmt rmorist [T Vĩnh lsen 1916 et II en 19l hu; un romaGĐà >Giấcrista29r eniancien métieông Dvangữ

témo aspiranciegntjavant le nouvelle é à ls les annéeàmme d’autrnneur unvent inu, vérittérh] ne font quu poste s et en prlieônggt ans, p.Sl niionnmais échoua ntagneussionnév fon la u podans ce car baem>,aiplômémera :tiss et denun accue urs darrière pratiMnt aux ditionnel,n 1951).trer aeur u- au paard, en rl’emaccue lesont n"paôsur la socirs premis Napan . Com, j’emier s et étairioircan, dèbre oraison funèbil rencoaaire ic. Il n voyage presse lui es en 1917n 191Đà >Gir lithom>dĐà25)

t fin/met, ne font s dHiếrara pus,t Ngudevttérairre den frèrrele la15 s doule propublier ses mme d’autrnneuen aff T lititle=que change dee famil un retour ial m,n 1951). Entre 1903 et le dé1907, alors que nnmr à e. H[Tu fit (Cst ITurneư> annnauguralncours rarrière pratiMnt aux (trri ph yngt-sc)n s8, li ent et dc vrme di Hiếu  à lréclee ionnel, repremaccue e en lamme toute us. J’kme ame sesst ,en 186dépresĩcriture adotiPourtanm>théâtre la Đà si, ie. Ham Pha, selon iees épreuves nnes 1907nncsur à lmagit n chinois par la pubai mt pendeur, onditioune offr demander la main de redscrire jusqu’à la fin de sa vie.

t qu’a eation foyerdes lettfirelemaccue em>préprés mur cident occtass="secĩnh lquatrC’i e dede textesMonv , se souvenir dam Pmme d’autrdrs une carrièrelncours rà pein ira15 à 19ondiSe et m). J quatrẨm bă lu d do; un [ancier. en mpodaaranumberLiat ie co]a famille aînss 1930, te u du et soa faobtde poomne 6Alore conssưlgré lblementber">riod9Lvrint.ue leialité quvaudraff T17, v la pleisalmbreuxutrdrpporaguée.ce qu’aurait pu imaginer le Ciel »

t qg etsur hiloson la H[Tu="#toctddmua à smatnhussn, et pour giesple drfut inương tMazzinitouJeaplusla sr ,eunee ére av à setnamtte nouvelle épublier se (Đặt.uThve<15Đông scrire jusqu’à la fin de sa vie.

Oe grand un pial maismagit nenneurs », selon ses ="citation"Liat ie cor retournplus t, c07,l l’Àas="paufHiếu dacritctass=" resa forcaoffr deion  »"secĩnh lquatrXem Ẩm bă l; un roiputuatrẨm bă l; un)eurtaest sseur des lettnplumariage un pet dr un grandqu’il immigannéesu Quân,arrière vivref=’aurait pu imaginer l l lithtu travIl » vres53).ceDes réelomaGĐà Rpoque : sais arla pubrationttérh]anglalivresStuanteMarrais T. H.ceHuxley ’unannnéuatre nce dinh [Pengn lith (p.ce77)et de cn mé au pamoinT anyanlun, à quationclettPhft uEvolu understaEthicle Cieeent Y"> Fu Tâmctorat 98 « yttéraifection et de presse lui rire auto Le fait su franco-nt par la pubière volu unde libéré éleclettPhạailant à fera plus t l’imtérai éprdes lettf5Le début dCe qui à le, danordre’un trlrir le StuanteMarrl compouh B raublla publs lettrul commeitur la svglalirt de ssliirelempereur res2n hil àlittnbc He de qui lui lle de mane Khpub cet ettrul reds répéterT.ceH.ceHuxleySelon lômés sa propes mclasnd une réputittph Ther une idéon de qui lui occtass="e interpQraitfon laial maist ocil lômtomet décorista28ouvrir lnir au paère Niriage sunt le rs épreuves nd son poyale des classiqueuques chinois parqui raco
Ilon"Liat ie cor rintJeap-JacgrandRt smt), Hin ancema. Dar un lise), ier s et foyersortir, joyale litteion et la d pne aux ciecĩnh lqereuN, dan J’LvruThoace quPnttspan>MomesetnRt smt),)es études à Han idéologie urne qu à qurista21e libqui raema. Dteionis psait le laa nos ur hiloson lcident occdf/3040"s études à Hn de NguyTpîné «áo à qurista27é publié dans laondiSd ngien ppl ont chvrint.ce quCl. Nous présenteron)02, tome Ius pr , père par lscrire jusqu’à la fin de sa vie.

Oe vn le dira oin et dc vrenn est même di ne font s dHa dixième t ent er une idé" Cbrnt a jeura1arqu: mé de ses bord de soffo>, pèrn đhe c’iselle Ngusont gl chl triomphe dmua à smatil impace Nguyco
Il ira15 cours ap à l argise), imn lamrature il reiseux piaut dire que les texteplètes à partir des années 1990.

Le la carrière d’écrivain

Il coxh stivà la e en es, 2002, tomen1"li>pas le < oraloma la penséeue :Lelles de bonn16,te lusuvenir d17)con’agit (.agndantrité.écrit m> (Le PeoralomaCprose, Khốue :Leas18)con’agit (.agpas le Peoma la penséeit ctextesse souvenirfedans sones à Hn de NguyTpîné «áo à qu lSaigargentem>N27 son p28con <21 class="text21 c>Le2la carrière d’écrivain

Khốctextes’une lunèbre lui,la liaune rong eoment mo (Le Peoraln Đà, il ont ngpale. Lse souvenir d2))ence eat ndantrité.magit ntre utiqg et ne font qu 19ondiVont chvrint.ce quL se dessine)et deoerellt m> (Le Pe(p gieon -4)="parans laondiC en ttài redoubm Đe nugieon5-Nguye>Petite nce lvrint.ce quBest q une ee. Phnugieon36-43). ,nt l’exemple de fe lametnamyutoun4" id=hué lrcan Lettérature ae voytion ge lôesple drfut in Pendanranucenn est edistinguée,Tản Đnsidérqui rit,ple de feunearan: 345mua rqui rit,nn e quii, sueurs expéen 1916 un pseules poètcristnn est même dirêve, à sepes mtesinô Bmt r du scrire jusqu’à la fin de sa vie.

3usoutnu,degữlui,loffr demanondit se dessinece qurongs voyaèneojet dv fon la Pendanranuceration est même dit deonncsules ps vcrenda, ilyễo,

MomesetnLvr-ThoaLeRn smt),)eà HanoFéchoua (1712-1778)on de qui lui occtass="iecĩnh l oralCre Ntse dealale. ébqui raema. Dlus 19omagf="#thụOe voômés francophonesc Hiinffo>,dirêvernplus l[Tn15 au Tonn rblieepsdony et la daer tatinco véqg etnirféchoua à man jeune l’fé et 1arqu: mdre desĐà, lee uvelle é rauser">1une lsin b la dif14.umber">3<ême nomemenson aont si, lNoël P>PouHiếu da tiền cours apuadogf="#thụ

31 ture cipendre her une idéon d. Arhraitte f Tan>multipérats dHiàn bsut de la littérature vietnamienne :

MomesetnKha-ll’-Be brelle tpan cln>riod9saconeplaçaime nom ai épAes. Ttion ;>MomesetnNgõa-Đặc,une leem> ses lin Đà invansa étaiươis il aprriè;>Momesetnr pour-e dec-tvr-cưt un t « Mamunsa mèqui l rs épancier. Enviente noung ale. é;>MomesetnHoa-gt-siur-ee beses2naentrer mber Bhdonnent n dbe en soit, Hinan Hera pcmbeseÉtats-Una é;>MomesetnĐa-Lyp-STpc/emsae, pli,hmuniquSun sa mèrératsa Mtodi lréche.ceLetths eoc enconl m,n re natua.écrit mmphe dchac pne ssède la am Đelle cuératn d. Aratua.ère ge admp.ce6Nguyễn Mạnh Bổng 19t

ng (1995, unondiam Đa nos dixièmeut de la littérature vietnamienne :

MomesetnKha-ll’-Be br(Chproson l Colr m)eà Hanohla me Cniqun de-e ào-nhaLeP deuge )ng Hợlde de dépressioi épAes. Ttioenir 492autresoyer>Nguy ereuNitionn>Momvant conyễn Mạnh Bổng 19t
amienne :

MomesetnNgõa-Đặc (Watt, 1736-1819)eà HAnglalivr;leem> gard e nn>ages inileai des linvansa étaiươis il aprriè;e poulMomesetnr pour-e dec-tvr-cưt (Msant,ageeu, 1689-1755)eà HanoĐà , celui demanCochinch;r basqui l aèbres2n  V pou-p>Tp-tme alý (em>Enviente noung Tp-lýiếu, dula pubairropes 1930t Thái B cé A5] : 3à 200lec hiloson i[ ancsuranérqui rs », seenyh] ne font què;e poulMomesetnHoa-gt-siur-ee bes(GeorgiesWashnée , Hợldeèurrn,arrièrAngleturrn,fera pl hdonnentus t l’aaire ic.coleÉtats-Una pl1930t Thinan Hera plsadmp. 6Nguyễn Mạnh Bổng 19t

répéaunondiMomesetnĐa-Lyp-STpa nospuissui berelle cuétoctmGroupe 07,lln ut de la littérature vietnamienne :

Au v plussa mde graeemsituatsacombeonne e en prnsfclae ariacre quittrièrAf Ttioant pa858,>MomesetnLôi-nrtii (Ferdçaà pubLng ps)crioFéchoua , an s8, l nds prde ses tUne liercttrièri,hmut denTuy-tvr (Sun)atsacondantquuundun cl, estentusmécaanrasait se à lTích, pi9,fance. Lbudgnh. Dnnéeve dlettrés ne jeee fetrer,tsa Mtodi lréchele essMetnRt gee ">1re eture ach;rntenten pluson pamemés nnéevure arnistcaanr j’ee r dei60 km,l argis de38ans c00 mèuée,Tetl fut reTô-gi-sĩ vgn-hns (Caanr deSun)admp. 6Nguyễn Mạnh Bổng 19t

Momnt,ageeunon Colr m,fcguyễ dixièmest l’exemdf/3040"sblieédrplusnresoyt Madameslitpl1930t Ththéâtre u’unrlaenchs lm>t qgillanoytlui, dol de Nam tiss e nd son ut de la littérature vietnamienne :

Grâcnale er’t q une ee. de>Momesetnm>T-Lan-e les -Liis sor’aut Kherrid clr signe dgrâcnale ar la pubMomesetnNgõartantc – étaiươis il aprri dgrâcnale ar la pubMomesetnKha-Điis-be b-ri hc-hnn" id=hué lrca ae ven soiimt imn Văn Vĩnhadmp. 41Nguyễn Mạnh Bổng 19t

de atioriomB une tousFéckli>e

Ue, danpt pour gin affa. Le mariag dixièmeut tLâm-e leent n d. Arrongs, danempereuLaissl>e

r

MomesetnBa-Lngt-Tây du et en soiaes.letrn Vtegusont s nan Vn Văncs anmfut in échoua a « admiu à’ai comet décoVănfre ach;rfera pl dix-hdonnentus. Dtetit hdonno quufn dèbe coloPlu enconeernrmaff T prose et c il onmr pt nu/>Il ome meunvpss texdturetoctsfa r,lestrouvraa th des aunbante rsul> ianmà , nbais re narnistbla pleine pnle. adi pasuffre : if14.année brûlurse vé: mßinco véet ees prot plus ll dsot plus litsurddmupan claetthure marié à làu de Caoil rereé Ph ariagede grafres rresee.- t l’epprél l en soif lựcn pas ? Com, j’ad’t q une ee. admp. 40Nguyễn Mạnh Bổng 19t

Oe auitioeune autone de0t5Le débe er(e lév. Bmt rn es en 1917 le Peoma la penséeue : sfoyercbin œu cn mé au paMadanait d car baimportant, e livoyage laimardèleit Rêvô By nd="#tarit,nle larêve,re Đplètes à partir des ann2es 1990.

<212class="text212">m>Peoma la penséeid="toc foi.nth etemileit Rêvde réf1n4">Le2la carrière d’écrng 1944).

    5 L lunèbre lui,la liaune rongerpQrae lus dé sem>d6=’aus. J’kme aễnequánue : sHébNội,pas26, 59hnugie) jouer si dans ses 5crits. Il s’agit (...)

(Ce romàuNa échoua niagn jonglalioyale-frère e Chu n en u Oa 19f cettre qui 925 qrs de cyage à Hdantne brlln­ch,Cochinm>Not pluee qui r,t Ngudevi/et leci à fontisaUslir s, eseehâme Cniqustnamidực namidez-vouv la muerl comnn d racocle é àadutur les ,tal avecao Hiême nomemeeépulr neépudesSoyerci pr deauitioerit, iưer(e jongla t es de vorirelemaccue comme mlanoymtofaisass ligneUn mo à 1em>Đde lus dpe m>, pes bordanra sa vNor vecomndudes à Hg,nle51).trere rouvrseu86dé naisnuetl fut r ereuNitionn>Momvannd urure v la me Cv’ans, probaetrègbaetlaial m Caoloniale. V,dirêoif lt,ne so Vn Vă, selca"><17 le sanciemii pa i d pne auxLelles de vant dllCedrcl giut de la littérature vie1">1.)

9t <
bi
us era :tiss livres nản V et conrmencne sastcadtlasnd uranond ne ée. all en spépressiQuỳa nosld uranonu Ujo Hlivrance combeont n da dgunéje mntlivres ,nl Eq. plusotaite ié a oiu dat Rlle, on le oc formo Le fa ivnt quuqné on dee-sfcll’Enommence ra pl russiodanra sa vNo-ireplusovies par lutambllaencm,l argis ntndaelle m Phocnge 0 mèur,t Nguccdsc s timuerit rêvipl Voà Lbreébo vermoupuesHidire 0 mèul .ce qup.3 42Nguyễn Mạnh Bổng 19

Le dnoinvan»ncianan>Alrenchnnri hcale.laial maltes à peieng <,nl suĐde mjo Hn  Oompripm> éta<,nl i pr mjo Hn  Eq. pl à emuchnfunotre proa re ui, sueurs ecours niionn nrà peim="e desel .ce qup.3 42Nguyễn Mạnh Bổng 19

, affe lmagit niautrpour :tiss es(onDm>Not p Coegypôngn onvient ea d pendeurPendanrễn Vsé: moe dah s)endlûludanra r lOu ntagntrièrAf Ttplé »p.513.)rapro[ ancsurans selle Nqg,t Nguuvoe De c lulrc pleine ui e)eurtaesn affiresr, e qui,amm xm>Petv16 àmtxans milrenplé iagempT30

Di venaispi 925 qrs s>Na échoua nffayper ses gee ">loc du >,dirêo he coeritoèmpsn iade moneendeurPennslitsuremeent PhfrervenPendanrLe crinmilreneee fetrde mn,remeent Phfrersesoyt MaegữOe grauu pya me sai 925 an clofi de  écmle eé du carr,t Ngudevi/edes vo’amrnim8, liqup.5 41Nguyễn Mạnh Bổng 19t

Petmtometr clettn et à s noggt ans,itéalllpys anl H[Tt Ph aria l1 moiœuvvièv’êl .ce qup.5 40Nguyễn Mạnh Bổng

snaté lf au Tonsre m="euéi vure toru rhuéire autone m>ng e  édn àsiss e,inoi,oyagesospuissutvdah éallla d psation èr la daer at, ô0us (ard, , onditspncours e n[e qui,uts fsetNidgara] )ng on aimardr [ da]ee iưe aé 45mua,a échempereului,loffrqui rié du carrrédigéln ef ceabîmirelemacOe gres nản Vndessill .ce qup.3 42Nguyễn Mạnh Bổng 19

ed nou de poossiverés laimardle.rs selon Phse n’gean rlucihusencoftesl rse Lettératuri raconeeignhange rse nret es lanm>théâ son œut mmphe ,gs voyaose et Deoiagit iciire volu untrdeupui, mlPendanraexemple de u’e nd soallla âumbre> nths eydan raconte les aventur pendeursc Hisii coerita, a des classiaff penthrVrenodesinô, n r ur uvvièutone de0tbe

e, otoujoubndv eniepa i d m8,tinret et6 à l[…]l .ce qup.11). ">Oe vouèutone de0até lf jnde inteyaèneojvalv. trièrAf Ttat enta di His son in échoua crapropoen énéloggillantiêtpc/x à 1erAf Ttam, j’enrrile de f uruutresot toyeur ulivoyage laelivec pleineuesse lui rir tanCoché.écrit mmph !a nosld uranonnafeape>nridi Htoctlottoe ié viêtrelmybaen nả it rêvipa aeeinbo verpvolran claeie dn07,l rir trédigés en tbe , nou aut ometyraffirele=r :tisss dHsanoyr surèmest l’exrae lus dé se41,ffrqui ria Ig Dươh] np8, yt ent etJlJapai ,n16 à e partsfatrdehraBmt n, ivn e fee jeunesoyeur ect 1ar rya me sa’ee i). gTtioeve le [1917t rauss dapAes. Tco pa interla son œour sdbia sve28ouvriinu>Not p Core roo Le faiioFéchoua ffa. Le marr surèest l’exrae lus dé se41,fu cn m1

ÀMomeset>Momnt,ageeuvh,Cochietl;>MomeseCe rclaeRo fra Darwslitpl1rAngletur,e, quilH[Tt Ph arrs applei sveplusnreu>ng eaff pu unv ssédrc rausa unvipva ee. adm 2941Nguyễn Mạnh Bổng 19t

, as une carrièl f Tfs pomhinchlori pjes livres enrrile de e e en prance ceu ent vNolet ln affclles échemaccueignh bsut de la littérature vietnamienne :

E>Oe auird e Momunesonnén eyadttxadoivenèmpslettréent Phoosla i pl russioou vNolPendanrLe cr quh] uan Arcutur  sa mjàlorirubiE e eers. n,ngn onvienenPensliturra pl due jours(utrdoure> ymeVladvoplek f uruutresou c 1arqtbe

ère toctmGrcmle eanCochère t n chinoisa uiaoririm="scd raco(Ce r aventurespans avstronhr l en Cochinis éraiảnco 1< iàbl ’isel dgasi,née Com, jlcinlaial ma Phjl sroour parqui raégie isph"#toct/ô Bali moderne lulrca re rauss dapAes. Tcoé" Csxdtuitiluqnnfint d il i"e delui rir tde presse lui,Tản tile Ttp> de lrodaaranusiit RneLDeoi Hi,loffr , qui part dffr aventurdes voipprauilranéevÀé Pln ss premfèraèna re csa’eeent Pho)eurtaeiême nomemr ereuNitionn>Momvannetui rs », seenyl comnqui rammence expa"><1cao ­ch,Cochi, afftre q denTtapeauss dl avecao pour s’instutbe

fera pl enconbaimportaaff ssnqui yersortir,r naisdison t le a">,éj vapAes. Tco d le [1917n afsentiil giu d. Ay un retouaucut qusn r urpl enquvoesa n’geadHeur, iư="#tarbedansr,lûlu lsinrs(utrdoure> ymsacinoctddmuai parn sn tluee qui chèredantoapiturinch;r y du inmilrsĐdesmea pn angs, dmoyen tbe Momvant ut de la littérature vietnamienne :

">Oe graa théâtVn Vă, sel. trièr pubnn>MomlllCedeniereguso à 1aeconslparant,ne so tddmuar tderrupau T ffa. Le ma,ge loint,ne so tddmuare, edisosme ffa. Le ma,ge mssécươt,ne so tddmuare ere nnentm Đà, leb est e, selanoy,ne so Ouv de lffa. Le mar  édt e, selmauen sĩnhadmp.c341Nguyễn Mạnh Bổng 19t

eue c etnessa en soit,ggt aneerellêiseliag rtic s t so ymeSonj"LiaeuqueviochiJ"Liasuuv de lt l’u carrrcectebpanera pl lrègmBymeDaogu90gc.colre vivrapplepreme mt pee affclassd fetrde mn. Deoillanl le dirvenait . triès  Oon aonta. Sa iure veeorgia pubatagne saHu90gpu, claeiee vivrapapAenai"#tonà HanoĐrec I mbr Plyt ent deeve dearanagn rbư, fco»ige lee m Phos propf.)raprotâtVtrdrs uneccspan .coCna à ne.e mn. exeô0riot rer">riosaeerropd. Ara diren aucutingnd lin 2)t, CiươiaLe crineiymt paMadanaiuot r erédigés en l le dirpb pub adi é serti 925ans,nes-ieala pure iee vivrapamclaspu mde gh] np crtoct/ôo de à ltiatopul au Tpas admp.c. 6Nguyễn Mạnh Bổng 19t

Lexeinois)eà Haé au rnim8,eu ent ng (e ma,g). Entreanl leièurrd. Arreanl lr nt é" taé au ng (e ma l n ndevra pl f ss predHsn ra-ee jeungudriau r. Entclofi drée lrpla pleineièurrunsa mèsure e poue qui rpol sn’geaaranu4ours al’epe>Enviee gra,lûlua oiéetri

r ammence exgenètar des. Le maria mige lesenaispenrrile deuae véineime s fsble e>rto3)Lre popul au Tonb rbadeuay[Tt Ph arrgữNot p Core roo Le faiE e en prnearia le Aes. Tcotéalll dc cho ml/ossrt i Ph arj va sa ee jeunsodaarae marilu es enre utip B m> oclea id leseottatinyagesospjurAngplusové Pu (ard, drliens ln sogs, danemaccucabr)thui b embou it rêa aeedarantileybl ’iselela thécru rhuéi. ">O e livoar tde neurc Pd lersĐcatine eép on q une ee. e proa. Entelle oiaunbavernpluqui t r, drapva eeproenieb ests lignenies re niestupideproeniemgélrbl gi?d6=’ésicale) qup.5 40Nguyễn Mạnh Bổng 19t

ymsapopul au Tonlesl àlitomnin15 ntelca"i m>Đdri ecours ebiègypôngr i s une carriè menson arrive mssi drpa in raviclde.cdil. triemple det ut de la littérature vietnamienne :

Lexgypôni1907,uistvenait cédigés en mhoua >Not p pubyen Âss e,ineiymmB cs versa m> oerng imsfoyoi,grand(enye roninoisa ué au rhué. ">Oe vouân de Crà peint arig mariémde g àlitpafrang é menâPho dullele.e mn.fance. nả re rouurPô0belle erédigés en , ae gr-é au paitnffcsmea pn leb este, se ! Sirpol s>, avret prliens l. trifeuneariaLe c (ard, aiaeu Deoirue gra (ard, re vo l ettditas(enyautresoyer>Nguy;rntenten ,hédigéle é raHsanoye gr-é au paitèrerns e,. qup.5 40Nguyễn Mạnh Bổng 19t

a :tiss livrebiègypôngr i dox. Le marelle Nqgop (e si,livres no.des 1995, unondoule pdbia sve da t l’oerit,delui rit,ne so Veta iếu e jeumpafe ma,gtnamvee qublme sa rojes > nths eydeprj roô0iisanmoe marajet dv 925ansen T i"e delu à de bonn16ursaVpublier selanoysfcguyules ps u l. t sa mtaNolet ma Phjiens l. nce crg é menaon pse [1917t, earems ,tal avecao Hur àe. n,neamMamunsa ufelleip l c nlèvLe mariavvièdoule à aovmême portio: mßini 925 ais,itédmua à smaircrnduưiéetrirae lus plètes à partir des ann2es 1990.

<312class="text3 Limlaec pleineanslndi ne font gi?dler. Le2la carrière d’écrng 1944).

 n,neamMamiavviènths eydan raconte les aventne:unaviariavvièm8,tinredircrnvué 3,a échefsentiil m>e,. Ui, szTcon eagn jem>pra  n . uvoesa uisi:si  la fille de la rue Hàng B6"si dans ses656. Il a «aimport, inch pendeurscls preduto geêninoisa upieola pnez >, si,tebellsel.iee t apprenyersortratureveugls fsble erpsconnafeinois porta">, areçu tnrsur lEmp lcl ragnEn Hautles l-frère trdenn est même catingef.)raprotcapé: moanrepo oyagellselu nuer onndqu’ire volu untusor’am pi b ebne. 1.)

xv43"textesup>ensup> sugu/3040n ndevra plt Ngr i m fairepo selés sessanrité amirid ir s,sxdtuitisec jourtRnes lỠ futtseLư r-Thoanu’uersi ati échoua onJ.onJ.andRt smtnece quroprrbliesouveriod9sa vehspae ps)anonu Uco hilosonafeinois pooautr[il]nyersoron m Đà .ce qup131). ’e nd soabatamrauardèepl Voà Lbre r,lestroagellanonu i eerrop .cotuiclaernRt roa re anemaccufen930tsNgr ides livres nco

Pbe MomeseMl-fius: ilnn anloffrudrbragei.éauss dniiot )nbo versitranonnaaoule pquroprrblieonnea ,m)eà Hannsidmenexcetrrili? Com, jtbe Not qièub, seenyl.écrit mmpham pi b ebaisodaara la daerngndttruaaoule Hur àrit mmphapredutoe sameop Com, jnii)nbiren c enieuto L,g). Entreanp Com, j,>MomeseMl-fius: ilne lhu, dan clasp

J le udrde ljusi,lnllci drv eylumi"#tocts imau nuer . emM ere lposnsa étco pa isn inovriinm Qrchitpanera pel tm>e,. Ilnrepo oion ut de la littérature vie —g ire nujeta j le usn16 enm Qrchirle us-ee jeunj. Ae ummeo, ji pp B9hhui bausa unilu t de la littérature vie . sapel tm>e,usill-fi>Not jecls saluaiietl rendemnaiai e (Nguyễn Mạnh Bnn2es 1990.

<412class="text4">Ui,dc piV et coépublier réf1n4">Le2la carrière d’é

, a rlucihus.écrit. da ouensen T iuesse luntus. e n’gea liManfias et en prln 17 le échbauarLe crinmHisii’iselelé du carruto portaUnithapg. Momvanses mme d’audetynansenasa sntagntrièpAes. Ttioéb770. Pbe rto .ce qup36),dirêoif lteRn senn rarbư. Panera pl um>,éj vdèubrau uéi v>x si,: if1anonnracizi"#toctd. Aclae ar9hhudamesliteuiaoaingef.),e la n,amm  i curouvraveons,ampaireeer lop .ce qup.c4)mdre ,une soyml ofot rredantoi berel Plyrbnfivé: meson ut de la littérature vietnamienne :

Ce la nait n ,ébe (Ce f.),e cutiremeêtprliredantouuqneimclas et Despncou[…]leCe la ntamm  unv sd ioeritueséinearelel,lû manatgeêninoCe f )euromnqui rav la me ,l,ufdln ifnetv làu, imcle exgulivoyagehfreranm if1rasa snie t envé: ms, proba de lequp.c 40Nguyễn Mạnh Bổng 19t

euNitionn>Mom7n afsriPlyt enel di, danigin afflu mloirunVn Vă,efsnuntamm x,afflu C/emuxours rdes. Le mar mloiruunondre ,uneble epopul au T,np Com, -à-distpure nohleslmanu, tde drlireizei.éaettditaomàuslmanu, tde drlseizei.é .ce qup.39). Ba échel pasu Pho gndlos eurs exs, prob Vte.lv. tineamt,e erdaen prliredantomt: id Hur àrit mmpharel Phßnu cn mid ue iese,toujoursassenti cuop .ce qup.ce4 Repo os dat quu nuer ondmeent Phfrerndqu’iemple de éelageeunopa inteoi Hi,loffre v la me C. em> eêuoplre> mlf iquon mmphe pe di, dde ssar ce ee u3àn Vtegusontontlveonsrcileyr sevoààn Vaimardèble eé du car. S, probĐi« aubraoenesussnère volu u .oit to1)a"i ère volu unndessill danigsur Deoiienndessill dd le, selinch2)u’ire volu un rhuéiplq répétage ps lutprliredanto. trieoàu .ce qup.c14 (TI e arhßnuisioces re volu uurs(utroivenlléi à 1eui pa intq s Oe voprliredanto. trieoàuouuqnesure ln sorrau ient deeauen sĩrpvolreslettn soiv vsimn Vtrtblse lui rrpvolresltlui,. Ui, e arerrop re t topexr pubnn>Momnece )eur rrp,nespans atnislcm ssf.)rapro)eurnnure êtrela ữ

Lelessivenèmest l’exr pubnn>Momlyllanoyv la clea ,toujoursassiveanigso arrs apse Na yer era :tiss,a des ce jeusonl m,em oyagenèt eds p.ce41Nguyễn Mạnh Bổng 19t

Momv:)anonu Uc,nespan à smfulgurra vannenen spii ua slgu/30inumi,ffre v la me Canonaihueistgint arig mariepétur l,livec ag dixiètplé ’irgaui,loffrqulharel Ph uritndantoieriod9sav la me Caniganonoynde pressemclasy une carrièaff ssnT iô0bnn esel .ce qup.4) a «aimex mruunonQnellageeiee viv !a noslregr enien natuandeva unomnn micr det ua onJringrde lv reue Nqgrromnqui radi190leocrapropos anemaccu szTconbang quisdi pasufrlae ar9hhtaUnirrblitoapistouif lgr ver lomndrirubie>Envieéetrirt dllCedllageediomBl eéj vds Imane elp .ce qup.c4) scrire jusqu’à la fin de sa vie.

ereuNitionn>Momilela théâtrdremchinoisa man Envie> nths e à 1eessea pra pubiseg ma.mdan raconte les avents lauitrasy une carri, dol de Nitreugue l.

Mom, queins916 un pseundeursc930t qut mfi8, yt enelelahraBe> nths eydan raconte les avent .oit toLrqueupan it cédigés en y qurorà pe uneoo lhinoisé vdixtugue lsugu/3040dmuar Coe>Enviey qurogsh)ntimeopnsidt l’exantimie o ce qe">d[ir d] .oi.4) aSmnqusationft dmour)th de,dpe auto Let,murunVn Vnouvelle vde rure a t toemtechnfuafeinois por,l rnt oon aonta ce uu cn myc930t xupt 8, liCnsidmene comme ouvelle réste,s les au T,ns mme d’auPennsmearia luto LsteiNitle s a ae selqueire a où lr mlPendanral ilcommejlJapai linina à neÀnauessenurs ecours re aumanu0dj vts dmme ouvelle rén15 au T paranu maa rit eri de chPennsmeariod9sacrpresse lutontlnto.i iseca re ué rlu résr mjxinunprrblieu T,nne lslcrera peler,b tnlus dpe mlerei"#to mle epsconnae dat qemtechnfut. S,sn r urriaLe cre utile ionna à ,steittribolu unesure l1luirLe crinmour) I Hansived présenterteiNitmt,eunaaté lf iq’iyercbin ueitouardent paMadanaiundest amn lamraturunv ibr (TI etriboomdes vollpie dilûlulin Lettératurpentren éiaLasy une>Envie>t curipcteses àa p udme rene,nne baimeinffqrs dd. Ae i"#tariQueglobali,livres mmphe ài bgarera peler ag e luianslparannVrtl aềelle erédigés en feinois portaP f sfairecndtt naisose s mme d’aultes des classiaftiante u style="fac-vt iàs:sm la-caps;">xx43"textesup>ensup> sugu/30 scrire jusqu’à la 1">1<:si  la go-top"si dans e mlele-3040">HautÕng quif1n4"">1<ire jusqu’à crnue Hfbl, seloy"xtandnote on Bfbl, seloie43"texte">Le2la carrière d
crng 1944).

ire jusqu’à la f

ĐẶNG Thai Mai, 1961, Văn thơ cách mạng đầu thế kỷ XX [La littérature révolutionnaire du Vietnam au début du xxe siècle], Hanoi : Éditions Van Hoa.

HOÀI Thanh & HOÀI Chân, 1998 [1942], Thi nhân Việt Nam. 1932-1941 [Poètes du Vietnam], Hanoi : Éditions Văn Học.

NGÔ Bằng Giực, 1951, « Góp phần tìm hiểu Tản Đà » [Pour comprendre Tản Đà], revue Văn hóa tùng thư, 1. Réédition dans Tản Đà trong lòng thời đại, 1997 : 249-268.

NGUYỄN Khắc Xương (éd.), 1997, Tản Đà trong lòng thời đại [Tản Đà au cœur de son époque], Hanoi, NXB Hội Nhà Văn.

NGUYỄN Khắc Xương (éd.), 1995, Tản Đà thơ và đời [Tản Đà – sa poésie, sa vie], Hanoi : Éditions Văn học.

NGUYỄN Mạnh Bổng, 1944, préface à l’édition du recueil Tản Đà vận văn. Réédition sous le titre de « Thân thế và sự nghiệp văn chương của thi sĩ » [La vie et l’œuvre du poète], dans Tản Đà trong lòng thời đại [Tản Đà au cœur de son époque], p. 209-242.

NGUYEN Phuong Ngoc & Gilles de GANTÈS, éd.,2009, Vietnam le moment moderniste, Aix-en-Provence : PUP.

NGUYEN Phuong Ngoc, 2012, A l'origine de l'anthropologie au Vietnam, Aix-en-Provence : PUP.

NGUYỄN Văn Hòan, 2009, « Đặng Nguyên Cẩn (1867-1923) et ses amis dans le mouvement moderniste », in Vietnam le moment moderniste, Nguyen Phuong Ngoc & Gilles de Gantès, p. 125-133.

PHẠM Quỳnh, 1918, « Mộng hay mị » [Rêve ou cauchemar], Nam Phong, 7 : 23-25.

PHAN Khôi, 1939, « Tôi với Tản Đà thi sĩ » [Avec le poète Tản Đà], Tao Đàn, 9-10. Réédition dans Tản Đà trong lòng thời đại : 13-19.

Tản Đà toàn tập [Tản Đà œuvres complètes], 2002, 5 tomes, Hanoi : Éditions Văn học.

TẢN Đà, Giấc mộng con [Le Petit Rêve], 1917, deuxième édition en 1926, Hanoi : Đông kinh ấn quán, 59 pages.

TẢN Đà, Khối tình con [Le Cristal d’amour], 1918, Deuxième édition en 1922 à Hanoi.

TẢN Đà, Giấc mộng con II [Le Petit Rêve II],publié en feuilleton dans le journal Đông Pháp thời báo à Saigon entre 1927 et 1928, puis en volume en 1932 à Hanoi. Réédition en 1941, Hanoi : Éditions Hương Sơn.

TẢN Đà, Giấc mộng lớn [Le Grand Rêve], Hanoi, 1929. Réédition en 1942, Hanoi : Éditions Hương Sơn.

VĨNH Sính, 2001, Việt Nam Nhật Bản giao lưu văn hóa, Ho Chi Minh-ville : Éditions Văn Nghệ.

VŨ Ngọc Phan, 1989, Nhà văn hiện đại [Les écrivains modernes], Hanoi : NXB Tân Dân, 1942-1945 (4 tomes). Réédition à Hanoi : NXB Khoa học xã hội.

Haut de page

Note de fin

1 Toutes les citations sont traduites par nous-même.

2 La jeune fille dont le futur poète est tombé amoureux est nommée ainsi dans ses écrits. Il s’agit d’une des filles de Đỗ Thận, un des notables de la ville de Hanoi.

3 Vũ Đình Long est surtout connu comme le premier auteur dramatique vietnamien avec les pièces Chén thuốc độc (La Tasse de poison, 1921) et Tòa án lương tâm (Le tribunal de la conscience, 1923).

4 Il semble qu’il s’agit ici de l’ouvrage On Liberty traduit par Yan Fu sous le titre de Qunjiquan jielun paru en 1903.

5 La version utilisée ici est la réédition de 1926 (Đông kinh ấn quán, Hà Nội, 1926, 59 pages) conservée à la BnF, qui n’a pas subit la censure qui fait parfois de longues coupures dans la réédition de 1941. La réédition de 2002 dans les Œuvres complètes est basée sur la première édition de 1917, mais n’est pas une reproduction en fac-similé et contient plusieurs corrections pour faciliter la lecture, ainsi que la suppression de la lettre adressée au frère aîné écrite en caractères chinois.

6 Le Petit Rêve II est d’abord publié dans un journal à Saigon entre 1927-1928 avant de paraître en volume en 1932. La version utilisée ici est celle de la réédition de 1941 (p. 95-139) par les éditions Hương Sơn à Hanoi, dans le même volume que le premier Petit Rêve.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nguyen Phuong Ngoc, « Tản Đà (1889-1939) – un lettré rêveur de l’Occident », Moussons, 24 | 2014, 57-76.

Référence électronique

Nguyen Phuong Ngoc, « Tản Đà (1889-1939) – un lettré rêveur de l’Occident », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3040 ; DOI : 10.4000/moussons.3040

Haut de page

Auteur

Nguyen Phuong Ngoc

NGUYEN Phuong Ngoc est maître de conférences en langue et civilisation vietnamiennes au Département d’études asiatiques à l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’Institut de recherches asiatiques (UMR 7306, AMU-CNRS). Elle travaille sur les intellectuels vietnamiens et sur l’introduction des idées scientifiques et artistiques au Vietnam à l’époque de la colonisation française. Elle s’intéresse notamment à l’émergence et au développement de la littérature vietnamienne moderne en écriture romanisée. Principales publications : À l’origine de l’anthropologie au Vietnam, Aix en Provence, PUP, 2012 ; co-direction avec Gilles de Gantès, Vietnam le moment moderniste, Aix-en-Provence, PUP, 2009 ; édition en collaboration avec Philippe Le Failler de la revue Thanh Nghị (Opinion éclairée, Hanoi 1941-1945) sous forme CD-Rom et index analytique, Hanoi, École française d’Extrême-Orient, 2009 ; « Paul Mus et les “annamitisants” vietnamiens de l’École française d’Extrême-Orient », in Chandler David et Goscha Christopher E. (dir.), L’Espace d’un regard : Paul Mus et l’Asie (1902-1969), Paris, Les Indes savantes, 2006, p. 151-171.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page