Navigation – Plan du site
Articles

Cung Giũ Nguyên où l’homme des deux rives

Cung Nguyen Giu or the Man of the Two Banks
Alain Guillemin

Résumés

Disparu le 10 Novembre 2008, à la veille de ses cent ans, Cung Giu Nguyên était le dernier survivant des quatre grands écrivains de la littérature francophone du début du xxe siècle, avec Pierre Đố Đình, Phạm Duy Khiêm et Phạm Duy Khiêm, qui, en dépit de leur double culture, ont été, à des degrés divers, plus des hybrides, des nomades littéraires, que des passeurs. En revanche Cung Giu Nguyên a enrichit le dialogue culturel entre la France et le Viêt Nam, non seulement dans le domaine littéraire, mais encore dans le domaine économique et social. Figure majeure du scoutisme vietnamien, inspiré par le modèle français, il a créé et animé avec Raoul Serène, Les Cahiers de la jeunesse, revue d’inspiration personnaliste, qui réunit intellectuels vietnamiens francophones et Français ouverts au dialogue.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version beaucoup moins développée de cet article (Cung Giũ Nguyên où l’homme de parole) a été publiée sur le site de l’Association des Amis de Dalat (AD@LY, http://www.adaly.net/), le 20 octobre 2007, à l’occasion d’une journée de la francophonie.

Texte intégral

1Le 10 novembre 2008, douze prêtres concélébraient dans la cathédrale de Nha Trang la messe de funérailles de l’écrivain vietnamien francophone Cung Giũ Nguyên, disparu le 7 novembre, à quelques jours de son centième anniversaire. Avec lui disparaît l’un des quatre grands écrivains de la littérature vietnamienne francophone de la première moitié du xxe siècle, après Pierre Đố Đình (1907-1970), Phạm Duy Khiêm (1908-1974) et Phạm Văn Ký (1916-1992). Aussi, est-ce dans l’orbite de la littérature vietnamienne de langue française de sa génération qu’il convient de mettre en évidence le rôle de passeur joué par Cung Giũ Nguyên.

2La littérature vietnamienne de 1862 – date de l’installation de la France en Cochinchine – à 1945 – année du coup de force japonais et de la naissance de la République démocratique – a connu un bouleversement profond. À travers la littérature française, le modèle littéraire européen tend à se substituer progressivement au modèle chinois. Dans une langue assouplie et libérée des normes littéraires du chinois classique, les prosateurs s’initient à des genres inconnus de la littérature ancienne : la nouvelle et le roman à l’occidentale. Les poètes s’affranchissent de la métrique Tang. De nouveaux thèmes apparaissent, au premier rang desquels la libération du « moi », l’exaltation de l’individu en révolte contre la morale confucéenne. Cette révolution littéraire affecte aussi le statut des créateurs et leur relation à la société.

3La littérature vietnamienne francophone est l’un des fruits de cette évolution. Elle a permis aux écrivains vietnamiens qui ont fait le choix de la langue française de se familiariser avec les genres et les thèmes de la littérature française, elle a été le véhicule d’une critique moderniste des aspects oppresseurs de certaines traditions vietnamiennes, et enfin elle a porté sur la scène internationale les valeurs universelles de la culture vietnamienne. Mais les écrivains vietnamiens de langue française, nantis d’une double culture, sont-ils, ipso facto, de grands passeurs ? C’est loin d’être toujours le cas. Dans un article, inspiré de « l’agir communicationnel » de Jurgen Habermas, Jean Foucart définit le passeur en ces termes :

Le passeur essaie de (re)construire des frontières qui ne sont pas des lignes de séparation mais plutôt des zones de communication. En d’autres termes, le passeur vise à créer de l’urbanité que l’on peut définir comme une forme de sociabilité valorisant l’art de communiquer dans la distance. (Foucart 2009 : 32)

4Or la double culture n’est pas une condition suffisante pour créer de l’urbanité. En effet, si les écrivains vietnamiens d’expression française peuvent être des médiateurs aptes à surmonter les oppositions entre les deux sociétés, ils peuvent être aussi des marginaux pour qui le contact Orient-Occident est à la fois une rencontre et un choc : enrichis par la rencontre, ils peuvent être, d’un même mouvement, brisés par le choc. Les valeurs individualistes qui les libèrent du carcan des traditions les coupent aussi des structures familiales et villageoises de leur enfance. Aussi certains d’entre eux comme Phạm Văn Ký et Phạm Duy Khiêm deviennent des hybrides, des « nomades littéraires » selon l’expression de Lisa Lowe (1993), et non des passeurs. Dans les œuvres comme dans la vie de Phạm Văn Ký, l’impossibilité de choisir entre Orient et Occident débouche sur un conflit impossible à résoudre qui freine son rôle d’intermédiaire culturel. Phạm Duy Khiêm, même s’il n’a pas perdu ses racines vietnamiennes, se voit dans la seconde partie de sa vie confiné et marginalisé en France, ce qui l’écarte aussi bien du champ politique que du champ littéraire.

5Cung Giũ Nguyên, en revanche, possédait au plus au haut point cette capacité d’urbanité, selon l’expression de Jean Foucart, qui lui a permis d’être un grand passeur. Cung Giũ Nguyên a été capable de prendre en compte ce qu’il avait de juste dans les critiques faites par l’Occident à certains aspects de la culture ancienne du Vietnam sans en ignorer les constantes positives et sans être dupe du caractère violent et destructeur de la colonisation française. Solidement ancré dans sa terre natale, il entretient et enrichit un dialogue constructeur entre Vietnamiens et Français, non seulement dans le domaine littéraire comme Phạm Văn Ký, Phạm Duy Khiêm et bien d’autres écrivains vietnamiens mais aussi dans l’espace politique et social. Cung Giũ Nguyên fut en effet l’une des figures majeures du scoutisme vietnamien et anima, en collaboration avec son ami l’océanographe Raoul Serène, une revue d’inspiration personnaliste, qui visait à réunir Vietnamiens et Français ouverts au dialogue. Nous envisagerons successivement les deux aspects de son activité, mais il convient au préalable, de faire connaître aux lecteurs français les grands traits de son existence.

Cent ans de non-solitude

6Cung Giũ Nguyên est né le 20 novembre 1909 à Hué. Son père, Cung Quang Bào, d’origine chinoise, était mandarin de l’enseignement, avec la fonction de Doc-Hoc (inspecteur académique). Sa mère, Nguyễn Phúc Thị Bút, de famille impériale, était la fille aînée du duc Hồng Ngọc et la petite fille du Prince Anh Thành, dernier régent de la cour d’Annam et fils cadet de l’Empereur Minh Mạng. Après avoir reçu à Thanh Hoa, où il suit son père, une initiation au sino-vietnamien et les premiers rudiments de français, il poursuit des études secondaires, de 1922 à 1927, au prestigieux collège Quốc Học, à Huê. Il débute comme instituteur stagiaire à Nhà Trắng. Il en est renvoyé en 1930, par arrêté du résident supérieur de l’Annam quelques semaines avant l’insurrection de Yen Bay, sans aucun motif mentionné, mais vraisemblablement pour motif politique. On retrouve sans doute un écho de cet épisode dans un de ses poèmes, « Vietnam ou le mot » paru en juillet 1948 dans la revue France Asie :

C’est à ce mot qu’il y a dix-huit ans

Moururent treize personnes dans une petite ville,

Seulement pour que sonne haut un doux mot.

Elles tombèrent sur l’échafaud de fortune

Dressé devant la force rangée et le triste silence

Des foules sans nom, victimes, complices des bourreaux.

Le sang chaque année repeint la bannière

Sous laquelle fleurissent l’espérance et la colère

  • 1 Allusion aux événements de Yen Bay. Dans la nuit du 9 au 10 Février 1930, 5 officiers et sous offic (...)

D’enfants écartelés entre une sagesse et la liberté…1

7Après son licenciement, il se lance dans une carrière de journaliste et écrit notamment dans la Gazette de Hué avant de fonder en 1936 avec Raoul Sérène, un savant océanographe, Les Cahiers de la jeunesse. En 1939, il quitte Nhà Trắng pour devenir rédacteur en chef d’un journal de Saigon, Soir d’Asie. C’est dans Soir d’Asie qu’il publie ses « Notes marginales », longues chroniques qui prenant prétexte de l’actualité, développent dans une langue alerte et raffinée, une observation aiguë de la société vietnamienne.

8Réintégré en 1945 dans les rangs de l’Éducation nationale, il mène de front sa carrière de journaliste et devient en 1954 rédacteur en chef de La Presse d’Extrême Orient, tout en continuant à s’exprimer dans La tribune et France Asie. De 1955 à 1972, il est professeur à l’école secondaire semi-publique de Lê Qui Dôn, puis directeur du lycée Vo Trang à Nhà Trắng. De 1972 à 1975, il est professeur invité de langue et de littérature française à l’université de Nhà Trắng. Écarté de l’enseignement après 1975, il retrouve de 1989 à 1999 un poste de professeur invité de langue et de littérature française à l’École supérieure de Pédagogie de Nhà Trắng.

9Cung Giũ Nguyên a séjourné en Angleterre et en France, visité, notamment Hong Kong, l’Inde, la Birmanie et les Philippines. Officier d’Académie, il était membre sociétaire de l’Association des écrivains de langue française (ADELF). Cung Giũ Nguyên, qui a adopté dès 1933 le français comme mode d’expression, sans pour autant abandonner le vietnamien, a pratiqué tous les genres : articles de presse, essais, récits, romans, nouvelles, poèmes. De 1928 à 1995, on recense, dans les deux langues, 258 références dans sa bibliographie, sans compter 43 œuvres inédites.

10C’est en 1954, avec un recueil d’essais, Volonté d’existence, paru aux Éditions France Asie, que Cung Giũ Nguyên commence à être connu en France et à l’étranger. Volonté d’existence qui analyse le comportement moral des Vietnamiens et la constitution de l’identité nationale à travers la littérature, reçoit un accueil flatteur de la presse française et internationale. Son premier roman en français, Le Fils de la baleine (Fayard, 1956), qui évoque, à travers la chronique d’un village de pêcheurs vietnamiens, les conflits entre structures traditionnelles et liberté, collectivité et individu, reçoit les louanges de critiques français. Une traduction vietnamienne de Le fils de la baleine due à Nguyên Thanh Tông et Lu Huy Nguyên a paru à Hanoï en 1995.

11En 1961, Cung Giũ Nguyên publie un second roman, également chez Fayard, Le Domaine maudit, dont la figure centrale est une femme, Loàn, métaphore du Vietnam et qui dresse le portrait d’un pays en guerre, écartelé entre deux idéologies et deux conceptions du devoir. C’est en français, entre 1976 et 1980, qu’il a rédigé ce qu’il estime être son œuvre majeure, Le Boujoum, dont un extrait, « Le chant d’Amdo, Poème extrait de Le Boujoum », a été publié en 1980 dans la revue Fer de lance-Rythmes et Couleurs (n° 111-112, juillet-décembre 1980). Il faut attendre 2002 pour que Le Boujoum soit publié dans son intégralité aux États-Unis (Cung Giũ Nguyên 2002). Parallèlement, Le Boujoum a été traduit en vietnamien par l’auteur et également publié en 1994 aux États-Unis.

12En raison de son éloignement des grandes capitales culturelles et du confinement auquel l’ont condamné les guerres et les contraintes politiques, Cung Giũ Nguyên n’a pu publier qu’une partie de ses œuvres. C’est en particulier le cas de celles qu’il a rédigées en français. Sont ainsi inédits un recueil de nouvelles Le Génie en fuite (1953) ; des chroniques et récits, Notes marginales (1953), Journal de Kanthara, Une ville entre deux noms, La robe de papier, L’actualité vieillit vite (1975), Et l’amandier est en fleur, Journal d’une expérience (1986) ; des romans, Le Serpent et la couronne (1985), Un certain Tsou Chen (1972), La Tâche de vermillon vol. 1, Récit de Tsao Chao (1990) ; un poème, Texte profane rédigé entre 1979 et 1983, dont un extrait a été publié dans le n° 12 (automne 2010) « Vietnam, le destin du lotus » de Riveneuve, Continents. Revue de littérature de langue française. Cependant, un certain nombre de manuscrits circulent dans le cercle des interlocuteurs et des amis de Cung Giũ Nguyên qui, par sa correspondance, est resté étroitement en contact avec le reste du monde. La publication de certaines de ses œuvres inédites permettrait non seulement d’enrichir notre connaissance de l’œuvre de l’auteur mais encore de porter témoignage de vie quotidienne des Vietnamiens, sous la plume d’un intellectuel catholique, non violent mais toujours lucide, qui, sans se départir de son humanisme et de son humour a su affronter les aléas de la société sud-vietnamienne d’après 1954, de la guerre américaine et de la répression qui succéda à la victoire de Hanoï après 1975.

13Pour mettre en évidence le talent de passeur littéraire de Cung Giũ Nguyên, c’est-à-dire sa capacité de maîtriser un genre nouveau pour la littérature vietnamienne, le roman à l’occidentale, et en retour de faire connaître aux lecteurs français la société vietnamienne, à travers la société villageoise et ses coutumes, nous centrerons notre analyse sur le premier de ses romans Le Fils de la baleine.

Le Fils de la baleine

14En avril 1956, les Éditions Arthème Fayard publient Le Fils de la baleine, premier roman d’un jeune professeur de vietnamien et de français dans un collège de Nha Trang, à 400 km de Saïgon. L’auteur, Cung Giũ Nguyên, est un parfait inconnu, nouveau venu d’une zone périphérique du champ littéraire français, l’Indochine, pour employer le vocabulaire de l’époque. Néanmoins, cet ouvrage bénéficie dans la presse française d’une très bonne réception critique. Entre le 3 mai et le 16 septembre 1956, on recense 16 articles, tous élogieux à des degrés divers. La cheville ouvrière de ce succès critique est Daniel Rops, écrivain catholique de grand renom et membre de l’Académie française, qui connaissait l’auteur pour l’avoir rencontré, lors de la parution en 1954, de son essai, lui aussi favorablement accueilli, Volonté d’existence. Daniel Rops conclut par ces mots un article publié successivement dans trois journaux (Echo-Liberté, Lyon, 8 mai 1956, Le Nouvel Alsacien, Strasbourg, 6 juin 1956, Nice-Matin, 15 juillet 1956) :

Voilà donc que naît, sur ce sol lointain une littérature originale qui se situe dans le cadre de la littérature française, mais a ses caractères propres, son accord unique. Jusqu’ici nous avions lu des poèmes d’Indochine, dont certains pleins de talent, des essais, des ouvrages d’études ; à notre connaissance, il n’existait encore aucune grande œuvre d’imagination digne d’être placée sur le rayon de nos bibliothèques à côté de ses émules français. Qu’un Cung Giũ Nguyên puisse rivaliser avec un Pourrat, un Ramuz, un Giono, une Monique de Saint-Hélier, voilà qui est nouveau.

15Au-delà de la reconnaissance du talent particulier d’un nouvel auteur, ce qui fait sens dans ces quelques lignes de Daniel Rops est la prise en compte par la critique métropolitaine de l’existence d’une nouvelle branche de la littérature francophone, la littérature vietnamienne d’expression française.

16L’intrigue du Fils de la baleine est simple. Dans un village côtier du centre du Vietnam, la vie quotidienne suit son cours. Les habitants sont dans leur quasi-totalité de simples pêcheurs, mais il y a aussi l’armateur Trân, un épicier, un médecin et, évidemment, les notables : le maire, l’instituteur, l’ancien chef de canton, le maître des cultes. La mer rejette un jour sur la plage le corps d’un jeune inconnu. On réussit à ranimer le noyé, on le soigne, on le guérit sans qu’il retrouve toutefois la mémoire de son passé. Si bien que personne ne sait d’où il vient et qui il est. Mỗ est aussi simple que le nom qui lui est donné, faute de connaître sa véritable identité (en vietnamien, Mỗ est une formulation populaire du terme « moi », mais il signifie aussi, « un tel », « un certain », « X »). Pour les villageois, notables en tête, il reste et restera un étranger au village, bien qu’il ait découvert sur le rivage une baleine échouée et soit devenu, de ce fait, le Fils de la baleine, avec tous les honneurs rituels que ce statut lui accorde. Inapte au travail de la pêche, il est la risée de tous, même des enfants. Mis en prison pour des vétilles, il ne trouve accueil et chaleur humaine que chez les marginaux et les réprouvés. À la fin du roman c’est avec Liên, la fille adoptive de l’épicier, conquise par sa douceur, qu’il fuira ce village hostile et retrouvera sa mémoire.

17Au fil du récit, Cung Giũ Nguyên nous apporte une série de données ethnographiques très documentées sur un village de pêcheurs du centre du Vietnam. Nous sommes ainsi renseignés sur la topographie générale du village :

  • 2 La pagination renvoie à la première édition de l’ouvrage de Cung Giu Nguyên, Le Fils de la baleine(...)

L’orgueil du village était l’ensemble d’édifices, de cours, de jardins, de portiques que comprenait la maison commune où siégeaient le conseil des notables et le temple consacré aux dieux de la mer et des eaux, aux esprits des cinq éléments, aux génies du village, fondateurs de la communauté. Situé sur les hauteurs avoisinant des collines à demi boisées, ce centre administratif et religieux se trouvait à l’écart des maisons que les habitants, par nécessité, avaient bâties en désordre près de la mer et du cours d’eau paresseux qui s’y jetait. (1956 : 232)

18Quelques passages donnent des détails sur les techniques de pêche et la réparation des filets, les courses de barque. Mais ce qui est mis le plus souvent en scène ce sont les rituels liés aux cérémonies et fêtes qui rythment chaque année la vie du village, au premier rang desquels, le nouvel an lunaire, le Têt :

Le Nouvel an pouvait venir. Depuis des semaines, le village s’était préparé à l’accueillir et à le fêter. Les maisons en brique avaient arboré leur nouveau visage ocre et rose. De la paillote fraîchement arrachée des bois recouvrait, rapiéçait certains toits […]. Les tailleurs professionnels ou improvisés cousaient jour et nuit pour livrer à chacun son costume de printemps. L’unique « salon de coiffure » ne désemplissait pas et, jusqu’au dernier jour de l’année, le barbier, de son antique rasoir, polissait les crânes. Sur la place du marché, une maison de jeux avait été dressée et on pouvait entendre, avant les jours prescrits pour les loisirs, le bruit des sapèques que des croupiers faisaient sauter dans des bols et des soucoupes, pour donner aux amateurs un avant-goût de la chance. (Ibid. : 127)

19Autre fête calendaire, celle des âmes errantes :

On était au quinzième jour du septième mois lunaire. Les familles devaient le soir célébrer un culte aux âmes errantes. Au marché du village, les étalages se couvraient de papier d’or et d’argent, de bougies, de paquets d’encens. Mỗ, pour faire quelques emplettes, faisait le tour des éventaires. Il se plaisait à observer les paysannes mal vêtues qui marchandaient, sou par sou, quelques robes en papier destinées à habiller les morts. (Ibid. : 103)

20Cung Giũ Nguyên nous offre d’autre part la description particulièrement évocatrice d’un enterrement au village :

Le village eut un divertissement supplémentaire avec les obsèques du chef de canton. Une nombreuse foule, en habits de fête, assista à la levée du corps à la maison mortuaire. On avait loué des pleureuses et les sanglots étaient d’importance, entrecoupés d’éloges à haute voix à l’adresse du défunt. Les pleurs se renouvelaient au rythme des respirations, mouraient dans le vacarme des gongs et des cymbales, ressuscitaient avec plus de force quand un pieux silence se fit brusquement. Le blanc de deuil dont se couvrait la famille du disparu, le noir de rigueur qui s’imposait aux notables et aux personnes distinguées formaient des taches insolites à côté du catafalque recouvert de papier vermillon, sur le décor bariolé de fleurs, de candélabres aux bougies rouges, de panneaux commémoratifs aux multiples couleurs. (Ibid. : 155)

21Enfin, l’auteur nous fournit aussi des renseignements suggestifs sur le culte de la baleine. Sur la plage, juste après la découverte du cadavre de la baleine, le maître des cultes déclare : « C’est Mỗ qui a découvert le Seigneur. Il en sera le fils et à ce titre portera le deuil, assistera à toutes les cérémonies qui seront célébrées à la gloire du seigneur. » (Ibid. : 65)

Dans ses grands traits, cette description d’un village vietnamien est exacte. Cung Giũ Nguyên possède, en commun avec l’ethnologue ou le sociologue, une connaissance solide du milieu où il a vécu dans son enfance et son âge adulte, ainsi que la distance critique prise avec cette société villageoise. Mais comme tout écrivain, Cung Giũ Nguyên est moins en quête d’une vérité du monde social que de vraisemblance romanesque. Aussi les notations ethnographiques sont-elles mises au service d’une intrigue et d’une cohérence esthétique. En ce sens, Le Fils de la baleine, comme toute œuvre de fiction pose au sociologue un problème spécifique : dans quelles conditions et sous quelles formes le procès littéraire peut-il produire une forme de réel susceptible de figurer vraisemblablement le réel et d’agir sur lui en proposant aux lecteurs une vision du monde social qu’il met en scène.

22Les romanciers n’écrivent pas seulement à partir de la réalité, mais aussi à partir d’autres livres. Ils y trouvent déjà là des genres littéraires, des thèmes, des structures formelles, qui contribuent à informer leur intrigue et à influencer les caractères de leurs personnages. À ce titre, Le Fils de la baleine relève d’un genre attesté de la littérature occidentale, le roman d’éducation, associé au thème du refus de l’étranger. Parmi les nombreux romans d’éducation de la littérature occidentale, on peut citer : David Copperfield de Charles Dickens (1849-1850), Dominique d’Eugène Fromentin (1863), La montagne magique de Thomas Mann (1924), Éducation européenne de Romain Gary (1945) et, ce qui nous ramène au Vietnam, Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras (1950). Ce n’est qu’à la fin du roman, après une série d’épreuves que Mỗ sera devenu un homme et retrouvera la mémoire. Les expériences de Mỗ au village s’apparentent à une suite ininterrompue d’échecs : il rentre le plus souvent bredouille de la pêche ; les enfants dont il cherche à devenir l’ami se moquent de lui et lui jettent des pierres ; l’honneur de se voir institué « Fils de la baleine » ne lui attire que des moqueries ; Trân l’armateur qui l’avait accueilli le chasse et le maire le gifle ; il est injustement emprisonné pour un vol supposé ; les pêcheurs refusent qu’il se joigne à un équipage ; les notables rejettent sa demande de devenir citoyen du village, avec droit de vote. Mỗ ne rencontre de la sympathie que chez ceux que le village rejette : l’ancien maire, qui lassé de l’étroitesse d’esprit de ses administrés s’est réfugié sur un îlot voisin, un voleur, la petite Liên, fille adoptive de l’épicier qui la bat à tout propos, Hoà, fille de l’armateur Trân, que sa laideur empêche de trouver un mari.

23Mỗ est donc un solitaire, libre de toutes les attaches par lesquelles la société impose à chacun sa place : famille, métier, éducation et affection. Héros sans mémoire, il jette sur la société villageoise des yeux innocents qui reflètent la vision de l’enfance. Il est celui qui ne vient de nulle part, qui n’a même pas de nom. Cet innocent ne cesse donc d’être en but à l’hostilité de « ces hommes du village, boursouflés de haine, qui ne pardonnaient pas à quelqu’un d’être aimé (p 32) ». Aussi Mỗ ne peut-il, à la fin du roman, que partir en abandonnant le village, mais pas le Vietnam. Si toute une série de clivages structurants sépare le monde du village de celui de Mỗ : la raison opposée à la folie, la tradition à l’absence de mémoire, l’injustice à la justice, l’identité à l’absence d’identité, l’intégration à l’exclusion, c’est ailleurs, mais dans son pays qu’il trouvera à se réaliser. Le Fils de la baleine est un monde virtuel, mais qui nous parle du monde réel. Plus précisément, il est un possible d’un monde réel particulier, un village vietnamien. Ce vraisemblable nous parle du vrai.

24Pour des lecteurs français, les aperçus que fournit Le Fils de la baleine sur la société vietnamienne sont singulièrement riches et significatifs. En dépit de sa visée esthétique ce roman fourmille de notations justes, de descriptions éclairantes sur l’aspect physique et vestimentaire, le mode de vie, les mentalités des différents groupes sociaux d’un village vietnamien, que l’on peut confronter à d’autres sources. Il nous renseigne ensuite sur cette cristallisation de l’imaginaire social que constitue la littérature et sur la capacité de cette dernière à mettre en scène dans l’imaginaire social la société de leur temps et de la faire connaître à des lecteurs d’autres cultures.

25Mais le rôle de passeur de Cung Giũ Nguyên ne se limite pas au champ littéraire. En effet, contrairement à Phạm Văn Ký, à Phạm Duy Khiêm et à Pierre Đố Đình, Cung Giũ Nguyên à vécu le plus souvent au Vietnam, plus particulièrement à Nha Trang, ce qui lui a permis d’être l’artisan d’une collaboration fructueuse entre Vietnamiens et Français, d’une part en animant une revue Les Cahiers de la jeunesse, d’autre part en jouant un rôle éminent dans la mise en place et le développement du scoutisme vietnamien.

Les Cahiers de la jeunesse

26De septembre 1935 à octobre 1938, Cung Giũ Nguyên anime avec Raoul Serène (1909-1980), océanographe, spécialiste des crustacés qui dirigera l’Institut océanographique d’Indochine de 1946 à 1954, la revue Les Cahiers de la jeunesse. Du premier numéro (septembre 1935) au numéro 12 (août 1936) le titre de la revue, publiée à Nha Trang, est Lectures avec deux sous-titres : Documents et Cahiers de la Jeunesse. La direction est confiée à Raoul Serène, l’administration à Cung Giũ Nguyên. De septembre 1935 à octobre 1938, 21 numéros paraîtront encore. À partir du numéro 12 (septembre-octobre 1937) c’est Cung Giũ Nguyên qui prend la direction de la revue.

27Les animateurs des Cahiers de la jeunesse s’inspirent du courant personnaliste, plus précisément du groupe Ordre nouveau. Organisé à partir de 1930 par un jeune journaliste Alexandre Marc, Ordre nouveau va créer en 1933 une revue du même nom, dans le comité de rédaction de laquelle figurent Robert Aron, Daniel Rops, Denis de Rougemont, un an après la création d’Esprit par Emmanuel Mounier. Ce courant personnaliste, que l’historiographie du xxe siècle rassemble sous le terme de « non-conformistes des années 1930 », se donne pour but une révolution spirituelle opposée à la fois, selon leurs propres termes au « désordre capitaliste », à l’« oppression communiste » et à un « nationalisme homicide », en essayant de développer une organisation personnaliste et communautaire des rapports sociaux inspirée par des philosophes comme Kierkegaard, Proudhon, Nietzche et l’écrivain Charles Peguy.

28Cette filiation est tout à fait explicite dans la revue. Ainsi, on peut lire dans l’éditorial du n° 1 de septembre 1936 :

Révolution, le mot est écrit. Nous sommes avec ceux qui veulent travailler à l’élaboration d’un ordre nouveau, appuyé sur des valeurs humaines […]. Nous voulons nous occuper de l’homme tout entier, pas seulement de l’homo economicus et de l’homo politicus de nos idéologies mais de l’homme tout entier.

29Ce personnalisme, comme le précise Raoul Serène, est d’inspiration chrétienne :

Il s’agit de réunir de jeunes Français et Annamites par la création en Indochine d’un certain climat spirituel qui doit faciliter l’éclosion d’une renaissance, d’un réveil. Le contact de l’Occident est à la base de cette renaissance, de ce réveil. On oublie ou l’on cache que le meilleur, l’essentiel de l’Occident (je ne dis pas tout) c’est le christianisme. (« Réflexion autour des cahiers », Cahiers de la jeunesse, 14, décembre 1937 : 67)

30Et l’on constate que les écrivains et penseurs le plus souvent cités, commentés et donnés en exemple appartiennent à la mouvance personnaliste et/ou catholique : Charles Peguy, Daniel Rops, Denis de Rougement, Emmanuel Mounier, Étienne Gilson, Nicolai Berdiaeff, Georges Bernanos, Jacques Maritain Jean Guitton.

31La ligne de la revue formulée sur la deuxième de couverture, défend sans équivoque, l’égalité et la collaboration entre Français et Vietnamiens, dans une perspective humaniste :

Cette revue est l’organe d’une équipe et d’un groupe de Français et d’Annamites qu’unit un même sens de l’effort à mener, du bonheur à conquérir.
Mais nous mettons au-dessus de tout notre amour les uns pour les autres. « Humanistes », nous sommes avec ceux qui aiment la vie et qui y croient, avec ceux qui gardent au cœur le désir non pas seulement de sauver mais d’épanouir certaines valeurs humaines.
L’homme constitue une valeur en soi qui dépend uniquement de sa qualité d’homme. L’homme est maître de sa destinée envers et contre toutes les conditions sociales et matérielles et non pas un produit des conditions du milieu.
Chaque homme à quelque civilisation qu’il appartienne, en quelque position que le situe l’histoire a droit à ce qu’on le considère pour lui-même. Et sur ce plan, on peut parler à égalité avec n’importe quel homme. C’est sur ce plan que nous voulons nous situer.

32Les collaborateurs vietnamiens de la revue se recrutent dans le vivier des écrivains vietnamiens francophones. Phạm Văn Ký, Pierre Đố Đình et Phạm Duy Khiêm qui donnent régulièrement des articles. À noter la participation de deux fameux lexicographes et historiens de la littérature et de la culture vietnamienne, Đào Duy Anh (1904-1988) auteur du Dictionnaire français-vietnamien avec transcription en caractères chinois des termes sino-vietnamiens (1936) et Đào Đăng Vỹ (1908-1997) qui publia en 1952 un Dictionnaire français-vietnamien, considéré comme une œuvre de référence. Đào Duy Anh, donne un article intitulé « Bilan de la culture confucéenne en Annam. Ses possibilités d’avenir dans les circonstances actuelles » dans le n° 11 d’août 1937. Đào Đăng Vỹ, dans le même volume de la revue, traite du sujet « L’amour et la mort du point de vue de la personnalité humaine ».

33Pour qu’il y ait échange de valeurs entre deux cultures, encore faut-il qu’il y ait rencontre. En effet, les contacts personnels suivis entre Français et Vietnamiens, étaient assez rares, la plupart du temps limités au minimum imposé par les convenances et l’utilité des affaires et ce que revendiquent les animateurs des Cahiers de la jeunesse est la proximité et même l’amitié :

L’amitié est la grande force qui nous unit, Phạm Văn Ký écrit : « Qu’importe le Gougal (Gouvernement général de l’Indochine), La France agit par rayonnement. Un Annamite qui a six bons amis français voit la France à travers eux et l’aime en eux. Nous pensons que la collaboration franco-annamite a été torpillée par la persistance de la méfiance entre Français et Annamites. (Éditorial, 1, septembre 1936 : 14-15)

34Ce désir d’amitié est bien sûr aussi une revendication d’égalité. Ce que les animateurs de la revue ressentent cruellement c’est le mépris affiché par trop de colonisateurs :

Mais plus encore qu’ils ne souhaitent une participation effective aux affaires du pays, les Annamites ambitionnent se voir traités avec davantage d’égards. Ils voudraient qu’on les mette sur pied d’égalité avec les Français et que le régime abolisse la division blessante de tous les citoyens de l’Union Français-Annamites en catégories sociales. (Cahiers de la jeunesse, 18, avril 1938 : 301)

35Pour les responsables des Cahiers de la jeunesse, cette égalité est la condition d’une Renaissance du Vietnam qui trouve son inspiration dans une mouvance philosophique et politique occidentale, le personnalisme qu’ils cherchent à implanter dans leur pays. Mais quelle est la place de la tradition culturelle vietnamienne dans cette renaissance ? Ils la revendiquent et désirent en faire connaître les richesses aux Français, mais au prix d’une distance critique. Il ne s’agit pas de ressusciter la société ancienne :

[…] nous ne voulons pas non plus d’une Renaissance qui ne serait qu’une rechute, une Renaissance qui ne serait que la résurrection de nobles choses mortes, ce qu’il nous faut, c’est une Naissance qui ne copie pas ses temples sur des tombeaux et ne ressuscite pas les dieux morts dans leur linceul de pourpre. (Cahiers de la jeunesse, 3, novembre 1935 : 6)

36Le Fils de la baleine de Cung Giũ Nguyën comme Frères de sang de Phạm Văn Ký sont de bonnes illustrations littéraires de ce regard critique sur les aspects négatifs de la culture vietnamienne ancienne.

37Cependant, Cung Giũ Nguyên et ses compagnons des Cahiers de la jeunesse se sentent aussi partie prenante et fiers de la culture vietnamienne. Ils veulent la mettre en valeur et la faire connaître aux Français. Dans cette perspective, la revue publie de nombreux articles sur la culture vietnamienne : le bouddhisme vietnamien, le taoïsme et le confucianisme, la société ancienne, notamment la société paysanne, la littérature ancienne, les coutumes comme le Têt, la musique et le théâtre. Il n’est pas sans intérêt de souligner que la reconnaissance du théâtre vietnamien traditionnel s’accompagne du désir de rénover le théâtre vietnamien contemporain, en s’inspirant du modèle européen comme le suggère Raoul Serène :

Le théâtre traditionnel fut chinois, le théâtre moderne sera français disent certains. Le théâtre moderne sera annamite ou ne sera pas. La jeunesse annamite édifiera son théâtre, celui de ses aspirations et de ses besoins. Elle y bafouera ses ridicules et y exaltera ses grandeurs. (Cahiers de la jeunesse, 1, septembre 1936 : 55)

38Cette rénovation se fera dans le cadre du théâtre routier dont Raoul Serène est l’animateur au Vietnam :

En théâtre nous participons au travail de création. En France l’un de nous fut lié avec quelques camarades « Comédiens routiers » à une tâche assez ambitieuse qui n’est moins rien qu’une rénovation du jeu dramatique : un des innombrables rejets du Vieux Colombier de Copeau. (Ibid. : 11 [éditorial])

39Pierre Đố Đình préconise même de mettre la culture vietnamienne au centre d’un enseignement rénové :

Mais il importerait encore plus de recréer un enseignement secondaire et supérieur annamite. Je rêverais d’un enseignement littéraire et philologique dans le secondaire, philosophique au bout. Histoire d’Annam, histoire de Chine, littérature annamite, littérature chinoise et 800 caractères chinois en six ans […]. (Cahiers de la jeunesse, 7, mars 1936 : 44)

40La renaissance prônée par Cung Giũ Nguyên et Raoul Serène ne passe pas seulement par l’esprit mais encore par le corps :

Toute éducation doit aboutir à l’homme de caractère. Pour former ce caractère, notre corps est notre meilleur instrument, toute éducation physique ne doit nous permettre que d’en prendre en main les commandes. Notre corps un instrument qu’on a bien en main, qui vous obéit, qui lorsque votre volonté commande, exécute. (Cahiers de la jeunesse, éditorial, 1, septembre1936 : 16)

41Ce souci d’avoir non seulement une âme saine, mais aussi un corps sain, se traduit, au-delà des Cahiers de la jeunesse, par l’investissement de Raoul Serène et Cung Giũ Nguyên dans les mouvements de jeunesse et surtout le scoutisme.

Cung Giũ Nguyên et le scoutisme

42Le développement du scoutisme et plus généralement des mouvements de jeunesse favorisant l’éducation physique a été impulsé par les autorités coloniales en Indochine « pour éduquer des “hommes de caractères” formés à édifier les marches de l’Empire » (Bancel, Denis & Fates 2003 : 7). Comme le fait à juste titre remarquer Agathe Larcher-Goscha : « la pratique de l’éducation physique va à l’encontre de toute l’éducation confucéenne qui enseignait l’humilité du corps, l’oubli du moi hors de tout collectif » (Agathe Larcher-Goscha 2003 : 15). Cette politique rencontre donc des résistances, mais très vite un certain nombre de Vietnamiens s’en emparent dans la mouvance du mouvement de modernisation des années 1930, pour une part en réaction contre « le dénigrement systématique du corps vietnamien mis à nu par le regard colonial » (ibid. : 20).

43C’est sous l’amiral Decoux que le pouvoir colonial accentua cette politique « pour développer un patriotisme vietnamien qui ne sortirait pas du cadre colonial et qui serait en quelque sorte la contrepartie légale à une solidarité franco-indochinoise renforcée face à l’occupation nippone » (ibid. : 28). Mais cette politique va se retourner contre lui, en particulier dans les rangs du scoutisme qui « encourage la connaissance du pays indochinois et construit une identité locale affirmée » (Verney 2012 : 325). Pierre Brocheux, qui a été lui-même scout, confirme cette analyse de Sébastien Verney : « C’est pourquoi j’affirme que le moment Decoux a été un moment important pour le nationalisme vietnamien. Il a conforté le nationalisme vietnamien en faisant naître tous ces mouvements et associations de jeunesse » (Brocheux 2003 : 43).

44Le scoutisme, qui apparaît dans les années 1930 dans les établissements d’enseignement qui rassemblent des enfants français et des enfants des classes supérieures vietnamiennes, d’abord dans les établissements privés puis dans l’enseignement public, va connaître un grand développement. En 1941, selon les statistiques du Conseil fédéral indochinois, parmi les 7 010 jeunes Français et Indochinois dans les mouvements de jeunesse 5 200 appartiennent au scoutisme (Verney 2012 : 320). Le scoutisme est très vite infiltré par les nationalistes et notamment les militants du Viet-Minh. Agathe Larcher Gosha cite David Marr :

Selon David Marr les organisations scoutes de l’Indochine étaient « lorgnées depuis 1935 par le Parti communiste indochinois qui, à cette date, se plaignaient de n’avoir que peu de succès auprès d’elles malgré leur approche » (Larcher-Goscha 2003 : 29 ; Marr 1984 : 801).

45Les choses vont évoluer et, à ce titre, le témoignage de Hoàng Đạo Thúy est précieux. Hoàng Đạo Thúy (1900-1994), instituteur dans la province de Cao Bằng en 1925, après la lecture d’un livre sur les Éclaireurs de France, face à la répression des activités politiques « pense que les patriotes doivent consacrer leurs efforts à l’éducation de la jeunesse » (Hoàng Đạo Thúy 2003 :54). En 1931 il crée la première meute de louveteaux Lê Loi, du nom d’un héros national du xve siècle, libérateur du Vietnam et fondateur de la dynastie des Lê. En 1933 il dirige le premier groupe de Routier Lam Son (lieu de départ de la révolte du paysan devenu le roi Lê Loi). En août 1945, Hoàng Đạo Thúy participe à la convention nationale de Tân Trao présidée par Hô Chi Minh. Il sera le premier directeur de l’École nationale des officiers, l’école Trần Quốc Tuấn, créée le 16 mai 1946 dans la République démocratique du Vietnam (ibid. 55). Il fera une carrière militaire et politique après 1954. Hoàng Đạo Thúy n’est pas une exception. Un certain nombre de figures qui joueront un rôle important dans la vie politique vietnamienne sont venues du scoutisme, aussi bien du Nord comme Ta Quang Buu leader politique et pédagogue et Trân Duy Hung, maire de Hanoi, que du Sud, Trân Van Tuyên vice Premier ministre de la République du Vietnam.

46Cun Giũ Nguyên n’a pas fait de carrière politique. Néanmoins, en 1954, il participe à la Conférence de Genève qui vise à trouver une issue politique à la guerre du Vietnam après la défaite de l’armée française. Trois chefs scouts y participent Tạ Quang Bửu, alors vice-ministre de la défense de la République du Vietnam, ancien commissaire national des scouts dans la délégation du Viet-Minh, Cung Giũ Nguyên et Trần Văn Tuyên dans la délégation du gouvernement Bảo Đại. Cung Giũ Nguyên, après cette expérience, s’éloignera de la carrière politique mais jouera toute sa vie un rôle central dans le scoutisme vietnamien. En 1944, il dirige le dernier Camp de formation des chefs de troupes scoutes à Nha Trang. Il est Commissaire national du Scoutisme Vietnamien de l’Annam de 1938 à 1944. En 1958, il crée le camp national d’entraînement « Tung-Nguyên ». C’est là qu’ont été formés tous les chefs scouts vietnamiens entre 1958 et 1975. En 2007, à 98 ans, doyen des chefs routiers, il dirige encore les groupes Alpha et Bêta de Nha Trang.

47Cette activité, il la mène en étroite collaboration avec Raoul Serène. Ce dernier, rédacteur principal de la rubrique « Note scoute » dans les Cahiers du Vietnam et qui, nous l’avons signalé, joue un rôle moteur dans le théâtre scout est aussi un des animateurs des Camps de jeunesse. Responsable des activités « Sport jeunesse » de Cochinchine, il organisera trois camps à Nha Trang de 1941 à 1943, réunissant 399 garçons et 284 filles (Verney 2012 : 353-355). Mais l’influence exercée par les militants communistes sur les mouvements de jeunesse, et notamment du scoutisme, amènera Raoul Serène à prendre des distances avec ses positions antérieures et à envoyer un rapport dénonçant ces pratiques d’infiltration aux autorités coloniales (ibid. : 362).

48Cung Giũ Nguyên est un passeur, mais pas un collaborateur, leur refus de la violence et de la voie communiste ne signifie en aucun cas approbation de la domination coloniale. Cung Giũ Nguyên, comme le révèle la lecture des Cahiers de la jeunesse, de ses essais et de ses œuvres littéraires, est un nationaliste. Il souligne la condamnation unanime du colonialisme français par les intellectuels vietnamiens, quelques soient leurs divergences politiques et cite Trần Đức Thảo qui écrit dans Les Temps Modernes du 1er février 1946 « Dans un pays capable de se gouverner lui-même, et c’est le cas pour le Vietnam, il (le colonialisme) constitue une absurdité contre laquelle les habitants ne peuvent pas ne pas se révolter », avant d’en appeler à un dialogue basé sur un respect mutuel entre le Vietnam et une France qui serait celle des valeurs républicaines, celle de Voltaire, de Rousseau et non plus celle du mépris et de l’exploitation coloniale (Cung Giu Nguyên 1954 : 38). D’ailleurs, comme le souligne Agathe Larcher-Goscha, il est difficile d’opposer brutalement collaborationistes et nationalistes, compte tenu de la fragilité des catégories historiques « qui ne laissent en rien voir la complexité et la porosité des rapports coloniaux faits aussi d’imbrications culturelles et leur influence sur une identité vietnamienne coincée entre une civilisation patriotique et orgueilleuse et la tentation réelle des idées occidentales » (1995 : 414).

Conclusion

49Si Cung Giũ Nguyên a pu jouer un rôle de passeur c’est qu’il choisit, sans rompre avec ses racines, de dépasser le conflit par le haut en s’inspirant de valeurs universelles, en l’occurrence, un christianisme nourri par le personnalisme et la philosophie de Berdiaef. Ce qu’il exprime en ces termes dans Volonté d’existence : « L’essentiel n’est pas dans l’ordre social, mais la place et la dignité des hommes dans la communauté. » (1954 : 25.) Cette phrase pourrait servir d’exergue à Le Boujoum. Face à l’adversité, à la tyrannie ou à la tentation du pouvoir qui saisit Amdo, le personnage principal, c’est dans l’acceptation d’une certaine solitude, dans la quête de l’amour et dans le ressourcement dans son monde intérieur que l’homme puise raison de vivre et d’espérer.

50Ce qu’il refuse, c’est aussi bien la violence et la poursuite de la colonisation qu’un retour aux valeurs traditionnelles. En d’autres termes, si on le situe dans les trois voies possibles du post colonialisme – restauration, conciliation, révolution –, il n’est ni du côté de la révolution, ni du côté de la restauration, mais du côté de la conciliation, avec un double souci, ne pas revenir à une société précoloniale essentialiste, ne pas reproduire l’ordre colonial. En d’autres termes, pour pouvoir transmettre la parole, il la revendique :

Vous hommes d’Extrême Occident, vous avez commencé à parler en arrivant chez nous, mais à cette époque, nos lettrés fiers de leurs propres idoles s’étaient tus. Puis vint un moment où certains d’entre nous se mirent à parler en faisant, certes beaucoup de fautes, mais vous ne les avez pas écoutés parce que vous étiez distrait par vos propres songes. (Ibid. : 2)

Haut de page

Bibliographie

BANCEL, Nicolas, Daniel DENIS & Youssef FATES, éd., 2003, « Introduction », in De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial (1940 -1962), Nicolas Bancel, Daniel Denis & Youssef Fates, éd., Paris : La Découverte, p. 7-11.

BROCHEUX, Pierre, 2003, « Une adolescence indochinoise (entretien avec Pierre Brocheux réalisé par Agathe Larcher-Goscha et Daniel Denis) », in De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial (1940 -1962), Nicolas Bancel, Daniel Denis & Youssef Fates, éd., Paris : La Découverte, p. 32-53.

BROCHEUX, Pierre & Daniel HÉMERY, 2004, Indochine. La colonisation ambiguë (1858-1954), Paris : La Découverte.

CUNG Giu Nguyên, 1954, « Volonté d’existence », France Asie.

CUNG Giũ Nguyên, 1956, Le Fils de la baleine, Paris : Fayard.

CUNG Giũ Nguyên, 1961, Le Domaine maudit, Paris : Fayard.

CUNG Giũ Nguyên, 2002, Le Boujoum, Dallas, Texas : Cung Giu Nguyên Center Publication.

FOUCART, Jean, 2009, « Métissage et intercultural : une approche à partir de la transaction », Pensée plurielle, 2, 21.

HOÀNG Đạo Thúy, 2003, « La constitution du scoutisme indochinois. Témoignage de Hoang Dao Thuy », in De l’Indochine à L’Algérie, la jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Nicolas Bancel, Daniel Denis & Youssef Fates, éd., Paris : La Découverte, p. 54-55.

LARCHER-GOSCHA, Agathe, 1995, « La voie étroite des reformes coloniales et la collaboration Franco-Annamite », Revue Française d’ Histoire d’Outre Mer, 309, 4e trimestre.

LARCHER-GOSCHA, Agathe, 2003, « Sports, colonialisme et identités nationales : premières approches du "corps à corps colonial" en Indochine (1918-1945) », in De l’Indochine à L’Algérie, la jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Nicolas Bancel, Daniel Denis & Youssef Fates, éd., Paris : La Découverte, p. 13-31.

LOWE, Lisa, 1993, « Literary Nomadics in Francophone Allegories of Postcolonialism : Pham Van Ky and Tahar Ben Jelloun », Yale French Studies, 82 : 43-61.

MARR, David 1984, Vietnam Tradition on Trial (1920-1945), Oakland, CA : University of California Press.

SERÈNE, Raoul, 1937, « Réflexion autour des cahiers », Cahiers de la jeunesse, 14, décembre 1937.

VERNEY, Sébastien, 2012, Entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, 1940-1945, Paris : Riveneuve Éditions.

Haut de page

Note de fin

1 Allusion aux événements de Yen Bay. Dans la nuit du 9 au 10 Février 1930, 5 officiers et sous officiers français de la garnison de la forteresse sont exécutés. Les insurgés, 200 tirailleurs « annamites » de la garnison, soutenus par une soixantaine de partisans venus de l’extérieur s’emparent de la place. Dénoncés, de nombreux militants et leur chef, Nguyên Thai Hoc sont arrêtés. Ce dernier et 12 de ses camarades sont guillotinés à Yen Bay le 17 Juin 1930 aux cris de « Que vive le Viêt Nam ! Que vive le Viêt Nam ! ». (Brocheux & Hémery 2004 : 306)

2 La pagination renvoie à la première édition de l’ouvrage de Cung Giu Nguyên, Le Fils de la baleine (1956). Dès 1957, il est traduit en allemand : Der Sohn des Walfischs, Übersetzung S.Stahlman, Verlag Helmut Kossodo, Genf und Frankfurt. En 1978, il est réédité au Canada, dans sa version française, par les éditions Antoine Naaman, Québec. Enfin, en 1995, Le Fils de la baleine est traduit en vietnamien : Kẻ Thua tu cua ông Nam Hai, Ha Nôi : Nha Xuât Ban Van Hoc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Guillemin, « Cung Giũ Nguyên où l’homme des deux rives », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 02 février 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3088

Haut de page

Auteur

Alain Guillemin

Sociologue de la littérature, membre correspondant de l’Institut de Recherche sur L’Asie (IrAsia). Également correspondant de la revue Riveneuve Continents, il y a coordonné un numéro spécial sur les relations littéraires entre la France et le Viêt Nam, Vietnam, le destin du lotus. Traducteur de l’anglais en collaboration avec Patricia Fogarty d’un ouvrage de Nathalie Huynh Chau Nguyên sous le titre La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne (Riveneuve éditions, 2013).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page