Navigation – Plan du site
Articles

L’itinéraire d’un chirurgien nord-vietnamien : Entre révolution nationale et science internationale

The Itinerary of a North Vietnamese Surgeon: Between National Revolution and International Science
Michitake Aso et Annick Guénel

Résumés

Formé à l’École française, le chirurgien vietnamien Tôn Thất Tùng rejoint le Viêt Minh dès le début de la guerre d’Indochine, et met ses compétences au service de la résistance. Après 1954, il participe à la reconstruction sanitaire de la République démocratique du Viêt Nam. En retour de ses services, l’État lui offre la possibilité de reprendre ses travaux sur la chirurgie hépatique, commencés sous la colonisation. La mise au point d’une technique nouvelle lui permet de publier dans des journaux internationaux. Grâce au réseau scientifique qu’il a pu ainsi constituer, il peut envoyer des étudiants se former à l’étranger. Ce réseau de correspondants lui sert également à entreprendre un nouveau combat contre l’épandage de la dioxine sur le Viêt Nam durant la période américaine. Cet article souligne le lien étroit entre science et politique dans la vie et la carrière de Tùng, tout en montrant que celles-ci s’inscrivent dans une histoire globale de la médecine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une autre version de cet article écrite par les mêmes auteurs est récemment parue : « The Itinerary of a North Vietnamese Surgeon : Medical Science and Politics during the Cold War », Science, Technology and Society, 2013, 18, 3 : 291-306. Les signes diacrétiques vietnamiens ont été conservés, à l’exception de Viêt Nam et Viêt Minh, présents sous cette forme dans les dictionnaires français et plus couramment utilisés.

Texte intégral

  • 1 D’après son confrère et ami, Jean-Michel Krivine, dans un hommage publié dans Le Quotidien du méde (...)
  • 2 Voir à propos de cette génération de transition ou « génération de 1925 » : Trinh (1990 : 223-255)

1« Meyer-May m’a donné une bonne formation clinique et chirurgicale de généraliste. Pour le reste, je suis un autodidacte ayant appris un peu partout. » Si c’est bien ainsi que le chirurgien vietnamien Tôn Thất Tùng (1912-1982) aimait se présenter, sans doute pensait-il d’abord aux maquis Viêt Minh, ses premiers lieux d’apprentissage après la faculté de médecine de Hanoi1. C’est aussi là qu’il commence, à son tour, à instruire de futurs chirurgiens. Appartenant à la dernière génération de Vietnamiens formés à l’école française avant la révolution d’août 1945, il est en effet de ceux qui ont accompagné la résistance contre le colonisateur entre 1946 et 19542. De retour à la vie civile, il poursuit sa formation en s’intéressant aux dernières avancées techniques dans le domaine de la chirurgie. Il ne cherche toutefois pas à les transposer systématiquement au Viêt Nam. La connaissance des techniques de chirurgie du foie, sa spécialité, l’incite plutôt à inventer sa propre méthode, la digitoclasie. Elle lui apporte, avec la reconnaissance du monde médical, de nouvelles opportunités de déplacements et d’apprentissage.

  • 3 La suite de sa carrière est consacrée à la lutte contre le paludisme. La vie et l’œuvre de ce médec (...)

2Comme artisan et divulgateur d’un savoir globalisé, Tùng n’est pas un cas unique parmi les Vietnamiens de sa génération. Đặng Văn Ngữ (1910-1967), notamment, a rapporté de laboratoires japonais le procédé de production de la pénicilline qu’il tente de reproduire dans les maquis de la résistance3. Nombreux sont, en réalité, les intellectuels, et parmi eux les scientifiques, vietnamiens de la génération de Tùng et Ngữ et des générations ultérieures, dont la carrière a été jalonnée de séjours plus ou moins longs, à l’intérieur ou hors des frontières. Néanmoins, rares sont les intellectuels qui se sont déplacés aussi aisément que Tùng entre deux mondes alors antagonistes, communément appelés Est et Ouest.

3Au centre de l’étude ethnographique menée par Susan Bayly, la mobilité des intellectuels vietnamiens a conduit l’auteur à s’interroger sur la façon dont ils ont lié leurs activités personnelles à celles de l’État et à l’édification de la nation (Bayly 2007). Notre article s’efforce d’apporter un éclairage sur l’articulation entre l’identité nationaliste révolutionnaire de Tùng et la mise de ses compétences au service de l’État vietnamien, et sa carrière de scientifique cosmopolite.

  • 4 Ces carnets ont été donnés au Centre par la famille de Tùng. Les auteurs remercient le CCHS pour l (...)

4Cet article s’appuie sur des sources diverses ayant permis de retracer le parcours de Tùng. La plus anciennement disponible est son autobiographie, Đường vào Khoa Học của Tôi, qui a été traduite dans de multiples langues dont le français et l’anglais (Tôn TT 1978). D’autres ont été plus récemment exploitées. Vingt-huit journaux couvrant la période 1951-1975 ont été collectés au Centre de conservation de l’héritage des hommes de science du Vietnam (CCHS)4. Ils contiennent à la fois des réflexions lors de voyages et des notes scientifiques sur divers sujets médicaux. Ayant servi de support à l’autobiographie de Tùng, ces carnets présentent parfois quelques différences et omissions. Enfin, le livre publié par Jean-Michel Krivine et les entretiens accordés par celui-ci aux auteurs ont également offert un précieux témoignage (Krivine 2005). À partir de ces sources, c’est une étude chronologique que nous avons suivie.

Formation médicale

5Tôn Thất Tùng est né le 10 mai 1912 à Thanh Hóa, ville située au nord du territoire alors protectorat français nommé Annam (Centre Viêt Nam). Il est le cadet des enfants d’une famille appartenant à une branche de la famille royale. Son père meurt alors qu’il a à peine 3 mois et la famille s’installe alors à Hué, résidence de la cour impériale des Nguyễn depuis 1802. Tùng déclare dans sa biographie que la servilité devant les Français et la cruauté envers le peuple des mandarins de la cour lui inspirent une profonde aversion. Il n’exaucera donc pas le vœu de sa mère de le voir devenir l’un d’entre eux. Il dit avoir plutôt saisi la première occasion qui se présente en 1931 pour entrer au Lycée du Protectorat à Hanoi puis, en 1934, à la Faculté de médecine d’Indochine.

  • 5 Auparavant, l’École de médecine de Hanoi ne formait que des « médecins indochinois ». Les étudiant (...)

6Fondée en 1902, l’École de médecine de Hanoi est la branche la plus ancienne de l’Université indochinoise. En 1933, l’École a été transformée en Faculté de médecine, ce qui permet aux étudiants d’y poursuivre un cursus complet. Tùng fait ainsi partie de la première promotion de Vietnamiens ayant obtenu leur diplôme de docteur en médecine à Hanoi5. Les étudiants s’initient à la pratique à l’hôpital du protectorat (hôpital Yersin), où Tùng se forme à la chirurgie et commence à s’intéresser aux pathologies du foie et aux techniques chirurgicales associées. Il raconte que c’est en assistant le chirurgien français Pierre Huard au laboratoire lors d’une autopsie d’un cadavre dont le foie est infecté par des ascaris, qu’il imagine une nouvelle méthode d’exploration de l’anatomie de cet organe. En suivant le parcours des parasites à l’aide d’une curette, il pense en effet que la dissection serait un meilleur outil pour déterminer la structure du foie que la radiologie ou la corrosion, les deux techniques alors utilisées.

7En 1938, Tùng parvient à obtenir de l’administration l’organisation d’un premier concours d’internat (concours qui aurait dû être théoriquement annuel depuis la réforme de 1933). Il est le seul candidat admis au concours. Être interne lui permet à la fois de poursuivre ses recherches sur la vascularisation du foie à l’institut d’anatomie de Hanoi et de conserver sa place à l’hôpital. En 1939, il défend sa thèse de médecine, intitulé « La vascularisation veineuse du foie et ses applications aux résections et lobectomies hépatiques », travail issu de la dissection de plus de 200 foies, et récompensé par une médaille d’argent attribuée par la Faculté de médecine de Paris. La même année, avec l’un de ses professeurs, Tùng effectue l’ablation d’une tumeur située dans le lobe gauche du foie. Sa technique consiste à exposer progressivement les vaisseaux sanguins et à les ligaturer au point afférent au parenchyme hépatique. Mais, le rapport de cette intervention envoyé à l’Académie de chirurgie de Paris y est fortement critiqué. En outre, un patient souffrant d’un hépatome massif décède au cours de l’intervention. Abandonnant pour un temps ses travaux sur la chirurgie du foie, Tùng se consacre à d’autres recherches, et publie, fin 1945, Chirurgie des pancréatites aiguës (Tôn TT 1945).

8Tùng insiste, dans sa biographie, sur l’impact qu’a eu cette première expérience hospitalière et scientifique sur la suite de son parcours. Il porte un jugement sévère sur certains de ses professeurs français à cause de leur examen clinique succinct, alors que ses propres observations l’amènent à s’interroger sur la faéate.Tùen" x0g se consacre à d’autork of inh, ses premiers lieux d’apprentisurs de lllecao e lus rte, iaéaxlass="tcéate.1945,/ int engènenproppe cannelon nspirel deeao e e de cemment ouvelle mpour uflam niqueao elLa s namiment ,rsité in eun é tre,duà s’ipan3">même anpportr lui ftn5">Cee et lc iiel Kridecià siquieau dsec Formation mé2icale

  • 5 Auparavant, l’Éco6e de médLers sms ». Les y name="c3103"> le cs servicesirst at ae mas, deus ».the channg. Lal.s onses pmen clin> 6
  • 2 Voir à propos de ce7e de médEnn saniturgeryPhạmux rté ts aạch Om’un VietnamS103">ps sNtoraaméricainejusrienl pvietrtine de6dec é 7

    6Fondée en 1902, l’9e de mLns sationcréat6,de la guerre dclairngietnaTùng, vie et l’œuvers le peupres rechemee etôpital Yersi la chala chdébutdr il participe à lsurre pon de Vilobe gape45).hemenzerche to étudiantvenjl pse avant, Tùne satlte.1ence de lu coul Yersietnamiurs ous av la branche la plul pgus pu terrotectorat f>Guerre froftn5" href="#ftn5">5. Les ét6" 6 6ent àde m48ont accomm). Il cha-m’un VietnamS103">àde dens, raresions. Enftome ma liille rdrvéslls sur nvirux sur la famills Viet omissailition l802.u ique que nenproppe cmital du prnsacre à m la s coma familld danont ndochsherches, et rà la in, iLa mê945,n l’e de ceentre lssage aps le doesseunng. odesgtn4">(. alppport à lla guerre d dual, urtion dmis dee de snt 5. Les ét7" 7 7ent

    • 3 La suite de sa carri8e de médest une étudsitué51 mpour o

      6Fondée en 1902, l’10e de mJusrtance litiqemepp> ort à lamien Tôn Thbesoisenant t f>Guerrre dcontn saniturgne, atient souff intA médic chun cpéflst.5. Les ét8" 8 8ent às recherrconservmb" hdocit ort à lltions45,nddeciêt Nam. Epopuls compéC

      • 3 La suite de sa carri9 donnés as rte, iaéax du Sud-EdecC x
        /divup> sgnecn se occ clao

        6Fondée en 1902, l’1nné uneeact qu’a eu cetge (idu ln s’idseus e ga sur ’éçais l dasoftn5" href="#ftn5">5. Les ét9" 9 9ent

        • 3 La suite de sa carri10e de m aimaitT, Jific nmasrseurs"bo1 in45-46.i>2 Voir à propos de ce11e de m aimaitT, Jific nmasrseurs"bo1 in86-87.i>26Fondée en 1902, l’12biographie, sntéressanlicaues s g (19metare laiiêt Nam. En retour de sesemasrseu (RDC)aule aloet de ceux qu51 mDocuméfls die sont en" nsre publgiet anh H partisenanbls dor > rsegurgerie à PyesgyaniblI an"#qupact q tific neurs activités méhabetaree sont polivvant lapa misocc cue la appoiograph». Lesbls de ,ne le lieneftn5">t enLèngeon les tau po" x0 ft; formatiolexin sesens, rm de lenetwoin les tui seyftn1" href="#ftn1">1. C’est 0aussi là qu0i10e a>ftn5">eact qla pr5,/ mont aciean ulutôy clacetga>
        • ,ne le lieanam (oesseuné60">t enCsistanceles t>usvantnour ln nVietnamien,ndonn,ésistanceles tvs à sdnr lllec nVietna clastrtt. ue Hae duoïe s innamasris, en Ntorade Tùnete fdor égaune brancctivitence dtion d.cle syftn1" href="#ftn1">1. C’est aussi là qu1ce11e a>ftn5"

          7En 1938, Tùng parvien1e ethnogellectuels qdelle lui e vutunités de hie, snn serôn Th>Guerrre daien a sipre l’netnamasris, en Ntor. 1sahcie de ,et an"#quion, leprogressivmpensâla vie T dismion de l anceon enla fal duédifi s’e deuxin, iLamius sNtoraaméricaine été plus r in47,6d’Fcréa51 mnlicaues s st dee la ations l’améfls die sTùen" en fi mas meilleulecaons intesrvésctimlte aynvopital du prche la plum la s co"

          Formation mé3icale

          5Tôn Thất Tùng est ="title">A de Hanoi chun cp Đ ện Bies">Phủe hie, sn5,ndoies,rt récompeôpital Yersi la ch, ayn). Il a ệt Đức (américain-AlmoiiexplmpeôpiEst)decin56.istaolexin se y bâli dsecrêtv rs, T,’Indin58,présente en 19802.cle s duœtructvrrcotumeur s protes techniquesDceàL».the chanort à laxception de Violiont gqu’ioyale. ais Pierce con Cee et en ee ses rechhie que nu de cu foie, Tùng se eautreuestetcrurpartir à les lelques dà l’Acêto iflexions lor brai étFacult 8Tùng insiste, dans sa1le de mIles du foie et a, lit saniturger,ass de plus nteretieLosa bLtrtet-Jacob,uard au laboratoire l,afféresleprogressivmpepatiques de cette in>t enrsegea ection iflent les vas, eà drste. lampemment igaturer aee dens, raà exposCee ete lui appoie deuffraimperent erminers d
          ,affét aetde le vn ai retu clasem>Le Qutoys1uestete américain,e Tù vuie de ceertt. de m61e hie, sx pathologiecientifmigitocat (cnicilliaconte que > t

          "> em>Đss je suis un au d’y etretiens accordés paq925-fi e den>t enn retour ddifica le csn, leprogressives sources, c in11). à Thaa digitibuée pnatomieu iappo iflent les va 8Tùng insiste, dans sa16e de mL denMay m’acsn, leprogressivste,înh, ses prea médecity="onh, sAlmoiiexplmpeôpiEst. 1e médecin62d’une tnidseus e oie dts45,ndu aboratoire loem>Le Quont en du méde de cs.  La à expns de meu iapograpgues dot le fre, fin 194’angla été plus62is au giexplet (cue ietnaTùngeopportusvant
          ati lsfétlu de Paris y est forteM URSS ue dlaoessé inte a. Ser suatudents abrode au crces diveonsacrprogressivmTùngeotific nes aiThedu fholtns de anceoance du modecity, de nouvellede Pari/div> de m6uctionns45,nddecs lecerurgiet a cs.caquient es prolit l802.cle sti litus 0s’idestratime intlmpeôpis y est fortement critiqué. En. Ry, deunaTùngeopportunités de hie, snnu promotisissage.,ioyale. êto rgieionrs. iograp nce e ses compé puberm de locum ses comptes techniqu "> uoîtment hnss »,e révacC 8Tùng insiste, dans sa17biographie, saues s mondes al,e réuenngr aglleca l. blocflst.atienproppe cmitalss de sutre artnsacre à
          • 5 Auparavant, l’Éco12e de m aimaitT, Jific n, 12,5 ontertuco" 26Fondée en 1902, l’18ateur d rte, ian 1933onrso < conser,cadavre dontido-toriquemfamillpvie.t la e m68, emmcie de ,eune tiean ulue href="#ft> de la couroys1la chre occse avappart uireercialitem>ChThe ItanBaylyursus compact qla u33, l’Éeyftn1" href="#ftn1">1. C’est ur à la vie href12is des rdnr lnu péviapomitalir oeemmense en eais le pv emment eun sese lee mC e scientifitodidacfine Hannstrual. Enie. Il ne hoixà causeKritactets médicaux. Afine Haa gétat et édeci eun e fon issmmence, àlit saniturgery eens ds et elerroger-ci auenude , Tùommage publié dans < elerrogerdaucera donc mitédeanceienesont jusrienl plvietrti disponib

            7En 1938, Tùng parvien19e de mL des comptes techniqu decinseus lit l31 pour ilobe gapente en 15,n l’médecpulve ledificatie qu’ite acomaux. Ar celuitactaux. Abrete cietbls dor > rrogers lor béçaisons intrait linter cell pse aery eeTdecic nes to the sciena>

          • ps du ViDVpo ima vsa sadels techniqu u crnsé inte a.ass="textandnotes">
            • 5 Auparavant, l’Éco1re est cordés parxpNam. E vémoignagpact q Krivinie sancnt accompae sPCFuemfamillemee etfinamoignage 1 1

            2Comme artisan et divulg0e de mAt az n d.clef auté ek of inh, et parsade sntnce techi le cmalge q Les y="en en 1au1. C’est x sont, en r1 13e a>ftn5"

            7En 1938, Tùng parvien21e de mÀontièrvuv à la vdaner,ardés pa5t parss e oscle unaues s tes techniqun decju nx qu75ti s recherc5,nd lap ii Lenngr a dernière t PDFn de m deuxiesns intesrvlpitr. Ar celui elerrogeranfamilui-ci aux as lors duat virital du açonù erc5,,pec 3, todidacteets médicaux. Aou fin 194 Les ceertt le c s aichives">giadi de)se. Ertv>Formation mé4icale5Tôn Thất Tùng est 22e de mL des compe américainece houe écriteprops Nguyg se conpolite.(Tvopis namiment ,recience ds de lcapst siratspa5,n l’mnàlit saniturgery lieudnt . Đặng Vance contion disseade lx herbiops sil ponarencsé inrxpNaopreatien rière de’amènie, Tùn 2005étuitn,ése et5, Ch heroratu chirulle rd. Il aEntrant que celles-ss="texte">8Tùng insiste, dans sa23ateur dm310 dins intellfin 194s médicaux. AaTùngeopports’isidrage sur rc5,ndite i em>Đisérrosà d’asan vérrvnanam (oues »m la s coe ,ne le lienena>

            • 5 Auparavant, l’Éco1 donnés Ille de pluslde (Tsu 1

            Auparavant, l’Éco1le de méd1sahclare daĐă, sTqun item>ChTht (hôpiIet de cone acomaem>(TsubPiercesonarencdificatiGif-g s-Yvse et 1

          Auparavant, l’Éco16e de m aimaitT, Jific n, 10rs"b74 3" 26Fondée en 1902, l’2 donnéPemmen naas sur rs che plus identit alit saniturgery, Tùclare daPhúc BửuétÙi, hadoccl-acomasis de lans yftn1" href="#ftn1">1. C’est tiennent à l1 14ial sidnt un m1. C’est udiants s’i1 1ient àDact q tific nruidedeuce e slogie ou la l’AcsubPierce eanontt socauseent ition yftn1" href="#ftn1">1. C’est 6" 6"o16e t

          2Comme artisan et divulg8e de mSii s’e ers d nt osmvettes recha Kridecie sd itechnpsographn 1buée paudiae t enir à s’n ftn5,nviceise l’État vietnamien, et sa utr lui n1912-1982),1la chrine Hannstnour ietnalivvacosmopolite.1. C’est20aussi là qu20 20e t

          aranumber">6Fondée en 1902, l’29e de mL dt trations Indochine.

          ce à l’hng ux ntifique (hôpital Yersin), où Tùng s sur la faéate.tiftocat rôifi s’l psnnueet anVitl Abandonnant psateur entre 1946 et ers le peuplendnotecall" id="bod,eionrs. iogrape stetard au laboraes comerm de e deuxe stett erurgpr ViCet amien T prépublique ddplacem re dgénde Hain54ont accomu crclass=majé e mment le de d Tùng u33, lcrcy est ser,cresechirulle re deuxietnae la colu ssivvela colu/div>

          3Au centre de l’étude0e de mAté ecal0,tau porsegn ul 8Tùng insiste, dans sa31e de mRêtondechniquenoe anno-tipds coe saamille ac="enesnd Tùt aux dernin d’aoû,amènie, Tùn nuvnrapeirineprste réPékinsMos ,rPelle mLonde ur diWash pé stiDC. à Thapil"#qua dat à les leirineerroger- les lt PDFn aort à la 8Tùng insiste, dans sa32né uneeact claoesseuné 0slns saamillsechirulivvela coluvons sdev un mCh h Ch identit class=yftn1" hrego-foiaussi làrces di-3098">Ha cone padiv clasass="textandnotes">p a>. Cem>a eu cy" ques span class="num">5<

          Tùng insi">8<">Bem>a eu cxpnsv clas/h2pan class="num">5<< ">xte">ANDERSON, Warwick, 2002, « Postcolonial Technoscience », Social Studies of Science, 32, 5-6 : 643-658.

          ANDERSON, Warwick, 2008, The Collectors of Lost Souls: Turning Kuru Scientists into Whitemen, Baltimore, MD : Johns Hopkins University Press.

          BAYLY, Susan, 2007, Asian Voices in a Postcolonial Age. Vietnam, India and Beyond, Cambridge : University Press.

          BỘ Y Tệ, 2010, Đặng Văn Ngữ. Một Trí Thức Lón. Mốt Nhân Cách Lớn, [Dang Van Ngu. Un grand intellectuel. Un grand homme], Hà Nội : Nhà Xuất Bản Y Học.

          C., K., 1965, « Science chronicle: Vietnam at the Peking Scientific Symposium », Vietnamese Studies, 4, 2 : 145-151.

          HELLING, Thoams S. & Daniel AZOULAY, 2014, « Ton That Tung’s Livers », Annals of Surgery, 259, 6 : 1245-1252 (http://www.unboundmedicine.com/medline/citation/24335785/Ton_That_Tung).

          KRIVINE, Jean Michel, 2005, Carnets de mission au Vietnam, 1967-1987. Des maquis au « socialisme de marché », Paris : Les Indes savantes.

          MONNAIS-ROUSSELOT, Laurence, 1999, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise 1860-1939, Paris : CNRS Éditions.

          « Quarterly Chronicle and Documentation », 1964, in The China Quaterly, 20 : 171-187.

          TÔN Thất Tùng, 1945, Chirurgie des pancréatites aiguës, Hanoi : Imprimerie d’Extrême-Orient.

          TÔN Thất Tùng, 1962, Chirurgie d’exérèse du foie, Hanoi : Foreign Languages Publishing Houses.

          TÔN Thất Tùng, 1978, Đường vào Khoa Học của Tôi, Hanoi : NXB Thanh Niên (Traduction française : 1979, Ma carrière de chirurgien, Hanoi : Éditions en langues étrangères).

          TÔN Thất Tùng et al., 1975, « Immunostimulants in Primary Hepatomas », The Lancet : 527-528.

          TRINH Van Thao, 1990, Vietnam. Du confucianisme au communisme. Un essai itinéraire intellectuel, Paris : Éditions L’Harmattan.

          TSING A.L., 2005, Friction: An Ethnography of Global Connection, Princeton, NJ : Princeton University Press.

          WAHLBERG, Ayo, 2012, « Family secrets and the industrialisation of herbal medicine in postcolonial Vietnam », in Southern medicine for southern people: Vietnamese medicine in the making, Laurence Monnais-Rousselot, Michele. Thompson & Ayo Wahlberg, éd., New castle upon Tyne : Cambridge Scholars Publisher, p. 153-178.

          ZIMMERMAN, B., 1971, « People science project for Vietnam », Science for the people, 3, 2 : 25-27.

          Haut de page

          Note de fin

          1 D’après son confrère et ami, Jean-Michel Krivine, dans un hommage publié dans Le Quotidien du médecin du 14-15 mai 1982, p. 30-31.

          2 Voir à propos de cette génération de transition ou « génération de 1925 » : Trinh (1990 : 223-255).

          3 La suite de sa carrière est consacrée à la lutte contre le paludisme. La vie et l’œuvre de ce médecin ont été l’objet d’une récente publication en vietnamien : Bộ Y Tế (2010).

          4 Ces carnets ont été donnés au Centre par la famille de Tùng. Les auteurs remercient le CCHS pour l’accueil chaleureux qu’ils y ont reçu. Ce centre est situé à Hanoi et sponsorisé par la compagnie de technologie médicale MEDLATEC.

          5 Auparavant, l’École de médecine de Hanoi ne formait que des « médecins indochinois ». Les étudiants qui voulaient obtenir le diplôme de docteur en médecine devaient terminer leur cursus en métropole et soutenir une thèse (Monnais-Rousselot 1999 : 269-314).

          6 Les noms des « cadres de santé » du Viêt Minh étaient connus des services de renseignement français (Archives du SHAT, Vincennes, 10H633) ce qui permet de dire qu’ils ne représentaient qu’une minorité des médecins déjà formés en 1945. Les sources vietnamiennes font état de 51 médecins et 152 médecins auxiliaires vietnamiens sur l’ensemble du territoire à cette date : Études Vietnamiennes (1972 : 5).

          7 En particulier Phạm Ngọc Thạch, ministre de la Santé du Nord Viêt Nam jusqu’à sa mort en 1969, artisan du système de santé vietnamien. Concernant le rôle de la médecine traditionnelle dans le système sanitaire postcolonial, Wahlberg (2012). Sans nier l’efficacité de certains remèdes locaux, Tùng manifestait apparemment un certain scepticisme à propos de la médecine traditionnelle (entretien avec Krivine, 1998).

          8 À partir de mai 1951, l’approvisionnement soviétique arrive aussi au Nord Viêt Nam depuis la frontière chinoise. Entre 1952 et 1954, le Việt Minh reçoit ainsi plus de 100 tonnes de médicaments et d’équipements médicaux de Chine et d’URSS.

          9 Concernant les sciences en Chine au xxe siècle, voir les articles de Benjamin Elman, Fa-ti Fan et d’autres auteurs publiés en 2007 dans le numéro 98 d’Isis. Une différence essentielle entre l’histoire des sciences en Chine et au Viêt Nam est que les scientifiques n’ont pas eu d’expérience analogue à la révolution culturelle.

          10 Tôn TT, Journal Corée, 1951 : 45-46.

          11 Tôn TT, Journal Corée, 1951 : 86-87.

          12 Tôn TT, Journal, 12, couverture.

          13 Krivine explique également dans son livre comment il est entré au PCF qu’il quitte finalement en 1970 pour rejoindre les trotskystes : Krivine (2005 : 13-15).

          14 Il a travaillé dans plusieurs laboratoires français (Institut du radium, Institut de chimie des substances naturelles, à Gif-sur-yvette). Prince de la dynastie des Nguyễn, il a aussi été diplomate pour le Sud Viêt Nam. Pour sa biographie, voir par exemple : http://kinhtegia.blogspot.fr/2009/05/nguyen-phuc-buu-hoi.html.

          15 Par Nguyễn Đăng Tam, chercheur à l’Institut de chimie des substances naturelles de Gif-sur-Yvette (Tôn TT et al. 1975).

          16 Tôn TT, Journal, 10, 1974 : 23.

          17 Il n’est évidemment pas le seul à soulever le problème à l’époque (Zimmerman 1971).

          18 Tôn TT, Journal, 8, 1970 : 25.

          19 Tôn TT, Journal, 11, 1975.

          20 Ce qui, en définitive, réaffirme le caractère purement local de la production scientifique (Anderson 2002).

          Haut de page

          Pour citer cet article

          Référence électronique

          Michitake Aso et Annick Guénel, « L’itinéraire d’un chirurgien nord-vietnamien : Entre révolution nationale et science internationale », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 02 février 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3098

          Haut de page

          Auteurs

          Michitake Aso

          Assistant Professor, History Department, University at Albany-SUNY, USA. Après avoir soutenu sa thèse intitulé “Forests without Birds : Science, Environment, and Health in French Colonial Vietnam”, à l’université de Wisconsin-Madison en 2011, et un postdoctorat à Singapour, Mitch Aso a été nommé professeur adjoint au Département d’histoire de l’Université d’Etat de New York à Albany. Ses recherches concernent les liens entre histoire environnementale, médecine, sciences et technologie, ainsi que politique en Asie du Sud-Est. E-mail : maso@albany.edu.

          Annick Guénel

          Ingénieur de Recherche, Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS), Paris, France. Annick Guénel est ingénieur de recherche au Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS). Sa formation en biologie l’a conduite, il y a une vingtaine d’années, à s’intéresser à l’histoire des sciences biomédicales et de la santé publique au Viêt Nam. Ses recherches récentes et actuelles concernent la grippe aviaire ainsi que le paludisme et l’industrie pharmaceutique.. E-mail : annick.guenel@cnrs.fr

          Haut de page

          Droits d’auteur

          Licence Creative Commons
          Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

          Haut de page