Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Chinatowns around the World. Gilded Ghetto, Ethnopolis, and Cultural Diaspora, Bernard P. Wong & Tan Chee-Beng, éd.

Leiden-Boston, Brill, 2013, index, 306 pages.
Jean Baffie
p. 282-286
Référence(s) :

Bernard P. Wong et Tan Chee-Beng, éd., Chinatowns around the World. Gilded Ghetto, Ethnopolis, and Cultural Diaspora, Leiden-Boston, Brill, 2013, 306 pages, index.

Texte intégral

1Les deux éditeurs, des spécialistes très connus des Chinois hors de Chine, ont eu la bonne idée de reprendre les cinq articles sur les Chinatowns de Vancouver, New York, Sydney, Lima et Tokyo publiés en 2011 dans le Journal of Chinese Overseas et de demander à quatre autres chercheurs de contribuer avec des articles sur les Chinatowns de Chicago, La Havane, Paris et Lisbonne. Les deux éditeurs ont rédigé une introduction sur les Chinatowns à travers le monde (Bernard Wong, p. 1-18) et une postface intitulée « Chinatowns : A Reflection » (Tan Chee-Beng, p. 263-283). Les auteurs sont six anthropologues, dont les deux éditeurs, quatre sociologues, deux géographes et un historien.

2La question exposée par B. Wong dans son introduction est simple : « en quoi les Chinatowns à travers le monde ont elles-changé et en quoi sont-elles restées les mêmes ? » (p. 1). Cela implique donc une réflexion sur la nature de la Chinatown. Wong rappelle le succès de la notion de Chinatown auprès d’un vaste public, des médias, du cinéma. Les chercheurs ont été plus prudents et certains n’ont pas hésité à dénoncer les Chinatowns et à annoncer leur fin. Clairement les auteurs de ces contributions sont au contraire d’avis que les Chinatowns sont bien établies voire prolifèrent. Wong passe en revue les diverses définitions de Chinatown sans arriver à une définition universelle. Leurs fonctions elles-mêmes varient, de simples concentrations de commerces et de restaurants surtout orientés vers le tourisme à de véritables matrices d’acculturation.

3Dans cet article introductif, Bernard Wong montre une assez bonne connaissance de divers terrains, États-Unis, Pérou, Japon, Philippines. Wong est attaché à la notion de satellization of Chinese communities (p. 11, 13, 16) pour désigner la situation de ces Chinatowns excentrées de création plus récente que les Chinatowns historiques. Le terme aurait sans doute pu être dans le sous-titre du livre plutôt que ceux de gilded ghetto ou ethnopolis qui ne sont guère développés au fil des contributions.

4Peter S. Li et Eva Xiaoling Li, deux sociologues de l’université de Saskatchewan donnent une étude assez statistique de la Chinatown de Vancouver au Canada. Pour eux, la notion de Chinatown fait, au départ, référence à une idéologie raciste, nord-américaine et historiquement datée, considérant les Chinois comme « racialement inférieurs, culturellement immoraux et socialement blâmables » (p. 19, 31). La Chinatown de Vancouver s’est développée à la fin des années 1880. De 1923 à 1947, une loi sur l’immigration interrompit presque totalement l’arrivée de Chinois dans le pays et eut de profonds effets sur le développement de cette Chinatown. C’est dans les décennies 1970 et 1980 et jusque vers 1995 que les Chinois de Hong Kong affluèrent en masse. Mais tous ne se sont pas établis à Chinatown : en 1981, seulement 17 % des restaurants chinois et 33 % des commerces d’alimentation chinois étaient installés à Chinatown (p. 28). Toutefois, les auteurs prévoient que la Chinatown de Vancouver demeurera comme une attraction touristique (p. 33).

5Anthropologue à la City University of New York, Kenneth J. Guest commence par expliquer que la Chinatown de Manhattan est comparable à la Statue de la Liberté ou à l’Empire State Building dans l’imaginaire populaire américain (p. 35). L’auteur, qui étudie cette population depuis une quinzaine d’années, s’intéresse surtout ici aux immigrants originaires de la région de Fuzhou qui se sont installés, depuis la décennie 1980, dans la partie d’East Broadway. La contribution de Guest est tout particulièrement intéressante dans son traitement du paysage religieux de cette Chinatown. L’auteur, qui a publié un ouvrage sur le sujet en 2003, a répertorié 84 institutions religieuses dans cette Chinatown, dont 59 exclusivement chinoises (p. 49). Guest conclut toutefois que l’avenir reste incertain. Des promoteurs immobiliers et des spéculateurs, dont certains eux-mêmes chinois, veulent profiter de la hausse du coût du sol pour développer le quartier et s’enrichir rapidement (p. 52).

6Huping Ling, professeur d’histoire à la Truman State University, donne une contribution sur les Chinatowns de Chicago. Celui qui se sera étonné que les sociologues de la fameuse École de Chicago se soient si peu intéressés aux populations asiatiques de cette aire découvrira dans le tableau de la page 58 qu’il n’y avait qu’un seul Chinois à Chicago en 1870 et qu’en 1920 la ville n’en comptait encore que 2 353. L’intérêt de la contribution de Ling est de montrer la grande diversité des populations chinoises de Chicago, avec un pourcentage élevé originaire de l’ancienne Indochine française. Sa présentation des diverses associations chinoises, sociétés d’entraide, chambre de commerce, Chinese-American Museum of Chicago est tout particulièrement intéressante. Il est bien dommage que la conclusion soit quasiment absente.

  • 1 Henry Tsang était né en Chine en 1943 mais avait émigré à Hong Kong avec sa famille dès 1949. Il a (...)

7Sociologue à la London School of Economics, Christine Inglis propose une contribution sur les Chinois d’Australie et plus particulièrement la Chinatown de Sydney. La population chinoise a été lente à s’accroître en Australie. En 1966, on comptait moins de 27 000 Chinois, mais, en 40 ans, celle-ci fut multipliée par 40 pour atteindre environ 670 000 personnes en 2006, soit 3,4 % de l’ensemble de la population (p. 103). L’Australie est devenue un refuge pour les Chinois d’Asie du Sud-Est, victimes de mauvais traitements (Malaisie, Indonésie, Timor, Viêt Nam, etc.). Comme au Canada, de nombreux Chinois de Hong Kong réussirent à s’établir en Australie avant la rétrocession de 1997. La plupart de ces nouveaux Chinois préféra s’installer dans les banlieues, mais la Chinatown historique fut tout de même revitalisée récemment pour des raisons très spécifiques, notamment la volonté de la municipalité de Sydney qui, de 1991 à 2009, eut pour vice-maire un architecte et urbaniste d’origine chinoise1. Inglis trouve diverses raisons pour expliquer que l’affaiblissement des Chinatowns de Sydney n’a pas donné naissance à des ethnoburbs, contrairement aux États-Unis. Pour mieux comprendre la nature de la communauté chinoise de Sydney, elle propose une approche « post-Chinatown » qui donne moins d’importance au contact physique dans un espace ethnique qu’à des liens d’une autre nature grâce aux formes électroniques de communication (p. 115).

  • 2 Dans l’article « Barrio chino » du Wikipedia espagnol sont mentionnés des Barrios chinos pour Buen (...)

8Isabelle Lausent-Herrera est géographe au CNRS et a mené de nombreuses recherches sur les communautés chinoises et japonaises du Pérou depuis trois décennies. Dans la contribution la plus développée de cet ouvrage (p. 119-161), elle commence par présenter une histoire détaillée de la Chinatown de Lima, la plus ancienne d’Amérique latine avec celle de La Havane à Cuba. Mais, sans doute influencée à la fois par la langue française (Quartier chinois) et la langue espagnole (barrio Chino2), Lausent-Herrera parle de Chinese quarter plutôt que de Chinatown. Suit une cartographie précise de la présence chinoise et des activités de commerce et de restauration des Chinois et des Tusans (descendants de Chinois et de familles mixtes). Un long développement est également réservé au nouveau Quartier chinois du district de San Borja et des extensions des activités des Chinois. La dernière phrase de l’article est toutefois assez surprenante en suggérant que le Quartier chinois est aujourd’hui moins bien intégré qu’autrefois à la ville de Lima et plus considéré comme « une petite portion de Chine » (p. 159).

  • 3 Le Casino Chung Wah fut enregistré en 1893 sous la présidence du Consul général de Chine à Cuba. C (...)

9La contribution d’Adrian Hearn concerne également une ville d’Amérique latine, La Havane. Docteur en anthropologie de l’université La Trobe (Melbourne), Hearn semble avoir surtout travaillé la bibliographie qui contient environ 70 références. La partie historique est donc spécialement développée. Notamment, tout ce qui est dit sur l’organe de coordination administrative, le Grupo Promotor de Barrio Chino, une institution créée en 1994 pour être responsable du développement économique et social du district mais issue du Casino Chung Wah qui est plus que centenaire, est d’un intérêt tout particulier3.

  • 4 Ya-Han Chuang est présentée comme une doctorante en sociologie de l’université Paris IV-Sorbonne d (...)
  • 5 Docteur en anthropologie de l’EHESS avec une thèse sur les Chinois de Polynésie française (Trémon (...)
  • 6 Cet article sera tout spécialement utile à une doctorante de l’IrAsia qui prépare à l’université d (...)

10Les deux contributions suivantes concernent les Chinois en Europe, précisément en France et au Portugal. Dans leur contribution, Ya-Han Chuang4 et Anne-Christine Trémon5, signalent qu’environ 90 % des 400 000 Chinois de France habitent Paris et ses environs (p. 187). Elles estiment que de nombreux autres quartiers que le XIIIe arrondissement sont plus distinctement chinois. Dans cet article, il est spécialement question du quartier de Popincourt dans Paris intra-muros (IIe arrondissement) et de la ville d’Aubervilliers au nord-est de Paris, en limite du XIXe arrondissement. Ces deux lieux ont un point commun qui les distingue des autres Quartiers chinois de Paris, ils se sont spécialisés dans la production et la vente en gros de vêtements et d’articles en cuir et leurs clients sont aussi bien français qu’asiatiques. Les auteurs étudient les réponses apportées par les Chinois aux « problèmes sociaux » apportés par cette mono-activité, cette ultra-spécialisation et surtout les difficultés de trafic automobile en résultant. Pour chacun des deux quartiers, il est d’abord question de la production de l’espace, à savoir l’émergence de ces zones de commerce en gros, puis de la construction de l’espace, c’est-à-dire sa transformation en espace d’échange, de conflit, de domination, enfin de la situation de l’espace au niveau local ou international afin de trouver des solutions. Si les apports théoriques sur la « culturalization » des conflits urbains ne sont pas toujours convaincants, il reste une quantité d’informations extrêmement précieuses sur ces deux quartiers chinois de Paris6.

  • 7 Sur la place Martim Moniz, on peut lire avec profit, en langue française, l’article de C. Reginens (...)

11Auteur d’une thèse en anthropologie sur la ville de Porte, Paula Mota Santos propose ici un article sur les Chinois du Portugal. Ce n’est que dans les trois dernières pages qu’il est réellement question de la proposition de créer une Chinatown à Lisbonne, en 2007, à Martim Moniz, où cohabitaient déjà des commerces chinois, indiens et pakistanais7. Le projet n’aboutit pas.

12Les deux dernières contributions concernent l’Asie. Le Japon a trois Chinatowns anciennes à Yokohama, Kobe et Nagasaki qui sont devenues d’importants sites touristiques. Kiyomi Yamashita étudie une nouvelle Chinatown, celle d’Ikebukuro située au nord-ouest de Tokyo. Il estime que Ikebukuro est en voie de passer d’une phase un (embryonnaire, tournée vers la communauté chinoise) à une phase deux (phase de croissance avec une diversification des clientèles vers la population locale), la phase trois (dite de maturité, étant celle des trois anciennes Chinatowns, totalement tournées vers la population japonaise). Mais il y a là une certaine contradiction car la dernière partie de l’article montre une assez grande hostilité de la population japonaise locale.

  • 8 Les références possibles pour le « Quartier chinois » de Bangkok sont toutefois relativement abond (...)

13Co-éditeur de l’ouvrage, Tan Chee-Beng a la difficile tâche de traiter (en moins de dix pages) des Chinatowns dans le reste de l’Asie, donc la partie du monde qui compte le plus de Chinois d’outre-mer. Chinois de Malaisie, docteur en anthropologie de Cornell, Tan Chee-Beng est devenu en trois décennies un spécialiste reconnu de l’étude des Chinois d’Asie du Sud-Est et du sud-est de la Chine ; professeur d’anthroplogie à la Chinese University of Hong Kong, il édite en outre le Journal of Chinese Overseas. Moins de six pages concernent finalement l’Asie du Sud-Est dans l’article conclusif de Tan Chee-Beng. Il est un peu plus question de Manille et de la Malaisie qu’ont précisément étudiées sur le terrain les coéditeurs, mais cela reste très superficiel. Les deux pays qui comptent les plus grandes communautés de Chinois (en chiffre absolu), l’Indonésie et la Thaïlande, sont presque entièrement négligés. Pour Bangkok, il est dit simplement que « le quartier chinois visible est autour de la rue Yaowarat » (p. 273)8. Les guides de voyage sont beaucoup plus complets. Cependant, Tan Chee-Beng a bien compris qu’en Asie du Sud-Est parler aujourd’hui de Chinatown revient souvent à un non-sens, car les Chinois ne sont presque jamais cantonnés à un ou plusieurs quartiers ; ce sont les villes qui sont chinoises ou l’ont été avant que les ruraux n’émigrent des campagnes. L’omniprésence du « compartiment chinois » (shopping house ou row house en anglais, tuek thaew en thaï, etc.) est significative.

14Le travail éditorial de base reste imparfait. Ainsi, dans l’article sur Paris plusieurs références (Molotch, Vermeesch) manquent dans la bibliographie (p. 191). Cet ouvrage est un apport intéressant à la littérature sur les Chinatowns dans le monde, mais son titre est doublement trompeur : d’une part, il ne concerne qu’un petit nombre de pays et néglige largement ceux où la population chinoise est importante, comme ceux d’Asie du Sud-Est, ensuite la mention de gilded ghetto, ethnopolis et cultural diaspora dans le titre laisse espérer une étude approfondie de ces notions, or, gilded ghetto et cultural diaspora ne sont même pas repris dans l’index et ethnopolis s’y trouve trois fois, en pages 1, 2 et 266, dans l’article de conclusion, où la définition de Michel S. Laguerre est reprise.

Haut de page

Bibliographie

BAFFIE, Jean, à paraître, « Gastronomie, Tourisme et Patrimoine. La promotion du Quartier chinois de Bangkok comme paradis des gourmets », in Tourisme et Patrimoine en Asie, Nguyen Phuoc Ngoc (éd.), Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence.

CHANTHAWANIT, Suphang, 2549 [2006], สำเพ็ง ประวัติศาสตรชุมชนชาวจีนในกรุงเทพฯ (Sampheng, histoire de la communauté chinoise de Bangkok) กรุงเทพฯ จุฬาลงกรมหาวิทยาลัย.

MCCARTHY, Joanne, 2009, « Tsang Changes Hightrade Records Again », Newcastle Herald, 11 novembre .

HALL, Louise, 2009, « Premier backs Tsang despite more revelations of gifts from builder » The Sydney Morning Herald, 13 novembre, www.smh.com.au/national/premier-backs-tsang-despite-more-revelations-of-gifts-from-builder-20091112-icg7.html.

KENLEY, David, 2011, « Print Capitalism and the Overseas Chinese in Cuba », Paper for the 2011 American Association for Chinese Studies Conference, http://aacs.ccny.cuny.edu/2011conference/Papers/Kenley,%20David.pdf

REGINENSIS, Catherine & Marluci MENEZES, 2011, « Pratiques, entre formel et informel, dans les espaces urbains : Lisbonne, Portugal et Rio de Janeiro, Brésil », http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/60/50/13/PDF/E_SMenezesReginensi_MM.pdf.

TRÉMON, Anne-Christine, 2011, Chinois en Polynésie française. Migration, métissage, diaspora, Paris, Société d’ethnologie, coll. « Recherches sur la Haute Asie », c.r. par J. Baffie dans Journal of Chinese Overseas, 2001, 11, 2.

Haut de page

Note de fin

1 Henry Tsang était né en Chine en 1943 mais avait émigré à Hong Kong avec sa famille dès 1949. Il avait immigré en Australie en 1961 et avait obtenu une licence en architecture de l’université de Sydney. Pour le parti travailliste il fut élu au parlement de l’État de New South Wales. En novembre 2009, il fut démissionné pour avoir omis de déclarer les avantages et cadeaux reçus par une entreprise chinoise de construction (McCarthy 2009).

2 Dans l’article « Barrio chino » du Wikipedia espagnol sont mentionnés des Barrios chinos pour Buenos Aires, Lima, Mexico, San José (Costa Rica) et Panama.

3 Le Casino Chung Wah fut enregistré en 1893 sous la présidence du Consul général de Chine à Cuba. Cette association avait pour tâche de soutenir les entrepreneurs chinois de Cuba (p. 170). Il a pu être considéré comme une ambassade de facto de la Chine à Cuba (Kenley 2011 : 14).

4 Ya-Han Chuang est présentée comme une doctorante en sociologie de l’université Paris IV-Sorbonne depuis 2009. La thèse que cette Taïwanaise prépare avec D. Lapeyronnie a pour titre « Au-delà de l’“intégration” : la mobilité économique et urbaine des migrants chinois à Paris depuis les années 1980 ». ATER, elle est membre du GEMASS, (UMR 8598).

5 Docteur en anthropologie de l’EHESS avec une thèse sur les Chinois de Polynésie française (Trémon 2011), A.-C. Trémon enseigne à l’université de Lausanne. Elle a coordonné un projet de recherche sur les Chinois de la région parisienne en 2010-2011.

6 Cet article sera tout spécialement utile à une doctorante de l’IrAsia qui prépare à l’université d’Aix-Marseille une thèse sur « Dynamiques territoriales et commerciales des nouveaux Chinois du centre-ville de Marseille : Belsunce, entre Belleville et le Sentier ? », Belsunce étant également devenu un quartier de commerçants chinois spécialisés dans la vente de vêtements en gros et demi-gros.

7 Sur la place Martim Moniz, on peut lire avec profit, en langue française, l’article de C. Reginensis et M. Menezes (2011).

8 Les références possibles pour le « Quartier chinois » de Bangkok sont toutefois relativement abondantes comme le montrent les bibliographies données dans Chanthawanit (2006) et Baffie (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Chinatowns around the World. Gilded Ghetto, Ethnopolis, and Cultural Diaspora, Bernard P. Wong & Tan Chee-Beng, éd. », Moussons, 24 | 2014, 282-286.

Référence électronique

Jean Baffie, « Chinatowns around the World. Gilded Ghetto, Ethnopolis, and Cultural Diaspora, Bernard P. Wong & Tan Chee-Beng, éd. », Moussons [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 29 janvier 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3172

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherches, IrAsia, CNRS, AMU, Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page