Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dictionnaire insolite de la Malaisie, Antonio Guerreiro

Paris, Cosmopole, 2015, 159 p.
Jean Baffie
p. 184-186
Référence(s) :

Antonio Guerreiro, Dictionnaire insolite de la Malaisie, Paris, Cosmopole, 2015, 159 p.

Texte intégral

  • 1 David Camroux, du CERI (Sciences po), qui a commencé sa carrière française comme spécialiste de la (...)

1Après l’Indonésie, le Viêt Nam, la Chine, l’Inde, le Japon, la Thaïlande et le Sri Lanka, les éditions Cosmopole proposent un « dictionnaire insolite » sur la Malaisie. Même si la langue malaise est loin d’être la plus difficile du continent et si le malais/indonésien est enseigné aux langues O’ depuis 1841 (le thaï seulement à partir de 1874), il se trouve bien peu de spécialistes de la Malaisie en France1. Cosmopole a fait appel à l’un des rares connaisseurs de ce pays en France, Antonio Guerreiro, anthropologue ayant Bornéo comme terrain principal, membre associé de l’IRSEA, puis de l’IrAsia (CNRS-Université d’Aix-Marseille) et expert pour le musée du Quai Branly (Paris).

  • 2 On peut ainsi se procurer deux guides touristiques de Malacca en langue thaïe, dont celui de Pariw (...)

2La Malaisie n’est pas un très grand pays du tourisme. Si les statistiques donnent pourtant plus de 27 millions de visiteurs pour 2014 (contre 25 millions environ pour la Thaïlande), il faut savoir que la moitié de ces visiteurs sont des résidents de Singapour en visite pour un week-end. Le touriste en Malaisie ne doit pas rechercher les sites historiques anciens, car le pays n’a pas d’ensembles architecturaux datant de la période précoloniale. A. Guerreiro signale clairement l’intérêt de l’architecture coloniale de Melaka (Malacca) – même si la première ville touristique du pays aurait pu être l’occasion de plusieurs entrées2 – mais passe un peu trop vite à mon goût sur Penang, d’autant que George Town, la capitale de l’État de Penang, a été inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 2008, en même temps que Melaka.

3Comme ethnologue mais également expert pour l’environnement, A. Guerreiro est beaucoup plus à l’aise avec la vie quotidienne, les traditions, les cuisines et les costumes des nombreuses populations de la Malaisie, d’une part, et avec les sites naturels, la faune et la flore, d’autre part, qui constituent les principaux attraits du pays. Celui qui a suivi au moins une partie de la carrière de l’auteur ne sera guère surpris de trouver des entrées comme amok, batik, bilum, latah, Jacques de Morgan, Penan, et d’autres entrées sur Sarawak. Il s’agit presque toujours de données très complètes qui seront aussi utiles à l’étudiant, voire au chercheur, qu’au touriste curieux.

  • 3 Theroux étant américain, il est – même si l’on peut imaginer des ancêtres français – préférable de (...)

4Un effort tout particulier est apporté à la littérature avec des entrées sur Pierre Boulle, Anthony Burgess, Henri Fauconnier, Sandokan, Paul Theroux3. À cette liste aurait pu ajouté le roman que Francis de Croisset (Franz Wiener) publia en 1935, La Dame de Malacca, dont Marc Allégret fit un film dès 1937, avec Edwige Feuillère dans le rôle principal.

  • 4 Ce livre de 188 pages (dans sa première édition) fut interdit en Malaisie jusqu’en 1981, date à la (...)

5Les éléments plus modernes concernant les secteurs de l’économie et de la politique ne sont pas négligés non plus. Les entrées « partis politiques ethniques » et « stratégies économiques » sont parmi les plus développées (p. 98-99, 133-134). Notons des entrées sur la compagnie aérienne nationale MAS, sur les tours jumelles de la compagnie nationale des hydrocarbures PETRONAS et le circuit international automobile de Sepang. Très justement, A. Guerreiro s’attarde sur Mahathir bin Mohamad et son ouvrage The Malay Dilemma qui posait un diagnostic sur la question ethnique en Malaisie4.

6Il faut relever un petit nombre d’erreurs ou de maladresses qui pourront aisément être corrigées lors de la deuxième édition. L’État de Penang (p. 103) ne coïncide pas avec l’île de Penang puisqu’il comprend en outre une partie continentale, certes moins connue mais plus de deux fois plus vaste que la partie insulaire. Il est sans doute exagéré d’écrire que Pierre Boulle a puisé dans son expérience de prisonnier pour écrire Le Pont de la rivière Kwaï ; certes, il a bien été arrêté en 1942 et condamné par les autorités pro-Vichy de Hanoï aux travaux forcés à perpétuité pour trahison, mais ses deux ans et quatre mois dans les prisons d’Indochine (Hanoï, Saigon, Hué) était peu comparables à la situation des prisonniers anglais, hollandais et américains dont environ 13 000 trouvèrent la mort (Boulle 1966).

  • 5 Dans un ouvrage récent, Helena Varkkey, qui enseigne dans une université de Kuala Lumpur, parle à (...)

7J’aurais pour ma part souhaité davantage d’entrées sur les Chinois de Malaisie. A. Guerreiro passe ainsi un peu vite sur Chin Peng (Ong Boon Hua), le leader du parti communiste de Malaisie, qui publia ses mémoires en 2003 (un ouvrage de plus de 500 pages). Il avait été fait officier de l’Ordre de l’Empire britannique en 1946 pour sa lutte contre les Japonais, puis devint le leader d’une guérilla antibritannique. Ainsi, si The Malay Dilemma a droit à une entrée développée, The Chinese Dilemma de Ye Lin Sheng, qui se veut être une sorte de réponse (assez tardive, il est vrai, puisque publiée 33 ans plus tard) n’est pas mentionné (Mahathir 1970 ; Ye 2003). Ces précisions n’avaient sans doute pas lieu d’être données dans un ouvrage destiné à un large public, en revanche, une entrée pour Ali-Baba aurait sans doute amusé tout en informant. Cette association, décrit, en effet, un partenariat d’affaires entre un Malais musulman, qui apporte ses contacts et ses droits spécifiques en tant que bumiputra (autochtones de la Malaisie), et un Chinois, qui fournit le capital et l’expertise5. Une entrée sur les sociétés secrètes chinoises qui ont longtemps joué un rôle important, en politique notamment, pourrait aussi être envisagée lors d’une prochaine réédition.

8Dans un registre très différent, je m’attendais à trouver mention du livre du capitaine Frederick Spencer Chapman, The Jungle is Neutral (1950). Cet ouvrage, qui raconte l’expérience de ce soldat britannique en Malaisie pendant la Seconde Guerre mondiale, est, en effet, devenu un grand classique à la fois des techniques de survie dans la jungle et de la guerre de guérilla.

9Certaines entrées ayant été également retenues dans le Dictionnaire insolite de l’Indonésie (batik, durian, etc.), ceux qui ont prévu de visiter les deux pays – ce qui est fréquemment le cas – auront tout intérêt à consulter parallèlement le volume de la collection signé par Elsa Clavé-Çelik (2010).

10Il faut regretter – mais c’est un parti-pris de l’éditeur – l’absence d’index et de table des matières. Sans doute est-ce pour gagner quelques pages pour donner davantage de notices, il reste assez difficile de savoir quelles sont les entrées. Ainsi, j’ai dû parcourir tout l’ouvrage pour découvrir qu’il était question du MCA (Malaysian Chinese Association) à l’entrée « partis politiques ethniques ».

11Ce Dictionnaire insolite de la Malaisie m’a éclairé sur de très nombreux aspects de la géographie, de l’environnement et de la culture d’un pays où je n’ai fait que de très courts séjours. C’est un ajout de grande qualité à une collection originale qui couvrira sans doute un jour la totalité de l’Asie du Sud, de l’Est et du Sud-Est.

Haut de page

Bibliographie

BOULLE, Pierre, 1966, Aux sources de la rivière Kwaï, Paris : Julliard.

CHAN, Pariwat (ปริวัฒน จันทร) 2007 [2550] มะละกา นครประวัติศาสตร ๖ ศตวรรษของมาเลเซีย (Malacca, ville aux six siècles d’histoire de la Malaisie) กรุงเทพฯ สารคดี.

CHAPMAN, F. Spencer, 1950, The Jungle is neutral, Londres : The Reprint Society (1e édition, 1949).

CLAVÉ-ÇELIK, 2010, Dictionnaire insolite de l’Indonésie, Paris : Cosmopole.

MAHATHIR BIN MAHAMAD, 1970, The Malay Dilemma, Singapour: Donald Moore for Asia Pacific Press.

VARKKEY, Helena, 2015 « Natural resource extraction and political dependency. Malaysia as a rentier state », in Meredith L. Weiss, éd., Routledge Handbook of Contemporary Malaysia, Londres : Routledge, Taylor and Francis, p. 189-199.

YE Lin-Sheng, 2003, The Chinese Dilemma, Pelanduk Pubns Sdn Bhd : Subang Jaya Selangor.

Haut de page

Note de fin

1 David Camroux, du CERI (Sciences po), qui a commencé sa carrière française comme spécialiste de la Malaisie, est d’origine australienne.

2 On peut ainsi se procurer deux guides touristiques de Malacca en langue thaïe, dont celui de Pariwat Chan, qui a donné comme sous-titre « la ville aux six siècles d’histoire de la Malaisie » (Chan 2007).

3 Theroux étant américain, il est – même si l’on peut imaginer des ancêtres français – préférable de ne pas franciser son nom en Théroux.

4 Ce livre de 188 pages (dans sa première édition) fut interdit en Malaisie jusqu’en 1981, date à laquelle son auteur devint Premier ministre, mais il avait été publié à Singapour par Donald Moore (Asia Pacific Press) et fut beaucoup lue et commentée.

5 Dans un ouvrage récent, Helena Varkkey, qui enseigne dans une université de Kuala Lumpur, parle à ce propos de situation de dépendance mutuelle et précise que « des hommes d’affaires chinois avaient besoin d’entrepreneurs malais pour obtenir des contrats et que les Malais avaient besoin des Chinois pour assurer la réussite des projets » (Varkkey 2015 : 192).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Dictionnaire insolite de la Malaisie, Antonio Guerreiro », Moussons, 25 | 2015, 184-186.

Référence électronique

Jean Baffie, « Dictionnaire insolite de la Malaisie, Antonio Guerreiro », Moussons [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3305

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chargé de recherches, IrAsia, CNRS-Aix-Marseille Université.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page