Navigation – Plan du site
Articles

Le chef de triade et le ministre. Paysages biographiques de deux nobles chinois dans la Thaïlande du début du xxe siècle

The Triad Head and The Minister. Bioscapes of two Chinese Noblemen in Early XXth Century Thailand
Jean Baffie
p. 19-40

Résumés

Le règne du roi Rama V fut le premier âge d’or des Chinois de Thaïlande. Cette contribution s’attache à deux réussites très différentes. Yi Ko Hong, anobli sous le titre de phra Anuwat Ratchaniyom, gagna sa promotion dans la hiérarchie d’une société secrète chinoise teochiu avant de remporter la ferme d’un jeu et de devenir riche. Thiangliang Hoontrakul, plus connu sous son titre et nom de noble comme phraya Srivisar Vacha, fut un conseiller des rois depuis le début des années 1930. Ministre, il aurait même pu devenir Premier ministre en 1957. La carrière du premier s’est presque essentiellement limitée à la communauté chinoise chez laquelle il reste comme la figure du premier grand philanthrope, mais il a également été quasiment déifié comme divinité du jeu et de la chance. Le second est finalement moins connu après sa disparition. Il reste comme le symbole d’une assimilation réussie, mais c’était loin d’être le cas d’autres membres de sa famille, restés, eux, dans le milieu chinois. D’où l’intérêt de ne pas se limiter à une biographie individuelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il faut signaler également l’intérêt (surtout pour le chercheur) des livres de crémation, distribué (...)

1En Thaïlande comme dans de nombreux pays le genre biographique connaît depuis fort longtemps un réel succès en littérature. Depuis pas moins d’un demi-siècle les vies des personnages célèbres, les collections de biographies et plus récemment les histoires des grandes familles figurent parmi les grands succès de librairie1. Il s’agit bien entendu en premier lieu des vies des grands rois – dont plusieurs ont été déifiés –, de certains Premiers ministres, de moines bouddhistes connus et de figures intellectuelles majeures, mais la tendance actuelle est assurément d’aller au-delà et de proposer notamment des histoires de vies des personnalités chinoises et sino-thaïes qui ont marqué les xixe et xxe siècles.

Un moment dans l’histoire des Chinois de Thaïlande

  • 2 Contrairement à ce qu’avait écrit Skinner, qui a privilégié les sources de langue chinoise, surtout (...)

2Les Chinois sont devenus particulièrement nombreux au Siam au xixsiècle pour diverses raisons. Le fondateur de la dynastie Chakkri était pourtant lui-même plus Môn que Chinois2, mais les rois et princes suivants passèrent des alliances commerciales avec des entrepreneurs chinois dans le but de s’enrichir dans le commerce international.

3À partir du règne de Rama IV (Mongkut, 1851-1868), avec l’ouverture du Siam à une modernisation à l’occidentale, les rois, réalisant les limites du système ancien de la corvée, firent appel à des coolies chinois, en particulier pour le creusement de canaux, la pose de lignes de chemin de fer, l’ouverture de routes. Beaucoup de ces ouvriers périrent à la tâche et d’autres retournèrent en Chine après quelques années, mais certains se fixèrent dans le pays et vinrent grossir une communauté chinoise nombreuse dans tous les centres urbains, mais surtout à Bangkok.

4Durant l’année 1952, un moment très particulier dans l’histoire des Chinois de Thaïlande puisque commençait à arriver la dernière grande vague quittant la Chine après la prise du pouvoir par les communistes, G. William Skinner étudia les histoires de vie des 135 Chinois les plus puissants du pays. Les entretiens, réalisés surtout dans les diverses langues chinoises par Skinner et ses assistants, avaient duré entre 30 minutes et deux heures. Il s’agissait surtout de Chinois de la première génération (72 % d’entre eux étaient nés en Chine [Skinner 1958 : 31, 33]). Cependant, cette étude retenait trop de personnalités pour donner suffisamment de détails biographiques sur chacune d’entre elles, et la méthode statistique choisie (avec 66 tableaux) n’était pas non plus particulièrement fiable pour une population aussi limitée (135 individus).

  • 3 Dans ce sens-là, la ferme désignait le droit de lever l’impôt sur un produit ou un service dans une (...)

5Il est suggéré dans cet article, comme dans les autres contributions de ce volume, que l’étude plus approfondie d’un plus petit nombre de Chinois de Thaïlande est plus satisfaisante pour le sociologue ou l’anthropologue. Les deux personnages présentés ici sont des Chinois nés au Siam dans la seconde moitié du xixe siècle, période charnière donc, et devenus très célèbres au cours de leur vie : phra Anuwat Ratchaniyom alias Yi Ko Hong alias Hong Techawanit et phraya Srivisar Vacha ou Thianliang Hoontrakul. Ils sont pourtant assez peu connus des chercheurs non thaïsants. L’intérêt de rapprocher ces deux itinéraires réside principalement dans les différences. L’un a investi le champ politique thaïlandais ; il fut un conseiller influent de deux rois et d’un Premier ministre, et il fut même question de lui pour occuper ce poste en 1957. L’autre est essentiellement connu de ceux intéressés par l’étude des Chinois de Thaïlande : leader d’une société secrète, il s’enrichit par la ferme3 d’une loterie, populaire chez les Chinois du Siam. Des sanctuaires lui sont consacrés et un culte lui est rendu. Les amulettes à son image sont encore aujourd’hui très appréciées par ceux qui souhaitent gagner au jeu.

Phra Anuwat Ratchaniyom ou Yi Ko Hong (1851-19364), leader de triade et fermier d’une loterie

  • 4 Certains ouvrages de langue thaïe préfèrent le nommer Tae Ti Yong (แตตี่ยง ou แตตี้ยง), quitte à aj (...)
  • 5 À la naissance, il aurait été appelé Ngi Hong (Yi Fong en mandarin) et aurait choisi le nom de Chue (...)
  • 6 Le compartiment chinois (tuekthaew ou shophouse ou rowhouse en anglais) est un type d’habitat extrê (...)

6Yi Ko Hong5 était un Teochiu du district de Tia An. Il serait né en 1851 au nord du Siam où ses parents avaient immigré mais serait retourné avec eux en Chine à l’âge de 8 ans car la famille n’avait pas réussi dans ce pays (Lin 2539/1996 : 309). Il serait ensuite revenu au Siam à l’adolescence après la mort de son père reparti travailler à l’étranger. La famille devint très pauvre : la mère mendiait tandis qu’un frère de Yi Ko Hong devenait garçon vacher (ibid. : 310). Sa mère se remaria cependant et eut d’autres enfants. Selon une autre source, il serait né à Bangkok dans le quartier de Sikak phraya Si où son père faisait le commerce de tissus. Après la mort de son père, il serait retourné en Chine avant de revenir au Siam pour s’installer à Chiang Mai où il aurait épousé Mlle Chian Kitfueangfu, la fille du noble chinois le plus puissant du lieu, propriétaire notamment de jardins de Lamyai. Selon sa petite-fille, il bénéficiait d’un physique avantageux et eut plusieurs femmes (Maprasoet 2004 : 70). Après un long séjour de 14 ans à Chiang Mai, il se déplaça vers Thonburi, pour habiter une maison flottante dans le quartier du célèbre wat Arun, puis à Bangkok dans le quartier chinois (à Phlapplachai) (« YupSinFa » 2010). Son épouse principale, une femme lao selon « Kanchanakphan » (1999 : 95), et ses enfants habitaient la villa tandis que les autres femmes et leurs enfants habitaient des « compartiments chinois6 » situés en face (Maprasoet 2004 : 71).

  • 7 La plus grande partie de l’article du prince Damrong a été traduite par B. O. Cartwright et publiée (...)
  • 8 Kenneth Landon donne la somme de 3 465 millions de bahts pour l’année 2458 (1915-1916) mais pour l’ (...)

7Une troisième source dit que, né d’une famille paysanne pauvre de Chine, il est venu au Siam à l’âge de 13 ou 16 ans, en 1863 ou 1866, sous le roi Rama IV (Tanprasoet 2543/2000 : 93 ; Bualek 2547/2004 : 39). Enfin, une source encore différente soutient qu’il était un Chinois du Viêt Nam et qu’il vint au Siam avec un passeport français (U Chi Yia 2553/2010 : 163). Au Siam, il fut employé dans un cercle de jeu appartenant à phraya Phakdiphatthrakon (de son nom chinois Lao Ki Pueng), membre d’une société secrète, et, dès l’âge de 16 ans, il devint lui-même membre de la société secrète Hongmoenthiantihui (Phongphichit 2553/2010 : 47), un « gang », selon un article de la presse chinoise de Thaïlande ; il en devint vice-leader par la suite, tout en faisant des affaires. Très vraisemblablement en raison de sa place dans cette triade, personne n’osa s’opposer à lui (Angkinan 2515/1972 : 57) et il remporta les enchères pour la ferme d’une loterie chinoise, le huai 36 tua ou huai ko kai kho khai, qui utilisait 36 lettres de l’alphabet thaï et 36 caractères chinois et dont les tirages avaient lieu deux fois par jour (matin et soir). Un auteur signale également qu’il acquit la ferme de l’alcool (rong-ngan sura) (« YupSinFa » 2010). Il devint rapidement très riche. Selon un article du prince Damrong, la loterie rapportait en moyenne 40 000 bahts par jours alors que les gains distribués n’étaient que de 10 000 bahts (Damrong 2463/1920 : 86-877). Une autre source estime les revenus annuels de Yi Ko Hong à cent mille bahts, une somme importante à l’époque8 (anonyme s.d.). Mais à côté de cela, il avait encore une affaire de phoikuan (transfert de fonds vers la Chine), un moulin à riz, une maison de prêt, un journal chinois, le Huà Xi ān rìbào (littéralement « journal Sino-Siam »), une imprimerie, une société d’import-export et une société de transport maritime, fondée en 1905, qui comptait huit navires naviguant entre le Siam, le Cambodge, le Viêt Nam, la Chine, la Malaisie, l’Indonésie, Singapour et le Japon. Il devint, selon certains, l’homme d’affaires chinois le plus riche et le plus puissant de son époque (Lin Fong 2539/1996 : 311). Un auteur mentionne qu’il avait des affaires à Hong Kong, à Singapour, à Shanghai, à Xiamen (Xiàmén) et à Swatow (Shàntóu) (« YupSinFa » 2010).

8Il est intéressant de reprendre intégralement la notice biographique donnée en 1908 dans l’ouvrage Twentieth Century Impressions of Siam (Wright & Breakspear 1908 : 290).

M. Tae Hong, ou comme il est familièrement connu à Bangkok, M. Yi Koh Hong, est natif du Siam, son père, qui fut longtemps un important homme d’affaires à la fois dans son pays et en Birmanie, étant venu à Bangkok de la province chinoise de Chaochow (Swatow). Après une éducation en chinois, Yi Koh Hong s’est lancé dans les affaires à Bangkok pour son propre compte, et est maintenant, depuis vingt ans fermier du gouvernement pour la loterie, les jeux, etc. Durant cette période, il a accumulé une énorme fortune malgré le fait qu’il ait payé des millions de bahts au Trésor. Âgé de 58 ans, M. Yi Koh Hong est père de six garçons, dont certains poursuivent des études en Chine, tandis que le fils aîné est à Bangkok pour aider son père dans ses nombreuses entreprises. M. Yi Koh Hong est mandarin de quatrième classe, membre de l’Ordre du Grand Dragon de l’Annam et grand chancelier de la Légion d’Honneur. Il manifeste un grand intérêt pour le bien être des habitants de son village familial et a dépensé des sommes importantes pour ouvrir de bonnes routes et construire pour eux de confortables maisons.

  • 9 Ce type de loterie, créé en 1835 par le roi Rama III pour inciter ses sujets à dépenser leur argent (...)

9Le 1er avril 1916, quand le roi Vajiravudh interdit la loterie des 36 lettres, la fortune de Yi Ko Hong, alors âgé de 65 ans, était acquise depuis longtemps9.

  • 10 Réau était trop optimiste et, dès le 30 décembre 1896, un affrontement faisait plus de 150 morts à (...)
  • 11 Dans son journal, au 24 mars 1895, Raphaël Réau expliquait qu’il s’employait à gagner la confiance (...)
  • 12 La tóngménghuì était une société secrète chinoise fondée par Sun Yat-sen à Tokyo en août 1905. L’an (...)

10Comme beaucoup de Chinois du Siam, Yi Ko Yong était devenu « protégé » français, statut pourtant en principe réservé aux Asiatiques originaires de l’Indochine française. Dans ses mémoires, un jeune diplomate français, Raphaël Réau, raconte que c’est le 3 mai 1896 que tous les grands leaders des sociétés secrètes chinoises ont été inscrits au consulat général comme protégés français. Le diplomate insiste sur les aspects positifs comme la fin des luttes féroces entre les triades10, mais signale l’inquiétude du gouvernement siamois pour le cas où les Français inciteraient les Chinois à la révolte (Marchat 2009 : 119-120)11. La petite-fille de Yi Ko Hong raconte qu’il lui arrivait de prononcer quelques mots en français (Maprasoet 2004 : 69). Selon Skinner, cette protection renforça sa position (Skinner 1957 : 167). Politiquement, il fut un des soutiens locaux de Sun Yat-sen qu’il reçut lors de ses séjours au Siam, notamment en 1908, et Yi Ko Hong devint un des leaders de la branche locale de la tóngménghuì12.

11Yi Ko Hong menait la vie d’un riche Chinois de Bangkok. Sa maison était équipée d’un mobilier chinois luxueux et il utilisait la langue chinoise pour discuter avec ses employés (« Kanchanakphan » 1999 : 96). Yi Ko Hong eut de nombreuses activités caritatives ou religieuses tournées pour la plupart vers la communauté chinoise. Il est généralement d’abord cité pour avoir fondé le sanctuaire Tai hongkong, en 1902, l’école Phoei-ing, en 1916, le sanctuaire chinois de la rue Songwat, l’embarcadère de Hua Siam, l’hôpital Thianfa. Il joua un rôle important dans la création du Groupe de collecte des corps Tai hongkong et servit d’intermédiaire pour l’achat du terrain où fut élevé le sanctuaire de Po Tek Tueng. Il fut en effet un des douze riches Chinois du Siam à fonder cette société d’entraide Po Tek Tueng, encore très active aujourd’hui. Les sources de langue thaïe insistent peu sur les activités caritatives de Yi Ko Hong en Chine mais un article de langue chinoise disponible sur Internet donne de nombreux détails : ainsi, après un tremblement de terre majeur à Chaozhou (en 1918 ?), Yi Ko Hong contribua à hauteur de plus de dix millions de dollars pour les secours d’urgence, la construction de digues, de routes et de ponts. Un bateau partit de Bangkok pour transporter des provisions (anonyme s.d.).

  • 13 Selon Jeffrey Sng et Pimpraphai Bisalputra, il s’agit de la société Sa Tiam (Sā Diǎn en pinyin), ce (...)
  • 14 Sur une étendue de 4 800 m2 se trouvaient environ deux cents bâtiments élevés au 1/20e de leurs dim (...)
  • 15 Les nobles ayant occupé son poste avant lui recevaient le titre (moins élevé) de khun Banboekburira (...)

12G. William Skinner, dans son livre toujours incontournable sur l’histoire des Chinois de Thaïlande, consacre une dizaine de lignes à Cheng Chih-yung alias Yi Ko Hong. Il explique que dans la première décennie du xxe siècle, celui-ci dirigeait la triade San-tien13et était connu des membres comme le Erk-ko Feng, à savoir le grand frère de second degré Feng (Skinner 1957 : 167). Sous Rama VI, Yi Ko Hong se montra particulièrement empressé à satisfaire les attentes du roi. « Khunwichitmatra » raconte qu’il fit venir des menuisiers de Shanghai pour qu’ils construisent un pavillon avec toit de style chinois (keng chin) pour être offert au roi qui souhaitait l’intégrer à Dusit Thani, la ville miniature construite dans l’enceinte du palais de Phaya Thai à partir de 1918 (1999 : 97-98)14. En contrepartie, il reçut le grade de luang puis celui de phra15. Selon Skinner, avec ce dernier grade une résidence lui fut attribuée et Yi Ko Hong se comporta ensuite comme un noble thaï fortuné et se retira de la vie communautaire chinoise (Skinner 1957 : 167).

  • 16 Auteur et traducteur de pièces de théâtre, le roi Rama VI était sans doute très sensible à l’ouvert (...)

13Dans son ouvrage consacré au sixième règne de la dynastie Chakkri (1910-1925), Walter F. Vella utilise, lui, le cas de Yi Ko Hong pour illustrer la manière employée par le roi Vajiravudh pour traiter avec les Chinois. Vella explique que, à l’arrivée du roi au pouvoir en 1910, Yi Ko Hong était si riche que le frère du roi, le prince Chakrabongs, proposa qu’on lui confisque une large partie de sa richesse. Mais le roi, tout au contraire, l’anoblit avec le titre de phra Anuwat Ratchaniyom. Plus tard, en 1918, le roi lui attribua le nom de famille de Techawanich. En remerciement, Yi Ko Hong se montra toujours particulièrement généreux envers le roi : il offrit un pont, des terrains et une école au gouvernement. Le 13 décembre 1917, le roi vint même inaugurer un théâtre que Yi Ko Hong venait d’ouvrir et, dès le 22 décembre, ce théâtre était mis à la disposition de l’unité des Tigres Sauvages, chère au roi, pour un spectacle de charité (Vella 1978 : 19216).

14Dans son ouvrage classique Nithan boranakhadi (histoires anciennes), le prince Damrong Rajanubhab mentionne le phraya Ratchaniyom (Yi Ko Hong) comme ayant été un de ses informateurs sur les sociétés secrètes chinoises (ang-yi), un sujet qu’il connaissait bien pour en avoir dirigé une. Le lien datait peut-être de l’époque où le prince occupait les fonctions de ministre de l’Intérieur (Damrong 2509/1966 : 302).

  • 17 Ce grade de fonctionnaire du palais était équivalent à celui de lieutenant-colonel (naiphantho-นายพ (...)

15Devenu noble siamois, phra Anuwat Ratchaniyom était rattaché au krasuang Wang (ministère du Palais) ou au krom Mahatlek (département des pages) avec le grade de sawek tho17. Sa maison était située sur la rue Phlapphlachai devant le monastère Khanikaphon, construit en 1924 par Madame Faeng Paorohit, célèbre mère maquerelle du quartier. (Prachasongkhro ph. S. 1932 : 1447 ; Tanmahaphran 2554 : 276-286). En 1939, la famille de Yi Ko Hong donna un terrain de près de 3 000 m2 sur cette rue Phlapphlachai pour que l’on y élève la station de police du même nom. Elle fut achevée en 1941. Rénovée à diverses reprises, la dernière fois en 1995, elle compte aujourd’hui pas moins de treize étages. Elle comprend une maison des esprits du sol (san phraphum chaothi) ainsi que, sur son toit, un autre sanctuaire à Yi Ko Hong, considéré comme une divinité du jeu et de la chance (san chaopho Yi Ko Hong) (anonyme 2007).

  • 18 Une source indique que c’est le 8e nom chinois le plus répandu en Thaïlande, notamment pour sa form (...)

16Pour expliquer sa réussite rapide Yi Ko Hong (Zhèng Zhìyǒng) a pu également bénéficier de la solidarité due à son nom de famille chinois18. En effet, Zhèng est un nom très répandu chez les Chinois de Thaïlande. Il fut celui du roi Taksin qui eut un règne assez bref (1767-1782) mais encouragea la venue au Siam de ses compatriotes teochiu. Un premier ministre, le contre-amiral Thawan Thamrongnawasawat ou luang Thamrongnawasawat (1946-1947), avait également Zhèng pour nom chinois. De nombreuses familles chinoises de Thaïlande portent ce nom, les Techaphaibul, les Srifuengfung, les Chonvichan, les Chirathiwat… Mais, selon une version, la dernière partie de la vie de Yi Ko Hong fut peu glorieuse : à la fin du règne de Rama VI (1910-1925), Yi Ko Hong aurait connu une faillite financière majeure et ses biens auraient été confisqués par l’État mais, par mansuétude, le roi lui aurait permis de continuer à habiter sa maison de Phlapplachai jusqu’à la fin de ses jours (« YupSinFa » 2010).

17Pour les services rendus à la Chine, Yi Ko Hong fut nommé rónglù dàfū, ce qui correspond à un rang de fonctionnaire (anonyme s.d.). Les références en langues chinoises mentionnent un patriote, fidèle à sa patrie d’origine où il fut enterré avec un rituel de kongtek (gōngdé), après une première cérémonie funéraire tenue en Thaïlande.

18Yi Ko Hong n’est sans doute pas un cas unique. D’autres Chinois devenus riches ont, comme lui, agi pour l’intérêt de la Chine, mais surtout pour celui des Chinois de Thaïlande, tout en étant utile à leur pays d’adoption, et, en étant, au moins pour une période, « des protégés » d’un gouvernement étranger.

19Il est généralement admis que les diverses fermes tenues par des Chinois du Siam ont permis une « accumulation primitive de capital » (Nartsupha 2523/1980 : 37). Yi Ko Hong a, comme bien d’autres, su créer un empire commercial mais n’a pas créé une véritable dynastie familiale. Quasiment ruinée dès la fin du règne de son bienfaiteur, le roi Rama VI (1910-1925), la famille de Yi Ko Hong n’a jamais fait partie des grandes familles du monde sino-thaï des affaires, peut-être en raison de la trop grande générosité philanthropique du patriarche à la fois vers la Chine et le Siam.

20J’ai retrouvé le livre de crémation d’un petit-fils de Yi Ko Hong, M. Karun Techawanit (1918-1993) et, à partir de sa biographie, on réalise que ce dernier était resté encore très chinois. C’est dans cet ouvrage que j’ai trouvé une biographie de Yi Ko Hong, son grand-père, en langue chinoise (extraite d’une revue de Hong Kong), ce qui semble bien indiquer qu’à la troisième (ou quatrième) génération une partie non négligeable de la famille pouvait encore lire le chinois. Karun, lui-même, n’avait suivi à Bangkok que l’enseignement primaire avant de continuer ses études à Swatow. Il étudia la littérature, la calligraphie chinoise et la philosophie confucéenne. Il rentra ensuite en Thaïlande, mais fit souvent le voyage en Chine où se trouvaient son épouse et sa mère, qui décéda en 1942. C’est à ce moment-là qu’il ramena son épouse en Thaïlande. Après la guerre, Karun fut employé de la banque Netherland International, plus connue des Thaïs sous le nom de Bank Hollanda, dont le siège était sur la rue Charoen Krung à Bangkok. Comme sa famille était nombreuse, Karun se lança dans la production de papier, notamment de papier carbone et de papier ciré. Il fabriqua même des figurines inspirées de Walt Disney qu’il allait vendre au marché du week-end de Sanam Luang. En 1964, il se lança dans la fabrication d’éponges et, un peu plus tard, il investit dans une usine de production d’acier. Enfin, avec quelques amis, Karun ouvrit six cinémas à Bangkok. Devenus adultes, les enfants de Karun lancèrent encore six affaires dans des domaines très divers (boulangerie, production de mets exportés en Chine, import-export de produits chimiques, construction, commerce international).

  • 19 Les relations diplomatiques furent finalement rétablies entre les deux pays le 1er juillet 1975, lo (...)

21Un des fils de Karun, qui devait parler couramment le chinois, fut le manager de l’équipe thaïlandaise de tennis de table qui se rendit en Chine, en août-septembre 1972, ce qui représentait le premier contact officiel entre les deux pays depuis des décennies19. Et quand il fut de nouveau possible de se rendre en Chine, Karun y retourna dans un but très précis : obtenir que le gouvernement chinois rende à la famille ses terres, ses maisons et une école lui appartenant. Ce fut fait en 1989 et l’histoire est rapportée dans le livre publié après le décès de Karun. Le texte semble indiquer que le contact avec la famille chinoise n’avait jamais été rompu. Un message en langue chinoise inclus dans le livre de crémation (avec une traduction adaptée en thaï) s’adresse à Karun en l’appelant Tia Ming Xiong, ce qui devait être son nom chinois en usage lors de ses séjours en Chine.

22Autant que l’on puisse en juger d’après les noms, au moins trois des sept enfants de Karun ont épousé des Chinois(es) de Thaïlande et l’une de ses filles un Chinois des États-Unis, M. Jim Chang. Cependant, Yi Ko Hong avait pris soin d’envoyer sa fille Suan à l’école Rachini de Pak Khlong Talat, dont la directrice était une princesse de la famille royale thaïlandaise. Elle devint amie avec d’autres membres de la famille royale (Maprasoet 2547/2004 : 74). Deux des fils de Yi Ko Hong entrèrent dans la fonction publique avec les titres de Khun Phinit Ratchasap (Bunyen Techawanit) et de Khun Thawi Ratchasap (Bunnak Techawanit). Aujourd’hui, les Thaïlandais dont le nom de famille est Techawanit sont plus souvent juristes, médecins ou même militaires qu’entrepreneurs, même si ces derniers comptent quelques représentants.

  • 20 Ce sanctuaire ne date, semble-t-il, que de la dernière rénovation du bureau de la police de Phlappl (...)

23Au total, deux sanctuaires, des statuettes et de très nombreuses amulettes ont fait de Yi Ko Hong une quasi-divinité pour ceux qui souhaitent deviner les numéros sortant des loteries ou, plus généralement, gagner dans des jeux. Le principal sanctuaire, un petit édifice d’architecture chinoise, est situé au quatrième étage du bureau de la police de Phlapplachai au cœur donc du « Quartier chinois » de Bangkok20. Le culte rendu à Yi Ko Hong semble même prendre de l’ampleur. Ainsi, le quotidien le plus lu de Thaïlande, le Thai Rath en date du 8 juillet 2012 a suggéré que c’était grâce à l’amulette à l’effigie de Yi Ko Hong qu’un chanteur populaire, Suban Waewwong, avait pu échapper indemne à un accident de voiture (« Kong Kangfu » 2012).

Thianliang Hoontrakul ou phraya Srivisar Vacha (1897-1963)

24Un site Internet consacré à la famille Hoontrakul explique que le premier ancêtre dont on se souvienne fut Uay Tan Gong qui fut gouverneur d’une province du sud de la Chine. Le fondateur de la famille Hoontrakul en Thaïlande semble avoir été M. Hun Un Tui. Arrivé au Siam sous le roi Chulalongkorn (1868-1910), après un bref séjour à Singapour, il épousa Mme Kham Chantrakul, dont la famille possédait le principal marché du « Quartier chinois » de Bangkok et eut dix enfants dont Kosol Hoontrakul et Thianliang Hoontrakul (phraya Srivisar Vacha). Hun Un Tui mourut lorsque Kosol, son fils aîné, était âgé de 19 ans. Ce dernier reprit la boulangerie et la production de soda familiale et développa les affaires dans les secteurs de la pharmacie, des services de ferry et fonda même une banque, la Bangkok City Bank, et put ainsi envoyer trois de ses frères poursuivre des études en Angleterre. Deux entrèrent au ministère siamois des Affaires étrangères et reçurent des titres de noblesse : phraya Srivisar Vacha pour Thianliang et luang Sitthisayammakan pour Thianhok (Chitphasa 2526/1983 : 77).

25Officiellement, Thianliang Hoontrakul, ou le colonel phraya Srivisar Vacha, est né le 25 avril 1897 au tambon Talat (marché) Noi de Bangkok, ce qui correspond au « Quartier chinois ». Parmi ses frères il y eut donc M. Kosol Hoontrakul, l’aîné, mort en 1959, phra phiksu Yen Kiat (Likhit Hoontrakul ou luang Rattapharaphithak) devenu moine mahayana, et luang Sitthisayamkan (Sitthi Hoontrakul), mort en 1963.

  • 21 Le palat d’un ministère est très puissant car il est le supérieur permanent de tous les fonctionnai (...)

26Enfant, il fut élevé par ses grands-parents maternels, M. Pin et Mme Hun Chintrakul, les propriétaires du marché, puis il retourna chez ses parents à l’immeuble Sui Ho près du pont Phitthaya Sathian. Son père décédé, sa mère et ses deux frères aînés devinrent les chefs de famille et l’envoyèrent d’abord étudier au collège de l’Assomption, sans doute le meilleur de l’époque. Il y apprit le français et l’anglais. À l’âge de 15 ans, il fut envoyé continuer des études en Angleterre sur un financement personnel. Il quitta Bangkok en septembre 1911 et un mois plus tard, il arrivait à Londres où l’attendait un représentant de la société commerciale de la famille. La première année, il étudia à l’International College, un tout petit établissement d’une dizaine d’étudiants. L’année suivante, il étudiait au Dulwich College. Cet établissement comprenait quatre parcours, mais comme Thianliang – ou T. L. Hoon nom sous lequel il était inscrit – souhaitait devenir avocat, il prit le parcours classique avec langues latine et grecque. En 1915, après quatre ans d’études, il entra à l’université d’Oxford pour étudier le droit au Lincoln College où il reçut une bourse de 50 livres. Il obtint sa licence en droit en 1920. Il obtint un financement pour continuer en maîtrise, mais dut interrompre ses études car il fut nommé à l’ambassade de Siam à Paris. En effet, le prince Charinsak Kridakon, dont il avait eu l’occasion de faire la connaissance, lui avait proposé ce poste. Ses parents n’y étaient guère favorables car personne n’avait encore été fonctionnaire dans la famille. En 1921, donc, il devint 3e secrétaire à l’ambassade du Siam à Paris. Il y fit la connaissance de luang Wichitwathakan, qui y était également en poste. Celui-ci allait devenir le grand idéologue nationaliste des années 1930-1940. En 1924, Thianliang reçut le titre de luang Srivisar Vacha, qui correspondait à son poste. Dès l’année suivante, il reçut le titre de phra. Après quatre ans passé à Paris, en février 1926, il fut rappelé au siège du ministère des Affaires étrangères à Bangkok. En 1928, à 32 ans, il devint secrétaire permanent (palat21) de ce ministère avec le grade de phraya Srivisar Vacha. Un auteur affirme que, s’il n’y avait pas eu l’abolition de la monarchie absolue en 1932, Thianliang aurait probablement été promu chao phraya, le grade le plus élevé pour un noble fonctionnaire et très rarement attribué ; en effet, à la fin de sa vie, le roi lui avait donné les décorations les plus élevées du pays, équivalentes effectivement à celles autrefois attribuées aux fonctionnaires de grade chao phraya (« Chanratsami » 2530/1987 : 70). Francophone, il représenta le Siam aux Hautes commissions franco-siamoises sur le Mékong en 1928 et 1931. Toujours en 1931, il devint président de la Conférence pour l’interdiction de la consommation d’opium, convoquée en vertu de l’article XII de l’accord de Genève sur l’opium qui se tint à Bangkok en novembre 1931. En 1932 il était conseiller royal (ongkhamontri), membre du comité de la Croix Rouge du Siam (Prachasongkhro 2475/1932 : 1310). Mais ce qui lui vaut sa place dans les manuels d’histoire générale de la Thaïlande, c’est que, au début de l’année 1932, il fut chargé avec un conseiller américain, Raymond B. Stevens, de rédiger un projet de constitution pour le roi du Siam (Wyatt 1984 : 241). Remis au roi Rama VII en mars, ce projet, s’il avait été retenu, aurait vraisemblablement rendu inutile le coup d’État du mois de juin qui instaura un régime constitutionnel.

27Après le coup d’État du 28 juin 1932, il fut nommé un des 70 députés de la première assemblée nationale par les auteurs du mouvement ayant instauré une monarchie constitutionnelle. Il devint également ministre des Affaires étrangères et le resta jusqu’en juin 1933. Le colonel Henri Roux, conseiller militaire français, qui le rencontra à cette époque le décrit comme « un homme doux, calme, intelligent, d’éducation française » et ajoute qu’il est « l’ami des Français » (Parkpriaw 2010 : 54, 137). Plus pragmatique, un autre Français de l’époque notait « un Chinois était ministre des Affaires Etrangères » (Grossin 1933 : 27).

28En 1934, avec deux autres phraya, il ouvrit un cabinet d’avocat nommé Thepsiharit, mais devint également conseiller spécial de divers autres cabinets. À partir de 1926, il enseigna également le droit à l’école du droit du ministère de la Justice, puis à l’université Chulalongkorn.

29Dès 1931, il était devenu membre du comité de la Croix Rouge du Siam. Il en devint le secrétaire en 1938 et le resta trente ans, jusqu’à sa mort. Il fut membre – et même deux fois président – du Rotary Club de Bangkok. Parmi ses autres activités figurent celles de membre du conseil d’administration de la Banque de Thaïlande, de la société d’assurance Krung Sayam Prakanchiwit et d’une société d’investissement pour l’industrie.

30Après la guerre, il amorça un retour en politique. Le 2 février 1946, il fut nommé ministre des Finances du gouvernement de Kuang Aphaiwong, qui ne dura qu’un peu plus d’un mois. Il se présenta aux législatives de la même année et fut élu député de Bangkok (pour les quartiers de Bang Rak-Yannawa). Mais un an plus tard, le 8 novembre 1947, un coup d’État militaire entraîna la dissolution de l’Assemblée nationale.

  • 22 Cette constitution eut une durée de vie assez brève puisqu’elle fut abrogée fin novembre 1951 après (...)

31De juillet à décembre 1948, avec six autres personnalités, il fut chargé de rédiger la constitution. Ce comité était dominé par des royalistes et la constitution qui fut promulguée le 23 janvier 1949, donnait au roi et au président de son Conseil privé des pouvoirs inimaginables après le coup d’État de juin 1932. Le roi choisissait seul les neuf membres de son conseil, mais également les cent membres du Sénat. Le roi disposait d’un droit de véto sur les lois votées et une majorité des deux tiers des membres de l’Assemblée était nécessaire pour revenir sur ce véto ; il pouvait en outre proclamer la loi martiale (Fistié 1967 : 221)22. Après le coup d’État de novembre 1951, la carrière de phraya Srivisar Vacha connut une nouvelle éclipse et il redevint conseiller royal (ongkhamontri) du 8 avril 1952 au 27 août 1962.

  • 23 Luang Wichitwathakan (1898-1962), leader nationaliste anti-Chinois, d’abord proche de Phibun Songkh (...)

32En 1957, après le coup d’État du maréchal Sarit Thanarat, phraya Srivisar Vacha aurait pu devenir Premier ministre. Il fut une des six personnalités totalement honnêtes, respectées par la communauté internationale et capables de travailler étroitement avec l’armée parmi lesquelles l’auteur du coup dut choisir. Mais il semble que son passé « socio-politique » et son âge jouèrent contre lui : il était en effet déjà âgé de soixante ans (Chaloemtiarana 2007 : 85). Entre 1959 et 1962, il accompagna le couple royal dans ses déplacements officiels à l’étranger. Le 19 juillet 1962, phraya Srivisar Vacha fut nommé secrétaire permanent du bureau du Premier ministre en remplacement de luang Wichitwathakan, qui venait de décéder23. Ce poste est parfois présenté comme équivalent à vice-Premier ministre. Il serait trop long de faire la liste de toutes les commissions dont il fut membre dans les décennies 1950 et 1960. Pour le seul mois de septembre 1962, il obtint dix postes différents. Notons seulement qu’il fut nommé membre d’une commission pour fixer la langue thaïe en septembre 1962, d’une commission sur les documents concernant l’histoire, la culture et l’archéologie en octobre 1962, de la commission de révision de l’histoire thaïe en août 1963 et qu’il siégeait dans les conseils de la totalité des universités de l’époque. En avril 1964, il fut nommé recteur de l’université de Chiang Mai. Le 18 février 1963, il fut élevé au grade de colonel du 1er régiment des gardes royaux. Il fut même un temps secrétaire du Conseil national de la sécurité. Le double patronage du roi et du Premier ministre constituait bien entendu la clé de toutes ces promotions.

  • 24 Il existe une version thaïe et une version chinoise.

33Il est probable que phraya Srivisar Vacha avait une bonne connaissance de la langue chinoise comme ses frères. On sait que l’un d’eux, Likhit Hoontrakul lisait couramment le chinois. Il quitta son emploi au département des Chemins de fer pour étudier l’histoire des relations entre le Siam et la Chine, notamment à partir de documents de langue chinoise. Il devint une autorité sur le sujet puis se retira dans un monastère du bouddhisme mahayana. Mais Likhit ne fut pas une exception même si les descendants de phraya Srivisar Vacha d’aujourd’hui ne sont plus guère actifs dans les affaires concernant les Chinois de Thaïlande. En 1955, dans le compte rendu que le Journal of the Siam Society consacre à la version anglaise du livre de Likhit Hoontrakul sur les relations en la Thaïlande et la Chine24, on peut lire :

  • 25 En 1952, M. Kosol Hoontrakul a créé la fondation de la famille Hun (Munlanithi Trakulhoon). Mais il (...)

L’auteur vient d’une importante famille sino-thaïe d’origine hainanaise ; un de ses frères est un leader important de la communauté chinoise de Bangkok25, tandis qu’un autre est membre du Conseil privé thaï. Les frères Hoontrakul se sont depuis longtemps dévoués à l’amélioration des relations sino-thaïes […]. [anonyme 1955 : 147]

  • 26 Alors que l’on y trouve de nombreux hommes politiques connus (Baffie 2001).
  • 27 Une version avec un titre légèrement différent est signée « Phya Anuman Rajathon », célèbre intelle (...)

34Lorsque le roi Rama VIII visita le quartier chinois de Bangkok le 5 juin 1945, Kosol Hoontrakul fut chargé par les autres Chinois de l’accueillir comme leur représentant (anonyme 2013). Certes, phraya Srivisar Vacha est généralement cité parmi les Chinois hainanais les plus célèbres de Thaïlande, mais lorsque des Hoontrakul sont mentionnés dans les ouvrages commémoratifs hainanais, il semble qu’il s’agisse simplement d’immigrants beaucoup plus récents, beaucoup moins intégrés. Si on continue de mentionner l’origine hainanaise de la famille, les Hoontrakul sont un des rares noms hainanais (avec les Wongwanit, par exemple) à ne figurer dans aucun comité directeur de l’Association des Hainanais de Thaïlande, même à titre honorifique26. Le livre de crémation distribué le 8 juin 1968 gomme largement la référence chinoise mais insiste beaucoup sur la proximité avec la famille royale. Les textes écrits par phraya Srivisar sont ainsi : un article sur la monarchie en Thaïlande (version anglaise et thaïe27), des biographies du roi et de la reine, des réponses à un ouvrage publié en anglais sur la mort mystérieuse du roi précédent.

35L’histoire retient de Hun Thianliang qu’il reçut le grade honorifique de colonel (phan ek), qu’il fut secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères sous le roi Rama VII (1925-1935), député à la Première Assemblée, ministre des Affaires étrangères, puis ministre des Finances, et enfin membre du Conseil royal (ongkhamontri) (Wiwekmethakon 1993 : 278). Phraya Srivisar Vacha reçut les quatre décorations thaïlandaises les plus élevées et quinze décorations étrangères, dont treize de pays européens.

  • 28 Luis fonda la L. Xavier Rice Mills et devint un des Portugais les plus influents du Siam. En 1889, (...)
  • 29 À partir de 1906, comme secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères, il joua un rôle (...)
  • 30 Elle fut enterrée dans la tombe familiale du cimetière de Silom qui fut transféré dans la province (...)
  • 31 Elle ouvrit une clinique dans la rue Charoen Krung, près de la rue Tithong, devant le cinéma Chaloe (...)

36Pour ce qui concerne la religion, son livre de crémation note qu’il fit élever un monastère qui porte son nom dans la province de Nakhon Pathom. Pourtant, il épousa la fille d’un noble catholique d’origine portugaise, dont le grand-père, Luis Maria Xavier (1804-190228) était né à Macao et s’était installé au Siam en 1850, et dont le père, Celestino Maria Xavier (1863-1922), devenu phraya Phiphat Kosa, haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères29, occupa même les fonctions d’ambassadeur du Siam en Italie. Catholique, Margaret Lin Xavier30 fut la première femme thaïe docteur en médecine31. Thianliang et Margaret eurent un fils et deux filles. Le fils prit une épouse dans la famille Nandhabhiwat, et les filles épousèrent des maris dans les familles Wanikakul et Otsathanukhro, au final trois familles chinoises riches.

37Dans un ouvrage sur la vie de 50 ministres publié en 1963, Sombun Khonchalat, qui signe du pseudonyme de « Withetkorani », ne mentionne phraya Srivisar Vacha qu’en 48e position (« Withetkorani » 2506 : 1002-1019). Cette position étonne alors que la longévité politique du personnage et son importance sont bien indiquées. Son origine chinoise était alors peut-être un problème. Ni son nom chinois ni celui de Hoontrakul, qui traduit l’origine, ne sont jamais mentionnés.

  • 32 Le livre funéraire de Kosol Huntrakul, dont sont tirées ces informations, ne le précise pas, mais i (...)

38Car si phraya Srivisar Vacha a laissé une trace importante dans l’histoire politique siamoise et si son attachement au Siam, puis à la Thaïlande, ne fait guère de doute, il convient d’être plus nuancé lorsque l’on parle d’autres membres de la même famille. Kosol Hoontrakul, son frère aîné, mort d’une maladie de cœur le 26 avril 1959, fut, lui, un leader incontournable de la communauté chinoise hainanaise de son époque. Kosol, dont le nom chinois était Hun Kim Huat ou Hun Chi Thing, était né le 10 mai 1883 et avait donc 14 ans de plus que phraya Srivisar Vacha. À l’âge de 9 ans, en 1892, il fut envoyé étudier à l’école catholique de l’Assomption, alors ouverte depuis seulement six ans. Kosol rata de peu une bourse royale pour aller étudier en Angleterre. Phraya Phiphat Kosa (Celestino Xavier), un ami de la famille, tenta de persuader le père de Kosol d’envoyer son fils à l’étranger sur ses propres deniers, mais ce dernier refusa, expliquant qu’il était déjà âgé de 61 ans et qu’il préférait que Kosol lui succède rapidement à la gestion des entreprises familiales (une boulangerie et une scierie à Bangkok, une fabrique de chaux dans la province de Ratchaburi et une entreprise de transport de riz des provinces vers Bangkok) et s’occupe de ses jeunes frères et sœurs. Comme la maîtrise de la langue chinoise était essentielle, Kosol dut suivre des cours de perfectionnement privés quand il n’étudiait pas à l’Assomption. Il fut finalement capable de bien lire et écrire le chinois32.

39Le père de Kosol et de phraya Srivisar Vacha était régulièrement chargé par le gouvernement d’organiser des repas de style européen pour des inaugurations et il y amenait fréquemment son fils aîné. Ce fut ainsi le cas en 1997, lorsque le roi Chulalongkorn (1868-1910) inaugura la ligne de chemin de fer Ayutthaya-Kaeng Khoi et celle de Mahachai, en 1901. Kosol fut chargé de contrôler la préparation des mets européens lors des cérémonies royales. Cela lui donna l’occasion de rencontrer des membres de la famille royale et des nobles de hauts rangs.

  • 33 Elle devint par la suite la banque Thai-Phanich.

40Kosol entreprit de produire des boissons européennes comme des sodas, des limonades et des sirops. Un de ces produits reçut même une médaille d’or à l’Exposition internationale de l’industrie et du travail qui se tint à Turin en 1911. En 1906, Kosol se lança dans la vente de médicaments. Ensuite, en 1908, il contribua à fonder la China-Siam Steam Navigation Co. Ltd. qui eut cinq navires et dont il devint le manager. Cette compagnie transportait des passagers et des marchandises entre Hong Kong, Swatow, Haikou (et vraisemblablement Bangkok). En 1909, à l’âge de 26 ans, Kosol créa, avec d’autres commerçants hainanais, la Bangkok City Bank, d’un capital de deux millions de bahts. Il en devint président du comité directeur alors qu’un de ses frères en devint manager. En 1910, cette banque fusionna avec la société Yu Seng Heng pour devenir la Bank China-Siam33.

41En 1914, Kosol déplaça la maison familiale vers la rue Siphraya, nouvellement construite. Il ouvrit également une fabrique de glace qui connut rapidement un grand succès. En 1929, Kosol ouvrit une seconde fabrique de glace, mais à Hua Hin, et le roi lui-même vint l’inaugurer. En 1924, Kosol fonda, avec des amis de Singapour, le Singapore Oil Syndicate pour exploiter le pétrole à Brunei dans la partie britannique de Bornéo. Deux ans plus tard, ayant augmenté son capital personnel, il en devint le président.

42Kosol fut pendant 57 ans dans le comité directeur de l’hôpital de la fondation chinoise Thianfa dont son père avait été co-fondateur. Il joua un rôle essentiel dans la création de l’école hainanaise Yumin Kongsuai et resta 40 ans dans son comité directeur. Il est à l’origine de l’association des Hainanais de Thaïlande dont le but affiché est de rapprocher les commerçants et les ouvriers hainanais. Il fonda également le cimetière public hainanais dans le quartier du Wat Don de Yannawa. Le livre funéraire de Kosol signale que pour son père (et un de ses frères mort du tétanos presque au même moment) des rituels chinois et thaïs furent pratiqués.

43Kosol créa également la société des commerçants chinois et en fut un des dirigeants pendant 35 ans, à partir de 1924. Pendant la guerre, il essaya officiellement de maintenir un lien cordial avec le général Nakamura, le commandant en chef japonais au Siam. Cependant, un ouvrage révèle qu’il participa à des regroupements de Chinois contre les Japonais (Murashima 2539/1996 : 37). Ainsi, le 30 janvier 1939, lorsque des délégués hainanais se réunirent à Hong Kong pour s’opposer au Japon, Kosol fut un des représentants des Hainanais de Thaïlande (ibid. : 54). Car Kosol fut membre du comité central du Guomindang. Il avait été un de ceux qui accueillirent Sun Yat-sen au Siam en 1907. Il contribua au mouvement par de larges sommes d’argent et Sun Yat-sen lui écrivit personnellement pour le remercier (Phongphichit 2553/2010 : 56). Quand le Guomindang se réfugia à Taiwan, Kosol eut plusieurs fois l’occasion de se rendre dans cette île.

44Kosol fut pendant longtemps un protégé britannique. Eiji Murashima indique qu’il ne prit la nationalité thaïe que le 4 novembre 1942 (Murashima 2539/1996 : 37), peut-être sous la pression de son frère, mais également parce que cela n’avait plus guère de sens à cette époque puisque les Anglais – en guerre contre les Japonais – étaient systématiquement emprisonnés (et pouvaient se retrouver à construire le fameux chemin de fer de la rivière Khwai destiné à relier la Birmanie et la Thaïlande). Donc, lorsque, le 3 octobre 1936, il participa à la création de la Samakhom chin-sayam (association Chine-Siam), il faut noter qu’il n’était pas encore officiellement un Siamois (ibid. : 167).

  • 34 D’autres Chinois porteurs du même nom de famille ne semblent pas directement apparentés. Une de ces (...)

45Kosol eut onze enfants, dont deux décédés à un et 5 mois. C’est le 8e enfant, Sommai Huntrakool34 (1918-1993) qui fit la carrière la plus remarquable, puisqu’il devint ministre des Finances à quatre reprises (1974-1975, 1980, 1981-1983, 1983-1986).

46Kosol avait quelques passions comme l’architecture et la cuisine. Il accumulait les livres de recettes en diverses langues et lui-même aimait confectionner des plats européens, thaïs et chinois, des currys et des gâteaux. Il fréquentait apparemment le meilleur restaurant chinois de Bangkok de l’époque, le Hoi Thian Lao, ouvert en 1932 par une famille hakka.

47Dans le livre commémoratif publié en 1959 après le décès de Kosol, on trouve des témoignages du prince Dhani Niwat, très influent au palais, du maréchal Phibul Songkhram et de Kuang Aphaiwong, deux anciens Premiers ministres, du chaophraya Sithammathibet, de phraya Kalahom Ratchasena, de Luan Wongwanit, autre homme d’affaires d’origine hainanaise, et de phraya Anuman Rajadhon (ou Sathienkoset), célèbre intellectuel d’origine chinoise.

Pertinence dans la comparaison des deux personnages : la biographie comme étape dans un mouvement dialectique entre l’individu et le groupe

48Yi Ko Hong (1851-1936) et Thianliang Hoontrakul (1897-1963) se sont-ils rencontrés ? C’est tout à fait possible. Quand le premier est mort en 1936 à l’âge de 85 ans, le second en avait 39, mais était déjà connu pour sa proximité avec le roi Rama VII qui avait abdiqué en 1935. Kosol Hoontrakul (1883-1959), le frère aîné de Thianliang, lui aussi très impliqué dans les activités des Chinois (hainanais) du Siam, avait très certainement eu affaire avec Yi Ko Hong. Il avait 53 ans en 1936.

  • 35 L’un est hainanais, l’autre teochiu. Les deux groupes géodialectaux sont arrivés au Siam à des époq (...)

49De nombreux ouvrages consacrés aux Chinois de Thaïlande – surtout en langue thaïe – évoquent ces deux personnages. L’un d’entre eux a pour titre « contribution à l’histoire des descendants de Chinois au Siam ». Comme attendu, il est bien davantage question de Yi Ko Hong que de Thianliang Hoontrakul. Le premier est nettement présenté comme un héros ayant toutes les qualités pouvant assurer la réussite du migrant (honnête, travailleur). Ne sont mentionnés ni son lien avec les triades ni le poids de la ferme de la loterie dans son enrichissement, mais ces actions charitables et la reconnaissance royale sont amplement développées (Lophatcharat 2554/2011 : 164-165). Thianliang Hoontrakul, en revanche, est à peine mentionné comme « ancien ministre des Affaires étrangères et premier recteur de l’université de Chiang Mai ». À ces deux informations, l’auteur ajoute seulement qu’il était un Hainanais (ibid. : 193). À l’évidence, une histoire politique de la Thaïlande au xxe siècle aurait au contraire beaucoup insisté sur le rôle majeur joué par Thianliang et à peine mentionner la personne de Yi Ko Hong. Si le Hainanais peut être cité comme exemple du Chinois parfaitement intégré et actif dans le cercle étroit des responsables politiques du pays, le Teochiu est le Chinois fidèle à ses racines sans avoir totalement démérité de sa patrie d’adoption35.

50De par leur profession, leur éducation, leur loyauté, ces deux personnages semblent appartenir à deux périodes bien différentes. La monarchie absolue, d’une part, avec sa volonté de modernisation contrôlée se traduisant très concrètement par une centralisation et un renforcement du pouvoir royal. Un processus démocratique, d’autre part, dont le contrôle échappa largement au monarque.

51Né en 1897, phraya Srivisar Vacha (Thianliang Hoontrakul) était dans un Siam en pleine modernisation et dans le domaine de l’éducation les possibilités étaient nombreuses. Il fut un proche des rois Prachathipok (Rama VII, 1925-1935) et Bhumibol Adulyadet (Rama IX, 1948-). Dès avril 1952, le jeune roi Bhumibol, rentré définitivement de Suisse en décembre 1951, le nomma dans son Conseil privé, qui comprenait sept personnalités dont quatre princes. Comme d’autres personnalités ayant toute la confiance du souverain et étant devenues Premier ministre – Sanya Dhammsakdi (1973-1975), Thanin Kraivichien (1976-1977), Prem Tinsulalonda (1980-1988) – il aurait très bien pu le devenir si, dans les décennies 1950 ou 1960, le roi avait été sollicité pour proposer quelqu’un à ce poste comme il le fut lors des décennies suivantes.

52Dans le cas de Yi Ko Hong, nous avons affaire véritablement au fondateur de la branche siamoise de sa famille. Même si son père tenta avant lui l’expatriation au Siam, il semble qu’il choisit de retourner en Chine. La famille Hoontrakul eut plus de succès. Et quand le père de famille vint à mourir, c’est Kosol, son fils aîné, qui devint chef de famille et géra parfaitement les affaires de la famille, permettant à ses frères de poursuivre des études à l’étranger.

Tableau : comparaison des deux nobles chinois

Nom chinois Yi Ko Hong Thianliang Hoon
Dates 1851-1936 1897-1963
Groupe ethnolinguistique Teochiu Hainanais
Génération 1re (ou 2e) génération 2e génération
Langues parlées Thaï, chinois (teochiu, mandarin ?) Thaï, anglais, français, chinois (hainanais ?)
Éducation Sans formation Éducation supérieure
Profession Homme d’affaires Fonctionnaire/homme politique
Grade nobiliaire Phra Phraya (aurait pu devenir chaophraya)
Statut juridique Protégé français (frère : protégé anglais)
Religion Bouddhisme mahayana Bouddhisme theravada
Descendance Peu de descendance Famille nombreuse
Appréciation générale Personnalité très connue des Chinois de Thaïlande Homme politique connu de l’histoire thaïlandaise

53Le Chinois ne se conçoit guère comme un individu isolé. Il est membre d’une famille, d’un clan, d’un village, d’un canton ou d’une préfecture et de multiples associations. C’est d’abord une différence fondamentale avec le bouddhiste thaï dont l’objectif majeur au cours de sa vie est d’accumuler suffisamment de mérites pour s’assurer une vie prochaine meilleure. Son sens du groupe – même familial – est des plus limités.

54C’est pourtant la réussite individuelle qui est célébrée par les nombreuses biographies hagiographiques de Sino-thaïs publiées depuis quelques décennies. La mythologie est désormais bien connue. Un Chinois pauvre débarque seul au Siam avec uniquement « une natte et un oreiller » (suea phuen mon bai) et après un temps record mais d’énormes privations connaît le succès dans les affaires et devient richissime. La réalité est bien évidemment très différente. Le jeune et pauvre Chinois en question avait été marié avant son départ et sa femme attendait déjà un premier enfant. Il partait comme tête de pont pour d’autres membres de la famille et du village. Il n’était pas toujours seul de son village sur le navire et savait, en arrivant, pouvoir compter sur des membres déjà bien installés de sa famille, de son clan, de son village ou de son groupe ethnolinguistique.

55La notion de « paysage culturel » (ou bioscape) permet d’aller au-delà de la simple biographie d’un personnage. Elle doit, si possible, appréhender également la vie d’autres membres de la famille et de l’entourage, mais également suivre l’image du personnage après sa disparition. Il est également essentiel de voir si ce type de personnage est effectivement rare – voire unique – dans la vie historique, politique, économique ou culturelle du pays étudié (et des pays proches si les connaissances du chercheur lui permettent d’aborder d’autres contextes) ou si la personne étudiée est finalement bien caractéristique d’une figure assez commune.

56Yi Ko Hong n’est sans doute que le plus fameux des leaders de triades chinoises au Siam au tournant du xixe siècle. S’il reste – de loin – le membre le plus connu de sa lignée, il est le prototype du philanthrope chinois, très actif au Siam (surtout en milieu chinois, mais pas uniquement) et en Chine même, dans son village où il fut finalement enterré. D’assez nombreux autres membres dirigeants des communautés chinoises de la même époque sont aujourd’hui bien connus par des travaux en langues thaïe et (de plus en plus) chinoise. Mais le cas de Yi Ko Hong reste unique par sa quasi-divinisation posthume. Il est aujourd’hui le saint patron incontestable des joueurs qui ne se séparent jamais d’amulettes à son effigie.

57La vie de Thianliang Hoon obéit, en revanche, à un schéma plus classique. Son frère aîné, devenu chef de famille à la mort du père, reprit les affaires familiales et vécut dans un milieu chinois, celui de la très grande majorité des entrepreneurs du Siam. Thianliang, quant à lui, put poursuivre de longues études à l’étranger et entra dans la fonction publique au plus haut niveau, ce qui rendait obligatoire (surtout à l’époque) une thaïsation avancée. C’est un cas de figure finalement plutôt banal puisque, avec le recul, on sait aujourd’hui que, depuis 1932, la majorité des premiers ministres thaïlandais non issus de l’armée a des origines chinoises.

58Enfin, il faut noter l’intérêt croissant pour le plus Chinois des deux, Yi Ko Hong, et l’oubli relatif de Thianliang Hoontrakul, qui servit fidèlement les rois et les gouvernements thaïlandais. Deux ouvrages récents de langue thaïe (Bisalputra 2547/2004, Tanmahaphran 2554/2011) sont largement ou entièrement consacrés à la figure de Yi Ko Hong et le dernier ouvrage en langue anglaise sur les Chinois de Thaïlande, qui se présente pour une bonne part comme une collection de biographies de Chinois importants réserve de nombreuses pages à Yi Ko Hong dont une photo figure même en couverture aux côtés de celles de 18 autres Chinois importants (Sng & Bisalputra 2015 : 281-287, 292-295, 302-304). En revanche, si phraya Srivisar Vacha (Thianliang Hoontrakul) apparaît, semble-t-il, sur une photo, seul son frère Kosol est identifié comme « leader de la communauté hainanaise » (Sng & Bisalputra 2015 : 236). Tout cela s’explique sans doute en grande partie par l’intérêt actuel des Chinois de Thaïlande pour une histoire et une culture trop longtemps occultées.

Haut de page

Bibliographie

ANGKINAN, Phonlakun [พลกูล อังกินันท], 2515/1972 [๒๕๑๕], บทบาทชาวจีนในประเทศไทย ในรัชสมัยพระบาทสมเด็จพระจุลจอมเกลาเจาอยูหัว [le rôle des Chinois au Siam sous le roi Chulalongkorn] กรุงเทพฯ [Bangkok] วิทยาลัยวิชาการศึกษาประสานมิตร [Collège de Prasanmit].

ANONYME, s.d., [Huáng fēng kūn] 皇封坤 « 赌神二哥丰—郑智勇传奇 » [Yi Ko Hong, le dieu du jeu : la légende de Choeng Chue-yong], http://www.hege8.com/1657.html

ANONYME, 1955, « Review of L. Hoontrakul », The Historical Records of the Siamese-Chinese Relations. The journal of the Siam Society, XLII, 2 : 147-149.

ANONYME, 2550/2007, พอปูเจายี่กอฮง สคส. ๒๕๕๑ สน. พลับพลาไชย ๑ ๒ [phopuchao Yi Ko Hong. Bureau de la police de Phlapplachai ; pour le nouvel an 2008], กรุงเทพฯ [Bangkok].

ANONYME, 2556/2013, « Hoontrakul in Thailand » http://www.hoontrakul.com/Hoontrakul/inthdes/1.

BAFFIE, Jean, 1990, « 1789 : le Siam en révolution ? », Inter-Mondes, Revue de l’université Ramkhamhaeng, 1, 2 : 69-93.

BAFFIE, Jean, 2001, « Les Hainanais de Thaïlande, une minorité qui regarde vers Bangkok plus que vers Haikou », in Hainan De la Chine à l’Asie du Sud-Est/Von China nach Südostasien, Claudine Salmon & Roderich Ptak, éd., Wiesbaden : Harrassowitz Verlag, p. 255-296.

BARMÉ, Scot, 1993, Luang Wichit Wathakan and the Creation of a Thai Identity, Singapour : Institute of Southeast Asian Studies.

BUALEK, Phanni [พรรณี บัวเล็ก], 2547/2003 [๒๕๔๗], « เสนทางชีวิต ผูนำจีนสยาม » [la vie d’un leader chinois], ใน สุดารา สุจฉายา [éd.], ลุกจีน หลานมอญ ในกรุงสยาม [fils de Chinois, petits-fils de Môn au Siam] กรุงเทพฯ [Sarakhadee Press], p. 37-66.

CARTWRIGHT, B. O., 1924, « The Huey Lottery », Journal of the Siam Society, XVIII, 3, : 221-239, http://www.siamese-heritage.org/jsspdf/1921/JSS_018_3a_Front.pdf.

CHALOEMTIARANA, Thak, 2007, Thailand, The Politics of Despotics Paternalism, Ithaca : Cornell Southeast Asia Program, Cornell University Press [1re édition, 1979].

CHANRATSAMI [«จันทรัศมี »], 2530/1987 [๒๕๓๐], « พระยาศรีวิสารวาจา » [phraya Siwisanwacha] คนจีน ๒๐๐ ป ภายใตพระบรมโพธิสมถาร ภาค ๒ [Les Chinois sous protection royale depuis 200 ans : vol. 2 ] เสนทางเศรษฐกิจ ฉบับพิเศษ [numéro spécial de Senthang Setthakit] น. ๖๘-๗๓.

CHATTRAKHOM, Asamphinaphong [อสัมภินพงศ ฉัตราคม], 2557/2014 [๒๕๕๗], « ตอน ขุนบานเบิกบุรีรัตน » [à propos de khun Banboekburirat] ขาวรามคำแหง [25-31 août].

CHITPHASA, Phasit [ภาษิต จิตรภาษา], 2526/1983 [๒๕๒๖], « ตระกูล ฮุน » [la famille Hun], ใน คนจีน ๒๐๐ป ภายใตพระบรมโพธิสมภาร กรุงเทพฯ เสนทางเศรษฐกิจ  [Les Chinois sous protection royale depuis 200 ans : vol. 2] เสนทางเศรษฐกิจ ฉบับพิเศษ [numéro spécial de Senthang Setthakit] : 76-77.

CHIWANGKUN, Narong [ณรงค จิวังกูร] 2545/2003, ๒๐ นักธุรกิจไทยเขารวยไดอยางไร [20 hommes d’affaires : comment sont-ils devenus riches ?] กรุงเทพฯ [Bangkok] : สยามอินเตอร [Siam Inter].

DAMRONG, Rajanubhab [ดำรงราชานุภาพ] (สมเด็จกรมพระยา [prince]), 2509/1966 [๒๕๐๙], นิทานโบราณคดี [histoires anciennes], พระนคร : บรรณคาร [Bangkok, Bannakhan] [1e édition : 1944].

DAMRONG, Rajanubhab [ดำรงราชานุภาพ] (สมเด็จกรมพระยา), 2463/1920 [๒๔๖๓], « ตำนานเรื่องเลิกหวยแลบอนเบี้ยในกรุงสยาม » [histoire de l’abolition de la loterie et autres jeux au Siam] ประชุมพงศาวดาร ภาคที่ ๑๗ หนังสือแจกใรงานศพ นางยิ้ม มารดาคุณหญิงอินทรมนตรี [Collection de chroniques. 17e partie. Distribuée lors de la crémation de Mme Yim mère de khunying Intharamontri], http://th.wikisource.org/wiki.

มูราซิมา, เออิจิ [Eiji Murashima], วรศักดิ์ มหัทธโนบล [Worasak Mahatthanobon], 2539/1996, การเมืองจีนสยาม : การเคลื่อนไหวทางการเมืองของชาวจีนโพนทะเล ในประเทศไทย ค.ศ. 1926-1941 [la politique des Chinois au Siam de 1926 à 1941] กรุงเทพฯ จุฬาลงกรณ มหาวิทยาลัย ศูนยจีนศึกษา [traduit du japonais].

FISTIÉ, Pierre, 1967, L’Évolution de la Thaïlande contemporaine, Paris : Armand Colin, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, 156.

GROSSIN, Pierre, 1933, « Au Siam », La revue du « Colon français », 1 : 1-56.

อนุสรณ นายโกศล ฮุนตระกูล, 2502/1959, ในพิธีฝงศพ ณ สุสานฮุนตระกูล ถนนสีลม [ouvrage à la mémoire de Kosol Hoontrakul à l’occasion de son enterrement au cimetière de la famille Hoontrakulsur la rue Silom] พระนคร : รพ. อรุณการพิมพ.

ธรรมเกียรติ กันอรี [Thammakiat KAN-ARI], 1996, พระยาอนุวัฒนราชนิยม [phraya Anuwat Ratchaniyom, le vrai parrain des tripots de la capitale] Master, 1, 17 (16-31 octobre), p. 39-42.

« กาญจนาคพันธุ » [Kanchanakphan] (pseudonym de ขุนวิจิตรมาตรา, สงา กาญจนาคพันธุ [khun Wichitmatra : Sa-nga Kanchanakphan]), 2542/1999, เมื่อวานนี้ (Bangkok, hier) กรุงเทพฯ สารคดี.

« กอง กังฟู » [Kong Kangfu] ๒๕๕๕/2012 « ปาฏิหาริย... เจาพอยี่กอฮง ม็อบสลาย,,,เจออุบัติเหตุรอดตาย » [miracle : l’amulette de Yi Kon Hong permet de survivre à un accident] เหนือฟาใตบาดาล ไทยรัฐ 8 juillet, http://thairath.co.th/content/274137.

จิตรา กอนันทเกียรติ (Chitra KONANTHAKIAT) ๒๕๔๗ (2547/2004) « แซแต…ใครกันแนเริ่มตั้งนามสกุลวา...เตชะ » [sae Tae… qui a créé le nom de famille Techa ?] เนชั่นสุดสัปดาห 625 (25 mai), p. 87.

LANDON, Kenneth, 1941, The Chinese in Siam, New York : Institute of Pacific Relations.

LIN, Fong [หลินฝง], [2539/1996], « เจิ้ง จื้อหยง ชาวจีนผูโดงดัง ชีวิตและยุคสมัยของทาน » [biographie de Choeng Chue Yong, un fameux Chinois], ใน วรศักดิ์ มหัทธโนบล และ สุภางค จันทวานิช [Worasak Mahatthanobon et Supang Chantavanich] (บรรณาธิการ) [éd.] ชาวจีนแตจิ๋วในประเทศไทย และในภูมิลำเนาเดิม ที่เฉาซัน : สมายที่สอง ทาเรือซานโถว (2403-2492 หรือ 1860-1949) [les Chinois teochiu en Thaïlande et dans leur région d’origine. Deuxième époque : 1860-1949] กรุงเทพฯ จุฬาลงกรณมหาวิทยาลัย ศูนยจีนศึกษา [Bangkok, Université Chulalongkorn, Centre d’Etudes chinoises] :308-321.

LOPHETCHARAT, Kitti [กิตติ โลหเพชรัตน], 2554/2011 [๒๕๕๔], ตันตำนาน ลูกหลานจีน ในสยาม [contribution à l’histoire des descendants de Chinois au Siam] กรุงเทพฯ : กาวแรก. [Bangkok, Kaoraek].

MAPRASOET, Suwanna [ สุวรรณา มาประเสริฐ], éd. [ใน สุดารา สุจฉายา], 2547/2003 [๒๕๔๗], « ความหลังในบาน ยี่กอฮง » [la maison de Yi Ko Hong], ลุกจีน หลานมอญ ในกรุงสยาม กรุงเทพฯ : [Sarakhadee Press], p. 67-104.

MARCHAT, Philippe, 2009, Jeune diplomate au Siam (1894-1900). Lettres de mon grand-père Rapahël Réau, Issy-Les-Moulineaux : Muller édition.

MARTINS, José, 2007, « Celestino Xavier – Português Ilustre na Corte do Reino do Sião » Aqui Tailândia (29 août) http://aquitailandia.blogspot.fr/2007/08/luis-xavier-portugus-ilustre-no-reino.html.

MURASHIMA, Eiji 2539/1996, การเมืองจีนสยาม: การเคลื่อนไหวทางการเมืองของชาวจีนโพนทะเลในประเทศไทย ค.ศ. ๑๙๒๔-๑๙๔๑ [la politique des Chinois du Siam : changements politiques des Chinois d’Outre-Mer en Thaïlande de 1924 à 1941] Bangkok, Université Chulalongkorn.

NARTSUPHA, Chatthip [ฉัตรทิพย นาถสุภา (บรรณาธิการ)], 2523/1980 [๒๕๒๓], วิวัฒนาการทุนนิยมไทย [développement du capitalisme thaïlandais], กรุงเทพฯ : มหาวิทยาลัยธรรมศาสตร [Bangkok : Université Thammasat].

OLIVEIRA, Pedro Daniel, 2013, « Macanese that helped build Bangkok », Macao Magazine, 16  : 46-51, http://www.macaomagazine.net/index.php?option=com_content&view=article&id=288:macanese-that-helped-build-bangkok&catid=51:issue-16.

PARKPRIAW, Pimploy, 2010, La Révolution siamoise de 1932 d’après le Lieutenant-Colonel Henri Roux, Mémoire d’études françaises, Département de Français, Université Silpakorn.

PHONGPHICHIT, Chao [เชาวน พงษพิชิต], 2553/2010 [๒๕๕๓], ลูกจีนรักชาติ [les enfants de Chinois aiment la nation], กรุงเทพฯ มติชน [Bangkok, Matichon].

Prachasongkhro [ประชาสงเคราะห พ.ศ. ๒๔๗๕] [annuaire pour l’année 2475/1932] กรุงเทพฯ [Bangkok]

SAKKRIANGKRAI, Sirilak [สิริลักษณ ศักดิ์เกรียงไกร], 2521/1978, ตนกำเนิดของชนชั้นนายทุน ในประเทศไทย พ.ศ.๒๓๙๘-๒๔๕๓ [la naissance de la classe capitaliste en Thaïlande, 1855-1910], กรุงเทพฯ : สร้างสรรค [Bangkok, Sangsan].

SKINNER, G. William, 1957, Chinese Society in Thailand. An Analytical History, Ithaca : Cornell University Press.

SKINNER, G. William, 1958, Leadership and Power in the Chinese Community of Thailand, Ithaca : Cornell University Press.

SRIVISAR (Phraya), ๒๕๑๑ [2511/1968], « Royalty in Siam » ฯ พณ ฯ นายกรัฐมนตรี พิมพเปนบรรณการ เนื่องในงานพระราชทานเพลิงศพ พันเอก พระยา ศรีวิสารวาจา ๒๕๑๑ (2511/1968) วัดเทพศิรินทราวาส, p. 81-87 (Le même texte a été publié sous le titre « Kingship in Siam » dans le Journal of the Siam Society de juillet 1954, mais signé par Phraya Anuman Rajathon).

SRIVISAR WACHA (phraya) ฯ พณ ฯ นายกรัฐมนตรี พิมพเปนบรรณการ เนื่องในงานพระราชทานเพลิงศพ พันเอก พระยา ศรีวิสารวาจา ๒๕๑๑ (2511/1968) วัดเทพศิรินทราวาส (livre de crémation du colonel phraya Srivisarn Wacha distribué le 8 juin 1968 au monastère Thepsirin Tharawat).

SUTCHAYA, Suchada [สุดารา สุจฉายา] [éd.], 25547/2004 ลุกจีน หลานมอญ ในกรุงสยาม [fils de Chinois, petits-fils de Môn au Siam] กรุงเทพฯ [Sarakhadee Press].

SNG, Jeffrey & Pimpraphai BISALPUTRA ; 2015, A History of the Thai-Chinese, Singapour, Didier Millet.

TANMAHAPHRAN, Charoen [เจริญ ตันมหาพราน], 2554/2011 [ยี่กอฮง], (Yi Ko Hong) กรุงเทพฯ :ปราชญ [Bangkok, Prat].

TANPRASOET, Kannika [กรรณิการ ตันประเสริฐ (บรรณาธิการ)], 2543/2000 [๒๕๔๓], ปอเต็กตึ๊ง บนเสนทางประวัติศาสตรสังคมไทย [Po tek tueng dans l’histoire sociale thaïe], กรุงเทพฯ : ศิลปวัฒนธรรม [Bangkok, Sinlapa-watthanatham].

การุณ เตชะวณิช (Karun Techawanit) ๒๕๑๗ (2517/1974) พระบาทสมเด็จพระเจาอยู่หัว ทรงพระกรุณาโปรดเกลาฯ พระราชทานเพลิงศพ นายการุณ เตชะวณิช (livre de crémation de M. Karun Techawanit) ณ เมรุวัดธาตุทอง วันอทิตยที่ ๒๓ มกราคม ๒๕๑๗.

Trakun HUN แจงความคืบหนาการกอสรางอาคารตระกูลฮุนอนุสรณมูลนิธิแหงใหม (projet de construction de la nouvelle fondation de la famille Hun) https://www.facebook.com/notes/255031437937001/.

ตราสาร มูลนิธิ « ศรีวิสารวาจา » (Trasan munlanithi Siwisanwacha) ๒๕๒๐ (2520/1977) (établissement de la fondation Srivisarn Wacha) กรุงเทพฯ.

U Chi Yia [อูจี้เยียะ], 2553/2010 [๒๕๕๓], ๖๐ ปีพันทะเล [60 ans outre-mer], กรุงเทพฯ [Bangkok] : Post Books.

VELLA, Walter F., 1978, Chaiyo ! King Vajiravudh and the development of Thai nationalism, Honolulu : The University of Hawaii Press.

« วิเทศกรณีย » [« Withetkorani »] [pseud.] (2506/1963)) ชีวิตและการตอสูของ๕๐รัฐมนตรี (Chiwit lae kantosu khong 50 ratthamontri) [la vie et le combat de 50 ministres] Bangkok : P.A.N.

WIWEKMETHAKON, Suksan [สุขสันต วิเวกเมธากร], éd. [บรรณาธิการ], vers 1993, รอยแซพันธุมังกร [cent noms de famille chinois], กรุงเทพฯ : ผูจัดการ [Bangkok, Phutchakan].

WRIGHT, Arnold & Oliver T. BREAKSPEAR, éd., 1908, Twentieth Century Impressions of Siam : its History, People, Commerce, Industries, and Resources, with which is incorporated an Abridged Edition of Twentieth Century Impressions of British Malaya, édition en fac-similé.

WYATT, David K., 1984, Thailand, A Short History, New Haven/Londres : Yale University Press (1e édition : 1982).

« YupSinFa », 2010, « ไหงขอเลาเรื่องความเปนมา ของคน Hakka-หักกา-ฮากกา อีกครั้ง » (l’origine des Hakkas), http://hakkapeople.com/node/894.

Haut de page

Note de fin

1 Il faut signaler également l’intérêt (surtout pour le chercheur) des livres de crémation, distribués gratuitement aux amis du défunt (mais que l’on trouve dans de nombreuses bibliothèques), dans lesquels la partie biographique est parfois tout à fait conséquente.

2 Contrairement à ce qu’avait écrit Skinner, qui a privilégié les sources de langue chinoise, surtout pour la partie historique, d’où une mauvaise appréciation des influences non chinoises. Pour plus de détails sur l’influence mône, on peut se référer à un article consacré au règne du roi Rama Ie (Baffie 1990).

3 Dans ce sens-là, la ferme désignait le droit de lever l’impôt sur un produit ou un service dans une circonscription donnée. Les diverses fermes (jeu, opium, prostitution, etc.) revenaient à ceux qui avaient proposé de verser à l’État la somme la plus élevée.

4 Certains ouvrages de langue thaïe préfèrent le nommer Tae Ti Yong (แตตี่ยง ou แตตี้ยง), quitte à ajouter Yi Ko Hong entres parenthèses (Lophetcharat 2554/2011 : 205 ; Tanmahaphran 2554/2011 : 28).

5 À la naissance, il aurait été appelé Ngi Hong (Yi Fong en mandarin) et aurait choisi le nom de Chue-yong (Zhì Yǒng /志勇), une fois devenu riche (Lin 2539/1996 : 309).

6 Le compartiment chinois (tuekthaew ou shophouse ou rowhouse en anglais) est un type d’habitat extrêmement répandu dans les villes d’Asie du Sud-Est. Sur deux ou trois niveaux, ces maisons mitoyennes combinent logement, boutique et réserves. Elles furent longtemps la résidence toute désignée des migrants chinois suffisamment aisés pour ouvrir un commerce de rue.

7 La plus grande partie de l’article du prince Damrong a été traduite par B. O. Cartwright et publiée dans le Journal of the Siam Society (Cartwright 1924). Le texte est disponible sur Internet à http://www.siamese-heritage.org/jsspdf/1921/JSS_018_3a_Front.pdf.

8 Kenneth Landon donne la somme de 3 465 millions de bahts pour l’année 2458 (1915-1916) mais pour l’ensemble des loteries du pays (Landon 1941 : 91).

9 Ce type de loterie, créé en 1835 par le roi Rama III pour inciter ses sujets à dépenser leur argent, ne dura finalement que 81 ans (Damrong 2463/1920 : 89 ; Cartwright 1924 : 239).

10 Réau était trop optimiste et, dès le 30 décembre 1896, un affrontement faisait plus de 150 morts à Sampheng (Marchat 2009 : 162).

11 Dans son journal, au 24 mars 1895, Raphaël Réau expliquait qu’il s’employait à gagner la confiance des leaders des sociétés secrètes, chacun pouvant disposer de quatre à cinq mille Chinois pour éventuellement les jeter sur le Palais et s’emparer ainsi du pays (Marchat 2009 : 69).

12 La tóngménghuì était une société secrète chinoise fondée par Sun Yat-sen à Tokyo en août 1905. L’année suivante une branche fut inaugurée à Singapour. En 1912, c’était devenu le plus grand parti de Chine avec son siège à Shanghai.

13 Selon Jeffrey Sng et Pimpraphai Bisalputra, il s’agit de la société Sa Tiam (Sā Diǎn en pinyin), ce qui signifie « trois points » (Sng & Bisalputra 2015 : 283).

14 Sur une étendue de 4 800 m2 se trouvaient environ deux cents bâtiments élevés au 1/20e de leurs dimensions d’origine : palais royal, maison du gouvernement, pagode, bâtiments administratifs, caserne, école, hôpital, marché, banque, théâtre, etc.

15 Les nobles ayant occupé son poste avant lui recevaient le titre (moins élevé) de khun Banboekburirat avec un rang sakdina de 400 rai et il n’est pas exclu que, au départ, Yi Ko Hong porta quelque temps également ce titre (« Kanchanakphan » 1999 : 95 ; Chattrakhom 2014 : 5 ; Sakkriangkrai 1978 : 63).

16 Auteur et traducteur de pièces de théâtre, le roi Rama VI était sans doute très sensible à l’ouverture de ce théâtre. D’après les souvenirs de « Khunwichitmatra », Yi Ko Hong suivait de près les programmations et tout ce qui concernait cet établissement (1999 : 95-97). Sans mentionner précisément Yi Ko Hong, mais ce dernier était sans doute inclus, Vella signale que les entrepreneurs chinois se montrèrent très généreux quand le roi lança des souscriptions : pour l’achat d’un navire, l’envoi du corps expéditionnaire en France, le financement des Tigres Sauvages (Vella 1978 : 192).

17 Ce grade de fonctionnaire du palais était équivalent à celui de lieutenant-colonel (naiphantho-นายพันโท).

18 Une source indique que c’est le 8e nom chinois le plus répandu en Thaïlande, notamment pour sa forme teochiu (Te, Tae, etc) (Wiwekmethakon vers 1993 : 17).

19 Les relations diplomatiques furent finalement rétablies entre les deux pays le 1er juillet 1975, lors de la visite en Chine du Premier ministre thaïlandais, M. R. Kukrit Pramoj.

20 Ce sanctuaire ne date, semble-t-il, que de la dernière rénovation du bureau de la police de Phlapplachai entre juin 1992 et avril 1995, époque de renaissance de la culture chinoise en Thaïlande (anonyme 2007, n.p.).

21 Le palat d’un ministère est très puissant car il est le supérieur permanent de tous les fonctionnaires du ministère.

22 Cette constitution eut une durée de vie assez brève puisqu’elle fut abrogée fin novembre 1951 après un coup d’État militaire. La constitution de 1932 fut remise en vigueur (Fistié 1967 : 225).

23 Luang Wichitwathakan (1898-1962), leader nationaliste anti-Chinois, d’abord proche de Phibun Songkhram, qui a toujours nié ses origines chinoises, semble avoir porté en grande estime phraya Srivisar Vacha, dont il avait fait la connaissance à Paris. Selon l’historien australien Scot Barmé, ce dernier et le prince Devawongse auraient joué un rôle favorable dans la promotion de luang Wichit (Barmé 1993 : 57).

24 Il existe une version thaïe et une version chinoise.

25 En 1952, M. Kosol Hoontrakul a créé la fondation de la famille Hun (Munlanithi Trakulhoon). Mais il semble que les présidents de cette fondation, même si certains portent le même nom de Hoontrakul, sont des Hainanais arrivés en Thaïlande beaucoup plus récemment (anonyme 2013). Sans parler des membres de la famille Trakulhoon, dont certains ont fait fortune comme Kan Trakulhoon qui dirige une entreprise de fabrication de carreaux de céramique (Chiwangkun 2545/2003 : 102-107).

26 Alors que l’on y trouve de nombreux hommes politiques connus (Baffie 2001).

27 Une version avec un titre légèrement différent est signée « Phya Anuman Rajathon », célèbre intellectuel sino-thaï, dans le volume de juillet 1954 du Journal of the Siam Society.

28 Luis fonda la L. Xavier Rice Mills et devint un des Portugais les plus influents du Siam. En 1889, il fut nommé vice-consul du Portugal à Bangkok (Oliveira 2013 : 50).

29 À partir de 1906, comme secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères, il joua un rôle important, d’autant qu’il parlait anglais, français, italien et thaï en plus du portugais. Il organisa la présence du Siam aux expositions de Turin (1911) et San Francisco (1915) ; il négocia la participation siamoise à la Première guerre mondiale et fut un des représentants du Siam à la conférence de Versailles de 1919. C’est en signe de reconnaissance qu’il fut nommé ambassadeur du Siam en Italie, Espagne et Portugal, en poste à Rome, ainsi que représentant du Siam à la Ligue des Nations (Oliveira 2013 : 50).

30 Elle fut enterrée dans la tombe familiale du cimetière de Silom qui fut transféré dans la province voisine de Nakhon Pathom en 2004. Un auteur portugais, qui n’a pas fait une recherche très approfondie du sujet, imagine qu’elle est l’épouse plutôt que la fille de Celestino Xavier (Martins 2007).

31 Elle ouvrit une clinique dans la rue Charoen Krung, près de la rue Tithong, devant le cinéma Chaloemkrung.

32 Le livre funéraire de Kosol Huntrakul, dont sont tirées ces informations, ne le précise pas, mais il est assuré que Kosol était déjà capable de parler le chinois (au moins le hainanais) avec son père.

33 Elle devint par la suite la banque Thai-Phanich.

34 D’autres Chinois porteurs du même nom de famille ne semblent pas directement apparentés. Une de ces familles est originaire de la province de Lopburi au nord de Bangkok. Cette famille Hoontrakul ouvrit d’abord un magasin de photographie, Chaiyachittrakon, avant de se lancer, en 1963, dans l’hôtellerie, secteur traditionnel des Hainanais. Le premier hôtel Imperial était petit, puis le New Imperial de la rue Witthayu fut l’un des plus grands de Bangkok dans les années 1980. Vers 1991, la famille gérait sept hôtels à Bangkok et Ko Samui. Le fils du fondateur, Akon Hoontrakul (1954-2000), ouvrit également des restaurants thaïlandais à Bangkok, Londres et Paris, avant de s’intéresser à la politique. Il fut élu député de Bangkok en 1992 et fut candidat à l’élection pour devenir gouverneur de Bangkok en 1996.

35 L’un est hainanais, l’autre teochiu. Les deux groupes géodialectaux sont arrivés au Siam à des époques très différentes. En 1851, lorsque Yi Ko Hong est né, les Teochiu étaient déjà installés au Siam depuis au moins un siècle alors que les premiers Hainanais commençaient seulement à s’installer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Le chef de triade et le ministre. Paysages biographiques de deux nobles chinois dans la Thaïlande du début du xxe siècle », Moussons, 26 | 2015, 19-40.

Référence électronique

Jean Baffie, « Le chef de triade et le ministre. Paysages biographiques de deux nobles chinois dans la Thaïlande du début du xxe siècle », Moussons [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 04 décembre 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3338 ; DOI : 10.4000/moussons.3338

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, anthropologue et historien, spécialiste de la Thaïlande, J. Baffie a, depuis plus de trente ans, notamment étudié la politique thaïlandaise, la prostitution, les villes thaïes et Bangkok tout particulièrement, divers aspects de la communauté chinoise de Thaïlande ainsi que le quartier cham du centre de la capitale thaïlandaise. Depuis le 1er septembre 2015, J. Baffie est affecté à l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est (IRASEC) à Bangkok.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page