Navigation – Plan du site
Articles

Le pluralisme médicamenteux face à l’épidémie de VIH/sida au Viêt Nam

Drug Pluralism Confronted by HIV/AIDS Epidemic in Viêt Nam
Marie-Ève Blanc
p. 157-175

Résumés

Cet article traite de la place du pluralisme médicamenteux au Viêt Nam dans le contexte de l’épidémie de VIH/sida et de la mise en place d’une nouvelle politique du médicament qui mène à la régulation du médicament traditionnel. Un des principaux problèmes dans la prise en charge du VIH/sida au Viêt Nam fut l’absence de médicaments appropriés, efficaces et accessibles. Contrairement à la Chine, la médecine traditionnelle au Viêt Nam ne s’est pas adaptée, ni n’a réussi à développer durablement de produits spécifiques. Pourtant, l’OMS favorise et incite les thérapeutes traditionnels à participer et à proposer des solutions et pas seulement dans le cadre de soins complémentaires ou palliatifs. On a pu parfois même observer des attitudes plutôt répressives de la part des autorités vietnamiennes à l’égard d’un médicament traditionnel qui n’était pas passé par l’evidence based medicine. En revanche, contrairement à la Chine, le Viêt Nam s’est orienté vers une production locale de médicaments génériques pour répondre aux besoins locaux et baisser le coût de la prise en charge du VIH.

À l’aide d’une analyse de contenu de la presse vietnamienne sur le sujet nous tenterons de comprendre les enjeux politiques, économiques et culturels qui se cachent derrière le faible développement de médicaments traditionnels dans le cadre de la prise en charge du VIH/sida.

Nous montrerons que l’occidentalisation pendant la période coloniale, l’ouverture du pays depuis le début des années 1990, la globalisation (vue ici comme la multiplication des échanges avec les pays occidentaux et l’intégration du Viêt Nam au reste du monde et à l’ASEAN) et la chaîne de production du médicament pharmaceutique ont modifié les pratiques de pluralisme médicamenteux ainsi que la politique nationale en matière de santé, avec des implications à plus ou moins long terme sur les pratiques populaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il y a près de vingt ans, en 1991, le Viêt Nam découvrait son premier cas de séropositivité au VIH à Ho Chi Minh Ville. Avant 2005, et donc avant l’arrivée des thérapies antirétrovirales, le Viêt Nam a dû faire face à une épidémie morale et politique. C’est une époque où l’on répète à travers la campagne nationale de prévention que la maladie est mortelle et qu’il n’existe pas de médicament pour l’éradiquer. À côté de la campagne, on révèle que 60 à 75 % des malades du sida sont toxicomanes. C’est ainsi que va naître un débat autour de « coupables sociaux » (toxicomanes, prostituées essentiellement...) et qui enclenchera un processus de discrimination et de stigmatisation des malades d’une grande ampleur (Blanc 2005). Le problème de santé publique qu’est le sida entre alors dans une phase de politisation et de moralisation (Blanc 2000). Tandis que les Vietnamiens vivaient repliés sur eux-mêmes depuis 1975 avec la fin de la guerre du Viêt Nam, l’épidémie vient bousculer l’ordre des choses et leur révèle qu’ils font maintenant partie du monde extérieur, qu’ils partagent donc la même humanité avec une maladie dont on ne sait pas grand-chose, qui n’est pas très visible (la période asymptomatique de l’infection à VIH pouvant être relativement longue) et, de plus, pour laquelle il n’existe pas de remède. Elle apparaît être aussi la maladie des étrangers, des Occidentaux ou des autres Asiatiques venus faire du business dans un Viêt Nam à peine re-ouvert vers l’extérieur (Blanc 1998). L’épidémie bouscule également les médecins de formation occidentale qui avaient l’habitude jusque-là d’avoir toujours plus de moyens que leurs collègues traditionnels, du moins pour les pathologies aiguës. Mais cette fois-ci, le médecin formé à l’occidentale est sans ressource. Les quelques médicaments antirétroviraux testés au Viêt Nam en monothérapie ou en bithérapie ne font pas leurs preuves. Administrés sur des malades très affaiblis et dans de mauvaises conditions de suivis thérapeutiques, les décès continuent de renforcer la mauvaise image de la médecine occidentale.

  • 1 En 2002, UNAIDS a développé les lignes directrices à l’égard de la prise en charge des malades du V (...)
  • 2 Les médicaments essentiels sont listés par l’Organisation mondiale de la santé depuis 1977. Ce sont (...)
  • 3 Médicament dont le brevet est tombé dans le domaine public et n’est plus la propriété exclusive de (...)

2Contrairement à la Chine, le Viêt Nam n’a pas orienté sa médecine traditionnelle pour développer des produits spécifiques. On pourrait penser que cela est lié à la faible prévalence du VIH dans la population adulte vietnamienne (0,5 %) (UNAIDS 2008a). Mais la prévalence du VIH dans la population chinoise adulte est légèrement plus faible (0,1 %) (UNAIDS 2008b). Toutefois, avant 2002 (Amon 2008)1, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) incitait fortement les pays pauvres et touchés par l’épidémie (particulièrement les pays africains) à développer les médecines et pharmacopées traditionnelles dans le cadre de la politique des médicaments essentiels et dans la lutte contre le VIH/sida (OMS 1990)2. En outre, le système de santé du Viêt Nam fait partie des rares systèmes de santé qualifiés par l’OMS d’intégratifs (WHO 2002), c’est-à-dire où la médecine traditionnelle côtoie la médecine occidentale, comme c’est le cas en Chine. Dans ces pays, on peut choisir de se soigner avec l’une ou l’autre médecine, le système de santé comportant des structures de soins dans les deux cas. La formation et le développement de la recherche dans les deux médecines sont également assurés. La médecine traditionnelle n’est donc pas envisagée seulement pour des soins complémentaires ou palliatifs (Hesketh & Zhu 1997 ; Bodeker 2001). Cependant, contrairement à la Chine, les deux médecines s’exercent au Viêt Nam dans des lieux différents. Généralement on trouve des hôpitaux réservés à la médecine traditionnelle. Ceci est déjà la marque d’une place différente qui lui est accordée. Dans le cas de la prise en charge du sida, les autorités vietnamiennes ont eu une attitude plutôt frileuse à l’égard des capacités de leur médecine traditionnelle à apporter sa contribution. Par contre, contrairement à la Chine, le Viêt Nam s’est très rapidement orienté vers une production locale de génériques3 de grande ampleur pour répondre aux besoins locaux et baisser le coût de la prise en charge du VIH.

3Grâce à un retour sur l’histoire des médecines traditionnelles du Viêt Nam, nous essayerons de comprendre quelles sont leurs places dans les pratiques d’aujourd’hui et nous tenterons d’émettre quelques hypothèses quant à la frilosité vietnamienne à développer des médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle pour soigner les malades du sida. Nous montrerons que l’occidentalisation pendant la période coloniale, l’ouverture du pays depuis le début des années 1990, la globalisation et la chaîne de production du médicament pharmaceutique ont modifié les pratiques thérapeutiques de recours au médicament.

Plusieurs médecines traditionnelles au Viêt Nam

4Au Viêt Nam, il n’y a pas qu’une mais plusieurs médecines traditionnelles nationales. On en distingue principalement deux : la médecine populaire vietnamienne ; la médecine savante sino-vietnamienne qui comporte la médecine du Nord (thuốc bắc ou médecine chinoise traditionnelle savante) et la médecine du Sud (thuốc nam ou médecine traditionnelle vietnamienne savante).

  • 4 Le pluralisme médical a été défini par les anthropologues (Kleinman 1980) à partir des années 1980 (...)

5La médecine populaire vietnamienne est basée sur un savoir populaire, empirique et familial qui mêle croyances aux esprits et pouvoir des plantes. La médecine populaire ne doit pas être confondue avec la médecine savante sino-vietnamienne, que nous qualifierons de médecine « cultivée », pratiquée par des savants lettrés, combattant aussi les superstitions. La médecine savante repose sur les principes de la médecine chinoise. C’est une médecine empruntée ou adoptée qui découle de la domination du Viêt Nam par la Chine pendant près de mille ans (111 avant J.-C.- 938 après J.-C.). C’est à partir de là que commence le pluralisme médical4 pour la société vietnamienne. Les Vietnamiens intègrent la pharmacopée chinoise, dite du Nord (thuốc bắc), à la pharmacopée vietnamienne du Sud (thuốc nam), faite des plantes et animaux vivant en milieu tropical pour soigner les populations souffrant de maladies contractées dans ce milieu. La pharmacopée du Sud a été davantage développée et adaptée par le bonze Tuệ Tinh, au xive siècle, pour soigner les Vietnamiens des affections liées au milieu tropical, en conservant les principes de la médecine chinoise tout en alliant les vertus des plantes du Sud connues dans la tradition médicale populaire. Il faut préciser que les remèdes chinois étaient considérés comme trop forts pour les organismes vietnamiens et également inadaptés aux maux vietnamiens. Les Vietnamiens vivent donc depuis des siècles avec la médecine du Nord et du Sud sans qu’il y ait maintenant de réelle opposition. Celle du Sud complétant celle du Nord et réciproquement. Il semblerait même que la pharmacopée du Sud ait contribué également à enrichir la pharmacopée du Nord par certains ingrédients (plantes ou animaux issus du milieu tropical) ou encore par la pratique de moxabustion qui aurait été utilisée au Viêt Nam pour la première fois au iiie siècle avant J.-C. (Hoang et al. 1993).

6Les médicaments de la pharmacopée chinoise (plantes, animaux et minéraux) sont sous formes séchées et portent des noms chinois savants (n’appartenant pas au registre vulgaire). Les thuốc bắc se consomment le plus souvent en mélange que le maître de médecine thầy thuốc (tradithérapeute de médecine chinoise) prescrit après consultation et prise du pouls (plus précisément des pouls, car il y en a trois). La plupart des thuốc bắc se prépare en décoction ou tisane que l’on boit. C’est pourquoi on dit toujours uống thuốc, « boire un médicament » en vietnamien, et non pas avaler ou prendre ses médicaments.

7Les thuốc nam ou médicaments du Sud recouvrent l’ensemble de la pharmacopée locale que tout Vietnamien peut trouver dans son environnement tropical humide. Les médicaments sont à l’état brut, frais le plus souvent, et portent un nom vietnamien connu de tous. Ils font également partie des pratiques et savoirs populaires et rentrent dans la composition des remèdes de « bonne femme » pour soigner les petits maux de tous les jours ou bien à titre préventif. Une bonne partie vient des pharmacopées communes à l’Asie du Sud-Est et notamment indienne ou malaise par l’intermédiaire des populations Chams.

8Ainsi, vỏ quýt est un thuốc nam, mais trần bì (mot sino-vietnamien) est un thuốc bắc pourtant il s’agit de la même écorce de mandarine pour soigner les maux de gorge par exemple. Ou encore cây quế qui est un thuốc nam et quế khô qui est un thuốc bắc. Les deux mots désignent la cannelle pour soigner le rhume ou la grippe. Khô signifie sec, c’est seulement l’état de la plante, de fraîche à séchée, qui la fait appartenir à telle ou telle pharmacopée. On passe donc du domaine populaire au domaine savant. Ainsi, les frontières entre pratiques médicales populaires et savantes sont plutôt floues. La différence se situe davantage au niveau des croyances auxquelles elles sont ou non associées. Par exemple, on concocte une infusion efficace contre la diarrhée et la dysenterie avec des feuilles de manguier. Celles-ci sont ramassées lorsqu’elles tombent de l’arbre vers le mois de février, la chute des feuilles est elle-même attribuée aux génies bienfaisants, d’où l’efficacité attribuée à l’infusion (Pouchat 1910). D’ailleurs, les savants de la médecine du Sud, comme Tuệ TÔnh, luttèrent contre les superstitions qui cherchent l’origine des maladies dans les influences surnaturelles et préconisaient plutôt une hygiène préventive pour conserver un bon équilibre énergétique (éviter les émotions et la fatigue, conseils alimentaires et exercices respiratoires et de gymnastique) (Hoang et al. 1993). Il convient de dire que ces superstitions au sujet des maladies résultent elles-mêmes du pluralisme ethnique et du carrefour de civilisations que constitue la péninsule indochinoise dont fait partie le Viêt Nam. La civilisation indienne a pénétré jusqu’au Viêt Nam par la constitution d’un royaume hindouisé au début de notre ère qui était le royaume du Champa. Le Champa disparut au xviie siècle à la suite d’une guerre expansionniste menée par les Vietnamiens vers le sud. Les Vietnamiens ont donc absorbé un territoire et des populations aux croyances et traditions médicales particulières, dont la pharmacopée Cham.

9Cette pharmacopée est intéressante, car elle illustre bien les croyances dans les plantes et les esprits des plantes pour se soigner. Les esprits étant dans cette culture souvent à l’origine des maladies. Par exemple, la pharmacopée Cham regroupe sous le terme de ngải l’ensemble des amomes, curcumas et gingembres. Elles sont considérées comme des plantes à intelligence de génie, et on les utilise dans les rituels pour faire fuir les esprits malfaisants (comme par exemple les esprits de malemort, les esprits de soldats sans sépulture, etc.) responsables des maladies et des épidémies, dont le paludisme. Ce sont les plantes les plus utilisées dans la pharmacopée vietnamienne (Blanc 1999).

Des médicaments traditionnels au temps du sida

  • 5 Nous verrons plus loin que le statut de médecin traditionnel est ambigu et sujet à caution, surtout (...)
  • 6 Les médicaments pédiatriques sont également en forte demande car les enfants atteints par le VIH so (...)

10C’est lors de la période qui précéda la mise en place des traitements antirétroviraux au Viêt Nam que des médicaments issus de la médecine traditionnelle vont faire parler d’eux et réalimenter les débats sur la médecine traditionnelle, puisque la médecine occidentale n’avait pas de réponse à la maladie. Ces médicaments traditionnels sont élaborés par des personnes ayant de grandes connaissances en pharmacopée et médecine traditionnelles5 et sont utilisés/testés librement par la population vietnamienne. Il s’agit de deux types de médicaments, l’un destiné aux toxicomanes, pour soigner leur dépendance aux opiacées, et limiter les transmissions du virus VIH par voie intraveineuse, ainsi que soutenir leur système immunitaire, et l’autre pour soigner des enfants atteints du sida6.

  • 7 L’usage rationnel des médicaments a été défini lors d’une conférence d’experts à Nairobi en 1985, p (...)
  • 8 La régulation est un concept en sociologie et en science politique qui désigne les mécanismes de fo (...)
  • 9 C’est en octobre 1991, lors de l’International Conference of Drug Regulatory Authorities qu’a été a (...)
  • 10 Projet VIE/96/033 « International Scientific Development of Anti-drug Medication Heantos » financé (...)
  • 11 Information publiée le 16 janvier 2010 sur le site Internet de l’Académie des sciences et de la tec (...)

11Le premier d’entre eux est l’Heantos (« heat of sun »). Il a été inventé en 1989 par Trần Khuông Dẫn, fils et frère de tradipraticiens morts à cause de la toxicomanie dans un Sud-Viêt Nam fortement éprouvé par la guerre et où les pratiques toxicomanes se sont développées (Aldhous 2005 ; Stier 1997 ; Larimer 1997a, 1997b). On n’y fumait plus l’opium comme à l’ancienne, mais on s’injectait directement par voie intraveineuse de l’héroïne ou de l’opium liquéfié. Ayant vu les ravages de la drogue sur son père et sur son frère, Trần Khuông Dẫn s’est demandé pourquoi ils n’avaient pas réussi à mettre au point un remède traditionnel contre ce mal. Il décida de relever lui-même le défi, rassembla les connaissances familiales et alla séjourner parmi les minorités des montagnes du Nord, productrices d’opium et détentrices de remèdes traditionnels pour traiter les dépendances aux opiacés. Il devint lui-même toxicomane pour rentrer en contact avec les populations des minorités ethniques et tester sur lui les remèdes qu’on lui proposerait et ceux qu’il concocterait. Après plusieurs essais, il mit au point une décoction de plantes à base d’un mélange de treize herbes médicinales, mais sans aucun opiacé. Ce liquide épais et brun est capable de guérir la dépendance aux drogues (opium, héroïne, etc.) en l’espace de cinq à sept jours et sans effets secondaires. Entre 1991 et 1997, 4000 personnes furent traitées avec Heantos dans des centres de désintoxication. Le gouvernement vietnamien était très favorable à la découverte et aux possibilités de traiter toute une jeunesse dépendante de l’héroïne injectée et pour mettre un frein aux contaminations au VIH par voie intraveineuse. En 1996, une nouvelle législation sur le médicament entra en vigueur, elle concerne la sécurité et l’usage rationnel des médicaments auxquels les herbes médicinales appartiennent également7. Cette législation résulte d’un long processus de transfert et d’aide internationale, comme nous le verrons plus loin (Jönsson 2002). La région asiatique est aussi gagnée par la mode de la régulation8 du médicament traditionnel à partir des années 1980 et 1990 (Japon, Corée du Sud, Singapore) (Saito 2000 ; Cho 2000 ; Quah 2003). Ceci s’est fait parallèlement à une réflexion et des recommandations de l’OMS sur la législation des plantes médicinales (Benzi & Ceci 1997)9. Cependant, le Viêt Nam, en cette période de reconstruction d’après-guerre et d’ouverture à l’économie de marché, n’a pas les moyens financiers et techniques pour contrôler l’ensemble des médicaments produits dans le pays. Les Nations unies, à travers le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement), s’intéressèrent au médicament Heantos et décidèrent d’investir 400 000 $US pour des tests cliniques10. Après la signature du projet entre les différentes parties et le PNUD, l’Heantos sous forme liquide va être transformé en comprimés grâce aux recherches de l’Institut de chimie et de l’auteur du médicament. Des essais cliniques devaient être menés par le Dr Donald Jasinski, professeur à la Johns Hopkins School of Medicine à Baltimore. Mais pour des raisons techniques et administratives le processus fut très lent, les tests et essais nécessaires n’étaient pas faciles à mettre en œuvre pour correspondre aux exigences de la Food and Drug Administration (FDA) (Mares & Swan 1997). Subitement, en décembre 1997, le Dr Trần et son médicament ont été interdits à la suite d’un décès d’un des patients qui étaient sous traitement dans une de ses « cliniques » de la région de Hanoi (Tang 1997 ; Franklin 1997). À partir de 1997, les autorités vietnamiennes et le PNUD s’entendent pour mener des tests cliniques, il n’est pas question de propriété intellectuelle pour le Dr Trần, bien qu’un brevet de propriété industrielle ait été déposé pour l’Heantos en septembre 1996 et accepté en février 1997. En revanche, le comité des minorités ethniques et des zones montagneuses est bien consulté. En 1998, des tests sur des souris et des lapins sont entrepris et s’avèrent concluants, aucune toxicité du médicament n’est décelée. En 1999, un test sur 33 toxicomanes volontaires est organisé et révèle que l’Heantos réduit les symptômes de manque lors du sevrage d’opiacés. En 2000, alors qu’une délégation de spécialistes internationaux constate sur place l’efficacité du médicament, un documentaire, financé par le PNUD, a été tourné par une compagnie danoise sur l’expérience de trois toxicomanes dans un centre de désintoxication à Hoa Binh qui ont été traités grâce à l’Heantos. Les recherches sur ce médicament prometteur ont été confiées à l’Institut de Chimie du Professeur Trần Văn Sung, dont l’objectif est de standardiser et d’améliorer la fabrication du médicament. L’Institut de Chimie a eu l’aide d’autres instituts étrangers pour identifier les principes actifs et étudier les mécanismes d’action du médicament (dont le Leibniz Institute of Plant Biochemistry en Allemagne et la University of British Columbia au Canada). Malgré tous les tests et les constats des meilleurs spécialistes, le médicament n’est pas encore disponible pour le public. Des essais cliniques de phase 3 en cours devraient permettre au ministère de la Santé d’autoriser le médicament prochainement11.

  • 12 Le Courrier du Vietnam, 2004, « Cedemex, un médicament autorisé pour la désintoxication », 17 août, (...)
  • 13 Id., 1997, « Des remèdes encourageants pour les drogues », 935, 18 juillet, consulté sur Internet ((...)
  • 14 Dans le journal Thanh Nien du 16 juin 2001, en page 2, on a pu apprendre que le médicament contenai (...)

12D’autres médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle et destinés à la désintoxication des héroïnomanes ont été développés, comme le Cedemex élaboré à base de plantes médicinales. Lui non plus ne contient pas de substances narcotiques. Son action chez le toxicomane vise à éliminer rapidement les toxines du corps. Au bout de quatre à cinq jours, l’envie de prendre de la drogue est moins forte. Le seul problème est qu’au début le médicament n’était pas facile à administrer (100 comprimés par jour à avaler !). Depuis, on a amélioré la concentration dans chaque comprimé. Il semble que des échanges avec des spécialistes chinois soient envisagés pour continuer à développer le médicament. En 2004, le Cedemex a obtenu une autorisation et est maintenant délivré dans les centres de désintoxication vietnamiens12. La cure nécessite un traitement de 14 à 18 jours. D’après les tests réalisés au Viêt Nam, aucune dépendance ni toxicité du médicament n’ont été observées et il est plus efficace que des tranquillisants. Il existe également le Bông Sen qui signifie la « fleur de lotus », fruit du travail d’un tradi-praticien du Sud Lưu Văn Xiêm, qui supprime également les crises de manque lors du sevrage des toxicomanes. En 1992, ce médicament a reçu un prix en Thaïlande par le Comité ESCAP13. Mais en février 2001, après des tests effectués par le ministère de la Santé du Viêt Nam, il fut retiré de la circulation, car y furent trouvées des substances chimiques jugées dangereuses pour la santé14. Cependant, là ne s’arrêta pas la destinée du Bông Sen, puisque la compagnie pharmaceutique qui l’exploite a énormément travaillé pour de nouveau obtenir l’autorisation du ministère de la Santé pour pouvoir à nouveau produire et diffuser dans le pays le médicament. Ce fut chose faite en octobre 2007.

  • 15 Le nom du bonze ne m’a jamais été révélé par toutes les sources auxquelles j’ai pu avoir accès.

13Mais l’existence du médicament traditionnel peut-être plus brève lorsque ses partisans n’optent pas pour les « bonnes pratiques ». Au printemps 2002, nous avons vu renaître dans la presse à Ho Chi Minh Ville le débat entre médecine traditionnelle et médecine occidentale. Il s’agit cette fois-ci d’un médicament fabriqué par un bonze15 selon les principes de la médecine traditionnelle qui ressemble étrangement à une bithérapie avec des petites et grosses granules. Bien que jugé efficace par les parents de malades qui l’avaient utilisé, il a été interdit par le gouvernement.

  • 16 Tuổi Trẻ, 2002, « Một lương y tìm ra phương thuốc cải thiện bệnh AIDS ? », 25 avril, consulté sur I (...)

14Le « test » du médicament traditionnel s’est pratiqué au Village SOS à Go Vap, en banlieue de Ho Chi Minh Ville, qui accueille des orphelins et des enfants confiés par leurs parents pauvres, dont certains sont atteints par le VIH/sida. Le médicament issu de la médecine traditionnelle avait été donné à un jeune garçon séropositif dont le cas était désespéré. Depuis cette expérience, le directeur de l’orphelinat est devenu célèbre et de nombreux malades de tout le Viêt Nam sont venus jusqu’à lui pour recevoir ce médicament. Le directeur le donnait presque gratuitement et surtout les patients se sentaient très vite mieux, reprenaient du poids et des séroconversions furent même observées (sont-elles médicalement possibles ?)16. À l’époque, même les médecins pensaient que les tests de séropositivité n’étaient pas toujours fiables, ce qui aurait pu créer des séroconversions « artificielles ». Cependant, en Chine, des traitements similaires à base d’herbes de la pharmacopée traditionnelle chinoise ont donné lieu à l’observation de séroconversions. Ces observations ont d’ailleurs fait l’objet de plusieurs publications entre 1995 et 2002 dans des journaux scientifiques dont le Journal of Traditional Chinese Medicine et le Chinese Medical Journal (Lu 1995 ; Lu et al. 1995 ; Lu et al. 1997 ; Zheng et al. 1999 ; Wang et al. 2002). On ose même y écrire que le sida est une maladie réversible. Dans l’International Journal of STD & AIDS, des chercheurs relatent les résultats d’un test clinique pour une préparation médicinale traditionnelle à base d’une quinzaine d’herbes, le Zaishengdan, montrant un effet d’immunoprotection sur des patients séropositifs. Cependant, étant donné que l’essai n’a pas été mené avec un groupe contrôle, les résultats de l’essai clinique ont été sujets à caution (Portsmouth et al. 2003).

  • 17 La médecine basée sur la preuve et sur de très nombreuses études cliniques
  • 18 Tuổi Trẻ, 2002, « Thử nghiệm thuốc chữa HIV/AIDS ở Go Vấp là sai quy định », 15 mai, consulté sur I (...)

15Le médicament traditionnel de Go Vap produisit un grand trouble dans la communauté scientifique locale et parmi les autorités vietnamiennes. On en fit écho dans la presse. Puis les autorités décidèrent d’interdire au directeur de soigner les gens et par là même le fameux médicament : non qu’il fût dangereux pour la santé (aucun des patients traités ne s’en est trouvé mal), mais le directeur de l’orphelinat n’avait pas le droit d’exercer la médecine et le médicament n’était pas produit dans une usine avec une autorisation en bonne et due forme, après multiples essais cliniques selon les règles de l’evidence based medicine17 et selon la législation nationale du médicament18.

16C’est encore une fois le discours du gouvernement qui l’emporta face à la tradition et au communautarisme, mais d’une manière plus autoritaire et bureaucratique. Des échantillons ont été analysés uniquement dans le but de montrer que le médicament contenait des organismes susceptibles d’affecter la santé. On n’a pas su si les analyses avaient également porté sur des potentiels principes actifs issus des plantes de la pharmacopée traditionnelle. Était-ce un moyen de faire taire les sceptiques ? La population a bien mal compris l’action des pouvoirs publics.

17C’est ainsi que les autorités décidèrent en 2003, d’une part, de garantir l’approvisionnement (dans sa continuité) en médicaments antirétroviraux, leur contrôle qualité, et, d’autre part, de mieux encadrer leurs prescriptions en s’orientant vers le développement de la production locale de médicaments antirétroviraux génériques.

Des enjeux socioculturels, politiques et économiques derrière le choix du médicament pharmaceutique

18Pourquoi les autorités vietnamiennes sont-elles obligées de répondre aux standards internationaux ? Pourquoi n’écoute-t-on pas les patients soulagés par la médecine traditionnelle ? Ne constituent-ils pas des preuves suffisantes pour démontrer l’efficacité du médicament ? Quels sont les enjeux politiques, économiques et culturels derrière le choix du médicament générique pour prendre en charge les malades du sida ?

19Que se passe-t-il donc ? Que faudrait-il pour autoriser enfin les médicaments traditionnels ? En réalité, le médicament traditionnel doit lui aussi passer par la machine à produire du médicament, c’est-à-dire l’evidence based medicine. Mais à terme il ne conserve pas sa forme originale, car on essaye toujours de lui donner une présentation moderne et plus pratique sous forme de gélules ou de comprimés simples à avaler et sans le goût amer des potions d’antan. Cependant, encore aucun test, aucune analyse n’a pu démontrer clairement quel est le mécanisme du médicament sur le patient toxicomane, de même qu’aucun principe actif n’a pu clairement être identifié. La combinaison et le mélange des plantes sont complexes. C’est la raison pour laquelle le médicament traditionnel a du mal à obtenir son visa pour une exploitation et une consommation à grande échelle. La normalisation du médicament traditionnel pose problème car aucune explication allopathique des effets de l’Heantos ne peut être donnée. En revanche, son inventeur, Trần Khuông Dẫn, sait parfaitement donner une explication dans les termes de la médecine traditionnelle sino-vietnamienne, selon laquelle le mélange de plantes de l’Heantos redonne un équilibre entre les énergies Yin et Yang de l’esprit et du corps du toxicomane. Dix à quinze ans d’essais et d’amélioration des techniques d’analyses seront sans doute encore nécessaires pour obtenir une explication plus cartésienne et plus proche des standards de la biomédecine. Car pour l’instant, les essais sur l’humain ne sont pas en mesure de montrer en quoi l’efficacité de l’Heantos serait différente d’un effet placebo (Wahlberg 2003). De toute évidence, nous nous trouvons face à un problème technique majeur, mais aussi devant une rupture paradigmatique insolvable. Aujourd’hui, les autorités vietnamiennes sont dans l’obligation morale et scientifique de suivre les principes de l’evidence based medicine, pourtant il n’est pas si loin le temps où les médecins et les pharmaciens testaient sur eux-mêmes de nouveaux traitements ou bien allaient à tâtons pour une pratique de la médecine pragmatique. Ce qui est certain est que les Vietnamiens (tout comme les Chinois) ont décidé depuis longtemps de travailler les plantes de la pharmacopée traditionnelle avec les méthodes modernes et la science occidentale sans que cela ne pose de problèmes de sens (Dô & Nguyên 1991). L’intervention de l’État dans le domaine de la santé et de l’usage des médicaments oblige à suivre les standards de la recherche biomédicale dans un souci de santé publique. Il était donc impossible pour l’État de suivre le pragmatisme de Trần Khuông Dẫn et d’autres tradipraticiens, car cela ne ferait qu’accroître les divergences, parfois conflictuelles, entre la biomédecine et la médecine traditionnelle (Quah 2003).

  • 19 Cf. art. 8 de l’arrêté du 25 octobre 1904 in Recueil général permanent des actes relatifs à l’Organ (...)

20On peut se demander cependant comment est né le scepticisme à l’égard du médicament traditionnel et comment le médicament traditionnel a-t-il été coupé de la tradition ? En premier lieu, le contact avec les Occidentaux lors de la colonisation avait déjà affaibli l’image de la médecine traditionnelle. À l’époque, une opposition rude avait pu être observée entre médecine occidentale et médecine locale, puisque les médecins sino-vietnamiens critiquaient la médecine occidentale, la trouvant trop violente et de court effet sur l’organisme (Hoang et al. 1993). Les médecins traditionnels ont essayé de se défendre, mais furent de moins en moins nombreux, faute de formation. D’un point de vue légal, l’exercice de la médecine n’était autorisé qu’aux diplômés de l’École de médecine de l’Indochine, bien que les praticiens de la médecine sino-vietnamienne traditionnelle fussent tolérés19. Le système de santé colonial dénigre les médecines traditionnelles du Nord et du Sud, jusqu’à les englober dans le terme de « médecine orientale ». L’opposition Orient/Occident se transforme pour les Vietnamiens dans un rapport eux/nous traduisant bien deux sociétés qui se regardent, restant l’une à côté de l’autre. Malgré tout, les tradipraticiens finissent par introduire avec pragmatisme quelques remèdes occidentaux à leur pharmacopée, comme la quinine contre les fièvres. Mais les médecines traditionnelles se voient discréditées et perdent littéralement de leur efficacité.

21Il semble aussi que l’épidémie mondiale de VIH/sida, bien plus que les autres problèmes de santé et les autres actions de l’OMS, a renforcé les effets de la globalisation dans le domaine de la santé, alors que la société vietnamienne et sa culture s’exposent une nouvelle fois après la période coloniale à une nouvelle confrontation à l’occidentalisation. Il faut aussi préciser que le Viêt Nam depuis la mise en place de la politique du Ðổi Mới (politique de rénovation) en 1986, s’ouvre de nouveau progressivement au monde et à l’économie de marché. Cette réorientation politique et économique fait suite à l’effondrement du bloc des pays de l’Est et à une situation économique précaire de la population vietnamienne (conséquence de la collectivisation et de l’arrêt des subventions des pays frères). Pour avancer, il faut au Viêt Nam des investissements de l’étranger et également des transferts de technologies, tout en gardant sa souveraineté. En outre, le retour dans la communauté internationale, l’adhésion à l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) en 1995 et l’aide internationale pour le développement obligent le Viêt Nam à changer bon nombre de politiques sociales et sanitaires dont celle du médicament.

22À l’époque coloniale française, les autorités coloniales ont contrôlé et souvent interdit les médicaments traditionnels parce que certains médecins ou militaires avaient été confrontés à des empoisonnements (volontaires ou non) parfois interprétés comme des attentats anticoloniaux. Derrière cette régulation du médicament traditionnel, l’objectif n’était pas seulement de protéger la société vietnamienne d’elle-même et sa santé, mais surtout de mener une mission civilisatrice et de médicalisation (Monnais 2003). Il fut souvent vain cependant d’établir une législation car la pharmacopée traditionnelle prit des chemins de traverse, si ce n’est souterrains, et donc bien moins contrôlables. Car en définitive, le médicament traditionnel était encore à l’époque coloniale une manifestation identitaire et de contre-pouvoir.

23Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les Vietnamiens n’ont plus besoin du médicament traditionnel pour établir leur légitimité et leur originalité. Depuis que le Viêt Nam est souverain, l’État a œuvré à une certaine autonomie et à ne plus dépendre de l’extérieur en termes de besoins de santé. C’est à partir de la fin des années 1990 que l’État exerce une réelle politique du médicament et ne cesse de l’améliorer pour se prémunir des problèmes de qualité, comme de quantité et d’accessibilité aux populations. En 1996, la politique nationale du médicament a déjà initié une part du changement dans le secteur pharmaceutique vietnamien. Cette politique a été promue par l’OMS dans le cadre de la politique sur les médicaments essentiels. De nombreux donateurs internationaux, dont la Suède, ont aidé le Viêt Nam à se conformer aux standards internationaux (dont ceux établis par l’Organisation mondiale du commerce) concernant la production, l’importation et la commercialisation des médicaments. Le Viêt Nam a du veiller à équilibrer la réforme entre pas trop de centralisme autoritaire et pas trop de capitalisme sauvage, tout en se souciant des questions de santé et de l’accessibilité du médicament à la population (Jönsson 2002).

24Pour le Viêt Nam, le choix politique du médicament anti-rétroviral représente un changement social important. Pour les autorités vietnamiennes et son ministère de la Santé le choix de la production locale de génériques ARV est une manière de reprendre le pouvoir et de ne pas se discréditer au niveau de la communauté internationale.

25Depuis 1995, le Viêt Nam a trouvé une nouvelle place dans la région en entrant dans l’ASEAN et par conséquent doit également adopter une nouvelle géopolitique. L’ASEAN définit toute une politique régionale en matière de santé à laquelle le Viêt Nam participe, par exemple à travers les réunions régulières des ministres de la Santé des différents pays membres.

26Parmi les pays de l’ASEAN, la Thaïlande représente un modèle qui inspire énormément le Viêt Nam, particulièrement depuis l’épidémie de sida. La Thaïlande est le premier pays à voir son taux de prévalence du VIH baisser à partir de la deuxième moitié des années 1990, après un pic de son taux de prévalence au-dessus de 2 % en 1995 et se trouvant en 2007 à 1,4 % (UNAIDS 2008c). L’exemple thaï a davantage été suivi par le Viêt Nam que l’exemple chinois. La Chine a bien plus de retard en matière de politique de prévention du sida que le Viêt Nam. De nombreux problèmes avec le sang contaminé, beaucoup de déni quant à la réelle situation de l’épidémie. Dans le contexte de globalisation, la Chine, subissant la même pression en termes de rationalisation de la production du médicament, se distingue du Viêt Nam par sa volonté politique de maintenir sa médecine traditionnelle à l’aide d’importants programmes d’essais cliniques (Micollier 2007). Cependant, si la Chine fut autrefois le moteur politique du Viêt Nam (le Viêt Nam n’avançait pas d’un pas si la Chine elle-même n’avait pas déjà fait ce pas), depuis le Ðổi Mới et l’entrée dans l’ASEAN, le Viêt Nam a retrouvé son identité sud-est asiatique et a pu s’émanciper du grand frère chinois en définissant sa propre marche, ce qui fut un gain en termes de construction identitaire et nationale.

27Le modèle thaï a donc été suivi concernant la prévention avec le programme « 100 % Condom » (100 % de préservatifs distribués par rapport aux besoins de la population), puis avec le choix du traitement par la fabrication massive de médicaments génériques antirétroviraux, rendue possible grâce à une organisation pharmaceutique gouvernementale (GPO). Aujourd’hui, le gouvernement thaïlandais aide même d’autres pays asiatiques et africains à se fournir en antirétroviraux à faible coût. Depuis 2004, la Thaïlande a décidé de multiplier par trois le nombre de patients mis sous traitements antirétroviraux.

28Le Viêt Nam n’a pas imité la structure de la Thaïlande, mais comme le secteur industriel est contrôlé par l’État, les industries pharmaceutiques sont tributaires des décisions et autorisations pour leurs productions (en effet les compagnies pharmaceutiques doivent avoir un certificat depuis 2004 qui correspond à un respect des normes de l’OMS quant aux bonnes pratiques manufacturières) et la mise sur le marché de leurs différentes spécialités.

29Le Viêt Nam a conscience que le médicament anti-rétroviral peut-être une chance pour l’industrie pharmaceutique nationale. Depuis la privatisation du secteur de la santé en 1989, le ministère de la Santé organise en effet également le secteur pharmaceutique tant au niveau des importations que des exportations de médicaments. Ce système très centralisé a aussi pour but de protéger et de développer l’industrie pharmaceutique locale, constituée d’entreprises d’État qui se sont progressivement reconverties en entreprises privées. En 2001, 30 à 40 % des médicaments disponibles au Viêt Nam étaient produits localement (Simonet 2001). L’augmentation de ce pourcentage à 60 % en 2010 est devenue un des objectifs nationaux majeurs qui ne se fera pas sans améliorer la qualité et l’image du médicament vietnamien. En effet, les produits pharmaceutiques vietnamiens souffrent d’une mauvaise réputation qui se traduit au niveau du patient par le choix du médicament importé de pays d’Europe de l’Ouest, des États-Unis ou encore du Japon.

  • 20 Les autorités sanitaires vietnamiennes voulaient s’assurer qu’il n’y avait pas de spécificitésgénét (...)
  • 21 Comme l’essai thérapeutique VIETAR (projet ANRS 1210) de l’ANRS (Paris, France) entrepris en septem (...)

30Pour rendre le choix du médicament pharmaceutique acceptable, il fallait toutefois l’adapter et le nationaliser. Le 7 mai 2003, le premier ministre a donné son feu vert pour soutenir la production locale d’anti-rétroviraux, et cela grâce au Fonds mondial, alors qu’un meeting sur les antirétroviraux avait été organisé par l’Assemblée nationale et le ministère de la Santé. Pendant longtemps, de nombreux pays, dont le Japon, ont été réticents à imposer des médicaments aux pays en développement. Quels médicaments donner ? Il fallait faire des études pour voir si les médicaments et leur usage n’allaient pas créer de résistances. Existait-il des spécificités d’ordre génétique20 pour les malades asiatiques qu’il fallait prendre compte ? En somme, le médicament occidental serait-il efficace pour le malade asiatique ? Fort de quelques expériences convaincantes grâce à des essais thérapeutiques21, le premier ministre a approuvé en mars 2004 la première stratégie nationale de prévention et de contrôle du VIH/sida jusqu’en 2010 avec une projection jusqu’en 2020 qui repose sur la production locale d’anti-rétroviraux.

31Aujourd’hui, cette production locale est possible grâce à la compagnie STADA VN. Il s’agit d’une compagnie allemande montée en joint-venture avec une compagnie privée vietnamienne (qui assure la distribution des produits de Stada) localisée à Ho Chi Minh Ville, active depuis avril 2002, et qui est capable de produire du Lamzidivir, du Lamivudin Stada 150 mg, du Stavudin Sata 30 mg, du Nevirapin Stada 150 mg et de l’Efavirenz. Les médicaments ont été testés par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Grâce à un contrôle rigoureux de la qualité et à l’observance de bonnes pratiques de production, ils ont tout d’abord obtenu la pré-qualification de l’OMS pour les médicaments antirétroviraux. En 2003, ils ont commencé à exporter dans les pays asiatiques voisins. Depuis 2008, ils ont obtenu la norme européenne de bonne pratique manufacturière pour les produits pharmaceutiques et vétérinaires, ce qui leur a ouvert le marché européen.

Conclusion

32Avec l’épidémie de sida, et le choix du médicament pharmaceutique et générique pour sa prise en charge, le Viêt Nam est-il en train de modifier son système de santé ? D’un système intégré, le Viêt Nam pourrait rejoindre d’autres modèles où la médecine traditionnelle occupe une place secondaire. C’est le cas de Hong Kong et de Singapour où la médecine traditionnelle est marginale (Holliday 2003). Cependant, même en Chine les patients qui ont recours à la médecine traditionnelle d’un point de vue institutionnel ne sont pas si nombreux, puisque 95 % des hôpitaux généraux chinois à posséder un service de médecine traditionnelle ne soignent que 20 % de patients en ambulatoire (Bodeker 2001).

33Il semble donc que la régulation de la médecine traditionnelle et de ses remèdes pourrait limiter son usage. L’interférence de l’État dans les pratiques de recours au médicament est de plus en plus importante. Non seulement l’usage du produit est régulé, mais les « professionnels » qui les prescrivent ou les vendent le sont également. Les tradithérapeutes les plus visés par la régulation sont ceux qui n’ont pas suivi de formation académique et ont acquis un savoir empirique par la pratique des soins. Les « vrais » médecins traditionnels doivent être diplômés et exercent dans les structures homologuées par le ministère de la Santé. Les tradipraticiens qui exercent en dehors de ces cadres, donc d’une manière privée, sont en dehors de la loi, puisque la Constitution du Viêt Nam de 1992 l’interdit. Cependant, ces tradipraticiens sont souvent vus comme des chercheurs et des découvreurs de nouveaux médicaments. Ils jouent un rôle important au niveau de la prise en charge des problèmes de santé des populations en milieu rural, éloignées des structures institutionnelles de soins traditionnels ou modernes, et des populations défavorisées. Les « médecins aux pieds nus », donc sans trop de bagages en sciences biomédicales, allaient souvent soigner les populations des montagnes éloignées des centres urbains, que ce soit aux frontières du Viêt Nam ou de la Chine (Quah 2003). Encore aujourd’hui, l’OMS encourage les pratiques de recours à la médecine traditionnelle pour suppléer l’absence de médecin ou de médicaments pour les soins de santé primaire. Nous sommes alors dans le cadre de l’accès aux médicaments essentiels. C’est là qu’interviennent quelques contradictions, car dans un objectif qui répond à la fois à la protection de la santé des populations et à des logiques économiques nationales – ou simplement celles des ménages –, la médecine traditionnelle est également surveillée et réglementée pour un usage rationnel des plantes médicinales (WHO 2002).

34En définitive, on se rend compte, avec la régulation de la médecine traditionnelle, que l’État vietnamien continue à surveiller et punir les pratiques populaires tout comme le faisaient les autorités coloniales françaises. Dans un souci de santé publique l’État continue comme autrefois à chasser les superstitions et surtout les pratiques dangereuses. L’action de la régulation a pour but de « rendre savante ou scientifique » la médecine traditionnelle, d’en standardiser les usages pour en renforcer la valeur, l’innocuité, l’efficacité et par la même occasion pour donner l’image d’un pays asiatique moderne et responsable qui prend soin de la santé des populations. En ce sens nous pouvons dire que nous assistons à une normalisation du médicament traditionnel (Wahlberg 2008).

35En revanche, les choix politiques en matière de santé laissent de nombreuses populations sans alternative, principalement celles qui sont pauvres et éloignées des centres urbains bien approvisionnés en médicaments. Il n’est pas certain que la régulation à l’extrême n’entraîne pas des réactions et des pratiques alternatives. Rien ne peut assurer que la médecine populaire va disparaître, car nul ne peut intervenir dans les pratiques d’automédication de chacun. Il semble également que les femmes, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques (diabète, hypertension, rhumatismes notamment) et dont les conceptions de la maladie sont éloignées des valeurs occidentales consomment plus de médicaments traditionnels, les associant parfois à une médication déjà prescrite (Blanc & Monnais 2007).

Haut de page

Bibliographie

Aldhous, Peter, 2005, « Cold turkey, Vietnamese style », Nature, 433, 10 février : 568-569.

Amon, Joseph J., 2008, « Dangerous medicines : Unproven AIDS cures and counterfeit antiretroviral drugs », Globalization and Health, 4 : 5.

Benoist, Jean, 1996, Soigner au pluriel. Essai sur le pluralisme médical, Paris : Karthala.

Benoist, Jean, 1999, « À propos du rapport entre dimension technique et médiation symbolique dans le médicament », in Les Thérapeutiques : savoirs et usages, Olivier Faure (éd.), Lyon : Fondation Marcel Mérieux, p. 393-394.

Benzi, Gianni & Adriana Ceci, 1997, « Herbal medicines in European regulation », Pharmacological Research, 35, 5 : 355-362.

Blanc, Marie-Ève, 1998, « De la ville à la campagne : itinéraire de l’épidémie de VIH/SIDA au Viêt Nam », Migrations & Santé, 94-95 : 11-29.

Blanc, Marie-Ève, 1999, « Des “maladies sociales” à l’épreuve de la modernité ? Aperçu ethno-historique sur la gestion des épidémies au Viêt Nam » [« Social Diseases » tried by modernity ? Ethno-historical survey on epidemic management in Viêt Nam], Mekong Malaria Forum, programme de contrôle de la malaria aux Cambodge, Laos et Viêt Nam soutenu par la Commission européenne en collaboration avec ACTMalaria, SEAMEO TROPMED et WHO, 4 : 55-73.

Blanc, Marie-Ève, 2000, « Campagne de prévention de l’épidémie de sida au Viêt Nam : représentation des risques, institutionnalisation de la prévention et enjeux socio-politiques » , in Sociétés Asiatiques face au Sida, Marie-ève Blanc, Laurence Husson & Evelyne Micollier (éds), Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches Asiatiques », p. 171-192.

Blanc, Marie-Ève, 2005, « Social construction of male homosexualities in Viêt Nam. Some key to understand discrimination and implications for HIV prevention strategy », International Social Science Journal, numéro spécial de perspectives en sciences sociales sur le HIV/sida, 186 : 661-673.

Blanc, Marie-Ève, & Laurence Monnais, 2007, « Culture, immigration et santé. La consommation de médicaments chez les Vietnamiens de Montréal », Revue Européenne des Migrations Internationales, 23(3) : 151-176.

Bodeker, Gerard, 2001, « Lessons on integration from the developing world’s experience », BMJ, 322 : 164-167.

Cho, Byong-Hee, 2000, « The politics of herbal drugs in Korea », Social Science & Medicine, 51 : 505-509.

D’Hombres, Emmanuel, 2007, « Régulation par qui ? Régulation de quoi ? La signification du vocable “régulation” en sociologie et en science politique : une mise en perspective historique », Raisons politiques, 28 : 127-152.

Dô Tât Loi & Nguyên Xuân Dung, 1991, « Native drugs of Viêt Nam : which traditional and scientific approaches ? », Journal of Ethnopharmacology, 32 : 51-56.

Franklin, R., 1997, « Soupçons sur la “potion miracle” pour toxicomanes », Libération, 8 décembre.

Hesketh, Therese & Wei Xing Zhu, 1997, « Health in China : Traditional Chinese medicine : one country, two systems », BMJ, 315 : 115-117.

Hoang Bao Chau, Pho Duc Thao & Huu Ngoc, 1993, « Panorama de la médecine traditionnelle du Viêt Nam », in La Médecine Traditionnelle Vietnamienne, Hanoi, The Gioi Éditions en langues étrangères, p. 3-28.

Holliday, Ian, 2003, « Traditional medicines in modern societies : An exploration of integrationist options through East Asian experience », Journal of Medicine and Philosophy, 28, 3 : 373-389.

Jönsson, Katrin, 2002, « Translating foreign ideas into domestic practices. Pharmaceutical policies in Laos and Viêt Nam », thèse de doctorat, université de Lund (Suède), département de science politique.

Kleinman, Arthur, 1980, Patients and Healers in the Context of Culture. An Exploration of the Borderland between Anthropology, Medicine and Psychiatry, Berkeley : University of California Press.

Larimer, Tim, 1997a, « Physician, Hook thyself », Time Asia, 150 : 21, 24 novembre.

Larimer, Tim, 1997b, « Tran Khuong Dan : Seeking a durable cure for opium addiction by becoming an addict himself”, Time, numéro spécial « Héros de la médecine », 150 : 19, 1er octobre, consulté sur Internet (http://www.time.com/time/reports/heroes/physician5.html) le 9 mai 2006.

Lévy, Joseph Josy, Julie Laplante & Marie-ève Blanc, 2007, « La chaîne du médicament. Aspects socioculturels », in La Chaîne des Médicaments. Perspectives pluridisciplinaires, Joseph Josy Lévy & Catherine Garnier (éds), Québec : Presses de l’Université du Québec, p. 83-121.

Lu, Weibo, 1995, « Prospect for study on treatment of AIDS with traditional Chinese medicine », Journal of Traditional Chinese Medicine, 15, 1 : 3-9.

Lu, Weibo, R. Wen, C. Guan, Y. Wang, J. Shao, E. Mshiu & E. Mbena, 1995, « A report on 8 seronegative converted HIV/AIDS patients with traditional Chinese medicine », Chinese Medicine Journal, 108, 8 : 634-637.

Lu, Weibo, R.X. Wen & C.F. Guan, 1997, « [A report on 8 seronegative converted HIV/AIDS patients with traditional Chinese medicine] (article en chinois) », Zhongguo Zhong Xi Yi Jie He Za Zhi, 17, 5 : 271-273.

Mares, Peter & Norman Swan, 1997, « Heantos », ABC Radio National, The Health Report, 25 août, consulté sur Internet (http://www.abc.net.au/rn/talks/8.30/helthrpt/stories/s236.htm) le 9 mai 2006.

Monnais, Laurence, 2003, « Des poisons qui en disent long. Les fonctions de l’arsenal thérapeutique traditionnel du Viêt Nam colonisé (1860-1954) », Frontières, 16, 1 : 12-19.

Micollier, Evelyne, 2007, « Facettes de la recherche médicale et de la gestion du VIH-sida dans le système de santé chinois : un autre exemple d’adaptation locale de la biomédecine », Sciences Sociales et Santé, 25, 3 : 31-39.

OMS, 1990, Rapport de la consultation sur le sida et la médecine traditionnelle : contribution possible des tradipraticiens, Francistown, Botswana, Programme de médecine traditionnelle et programme mondial de lutte contre le sida, OMS.

Portsmouth, Simon, Justin Stebbing, Keyi Xu, Jianping Zhang & Guohua Pi, 2003, « HIV and AIDS in the people’s Republic of China : a collaborative review », International Journal of STD & AIDS, 14, 11 : 757-761.

Pouchat, J., 1910, « Superstitions annamites relatives aux plantes et aux animaux », Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient, 10 : 401-408.

Quah, Stella R., 2003, « Traditional healing systems and the ethos of science », Social Science & Medicine, 57 : 1997-2012.

Recueil général permanent des actes relatifs à l’Organisation et à la Réglementation de l’Indochine, 1909, Hanoi-Haiphong : Imprimerie d’Extrême-Orient.

Renaud, Marc, 1990, « Santé : le sociologue aux pays des merveilles », Cahiers de recherche sociologique, 14, « Savoir sociologique et transformation sociale »  : 171-180.

Rossi, Ilario, 1997, Corps et chamanisme. Essai sur le pluralisme médical, Paris : Armand Colin, coll. « Références », série « Chemins de traverses ».

Saito, Hiroshi, 2000, « Regulation of herbal medicines in Japan », Pharmacological Research, 41, 5 : 515-519.

Simonet, Daniel, 2001, « Une analyse du marché pharmaceutique vietnamien », Cahiers d’études et de recherches francophones/Santé, 11, 3 : 155-160.

Stier, Ken, 1997, « Nature’s easier way down ? A Vietnamese potion offers hope for drug addicts », Asia Week, 26 septembre, consulté sur Internet (http://www.pathfinder.com/asiaweek/97/0926/feat3.html) le 9 mai 2006.

Tang, H., 1997, « Vietnam drug addiction “cure” banned », BBC Despatches, 5 décembre, consulté sur Internet (http://news.bbc.co.uk/1/hi/despatches/37032.stm) le 9 mai 2006.

United Nations General Assembly, 2006, Resolution adopted by the General Assembly 60/262 : Political Declaration on HIV/AIDS, New York, United Nations.

UNAIDS, 2008a, Epidemiological fact sheet on HIV and AIDS – Vietnam, Genève : WHO, UNAIDS, UNICEF.

UNAIDS, 2008b, Epidemiological fact sheet on HIV and AIDS – China, Genève : WHO, UNAIDS, UNICEF.

UNAIDS, 2008c, Epidemiological fact sheet on HIV and AIDS – Thailand, Genève : WHO, UNAIDS, UNICEF.

Van der Geest, Sjaak, Susan Reynolds Whyte & Anita Hardon, 1996, « The Anthropology of pharmaceuticals. A biographical approach », Annual Review of Anthropology, 25 : 153-178.

Whyte, Susan Reynolds, Sjaak Van der Geest & Anita Hardon, 2002, The Social Lives of Medicines, Cambridge : Cambridge University Press.

Wahlberg, Ayo, 2003, « Normalizing the clandestine – Practices of regulation and validation in complementary and alternative medicine », conférence Vital politics : Health, Medicine and Bioeconomics into the 21st Century, 5-7 septembre, London School of Economics and Political Science.

Wahlberg, Ayo, 2008, « Pathways to plausibility : When herbs become pills », BioSocieties, 3 : 37-56

Wang, J., Z. Yu, G. Li, Y. Zhang, C. Guan & W. Lu, 2002, « Clinical observation on the therapeutic effects of Zhongyan-2 recipe in treating 29 HIV-infected and AIDS patients »,

Journal of Traditional Chinese Medicine, 22, 2 : 93-98.

WHO, 2002, Traditional Medicine Strategy 2002-2005, Genève : WHO.

Zheng, W., G. Pi & K. Xu, 1999, « [The therapeutic effect of Chinese medicinal herbs on HIV patients] (article en chinois) », Zhonghua Shi Yan He Lin Chuang Bing Du Xue Za Zhi, 30, 13 : 291-294.

Haut de page

Notes

1 En 2002, UNAIDS a développé les lignes directrices à l’égard de la prise en charge des malades du VIH/sida et les a renforcées en 2006 par une déclaration politique adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies pour obliger les pays à rendre accessible à leurs populations des médicaments efficaces et de contrôler les médicaments dangereux, contrefaits ou inefficaces (United Nations General Assembly 2006).

2 Les médicaments essentiels sont listés par l’Organisation mondiale de la santé depuis 1977. Ce sont des médicaments sélectionnés pour répondre aux besoins primaires des populations. Ces médicaments ont fait leurs preuves en termes d’efficacité, d’innocuité et de rapport coût/bénéfices.

3 Médicament dont le brevet est tombé dans le domaine public et n’est plus la propriété exclusive de la compagnie pharmaceutique qui a pu le développer. Le médicament générique est vendu sous le nom de la substance active qu’il contient. De nombreux antirétroviraux sont devenus génériquables pour des questions politiques, humanitaires et de santé mondiale. Cela permit aux pays en développement d’avoir accès aux médicaments à moindre coût et de les fabriquer sur place.

4 Le pluralisme médical a été défini par les anthropologues (Kleinman 1980) à partir des années 1980 et consiste en l’association de pratiques de recours aux médicaments pharmaceutiques et aux médicaments issus des médecines traditionnelles. Il s’agit de comprendre comment ces associations de pratiques thérapeutiques se construisent et reposent sur des réalités sociales et culturelles (Benoist 1996 ; Van der Geest et al. 1996 ; Whyte et al. 2002). C’est le cas des sociétés colonisées, métissées et pluriethniques (Rossi 1997 ; Benoist 1999). En soi, le Viêt Nam, avec les pratiques thérapeutiques qui y ont cours, constitue un exemple intéressant. Dans cet article, nous nous consacrerons uniquement au médicament, d’où l’expression « pluralisme médicamenteux » du titre.

5 Nous verrons plus loin que le statut de médecin traditionnel est ambigu et sujet à caution, surtout lorsque le médecin n’est pas passé par les écoles de médecine traditionnelle agréées par l’État.

6 Les médicaments pédiatriques sont également en forte demande car les enfants atteints par le VIH sont de plus en plus nombreux, cependant, comme pour bon nombre d’infections chez l’enfant des pays en développement, ces médicaments sont rares.

7 L’usage rationnel des médicaments a été défini lors d’une conférence d’experts à Nairobi en 1985, puis l’Assemblée de la santé l’a approuvée dans ses résolutions. Depuis, l’OMS surveille que les populations puissent avoir accès aux médicaments essentiels et en fassent un usage rationnel en évitant une surconsommation comme une sous-consommation ainsi que les mélanges de médicaments pouvant porter atteinte à la santé. Cela est très important dans le cadre des thérapies antirétrovirales pour lesquelles il faut respecter la posologie prescrite, au risque sinon de développer des résistances à certains médicaments et de devoir passer à des médicaments de deuxième ligne plus coûteux.

8 La régulation est un concept en sociologie et en science politique qui désigne les mécanismes de fonctionnement et d’équilibre de l’organisation sociale, mécanismes qui reposent sur des normes et des règles (d’Hombres 2007). En sociologie de la santé, la régulation de l’offre de soin est un processus qui se met en place dans le cadre de la médicalisation d’un problème social (la toxicomanie par exemple) ou de la normalisation d’un nouveau problème de santé publique (par exemple le VIH/sida lors des deux dernières décennies). La régulation peut se faire sous la pression des lois du marché, de la profession médicale, de l’industrie pharmaceutique, de la décision de l’État ou encore sous l’action des mouvements communautaires à l’encontre des décisions bureaucratiques et corporatistes (Renaud 1990 ; Lévy et al. 2007).

9 C’est en octobre 1991, lors de l’International Conference of Drug Regulatory Authorities qu’a été adopté le WHO Guidelines for the Assessement of Herbal Remedies. Par la suite les autres pays occidentaux ont à leur tour adopté des législations plus ou moins strictes. En France, la législation à l’égard des plantes médicinales est de plus en plus sévère. Celle-ci rentre dans la législation des suppléments alimentaires. En respect de la directive européenne des suppléments alimentaires (2002/46/EC), les fabricants et distributeurs de plantes médicinales ne peuvent pas en vanter les vertus thérapeutiques, car ils sont sinon dans l’obligation d’obtenir une AMM (autorisation de mise sur le marché) qui permet de les considérer comme des médicaments. De plus, de nombreuses plantes sont interdites à la vente car considérées comme dangereuses en interaction avec d’autres médicaments. C’est le cas du millepertuis, qui depuis 2000 n’est plus vendu comme complément alimentaire (vente libre) mais est désormais considéré comme médicament et dont la prescription relève du médecin qui assurera le suivi du traitement. Au Canada, la situation est encore différente, puisque les plantes médicinales et tout autre remède issu des médecines traditionnelles relèvent du Règlement sur les produits de santé naturels (PSN), en vigueur depuis le 1er janvier 2004. Les PSN, pour être vendus, doivent obtenir un DIN PSN ou DIN HM (homéopathie). Pour cela, les fabricants doivent prouver que leurs produits sont sûrs, de bonne qualité et leurs effets sur la santé documentés.

10 Projet VIE/96/033 « International Scientific Development of Anti-drug Medication Heantos » financé par le PNUD.

11 Information publiée le 16 janvier 2010 sur le site Internet de l’Académie des sciences et de la technologie du Viêt Nam, consulté le 7 mai 2010 sur Internet (http://www.vast.ac.vn/index.php ?option=com-content&view=article&id=765%3Aheantos4&catid=37%3Atin-khcn-trong-nc-&ltemid=34&lang=vi)

12 Le Courrier du Vietnam, 2004, « Cedemex, un médicament autorisé pour la désintoxication », 17 août, consulté sur Internet (http://lecourrier.vnagency.com.vn/) le 9 mai 2006.

13 Id., 1997, « Des remèdes encourageants pour les drogues », 935, 18 juillet, consulté sur Internet (http://www.vn.refer.org/vietn_ct/med/courrier/9350718.htm), le 9 mai 2006 ; Xuân Quang, 2000, « Thuốc và phơng pháp cai nghiện. Cha đáp ứng kịp thực tiễn », Lao Ðộng, 26 juin, consulté sur Internet (http://www.laodong.com.vn/sodara/0600/26/kinhte/bp.htm) le 9 mai 2006.

14 Dans le journal Thanh Nien du 16 juin 2001, en page 2, on a pu apprendre que le médicament contenait de l’atropine et de la scopolamine et il se peut que le produit ait été interdit du fait de la nature de ces composants aux effets stupéfiants. Le ministère de la Santé ne pouvait donc pas autoriser une telle drogue.

15 Le nom du bonze ne m’a jamais été révélé par toutes les sources auxquelles j’ai pu avoir accès.

16 Tuổi Trẻ, 2002, « Một lương y tìm ra phương thuốc cải thiện bệnh AIDS ? », 25 avril, consulté sur Internet (http://vnexpress.net/Vietnam/Suc-Khoe/2002/04/3B9BB740/) le 20 mai 2005 ; id., « Thuốc điều trị HIV/AIDS ở Gò Vấp được kết luận là tốt », 9 mai, consulté sur Internet (http://vnexpress.net/Vietnam/Suc-khoe/2002/05/3B9BBD7E/) le 20 mai 2005 ; id., « Ðình chỉ việc điều trị HIV/AIDS tại làng SOS Gò Vấp », 11 mai, consulté sur Internet (http://vnexpress.net/Vietnam/Suc-khoe/2002/05/3B9BBEB5/) le 20 mai 2005.

17 La médecine basée sur la preuve et sur de très nombreuses études cliniques

18 Tuổi Trẻ, 2002, « Thử nghiệm thuốc chữa HIV/AIDS ở Go Vấp là sai quy định », 15 mai, consulté sur Internet (http://vnexpress.net/Vietnam/Suc-Khoe/2002/05/3B9BC081/) le 20 mai 2005 ; id., « TP HCM sẽ thu thập tư liệu về thuốc trị AIDS ở Go Vấp », 16 mai, consulté sur Internet (http://vnexpress.net/Vietnam/Suc-Khoe/2002/05/3B9BC12D/) le 20 mai 2005 ; Thanh Niên, 2002, « Lương y Cao Vǎn Thanh, tác giả bài thuốc trị AIDS… », 18 mai, consulté sur Internet (http://vnexpress.net/Vietnam/Suc-khoe/2002/05/3B9BC25C/) le 20 mai 2005.

19 Cf. art. 8 de l’arrêté du 25 octobre 1904 in Recueil général permanent des actes relatifs à l’Organisation et à la Réglementation de l’Indochine (1909 : 905).

20 Les autorités sanitaires vietnamiennes voulaient s’assurer qu’il n’y avait pas de spécificitésgénétiques ou ethniques. Ce questionnement peut paraître « raciste » ou encore « non scientifique », mais il fait référence à cette réticence que les Vietnamiens ont toujours eue à l’égard des médicaments des autres peuples. Cependant, le médicament « ethnique » existe déjà, puisqu’en 2005 aux États-Unis a été autorisé par la Food and Drug Administration (FDA) le premier médicament exclusivement pour les Noirs : le BiDil (médicament pour l’insuffisance cardiaque). Les Vietnamiens rencontraient le même souci de possibles résistances aux médicaments développées dans la population vietnamienne atteinte par le VIH et de phénotypes du virus différents présents parmi les malades. L’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites (ANRS) a pu conduire plusieurs études pour choisir la thérapie idéale pour le plus grand nombre de malades vietnamiens.

21 Comme l’essai thérapeutique VIETAR (projet ANRS 1210) de l’ANRS (Paris, France) entrepris en septembre 2003. Il s’agissait de tester une trithérapie sur 100 patients, trois médicaments administrés en une prise quotidienne unique. Cet essai permit de mettre au point un protocole thérapeutique pour servir au développement futur du traitement du sida à échelle nationale. L’objectif principal était d’évaluer l’efficacité et la tolérance d’une trithérapie dans des conditions de supervision et de prise en charge ambulatoire définies à Ho Chi Minh Ville, l’objectif secondaire étant d’évaluer les causes d’échec au traitement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Ève Blanc, « Le pluralisme médicamenteux face à l’épidémie de VIH/sida au Viêt Nam », Moussons, 15 | 2010, 157-175.

Référence électronique

Marie-Ève Blanc, « Le pluralisme médicamenteux face à l’épidémie de VIH/sida au Viêt Nam », Moussons [En ligne], 15 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/337

Haut de page

Auteur

Marie-Ève Blanc

Marie-Ève Blanc est docteur en sociologie de l’université de Provence (France), coordonnatrice de recherche à l’Institut de Recherche en Santé Publique de l’Université de Montréal (IRSPUM). Depuis 15 ans, elle a contribué à une sociologie de la société civile et des enjeux de la prévention du VIH/sida au Viêt Nam. Plus récemment, elle a étudié les pratiques de consommation de médicaments comme pratiques sociales au Viêt Nam et dans l’immigration vietnamienne au Canada, ainsi que la consommation de médicaments psychotropes dans la population active canadienne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page