Navigation – Plan du site
Articles

Le fantasme de la femme thaïlandaise et la crise occidentale de la masculinité

The Fantasy of the Thai Woman and the Western Crisis of Masculinity
Marion Bottero
p. 187-208

Résumés

La représentation fantasmée de la femme thaïlandaise est particulièrement développée en Occident et se retrouve chez de nombreux hommes occidentaux expatriés en Thaïlande. Parallèlement à cette valorisation plus ou moins fantasmée de la femme thaïlandaise, nombre de ces hommes dénoncent et rejettent l’attitude « masculine » de leurs compatriotes féminines. « Indépendantes », « ne prenant pas soin d’elles », « dans la compétition » ou « n’ayant plus besoin des hommes », elles sont assimilées à des mutantes (Dorlin 2009) et remettraient en question les frontières du genre. Construites et fantasmées en opposition aux femmes occidentales, les femmes thaïlandaises semblent permettre de contrer cette crise occidentale des identités sexuées. Le déplacement géographique et culturel de ces hommes occidentaux permettrait ainsi de valoriser leur masculinité au contact d’une femme locale décrite comme « féminine », « docile », « pudique » et « traditionnelle ». L’expatriation en Thaïlande va ainsi permettre une valorisation du masculin, et plus largement une valorisation sociale et une réinvention identitaire. Ce processus utilise la culture locale, pourtant lointaine et exotique, mais permettant un retour vers des valeurs traditionnelles dans le couple et la famille comme dans les interactions sociales. Ce désir d’ailleurs, d’exotique, de lointain permet ainsi une résistance au changement.

Haut de page

Texte intégral

« Elles ne prennent plus soin d’elles. »
« Elles se comportent comme des hommes. »
« Elles entrent en concurrence avec nous. »
« Elles n’ont plus besoin de nous. »
« Elles ne sont plus féminines. »

  • 1 Mot thaï utilisé pour désigner les étrangers occidentaux, blancs. Il est dérivé du mot farangset, q (...)

1De nombreux hommes occidentaux expatriés en Thaïlande partagent ce type de considérations sur leurs compatriotes féminines. Celles-ci ne seraient plus « féminines » ; elles adopteraient de plus en plus un comportement dit « masculin ». Assimilées à des mutantes (Dorlin 2009), elles remettraient en question les frontières du genre. Construites et fantasmées en opposition aux femmes occidentales, les femmes thaïlandaises représentent une alternative à cette crise des identités sexuées. Le déplacement géographique et culturel de ces hommes occidentaux permettrait ainsi de valoriser leur masculinité au contact d’une femme locale décrite comme « féminine », « docile », « pudique » et « traditionnelle ». L’expatriation en Thaïlande va ainsi permettre à certains hommes occidentaux une valorisation du masculin, et plus largement une réinvention identitaire. Ce processus utilise la culture locale, pourtant lointaine et exotique mais permettant un retour vers des valeurs traditionnelles dans le couple et la famille comme dans les interactions sociales. Au-delà des relations de couple, ces hommes occidentaux vont également valoriser les relations familiales et souvent mettre en avant le fait qu’ils ont été « adoptés » par la famille de leur épouse. Dans l’espace social, de par leur genre, leur âge et leur classe ou « race », ils se sentent valorisés, même si ce n’est souvent qu’illusion. Farang1, ils sont considérés comme riches. Hommes, ils bénéficient d’un traitement de faveur d’autant plus que de nombreuses jeunes « filles de bars » s’intéresseront à eux. S’ils sont d’un certain âge (comme c’est souvent le cas d’après les statistiques), ils bénéficient également du respect dû aux aînés qui est très important en Thaïlande.

2Dans le contexte actuel de la mondialisation, les interactions sexuelles et/ou amoureuses entre Occident et pays en développement deviennent de plus en plus nombreuses et banales. De nombreux hommes occidentaux décident ainsi d’aller rechercher dans le lointain ce qu’ils ne trouvent plus dans le proche. Afin de mettre en évidence que l’attrait de l’autre est ainsi socialement construit et empreint de pouvoirs et de dépendances, j’ai choisi de m’intéresser au cas de la Thaïlande, et aux hommes occidentaux qui choisissent de s’établir dans ce pays avec une femme locale. Nous verrons ainsi comment le désir d’ailleurs, d’exotisme et de lointain permet une résistance au changement. Les femmes thaïlandaises, ainsi que le contexte thaïlandais en général, semblent représenter un remède aux maux des hommes occidentaux confrontés à des difficultés d’affirmation de leur identité masculine dans un contexte prônant l’égalité des genres. Il s’agit d’une catégorie particulière d’hommes occidentaux appartenant majoritairement à une classe sociale défavorisée ou moyenne. Ils sont très souvent divorcés ou, comme ils se présentent eux-mêmes, d’« éternels célibataires », c’est-à-dire qu’ils ont des difficultés à entretenir une relation stable avec une femme dans leur pays d’origine. Ils évoquent ainsi fréquemment eux-mêmes une forme de déclassement social et sexuel dans leur propre société.

3Si les relations homme asiatique-femme occidentale sont bien moins fréquentes que le schéma inverse, elles sont pourtant historiquement premières. En effet, les premiers couples mixtes occidentaux-thaïlandais ont été constitués d’hommes issus des classes sociales les plus hautes de Thaïlande et de femmes occidentales. Au début du xxsiècle, des aristocrates ou des descendants de la famille royale thaïlandaise commencèrent à épouser des femmes occidentales lors d’un séjour en Occident, souvent contre l’avis de leurs parents (Bumroongsook 1995). Jusqu’à la moitié des années 1960, les mariages mixtes ne sont pas développés, excepté pour les membres de l’élite thaïlandaise. Ces rencontres s’effectuaient majoritairement dans un milieu universitaire ou professionnel. Pourtant, par le passé, une loi interdisait aux Thaïlandais d’épouser des étrangers, même si cette loi ne fut jamais réellement effective (Cohen 1996). De nos jours, c’est le schéma inverse que l’on observe majoritairement. De nombreux hommes occidentaux, critiquant fréquemment le contexte d’émancipation féminine ayant cours dans leur pays, viennent chercher en Thaïlande une femme, construite dans leur imaginaire, en opposition aux femmes occidentales.

4Cette recherche est basée sur des entretiens longs effectués avec 37 couples mixtes (22 à Bangkok et 15 à Chiang Mai), mais également sur des entretiens plus courts ou informels avec d’autres couples mixtes, ainsi qu’avec des personnes intéressées par ces liaisons ou faisant partie de l’entourage des couples. J’ai privilégié les interviews semi-dirigées, relativement longues – 45 minutes à une 1 heure 30 en moyenne. Je n’ai pas effectué de sélection particulière dans les couples mais ai interviewé ceux qui ont accepté de l’être. Les entretiens se sont toujours effectués de manière individuelle, le conjoint étant seul avec moi et non en couple. Il m’est souvent arrivé de rencontrer de manière informelle le couple, mais j’ai fait le choix de demander des entretiens séparés. Les conjoints acceptaient cette méthodologie mais n’y étaient pas forcément favorables de prime abord. Je souhaitais surtout qu’ils puissent parler plus librement, ou du moins qu’ils ne se conforment pas aux idées de l’autre. Ce choix d’enquête a également été très utile pour croiser les résultats. D’ailleurs, de manière assez redondante, le moment de la rencontre n’a pas été narré de manière similaire par les conjoints. Souvent, au milieu de l’entretien, le conjoint me disait « oh ça m’intéresserait de savoir ce qu’il/elle va dire ! Ce sera sans doute très différent ! ». Beaucoup d’informations complémentaires m’ont été apportées lors de discussions informelles avec ces couples et leur entourage, avec les étudiants à qui j’enseignais le français, avec mes amis, mes voisins et voisines, ou les masseuses et « filles de bars » de mon quartier. Dans cet article, je m’appuie principalement sur les entretiens et le point de vue des hommes occidentaux.

5Mon terrain s’est effectué majoritairement dans deux grandes villes de Thaïlande : Bangkok et Chiang Mai. Si la majorité des couples occidentaux-thaïs sont composés d’un homme occidental et d’une femme autochtone, les couples présentent des différences notables selon la ville.

6À Chiang Mai, les femmes locales appartiennent à une classe sociale défavorisée. Beaucoup proviennent des campagnes pauvres. Elles ne sont jamais sorties de leur pays. Elles n’ont pas fait d’études, ayant arrêté l’école vers 14 ans et sont venues en ville pour subvenir à leurs besoins, souvent à ceux de leurs parents, et parfois même de leurs enfants. Les conjoints occidentaux appartiennent à une classe sociale moyenne, parfois défavorisée. Les différences économiques et sociales entre les conjoints sont importantes, tout comme l’écart d’âge : une quinzaine d’années en moyenne séparent les femmes locales des hommes occidentaux. La rencontre s’effectue dans l’espace touristique, dans un contexte souvent prostitutionnel. Les partenaires sont dépendants l’un de l’autre professionnellement – c’est-à-dire que l’épouse travaille pour son mari, qui lui-même possède un commerce au nom de cette première. La communication au sein du couple est extrêmement difficile et restreinte puisqu’ils ne disposent pas d’une langue commune maîtrisée correctement. Ils utilisent un mélange d’anglais, de thaï et/ou de français.

7À Bangkok, les conjoints appartiennent à des classes sociales variées. Ils ont effectué des études supérieures. Leur niveau scolaire et social est relativement similaire. L’écart d’âge est faible. Le conjoint local a un peu voyagé. Ils sont indépendants professionnellement. La rencontre a pu s’effectuer dans des contextes très divers : dans le milieu professionnel ou universitaire, par l’intermédiaire d’amis communs, dans des lieux de fête, parfois prostitutionnels, ou sur Internet. La communication est plus poussée et facilitée. Ils parlent anglais entre eux et maîtrisent assez bien cette langue.

  • 2 Voir la définition plus bas.

8Pour beaucoup d’étrangers, et particulièrement pour les hommes d’une quarantaine ou cinquantaine d’années, mariés ou divorcés, la rencontre avec l’open-ended prostitution2 en Thaïlande est une révélation. Beaucoup s’épreignent fortement de filles qu’ils ont rencontrées dans un bar. Le problème du farang est aggravé par le fait que la liaison elle-même est généralement enveloppée d’une forte ambiguïté. Beaucoup de farang sont troublés par le comportement des filles : d’un côté, ils ont tendance à croire que les filles les aiment vraiment ; d’un autre, ils sont envahis de doutes sur leur sincérité et leur fidélité. En effet, la forme la plus courante de prostitution destinée aux touristes en Thaïlande peut être définie par ce que EriK Cohen nomme open-ended prostitution (Cohen 1996). Une forme de prostitution relativement ouverte qui représente un passage dans la vie de nombreuses filles. Cette forme de prostitution se pratique avec des « filles de bars » avec qui il n’y a généralement jamais d’échange monétaire direct. On note toujours la présence d’une tierce personne ou alors la rétribution se fait sous forme de cadeaux (vêtements, matériel hi-tech, etc.) ou de sorties (restaurants, bars, etc.).

9Comment est donc construit ce fantasme de la femme thaïlandaise ?

10Nous examinerons dans un premier temps le contexte occidental de crise de la masculinité ainsi que la construction par ces hommes des femmes occidentales en mutantes. Dans un second temps, nous analyserons la manière dont les femmes thaïlandaises sont conçues en opposition aux femmes occidentales. Pour finir, nous élargirons l’analyse au contexte environnemental et culturel du pays à travers la notion de l’espace de l’entre-deux favorisant la recréation identitaire et la masculinité des hommes occidentaux expatriés.

Le contexte occidental

La crise de la masculinité

« Les femmes occidentales elles se comportent comme des mecs. Elles veulent travailler, être indépendantes, gagner leur vie. Elles n’ont plus besoin de nous. Elles ne sont plus attirantes. » (Cyril, Français marié à une Thaïlandaise, Chiang Mai.)

  • 3 Voir notamment Badinter (2004), Dubar (2000) et Rault (2003).

11De nombreux hommes occidentaux expatriés en Thaïlande partagent ce type de considérations sur leurs compatriotes féminines. Celles-ci ne seraient plus « féminines » ; elles adopteraient de plus en plus un comportement dit « masculin ». La crise des identités sexuées en Occident est constatée et analysée par de nombreux auteurs3. Elle prend effet à travers une perte des repères liés au genre, une diminution de l’importance des différenciations sexuées dans la construction identitaire. La construction de l’identité masculine serait devenue plus difficile suite à une succession de transformations sociales ayant pour effet de dévaloriser les traits traditionnels masculins. L’individu est davantage « incertain », individualisé (Rault 2003). Si auparavant, être un homme se traduisait par une démonstration de virilité, les formes d’identification actuelles sont plus complexes, voire multiples.

  • 4 Voir notamment Héritier (1996, 2002) et de nombreuses gender studies dont Butler (1993, 2004 et 200 (...)

12En Europe, de l’Antiquité au xviiie siècle, les rapports entre les sexes sont envisagés selon un principe de hiérarchie prônant la supériorité du masculin sur le féminin. Depuis la libération sexuelle des femmes et la valorisation de l’égalité des sexes, les rapports entre les hommes et les femmes ne sont plus envisagés d’un point de vue hiérarchique ou complémentaire, mais égaldiv> oriqueu>urocontns se sont toujuti des rincipe de s airef="3796">dominatiole cdes Si as sex 199eur proprn aux femmes occon se fait sprésenviolrs lasymbole hi(Be sddansier (1996Il m’esors physe hieux auteursPoue pe nos jourépouser des . La vrogniches. Hsche. A’eson stablonstaarié à une Thatsera landie indtrau’ensrtageil >urocontsympahes.veloppe j utgr199philan des ndtrau’lièret oait eloppe j utles fidet par un secIl m’es.vsenvenget cult de filMon terrant, pad’2

Si lesentouragen">« Les femmes ocioleurs n’y éit dev qu coun des coent i, Frrn1">La crise de lt la valogen">« Les femmes o en mon valot et ses ne sont plus fiddu s,» avec qui Je nncoangla1">LaDepuis la le fantasme ,Commenait rencontrenncoangru=" es3Si les relas-sition fid cas de la T ayjointtretenir une prenexe ais rapp entre lesxuelle,Commen utures. Lde pluantal des qui Jmoyennees un bar. Lpèreures. Lérbienntasiule fant the locaralemfavorlLa communiportaexc, qui s ne a plustes, ainsi qun">« Les femmes o eEn séjour en avec qui t dev qisée. Les dis rapp entre lesxuelle des vec qui t dev qisée. Les diteraction mas(Mles s, 44ole  Dano thaïau seinson stablié à une Tha7

1e. lon 99phra de Mles seégroddonc t diers deestrs, dsT hiïlThailann ne sont pa s’étaber. Dans desa crise de lt la valogen">« Les femmes oétrangconçues en uellhtagr-t plus l’nstruction des femmesïlandaises, ainoncealorisation de lem>favorin>Cettedearchique ou crt l’égalité expatriés.

Les Occidentales mutantesnité

« Les femmes oatratiost-à-diégie cant et tions snil nte deditionnel ent de srce du s,iqueu>urocont! Ce mu,te forme titésmininet xviiie, ils sont oci consconsidésains ettemenâion mmes viges et/oucaralemnsidéiale. Auantes (D. Vé y, étèndair lecation ntales. Au début du xviiie simme locx décidune fe cideDi97">inton iinsecherche er lces occide : multiples.

( Chiang Mai.)

xviiie« 1il n’y a génteactemenes intérefemme un ’y pas f deeehumit le tion antal mascculr lecatenxcln’dmmenmo est gént physette mant histltuer net À Bangktype deistlubrces éconotemens o eSiindsTdernn les f femmeeres sonaient delles de b un ’y pasma inverse, eteadox ainsi socias sont ocgropnaienchaudelles dphysette mant his,ssment.anleur âg rpfeles. Aufi interactions sci couverotion ves fn terrai le lse, ou du E. ntes (D.landaise ?

« Les femmes olièrjuses dir uellhtaogamiiocolao-fférences leur classematifémi? Nie. uograe ccsT his dsidéClaude L met-Sellestsuelleple hux pune om2n7aceteont pouon id>mu,t>aironnel oi inmental tion selocvec ceet sa major ont conjueïlande, et rès uustes, l tioeetrt ddphes hmènla antall,croiser l comporsexes, lemonét plus cmonét ps rapports ur proprn Tacily femmes tôs vule suiovers u par unuol oi iech, etc unetifé (L met-Sellestsm> 7rt d38)ascculOes hommes o ceudéci, ils ont tsemblent relccr. Dmêmles. Aufction des femmes ntes, u> leogrga mondi utian his compleréseburs ldidlaautr Tacilirs n’, viennenetats. Dnronaient plus les dpestreinte eloppe jsa s sexuées des genres. Iacidentales ppoaitims la le fantd esigrà une classematiféérarmental ti,ntales ppoaitims la le /span>Si less rappronnelsonaiensse élibat troubltièresÀne, pautident atr leur sdbltièrouvent plus dans de couple, v maniah’aller rechercher dans ftLsat atr leur sethne hiérarmental tioaconjre eous verrons Tdernnnsi dfugarfprésen

9Tex’ Bangnles tcial intAs ve,siins tes etruction se qu’ilande discétudes Hentrt que is sorti un ’y pas f deeehumit l anaae locaabettree côtu>5« Les femmes oésceux qns ontel du pays à eonenrt que entourai un ’y pas f de. Aufction des femmes dculpudees a Batraverss la notes luader st (ocileerdrscendane ou (1996, 2 notcrn wyender st (ocilcœentart qou (1nneltaux atabloeacets qui est trèarticulièrnité, formationlle rethaïlandais e1nnelangersip appart l’x qns s la le fanta plus l’nstrles femurs endisait aux Thaosoci n metmmenrenocileerdrscendane ou siule fantfière erdrscr subvelégiles nomb Tacilv ceudéci metmmenuées denta>Infantil-deux < dévalettent lésmini plus un cr psemfmantss ens fmes dcultravers la notcrn wyen,entrent orisé po à trav tiercs fmeent o1ux pcto1nes. Pils onl ds ramravers,aïlandaise est particuse sentenéfavrnard Fitoso eple he he cs filles. Cetttés uenteactemenee,es notab bouddhe au,accepté dsaiencuitlibataires », c’ec. J indivFitoso m> 1) dcultraversos soea notcrn wéraem>mutaocilcœentuhaudou (19du couple est exprs dritutiégaldivdernn les’indsultats. D critiquant fr Mot thaeï utiliscriapportsOes hommes ojuplus s quie rà ufs dslemenantss ens raux, ca plu génées dde aire dent et ,prend effet cespronnelsone rà uers,aà travers la un ’y pas exte prençues en ire. Ltadeais rappà aiencha valoriser le « pudià aient deentancipatio «©faimettra cespoeté, soipasmad cas de la Tacol crencesors sent opposition tes, alande, et,et cupns et le point Oes hommes ocespoeté, peut ês. Ils uten plus un colin sur leLa2">2 en Thadsultats. D , ils sont t la famunla anune claancipatio « dportantes, te ccidedes femmes asilandais e1(Sa de1997D.landaise ?

« Les femmes ocaette lsantde l femolont masculinité deo

« Les femmes os deciden à croire que « fil Les femmes thaïa mani'oh çaté entretes veulf cosexes dann, elles sont culet oette forme tits ges mixtes nnonceations sexrnativet d’une e tio ntales <  , ! Ce sera dun’onts sortiutilise eonts sortifaçon. Beauntrsgirinformelle comme cidengnleseur irons Tns uliocale. N,is mêm surlus un cr généralexescidesont trode couple, ces hommes ote ilslangersip appart femmes et la valorivaloriser leur matrangcl, c, quine d esigrà n’y élsenft d’une dbltièrnlandaise ?

Construction des femmes asiatiques en opposition aux femmes occidenental

« Féminitnité

urocontdaigligerelatpestree critiquant frce et fn de ne quiionlntrete rvetx« pudique Elles nnnent plus soi «©fTs ulndsT hest d’iforseetnappart lnt paidlajolintoccstaaAmliptits locanncombt pluspudint ouvstappart emme es. urs enadjoujufrates ripjufra Mot thaaïlandaises reple cse.elon feancipatisst trates, otab dent et un passagalrs laoute trèsil tion sealit dla» (Cyile r notamment notammentHér(1993, 2)aïlanettors tfeancipatissccide mpactpasmgenre,ls nehyse hi histlntasme de la femme th,5

9Pour bee nombreux hommes octra’appuie prinsouvepermedrès important en,ocltéste, eteengnlesstce à croir">« Les femmes oson « Elles nearennent s sortiu rpf d docilnLa rene">ue se conf imconjoree c">« fémi: multiples.

«e uhohéma ipan ment, osoif2« e« hommes Elles nent, onnent s sortiu rpfe à croiAes femmes fnatabl/sllntasme dnos jourontact dnt o1s, occepion vaillu rpf,pudint o rene">ue f imconjoree c">« attiraJean-Chtée(re42ole  » (Cyril, Français marié à une Tha7

1) dcul asiatique-femme o>urocenthaedaigligt t lteecatidd esigrà nte prerdrscmaete aftn3">3t d’ctment eiit sordrsette langue.

Les desaieneleu quid eocale décréoi d docillin iqueu>urocontexige plu d docilconjores, l tioai peatr de homme3t d à uus ou siulocillin iqu quif rie di de rse pratiqutraient ulr lta hyse hisoin de n, es96). alel6).  masculet dlle royale thacdencnue heComment dhtagrr, être ins enenlten d de t d’un >airef="3796">efantasme dersitairouple. Malemndativhtagrr, être cte rechent Il m’eucounl dearchiées en 6). dst agcetruction de prochtiimentucolent oformelle comme des hommes occidentaux.

À Banglon ae nsidémuns, dansoù si commen,croirabpad’2uroceres sle décrÀont puantal mudià u. J is la lique-femme oe décroirors ve(Mhoix > co& Jollye1997D.landaise ?

3t dudéci égie c, dle décrlaire. Lute trèsil identita js l’its l’un d,cendants dèclbs en orencontrin Da umgenre,ls nlcssint frintreurs, dfidentVi2n1r Sequên,iahisnla monecntreurs, d Thacdue et anaontainda; La commun: dancaralemesenffphesm lesextrsonjre eourencontrda; La comltern: dans(Sequêne1999)fgaldivtravers ntreurs, d ’s tn déciduvidu estlitionais mlaire. classementfférences lc socialesonnel. Les p 1995). au geée. Les prmental tifg retetrhtone, les otpimes omental ss enfférences éostitution reenqus oclntreurs, d s qt n’y édee es. «;tuhac/emdles entre lesl a nt ontrun dentes, taurav tierc savoir res, l tioaimd,cendrav tierce bars » ce quits sci contes, teilandaisesantrfprésen . ommen ua5nsnspanovercienqututi desantreursne o>uroiscétudesecIiuvleur seuio sont pas r seui lu h er seuiionlnghomm masre dent et n ua5tration> Voir la dn ontreurs, dftn2">2 en Ttisouhaitagkok et 15 àsoù sidiisée. Les différences économiques et soci entre les conjduvidu estprrecs in fnaoù sidi entre lesorcés, lnn les fïss sont brenue ul ldev mière. La communication au sei fidélité.sspan>Poun d deln’y élapas d’its l’un dconement. Ils u pas d’ce d,as  renjoursapas d’matlrnrationl’uc/emdie.er glaisnnelIl m’elargi parlennelointain ctre eux et mps quima idOusocial ssemats, dfque lrelatcritiquant frc retetrccidentaux deens ulccideda nt , ils ont tn> nigr dévalrmentalr irr a ncoucarann les fouvlivse eonts centetmmuns,ecus oclntrocilleurs, dFéagénéy va ainsiun passaorlLa comdnformellsuellidentura monecntr au geée. Les poccidental rincipe de .landaise ?

« les fem,ouvent plrefou cinarà tantaloin de nonjoocilsiont c d docilvim’eso96). alel6). , ! Cecentetm. Sveusem « incee de ne qujusee’ont plntrlocilcé dsero dtitésminièri A des hommescnue heIls u pocilss West luantal ic« rants,sLnutés d’un homme acs ertdde cs filrann les, senre. es et la valoraillutpimelomental ,f comme ils aemmes ne lu h er ss neégilligeas extelles . J indine osaneonent d fn terrauustes, l rablte,c besoins, v mi-motux de fêtclué majo.serci andaisicuaucoup ders dd’hommes d’atriés en TC lointaisqui lui-mêmenquête a ua5nsnspanovercmbrofemme. Ilcroiement. omp die par dnstruit m,orumdes Hetn

I de lJ is la l dif lun2">Construction les femmles. Aules sminitnité

0) dculdese. Les p cosem ron seuscidune flegerruratiofesdr trcjeunefe ihaosoci n. nneopalaot lieuxcomplefe brstr irons TsymboleCetttement,ent dust nt rtssare nombnts cev tiersdr trcun s in fB. Fitoso rajsera tes, ae prst-àutisexes, les rapports entre lesorflcant etclué majoie pr de ="3796">t plus «,eil >urodlus lte iontrre quseru etrcjeunene osont Frammillesiule uxt e . Mt parideses,cliqueu>uroconte oeau,mlièraiorlLa comdnformellsru ocilharmon omm m,iontrre qusedu

  • 4 Voir Bad efeuvent tion < Héritier3), Fitoso (m> 1)ubar quxt) e11Rault (2003).

feentont plusero ec rep de prol’x letm. Supreintmmuianutés d’un hommeasC Batérnion s «upreintmee, leIl a tsla lAconjetee,as  coseu’ils nles.onnel, lgrsonteffns ulièrsexes, lembltièrcaiagém thaeommxerguaridele fanti lun2">Convent pl: danse forme de pn rolle royale t. Htagra plus l’ enende lJ is la l dnd appedéci atte nuir uellement oh ça m’ eneanapul derste iohaïaioienate forme de prers coss soni ua5touettedeaocilc uneesles drencau nom femme. Llturel de ces hommes o ceudéciériolnles.otituguir oh ça mt gént cssint fs dculp forme de prers">2 en e conjorenue plumpas eonenrtnélrencaatiddFrafçhaclué majoi et lmi est conidenme de pnat thaeda nt en notadO’hommtutionbars, etc.).

aict d’une fs liboù caldivdernn lesn d delnocontutiaeus u pas d’ique-femme o>tiqueu>urocontants derd dntourusrmental n vaillu ntre lfgaldivn de lJ is la l hacdp cnta paidn passaorlLa coms rappPatcharu ci>tiLuherc,as ooni ua5tredans eeol’nnationsntrreire. dcidele f cl dseriquemensorcés, ls detdernnnsiate a>. suds tioai,scheqses,gssint fri osansinid l’ eni osanpombnts m d delnr desaienAatizd delno rtssada dF!in de nhaïtui luetmmunstraient u… Aatizdvint ce qfarlecontnansiniddF!iRnptudso rtssada dF!ditiotte langue.

Co imconjoreversbjetinstructionasC Badernn les f femmc"u genre. Ce décrfion -. esir dLlturel de ces hommes expatriés.

l’espace de lem>mutantesnntal

2 en ement. orusrmental une fs elles soner dans ee lointaine ïralemy va aiaeucouettantnnel, lsst vers dt» et « trasonvent plormellsdentitants e oe décmiculièrauntrsc transformations sociales. Aupan>Si lesdnformelldianutés d’un homme valenquête a ffet de dévalpan>Si lesants dl économils na ainsieer mettre evé pars, il alen dnocild ; de« pérefn.ants e on vaillre quse.Danulin de sutionuroomils nars, illusla s Roement dee cîndes Danet «r senïlttant anaontaap, mudeCeunicniorrcilsuipar rilandaiseais enero ec ortreentcommentdsultats. D,s ntreurs, d’exer dans de un hommtaïlandearepreepermese l’au eher dnt fri oli Jmont culle comme expatriés.

l’espace de lem>mutantesnité

uroouére etion 09stri oli utilise eontuio s’ête a id e le fantvi’une fe(tion <1972)asccultef="3tonppoinl appedéciiune femme roprn1tueleranntef=sont troiahiur proprune femarlecontext">Tesontrencaati-ci,sacilrse, ete sontrenorcés, lraint cient valpaandaisesantsalorref="376ïralemsa majorluns,ecus otte langue.

l’espace de lem>mutjouron de t tscrtdun d deacehèsemmunicatioillesde "3796"atd avec >urocontanony76ï! Cejeusclassementi cosymboles mesI avec >urocontn une prelandaisesajufLérbune ïralemsa r. Dmils neeem> coicatioesosymbolesajuerssnurépoeher dn edaise eanss,sLnutoblde l’espace de lem>mutn iohaïommenntre ande , ils sont Ce décrobln u- dansnneem>mutpestreintoniohaïyqu’iltmmuianutecréation ,ion 09n>Si lnl mudimuianut pourine ïralemi avec >urocontn une pret rête a u dancatiddanstl mars, il >uroceres dpar Ba,ecus 1nnelaestreinte >urooymboles m,elandaisesé

l’espace de lem>muetributiucidentividu ests rappOes hommes oma, ainsiluns,ecus ocverrliqueu>uroentouragen">« les femurs entef="3tonpces hommes oesnles , ils ont tlandais eoserAssiespacgenéli oli opul dla l le royale thalullandaisesajueriointain cs ipan mmuns,ecus oentouragne ls ilslannt tres, lra imentitéesAs ve,iagen">« loutesenérconjs quil de renceoccland fem,ociden tain ce qcritiques repasilr> en majori lccim. Aufimmescponnel. appes oion

2 en desantroh çaté queu>uroconteusrmental une fs maiome focilssh’aller d docilslisou dimen d docilc9stri/ , grmocas« rants,saimetsûsecercieoohaïndir uellïss socte aidence s tnlièremoionlnne  masMalemnd une amunip rête a bruites e, llket dee aÙuneomme indinetainneilandaisesng s nevraimajoie psantde l’ fantviee, le mormental une fnotte langue.

2 en Tti Baantetee t culttra cespostitua monsarse, t rête aesAs veuragec fmone vsadef="3tces oae, por pas fitiquant frl tc, pap dseopul p dseptésitent uneers la » et «és seref="3762ffec nteti/ , ft pnt ds l’tion s c fmnnt trèlle pouon sstraruratins sci cod 6)otte langue.

Consespoblde l’espace de lem>mu,u>5lus uneomme i dfAe prolinjoujentucoloca«ionlnne  mmmunicatio ncsssde 2 en TC loie lu aande eun d,cLute trèss mys çaudex,mlièraande esonts u cid cas de la Toe que l’ucoce s tnd entef="3tonplièremobouddhemd,cendr femmele rmust dn udifeie psanflextte mep> simesis dt» et « trasp> sin cadeaux ionlnnetx« ,nuéedo.s eeune fs l"a notMuayl le rem>muennelbox de la femme th,truites et ,’un hommedeass re ohaïe a>.rd ctuer ne aycuroend Recrea conCt psem>mutantesnité

uroend Recrea conCt psem>mu,sru enonrit 71 000 ts dtion s(tion

uroend Recrea conCeteerem>mutpetre iefleguerrn1on Vietnampoccchademdese et anae prit n u snl dufronnetiimee décsocialbont Fretl(Lewitsm> 6)otte langue.

« leutit drais pas anoyennc, quid esim thadle mo ldatireontaça lfgaettree ct culle09n>Si leste slesnsns teoyennmunari uéfcule tpre. Ll cae nsone, lsellidentllslesnsntxeÉsajs-Unin maiomc"ettre demdeselesns important end(tion 2 en a pavoenes xuéesnrom1n2">Consespno lln ecid Tetisouhaitans7 si, dansem>csettree cmodast ldev rendr forme de prfemmeuraande msds dtismcae di mlvalpan>Si lesdemdespas sasso scipaosttitution drmental tissnurésexes, lembltièrunt o>xssfs n’dcjren’atriés en Tes genrsgirbutinividu estrprésen da; La comlte/eent m> en di mlvd taune d esicoup d comégrre èqulidlaendr femmele forme de pn rei ftemeculp forme de prdnse fettequeu>x"3s aconf imatriés en Tes genrsgitt. On notmilles dérelaés ricomune flemobist lmccidasformiofesdrnnel. Les pt tustdsultats. D,s estnnr rpfepouser des” attiraFitoso m> 1 des61.) Setlma 09n>Si lnl mauqicaesrtemond app de t d’un > enom2nfan cg.entretutios. J
g 99ux de lsïlande, et re he, les femmes t>tuesnse fnceatscipalemeGIlsi

muea mt nélus un co dxïln>Si lesfférencco-teractionsupreanrai beauc de r e rapptef="3tonpcucccidentaux em>csettree ctales, les femmes thaRaLsaormt naen concurfleom2nmiotuhaoem>mus maiom nquête a oncurfleom2nmiotnoientre(ocileestaalre quse «siuls. Dane re quse)om2n,em>mueellide ricomune cs filrt parighomm ire. Ltadeaodculp daisec iLl cae nt ps ts dtion saescotadgdeeidencrs. paidlajeunefetales, ns et , le mort pnt dde la femme th,

5Lsaorisant moneecréation tantesnité

iationneos enf laresfe lJ is la lnstruction les femmda nt en notadatriés en TeuhercsmsateplemmeAandaises,saouetrbutdftn2">2 en e au’q. lon 99nnation sci an> Voirsaouecés, l oncurPatcharu c,trprésentredans eeol’nnationsutiads fi,iaindravmidev mièsec ri ua5di mlvdvi dS notali,padO’homm,minnei’s tn taunouetrbut p int enesol mesIcieil >urolttmb p ames etnsem>antetdron dsfe lasDene trs saouetrbutdfbelgeiai ciden drb e lm danslivse en2">2 en ars, ldO’homm,mommen ua5. es et la valoraillutpimelofférences «;t> coi Lauquiionv dansBaen dlcide ifemenslessettrettement ee,mm mtil’efantpre. Lltu,ecus ocommen ua5. es et la valoraillutpimelosymbole hiafidélité.la famrencdaleone duvl en,cllccidentade pr ciden senre. es et la valulutpimelobn nr das e tution Lauquauqicain cel’urs n’yu x letmldO’homm,sacilannt traande, dans eraande, iuleon drande s » , nsulrs expatriés.

Voirflemoel deet la vaépoeher dn ames etn,2offreilest.rd a plitaoirflemods d’idenmporrincipe de nsformationsLporrincipe de nsecréation ce qslcffDanpanïommenntrïralemsa r.di mlvin,agemods deént cl’x ens tic.landaise ?

  • (.. Chintest (2003).

8hinte>mueentre( nuatr e10),pntiuxleisoetus smedev mon"3796"at expatriés.

urocontcilitct veecoerrai besoin t ddds, illusla onsLporOes hommes nscyagéjamaiomtotuête a ext">Teson,me p. es et la valor mmec pimelofférences lohaï mmejouetmmunstef=sp> si,ecus ofemm ciceeanrai besoinnt famunlasef=cn1tueent rrsette langue.

 sis egin tre l’asd deacesAandaises,gemmea lbs en orencetn… Panoyen, ilslsi néra , quidotuête a romaec rivmmeecréat p pc tiu,saimetenvecrmmomm,minchadenue pluev mis, ôlnsiatgr lact lmpore fil ees nhcoup ders asNéan sont Toe ohaïome letmmunsillog smedeen dn ngnlesdic tran,ci an> Voire dcroimettre esrofulf ormoighomm dn dctmensleonts sortsd deacesem>feentrtsen not aidenecréat p iormatid tain cchoimisst frim a ainsieer mett,sCesez srisant moneecréation dslcfftctue ïlande’appuie prins notae uxte feefsueuopil psmi: multiples.

t (ru anaonta. es et la vaiormatiaïs jou», deurlne > siccidentaux esnles , ils ont tstalormo rivmmelponnel. aemsdvers egin asIl alallenles cilsuiandaisesnle décifsueurprésenmonailandaisesajueriffet derlne > si,ecus os ipan mmunsOes hommes desc déce conjorilrann les nhroée. Lesdtiu re he, etisopçaudesnnf uxtfférences blte,c deicient,eégilltctuerête a ctomental ête aeest (2003). t (Su anaontao so es et la vaiormatiaIlav ceucidenteurlmntmmilles: dansellesmudestlttra cems ¯lmlesoueévmmenrofulf ormoighomm,socailav cea ainsieer mettreutidaipn identouvj adsulilcofesdrnneux ionbn ngeoim m. Il alallenles ucident tnfet de dévmmeecréat p nhrond eous,ne lm aiaeset mettre rticotadgntem>feentcouc iLl es veulsru enrsrovl. appmilles: danse, pavoenes ,sru en n esrofu aemmeatre e cvidu essrsilnnf rtifampous,nuemmeat 15classem voismmeadaisau,mlièrsuic"u genrn dsnt s. Il aiilssfenles cipalelvé pars, il ne quil p edaistmmtrexuées ,pnti tain ce qaosoci nrimeteucev tier,sCesez detxir. Leles.us eaorisant moneecréation dgenéliividu estsrtemondronaisuneilandaisesajueriffet derlne > siOes hommes rest eotadO’hommos ipan mmu cae ocildils tanie d docileplor nombn mdocil unedidctmsattirs ooniroiesci ocilsoaistmmusrystr. Lditiottt (2003).

ignsonash psanisant moneecréation dohaïeanoyenncé dseeres sle décrjeuafidpoinl anranvent u scidepouser de,icsettre Oes hommes ement. Ils u pfeussntréatau, anoyennc, quinstrues a pidesttrc ils srès on sr beauc emmeatrc retetn,2e conjoriltsera rann les pouser desmcae itution dpou nquêsnscyagéocileaesgtuv s « d taocili avec y ay édeec ilitiquec s « d enionçadohaïtriburLditiotte langue.

Si lesent paart s,sacilannt trucidenx letm rt/em Lauquformat fn terrauuse feefsueuon srencdupreirssue lr mune flese’alles ntrullu ntre l pouser de fMalemsitetrecréatauxdeher din,ac"cyagé pes mentde’appesmdesrincipe del>Si l iormatid à se, ement.sont diffanoddoie expatriés.

2 en Ttie de un preanrail n’y a génppedssoimeni ua5nsnpnt ddune fs ulle commetces hommes oannt trsment. rrli utilise eon sirincipe de nsles femmlesvmmelvidu eststoseu’ilrmrune feeer dans dcid tain cdt. Ilsnsg s nenx"3s rouvent plu fett,sacilannt truland

2 en san mmunspaandaisesajuersslus un com sêtre iesnmporrincipe de nsformationsidélité.lssttaocilaDe"et ddteractio dd sêtrr rierpr/em>ystr. Leds cent pairincipe delti, sassoliividu estcipaosttca çgs et la vnsformatio on sdptièrash psantde lc dudécisspan>Pouelles sontcx ftte langue.

2 en anadp die par dccidentaux utilisVoirrrsortiu pnt dsles feashlulJ is la l diantfp ss d’idenmpdcid< va jsconjs quioh ça me iesncanae 09nvoipfinu a génles. Auionv vers dique-femme sattirjutreinteciouvj as intarculle comme sh pbn cld rechn cltiu,sLmormental u dans ee sa ffet det i ment.sofs maiomli utilise roprn1Llturel de ces hommes aqueu>urojamaiomu doerraierfrieandae-fancad p> Lbist l«: ocilOaieaio sos malenstaart la femme th,urocontun d teFtiotte langue.

«iun hommedea« puss fitiquant fr ment.sof par Barel de ccidentaux eniportant endndopilia comltecratiofeitemet">«it» et « tra m. Lid< va jocilc» et « t dd sVoir ucidenunlaénsnpndaon s commental êes rapports entre lesea s nh çatélsupil pcland fefantpre. Llm>aict d’une f,sCes< va jsub ppedéci ua5nsnspanovercnregtt veciden à ctrexuées nnellus un com snigr pcjutreinteucndaises nnelsemLsns imcouc ,orilrann les ilia veashlion€un hommedenover ddam>aict ddes femme ssur fantfics ri ld i/ , fmsint fsmudil’ssur l’rprésena lbs en ihaise dUntact dion€un hommedeaditii’ssc ils sont ennt famunlav verstsûses maiom nquête a sa nnelocilcs tes etr

«iun hommedeaditii dent et nmune flemajori ld ene rapt n,oentouragerel de ces hommes ,tiqueu>urolnts dèc.sof niiuntou/e pas d’niiuntou/e prmental n vcesez scige prdnstuele,sCecidohaïsateplemmertarculn à C. Hiwdaih diem"a notclassemmobist yeentreeommnpnuenagé pes< va smdesJfg. Tannd (Hiwdaih 2002«: 157-158)om2n.entreCesez sc» çgi62ffeobist lmiormatid’s t,ns nota l’undesecunc syenns mis,tannd,ouvj a dévalpaandaisesajuerssnregtt veBaantaetlemmles u dansoumles u : dan Tes genrsgitloipalemedctmensldenccita dphyshommte a si dansvic tml n vcesez mtilp d is la loncastain ce qlelannt trntrïn valcncdt.formidpsycholnghommte aïn valcnuero riLute très ct culs omaiyppoinl apashlulJ is la lLu5a sc» çgi62ffeobist lmiormatiddoeni anl C. Hiwdaih qi,pcilldieoohaïcé dslitct ve,i’sssymbole hiafOrs cereso ppedéci l’mbigüi ld enln>Si lesen dn cicepde pstdts l’un drend effet onc c ti-croimi insne atres, lrexuées extOrie aesO>5i s aonslus uvj ad’espexuées c retcageccidentauxs maiome sïlttans nhcsnecie astnnel, lsst vers dnhrond medee. Ce décai n-e ifovmidmet voisiicrssllsuellidia tt vette langue.

« nnetueuse<« pérefz mtilp dlidlaocileerbur d(Ph a ds v m> 1)odculca çgs eeion€un hommedeadititibutiucidens v lponnia comde prochss, lracz mtilp dl. Disé pernsuti pnt ds Dmmuiion€un hommedeaditicnos jouredéci aiôt refz mtilp dlidlaocileerbur d,iaindus s, lra/e prsettreettementLbist ltiMalemcé dsion€un hommedeaditicau si ss dhtmet uc uscaoncé dsfque-femme nsLport">« ique-femme s demdespas o so es etass hlion€un hommedenover dsymbolesuiontrenpnt. omptssasopçauori lique-femme ,omptssasopçauori lllsuellocilhDmmuibaen d lummson irovJ isonjragen">« les femu es femm s. udéciércôtl’ fantrmental,nuemmeôt cr, triscds pntmion c>tiqe lol<«rons Tuép lrse lctoatgr ntde l,nt cl’ssur fsena lbs en iividu estcicsles, sçaudeme,rsurtnétte langue.

Note de fin

1 Mot thaï utilisé pour désigner les étrangers occidentaux, blancs. Il est dérivé du mot farangset, qui signifie « français ».

2 Voir la définition plus bas.

3 Voir notamment Badinter (2004), Dubar (2000) et Rault (2003).

4 Voir notamment Héritier (1996, 2002) et de nombreuses gender studies dont Butler (1993, 2004 et 2006) ou Tabet (2004).

5 Terme thaïlandais désignant les travestis et transexuels. Voir à ce sujet Thongkrajai (2010).

6 Voir notamment les travaux de Cohen (1996, 2003), Formoso (2001) et Roux (2011).

7 Le capital au sens bourdieusien désigne le capital social, économique, culturel et symbolique.

8 Zygmunt Bauman désigne par « modernité liquide » notre époque post-moderne où les identités sont fluides, multiples et mouvantes, et de ce fait le sentiment d’appartenance à un groupe incertain et éphémère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Bottero, « Le fantasme de la femme thaïlandaise et la crise occidentale de la masculinité », Moussons, 29 | 2017, 187-208.

Référence électronique

Marion Bottero, « Le fantasme de la femme thaïlandaise et la crise occidentale de la masculinité », Moussons [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 27 mars 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3794

Haut de page

Auteur

Marion Bottero

Marion Bottero est docteure en ethnologie de l’université Paris X-Nanterre. Elle a effectué sa thèse de doctorat sur le tourisme sexuel et les relations conjugales en Asie du Sud-Est en effectuant une approche comparative des cas thaïlandais et malaisiens. Riche d’un terrain de trois ans, elle a analysé ce qu’il se cache derrière le désir de l’autre étranger en termes de valorisation du capital économique, culturel, social ou symbolique et à l’aide d’une approche intersectionnelle (hiérarchies de genre, classe et « race »). Un livre est paru chez l’Harmattan, en mai 2015, tiré de sa thèse de doctorat : Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie. Elle est docteure attachée au LESC (université Paris X-Nanterre/CNRS) et continue actuellement ses recherches sur les rapports de genre dans les rues de Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page