Navigation – Plan du site
Introduction

Définir le patrimoine au Cambodge

Defining Heritage in Cambodia
Marie Aberdam et Téphanie Sieng
p. 7-22

Texte intégral

Nous tenons à exprimer toute notre reconnaissance à toutes les personnes ayant soutenu directement ou indirectement la parution de ce numéro spécial sur le patrimoine cambodgien, car sans votre enthousiaste participation, ce travail sinueux n’aurait pu aboutir.

  • 1 Sur le Boeung Kak, voir Baliga Ananth et Khouth Sophak Chakrya, « Boeung Kak: A Disastrous Decade » (...)

1Les articles réunis ici sont le résultat d’un questionnement initié lors d'un atelier dédié au « Patrimoine cambodgien, de la destruction du tangible et de l’intangible à la construction de l’identité » durant le 5e congrès du Réseau Asie & Pacifique organisé à Paris en septembre 2015. L’actualité cambodgienne était alors – et est toujours – scandée par le récit de l’urbanisation accélérée de la capitale Phnom Penh. Le centre-ville, quartier vitrine du développement économique du pays, est l’objet d’une spéculation foncière acharnée. Les projets de gratte-ciel s’y multiplient et remettent en question les formes d’occupation populaire lors de campagnes d’expropriation. Militants du droit au logement et populations expulsées apparaissent isolés et leurs longs combats n’ont, pour l’heure, pas permis d’éviter les campagnes d’éviction, comme celle qui visa les riverains du lac Boeung Kak aujourd’hui asséché ou celle qui concerne aujourd’hui les habitants du White Building tout juste démoli1.

Fig. 1. Le White Building en 2017, Phnom Penh

Fig. 1. Le White Building en 2017, Phnom Penh

© Sophie Biard

  • 2 Le terme « kleptocratic » est employé par le procureur général de la Cour pénale internationale de (...)
  • 3 Les résidents de Koh Pich [Koḥ Bejr] (l’île du diamant) en ont été expulsés en 2005. Une représenta (...)
  • 4 Voir, par exemple, le cas du borei [purī] Prem Prei voisin du Vatt Thmei, situé, cette fois-ci, à S (...)

2Un certain sentiment d’impuissance prévaut face à l’absence de débat public concernant la gestion sociale et la cohérence urbanistique de ces projets immobiliers. En effet, ces mesures sont le volet urbain du lourd dossier des expropriations en milieu rural dans toutes les provinces du pays, qui consistent en accaparements brutaux des richesses foncières du Cambodge par ses élites « kleptocrates » dénoncés dans la presse mais que rien ne semble pouvoir freiner2. Dans la classe moyenne khmère prévalent les aspirations à intégrer la société de consommation, symbolisées par le succès de l’implantation de centres commerciaux. Le visage de modernité que l’on voudrait donner à la capitale séduit les jeunes générations urbaines ou les ruraux venus s’y installer. En témoigne le succès de fréquentation du nouveau quartier de Koh Pich, ancienne zone maraîchère transformée en temple du luxe mais surtout site de promenade et de rencontre pour les Phnompenhois3. Cependant, si les borei – cités résidentielles – se multiplient depuis les quartiers périphériques jusque dans les centres des villes khmères, la fragilité financière des ménages cambodgiens leur rend difficile l’accès à la majorité de ces logements. Ce qui explique la multiplication de cités neuves fantômes, parfois voisines des bidonvilles, ainsi que des tours de verre vides et déjà dégradées4.

Fig. 2. À partir du premier plan, une maison « ancienne ( ?) » refaite, un immeuble en construction dans le style « résidence supérieure » et un gratte-ciel contemporain, avenue Norodom, Phnom Penh, 2016

Fig. 2. À partir du premier plan, une maison « ancienne ( ?) » refaite, un immeuble en construction dans le style « résidence supérieure » et un gratte-ciel contemporain, avenue Norodom, Phnom Penh, 2016

© Marie Aberdam

  • 5 Pour une visite du Phnom Penh historique, voir Nardin, Nut & Soko (2017) ; Boswell (2016) ; Filippi (...)
  • 6 Hean Socheata et Sun Sokhen, « Fine arts university relocation sparks concern », Voice of America C (...)
  • 7 Ceci se manifeste par le développement de la libre concurrence entre les entrepreneurs pour constru (...)
  • 8 Aun Pheap et Joshua Wilwohl, « Demolition Order for 2 Buildings Near Royal Palace », The Cambodia D (...)

3Certains Phnompenhois expriment cependant un attachement aux traces du passé et regrettent que la ville ne conserve pas ses bâtiments historiques5. Les annonces concernant la relocalisation de l’Université royale des Beaux-Arts (URBA) et l’éventuelle destruction de ses bâtiments historiques ont conduit à diverses manifestations dans la presse pour affirmer l’attachement à ce site, insistant notamment sur les liens entre l’Université et le Palais royal et la célébration du 100e anniversaire de sa fondation en 20176. Une cérémonie publique a vu l’érection d’une statue du Roi-Père Norodom Sihanouk dans son enceinte. L’aménagement du quartier du Palais royal est représentatif du problème de la protection du patrimoine contemporain et de la manière dont ses défenseurs entendent la mettre en œuvre. Alors que le premier ministre Hun Sen encourage une urbanisation accélérée et une verticalisation de la ville7, plusieurs chantiers ont vu leur permis de construire remis en question par le Palais royal au motif du manque de respect au monarque induit par ces bâtiments qui surplombent la résidence royale. C’est en se référant à ce respect dû à l’enceinte royale sacrée que l’Unesco a pris position contre ces chantiers8. Certaines tentatives de patrimonialisation du centre-ville passent alors par une référence à la consécration de son territoire et à sa protection par l’autorité tutélaire par excellence.

  • 9 Voir pour le Cambodge les analyses différenciées d’Anne Yvonne Guillou, conférences « Temps, espace (...)
  • 10 Il n’existe pas de consensus quant à la translittération du khmer, nous utilisons ici une translitt (...)
  • 11 Sur la notion d’héritage et plus précisément de l’époque angkorienne vue comme un héritage à retrou (...)
  • 12 Voir notamment Ledgerwood (2012 : 191-205).

4Notre questionnement tend à comprendre comment s’exprime la notion de patrimoine à travers les pratiques contemporaines d’appropriation du passé par les Cambodgiens. La description de cette relation au passé à travers la distinction des usages (Oulebsir 2004) de la mémoire ou de l’histoire au Cambodge a été l’objet de travaux de chercheurs de disciplines diverses sur le Cambodge mais aussi dans toute la région sud-est asiatique9 : nous insisterons ici particulièrement sur les usages sociaux et identitaires de ce qui est conçu comme patrimonial. La notion de patrimoine au Cambodge pourrait se définir à travers le terme purā (boran)10, d’usage courant dans la langue khmère d’aujourd’hui, qui se définit comme « ce qui a trait à l’ancien », « ce qui a trait à un héritage (maratak ou ker) immémorial des anciens à entretenir11 ». Ces « anciens » sont des figures d’autorité, des grū (kru), détenteurs d’un savoir et d’un savoir-faire reconnus, qui peuvent avoir vécu indifféremment à l’époque d’Angkor, site qualifié de purāṇ par excellence, ou bien n’être distants de l’époque présente que par deux générations à peine. C’est la qualité du lien au passé qui importe plus que la temporalité, tant que les contemporains reconnaissent la valeur de ce qui est transmis et l’entretiennent – le rendent vivant – dans le présent. L’immémorial fait donc référence ici à ce qui est dans toutes les mémoires parce que réactualisé par une pratique. Dans ce contexte, le patrimoine peut se définir comme une dynamique de médiatisation relationnelle ou plus précisément la reconstruction du lien aux « anciens12 ». C’est un mouvement d’appropriation perpétuellement reconstruit par une pratique sociale quotidienne, qui rend surtout compte de l’attachement aux usages et sites où se réalisent ces usages qui sont dits purāṇ parce qu’ils sont socialement valorisés (Khoury 2016 : 38-42). Sans cette pratique quotidienne et rituelle, qui restitue le passé, celui-ci n’a pas de valeur en soi. Comment décrire ce lien aux éléments définis comme purāṇ ? Sous quelles formes se manifestent-ils ? Qui sont les acteurs de ces relations et de quelles appropriations identitaires relèvent-elles ? Voilà les questions que nous souhaitons aborder dans le présent numéro.

Quels acteurs du patrimoine ?

  • 13 Notamment sur le champ de l’action politique, voir Formoso & Stock (2016 : 105-148).
  • 14 Chhorn Phearun, « Authorities Allow Pagoda to Keep 500-Year-Old Buddha Statues », The Cambodia Dail (...)
  • 15 Buddha ou boudhha : du sanskrit buddha, ce terme « désigne l’état d'un être parvenu à l’Éveil (bodh (...)
  • 16 Colin Meyn & Sovuthy Khy, « Stolen Buddha Relics, a Symbol of Nation’s Ills », The Cambodia Daily, (...)
  • 17 L’EFEO les a ensuite déposées aux Archives nationales de France : Roullier, Bernon & Geneste (2010)

5Tout d’abord, nous nous sommes questionnés sur les acteurs des rites patrimoniaux contemporains. Remarquons que malgré la formulation d’un corpus législatif et l’engagement d’institutions internationales dédiées à la protection et à la promotion du patrimoine, dans la pratique, les autorités publiques cambodgiennes ne sont pas les seules à être à l’initiative de la définition de ce qui fait « patrimoine », de ce qui est dit purāṇ ou de qui sont les « anciens » dont on suit aujourd’hui les enseignements. De nombreux acteurs privés se sont approprié des fonctions de préservation, de promotion et de célébration de nouveaux et d’anciens rites et concurrencent parfois les institutions publiques13. L’interpénétration des sphères privées et publiques sur la scène politique khmère conduit à un déficit de crédibilité de la puissance étatique accusée de manquer de probité, et donc de la légitimité morale nécessaire à la performance des rites. Ainsi, les autorités civiles khmères ne parviennent pas toujours à imposer leurs projets patrimoniaux à leurs propres populations. Alors que le Cambodge a fait rapatrier des statues volées exposées ou vendues à l’international, ses agents ont parfois bien des difficultés à demander le dépôt systématique des œuvres d’art aux Cambodgiens qui cherchent à en conserver l’usage rituel14. C’est par exemple aux autorités que la rumeur a reproché le vol des reliques du Buddha15 dérobées à Oudong en 2013 : la puissance étatique a été accusée d’avoir échoué à protéger ce patrimoine mais également d’avoir profité de sa disparition16. Alors qu’il abdiquait pour son fils en 2004, le Roi-Père Norodom Sihanouk a lui-même considéré que ses archives personnelles ne pouvaient être conservées au Cambodge, où elles ne seraient pas en sécurité puisque menacées par les tenants d’une mémoire politique adverse, et les a offertes à l’École française d’Extrême-Orient17.

6Certaines institutions privées et sociétés civiles comme certaines organisations non-gouvernementales (ONG) ou entreprises se positionnent alors comme des acteurs de la promotion du patrimoine cambodgien. La mention « patrimoniale » leur offre un argument qualitatif souvent associé à une œuvre sociale : la professionnalisation à travers la « pratique culturelle » par exemple est une qualité patrimoniale qui vient légitimer la mobilisation de ces groupes privés sur les territoires. Ces activités « culturelles » sont pour la plupart organisées dans une démarche marchande et sélectionnées en fonction de leur rentabilité sur le marché touristique, ce qui contribue à établir une certaine hiérarchie entre les différentes formes et pratiques patrimoniales. En ce qui concerne le patrimoine matériel, la mention « bâtiment colonial » semble être un atout marketing, et de nombreux hôtels et restaurants de Phnom Penh, de Siem Reap, de Battambang ou de Kampot vantent cette architecture – originale ou non – comme une valeur ajoutée aux services qu’ils proposent18. Pouvoirs publics et acteurs privés peuvent réussir à collaborer, comme c’est le cas à Kampot pour la promotion des bâtiments du centre-ville issus de la période coloniale et la création du Musée d’histoire de la ville. Cependant, ONG, entreprises ou institutions héritées d’actions individuelles définissent le plus souvent leur champ d’initiative par rapport aux lacunes de l’État central dans la gestion des besoins sociaux et des aspirations culturelles. Chacune de ces institutions privées développera sa propre pratique patrimoniale : ses propres règles de conservation, ses usages spécifiques de promotion et développement, sa « culture » interne en matière de diffusion. Citons ainsi le Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), dédié à l’étude du régime khmer rouge sous la direction de son fondateur Youk Chhang, devenu l’interlocuteur privilégié des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) pour la recherche de preuves judiciaires dans les documentations archivistiques lorsque l’État cambodgien a été accusé de ne pas s’être assez impliqué dans le processus d’enquête19.

  • 20 « Phnom Penh commémore discrètement le 40e anniversaire du régime des Khmers rouges », 17 avril 201 (...)
  • 21 Sokhean Ben, « Army Convoy Trundles to Games to Commemorate January 7 », The Cambodia Daily, 5 janv (...)
  • 22 Vatt : monastère bouddhique ; stupa : monument funéraire ; anak tā : génies fonciers, voir Groslier (...)
  • 23 Observation faite en 2016 lors de la fête des Morts par Marie Aberdam. Sur les anak tā et le Bhnaṃ (...)
  • 24 Colin Meyn, « With Public Spectacles, CPP Looks to Project Positivity », The Cambodia Daily, 14 nov (...)

7En ce qui concerne spécifiquement le patrimoine contemporain, aucun consensus social ou politique ne permet la formalisation de références communes. Les commémorations de l’histoire contemporaine sont l’objet de conflits de représentation et d’interprétation, notamment portant sur le statut de la période d’occupation vietnamienne – coopération pour les uns, colonisation pour les autres. La célébration des dates anniversaires – Indépendance ou fin du régime du Kampuchéa démocratique – ne donne pas lieu à des manifestations d’adhésion de la population. Leur commémoration en milieu scolaire est intermittente20. Ces célébrations sont d’ailleurs autant d’occasions de démonstration de force du pouvoir en place où les parades militaires sont accusées d’être des formes d’intimidation de l’opposition21. Le calendrier des anniversaires contemporains n’a ainsi pas la force d’évocation des fêtes religieuses telles que la fête des morts, des pirogues, les kathen ou le Nouvel An. Ces dernières sont l’occasion de pèlerinages familiaux qui dessinent autour de « lieux de mémoire » une géographie du patrimoine différente pour chaque maisonnée (Oversen, Trankell & Öjendal 1996) : vatt, stupa, neak ta sont honorés en tant que repères territoriaux et sociaux, sites de pouvoir et de protection entretenus par les fidèles22. L’émergence d’une classe moyenne dynamise ces célébrations : le tourisme national se développe grâce à la mobilité automobile et les infrastructures se multiplient sur les sites pour accueillir les estivants lors des célébrations (Mikaelian 2008 : 141-188). La recréation ou la relocalisation de génies du sol – les neak ta – contemporains, comme ceux qui sont « nés » depuis 2009 le long de l’escalier « moderne » menant au Phnom Chisor, rendent compte de cette dynamique d’appropriation contemporaine des sites patrimoniaux anciens à travers des rites contemporains23. Certains de ces sites – Angkor, Oudong, le Vatt Bakan de Pursat ou le Palais royal de Phnom Penh – sont considérés comme des « lieux de mémoire » nationaux visités par l’ensemble des Cambodgiens. Le Parti du peuple cambodgien (PPC) tente d’ailleurs de capter cette historicité : le premier ministre Hun Sen était présent lors de l’inauguration des nouveaux bâtiments du Vatt Bakan en 2003 et le PPC organise depuis 2013 à Angkor Vatt des célébrations politiques destinées à la jeunesse24.

Appropriations contemporaines

  • 25 Voir « Rīoeṅ Bhnaṃ Saṃbau nau khett Pāt’ṭaṃpaṅ », section « Prajuṃ rīoeṅ breṅ khmaer » sur le site (...)
  • 26 Harriet Fitch Little et Vandy Muong, « Dark tourism in Anlong Veng », The Phnom Penh Post, 8 août 2 (...)
  • 27 Le premier, baptisé « Win-Win Memorial » est en construction au pied du Sokha Hotel sur l’île de Ch (...)

8L’histoire cambodgienne a-t-elle produit un panthéon contemporain, à l’image de l’historiographie héroïque vietnamienne (Tréglodé 2012 ; Kwon 2006 ; Malarney 2002) ? Le pouvoir autoritaire mais contesté du parti majoritaire n’a pas permis l’incrémentation d’une propagande d’État. Dans cette monarchie parlementaire, l’alternance ne prévaut pas depuis la tenue des premières élections libres en 1993. La concurrence entre le PPC et l’institution royale quant à la légitimité politique n’est peut-être plus que symbolique. Mais elle rend compte de la conflictualité historique entre la famille royale et les élites du pays (Mikaelian 2008 : 141-188). Le territoire khmer pourrait être couvert de sites, comme au Vietnam, autour desquels seraient organisées des formes de pèlerinages à l’honneur du Parti qui le premier reconstruisit le pays après le désastre khmer rouge. Cependant, comme le rappelle l’article d’Anne-Laure Porée, les mémoriaux reconnus comme le musée du génocide Tuol Sleng ou les charniers sanctuarisés de Choeung Ek sont l’objet de conflictualités idéologiques qui en restreignent l’usage inconditionnel par le pouvoir en place. Les lieux de mémoire de la période khmère rouge, qui sont effectivement visités par les Cambodgiens pour y célèbrer des rituels mémoriels, sont souvent porteurs d’une historicité antérieure : telles les grottes du Phnom Sampov de Battambang, poétiquement nommées « Killing Caves » pour les touristes25. Les ossuaires, par exemple, ont pour la plupart été construits par des particuliers et installés dans des vatt où leur présence reste discrète. Un certain culte à la figure de Pol Pot s’est développé sur son cénotaphe à Anlong Veng, culte propre aux hommes forts – chefs de guerre, me, porteurs de force, kaṃlāṃṅ(Forest 1980 : 27-57 ; Guillou 2016 : 65-86) – auxquels les impétrants demandent protection et dont ils veulent partager la puissance. Les autorités locales d’Anlong Veng voudraient développer le tourisme dans cette région, bastion khmer rouge, où les anciens combattants sont les porteurs d’une mémoire radicalement opposée à l’histoire officielle26. Par rapport à ces initiatives, le PPC ne s’est lancé que récemment dans le développement de sites de commémoration à la gloire de son histoire27.

  • 28 Cheang Sokha et Abby Seiff, « PM makes rare visit with royals », Phnom Penh Post, 9 juillet 2013 ; (...)
  • 29 Son titre complet est Samṭec Aggamahāsenā Patī Tejo Ĥun Saen, « Son Excellence le Premier ministre (...)
  • 30 Communication personnelle d’Anne-Laure Porée, novembre 2016.

9Face à la figure de Norodom Sihanouk, père de la nation qui a lui-même établi les formes de sa révérence (Abdoul-Carime 1995 : 77-97), le PPC reste ambivalent quant à la mise en œuvre d’un culte de la personnalité à son dirigeant comme sa pratique politique autoritaire pourrait le laisser croire. Par exemple, d’après certains analystes, le Premier ministre Hun Sen se positionnerait comme l’héritier de Norodom Sihanouk : le cortège funéraire du Roi-Père aurait été l’occasion d’une mise en scène à son honneur28. Cependant, le Premier ministre a condamné en 2010 l’érection d’une statue à son effigie sur le site de la brigade anti-corruption, même si elle avait été financée par un membre du gouvernement à titre privé : il ne peut se permettre d’être identifié, comme le Roi-Père défunt, à une divinité ou un esprit tutélaire avant sa mort. La représentation figurée sous la forme d’une statue d’une personnalité encore en vie l’associe ainsi directement à la figure des vénérables bouddhiques, des rois ou des dieux, association qui peut être assimilée à une forme de divinisation problématique si la statue a été consacrée rituellement ou bien si des formes de culte y sont développées, comme l’évoque l’article de Sophie Biard. Le Premier ministre utilise pourtant la statuaire de manière détournée à travers le système de l’évocation comme lorsqu’en 2013, une statue de deux personnages des chroniques royales, le chef d’armée, tejo Mās, et son fidèle commandant tejo Ϋat, célébrés pour leurs combats contre les armées siamoises au xviie siècle, a été érigée en face du Vatt Uṇṇaḷom sur les nouvelles promenades le long du Tonlé. Alors que le Premier ministre porte lui-même le titre de tejo et qu’il est accusé par l’opposition de pactiser avec l’ennemi vietnamien, la statue se veut la représentation du patriotisme historique auquel s’identifie le chef d’État cambodgien et dont il veut donner l’exemple29. Mais ce processus d’identification entre le Premier ministre et ces héros du passé n’est compris que par les seuls initiés : sans une plaque fixant un commentaire officiel sur le socle de cette œuvre équestre, les promeneurs phnompenhois sont laissés libres de voir dans les deux personnages, pourquoi pas « Norodom et son fidèle tejo », lorsqu’on les interroge30 et pour l’heure, aucun culte populaire ne peut y être observé.

Fig. 3. Tejo Mās et tejo Ϋat, Phnom Penh, 2016

Fig. 3. Tejo Mās et tejo Ϋat, Phnom Penh, 2016

© Anne-Laure Porée

10Nous n’insisterons donc pas sur les enjeux mémoriels de la « reconstruction » de la culture cambodgienne après la période khmère rouge (Ebihara, Mortland & Ledgerwood 1994) mais sur les enjeux sociaux des références à la notion de patrimoine. Les travaux réunis ici tentent d’identifier les usages de ce patrimoine dans leur pérennité et leur diversité, en insistant sur la continuité des pratiques dans le cadre de nouvelles formes d’appropriations identitaires propres au contexte contemporain.

Des terrains d’observation du patrimoine au Cambodge

Articles

11Trois articles étudient tout d’abord la relation au territoire (dịk ī ou toek dey) des populations qui vivent au Cambodge comme représentative des configurations spatiales de l’identité sociale (Condominas 1980 ; Luco 2016 : 81-108). Les travaux de Frédéric Bourdier et Téphanie Sieng sont des études de terrain ayant pour cadre la province du Ratanakiri. Ils y étudient comment des pratiques d’appropriation ou de réappropriation foncière sont légitimées par la notion patrimoniale.

12Frédéric Bourdier propose ainsi à des membres de l’ethnie Tampuan d’analyser et critiquer la représentation que les médias khmers construisent d’eux et de leur espace de vie dans un film documentaire. La patrimonialisation du mode de vie tampuan d’après la vulgate médiatique cambodgienne à propos des peuples autochtones des hautes terres est passée au crible par des villageois qui se questionnent alors sur ce qui fait sens en tant que « patrimoine » de leur propre point de vue. Alors que leur territoire est assimilé à un front pionnier par la société cambodgienne contemporaine, sorte d’Eden naturaliste où habitent des « bons sauvages », et que des projets de colonisation y sont envisagés, les populations tampuan interrogées par Frédéric Bourdier s’emparent des notions de patrimoine culturel et naturel pour sécuriser leur environnement et modes de vie menacés par les accaparements fonciers. Les pratiques agricoles et les modes d’exploitation du territoire tout à fait contemporains, qui sont au centre de cette stratégie tampuan, sont assimilés à ce patrimoine, en ce qu’il est représentatif du dynamisme et de la modernité de cette société.

13Toujours dans la province de Ratanakiri, Téphanie Sieng se questionne sur ces appropriations foncières du point de vue des colons d’ethnie khmère. Elle rend compte des pratiques de consécration religieuse des territoires à travers la multiplication de chantiers de vatt – les monastères bouddhiques. Dans des zones où les populations sont de religions animiste et chrétienne, le bouddhisme militant des colons khmers est assimilé à la progression de la civilisation. Les colons défricheurs, s’assimilant aux premiers habitants du sol, installent leurs cultes pour sécuriser ces mises en valeurs et leur attribuer une antériorité légitimatrice par les liens qu’elles créent avec les régions d’origines des colons. Ces sites permettent de recréer des liens spirituels et sociaux dans une société nouvelle en mal de référents patrimoniaux. Face à cette société bouddhiste conquérante, les sociétés locales, notamment les Tampuan, multiplient les formes de sacralisation de l’espace pour préserver leurs droits sur les territoires qui leur sont contestés. Cette « course à la patrimonialisation » rend compte des enjeux d’appropriation du sol à Ratanakiri.

14Marie Aberdam s’interroge également sur les chantiers de pagode dans un contexte colonial, celui du Protectorat français, du point de vue des populations cambodgiennes de la région centrale de Kompong Chhnang. Elle revient sur la portée sociale de la vague de construction et reconstruction du bâti religieux bouddhiste entre 1900 et 1940. Alors que les autorités coloniales ont établi une définition restrictive du patrimoine, centré sur l’histoire angkorienne, les pagodes apparaissent comme des enjeux de représentation pour les fidèles qui exploitent leur patrimoine relationnel pour en rester maîtres. Les élites cambodgiennes, protectrices des territoires avant la progressive mainmise coloniale, sont alors amenées à se positionner à propos de ces chantiers contre les autorités françaises pour conserver leur légitimité sociale. Classiquement étudiés dans une optique architecturale et artistique, ces chantiers de pagodes sont donc ici des terrains privilégiés d’observation du patrimoine social cambodgien.

15Nous nous demandons alors ce qu’il en est du patrimoine artistique pour les Cambodgiens. Francesca Billeri étudie ainsi la musique dite « traditionnelle » et ses usages dans la société cambodgienne contemporaine. À l’heure de la diversification des goûts et des pratiques musicales des jeunes générations cambodgiennes, les orchestres, notamment de musique rituelle, se convertissent à la télévision et aux enregistrements studio pour répondre aux attentes du marché. Francesca Billeri étudie particulièrement la patrimonialisation du répertoire musical mise en œuvre par des ONG à vocation culturelle. Œuvrant pour la conservation et la perpétuation des traditions, ces ONG ont investi dans la stratégie touristique et humanitaire pour financer leurs activités. Elles animent une scène musicale hybride se réclamant d’un savoir-faire et de compositions anciennes qui sont cependant largement orientés par les attentes du public occidental. Francesca Billeri questionne alors le paradoxe né de la confrontation entre des formes anciennes et la créativité auquel veulent répondre les artistes.

16L’article de Stéphanie Khoury porte sur le rituel du lkhon khol au Cambodge. Cette forme de théâtre met en avant les liens entre les membres d’une communauté au sein d’un territoire par la répétition de cultes et de codes de conduite communs. L’accomplissement du rite constitue également un rappel des relations entre la communauté et le pouvoir royal cambodgien. Or, depuis qu’il est placé sous tutelle du ministère de la Culture, on observe un dédoublement conceptuel de ce théâtre. Stéphanie Khoury s’interroge sur le rôle de régulateur du lkhon khol dans l’espace social alors que ses règles sociales et religieuses sont contournées lors des représentations. Le lkhon khol, dont la mise en scène est associée aux arts du théâtre classique khmer (le ballet royal et le théâtre d’ombres), illustrerait une forme artistique du patrimoine cambodgien moins médiatisée que les précédentes. L’auteur revient sur les rites propres au lkhon khol et étudie son expression contemporaine et séculière. Elle décrit alors les composantes qui seraient représentatives de cet art traditionnel. L’auteur rend enfin compte de l’établissement des considérations patrimoniales dans le lkhon khol et de sa participation à la définition de l’identité culturelle khmère.

17Nous interrogeons ensuite la place des musées parmi les lieux de mémoire(s) historique(s) du Cambodge contemporain à travers les études de Sophie Biard et Anne-Laure Porée. Sophie Biard revient sur le statut de la statuaire dans la société cambodgienne et sur la mise en place de sa muséification depuis le xxe siècle à travers l’œuvre d’inventaire et de sauvegarde des institutions de la conservation au Cambodge. Elle décrit les débats portant sur la déposition des objets de culte et leur délocalisation au Musée Albert Sarraut puis sur la place des cultes dans les institutions muséales du Cambodge d’aujourd’hui. Sophie Biard rend ainsi compte de la double nature, sacrée et artistique, des statues au Cambodge. Cet aspect religieux influence dès les origines les conditions de la restauration des œuvres et leur mise en scène dans la muséographie. Sophie Biard revient alors sur les multiples pratiques conservatoires associant les traditions muséographiques occidentales et cambodgiennes.

18Anne-Laure Porée étudie les conflits mémoriels portant sur l’histoire du régime khmer rouge. Le musée du génocide créé dans l’enceinte de la prison S-21 cristallise ces antagonismes. Fondé par les autorités vietnamiennes au début des années 1980, dans un contexte de dénonciation de la faction Pol Pot et de promotion du régime Heng Samrin, le site est aujourd’hui l’objet d’attaques de la part des opposants au PPC. Anne-Laure Porée revient sur les polémiques propres à la double nature muséale et judiciaire du site et de ses archives alors que la prison a été au cœur des procès contre les dirigeants khmers rouges tenus au Cambodge depuis 1980. Le musée est à présent l’un des sites les plus fréquentés de la capitale par les touristes cambodgiens et internationaux. Ses animateurs souhaitent en faire un centre pédagogique. La pacification des mémoires passe ainsi par la normalisation du rapport au musée et la valorisation scientifique de ses ressources par la jeune génération. L’auteur revient alors sur le processus de réappropriation du quartier de la prison par les populations après 1979 et sur ses enquêtes avec les personnels du musée et des étudiants pour recueillir la mémoire des habitants du quartier.

Notes de recherche

19À partir du témoignage de Zhou Daguan sur les pratiques alimentaires des populations d’Angkor à la fin du xiiie siècle, Ang Chouléan étudie l’usage du tamarin dans les sauces et condiments dégustés en famille dans la région de Siem Reap. Démonstration d’une méthode de travail à propos d’un terrain en cours sur les relations des Khmers à leur environnement (Yosothor 2016), cette note fournit un aperçu de la pérennité des pratiques culturelles khmères.

20Olivier de Bernon présente ensuite la collection de périodiques cambodgiens déposée à la BULAC. Cette collection a été réunie par l’EFEO grâce à des dons et une constante volonté de préservation. Riche de milliers de titres publiés depuis les années 1960, c’est une source unique mise à la disposition de la recherche sur le Cambodge et plus généralement les sociétés sud-est asiatiques contemporaines. L’auteur décrit le contexte de constitution de cette collection dans les tourments de l’histoire récente et sa place dans le patrimoine imprimé cambodgien.

Haut de page

Bibliographie

ABDOUL-CARIME, Nasir, 1995, « Réflexion sur le régime sihanoukien : la monopolisation du Verbe par le pouvoir royal », Péninsule, 31, 2 : 77-97.

ABDOUL-CARIME, Nasir, Grégory MIKAELIAN & Joseph THACH, éd., 2016, Le passé des Khmers, Bern, Berlin & Bruxelles : Peter Lang.

BOSWELL, Steven, 2016, King Norodom’s Head, Phnom Penh Sights beyond the Guidebook, Copenhague : NIAS Press.

BRUGUIER, Bruno, 1997, « Les aménagements cultuels des grottes de la région de Kampot », Bulletin de l’École française d’Extrême Orient, 84 : 371-375.

CONDOMINAS, Georges, 1980, L’espace social à propos de l’Asie du Sud-Est, Paris : Flammarion.

CORNU, Philippe, 2006, Dictionnaire encyclopédique du Bouddhisme (2e édition), Paris : Éditions du Seuil.

EBIHARA, May M., Carol A. MORTLAND & Judy LEDGERWOOD, éd., 1994, Cambodian Culture since 1975, Homeland and Exile, Ithaca, New York : Cornel University Press.

EDWARDS, Penny, éd., 2016, “Memory Thickness. Presenting South East Asian Pasts”, Special issue, The Kyoto Review of Southeast Asia, 20.

FILIPPI, Jean-Michel, 2012, Déambulations phnompenhoises, Phnom Penh : Kam éditions.

FOREST, Alain, 1980, Le Cambodge et la colonisation française, histoire d’une colonisation sans heurts (1897-1920), Paris : L’Harmattan, CNRS.

FOREST, Alain, 1992, Le culte des génies protecteurs au Cambodge, analyse et traduction d’un corpus de textes sur les neak ta, Paris : L’Harmattan.

FORMOSO, Bernard & Emiko STOCK, 2016, « La société civile cambodgienne, ruptures, incertitudes et ingérences étrangères », in Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est, entre pilotage d’État et initiatives citoyennes, Bernard Formoso, éd., Lyon : ENS éditions, p. 105-148. DOI : 10.4000/books.enseditions.6930.

GLOBAL WITNESS, 2007, Cambodia’s Family Trees, Illegal logging and the Stripping of Public Assets by Cambodia’s Elite.

GLOBAL WITNESS, 2016, Hostile Takeover, How Cambodia’s Ruling Family are Pulling the Strings on the Economy and Amassing Vast Personal Fortunes with Extreme Consequences for the Population.

GROSLIER, Bernard-Philippe, 1973, « Pour une géographie historique du Cambodge », Les Cahiers d’Outre-Mer, 104 : 337-379.

GUILLOU, Anne Yvonne, 2016, « Le “maître de la terre”. Les cultes rendus au cénotaphe de Pol Pot (Nord du Cambodge) », in La mort du bourreau, réflexions interdisciplinaires sur le cadavre des criminels de masse, Sévane Garibian, éd., Paris : Petra, p. 65-86.

HERBELIN, Caroline, 2016, Architectures du Vietnam colonial, repenser le métissage, Paris : CTHS, INHA, DL.

KHOURY, Stéphanie, 2016, « La pratique de rites théâtraux comme vecteur de transmission d’un passé collectif dans l’espace rural cambodgien », Péninsule, 73, 2 : 25-51.

KING, Ross, 2017, Heritage and Identity in Contemporary Thailand, Memory, Place and Power, Singapour : National University of Singapore Press.

KWON, Heonik, 2006, After the Massacre, Commemoration and Consolation in Ha My and My Lai, Berkeley : University of California Press.

LEDGERWOOD, Judy, 2012, « Buddhist Ritual and the Reordering of Social Relations in Cambodia », South East Asia Research, 20, 2 : 191-205.

LUCO, Fabienne, 2016, « Angkor ou le paysage palimpseste. Les traces dans le paysage comme supports à la transmission d’histoires », Péninsule, 73, 2 : 81-108.

MAK, Phoeun, 1981, Chroniques royales du Cambodge III, de 1594 à 1677, traduction française avec comparaison des différentes versions et introduction, Paris : EFEO, Maisonneuve.

MALAMEY, Shaun, 2002, Culture, Ritual and Revolution in Vietnam, Londres : Routledge, Curzon Press.

MIKAELIAN, Grégory, 2008, « Pour une relecture du jeu politique cambodgien, le cas du Cambodge de la reconstruction (1993-2005) », in Cambodge Contemporain, Bangkok, Alain Forest, éd., Paris : Irasec, Les Indes Savantes, p. 141-188.

MIKAELIAN, Grégory, 2009, La royauté d’Oudong, réformes des institutions et crise du pouvoir dans le royaume khmer du xviie siècle, Paris : PUPS.

MIKAELIAN, Grégory, 2016, « Gaṃnit thā prades khmaer cuḥ srut on thay niṅ prịṅ ṅoep ḷoeṅ viñ nau samăy kaṇṭāl [L’idée de déclin et de renaissance du Cambodge à l’Époque moyenne] », Udaya. Revue d’études khmères, 13 : 35-45.

NARDIN, Patrick, Hélène Suppya NUT & Soko PHAY, éd., 2017, Cambodge, cartographie de la mémoire, Le Pré-Saint-Gervais : L’Asiathèque.

OULEBSIR, Nabila, 2004, Les usages du patrimoine, monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

OVERSEN, Jan, Ing-Britt TRANKELL & Joakim ÖJENDAL, 1996, When Every Household is an Island, Social Organization and Power Structures in Rural Cambodia, Uppsala : Uppsala Research Report in cultural anthropology, n° 15.

POU, Saveros, 1982, « Du sanskrit kīrti au khmer kerti : une tradition littéraire du Cambodge », Seksa Khmer, 5 : 33-54.

PREAP, Chanmara, 2016, Pravatti sālā racanā, maratak 100 chnāṃ nai siḷpa : niṅ vappatharm khmaer [Histoire de l’École des Beaux-Arts, un héritage de 100 ans d’art et de culture khmers], Phnom Penh : Angkor Editions.

ROCHIGNEUX, Grégoire, éd., 2005, Cambodge Soir, chroniques sociales d’un pays au quotidien, Bangkok, Irasec : Aux lieux d’être, éditions du Mékong.

ROULLIER, Clothilde, Olivier DE BERNON & Philippe GENESTE, 2010, Les archives de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge, données à l’École française d’Extrême-Orient et déposées aux Archives nationales (1970-2007), Paris, Somogy : EFEO, Archives nationales.

THACH, Joseph, 2016, « Mémoire collective chez les Khmers et leurs voisins », Péninsule, 73, 2.

TRANNIN, Sabine, 2005, Les ONG occidentales au Cambodge, la réalité derrière le mythe, Paris : L’Harmattan.

TRÉGLODÉ, Benoît de, 2012, Heroes and Revolution in Vietnam, Singapour : NUS Press.

YOSOTHOR (Association), 2016, Khmer Renaissance, 11, Phnom Penh.

Haut de page

Note de fin

1 Sur le Boeung Kak, voir Baliga Ananth et Khouth Sophak Chakrya, « Boeung Kak: A Disastrous Decade », Phnom Penh Post, 03 février 2017 ; Formoso & Stock Emiko (2016 : 105-148) ; sur le White Building, vestige de l’urbanisation du front de Bassac par l’architecte Vann Molyvann, voir http://whitebuilding.org/en/page/about_the_white_building ; Khuon Narim, « City Unveils $80M Plan For White Building Site », The Cambodia Daily, 28 octobre 2016 et Moeun Nhean, « The White Building: The Past, Present, and Future of its Close-Knit Community », Phnom Penh Post, 30 juin 2016.

2 Le terme « kleptocratic » est employé par le procureur général de la Cour pénale internationale de La Haye en septembre 2016, voir http://www.globaldiligence.com/2016/09/15/land-grabbers-may-end-up-in-the-hague-global-diligence-welcomes-the-icc-prosecutors-new-case-selection-policy/. Voir les rapports de Global Witness 2016 et 2007 : https://www.globalwitness.org/en/campaigns/cambodia/ et Rochigneux (2005 : 107-137).

3 Les résidents de Koh Pich [Koḥ Bejr] (l’île du diamant) en ont été expulsés en 2005. Une représentation de ce nouveau quartier, alors en construction, est donnée dans le film Diamond Island de Davy Chou, sorti en 2016.

4 Voir, par exemple, le cas du borei [purī] Prem Prei voisin du Vatt Thmei, situé, cette fois-ci, à Siem Reap Nord : Siv Meng, « Developers Keep Faith for 2017’s Fate of Boreys », Phnom Penh Post, 05 janvier 2017 ; ou encore Poppy McPherson, « Inside Phnom Penh’s empty new skyscraper: “This is only for excellencies” », The Guardian, 17 juillet 2015.

5 Pour une visite du Phnom Penh historique, voir Nardin, Nut & Soko (2017) ; Boswell (2016) ; Filippi (2012).

6 Hean Socheata et Sun Sokhen, « Fine arts university relocation sparks concern », Voice of America Cambodia, 27 août 2015, http://www.voacambodia.com/a/fine-arts-university-relocation-sparks-concerns/2934383.html ; Preap (2016).

7 Ceci se manifeste par le développement de la libre concurrence entre les entrepreneurs pour construire des immeubles toujours plus élevés.

8 Aun Pheap et Joshua Wilwohl, « Demolition Order for 2 Buildings Near Royal Palace », The Cambodia Daily, 17 octobre 2013.

9 Voir pour le Cambodge les analyses différenciées d’Anne Yvonne Guillou, conférences « Temps, espace, mémoire », Irasec, Institut français du Cambodge, janvier-juin 2017 et Edwards (2016), de Abdoul-Carime, Mikaelian & Thach (2016) et Thach (2016) ou de Nardin, Nut & Phay (2017) ; pour la Thaïlande voir notamment King (2017).

10 Il n’existe pas de consensus quant à la translittération du khmer, nous utilisons ici une translittération sanskrite suivie d’une translittération phonétique. Chaque auteur de ce numéro a choisi son système de translittération.

11 Sur la notion d’héritage et plus précisément de l’époque angkorienne vue comme un héritage à retrouver par les Khmers avant l’arrivée des Français, voir Mikaelian (2016 : 35-45) ; sur les notions de ker et kerti, voir Pou (1982 : 33-54).

12 Voir notamment Ledgerwood (2012 : 191-205).

13 Notamment sur le champ de l’action politique, voir Formoso & Stock (2016 : 105-148).

14 Chhorn Phearun, « Authorities Allow Pagoda to Keep 500-Year-Old Buddha Statues », The Cambodia Daily, 07 février 2017, http://fr.unesco.org/news/retour-d’importantes-statues-khmères-au-cambodge-marque-l’ouverture-du-comité-du-patrimoine.

15 Buddha ou boudhha : du sanskrit buddha, ce terme « désigne l’état d'un être parvenu à l’Éveil (bodhi) et plus particulièrement au plein Éveil (samyaksaṃbodhi) » (Cornu 2006 : 93). Dans un souci d’harmonisation des écritures, nous avons choisi d'employer la transcription latine officielle fixée lors du Dixième Congrès des Orientalistes en 1894 pour les termes d'origines indiennes (et khmères). Ainsi, pour dénommer le vénérable Bouddha, nous l'écrirons Buddha.

16 Colin Meyn & Sovuthy Khy, « Stolen Buddha Relics, a Symbol of Nation’s Ills », The Cambodia Daily, 19 décembre 2013.

17 L’EFEO les a ensuite déposées aux Archives nationales de France : Roullier, Bernon & Geneste (2010).

18 Le Cambodge compte près de 1 200 ONG actives sur 3 000 recensées, voir Trannin (2005). Concernant le tourisme culturel et humanitaire, les auteurs renvoient notamment aux programmes proposés par les agences de voyage, tel « Voyage autrement » : http://www.voyagerautrement.fr/fr/produits/cambodge-le-pays-khmer-en-devenir ; sur le bâti colonial et sa valorisation économique, voir Siv Meng « French Colonial Buildings Diminish to Make Way for Dernier Cri », Phnom Penh Post, 26 janvier 2017 ; sur l’architecture coloniale, voir Herbelin (2016).

19 http://www.scmp.com/news/asia/southeast-asia/article/2073031/judges-dismiss-crimes-against-humanity-case-against-mid ; Marie Verdier, « Au Cambodge, d’autres Khmers rouges doivent encore être jugés », La Croix, 23 novembre 2016 ; http://www.d.dccam.org/Archives/index.htm.

20 « Phnom Penh commémore discrètement le 40e anniversaire du régime des Khmers rouges », 17 avril 2015, http://www.france24.com/fr/20150417-40-anniversaire-prise-phnom-penh-khmers-rouges-cambodge ; Sreinith S. Ten, « Day of Commemoration and Education », Phnom Penh Post, 25 mai 2011.

21 Sokhean Ben, « Army Convoy Trundles to Games to Commemorate January 7 », The Cambodia Daily, 5 janvier 2017.

22 Vatt : monastère bouddhique ; stupa : monument funéraire ; anak tā : génies fonciers, voir Groslier (1973 : 337-379).

23 Observation faite en 2016 lors de la fête des Morts par Marie Aberdam. Sur les anak tā et le Bhnaṃ Jīsūr voir Forest (1992 : 200-202) et l’histoire du Bhnaṃ Jīsūr, section « Prajuṃ rīoeṅ breṅ khmaer » sur http://www.budinst.gov.kh.

24 Colin Meyn, « With Public Spectacles, CPP Looks to Project Positivity », The Cambodia Daily, 14 novembre 2016 ; Ven Rathavong, « Cambodia to Hold Fourth Angkor Sankranta Festival », Khmer Time, 4 mars 2016, http://www.khmertimeskh.com/news/22271/cambodia-to-hold-fourth-angkor-sankranta-festival/.

25 Voir « Rīoeṅ Bhnaṃ Saṃbau nau khett Pāt’ṭaṃpaṅ », section « Prajuṃ rīoeṅ breṅ khmaer » sur le site Internet de l’Institut Bouddhique : http://www.budinst.gov.kh. La terminologie anglo-saxonne choisie pour qualifier les charniers – Killing Field, Killing Caves – est entrée dans les mœurs des agences de voyage et témoigne du tournant morbide du tourisme dans le pays. Le tourisme mémoriel cambodgien ne peut pas s’y référer. Sur les grottes comme sites cultuels, voir Bruguier (1997 : 371-375).

26 Harriet Fitch Little et Vandy Muong, « Dark tourism in Anlong Veng », The Phnom Penh Post, 8 août 2015.

27 Le premier, baptisé « Win-Win Memorial » est en construction au pied du Sokha Hotel sur l’île de Chrui Changvar à Phnom Penh, d’autres devraient suivre dans les provinces, Sovuthy Khy, « Defense Minister Calls for Additional ‘Win-Win’ Memorials », The Cambodia Daily, 27 février 2017.

28 Cheang Sokha et Abby Seiff, « PM makes rare visit with royals », Phnom Penh Post, 9 juillet 2013 ; Sokchea Meas, « “Miracle” cremation : PM Hun Sen », Phnom Penh Post, 15 février 2013 ; Juliette Gheerbrant « Les funérailles de Norodom Sihanouk, un tournant pour le Cambodge », Radio France Internationale, 1er février 2013, http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20130201-cambodge-ceremonie-fastueuse-norodom-sihanouk-icone-nationale.

29 Son titre complet est Samṭec Aggamahāsenā Patī Tejo Ĥun Saen, « Son Excellence le Premier ministre chef d’armée ». Tejo : de tej « pouvoir », teja : « force, puissance ». Sur tejo Mās et tejo Ϋat, voir Mikaelian (2009 : 113-131) et Mak (1981 : 244-247, 294-295 et 409-422) : d’après la Chronique du Vatt Dịk Vil, Mās dirige dès son plus jeune âge une troupe d’enfants qu’il entraîne « dans l’art de combattre » ; au début du xviie siècle, il participe à la reprise en main du royaume khmer par le roi Soriyopoar (1601-1619) qui le fait chef d’armée, tejo, et gouverneur de Samrong Tong. Avec son esclave phnong Ϋat, ils viennent alors à bout de gouverneurs rebelles à l’autorité royale. Lorsque le roi Chey Chettha II (1619-1627) rompt avec le royaume d’Ayuthia, ils combattent victorieusement les armées siamoises. Grâce à la protection spirituelle de son maître, devenu après sa mort l’esprit Kraham Kar, tejo Ϋat connaît une brillante carrière malgré ses humbles origines et épouse la veuve de tejo Mās. Les trois personnages sont honorés sous forme de statues à Samrong Tong au xixe siècle.

30 Communication personnelle d’Anne-Laure Porée, novembre 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le White Building en 2017, Phnom Penh
Crédits © Sophie Biard
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/3881/img-1.png
Fichier image/png, 934k
Titre Fig. 2. À partir du premier plan, une maison « ancienne ( ?) » refaite, un immeuble en construction dans le style « résidence supérieure » et un gratte-ciel contemporain, avenue Norodom, Phnom Penh, 2016
Crédits © Marie Aberdam
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/3881/img-2.png
Fichier image/png, 470k
Titre Fig. 3. Tejo Mās et tejo Ϋat, Phnom Penh, 2016
Crédits © Anne-Laure Porée
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/3881/img-3.png
Fichier image/png, 470k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Aberdam et Téphanie Sieng, « Définir le patrimoine au Cambodge », Moussons, 30 | 2017, 7-22.

Référence électronique

Marie Aberdam et Téphanie Sieng, « Définir le patrimoine au Cambodge », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3881

Haut de page

Auteurs

Marie Aberdam

Marie Aberdam est doctorante en histoire (CHAC/Sirice-Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), ses travaux portent sur les élites cambodgiennes de 1860 à 1953.

Articles du même auteur

Téphanie Sieng

Téphanie Sieng est doctorante en géographie sur les transformations sociales et spatiales de la province de Ratanakiri, UMR245 CESSMA, Institut national des langues et civilisations orientales, Sorbonne Paris-Cité. Chargée de cours en géographie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page