Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bernard Formoso, éd., Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale. Entre pilotage d’État et initiatives citoyennes

Lyon, ENS éditions, 2016, 286 p.
Guy Faure
p. 213-217
Référence(s) :

Bernard Formoso, éd., Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale. Entre pilotage d’État et initiatives citoyennes, Lyon, ENS éditions, 2016, 286 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’un programme de l’IRASEC de Bangkok. Cinq contributeurs questionnent les transitions démocratiques au regard du rôle de la société civile dans six pays du Sud-Est asiatique dont la Thaïlande, la Birmanie, le Cambodge, la Malaisie et sont également évoquées, sur l’aspect plus particulier des nouveaux médias, les expériences de Singapour et de l’Indonésie. La question centrale de cet ouvrage est d’évaluer le poids respectif du rôle de l’État sur les actions de la société civile dans le processus de démocratisation de leur pays. Les traditions étatiques des pays d’Asie du Sud-Est sont le résultat de multiples héritages historiques (civilisations, religions, colonialisme) qui ont façonné « de fascinants processus de surimposition ou d’hybridation » (p. 21). Dans l’ensemble, l’État dans ces pays n’a pas favorisé les initiatives citoyennes, ce n’est que relativement récemment que le phénomène a émergé. L’étude portera sur les modalités de cette émergence dont l’un des aspects les plus modernes est celui du rôle des nouveaux médias dans ces processus. L’ouvrage se présente en trois parties composées chacune de deux chapitres. La première partie discute des expériences de la Thaïlande et de la Birmanie en marche vers la démocratie et les jeux des acteurs publics. La seconde partie porte sur deux pays, le Cambodge et la Malaisie, où un parti politique monopolise le pouvoir depuis des décennies. La troisième partie se focalise sur le rôle des e-médias et du cyberespace dans le développement des sphères publiques en Asie du Sud-Est.

2Le chapitre sur la Thaïlande, qui ouvre la première partie de l’ouvrage, s’intéresse, au cours des trois dernières décennies, à l’origine de la fracture politique qui va conduire au coup d’État de 2014. Bernard Formoso montre qu’une bipolarisation politique va s’amorcer dans les années 1990 opposant, d’une part, un establishment thaï « défendant une société bouddhiste sous patronage royal », la paix et l’ordre social étant garanties par le roi et l’armée, et tirant sa légitimité d’une idéologie nationale et, d’autre part, un pôle du pouvoir, promoteur opposé de la précédente vision, composé de modernistes, partisans d’une approche de la gouvernance managériale, volontariste en matières économiques, valorisant le rôle de l’entrepreneur. Thaksin Shinawatra, homme d’affaires richissime représente ce nouveau courant de politiciens affairistes. Il arrive au pouvoir au début des années 2000 en s’appuyant sur un électorat provincial et rural des laissés-pour-compte du développement. Sa politique, qualifiée de « taksinomics » de relance de la croissance, eut pour effets bénéfiques de réduire la pauvreté et d’augmenter les revenus des ménages et de redynamiser le marché intérieur. Très populaire avec sa clientèle des défavorisés, son affairisme et ses calculs politiciens seront vivement dénoncés. La brutalité des répressions en 2004 contre les séparatistes musulmans du Sud lui sera aussi reprochée, car mettant en danger l’unité du pays. En dépit d’un fort soutien populaire légitimé par des élections, une forte opposition s’organise qui prendra la forme en 2005 d’une Alliance du peuple pour la démocratie, composée d’anciens proches de Thaksin, qui va rallier une frange importante des classes moyennes et supérieures de Bangkok et de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG). L’épreuve de force de ces opposants gagnant les soutiens des royalistes et de l’armée va aboutir à un coup d’État en 2006 renversant le Premier ministre pendant un déplacement à l’étranger. Cette bipolarité va s’afficher dans la rue avec les chemises jaunes, symbole de la royauté, et les chemises rouges, soutiens de Thaksin. Pour finir, les premiers refusent un régime parlementaire qui leur est très défavorable car donnant à chaque élection le pouvoir à leurs adversaires soutiens de Thaksin et de son clan. Quand l’alternance ne passe pas par les urnes ne reste alors que l’option du coup d’État, une constante de la vie politique thaïe. Aujourd’hui, comme le résume Bernard Formoso le pays « se signale par un autoritarisme inconsistant, presque honteux… mâtiné d’aspirations démocratiques irrésolues car incompatibles » avec les aspirations populaires pour plus de justice et de démocratie.

3Au chapitre suivant, sur la Birmanie, Carine Jaquet cherche à expliquer l’évolution des rapports entre l’État et la société civile depuis l’indépendance en 1948. Comme son voisin thaïlandais, le bouddhisme tient une place centrale. Les bonzes sont devenus des acteurs prééminents du jeu politique local, à la fois champions du nationalisme birman et de la lutte contre l’autoritarisme. Le pays est à la recherche d’une unification contrariée par une extrême diversité ethnique (plus de 135 groupes ethniques sont référencés). Après une période de régime parlementaire, de 1948 à 1962, lors de laquelle l’État a dû maintenir l’unité de la nation par des campagnes militaires pour contrer l’insurrection karen et l’armée du Kuomingtan en pays shan, le coup d’État du général Ne Win en 1962 au nom de l’unité nationale et l’instauration de la voie socialiste birmane avec la création du Burma Socialist Programme Party (PPBS) bloqueront l’émergence d’une société civile et muselleront toute forme d’opposition pour un quart de siècle. À la suite de la crise économique de 1998, on assistera à des mouvements populaires conduits à l’origine par les étudiants qui seront suivis des représentants de toutes les catégories sociales et ethniques. Si ces mouvements contribuèrent à la chute de Ne Win et à la dissolution du PPBS, ils permirent l’installation du State Law and Order Restauration Council (SLORC), intitulé pompeux pour désigner une junte militaire. Malgré tout, les années 1990 verront une floraison d’ONG locales, à côté des nombreuses ONG auxiliaires du gouvernement (GONGO) et d’ONG internationales. Cependant, Carine Jacquet constate qu’au début du xxie siècle la société civile reste très embryonnaire dans ce pays et qu’elle n’arrive pas à coordonner ses forces en raison de « l’atomisation sociétale liée au poids de replis communautaires à caractères ethnicoreligieux… et la fragmentation de la sphère publique nationale en microsphères géographiquement cloisonnées » (p. 87). Une secousse importante a lieu en 2007 avec la révolution safran, en référence à la toge des moines bouddhistes, qui sera sévèrement réprimée. Malgré tout, au tournant du siècle, l’amorce d’une transition démocratique va se produire avec une meilleure reconnaissance du rôle des ONG qui va coïncider avec la libération de Aung San Suu Kyi en 2010. Le courant libérateur porté sur la scène politique va permettre un bourgeonnement d’institutions indépendantes. Cependant, le débat public reste fragile et limité au noyau dirigeant. La confiance n’est pas encore établie entre la société publique et l’État. L’arrivée au gouvernement de Aung San Suu Kyi à la suite de sa victoire aux élections de novembre 2015 ne semble pas avoir fait évoluer la situation au regard de la crise des Rohigyas, notamment. Carine Jacquet conclue que la mal nommée Union du Myanmar reste, en l’état actuel, très désunie.

4La deuxième partie de l’ouvrage analyse deux pays, le Cambodge et la Malaisie, où les sociétés civiles, organisées à travers des ONG, font face à des partis politiques hégémoniques. Au Cambodge, étudié par Bernard Formoso et Emiko Stock, l’omniprésence d’ONG de toute nature est soulignée, en particulier celles des ONG étrangères dont certaines sont les bras ouvriers d’organisations internationales. Les auteurs rappellent que « le Cambodge est aussi le pays du monde qui compte le plus d’ONG en proportion à la population » (p. 107). La dépendance à l’aide internationale reste forte dans ce pays malgré une croissance économique soutenue. Les ONG internationales sont de grands bailleurs de fonds pour le pays, tributaire de l’assistance technique pour son développement. « L’État a récemment intégré cette dépendance envers l’extérieur en stratégie de développement accéléré. » Les ONG sont très critiquées pour leur ingérence dans les affaires nationales où elles opèrent dans tous les domaines, comme la justice sociale, en passant par la santé, l’aide humanitaire, l’éducation, et la bonne gouvernance. De fait, elles sont en mesure d’exercer des pressions sur un appareil d’État soucieux de ne pas s’aliéner les bailleurs de fonds. L’absence de l’État de droit pose un problème permanent comme on le constate avec les fréquentes expropriations dont sont victimes de nombreux Cambodgiens, grandement facilitées par l’absence de cadastre. Du côté de l’appareil d’État, le Parti populaire cambodgien (PPC) détient le pouvoir depuis 1979 et exerce une hégémonie politique qui s’est avec le temps consolidée. Le PPC a infiltré toutes les institutions du pays en entretenant des réseaux clientélistes sur l’ensemble du territoire. Les forces contestataires sont soutenues par l’Occident, en particulier par les organisations internationales qui constituent de facto un contre-pouvoir aux excès du régime de Hun Sen. La pression extérieure se réduit avec l’arrivée de la Chine comme acteur de l’Aide publique au développement (APD) depuis 2008. Cette dernière contribue à hauteur de 29 % (p. 132) de l’APD. Le chapitre présente deux études de cas révélatrices de combats menés par la société civile contre la corruption. La première des stratégies est d’utiliser le soutien international et l’opinion internationale pour certaines de leurs revendications et au final obtenir gain de cause. Une autre stratégie de défense des droits civiques khmers est la mise en réseau et la médiatisation. À ce sujet, le cas de Luon Sovath, le « bonze multimédia » (p. 137), qui s’est battu pour les droits fonciers élémentaires de la population, est exemplaire. En conclusion, l’aide internationale et l’omniprésence dans le paysage cambodgien depuis plus de trois décennies des ONG posent un problème de fond à moyen et long termes en affaiblissant la capacité institutionnelle et en dissuadant les rares talents à intégrer l’administration. Enfin, une alternance politique semble encore lointaine car on ne voit pas comment le PPC pourrait renoncer au pouvoir.

5Bernard Formoso étudie dans le chapitre 4 le cas de la Malaisie où s’exerce une discrimination positive en faveur de la majorité malaise (p. 152). Dans ce pays subsiste encore aujourd’hui des « lignes de fracture ethnique et religieuse » entre les citoyens du pays comprenant des Malais musulmans (les Bumiputera, ou fils du sol) composant 67,4 % de la population, et résultant de migrations orchestrées par le colonisateur britannique, des Chinois (24,6 %), bouddhistes ou chrétiens, et des Indiens (7,3 %), hindouistes. La vie politique, économique et sociale s’articule autour de l’ethnicité. Comme le souligne Formoso, « le communautarisme offre le cadre de base pour appréhender en Malaisie… l’emprise de l’United Malay National Organization (UMNO, p. 155), qui est aux commandes depuis 1957, date de l’indépendance. Malgré cet État-UMNO, une société civile a pu émerger. L’UMNO va s’efforcer de mettre en place une politique de préférence nationale pour rééquilibrer les pouvoirs politiques et économiques en faveur des Bumiputera. Sur le plan politique, cette situation de citoyenneté différentielle sera actée dans la constitution en 1969. Sur le plan économique, en 1971, sera lancée la New Economic Policy (NEP) instituant une discrimination positive en faveur des Bumiputera. La NEP se veut progressiste, visant à réduire les disparités de richesses entre les ethnies. Dans la pratique, cette politique combat la place économique dominante occupée par les Chinois et ne bénéficia pas du tout aux Indiens pourtant très défavorisés économiquement, sans parler des minorités autochtones, les Orang Asli. Le parti dispose d’un arsenal juridique efficace, comme l’Internal Security Act (ISA), héritage britannique, qui lui octroie une panoplie de pouvoirs de contrôle sur l’opposition facilitant les arrestations préventives, la détention de fauteurs de troubles sans jugement et des sanctions contre toutes formes d’activisme universitaire, ainsi qu’un dispositif législatif qui lui permet de museler l’opposition. Le point d’orgue de la répression eut lieu à l’occasion d’une vague d’arrestations en octobre 1987, connue sous le nom d’operasi lalang (opération désherbage), visant la communauté chinoise (p. 163). Cet événement fut l’élément déclencheur d’un front anti-UMNO constitué d’ONG qui vont connaître une expansion. Par la suite, la crise économique qui frappe le Sud-Est asiatique en 1997 va avoir un impact au sein même de l’UMNO, entraînant une confrontation entre le Premier ministre Mahatir et son ministre des Finances Anwar Ibrahim, l’étoile montante du parti, qui dénonçait la corruption et le népotisme. Mahatir fera injustement emprisonner son rival Anwar Ibrahim, ce qui suscitera une forte réaction populaire sous la forme du mouvement autoproclamé Reformasi (s’inspirant de l’expérience indonésienne) dénonçant l’autoritarisme du régime. En réaction à la campagne diffamatoire contre Anwar, le mouvement impulsa Malaysiakini (Malaisie aujourd’hui), site Internet, qui deviendra un phénomène médiatique de référence pour une presse libre. En 2013, il sera suivi d’une e-TV, Kini-TV, qui connaîtra, pour les mêmes raisons, un grand succès dans le pays. Malgré le progrès démocratique visible, deux obstacles bloquent les perspectives de réelle union de la Malaisie : d’une part, un taux de fertilité de la composante malaise supérieure à celui des autres composantes ethniques du pays, car à l’horizon 2040, les Bumiputera constitueront les trois-quarts de la population, d’autre part, le maintien de la politique discriminatoire avec la prolongation sans fin d’un régime de lois d’exception (p. 186).

6La troisième partie se focalise sur l’émergence des nouveaux médias dans la sphère publique dans quatre pays : la Thaïlande, l’Indonésie, la Malaisie et Singapour. Virginie André montre qu’en Thaïlande les nouveaux médias ont un impact plus ou moins positif sur le progrès social ; les médias traditionnels sont privilégiés par la classe dominante, urbaine, instruite faiblement connectée avec le reste de la population, alors que les médias sociaux offrent « aux dépossédés du droit à la parole dans une sphère publique alternative » où sont débattues les grandes questions qui agitent la société thaïe. Deux études de cas vont illustrer le propos, l’une sur les néo-jihadistes du Sud et l’autre sur les Chemises rouges et leur usage respectif de Facebook et Twitter. Les deux faces possibles du cyberespace thaï, l’un promouvant l’extrémisme et la violence, l’autre faisant progresser la démocratie.

7Le dernier chapitre de Delphine Allès offre une étude comparative de l’apport d’Internet à la société civile dans trois pays l’Indonésie, la Malaisie et Singapour. Elle s’interroge d’abord sur le fait de savoir si les échanges virtuels peuvent être considérés comme partie intégrante d’espaces publics en construction en Asie du Sud-Est et dans des pays autoritaires. La situation diffère grandement selon les pays. En Indonésie, « l’information est relativement ouverte dans l’espace public physique et dans le cyberespace ». À Singapour et en Malaisie, la presse fait l’objet de contrôles, de même que le cyberespace est soumis à des législations, que l’auteur qualifie d’ambiguës. Dans un premier temps, Delphine Allès dresse un état de l’art sur cette question, elle étudie ensuite les évolutions des conditions technologiques et leurs liens avec le contexte politique. Enfin, elle analyse le rôle d’Internet comme relais d’opinion et sa capacité à transformer la société. Ce chapitre apporte plusieurs enseignements. D’abord, il ressort de l’analyse que les effets des nouvelles technologies dépendent fortement des « formes préexistantes de la société civile » dans ces pays. Ainsi, ils sont plus limités en l’absence de médias traditionnels et de relais physiques dans la société. L’autre enseignement est la professionnalisation croissante de l’activisme en ligne dont les effets sont atténués par les stratégies de communication mises en place par les gouvernements. L’auteur constate que ces nouvelles technologies d’information et de communication entraînent un changement dans la relation entre les autorités et les sociétés, qui sont ainsi assurées d’être mieux entendues par l’appareil d’État. Enfin les autorités sont obligées à plus de prudence pour tenir compte de l’opinion internationale qui sert de relais aux ONG.

8L’ouvrage traduit bien la montée des sociétés civiles en Asie du Sud-Est et leur participation au débat avec des gouvernements autoritaires ces deux dernières décennies, qui se joue aussi dans le cyberespace. Tous les auteurs s’accordent pour penser que les nouveaux médias n’ont encore qu’un impact limité sans le relais d’organisations plus structurées. Un index des sigles aurait été fort utile tant ils sont nombreux dans l’ouvrage. En dernière analyse, l’ouvrage présente une vue richement documentée par des auteurs connaissant bien leur terrain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Faure, « Bernard Formoso, éd., Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale. Entre pilotage d’État et initiatives citoyennes », Moussons, 30 | 2017, 213-217.

Référence électronique

Guy Faure, « Bernard Formoso, éd., Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est continentale. Entre pilotage d’État et initiatives citoyennes », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3999

Haut de page

Auteur

Guy Faure

Directeur de recherche émérite au CNRS, membre statutaire d’Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page